Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Nómin Terendul VALIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Nómin Terendul VALIDE Empty
MessageSujet: Nómin Terendul VALIDE Nómin Terendul VALIDE Icon_minitimeMar 25 Fév 2014 - 22:54


Terendul Nómin


Une phrase représentant le personnage...



© @Negshin
Identité

Spoiler:
 
  • Race : Elfe

  • Nom : Terendul

  • Prénom : Nómin

  • Surnom(s) : Renard (à tort, par sa mère)

  • Titre : à acheter si vous le souhaitez

  • Date de naissance : automne 1673 de l'âge d'argent

  • Age réel : 81 ans (15 ans en âge humain)

  • Age vampirique :

  • Lieu de naissance : Royaume elfique

  • Lieu de vie : Royaume elfique

  • Rang social : Bourgeoisie

  • Poste/emploi : Aucun, trop jeune

  • Guilde : Aucune


Compétences

Spoiler:
 
  • Alignement : Neutre tendance maléfique

  • Arme principale :Aucune pour le moment

  • Autres objets : /

  • Caractéristiques : : ici informations pour remplir cette partie

      Physique :
    • Force physique : Moyen
    • Agilité : Bon
    • Furtivité : Bon
    • Réflexes : Bon
    • Endurance : Moyen
    • Résistance : Moyen
    • Beauté : Moyen

      Mental :
    • Force mentale : Bon
    • Patience/self contrôle : Très bon
    • Perception : Moyen
    • Intelligence : Maître
    • Arrogance : Bon
    • Gentillesse : Moyen
    • Prestance/charisme : Moyen
    • Mémoire : Bon

      Combat :
    • Epée : Très faible
    • Dague doubles ou simple : Aucun niveau
    • Poignard : Aucun niveau
    • Lance : Aucun niveau
    • Armes contondantes (bâtons, masses, ...) : Aucun niveau
    • Hache : Aucun niveau
    • Faux : Aucun niveau
    • Fouet : Moyen
    • Art du lancé (poignard, petite hache...) : Bon
    • Art de la parade (bouclier ou arme) : Moyen
    • Arc : Faible
    • Arbalète : Très faible
    • Mains nues/pugilat : Très faible
    • Equitation : Moyen

  • Totem : totem et niveau, cette partie sera remplie par le staff

  • Style de magie principal : Elfique

  • Puissance magique innée : Correct

  • Niveau magique :A ne pas confondre avec la puissance magique innée, il s'agit ici du niveau de magie que possédera votre personnage au moment où vous allez commencer à jouer. Ce niveau est bien sur étroitement lié à la puissance magique innée (si vous avez un faible niveau de naissance vous ne serez forcément jamais un très bon mage). Ne remplissez pas cette partie, cette décision revient au staff mais notez bien que vous pourrez faire évoluer ce niveau au fil du jeu.





Physique et caractère

Spoiler:
 
  • Physique : Terendul jusqu’au bout des ongles, sans hésiter, on ne peut que le reconnaître aux traits qu’il emprunte à sa célèbre et si fournie famille. Il partage d’ailleurs cet air de famille avec son frère jumeau, qui pourrait presque passer pour lui. Sa silhouette solide quoi qu’élancée et aérienne, purement elfique, le laisse à mi-chemin entre la force qui émane de son père et de son frère et la douceur gracieuse de sa mère et de sa sœur… Et si son port nonchalant comme la ligne nerveuse de ses épaules équilibrées démentait un guerrier, il honorait cependant ses géniteurs d’une stature ferme.
    Gracieux et posé, d’un calme extrême aussi bien physique que mental, il se meut avec légèreté et une certaine langueur à la fois enivrante et condescendante… un calme affecté qu’il respire souvent, presque palpable autours de lui, comme si toutes choses ralentissaient soudainement. Pourtant, il lui arrive bien de faire preuve de nervosité ou de violence, comme toute jeune créature encore en apprentissage… mais même cette violence possède quelque chose de littéralement statique, quelque chose qui reste immobile malgré tous les assauts. Signe d’un malaise relatif pour certain, cet élément statique se retrouve dans le reste de sa personne et notamment son faciès délicat aux traits acérés et volontaires, peu expressif en général. Le nez droit offre une arrête sèche et les lèvres fines et d’un rosé pâle et tendre se pincent souvent en une légère moue ennuyée ou concentrée.
    En ses rares moments d’expressivité, à la lueur d’un sourire ou d’un éclaire d’agacement, ses yeux miroitant comme deux flaques de mercure aux nuances subtilement azurées restent fixes, dépourvus de chaleur et lisses du moindre sentiment. Il faut la présence de sa famille pour faire fondre ce gel distant, notamment la vitalité impulsive de son frère qui les colore alors d’une affection sincère. Le reste du temps et pour tout autre, il ne s’agira souvent que de tomber sous la coupe d’un regard certes magnétique et attirant, mais surtout terriblement sérieux.
    Un contraste frappant, peut-être, avec sa crinière de cheveux blond-argentés qui, non contente de s’allonger d’année en année, a également le bon goût de s’épaissir progressivement, rendant les instants de coiffage particulièrement ardus. Cela dit, un peu de patience et de doigté parviennent à en venir à bout, quoi qu’il se fiche éperdument de cela… Comme il se fiche d’ailleurs du reste de sa tenue, s’habillant simplement, presque sans y réfléchir, prit d’automatisme et d’assez d’instinct pour qu’on ne vienne pas trop le critiquer mais sans plus. De beaux habits ? Peut-être plus tard, quand il aurait fini de sortir de son esprit tout ce que son imaginaire pouvait inventer….


