Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Mëryl Nalwaë

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Mëryl Nalwaë Empty
MessageSujet: Mëryl Nalwaë Mëryl Nalwaë Icon_minitimeMer 18 Mai 2016 - 5:08


Nalwaë Mëryl


J'avais entendu ces murmures et ces rumeurs, déposées aux creux des secrets, presque subtils. Dans les yeux cette tristesse de ce qu'ils m'ont fait, du mal et de la douleur des mots. Ils ne pouvaient pas parler des étoiles écarlates sans les avoir vues.



Compétences

    Caractéristiques (clic) :
    Physique :
  • Force physique : Moyen
  • Agilité : Moyen
  • Furtivité : Moyen
  • Réflexes : Moyen
  • Endurance : Faible
  • Résistance : Faible
  • Beauté : Bon

    Mental :
  • Force mentale : Moyen
  • Patience/self contrôle : Bon
  • Perception : Moyen
  • Intelligence : Très bon
  • Arrogance : Très faible
  • Gentillesse : Bon
  • Prestance/charisme : Bon
  • Mémoire : Bon

    Combat :
  • Epée : Aucun niveau
  • Dague doubles ou simple : Aucun niveau
  • Poignard : Aucun niveau
  • Lance : Aucun niveau
  • Armes contondantes (bâtons, masses, ...) : Aucun niveau
  • Hache : Aucun niveau
  • Faux : Aucun niveau
  • Fouet : Aucun niveau
  • Art du lancé (poignard, petite hache...) : Aucun niveau
  • Art de la parade (bouclier ou arme) : Aucun niveau
  • Arc : Bon
  • Arbalète : Aucun niveau
  • Mains nues/pugilat : Aucun niveau
  • Equitation : Moyen

Identité


  • Race : Elfe

  • Nom : Nalwaë

  • Prénom : Mëryl

  • Surnom(s) : Rose, la fleur, Uilos (toujours blanche) faisant référence à l'innocence et la bienveillance qu'elle a gardée malgré ce que sa mère est devenue.

  • Titre :

  • Date de naissance : 13 décembre 1368

  • Age réel : 392 ans

  • Age vampirique :

  • Lieu de naissance : royaume elfique (forêt elfique)

  • Lieu de vie : Estëllin

  • Rang social : Noble

  • Poste/emploi : Conseillère royale

  • Guilde : Aucune


Equipement et magie
  • Arme principale : Un arc, rangé et empoussiéré depuis la bataille de Sandur. Il repose près de ses flèches et de son carquois.

    Trépas des flammes :
    Arc dont les flèches se glacent, produisant un impact glacé quand elles touchent leur cible.
    Enchantement : Impact glacé – élémentaire


  • Autres objets :
    Armure légère d'archer :

    L'armure légère portée par les archers elfes. Elle est très pratique et leur permet de grimper en hauteur sans être gênés tout en les protégeant des flèches et couteaux. Matériel : cuir.

    Carquois d'abondance

    Permet un renouveau des flèches à chaque fois qu'une est tirée.
    Enchantement: Réserve inépuisable - renforcement.


  • Alignement : Bénéfique

  • Totem : totem et niveau, cette partie sera remplie par le staff

  • Style de magie principal : Elfique

  • Puissance magique innée : ------

  • Niveau magique :-----




Physique et caractère

  • Physique : Elle avait ces yeux, aux émeraudes de son père et à la mélancolie de sa mère. Ces prunelles qui étreignaient leurs cibles dans leur tristesse familière, un regard qu’ils connaissaient et qui virait au doré lorsque la lumière croisait la rétine. C’est ainsi qu’on la reconnaissait, hormis ces traits, fins, ce visage un peu rond et sa taille gracile. Elle était petite face aux siens, encore jeune, sa taille dépassait néanmoins celle de la plus part des humains. Muscles découpés dans une silhouette délicate, sa carrure n’était pas imposante, des formes féminines qui éveillaient la mesquinerie de certains. Par jalousie, parfois ou juste pour trouver quelque chose à lui reprocher. Maigrichonne, pouvait-t-on dire méchamment de sa fine taille, mais son bassin s’élargissait jusqu’à la croupe. Si elle avait décidé de se marier, elle serait probablement bien faite pour avoir plusieurs enfants. Et il y avait ces cuisses, larges, musclées par les entraînements d’agilité.

