Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Empty
MessageSujet: Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Icon_minitimeLun 21 Fév 2011 - 18:55

Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Fiche111

  • Nom :
    Blaze

  • Prénom :
    Etherion

  • Surnom :
    Crocs Blancs

  • Date de naissance :

    Il semblerait que ma naissance, suivant les rares registres Elfes existants, se soit produite vers l'an 940 de l'âge d'argent. Une époque plutôt reculée, il en va de soi. C'est parce que le nom de Mère fut écrit dessus que je pus m'en rappeler.

  • Age :

    Toujours suivant ce même registre, précisé grâce à quelques mémoires d'Elfes, J'aurai 812 ans. Mais cela est-il réellement important ?

  • Race :
    Vampire ( Ancestral )

  • Caste :

    En ais-je une ? J'excelle dans la maniement des armes, quelles qu'elle soit, mais je suis un déchet pour la maitrise de la magie, je dois l'admettre, non sans regret. Considérez-moi comme un guerrier, si cela peut vous donner une idée se rapprochant de ce que je suis...


  • Métier :

    Un métier ? Vous vous moquez de moi ?! ...Je passe mon temps à errer. Je survis. Voyez ça comme mon métier.


  • Lieu de résidence :

    Dans les petites cavernes, du Royaume Vampirique moderne. Bien précis... Et j'aime me faire passer pour plus jeune que ce que je suis.


  • Arme principale :

    Mon arme est une épée elfique, sertie de rouge à sa base, et disposant des dents-de-scie juste après la garde. Lame à tranchant unique mais d'une efficacité redoutable, héritage de ce que j'étais avant, j'y ai ajouté, par mes propres moyens, une molette au pommeau de cette lame. Celle-ci est reliée à ce qu'on pourrait appeler une "chambre" interne à l'arme, un tout petit caveaux dans lequel une pierre Nihilite est abritée. Malheureusement, qu'elle soit orientée du côté de la parade pouvait entraîner une usure, et même un brisement, de cette partie.

    Bien que d'origine elfique, je me devais de la renforcer davantage. C'est pour cela que je du aller malgré moi en ville, trouver un forgeron habile de ses mains pour pouvoir renforcer cette zone, et peu bavard pour éviter d'ébruiter le fait qu'une arme comme elle existait. Mon arme, bien qu'encore en stade expérimentale, serait en mesure de contrer efficacement n'importes quels sorts de bas niveaux, et d'affaiblir les autres, mais le tranchant a également était optimisé, de telle sorte que je pourrai ébrécher les écailles d'un dragon en peu de coup. Enfin....

    Quand je dis qu'elle peut entamer un dragon si aisément... C'est juste une image, je me demande simplement quelles sont ses limites. Quand à sa capacité à contrer les mages... Je me demande si je pourrai encore la faire évoluer, dans un futur proche. J'affectionne cette arme. Conçue à la base pour chasser ce que je suis devenue, elle est à elle seule une magicide performante. Son nom ? Solaris

    Solaris, l'épée elfique la plus immorale jamais créée, perturbant les flux magiques pour alimenter son tranchant; réduisant l'efficacité des sorts de mages, annulant les sorts mineurs. Pas d'effet sur les Magiciens experts, ou peu, en revanche. La pierre Nihilite à ses limites, elle aussi. Mais sa soif de magie est inépuisable. Si elle reste sans magie trop longtemps... J'ai pas encore essayé, je n'essaierai pas, mais je pense qu'elle n'appréciera pas. C'est une sorte de drogue pour elle, elle ne peut pas s'en passer. Avec tout ce qu'elle a avalée à travers les âges, cependant, qui sait si son tranchant s'émoussera un jour. De plus, elle possède quelques habilités... Surprenante, diras-t-on. Je peux presser deux fois la gâchette, en effet creshendo. Si j'outrepasse cette limite, la lame se brise, et l'implosion magique qui s'en suit me détruira. Un délai d'une semaine est nécessaire avant de pouvoir l'utiliser dans des conditions optimales.

    Si je flanche, mon épée se brisera, car nous sommes liés. Si mon épée se brise, une partie de moi se brisera. Il n'y a pas que la mort qui a subsisté pendant de nombreuses années... Un lien s'est créé entre elle et moi. D'ailleurs, elle n'aime pas changer de propriétaire... Tentez d'essayer, vous serez surpris du résultat....


    Spoiler:
     

  • Style de magie préféré :

    Ne maitrise quasiment pas la magie. Le peu que je sais faire... Me régénérer. Mais c'est tout. Je ne sais et ne saurai maitriser les magies de ma race, ou de celle des elfes. Encore moins celle des humains.
    Mais, à défaut, la magie utilisée par les vampires et celle que je pourrai (être susceptible, mais je n'espère plus y parvenir) utiliser.


  • Alignement :

    Pratiquement neutre, si c'est possible. Être un Vampire Ancestral implique de savoir rester discret, et de ne pas se faire remarquer... Avoir tout le monde à dos est pesant, c'est un fait. Alors, j'évite les conflits et les tueries sanglantes, pour pouvoir subsister.



Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Fiche210

  • Physique :

    On dit que les vampires sont pâles. Qu'ils sont charismatiques mais sanguinaires. C'est peut être vrais... Mais il y a une origine à tout, n'est-ce pas ? Le côté charismatique est indéniable, et pour ce qui est du "sanguinaire", il en va de soi; il faut bien se nourrir, voyons. Les humains pensent-ils qu'il faut s'apitoyer sur le sort de chaque vaches qu'ils tuent pour manger ? Il en va de même pour nous, les vampires. Pour notre pâleur... Je ne saurai l'expliquer. Notre état "mort", notre coeur qui ne bat plus, et donc très peu de sang dans notre corps, empêchant la coloration des tissus organiques ? Ou la mort des cellules de mélanine, responsable de la pigmentation, en temps normal ? J'en sais rien. Hypothèses...