  • Caractère : A l’ombre la lumière, au feu l’eau, à la colère le calme… chaque chose a son autre face, eux également. Deux êtres liés de façon intime, presque fusionnelle, ne pouvant exister l’un sans l’autre. Voilà bien ce qu’ils étaient, lui et son frère. Inséparables ou presque. Irremplaçables l’un pour l’autre… ils avaient besoin de la présence de l’autre moitié d’eux-mêmes. C’était plus qu’évident depuis l’instant de leurs naissances respectives, à quelques minutes d’intervalle. Ils étaient deux facettes d’un même tout et le serait toujours et à tout jamais. Aranël était vibrant, colérique, rageur, violent, bon mais tempétueux… son jumeau adoré, qu’il aimait plus que toute autre chose en ce monde. Lui était différent, son inverse, comme une peinture en blanc et noir au lieu d’un noir et blanc. Lui était un être au calme parfois effrayant, qui vous fixait de ses yeux pâles aux flammes sourdes comme une blessure fine et profonde, sans mot dire et sans expressions si ce n’était un vague sentiment de malaise, de façon à vous faire ressentir tout le poids de son ennui perpétuel lorsqu’il s’agissait de rester immobile ou d’assister au moindre discourt dépourvu d’intérêt. De ce même calme avec lequel il affirmait parfois être en colère sans que rien ne vienne soutenir pareille déclaration dans son ensemble paisible et posé, tandis qu’il retournait à ses activités en cours. Douloureuse fracture de l’être intérieur, que d’être singulièrement incapable de se mettre en colère comme le faisait son frère… qui d’ailleurs compensait pour lui également. Il était toujours calme oui, extrêmement, effroyablement calme, ayant bien autre chose à faire de son énergie que de le dépenser en crises de nerfs quand il pouvait laisser son frère s’en charger. Ses efforts se portaient ailleurs. Sur bien d’autres choses… sa passion pour l’apprentissage entre autres choses, Sa passion pour la modernisation galopante, pour les inventions en tout genre… rien ne lui était plus délicieux que de pouvoir donner corps à tout l’imaginaire qui passait par son esprit, bouillonnant, toutes les idées et les hypothèses qu’il émettait sans prendre conscience qu’il s’écartait totalement des chemins de pensées elfique… et pourtant qu’y avait-il de plus beau que de pouvoir créer de nouvelles choses ? D’inventer des objets qui n’existaient pas, et d’en améliorer d’autres existant effectivement ? Il sentait son esprit cavaler comme un cheval lancé au grand galop dès qu’il s’agissait de donner corps à ses rêves et c’était sans surprise qu’il avait décidé de travailler son doigté et la capacité de ses mains tout en continuant de s’imbiber de tout ce qu’il pouvait… à son propre rythme, car il trouvait celui de ses précepteurs bien trop elfique, bien trop lent cela était bien dit. Ils étaient tellement lent, tout allait trop lentement, il finissait par en devenir fou lui-même à force. Un peu de lenteur de temps en temps pouvait être bénéfique. Trop ? Trop était stupide et inutile, comme à peu près la totalité des ancêtres décrépis qui formaient les hautes sphères du peuple elfique de toute façon. Dédaigneux ? Rien qu’un peu. Il était dur de lui faire céder ce travers qu’était un coté hautain silencieux. Seul sa famille y coupait. Son frère qu’il aimait et auquel il s’attachait comme une bernique à son rocher, sachant très bien qu’il était la seule personne à pouvoir le calmer dans ses accès de rages et entretenant le lien étroit qui les unissait… sa sœur également qu’il aimait beaucoup, bien que moins que son frère. Sa mère et son père également, à différentes mesures. Il aimait sa famille oui et souhaitait leur faire honneur… mais même eux n’étaient pas à l’abri de ses petites vengeances lorsqu’ils touchaient à son précieux jumeaux. C’était parfois particulièrement mesquin et bas mais ça l’indifférait, et il était parfaitement satisfait de ces petits tours, qu’il jouait notamment à leur père. Oh oui, il était parfaitement bien éduqué, il connaissait la politesse, la façon de se tenir… mais il n’y pouvait rien c’était plus fort que lui, il finissait toujours par jouer quelques mauvais tours… Mauvais ? Peut-être pas, malicieux ? Certainement. C’est plutôt drôle de voir l’expression de ses victimes quand il les pièges… mais cela reste malgré tout relativement innocent tant qu’on ne vient pas le chatouiller de trop près. Et puis il passe tellement de son temps à inventer qu’il ne lui en reste que très peu pour le reste… sans parler des moments qu’il partage avec son frère. Géni tâtonnant encore timidement, il doit encore se forger…