    Ses cheveux, fins et sombres, se retrouvaient souvent attachés en un seul brin. Elle accordait peu de temps à ceux-ci, mais lorsqu’une servante avait envie de tresser la tignasse, elle n’y voyait aucun mal et se laissait dorloter. Mëryl ne coupait pas ses cheveux, ils étaient et montraient les années qu’elle avait vécues. Elle aimait les parer de bijoux, lorsque cela n’était pas encombrant. Des petites oreilles pointues, qui se mêlaient à sa coiffure, percées à quelques endroits. Les boucles d’oreilles, les bracelets et les anneaux étaient quotidiennes, que l’elfette soit habillée pour le combat ou de manière traditionnelle. Elle pouvait revêtir l’armure comme la longue robe. Entraînée tant au combat qu’aux bonnes manières, elle alternait entre les allures d’une dame et d’une combattante, socialement agile. Ce qui ne changeait pas dans la manière de se tenir était cette mélancolie, imprégnée dans sa démarche, près de sa candeur.



  • Caractère :

    L’on pourrait s’attendre à rencontrer une terreur lorsqu’on parle de Mëryl, l’elfette ayant hérité de la réputation de sa mère pour les moins informés. Mais d’une nature bienveillante, c’est une tout autre personne qu’est la conseillère, d’un calme et d’une douceur qui se brisait difficilement. Malgré ce manque de dynamisme qu’elle avait eu plus jeune, lorsque la guerre et ses horreurs n’avaient pas encore atteint son cœur. C’est une jeune elfe sage et réservée qui tente de faire autant de bien autour d’elle qu’elle le puisse, même si ça signifiait de devoir pardonner l’impardonnable et d’accepter les pires horreurs. Sa voix est aussi douce que son caractère, mais Mëryl ne manque pas de vivacité d’esprit. Elle se passionne dans beaucoup de domaines, que ce soit l’histoire, la politique, et l’arc à flèche qu’elle adorait avant d’en faire une arme violente…Les cibles non animées étaient toujours meilleures, le sentiment de décocher une flèche et d’atteindre sa cible était inégalable…Mais celui de prendre une vie et de la voir s’effondrer était terrible. C’était la raison pour laquelle la rose avait délaissé les armes, souvenirs amers et ensanglantés, pour se tourner vers les livres et le plus de connaissances qu’elle pouvait acquérir.

    La petite rose inspire la tristesse, elle est plutôt renfermée sur elle-même, comptant ses morts et ayant beaucoup de difficulté à se montrer simplement amicale après ces années de guerres. Elle respecte les convenances et les traditions de manière très stricte, ayant eu cette éducation mais elle n’y tiens pas, aussi si quelqu’un ne les respectait pas elle ne lui en tiendrait pas rigueur. L’elfette tient simplement à garder une bonne réputation, elle se souciait beaucoup du regard d’autrui, des rumeurs et des choses parfois méchantes qu’ils pouvaient dire. Elle n’avait pas envie d’être la risée de sa communauté, d’avoir la réputation de sa mère. Pourtant, une partie d’elle se disait qu’elle ne devrait pas y accorder autant d’importance, qu’il y avait toutes sortes de choses à admirer chez quelqu’un malgré ce que les autres pouvaient dire. La vérité était qu’elle manquait beaucoup de confiance en elle. Les seuls moments où elle n’hésitait pas et se montrait assurée, c’était lorsqu’elle avait l’arc à la main puisqu’elle savait qu’elle était talentueuse. Aussi était-elle une meilleure oratrice qu’elle ne le croyait, la rose était très exigeante envers soi-même et c’était peut-être la clé de son succès, qui lui a valu une place dans le conseil.

