Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

La guerre plumée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La guerre plumée Empty
MessageSujet: La guerre plumée La guerre plumée Icon_minitimeSam 5 Avr 2014 - 23:23

C'était une soirée bien avancée. Aradan franchit en silence et vêtue d'une capuche noire une des nombreuses entrées de Gloria. Pourquoi en était-il arrivé ici alors qu'il avait initialement prévu de rejoindre la capitale elfique ? Comme pour beaucoup de choses, il y a une grande dose de hasard voir de destin à en croire les gens les plus superstitieux.

Une semaine après son départ du laboratoire en ruines, Aradan avait décidé de passer la nuit dans la taverne d'un petit village elfique. C'était, comme dans beaucoup d'auberges, une ambiance festive qui l'accueillit. S'asseyant à une vieille table près de l'antre dans lequel brûlait un feu vigoureux, il commanda auprès le tavernier une soupe de légumes. Pendant la dégustation du met bien mérité, il eut vent des conversations qui se tenaient autour lui. On parlait surtout des événements politiques dans l'Empire humain. Ainsi un certain Fabius Kohan avait prit le pouvoir en détrônant Korentin Kohan. A vrai dire Aradan s'enfichait des querelles des humains pour savoir qui allait diriger cette masse incestueuse nommée empire. Sauf ceci était compter sans un détail très précis. Il entendit comment on raconta que Fabius Kohan avait non seulement conclu la paix avec les alyriens mais en plus leur avait permit de s'installer dans l'Empire et de diffuser leur culte destructeur. Un vieux elfe mentionna même qu'on disait que l'empereur Fabius s'était secrètement converti au culte du Néant. Aradan ne crut pas ses oreilles (bien pointues comme chez tous les elfes). Les humains trahissaient les elfes pour s'allier avec ces immondes créatures qui avait tué son maître ? Un choc profond frappa son esprit. Il lâcha sa cuillère qui tomba dans la soupe en faisant un grand flop.

Il resta un moment là, tétanisée par cette nouvelle scandaleuse. Il entendit alors qu'une rébellion s'était déclarée contre Fabius pour mettre un terme à cette alliance impie avec les ennemis de la magie. Cette nouvelle fit monter en lui une lueur d'espoir. Il n'était donc pas le seul à être choqué par le comportement de l'empereur Fabius. Il se leva, laissant sa soupe sur la table. Il n'avait pas de temps à perdre. Au diable la capitale elfique ! Il fallait qu'il aille à Gloria. Il devait aider la rébellion, à sa façon, pour qu'elle puisse renverser Fabius. Il était peut être qu'un jeune elfe mais il ne laissera pas un tel humain souiller la mémoire de son maître. Il quitta l'auberge avec au-dessus de lui le firmament nocturne comme témoin. Il leva son regard vers l'étoile la plus brillante et prononca le serment suivant.

« Par tous ce qui peut être divin là-haut, je jure que je combattrais Fabius Kohan, bafoueur de tant de sacrifices, ennemis de la magie et donc de la race elfique, jusqu'à ce qu'il périsse. »

Il tourna sa tête vers l'Est, là ou on pouvait supposer être Gloria et il dit.

« Fabius, profite de ton or, de ta gloire et de ton insupportable hérésie, car ce soir tu t'es fais un nouveau ennemi. Tu vas voir ce que ca signifie d'avoir un elfe comme ennemi. »

Il se mit en route car il n'avait pas de temps à perdre. A partir de là, les jours se suivaient sans qu'Aradan s'offre plus que le minimum de repos. Il était attiré vers Gloria, cette Babylone servant de siège pour Fabius, comme par une force magnétique. C'était un nouveau sentiment, celui de la fureur et aussi du désir de vengeance. Son maître s'était sacrifié pour lui et aussi pour l'idée d'un monde meilleur. Et l'empereur Fabius osait insulter ce sacrifice et tous les sacrifices apportés durant la Bataille des Bois sombres par une alliance avec les adeptes du Néant ? Cet homme devait être combattu. Il le devait à la mémoire de son maître.