    Moins évasif, les temps m'ont bien façonnés, et ma pâleur initiale commence à s'estomper, très lentement, mais surement. Mes oreilles d'elfes sont là comme vestiges. Sans elles, j'aurai peiné à savoir qui j'étais réellement. Je passerai presque pour un elfe normal... Si les femmes n'étaient pas attirées par moi comme les moustiques avec la lumière, et si je n'avais pas un penchant pour le sang (oui, nous dégageons un certain charme... sa provenance m'est inconnues, et je vois cela comme une malédiction). Et puis, j'ai mes crocs aussi... Légèrement supérieur en taille par rapport aux canines humaines ou elfiques, mais incroyablement résistants et saillants. Fait pour traverser la peau sans difficulté, comme le cuir. Je ne me risquerai pas de les tester sur de l'acier, en revanche.

    Ma chevelure, est en même temps que mes yeux, le vestige de mon temps en tant qu'elfe également... Je suppose. Fins, courts et blanchâtres, mes cheveux auront su garder leurs apparence d'origine.
    Mes yeux, eux, sont grisâtres... Parfois bleus, perçants et déroutants. Et non rouges, comme le suggèrerai les parents humains à leurs enfant pour leurs faire peur !
    Mon visage n'a pas eu cette chance, celle de rester aussi élégant qu'avant. Mes traits ne sont plus aussi fins, mes sourcils plus présents, ma mâchoire plus démarquée, en restant dans des normes potables. Je ne sais pas si je dois me féliciter de réussir à passer pour un humain (au niveau du visage, oreilles exclues), ou me haïr pour avoir finit comme tel.

    Mon corps a subit de nombreuses transformations, lui aussi. Quoi qu'elles fussent plus internes qu'externes. Et, là encore, seul mon visage peut être considéré comme véritablement changé. Les Elfes sont connues pour leur dextérité, leur habilité et leur vélocité. Les vampires, eux, sont surtout un condensé de force brute, mélangé à une vitesse phénoménale et un gout prononcé pour la mort. Moi... Je suis l'apogée de ces deux facettes. Un monstre parfait. Car je me vois comme un monstre. J'en suis un. Et je l'assume, maintenant.

    Grand sans trop l'être, ni fin ni gros, juste équilibre trouvé pour mon apparence. Les vampires ne sont pas fait pour se faire remarquer, sauf effusion d’hémoglobine. Ils ont le visage de Mr Tout-le-Monde, avec un petit plus que l'on peut ressentir, sans vraiment pouvoir l’interpréter. Sauf exceptions : un humain obèse ayant était mordu et vampirisé restera obèse après sa transformation. Il en va de même pour les cicatrices ou autres, présentent sur le corps. Elles perdureront, sans pouvoir se régénérer, après la transformation. Étrange, non ?

    Mes goûts vestimentaires sont clairement définissables. Chemise noire et veste ample rouge, plutôt longue dans le bas du dos. Une semi-cape, pour faire plus simple. Quelques sacoches arnachées sur mon torse, à l'abri des regards indiscrets, comportant des fioles, et autres broutilles. Les fioles sont là pour le sang, des réserves, en quelques sortes. Mais ne sont pas intégralement dédiées à cet effet...


  • Caractère :

    Être au sommet de la chaine alimentaire, ou directement après les dragons, permet surement d'avoir une assurance, ou une confiance, plutôt remarquable.
    Véritable gentleman, ne pensant pas à tuer en permanence pour assouvir des pulsions oblitérées il y a plusieurs centaines d'années, je vis ma vie au jours le jour. Prudent mais pas impulsif pour autant, je suis le paradoxe parmi les vampires. Je sais faire preuve d'humour, non morbides, et aime prendre du bon temps. Je ne sauterai pas sur quelqu'un qui se fait une entaille, et tenterai d'interférer entre des conflits simples, n'aimant pas trop m'impliquer pour autant. Cependant, et malgré toute la volonté avec laquelle je m'y emploie, je ne peux pas renier définitivement ma véritable nature.

    En somme, je suis avant tout un bon manipulateur, légèrement sadique sur les bords, et bien que n'ayant rien contre la vie de groupe, je préfère de loin rester seul. Moins dangereux pour les autres, moins dangereux pour moi.
    J'aime bien côtoyer les Humains. Beaucoup moins hautains que les Elfes, sauf les rois, et surement moins intelligents, ils n'en demeurent pas moins intéressant. Je me surprends à éprouver de l'affection pour eux, parfois, mais... Je ne dois pas oublier qu'ils restent du bétail avant tout.

    Je n'ai rien contre les Elfes, également. Mais eux ont quelques choses contre moi. Je n'aime pas me montrer violent, mais s'en devient une nécessité des fois, quand je suis à découvert. La magie que je côtoyais autrefois et maintenant mon ennemie ! C'est rageant. Mais c'est également ce qui fait de moi l'un des plus grands anti-mages actuel. Du moins, je le suppose. Je ne perds pas mon temps à maitriser ce que je ne peux pas, alors bon...


  • Aime/déteste :

    Les choses que j'aime et que je déteste... Elles peuvent se déterminer sur les dix doigts de ma main. Difficile d'aimer et d'être aimé, surtout. M'enfin passons.
    J'aime le calme. Les endroits, les personnes, tout ce qui est silencieux, je saurai apprécier. En contre-partie, j'ai une manière bien à moi pour m'occuper de ce qui fait trop de bruit.
    Je passe beaucoup de temps à vagabonder. Alors, j'ai pris gout aux voyages. Je commence à apprécier de découvrir,aussi, ou à redécouvrir. Bien que les choses à découvrir soient rares... Peut être sympathiser avec un dragon... Sa, s'est certain que je ne le ferai pas. Les dragons sont bruyants. Mais ne parlent pas, un avantage. Pas oralement, du moins.
    Je déteste... Beaucoup de choses, outre les choses bruyantes.
    Les Humains et les Elfes qui traquent les Vampires, ne connaissant rien d'autre que ce que leurs histoires leurs ont laissés. J'étais de ceux là, bien avant. Cette époque reste très floue, mais... Je savais pourquoi et pour qui je les traquaient. Maintenant, cela relève plus du génocide que de la sauvegarde. Mais les membres de mon espèce n'arrangent certainement pas les choses...


