Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez

Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Merithyn Shadowsong
Merithyn Shadowsong
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Left_bar_bleue4/10Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Empty_bar_bleue  (4/10)
Xp disponibles: 3

Légende

Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Empty
MessageSujet: Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Icon_minitimeSam 24 Avr 2010 - 0:33

Introduction
Sous le ciel nocturne

Au début de toute vie le sang est mêlé mais aussi versé;
il se sépare trop aisément pour combler la déchirure.

La Terre est partagée par tous,mais elle est elle aussi divisée
génération après génération.

Seul le Ciel englobe tout,aussi ne peut-il être divisé.
C'est donc par cette voie que viendront la paix et l'unité.

Si vous cherchez à réparerla déchirure,surveillez le ciel
de peur qu'il ne tombe.
Il convient en premier lieu de combler la déchirure qui se trouve en vous même,
Tant que vous n'aurez pas trouvé le plus insignifiant de vos semblables et aurez assuré sa protection,vous serez indigne de pardon.
Et il en sera ainsi jusqu'à votre rédemption ou votre mort privé d'absolution ...


La nuit étoilée brillait telle une chape veloutée ornée de joyaux tous plus beau les uns que les autres et dont la couleur même rappelait les vastes abimes des océans, elle s'étendait, infinie, éternel et secrète, enveloppant le monde des ses doux bras, berçant tendrement les êtres qui peuplaient le monde en dessous et soufflant une brise discrète et fraiche sur leur rêves. La nuit ne rêvait point, la nuit ne dormait point ... pas encore, pas tant que sa sœur la douce aurore ne tire son frère le glorieux jour hors de sa couche au delà du monde mortel. Point de repos pour la magnifique reine tant que les rets brulants ne viendraient pas déchirés de leurs crocs avides son tendre flanc, point de repos tant que les vagues dorées du jours ne le noie sous leurs forces de titan et n'annihile toute trace de son existence en ce monde ... Terrible cercle de mort et de renaissances destiné à duré à tout jamais au delà du temps et de l'espace.
Mais la grande reine ne prêtait pas attention à ses funestes présages, elle admirait les mortels au repos et le monde magnifique dont elle avait la garde, les forets aux sommets élégants, les montagnes enseignées, les déserts tapissaient d'or et les lacs aux eaux profondes ... Et plus que tout ses deux fils communiant en silence sous l'éclat argentées de ses joyaux.

ils étaient deux ses fils bien aimés, ses enfants abandonnés et perdus qu'elle aimait tant mais ne pouvait aider, qu'elle aspirait à les berçaient dans ses bras mais qu'elle ne pouvait que guidés de ses feux argentés, ses fils qu'elle souhaitait parer de mille joyaux mais qu'elle se voyait contrainte de retenir en elle et qui la blessait, autant d'éclats brulants qui la torturait sans fin, larme d'ignition sans but, perdu dans son immensité ... Toute la nuit elle lutait en silence contre le joug qui régissait sa vie, la lune sa seule compagne, jusqu'au bout de ses force et lorsqu'enfin sa peau de saphir profond rosissais elle abandonnait son combat futile et s'emplissait de la vu de ses enfants, rêvant du jours ou ils seraient enfin à ses cotés.
Le plus jeune, qui était pourtant aussi âgé que les pierres et les arbres en comparaison de la vie ridiculement courte des hommes, le plus jeune qui se tenait, fière, silencieux et droit, digne dans la lueur de l'aube naissante qui faisait flamboyer ses cheveux de vielle argent et ornait sa peau d'ivoire d'un lustre rare, comme les os de quelques animal merveilleux ayant vécus avant la naissance du monde et dont le corps avait offerts ses propriétés à l'être solitaire qui présidait ainsi à l'aube. Sa fine silhouette ,drapée dans une cape flottante semblable à un nuage, portait la halo du jour et la douce clarté illuminait son être comme un feu intérieur, comme le feu de Vrackna lui même bien qu'il ne l'eus jamais connu, et il restait ainsi tel une mince tige de saule contemplant un royaume désormais livré aux ténèbres. A son coté plus sombre mais non moins royal se tenait son second fils dont la cascade de cheveux couleur de la nuit même formait une trainée ondulante autour de ses épaules étroites et venait border un visage délicat et racé, aux traits ciselés tel une statue de cristal taillée par un maitre artisan. Il était plus grand que son compagnon et moins puissamment découplé mais non moins puissant, son aura tentaculaire s'étendait sur la terre tel la robe vaporeuse de sa mère et se manteau de ténèbres dissimulait sa forme au yeux du monde.

Après ce qui paru une éternité même à la reine de nuit elle même le plus sombre des deux elfes se tourna, gracieux et aussi éphémère qu'une ombre, et fixa son compagnon flamboyant avant de parler, sa voix aussi douce que le velours, à la fois trilles allègres de flutes et de rugissement de cors de chasse …

L'enfant d'argent ne répondit pas et se contenta de tendre un bras vers les pâles étoiles brillants si haut dans le ciel comme pour leur rendre hommage, son bras mince et pourtant si fort, son bras qui avait brandit l'épée lumineuse de sa famille pendant des siècles, symbole de victoire et de vindicte … La nuit se demandait ce qu'il pouvait penser, cet envoyer de la colère, si beau et si triste dans son halo, si seul au milieu de ses guerrier, si perdu en dépit de la large route qui s'étendait devant lui …
L'elfe qui avait parlé vint se placer à quelque centimètres derrière le dos de son ami et attendit patiemment la réponse de l'autre, aussi immobile qu'une statue et aussi froid que du marbre … Ombre parmi les ombres et plus noir que les abysses des mers australes, Altier et pourtant plein de la malice des plus vils créatures, icône de la gloire passée de son peuple et du pacte maudit de leurs survit ...