Il entra ainsi à Gloria, cette ville gigantesque, rougeâtre et vibrante d'agitation. Aradan se garda bien d'enlever sa capuche. Il ne savait pas comment les elfes étaient accueillis ici donc mieux valait se faire discret dans un premier instant. Les rues étaient bondées de monde ce qui le facilitait l'immersion. Ca faisait plus qu'un siècle qu'il n'était plus venu dans cette cité. Il avait de la peine a reconnaître les lieux. Tout semblait avoir changé entre temps alors qu'uniquement une centaine d'années s'étaient passés. Voila ou l'âge des elfes pouvait jouer des tours.

Il devait être dans les quartiers populaires à en déduire selon les vêtements des gens et la structure des maisons. Discrètement, Aradan se mouva vers un petit marché pour acheter en grande quantité du papier et de l'encre. Il avait une petite idée comment affaiblir Fabius. Ceci n'allait certainement pas ébranler immédiatement son pouvoir mais ça pouvait être un début. De toute façon il faudra du temps pour prendre contact avec la rébellion, à condition qu'ils étaient dans la capitale, et donc il pouvait déjà commencer par quelques actions contre ce souverain pitoyable qu'était l'empereur Fabius.

Une fois qu'il avait fait ses commissions, il décida de se trouver une auberge discrète pour y louer une chambre. Il ne tarda pas avant de tomber sur une belle vieille taverne bien délabrée. Entrant dedans, il pouvait sentir la merveilleuse odeur de sueur mélangée à la viande trop cuite. Il n'eut aucune difficulté de louer une chambre au tavernier, un homme ventripotent, suant comme il ne devrait pas être possible et à la dentition jaunie et noircie. La vérité était qu'il avait peu de monde à l'intérieur à part quelques gros gaillards jouant aux dés dans un coin de la salle à manger. Il monta rapidement dans sa chambre ou plutôt à dire cellule car c'était rien d'autre qu'une toute petite pièce avec un matelas d’où débordait le rembourrage de foin et une table avec une chaise. Il ignora le lit et s'assit à la table. Il avait beaucoup à écrire et il fallait user au mieux de la nuit pour pouvoir procéder à la première attaque avant le levée du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La guerre plumée Empty
MessageSujet: Re: La guerre plumée La guerre plumée Icon_minitimeDim 6 Avr 2014 - 12:01

Aradan posa la plume dans l'encrier. A travers la fenêtre on pouvait voir le ciel s'azurer lentement et la Lune se coucher. Sur la table se trouvait une grande pille de papiers désormais marqués par des lettres gracieuses et fines. Les elfes savent écrire avec une vitesse et finesse inégalée par les autres peuples. Un atout que l'elfe avait l'intention de mettre au service dans sa lutte contre Fabius.

Il existe au monde trois sources de pouvoir : l'influence, le sexe et l'argent. Ils forment ensemble in triangle de la puissance, s'excluant mutuellement souvent mais pas toujours. L'influence était le pouvoir des politiciens, vulnérable à l'argent et mise en péril par des scandales sexuels mais capable de causer bien de changements et dommages. L'argent, était le plus discret des pouvoirs. Il pouvait corrompre les cœurs et s'acheter le désir d'une femme mais un pouvoir politique hostile pouvait dépouiller un homme de sa fortune. Le sexe, ce pouvoir nocturne, pouvait causer la perte à un politicien mais aussi ouvrir les coffres d'un homme riche. Ces trois puissances peuvent se combattre, s'allier mais aussi se détruire mutuellement. Néanmoins vous ne trouverez rien en ce monde de puissant qui ne soit pas lié à un de ces trois pouvoirs.

Fabius Kohan avait l'argent, l'influence politique mais ne dominait pas le pouvoir du sexe. Il démontrait que même le plus puissant des hommes, ne domine jamais les trois pouvoirs, ou pas totalement. Il est vrai qu'il serait difficile de voir un empereur coucher à chaque occasion sans que son influence en périsse ou son argent. Aradan savait qu'il n'avait aucune puissance face à Fabius Kohan. Il était un rien, un elfe venu des forêts sans allié et pouvoir. Mais il avait un esprit vif et il savait écrire. Ceci était son principal atout à l'heure actuelle et il avait bien l'intention d'en faire un usage maximal.

La pile de papier ? Ils étaient composés d'innombrables copies d'un pamphlet adressé contre l'empereur Fabius. Le pamphlet visait surtout à retourner la population de Gloria contre l'empereur en provoquant la révolte fiscale et en animant des assassins de se concentrer sur l'empereur. Déstabiliser son pouvoir en le rendant illégitime aux yeux de gens, voilà le but de l'écrit. Certains diront qu'on ne renverse pas un empereur par les pamphlets. C'est vrai mais ils peuvent suffisamment déstabiliser un pouvoir politique pour le rendre vulnérable à ses ennemis.