  • Particularité :

    Je ne suis pas foncièrement méchant, je n'aime pas les curieux et les étrangers, voilà tout... Et je ne suis pas trop gentil, ou je serai bon pour y passer.




  • Histoire :

    Mon enfance...?

    Blaze Etherion. Un nom en rien elfique. Et pour cause, c'est un humain qui proposa ce nom à mes parents. A mon père, dois-je préciser, durant un de ses nombreux voyages. Il déteste le peuple elfique. Du moins, sa manière de fonctionner. Dans sa jeunesse, il fut plus auprès des humains qu'il ne le fut auprès des siens. Il ne connaissait pas Mère, à cette époque. Pour dire à quel point sa remonte... Qui sait qui il rencontra, ou quoi, mais ces noms restèrent gravés dans sa tête. Et maintenant, je l'arbore.

    Nous habitions à l'orée du royaume elfique. Une maison elfique simple, coincés entre l'ancien et le moderne. Un choix de Père, qui n'appréciait guère la vie en communauté. Mais s'il n'y avait que ça... Mère avait également décidée de rester ainsi, pour deux raisons. La première était qu'elle suivrait les choix de Père, quels qu'ils soient. Elle le suivrait au bout du monde s'il le voulait. Le second... C'est que ce fut à cette endroit qu'ils se croisèrent, la toute première fois.
    Et, malgré les blessures de Mère, qui refusait de recourir aux soins elfiques (fierté ?) dont je parlerai peut être plus tard, je passerai ma vie là-bas. Avant de... Devenir ce que je suis à présent.


    Blaze ? Où es-tu ?

    Je dormais bien... Suspendus sur une souche d'arbre, au-dessus de ma maison, je regardais l'immensité bleutée sans faille, ne prêtant aucune attention aux bruits extérieurs. Je n'aime pas le bruit. Le bruit, c'est briser le silence. Et le silence, c'est un état de perfection. L'on m'appela encore plusieurs fois, avant que je ne me décide à quitter mon lieu de repos privilégié, et de me retrouver face à face avec mon interlocuteur. Père, un elfe respectable, m'attendait, le sourire aux lèvres. Atterrissant avec légèreté sur le sol, je jetai un dernier regard au ciel, avant de me focaliser sur lui. Ses cheveux argentés semblaient êtres constamment en mouvement, même lorsqu'il restait immobile. Et il avait mes yeux, ou plutôt j'avais ses yeux, son regard. Il s'approcha de moi et me prit par le menton, toujours souriant, et me releva la tête.

    Tu n'aurais pas oublié ton entrainement, aujourd'hui ?

    Je fis rouler mes yeux. J'étais plutôt gêné. Père était un excellent bretteur, excellent parmi les elfes même, et s'était fait la promesse de me faire devenir plus fort que lui avec le temps. Moi, tout ce que je constatais, c'était que je terminais mes journées exténué, et couvert de bleu. Mais je n'appréciais encore moins le fait de le décevoir. Bronchant au début, je hochai la tête faiblement, et tournai la tête sur le côté. Un regard pénétrant. Le sien pouvait me fouiller mentalement si je le laissai trop m'observer. Vite, une alternative.

    Mère avait besoin d'aide. Je me suis gagé volontaire, et porté par ce souhait, j'ai négligé le fait que vous me consacriez du temps pour moi. Je suis désolé, Père.

    Détournant le regard une fois encore, je cherchai comment je pourrai improviser la suite. Il savait que je mentais, mais il s'en délectait. Seul les jeunes elfes savent mentir avec brio, mentir avec le visage "innocent". Plus l'âge s'empare de nous, plus il nous est difficile de camoufler la vérité, préférant jouer sur les mots, ou éviter les questions..
    Il soupira, et me fit signe d'approcher. Avançant craintivement vers lui, je reçut une pichenette sur le front, suivit d'un rire moqueur.

    Ne fais pas cette tête, Blaze, tu aurai pu simplement me dire que tu ne souhaitais pas t'entrainer pour aujourd'hui ! Allons...

    Père est comme ça. De son vrai nom, Niradéliane Miliriam Etherion, des bruits courts sur le fait qu'il avait passé plus de temps parmi les humains que chez les siens. Élevé surtout par Mère, nos traditions voulaient que nous, jeunes elfes, vouâmes un respect sans précédent aux membres de notre famille, qui plus est si leurs âges étaient supérieurs au notre. Dans le cas de Père, que je ne voyais que de temps en temps à cause de ses nombreuses missions, je devais... Non, je me devais de le vénérer. Ou quelque chose comme ça. Il en était conscient, mais n'aimait pas cette coutume. Pour lui, j'étais plus important à ses yeux que le système elfique courant. Mais je n'arrivai pas à m'y faire. Mère était amusée par ces réactions, par les miennes. Analia Azulis Etherion, autrefois guerrière, contrainte à arrêter son rôle suite à une blessure grave dans le dos, et à la jambe gauche, infligée par des Vampires. Son corps ne put récupérer, ces cicatrices ne purent se refermer. Le genre d'armes utilisées devait être enchanté spécialement à usage anti-elfes. Ma chère Mère... Je l'aimais. Autant que Père. D'un amour mélangé entre l'amour familial et le véritable. Elle ne peut faire battre mon cœur pleinement, mais c'était déjà ça...

    Hoy, Blaze, tu dors ?
    Non, c'est juste que...
    Si tu as du temps à perdre à chercher des excuses, consacres-le à ton entrainement !

    Il avait raison. C'était à la fois énervant et amusant. Du haut de mes 70 ans, je trouvais que j'avais un être exceptionnel à mes côtés. Et l'idée d'arriver à le dépasser un jour me faisait froid dans le dos. Je n'aimais pas me battre. Plutôt pacifique, oui. Et j'étais nul en magie. Il fallait bien que je trouve quelque chose...
    Père disparut, subitement, et revint quelques instants après, équipé d'une tunique bien particulière. Composée à la fois d'élément en cuir et d'extraits naturels, je devinais aisément la teneur de l'entrainement que j'allais devoir faire. Me confiant une épée simple, simple bout d'acier provenant du monde des hommes, il me défia du regard et pouffa.