Mes liens

Spoiler:
 
Aranël Terendul : Son frère, son jumeau. Une partie de lui, sans équivoque. Il lui dit tout et l’aime sans retenue… Il est même prêt à toutes les extrémités pour lui.

Enetari Terendul : Sa sœur, il l’aime beaucoup même si moins que son frère. Ils passent du temps ensemble et ont des activités commune. Son esprit blagueur et fripon le charme énormément.

Lisaë Terendul : Sa mère qu’il aime et respecte énormément, autant pour sa douceur, son calme que son savoir

Artaher Terendul : Son père, il l’aime mais lui en veut à cause d’Aranël. Maintient tout de même une relation cordiale en dehors de ses blagues de mauvais goûts



Derrière l'écran

Spoiler:
 
  • Petite présentation : CF Meri

  • Rythme rp : Comme d'hab ^^

  • Particularités rp : Comme d'hab ^^


  • Comment avez vous découvert le forum : J'y suis déjà !

  • Le code du règlement :










Naissance

Un unique cri. Voilà ce qu’il avait daigné offrir à ses géniteurs et aux personnes présentes lors de l’accouchement de sa mère, une journée extraordinaire journée d’automne. Venu au monde et mort un bref instant, avant que la science Baptistrale ne le ranime. Cette circonstance exceptionnelle en l’instant aurait sans doute des conséquences postérieures insoupçonnables mais sur l’instant, la liesse était seule maîtresse, devant la vie qui l’anima sous les doigts pleins de maîtrise du Baptistrel… Le petit corps s’éveilla et gigota alors qu’il produisait un petit cri aigu et net, protestataire. Après cela, cependant, il resta parfaitement silencieux ou presque, continuant de gigoter dans les bras qui l’emportaient vers sa mère qu’il reconnut aussi instinctivement qu’instantanément. Au côté de son frère dans le creux de l’étreinte paternelle, il se fit sage et docile, petit poupon délicat émettant parfois de vagues grincements en lieu et place des vagissements énergiques de son aîné si proche. De ses grands yeux encore innocents et étranger à ce monde curieux, il s’imbibait de la forme de son général de père qui le surplombait… encore une figure reconnue instinctivement, la sensation de protection qu’offrait l’étreinte familiale aussi naturelle à la petite chose qu’il était que de respirer à présent que ses poumons s’étaient gonflés. Les couleurs, les sensations, saturant son cerveau encore nouvellement éveillé, lui semblaient encore incompréhensibles… Aveugle au miracle génétique et racial dont il était partie aux yeux de sa race, dont il ne savait encore rien, le poupon tendre et délicat vivait ses premiers instants dans le monde extérieur.