    Elle était courageuse et persévérante, sans nécessairement être têtue, Mëryl avait l’ouverture d’esprit de chercher des solutions différentes pour régler les problèmes. La même ouverture lui donnait des valeurs très tolérantes, elle n’aimait pas la violence et une agressivité n’était pas meilleure qu’une autre, ainsi elle n’appréciait pas le racisme, même envers les alayens ou les vampires. Chacun avait droit à sa chance et l’on ne pouvait faire de généralisation, bien qu’il faille se battre pour défendre les plus faibles lorsque c’était nécessaire. La petite rose avait un certain sens de l’honneur, mais il ne s’agissait pas de quelque chose dont elle parlait ou se vantait, elle n’en avait probablement même pas conscience, c’était juste important pour elle.




Mes liens



Kälyna Vallaël: Sa mère, tout ce qu'elle a accompli était pour la faire sourire, la rendre fière mais il n'y eut que froideur et distance entre eux. Peu importe ce que les autres diraient, ou ce que Kälyna pouvait en dire elle même, elle l'aimait de manière inconditionnelle et ferait tout pour retrouver sa mère. Mëryl l'avait sauvé une fois, elle pouvait le faire une seconde fois.

Orfraie Ataliel: Elle l'avait rencontré dans des entraînements, ayant appris à se battre auprès d'elle, la princesse l'avait même entraînée dans le désert. Elle ne serait probablement pas une aussi bonne archère sans elle. La conseillère avait siégé auprès de la princesse,prenant un peu plus ses distances malgré ses affinités. Mëryl s'était fait une coquille après avoir perdu son père et son regard triste n'était plus aussi amical qu'avant. Elle apprit que l'elfe était devenue une vampire, étrange destin pour une femme qui avait été si proche de la couronne, mais la rose ne jugeait pas, chacun son histoire. Il y avait néanmoins quelque chose de triste à l'idée de disparaître de sa mémoire...

Aegnor Evanealle: Son empereur, elle le respecte et lui est fidèle malgré les décisions qu'il a prit au sujet de l'exécution de sa mère. Même si il avait voulu la garder en vie, le peuple elfique lui aurait reproché suite aux crimes que la prêtresse avait fait, c'était alors légitime et elle ne lui en voulait pas, bien que cela la remplisse d'amertume. Un peu impérialiste, elle penchera de son côté au conseil, gardant ses idées très libérales.




Derrière l'écran

  • Petite présentation : Vous me connaissez déjà, Je suis ici depuis un moment pour ceux ne m'ayant pas rencontré, débutant ici sous le nom d'Autone Summer, j'ai pris une pause avant de revenir. Je rp depuis maintenant 7 ans et je suis très artistique (des arts visuels aux arts de la scène). Sinon je travaille avec les enfants et je crois que ça résume le tout ^^

  • Rythme rp : Mais oui.

  • Particularités rp : J'crois pas...

  • Comment avez vous découvert le forum : gosh, je ne m'en souviens plus.

  • Le code du règlement :










Décembre 1368 de l’âge d’argent
Mëryl voit le jour, dans la souffrance et la froideur, c’est plus tard qu’on lui avait avoué que les seuls bras qu’elle put rejoindre furent ceux de son père et de celui qui assista l’accouchement. Il s’agissait de la première absence de sa mère, aussi serait-ce le commencement de sa personnalité aussi distante. Ainsi de se premier souffle débuta le manque d’une mère et ce sentiment d’être de trop, de causer plus de mal que de bien. Pourquoi alors tous la traitaient-elle comme le plus précieux des cadeaux? Pourquoi la rose épineuse n’était-elle pas la première à l’enlacer?

L’elfette grandit et persista, elle sentait la froideur, mais elle recherchait sans cesse le moindre signe d’affection de sa mère et si elle pouvait la faire sourire, rien qu’un peu, c’était suffisant pour remplir son cœur de joie et l’encourager à continuer ce combat. Toutes les manières étaient bonnes pour attirer son attention, que ce soit en se blessant ou en l’impressionnant par des connaissances et de la poésie. Son père réagissait, lui, mais ce n’est pas ce qu’elle recherchait et l’elfe ne comprenait pas, cherchant les raisons de certains comportements alors que la raison était juste sous son nez.
Sept années, les traits de l’elfette prenaient des airs plus matures, alors que son corps s’allongeait. La rose avait éclos, belle et en santé, elle ressemblait beaucoup à sa mère, mais ses yeux gardaient les couleurs de son père, à la lueur joyeuse encore intacte. Instruite, auprès de maîtres que son père avait choisis, rien ne lui manquait que ce soit la nourriture, un toit, les connaissances où les livres. L’enfant était joueuse, peut-être pas assez calme, elle n’avait aucun calme à se faire des amis et son agilité lui valait des jeux en forêt que les enfants appréciaient.