    Attrapes-moi, si tu peux !

    Et il sauta. Très haut. Et continua sa course de branche en branche, vers l'air d'entrainement. Un petit coin de forêt à nous. Marmonnant quelques mots de déception, j'en fis de même, mais me résolut à rester à mi-hauteur, ne pouvant atteindre en une fois l'endroit où il avait atterrit. Sautillant de branches en branches, je finis par aboutir dans notre zone, notre coin privé, et l'aperçus entrain de bailler, accoudé à un rondin.

    C'est lent ! Tu t'es rouillé mon garçon, je croyais que tu valais mieux que ça !
    Désolé, Père.
    ...

    Il fit un geste vague avec sa main, et je sautai instinctivement vers le haut. Le sol qui se trouvait sous mes pieds devint plus boueux que jamais. Tss, commencer par ça, c'est un coup-traître ! Je du répéter mes bonds plusieurs fois pour éviter de m'embourber à divers endroits. Il commençait gentiment ! D'ordinaire, j'avais droit au golem d'entrée ! Il savait que la magie était mon point faible. Je ne pouvais pas la contrer, seulement l'éviter au mieux.
    Un coup d'œil à lui. La paume vers moi, les doigts à moitié repliés. J'avais plus le temps d'éviter, des racines émergeaient à profusion autour de moi, tentant de me maintenir immobile, alors qu'il m'envoyait l'épée juste en face de moi. Ma main fusa vers l'arme, trancha rapidement tout ce qui s'employait à me paralyser, et ceci avec aisance. J'étais particulièrement doué pour l'épée. Je tenais ça de Lui, peut être.

    Me débarrassant sans encombres des dernières ronces, je parai de justesse un large coup horizontal de sa part, qui me fit cependant nettement reculer, et je sentis mon bras s'alourdir.
    J'ai étais à bonne école. J'ai appris à ne jamais parer les coups, en cas de difficulté. Mais d'attaquer la lame adverse avec rage, pour pouvoir le déstabiliser. Une parade offensive, en quelque sorte. Nos lames s'entrechoquèrent plusieurs fois, s'ébréchant progressivement. Je n'avais pas sa force, sans quoi j'aurai pu tenir. Tentant le tout pour le tout, je tentai une estoque, et vis mon adversaire bondir agilement sur le flan de ma lame, un pied relevé, les mains sur mes épaules.

    Je du baisser en urgence la tête pour ne pas me prendre le talon de mon géniteur, et risquer gros sur cet assaut. A peine son pied posé, il tournoya sur lui même et projeta son pied libre dans mes côtes, me faisant grimacer de douleur et m'envoyer à terre. Rien à faire, je pouvais pas ne serait-ce que l'érafler. Je ne saurai dire si son regard, lorsqu'il me voyait à terre, laisser transparaître de la pitié, ou de la tristesse.

    ... On s'arrête là pour aujourd'hui.
    Je n'ai même pas su tenir plus de dix minutes face à vous, Père.
    Sois-en fière, certains ne tiendraient pas dix secondes.

    C'était sa manière de me réconforter. Moi, je le voyais comme un rabaissement. Serrant avec rage le pommeau de l'épée, je me jetai de nouveau sur lui, pour une attaque de front. Un suicide, ou un achèvement. Il planta sa propre épée dans le sol et me donna un violent coup de paume dans le ventre, me renvoyant aussi sec là où j'étais.

    Tu es à bout de force, Blaze, arrêtons-nous là.
    Mais....

    Il se retrouva en un éclair en face de moi, accroupi, et passa sa main devant ma bouche. Quelques instants après, je ne pouvais émettre le moindre son, et il se tordit de rire en voyant ma mine désemparée. J'aurai voulu être plus fort.... Encore plus fort...
    J'entendis un bruissement. Un elfe type grand gaillard apparut, et se dirigea d'un pas rapide vers mon père, qui plaça ses deux mains sur sa poitrine et s'inclina amplement, son visage maintenant dénué de la moindre expression. L'invité fit un simple mouvement de tête, et Père se redressa lentement. Un Impérial ?

    Niradéliane, ce salut n'est que trop donné alors que nous sommes compagnons d'armes plus que tout.
    Je me dois de respecter mes supérieurs.... Quel bon vent vous amène ici ?

    Je sais que Père n'est pas à cheval sur ce système. Pour lui, tout les Elfes sont égaux, et l'idée de devoir s'incliner face à quelqu'un de supérieur uniquement par un principe de hiérarchie l'hérisse au plus haut point. J'étais étonné de le voir ainsi, pour une fois. L'elfe tourna le regard vers moi, et mon père suivit, me faisant signe de déguerpir. Ne pouvant contester oralement, je du m'y résigner à contre-cœur. Je le vis m'adresser un dernier sourire, et plus rien.
    Ce fut là mon dernier entrainement avec lui.
    Mais j'étais trop jeune pour comprendre.
    Que je ne le reverrai plus.

    _________________________________

    J'aime me lamenter. Sur tout et sur rien. Sur les miens, et les autres races. Sur les notions du Bien, et celles du Mal. Tant de questions se bousculent en moi, cherchent vainement une solution, sans trouver de quoi se satisfaire. Mais la question qui demeure et demeurera ? Père est-il encore en vie ? Et, avec cette question, si oui, où est-il en ce moment. Voilà quarante-six ans maintenant que lui et son unité n'ont donné aucun signe de vie. Des bruits couraient, comme quoi un nouveau Vampire Ancestral avait fait son apparition. Qu'il avait à lui seul exterminé tout les elfes qui le traquait, et que Père était de ceux-là. Je n'y croyais pas un traitre mot. Enfin, je ne voulais pas le croire. Les Vampires, quels qu'ils soient, ne pouvaient pas tenir tête à l'élite de ma Race. C'était.... Impensable !