Et cette arrivée en fanfare dans le monde donnait bien le ton de la vie futur du couple et de ses rejetons. De loin le plus calme des trois petits, Nómin était naturellement facile à vivre, bien que d’un calme toujours inquiétant et préoccupant. Peu vocale, il continuait de son habitude de grincer ou de roucouler vaguement quand ses besoins physiologiques se faisaient sentir. Et uniquement cela. Il ne se réveillait pas lors de ses siestes, ne nécessitait pas plus ample compagnie, bien qu’il semblait bien heureux lorsqu’on venait le voir. Les peurs enfantines lui semblaient étrangères et il observait le monde de longues heures depuis la couche, semblant absorber ce qu’il voyait et vivait… Lorsque sa mère venait s’occuper de lui, ou qu’il passait du temps en compagnie de son chahuteur de frère, il posait ses yeux clairs sur eux et cessait immédiatement de bouger, comme une petite poupée de chair et de sang. Son père le faisait plus souvent grincer, comme sa sœur, produisant une petite moue avant qu’il ne cherche à mordiller ce qui passait à sa portée. Moins inquiétant que son frère, et probablement plus aisé à gérer, il put bénéficier de ses jeunes années sans qu’on ne vienne l’observer de trop près ou que l’on tente de le faire étudier comme Aranël l’était… Après tout, si il était inquiétant d’être toujours en colère, être toujours calme était plutôt une vertu.

Enfance

Si son frère était le spécialiste des bêtises bruyantes et apparentes en plus des surprises et des coups de frayeurs, lui avait l’art et la manière de provoquer ses propres effets quand on s’y attendait le moins, et généralement en ‘période creuse’ entre deux coups de colère de Aranël, histoire, même sans le vouloir, d’être certain de toucher au but. Le première fois qu’il causa une véritable frayeur à sa mère, si l’on omettait sa naissance quelque peu singulière, prit place à l’aube d’une belle matinée après une nuit difficile pour ses parents qui avaient dû s’occuper de leur aîné de rejeton… Il s’était, lui, installé à la fenêtre de la pièce à vivre de leur maisonnée, à cheval sur le bord, un pied dans le vide et l’autre pendant au-dessus du parquet de bois. L’escalade avait été ardue mais, bien content de ce trône improvisé, il en avait profité en se reposant de l’effort pour admirer la vue et se gorger silencieusement de tout ce qu’il pouvait voir. La nature extérieur était magnifique même si, petit bout d’elfe, il n’en comprenait pas encore tout, il pouvait tout de même profiter des couleurs et des animaux qui s’ébattaient là librement… Prit dans cette admiration et dans l’attraction qu’exerçait l’extérieur sur lui, il laissa son esprit dériver complètement, vers des strates encore étranges et étrangères. Il offrait cependant une vision assez saisissante, figé dans sa posture sur le bord de la fenêtre, les yeux grands ouverts, comme des soucoupes et ne semblant plus du tout respirer… ce qui s’avéra exacte pendant quelques secondes. Son corps commandé complètement par l’esprit avait littéralement oublié son mécanisme basique. Pas pendant très longtemps, fort heureusement, et l’arrivée impromptue de sa mère accéléra son retour à la réalité… peut-être même un peu trop, puisque la soudaine présence manqua le faire basculer tête la première dans le vide. Sursautant, il battit des bras, manqua de tomber et s’accrocha à la première chose qui lui passait sous la main, à savoir les cheveux de sa mère…

Après ça, il fut bien plus attentif à ne pas grimper n’importe où. Son niveau de concentration, lui, ne diminua absolument pas hélas et si il parvint à apprendre à respirer et à penser en même temps au fur et à mesure des années, il continuait d’entrer dans des instants de méditation lui ôtant quasiment tout mouvement, de sorte qu’il ressemblant alors à une parfaite statue de chair et de sang. Lorsqu’il n’avait rien pour contenir son envie de simplement penser, il se laissait souvent dériver vers les océans improbables de son esprit et ne voyait pas le temps passer. Bien sûr ces instants-là se faisaient bien plus rare en journée, où son frère et sa sœur le tenait toujours par un bout ou un autre lorsque ce n’était pas sa mère. Son père ? Oh il aimait son père oui… mais disons qu’il gardait un peu plus de distance avec lui qu’avec sa mère. L’influence involontaire de Aranël certainement… il n’aimait guère voir son père toucher à son précieux jumeau, même lorsqu’il s’agissait simplement de l’entraîner… Son frère était ce qu’il avait de plus précieux et personne d’autre que lui ne le connaissait vraiment. Alors le toucher ! Cela commençait presque innocemment, une feuille défraîchie dans la salade du soir et puis, avec les années passantes, ça passait à être chose… aux champignons, aux pommes de pins… et aux portes, par exemple….