Il ne manquait qu’elle et elle la cherchait souvent, demandant constamment où elle était. Avait-elle peur qu’elle quitte le nid familial, pour les abandonner et ne jamais revenir? Où était-ce seulement cette urgence de la retrouver, d’être avec elle.
Dans la forêt, lui avait-t-on dit. Mëryl marcha seule, se surprenant parfois à courir, ses oreilles bourdonnèrent, elle ne savait plus trop ce qu’elle avait entendu, certainement sa voix, réconfortante, mais si froide à la fois. Son regard croisa les prunelles dorées, alors qu’une vive douleur franchissait sa chair. Tout ce dont elle se souvenait était la main de sa mère l’attrapant et de se sentir propulsée contre elle. La douleur, amenant les larmes à ses yeux et la terre qui se croisait au sang. La petite elfe ferma les paupières, laissant son esprit s’endormir pour donner répit à son corps heurté.

Ce fut la dernière fois qu’elle croisa ces prunelles dorées pour un long moment, on lui interdit de voir sa mère, elle fut protégée de beaucoup, presque étouffée par cette situation. La lueur de tristesse naquit dans ses yeux, celle que tous voyaient dans ceux dans sa mère, qui effrayait ceux qui ne voulaient pas que la vie lui réserve le même sort. Si elle n’était pas née, sa mère n’aurait jamais été aussi malheureuse, les gens n’auraient pas été aussi cruels avec elle et cette pluie d’étoile n’aurait fait de mal à personne. Tout le monde disait des choses horribles sur elle et Mëryl n’avait pas envie d’y croire, mais on ne lui mentirait pas, pas devant le baptistrel qui les avaient guéris. Les enfants, il fallait protéger les enfants, puisqu’ils étaient rares et précieux. Mais elle ne voulait ni de cette affection des inconnus, ni de la pitié…Elle était pourtant beaucoup trop polie et sage pour la refuser. Cela lui valut une bonne réputation dans le royaume en grandissant, mais elle aurait tant aimé avoir le regard de sa mère. Les larmes emplirent les émeraudes, plus souvent, lorsqu’elle se retrouvait seule et sans que personne ne le sache. Elle pensait ses blessures, seule, la nuit en se réconfortant comme elle le pouvait : Elle avait sauvé sa mère, si elle n’avait pas été là, sa mère se serait suicidée, simplement. Pourquoi alors n’était-ce pas une fin heureuse? Pourquoi ne pouvait-elle pas guérir ce cœur glacé?

Quelques centaines d’années s’écoulèrent dans le calme, l’elfette resta chez elle, surprotégée par sa communauté, voyager n’était pas vraiment possible. C’était un peu embêtant d’avoir autant de restrictions, mais elle n’avait pas à se plaindre puisque le monde regorgeait d’histoires d’horreur bien pires que la sienne. Tout sembla s’agiter tout d’un coup, après le retour des dragons. Mëryl pouvait se sentir enfermée mais elle suivait la politique de près puisque son père était conseillé. Elle le vit devenir beaucoup plus déprimé lors de l’invasion Alayenne. La peur était partagée par la rose qui supplia son père de lui permettre d’apprendre à se battre. L’arc fut donc l’arme qui fut choisi pour elle, combat à distance, seul compromis qui rassurait son père malgré sa réticence. Il n’avait jamais cessé de craindre de la perdre, mais elle en avait assez de se sentir étouffée dans toutes ces précautions.

Une bataille à laquelle elle participa, auprès de sa mère, une rare occasion de faire quelque chose avec elle, on lui avait permis de la voir mais la prudence était sévère, les gens n’aimaient pas laisser la rose avec sa mère alors que c’est de cette figure dont elle avait besoin. Elle fut fière de sa mère, de la voir négocier et de voir sa magie, puissante, admirable. Une victoire et pourtant, tellement de morts, tellement de sang, d’os brisés et de gorges tranchées. Mëryl n’aimait pas les flèches qu’elle avait lancées, même s’il s’agissait d’ennemis, elle avait fait du mal à des gens dont elle ne savait rien, dont elle se souvenait à peine les traits.