    Je filai de branche en branche à vive allure. Comparé à autrefois, il est clair que j'étais beaucoup plus vivace que dans ma jeunesse. Mais... Les personnes qui me couraient après se voyaient également plus âgées. Un bon challenge en perspective. Mère savait que je commençais à devenir insupportable. L'absence de Père m'était elle même insupportable. C'est pour cela que, ne trouvant personne capable de me donner ne serait-ce qu'une bribe de nouvelles le concernant, je me devais de le faire moi même. Quitte à en énerver plus d'un.

    Qu'ils sont lents... Et c'est supposé être des soldats ?

    Je les avais semés. Enfin, je me disais plutôt qu'ils ne voulaient pas perdre davantage de temps à me poursuivre. Écouter aux portes est vraiment très mal vus, mais ces elfes avaient côtoyés Père à une période. J'étais venus là dans l'espoir d'avoir des nouvelles. Étrangement, tous réagissent bizarrement quand je leurs évoque le sujet... C'est rageant. Ils savent quelque chose, et je ne peux deviner quoi.
    Une journée de plus de perdue... Je ne pouvais pas retourner chez moi, je devais laisser Mère se reposer. Depuis quelques années, elle commençait à faiblir, et ses mouvements se faisaient d'autant plus lentement. Père parti, Mère malade, je devais me repérer et me débrouiller seul. Beaucoup de personne ont voulue apporter leurs aide, proposer de m'accueillir si quelque chose tournait mal. Et puis, je suis quasiment adulte, maintenant.

    Maintenant que j'y pensais, ma journée n'était peut être pas perdue. D'ici peu, j'allais faire ma première mission anti-vampire. Et l'arme que j'avais demandé devait être là. Fonçant vers les commerces, la "Zone de troc", je m'empressai d'aller directement à la forge, et pénétrai dans l'échoppe par une majestueuse entrée faîtes de lianes entrelacées auxquelles avaient étaient rajoutées des haillons et des tissus d'or. Plus impressionné depuis longtemps par cette décoration, je cherchai des yeux Thanatos, l'elfe propriétaire de ce lieu, mais... Il n'était pas seul. Ne cherchant pas à analyser les invités, je pressai rapidement mon poing droit contre ma paume gauche, et m'inclinai.

    Blaze Etherion Miliriam. Il n'est pas chose courante de voir autant de personnes ici.

    Thanatos hocha la tête, et posa ses iris émeraudes sur les personnes présentent... Cinq elfes... Non, six. Chacun d'entre eux me saluèrent à leur tour, et m'observèrent avec de grand yeux. Euh... J'ai fais quelque chose de mal, encore ? Ils étaient tous habillés en uniforme de soldats, maintenant que j'y pensais. Un rapport avec "l'incident" de ce matin ?
    Les elfes reprirent leur salut, la main cette fois-ci en croix sur la poitrine, et leurs tête descendit bien plus bas. J'inclinai la tête sur le côté, curieux, et ils se redressèrent presque aussitôt. Qu'est-ce que...

    Que me vaut un tel honneur ? Thanatos, que se passe-t-il donc ?

    Son regard fuyait le mien. Je détestais ça... Mentir est parfois préférable à un long silence, bon sang ! Fort heureusement, c'est un des elfes présents dans la pièce qui mit un terme à ce calme effrayant. La voix posée, un soupçon tremblante, les cheveux aussi blonds que le reste de ses camarades, il s'adressa directement à moi.

    Niradéliane Miliriam Etherion est décédé au combat. Nous... Avons pu récupérer son corps. Nous...

    Qui a dit que les Elfes ne savaient pas montrer leurs émotions ? Il y a bien des choses qui peuvent nous faire réagir, annoncer la mort d'un parent à la bataille en fait partie. Je crispai fortement mon poing, enfonçant mes ongles sous ma peau, m'empêchant de commettre un acte que je pourrai regretter. Il poursuivit,.

    Son arme nous a également était ramenée, la lame fut brisé maintes fois. Qui sait e qu'il a pu affronter, mais son combat fut acharné.

    Il fit signe aux elfes restés en retrait d'approcher, et l'un d'eux posa un long tissu de lin sur le comptoir de l'échoppe, le déroulant maladroitement. A l'intérieur, plusieurs éclats rouges, provenant d'une épée elfique, gisaient éparpillés sur l'étoffe. Père m'avait dit une fois que rien ne pouvait venir à bout d'une lame elfique. Et que celles-ci étaient liés d'une certaine manière à leurs porteurs. Si elle est brisée, et que c'est véritablement la sienne...
    Les elfes ne savent pas mentir.

    Qui l'a tué ?

    Silence complet. De nouveau. Ils ne savaient pas. Ils n'étaient pas là, ils ne pouvaient pas savoir. Ils auraient du être là... Je penchai ma tête sur les débris rougeoyants, en ramassant un dans ma main, et le serra jusqu'à ce que mon sang jaillisse. Plutôt que de me défouler contre eux, c'est ma main qui prenait. Un bon moyen d'évacuer le mal... Par le mal.

    Qui, nous ne le savons pas. Quoi, des Vampires. De nuit, une embuscade. Le reste de l'unité s'est dispersé. Nous ne devrions pas tarder à retrouver...

    46 ans que je l'attendais... Ah ah... Des Vampires hein...

    Je tremblai de rage, ma main était vraiment entaillée sérieusement. C'est à ce moment là que Thanatos rentra de nouveau dans son rôle, et me fit rappeler le but premier de ma visite. Revenant de l'arrière boutique, il déposa à côté des morceaux de l'arme une longue épée scintillante, possédant une base en dent-de-scie et une molette à son pommeau. Je posai ma main dessus, la pressent légèrement, sentant un courant chaud anormal entre ma main et l'épée, puis jetai de nouveau mon regard sur les débris.

    Puis-je... Vous demander une faveur ?
    J'ai compris. Je pense bien pouvoir faire ça.