Le pamphlet est composé de trois parties : le premier est une explication générale sur la piété, l'honneur et la tradition. En somme la présentation des vertus royales et surtout la criminalité de l'alliance avec les Alayiens. Tout ceux qui liront le pamphlet pouvait suivre un raisonnement logique et en soit évident. La deuxième partie accusait Fabius des crimes et violations des principes présentés dans la première partie. C'était une forme de jeu de déduction logique. En lisant ceci, tout homme ne cherchant pas plus loin, pourra se dire d'accord avec le raisonnement. Ca rejoignait le discours de la rebellion et donc était rien de nouveau. La troisième partie était qu'une succession de mensonges et calomnies. Mais vu que les deux premières étaient posés, logiques et raisonnables, ces mensonges gagnait une aura de véracité en hypothéquant les deux premières parties du pamphlet. De toute façon, la dernière partie était une exagération mais même la pire exagération laisse une impression surtout quand on est d'accord de dire que Fabius et hérétique et un usurpateur.

Le pouvoir de la plume, voilà ce que cet elfe opposait au tout-puissant Fabius. C'était le combat entre David et Goliath. Un combat d'une disproportionnalité presque ridicule. Mais l'elfe était convaincu et animé par un désir de vengeance comme rare sont ceux de sa race à ressentir.

Aradan se leva, prit la pile de papiers et sortit de la chambre. On pouvait entendre dans le couloir un concert de ronflement. Il s’avança lentement d'un pas silencieux pour descendre vers la la salle à manger. Il quitta l'auberge pour se diriger vers les places de marchés et les lieux publics. Il y avait presque personne dans les rues vu que le jour n'avait pas encore commencé son règne. L'elfe pouvait donc afficher ses pamphlets dans les lieux majeurs de la cité. Beaucoup ne savait pas lire mais ceci n'était pas grave. Il avait assez de gens qui iront saisir le pamphlet et le liront aux autres. Le reste sera du bouche à l'oreille classique, une arme presque plus redoutable qu'une armée en marche. Son œuvre faite, l'elfe retourna dans l'auberge. Les gardes chercheront certainement l'auteur de cet écrit si peu flatteur. Mieux ne pas traîner dans les rues quand ceci arrivera.

Citation :

LA TYRANNIE DE l'EMPEREUR FABIUS

Les rois gouvernent par la vertu de leurs actions et le honneur de leur nom. Tout roi se refusant à se soumettre à l'honneur et la piété devient non le souverain légitime d'une nation mais son pire ennemi. Ceci sont des règles qui ne questionnent pas la race ou le moment historique. Ils sont immuables et intransigeant à la vraie royauté. Que vous soyez un prince elfique ou un empereur humain, comment pouvoir vous échapper de ces liens sacrés qui tiennent les civilisations débout ? Ne pas le faire, c'est plonger la civilisation dans le chaos et l'obscurité. Les vampires, race sans âme, nous démontre comment le chaos prend le dessus quand les princes gouvernent par l’impiété et l'arrogance.

Les Alayiens sont une tribu sans honneur et se vouant à un culte obscure désirant la destruction du monde. Le Culte du Néant, diffusé, aura pour conséquence de détruire notre continent et tuer des millions de vies. La famine frappera les villes alors que les campagnes seront transformés dans des déserts ou la vie ne pourra jamais revenir. L'invasion des Alayiens confirme que ceci ne sont pas des accusations éphémères mais des faits avérés. Celui qui doute de la puissance de destruction des Alayiens n'a que voir les ravages faits dans les campagnes de l'Empire et à Bois sombres. Tous peuvent donc conclure que toute tolérance envers ce peuple de fanatique et de destructeur doit être combattu. Toute alliance avec eux, toute soutien à la propagation de leur foi apocalyptique est une impiété et une hérésie envers la vie en elle-même.