***

#AC1E44

It requires great courage to look at oneself honestly, and forge one's path




Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merithyn Shadowsong
Merithyn Shadowsong
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Left_bar_bleue4/10Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Empty_bar_bleue  (4/10)
Xp disponibles: 3

Légende

Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Empty
MessageSujet: Re: Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Icon_minitimeMar 15 Juin 2010 - 18:23

Mais rien n'était aussi si simple, jamais rien n'était simple en ce monde où le mot d'ordre était survit... survit du plus fort, survit du plus intelligent, survit de celui qui défendait sa vie à tout prix même si cela signifiait perdre tous ceux sur qui il aurait eu la chance de compter, la survit était un concept cru et dur, un concept qui ne laissait pas sa place à la douceur ou à la compassion, tuer ou être tuer, détruire avant d'être détruit. Un tel monde ne pouvait concevoir ce qui grandissait dans le cœur de l'être d'argent, cet être si singulier, si précieux mais si étrange que même sa mère la nuit ne pouvait calmer son flamboiement d'étoile perdue... car dans ce cœur si pure malgré les épreuves, malgré la douleur et la peine, malgré les ténèbres et la colère, oui malgré tout ce qui faisait tomber un être dans la haine il nourrissait une fleur blanche d'espoir et de joie... d'amour, ou c'était l'amour qui l'illuminait de l'intérieur, un amour puissant, sans limites ni frontières, un amour aussi étincelant que le soleil, que la lune et les étoiles, ces étoiles dont il semblait être issu....

Qui était il cet être si particulier ? Il avait un nom, il avait une vie, il avait une famille et un avenir autrefois... un glorieux avenir, dans un passé qui semblait pourtant si proche, presque palpable... Elwyne Chante tempête, Elwyne Akroma, Elwyne le droit, le juste, Elwyne l'impartial, tant de nom pour une seule personne, pour un seul être exceptionnel mais aucun ne pouvait mieux le définir que son simple prénom, la simplicité était son domaine et un domaine dans lequel il était un maitre sans conteste... Mais qui était il ? Celui dont le nom semblait gravé dans la terre elle même...
Il avait une histoire à nul autre pareil, une histoire qui deviendrait une source d'apprentissage et de méditation pour les siècles suivant, une histoire qui résonnerait au travers du cœur de centaines d'êtres et de lieux, une histoire dont l'impact se ressentirait pour un temps incalculable et conduirait de nombreuse vie vers un destin tout aussi grandiose. Une histoire, en vérité, qui décrivait bien peu l'homme sous le masque... un homme, un elfe, qui s'était vu offrir l'éternité et la paix absolue, un homme qui avait eu l'honneur de pouvoir donner un vrai sens aux mots de calme, de sagesse, de tempérance et qui pourtant riait de bon cœur lorsqu'on s'inclinait devant lui ou lorsqu'on venait l'honorait tel une divinité, lui savait, lui ne se souciait pas d'apparences ou de pompeuses cérémonie... Il était lui même, à jamais.
Et c'était exactement cette ligne de conduite qui l'avait perdu... exactement pourquoi il se trouvait à présent en cette nuit si magnifique sur une colline basse et herbeuse en présence d'une ombre vivante, cet être qui lui ressemblait tant et qui pourtant était son exacte opposé. Il était déchu à présent, abattu au bas de son piédestal tel une statue brisée et oubliée qui pourtant restait toujours vigilante et alerte...

Il s'éloigna de son compagnon, lui jetant un regard plein de douceur et descendit la colline pour s'enfoncer dans le voile de la nuit, disparaissant même à la vue aiguisé de l'ombre qui soupira et prit le chemin inverse de celui de son compagnon. Rien ne réunirait le duo à présent, rien en ce monde ou au delà, puissant ou faible... leurs chemin étaient séparés pour toujours à présent tel la route d'une sombre foret que nul ne pouvait éviter ni revenir sur ses pas... et la nuit pleura de les voir ainsi se perdre loin, si loin de l'aide fragile qu'elle pouvait offrir, loin du réconfort qu'aurait put apporter ses rayons, elle pleura des larmes d'argent fraiches et douces comme les ailes d'un papillon et aussi légères qu'un souffle de vent... et le chant résonna une dernière fois, provenant de nul part et de partout à la fois, le chant qui ne serait plus jamais entendu par les êtres vivants, perdu pour tous, le chant qui faisait rayonner son être de cet amour inconditionnel qu'il avait offert à tous sans rien demander en retour. Et le monde pleura, car la voix magnifique ne portait plus la même puissance, la même énergie, la même paix qu'auparavant... il était déchu et la terre elle même le savait, et la terre lui rendit hommage, projetant le murmure de son histoire au travers de sa peau rugueuse...



***

#AC1E44

It requires great courage to look at oneself honestly, and forge one's path




Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ] Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Une histoire,un elfe et un pays [ Monologue Meri ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L'histoire d'un elfe vagabond.
» Contexte : l'histoire de l'Entre monde
» L'ombre , l'elfe noir assasin.
» Les deux plus grands voleurs de l'histoire du pays... une affaire de famille
» Pourquoi organise-t-on tant d'elections en haiti?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-