    Thanatos récupéra l'épée, ainsi que les débris de lame elfique, faisant penser à des rubis, et ramena le tout à l'arrière de l'échoppe, dans la forge pour être plus précis. Il me fit signe de l'accompagner, et attendit que nous soyons seuls pour me questionner. Je m'y attendais vraiment, pour une fois. Et ma main serrée toujours le débris...

    Où as-tu trouvé ces composants ? Ces pierres Nihilite, où les as-tu récupérées ?
    Le sol elfique regorge de trésor naturels, tant végétaux que minéraux. J'ai remarqué assez vite ses propriétés, dans le sens où notre Forêt abonde en magie, et que certains endroits étaient pourtant vide de toute vie. Cette pierre absorbe la magie, oui. Et, de ce fait, la vitalité, en infime quantité. Je ne sais pas comment une telle chose peut exister, mais les pierres que je t'ai ramenées aspirent la vie autant qu'à vivre en soi. Je ne sais rien de plus, quand à leurs nature. Mais elle ne m'entraveront pas, c'est un avantage décisif. D'autres questions, Thanatos ?
    Non. J'en ai encore d'autres, mais... Je voulais... Également te dire que j'étais désolé pour ton père. Je reconstruirai sa lame sur la tienne, car tel et ce qui je peux voir et comprendre dans tes yeux.
    Y parviendrez-vous ?
    Assurément. Ce ne serait qu'honorer sa mémoire de faire ainsi.

    Je le remerciai, bredouillant quelques mots inaudibles, et retournai sur mes pas, croisant au passage les annonciateurs de mauvaises nouvelles ( comment s'appelaient-ils déjà ? Darion, Khrysian, Dudalane ? Détails. Je doute m'en souvenir dans l'avenir... Déjà oublié les autres ).
    Me laissant glisser de souche en souche, ma rage et ma poussée d'adrénaline me donnèrent l'impression que d'ici à chez moi, il n'y avait qu'un pas.
    Ouvrant la porte avec autant de discrétion possible, je cherchai Mère des yeux. Pas là. Où...?
    Je sortis en vitesse, sautant sur le toit avec agilité, et fonçai vers un lieux longtemps oublié. La zone d'entrainement que moi et Père avions coutume d'utiliser, dans laquelle je n'avais plus remis les pieds depuis... Mon dernier face à face.

    Mère ? Êtes-vous là ? Mère ?!

    Personne. Et pourtant, j'étais presque certains que... Non ! Une silhouette gisait au sol, de la même façon que gisaient les éclats de la lame de Père. Ça ne se pouvait... Je bondis à côté de la silhouette, et retournai lentement le corps vers moi. La tête bascula vers moi, mes yeux s'embrumèrent. Des sanglots et des tremblements parcouraient mon corps avec intensité, et je dus enfouir mon visage dans la très longue chevelure brune de Mère, pour cacher mes larmes du Monde entier. Avait-elle apprise la nouvelle avant moi ?

    Mère... Vous êtes cruelle... Comment vais-je faire sans vous, maintenant....

    Les funérailles se firent selon nos coutumes, quoique Mère eut une cérémonie propre. C'était ignoble de ne pas la laisser avec Père. Un baptistrel elfe, de petite taille, marqua la cadence, chantant des mémoires oubliées, appartenant sans nul doute à Père, et aux autres elfes retrouvés. Vint le chant de passage. Je décrochai à ce moment là, alors que Thanatos s'avançait vers moi, un fourreaux spécialement conçu pour mon arme dans la main. Il me laissa tirai la poignée, et je vis que pour la base de l'épée, des éléments faisant penser à des braises ardentes parsemaient le pommeau et rejoignaient les dents-de-scie. C'était suffisant pour moi. Rangeant l'arme dans le fourreau, je gardai celui-ci en main, tout en restant muet le long de la cérémonie.

    Mes lamentations prirent fins à la fin de leurs "enterrements" par incinération.
    Je n'aurai jamais imaginé que le premier enterrement auquel j'assisterai, serait celui de Père et Mère. Je n'aurai jamais imaginé que tout ce qui allait s'en suivre marquerai les pires années pour la race des vampires... Et pour moi aussi.
    La fin d'un cycle engendre un nouveau cycle.
    Le monde change, les gens changent... Mais le combat reste. Intact et sanglant. L'unique débris de lame, qui m'avait causé bien des soucis par la suite, fut transformé en bague, qui vint s'apposer à ma main gauche.


    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

    An 1560 de l'Age d'Argent, quelque part dans les plaines de la Wylorels, au Sud-Est d'Armanda...

    Et un de plus. Solaris mit fin à ses agissements sans plus tarder. Bon sang, c'est que sa fait que sauter ses sangsues ambulantes ! Les Vampires sont vraiment des plaies ! Vous pouvez les regarder sur toutes les coutures, ce sont de pures abominations ! D'une pâleur repoussante et d'une sauvagerie incroyable, couplés à des caractéristiques proches des nôtres voir supérieures, tout fait en sorte que je les haïssent. Mais pourtant, voilà bien longtemps que je les exterminent, et que ma soif de massacre n'est toujours pas arrivée à terme.

    Le roi des Elfes nous envoyait toujours plus loin vers l'Est, toujours plus vers les Royaumes Souterrains. Mais mon unité, composée de sept elfes, moi m'incluant, peinait à contenir les Vampires qui affluaient dans le royaume des Hommes. Chaque journée étaient calmes. Chaque nuit était consacrée aux effusions de sang, si la journée était trop calme. Si un groupe de plus de cinq Vampires venait à se montrer, quelques soit nos forces et notre bravoure, nous y passerions tous.

    Moi le plus âgé, du haut de mes 620 ans, me devais en même temps d'assurer la survie de mes frères d'arme, mais également d'anéantir toute menace. Savoir garder la tête froide, et la lame aussi affutée que ses sens. Et surtout, ne faire preuve d'aucune pitié. Sinon, c'était la mort assurée. Nos réserves de nourritures s'épuisaient lentement, mais surement, et nous étions trop loin de nos terres, et en dernier cas, trop loin des Hommes.
    J'étais accoutumé à ce genre de mission suicide, et je savais que chaque expéditions comprenait toujours un mort dans mes rangs, au final.
    C'est de faillir à ses obligations de chef, de laisser un camarade passer l'arme à gauche. J'ai moi même étais un jeune soldat, et j'ai vu de nombreux camarades y passer. Un de mes chefs, Dudalane, fut sauvagement déchiqueté par ces choses, sous nos yeux. Nous dûmes fuir, ce jour là, et seul l'Aube vint nous secourir. Sans quoi notre dernière soirée aurait été pour celle-ci.