La tradition veut que tout souverain soit succédé par son héritier légitime. Toute tentative de rompre cette chaîne de succession sacrée est une violation aux principes les plus sacrés de l'honneur et de la tradition. Aucun homme sensé oserait défier cette loi immuable sauf pour satisfaire une ambition démesurée. Avec la mort de l'empereur Grégorist, l'Empire a été frappé par une grande tragédie. Comme voulait la loi, c'est Korentin Kohan, son successeur bien-aimé, qui devait le suivre sur le trône pour assurer que tradition et honneur soient respectés. Mais ceci fut empêché par un homme dont le nom résonnera dans l'histoire comme celui qui tenta de détruire l'Empire.

L'empereur Fabius est par ceci déclaré coupable de deux crimes majeurs.

Nous le déclarons coupable de hérésie envers la vie en s'alliant au Culte du Néant et en faisant des Alayiens ses nouveaux serviteurs. En s'alliant à ce culte néfaste, Fabius devient lui-même un Alayien et donc doit subir le sort que revient véritablement aux gens de cette espèce. Nous appelons tous les hommes, elfes et vampires qui ont un sens de respect pour la vie, quelconque nonce de foi et de bonté de prendre les armes et trucider cet Alayien portant la couronne des vénérables empereurs. Ce n'est pas une question de principe mais de survie pour les trois races. Les Alayiens ne doivent pas siéger sur le trône humain. Un hérétique ne peut pas porter de couronne impériale.

Nous le déclarons coupable de déshonneur et d'avoir souillé la tradition impériale. En prenant le trône impériale au détriment de Korentin Kohan, Fabius Kohan est reconnu coupable d'ursupation. Il a par conséquence aucun droit d'user du pouvoir conféré par la couronne. Nous appelons donc tous les bons et loyaux citoyens de l'Empire de refuser de payer l'impôt à l’Usurpateur ou de le servir comme soldat. Tous les vrais citoyens et nobles soldats doivent soutenir Korentin Kohan et le reconnaître comme vrai empereur pour sinon devenir être eux-même complices de l'Usurpateur.

Mais nous avons entendus de crimes mineurs mais pas moins graves. On raconte que lui et son sbire, Crissolorio Ostiz, comment dans l'enceinte du palais mille forfais ignobles.

Ostiz, ce nom est redouté par beaucoup de gens. Qui ne connaît pas ce ancien collecteur d'impôt qui menaçait les pauvres et épargnait les riches ? Il se dit incorruptible. Ceci est que pour mieux se faire pervertir par l'argent. On dit qu'il amasse son argent dans une salle pour y nager chaque soir. Même les dragons sont moins avides que cet homme sans âme ! Certains disent qu'une partie de l'or provient des fonds publics qu'il détourna à l'époque ou il fut inspecteur des fonds publics. Il aurait selon certains détournés les soldes de certains groupes de l'armée impériale, en prenant comme excuse qu'ils ne le mériterait pas. Chaque fois que quelqu'un découvrit ses méfaits dans l'administration, il l'accusa de corruption et le jeta dans les fers pour pouvoir continuer à amasser de l'or. Aujourd'hui il siège près de Fabius formant avec lui un couple maléfique et malsain.

Ils organisent chaque troisième soir, dans une salle tapissée de rouge, dans les cachots du palais, des orgies violentes. On fait apporter des prisonniers qui sont torturés et violés par mille facons que l'esprit humain ne saurait tolérer plus de détails. On dit aussi qu'Ostiz fait venir des mendiants au palais pour les banquets. A fin d'amuser la foule, on donne aux mendiants quelques sous pour qu'ils se mettent à quatre pattes et servent de monture aux enfants des aristocrates, faisant ainsi des rond dans la salle. Quel manque de respect envers les plus pauvres de notre cité !

Et ceci sont que quelques crimes qui se font au palais pendant que le peuple souffre pauvreté et est menacé de faim. Nous disant donc : rebellons-nous tous ensemble contre le tyran et faisant le périr pour le punir de ses crimes et ignominies!



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La guerre plumée Empty
MessageSujet: Re: La guerre plumée La guerre plumée Icon_minitimeSam 3 Mai 2014 - 14:16

Archivé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


La guerre plumée Empty
MessageSujet: Re: La guerre plumée La guerre plumée Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

La guerre plumée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Guerre des Clan - Thelegend - Partenariat ? # Besoin de Membres.
» Besoin d'aide pour mon chariot de guerre.
» Ministre de la justice René Magloire en guerre contre les traficants de drogue
» La guerre des xénos
» L’alimentation en temps de guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-