Floraison

Dès qu’il fut capable de lire et de construire quelque chose de ses dix doigts, il ne fut plus qu’un gouffre sans fond dont la découverte, la lecture et l’apprentissage étaient les buts premiers (en dehors des longs instants qu’il offrait à son frère dont le besoin de réconfort était évident et qu’il offrait avec beaucoup de plaisir). Il suivait souvent sa mère comme une seconde ombre quand elle se rendait à la bibliothèque impériale et s’y construisait un nid dans le fond d’un rayonnage où il pouvait continuer de dévorer en paix les sommes de savoir accumulés là… Il adorait la lecture, dédaignant quelque peu l’entraînement magique ou celui des armes, et préférant de loin continuait de se gonfler de connaissances comme une éponge d’eau. Il adorait apprendre oui… mais uniquement quand cela venait de lui, aussi les rares elfes désireux de participer à l’apprentissage de leur fratrie étaient bien mal reçus. Quand il ne suivait pas sa mère et qu’il ne cédait pas à un peu d’entraînement physique pour se garder en forme, il vagabondait dans les ateliers des artisans elfiques, se plaisant à observer des heures durant, de son attitude figée de statue, attirant l’attention, parfois, pour poser une question qu’il avait fait mûrir des jours durant. Il se lia particulièrement d’amitié avec Ellumyne, le forgeron royal, dont l’usage des matériaux spéciaux et les expériences en matière de fabrication étaient des modèles pour le jeune esprit qu’il était… Il aimait également partager certaines de ses connaissances avec sa sœur, surtout lorsqu’il s’agissait de magie, puisqu’elle s’y destinait. Et ce qu’il pouvait ainsi acquérir, il se faisait un plaisir de le mettre en pratique de son coté, s’essayant à des inventions diverses et variées, adorant par exemple chiper les armes de son père pour tenter de les améliorer ou travaillant avec sa sœur à la confection d’objets volants… sans grand succès, mais c’était le chemin le plus important et pas la finalité, tout ce qui lui permettait d’assagir un peu son imagination bouillonnante. Et puis si il parvenait à construire une meilleure épée que celle de son père, il serait peut-être capable d’offrir un avantage à son frère pour le défi qu’il devait surmonter non ?

Il voulait l’aider après tout, surtout lorsqu’il voyait au demeurant sa détresse… si il était capable de lui offrir quoi que ce soit pour l’aider à surmonter ses soucis, il le faisait avec joie. Il savait être le seul à pouvoir le calmer, comment n’aurait-il pas pu ? C’était instinctif chez lui… mais au-delà de cela, il partageait avec son frère une symbiose et une harmonie, un amour, total, auquel il ne posait aucunes limites. Son frère était comme une partie même de son être, quelqu’un qui le comprenait et qu’il comprenait, auquel il ne cachait rien et qui ne lui cachait rien… Ils se protégeaient l’un l’autre, à raison ou à tort, dès que quelque chose faisait même mine de s’en prendre à l’un d’eux. Et ils excluaient de cette bulle toute autre personne… et si Nómin pouvait parfois prendre conscience des hésitations extérieurs, il s’en fichait éperdument tant qu’il avait la certitude parfaite que son frère était à lui et rien qu’à lui. Il était parfaitement satisfait de ce qu’il partageait avec son frère et ne désirait pas que ça change. Avec le temps, en grandissant, il avait même et ce de façon fort désagréable, prit le parti de provoquer un peu le caractère protecteur d’Aranël… L’ombrageuse fureur de son frère était si connue et redoutée qu’il s’amusait beaucoup de pouvoir en bénéficier un peu… Peut-être était-ce là ses propres soucis, car si son frère estimait anormale ses colères, et se pensait mauvais, lui comprenait parfaitement que ses petits tours n’étaient pas agréables et pourtant les pensaient parfaitement légitimes.