    Nous retournâmes en contrées Elfiques directement après son décès, et célébrâmes sa mort avec dignité. Je fus désigné pour le remplacer, étant le plus proche de lui en terme de grades. Et nous repartîmes presque aussitôt, moi à la tête d'une unité. Ainsi vont les choses, la fin d'un cycle, le début d'un nouveau... Et me voilà maintenant, perdu dans un paysage fait de roches et de terre morte, six regards remplient d'espérance et d'admiration posé sur moi, alors que je retirai Solaris des entrailles du dernier Vampire encore présent. Je ne m'en lassais pas, mais... Aucuns vampires ne semblaient reconnaitre la base de mon arme. J'avais une vengeance à accomplir, mais aucun indice quand à la personne responsable de la mort de Père. Bon sang...

    Nous camperons ici pour les jours à venir. Nous sommes trop épuisés pour continuer. Un tour de garde à deux, des que vous ne pouvez plus tourner, revenez ici.

    Deux se levèrent, se postèrent en guet de à l'extrémité Est et Nord de notre camp improvisé. Pourquoi celles-ci ? Le Royaume vampirique est au Nord-Est de là où nous nous trouvions, simple question de logique. Notre vue et notre ouïe portent sur une longue portée, inutile de couvrir sur le Sud ou sur l'Ouest. Les Vampires qui reviennent par ces deux pôles ne sont pas encore nés. Du moins, je le pense. Depuis quelques temps déjà, ils vont de plus en plus loin, eux aussi. La poisse... Pas envie de terminer ma vie ici, moi. Je commençais à peine à somnoler, lorsqu'un de mes hommes... Mince, j'avais déjà oublié son nom... Vint vers moi, plutôt alerté.

    Mouvement rapide, vers nous !
    Combien ?
    Quatre, peut être plus !
    Merde !

    Les elfes ne sont pas grossier ? C'est face à la mort, qu'une personne laisse paraître son vrai visage ? Y a des chances, mais hors de question de crever ici ! Dégainant Solaris in extremis, je bondis vers le centre du camp, maintenant dos à dos, épaules contre épaules, avec mes hommes. Hache, dagues, arc, lance, hallebarde, épée, magie. De quoi lutter efficacement contre presque tout. Le mage au centre, l'archer derrière lui, moi et les deux autres elfes aux armes démesurées un peu plus en avant. Des projectiles furent balancés sur nous. Trop gros pour des flèches. Trop rond pour des pierres. Des têtes d'elfes.
    Ils tremblaient. J'avais eu droit au bleus ? Tch, quelle chance !

    Restez groupé, quoi qu'il advienne ! Ne succombez pas à la panique maintenant ! Cette fois, ils sont plus de trois !

    Attaquer avant d'être attaqué, manger ou être mangé... Même en cas d'embuscade, il fallait foncer. Chose que je fis. Bondissant vers l'avant, prêt à tailler en pièce ou à l'être, je me fis rattraper par l'elfe à la hache... Tss, l'imbécile ! Les silhouettes rouges et noirs nous contournèrent très largement, et s'en prirent au pilier de notre groupe, notre maître mage. L'archer était de même vulnérable, à présent. Non ! Ils étaient... Six. Prochaine fois, je penserai qu'un buffet tombera du ciel. Comme ça, ça se réalisera. Situation d'urgence !

    Dégagez !

    Premier sang versé. Le mage se fit transpercer par une lame recourbée, et l'archer du se replier en retraite. De nuit, ses abominations sont affreuses. Revenant à mon tour à toute vitesse vers le groupe, dispersé désormais, je dus m'occuper seul de premier vampire... Seul ? L'elfe à la Hache me surprit à la manier avec autant de facilité, et l'écrasa à un cheveux de la sangsue. Pas assez, il avait esquivé en sautant vers l'arrière. Mais, un vampire ne peut plus rien éviter, une fois dans les airs. Je ne me fis pas attendre, et plantai foudroiement mon épée dans la gorge de la créature, l'entrainant en arrière, et dégagea la lame sur le côté, offrant un magnifique spectacle de semi-décapitation, puis la fis revenir sur le côté. Décapitation complète, méthode radicale.

    Et je repartais, parant durement l'attaque de deux fendoirs, destinés initialement au Hacheur (...je dois me souvenir de son nom...), et me décidant à activer pour la première fois la molette accrochée au pommeau. Une vague de magie fut expulsée en masse de Solaris, et je frappai verticalement l'ennemi en deux. Fendoirs et corps ne purent se protéger, ce vampire du connaître une fin bien douloureuse, fendu en deux dans le sens de la longueur. Le Hacheur me fit un regard du genre " Et tu pouvais pas le faire depuis le début ?! ", mais se contenta de hocher la tête, reconnaissant que je sois intervenus en sa faveur. Mais pas le temps pour les remerciements ! Une rapide vision du groupe me donna ceci : le mage était entre la vie et la mort, à en juger le trou monstre dans son thorax et sa poitrine, sans compter le coup d'épée dans son dos. Saignant abondamment, je pouvais encore peut être le sauver, mais je du me rendre à l'évidence... Sauver un mourant au détriment d'un guerrier encore debout, ce serait une erreur. L'elfe aux dagues semblaient être sur le point de céder à un vampire, celui à la Lance avait réussi à en empaler un, et... Notre Archer semblait y être passé, lui aussi. Et celui à la Hallebarde avait subit de très nombreuses blessures, mais s'était lui aussi débarrassé de son adversaire.