Néant, destructrice, avait pris trop dans son sillage. Parmi les siens qui avaient péri, les amis, les frères et les sœurs d’armes, cet esprit leur prit aussi leur maison. Les prunelles émeraude posèrent leur regard nostalgique sur les bois désolés avant de les quitter à regret. Était-ce enfin une occasion de voir autre chose que son petit monde trop protégé? La réalité était difficile pour une elfette qui avait toujours été enfermé entre ses livres et les bois de son royaume. L’innocence disparu, mais la candeur resta, par espoir, par obligation de croire à la fin de cette guerre. Elle se battu encore pour les rebels, mais jamais elle n’oublia les morts, jamais elle ne les accepta.

Puis tout s’effondra, comme si cette guerre n’était qu’une blague, un doux souvenir comparer à cette horreur qu’était Vraorg et sa théocratie. Les murmures se firent plus cruels encore, des rumeurs couraient, donnant mauvaise réputation à l’elfette. Elle avait rejoint le désert, mais tout le monde avait eu vent des horreurs que sa mère commettait pour le dragon blanc, de son amour inconditionnel pour lui. La douleur se fit plus vive dans son cœur, Mëryl ne savait que se recueillir auprès de son père, n’ayant qu’une seule envie et elle était de disparaitre. Mais elle devait se battre, pour tous ceux que Vraorg torturait, pour un avenir et malgré les morts elle le devait.

C’est une archère entraînée, expérimentée et plus douée qu’avant qui affronta les théocrates à la bataille de Sandur. Elle ne cria pas victoire lorsque Vraorg mourut et par la même occasion, que sa mère se fit arrêter. Elle courut parmi les blessés en panique, n’ayant pas vu son père depuis le début de la bataille. Les larmes qui avaient coulées en silence rencontrèrent le jour pour la première fois devant ses frères d’armes lorsqu’elle s’arrêta, figée devant le cadavre. Aucun son ne voulut s’échapper de ses lèvres, que sa respiration qui l’étouffait dans ses sanglots. Elle maudit silencieusement Vraorg et les alayens, elle maudit la guerre et les batailles, la violence et les armes en s’écroulant contre le corps inerte.

Le semblant d’une paix s’installa alors que le protectorat n'était pas encore dissout.
Il était déjà difficile de vivre la mort de son père, mais la mère de Mëryl devait être mise à mort pour ses crimes et malgré la tristesse qu’elle refoulait, elle comprenait la décision qui était évidente et juste. Ce deuil la mit dans un tel était que même la mort des esprits ne l’affecta pas, ne sachant que trop penser de cela, toute ses émotions se tournant vers son père et cette idée préoccupante que Kälyna allait être exécutée.Une lueur d’espoir l’emplit à la conclusion de ce procès, elle ne devrait pas être heureuse puisque sa mère devait mourir et son évasion était négative pour le royaume elfique… Mais elle était peut-être vivante, il y avait encore une chance, aussi petite soit-elle, qu’elle puisse la revoir, tenter de lui parler, peut-être une dernière fois, malgré que la rencontre qu'ils eurent avant le procès fut difficile. Le dragon rouge avait été manipulé par Vraorg, tout comme sa mère l'avait été, peut-être avait-il une infime considération pour elle, et la garderait-elle en vie?

Le peuple elfique quitta le désert et s'installa dans les montagnes. Un peu d'enthousiasme empli le coeur triste, elle aimait cet endroit, elle était heureuse d'avoir une maison. Mais les deuils pesaient sur sa conscience, lorsqu'elle eut le courage de se sentir un peu mieux, elle prit la place de son père au conseil. Mëryl hérita donc du ministère de la justice, ironiquement.

L’elfette savait sa mère pourchassée, mais elle avait l’intention d’utiliser de son influence pour la retrouver. Et si elle devait retrouver un autre cadavre, tuée par un dragon, elle aurait au moins une certitude…Mais elle allait essayer.