Amertume

Le temps ne l’arrangea pas plus que son frère bien-aimé. Plus le temps passait et plus il apprenait, et plus il apprenait plus il se sentait confiant, sûr de lui, maître de la situation… et plus il en était calme. D’un calme atroce car particulièrement frustrant la majorité du temps. Que ce qu’on lui dise lui plaise ou pas, il restait calme, infiniment et profondément calme. Il ne se sentait même pas l’envie de se mettre en colère, comme si quelque chose lui avait aspiré cette capacité à la naissance. Mais si il était calme, cela ne voulait absolument pas dire qu’il n’était pas sans réaction et les mauvais tours qu’il jouait contribuait souvent à une ambiance déjà tendue. Des tours qui devenaient plus mauvais avec le temps. Est-ce que cela le dérangeait ? Peut-être un brin… un peu, parfois, quand cela allait trop loin. Mais en général, non absolument pas. Il n’avait même pas conscience du ton malsain que prenaient certaines de ses blagues… Des blagues qui n’en étaient pas forcément d’ailleurs. Quand il s’agissait de son frère il était particulièrement sérieux. Il voyait le mal être d’Aranël et en voulait à quiconque le causait, y compris sa propre famille. Oh il les aimait ! Beaucoup ! Mais cela n’avait rien à voir. C’était de son frère que l’on parlait et son frère passait au-dessus de tout… Il prit même le parti de s’entraîner plus durement avec lui. L’épée ne lui convenait pas, mais il appréciait le lancer et trouvait le fouet (arme peu commune) particulièrement amusante. Et puis ça ne lui faisait pas de mal si ? Il pouvait garder un œil sur son frère et sur quiconque tentait de lui faire le moindre mal… et pouvait bien intervenir si il le fallait. Avec sa sœur également, il s’entraîna, lui demandant même de l’aider un peu en magie. Après tout il était temps qu’il se développe ailleurs que dans l’intellect pur et dur. Avec les changements apporté par le temps qui passait, il prit nettement conscience du totem qui l’appelait, comme son frère y était également sujet, mais, déterminé, il comptait bien refuser de passer son rituel avant qu’Aranël le fasse également et tant pis si cela ne venait jamais. Les rumeurs de la guerre venaient, le retour des dragons et l’arrivée des Alayiens… mais ils étaient surprotégés dans le royaume elfique, quoi que sa curiosité, piquée au vif, lui donna envie de voir le reste du monde..

Revenir en haut Aller en bas
Lorenz Wintel
Lorenz Wintel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage exceptionnel
Expérience:
Nómin Terendul VALIDE Left_bar_bleue0/10Nómin Terendul VALIDE Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 9

Fondatrice

Nómin Terendul VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Nómin Terendul VALIDE Nómin Terendul VALIDE Icon_minitimeMar 4 Mar 2014 - 22:58

dragon

Sois le bienvenu sur tes terres, fils d'Armanda.
Tu es né avec une puissance magique innée de mage correct et ton entraînement dans le domaine magique t'a permis d'atteindre un niveau correct Tu as d'ailleurs été choisi(e) par le totem Cobra mais tu dois encore accomplir ton rituel.

Tes compétences ont été validées, tu pourras les faire évoluer tout au long de ton aventure. Tu as aussi un profil neutre tendance maléfique qui pourra évoluer en jeu sur demande.

Pour tenir l'état de tes aventures à jour, tu possèdes une fiche de suivi de personnage qui se trouve en ce lieu. Tu peux y ajouter tes liens, ton inventaire, ton histoire personnelle et ce que tu souhaiteras. Tu peux aussi adresser tes questions ici.


image


Salut à toi , crois-tu pouvoir te cacher à mes yeux ? Je sais tout sur toi, tu es inscrit depuis le , ta dernière visite date du , et tu as 366 messages. Ne cherche pas à m'échapper...



Nómin Terendul VALIDE Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nómin Terendul VALIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Lisaë Terendul VALIDE
» Pompéï de Kessedag [VALIDE - ENTIER]
» Maxime Cooper [VALIDE]
» Arlequin, p'tit coquin ! [VALIDE - ENTIER]
» ▬ Bangarang [VALIDE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Présentations de vos personnages :: Fiches validées-