Dernière édition par Mëryl Nalwaë le Dim 22 Mai 2016 - 15:30, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Orfraie Ataliel
Orfraie Ataliel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
Mëryl Nalwaë Left_bar_bleue6/10Mëryl Nalwaë Empty_bar_bleue  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

Mëryl Nalwaë Empty
MessageSujet: Re: Mëryl Nalwaë Mëryl Nalwaë Icon_minitimeMer 18 Mai 2016 - 8:47

Hey ! ambre

Ça fait très plaisir de te revoir. Very Happy

Tu connais la marche à suivre du coup. Tu as 14 jours pour finir ta fiche. Bonne chance et n'hésite pas si tu as des questions. Wink

ronde





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Mëryl Nalwaë Empty
MessageSujet: Re: Mëryl Nalwaë Mëryl Nalwaë Icon_minitimeVen 20 Mai 2016 - 3:55

Je confirme que les événements de l'histoire sont cohérents avec ceux de Kälyna Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Mëryl Nalwaë Empty
MessageSujet: Re: Mëryl Nalwaë Mëryl Nalwaë Icon_minitimeVen 20 Mai 2016 - 22:47

J'ai finni love :coeur:
Revenir en haut Aller en bas
Orfraie Ataliel
Orfraie Ataliel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
Mëryl Nalwaë Left_bar_bleue6/10Mëryl Nalwaë Empty_bar_bleue  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

Mëryl Nalwaë Empty
MessageSujet: Re: Mëryl Nalwaë Mëryl Nalwaë Icon_minitimeSam 21 Mai 2016 - 0:05

C'est noté. Je reviens rapidement vers toi pour te donner des nouvelles. ambre





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
Orfraie Ataliel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
Mëryl Nalwaë Left_bar_bleue6/10Mëryl Nalwaë Empty_bar_bleue  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

Mëryl Nalwaë Empty
MessageSujet: Re: Mëryl Nalwaë Mëryl Nalwaë Icon_minitimeDim 22 Mai 2016 - 12:35

Bonjour ambre

C'est moi qui m'occupe de ta fiche et je n'ai qu'une petite remarque avant de pouvoir procéder à ta validation.

Ton titre. Seuls les Prédéfinis peuvent en avoir un dès le début. Tu dois donc le passer en surnom. Rien ne t'empêche ensuite d'en faire un titre avec tes PRs. Wink

Voilà ! Ce sera tout. ^-^

Préviens moi lorsque tu as corrigé ce détail.





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Mëryl Nalwaë Empty
MessageSujet: Re: Mëryl Nalwaë Mëryl Nalwaë Icon_minitimeDim 22 Mai 2016 - 15:30

Voilà ^^
Revenir en haut Aller en bas
Orfraie Ataliel
Orfraie Ataliel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
Mëryl Nalwaë Left_bar_bleue6/10Mëryl Nalwaë Empty_bar_bleue  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

Mëryl Nalwaë Empty
MessageSujet: Re: Mëryl Nalwaë Mëryl Nalwaë Icon_minitimeDim 22 Mai 2016 - 15:48

dragon

Sois la bienvenue sur tes terres, fille d'Armanda.
Tu es né(e) avec une puissance magique innée de niveau puissant et ton entraînement dans le domaine magique t'a permis d'atteindre un niveau correct Tu as d'ailleurs été choisi(e) par le totem du léopard des neiges dont tu as atteint le niveau 1.

Tes compétences ont été validées, tu pourras les faire évoluer tout au long de ton aventure. Tu as aussi un profil qui pourra évoluer en jeu sur demande.

Pour tenir l'état de tes aventures à jour, tu possèdes une fiche de suivi de personnage qui se trouve en ce lieu. Tu peux y ajouter tes liens, ton inventaire, ton histoire personnelle et ce que tu souhaiteras. Tu peux aussi adresser tes questions ici.


image





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Mëryl Nalwaë Empty
MessageSujet: Re: Mëryl Nalwaë Mëryl Nalwaë Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Mëryl Nalwaë

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Présentations de vos personnages :: Fiches validées-