    Il restait donc trois vampires, et mon équipe, et quatre de mon côté. Trois utilisations creshendo restantes pour Solaris, aussi. Plus, la lame ne supporterait pas. Ce qui se trouve autour non plus, d'ailleurs. Lance, Hallebarde, Hache, moi. Je les appellerai par le nom de leurs armes, ce sera plus simple. Tu parles d'un chef, incapable de se souvenir des noms de ceux qui combattent à ses côtés...
    Et Hallebarde lâcha. Il s'effondra par terre, une marre de sang coulant autour de son corps.

    ...Tuez un des nôtres, j'en tuerai dix des vôtres...

    Je plantai mon épée au sol, pressai une seconde fois la gâchette. La terre devint rougeâtre, et je fonçai incroyablement vite vers les vampires, la lame déchirant le sol sans soucis, avant de la remonter brusquement, et de faire mouche. Un coup horizontal aurait pu être préférable, mais maitriser Solaris dans ce genre de cas requiert beaucoup de force. La relever simplement est déjà bien pratique.
    Un torrent de lumières ardentes, suivit d'une mort rapide, voilà ce qu'auront vu les autres. Plus que deux utilisations... Deux vampires. Si j'en loupe une seul, je me tuerai avant d'être tué. Question d'honneur et de fierté, avant tout. Bref, à qui le tour ?

    Directement ensuite, l'un des deux restants se jeta littéralement sur moi. Réflexe évident, le bras amortir, mais je ressentis une douleur singulière. Cette... Chose m'avait mordue ! Pressant rageusement la gâchette, je laissais le flot magique émaner en masse de Solaris et trancha les membres, l'abdomen, la tête, en un instant. Les effluves magiques disparurent, Solaris redevint elle même. Plus qu'un... Mon bras me cuisait, mais ma soif de vengeance croissait. M'avançant lentement vers lui, je décidai de passer le restant de mes forces sur lui, et pressai sans retenu la gâchette. Devant les yeux de mes subordonnés, qui me regardait comme si j'étais un monstre.

    Disparais.

    Je lui infligeai le même coup que celui que notre mage avait reçut, alors que lui me projetait une dague noire, perforant mon épaule. Au diable, le premier sang versé par leur attaque sera le dernier pour eux également. La fin d'un cycle, le début d'un nouveau. Il sauta sur le côté, perspicace de sa part; il ne fut découpé qu'à moitié, et je n'avais plus la force de terminer le travail. Trop de fatigue... Trop d'efforts... Hache et Lance terminèrent ce que j'avais commençais, alors que je maudissais tout tout ce qui m'entourait, maudis ma faiblesse, et restai agrippé à mon bras, qui me brulait atrocement. Crachant du sang en pagaille au sol, je ne pouvais plus tenir debout. J'eus l'impression qu'une boule se coinçait dans ma gorge, et que mes veines brulaient, toutes. D'affreux spasmes vinrent se joindre à ceci, et je ne pouvais penser au moyen de remédier à cela, tant la souffrance était grande. Quel était ce poison ? Je vomis encore mon sang, à ne plus en finir. Merde... Merde merde ! Je tentai de me relever, sentant deux paires de bras me soutenir... Et continuai de déverser une trainée sanglante avec ma bouche. Je manquai de suffoquer à plusieurs reprises, et les temps de pause entre chaque nouveaux vomissements se faisaient de plus en plus court. Hache jetai un regard paniqué tout autour de nous, et m'allongea au sol, tandis que Lance tentai d'extraire la dague noire de mon épaule. Hache finit par aider Lance, qui ne pouvait contenir mon corps et me soigner en même temps. Je produisis un long râle, suivit d'une nouvelle flopée d'hémoglobine, aspergeant leurs armures et leurs visages par la même, et agrippai le bras de Lance, le serrant de toute mes forces, pensant que la douleur s'estomperait et se focaliserait sur ma main. Il n'en fut rien, bien qu'il dut avoir relativement mal. Nereïon parvint finalement à retirer l'arme Après ? Après ce fut le néant complet.

    Il se réveille, Nereïon.
    La fièvre est retombé ?
    Il semblerait que oui.
    Le poison sur cette dague était impressionnant, quand même. Sa fait peur rien que d'y repenser... Je ne pensais pas qu'il pouvait s'en charger seul. Nous lui devons une fiière chandelle, Arteeza. Nous pleurerons la mort de nos frères plus tard.
    Il a survécut, c'est ça le plus impressionnant !
    ...

    Les yeux grands ouverts, le gout du sang dans ma bouche, je jetai un coup d'œil à l'endroit où je me trouvais. Une sorte de campement, éclairé faiblement par une pierre semblant être magique déposée près de nous. La nuit était là. Je tâtonnai mon épaule, à l'endroit où la dague s'était logée, et me surpris à ne pas avoir mal. Quand à mon bras, il me picotait encore légèrement. Je découvris discrètement mon armure, apercevant l'emplacement de la morsure. Qui m'avait fait ça...? Deux elfes me regardaient silencieusement, l'ambiance était sous tension.

    ...Nous avons extrait le poison, du mieux que nous pouvions. Vous avez eu de la fièvre pendant toute la journée, et votre corps était pris de spasmes affolants. Honnêtement, nous pensions que vous alliez y restez.
    Mais nous avons perdus la reste de nos frères.
    ...

    Je ne compris pas le sens de leurs propos. Soif. Faim. Je me redressai au mieux, m'appuyant contre la paroi de la caverne. Une épée était posée contre le mur, où du moins semblait l'être, car je ne voyais d'elle que son manche, et le fourreaux. Ce devait être la mienne... Son nom me vint directement en tête.

    Elle n'a pas apprécié d'être récupérée, même par nous. Nous avons du la ranger dans votre fourreaux, sans quoi nos mains auraient été grillées.
    ... Si vous avez besoin de quoi que ce soi, n'hésitez pas.
    Vos nom.

    Ils me regardèrent, très étonnés. Je contemplai mon épée, pour... Je sais plus, et m'appuyai sur le fourreaux pour me relever. Quoique légèrement engourdis, j'étais à même de me déplacer. Mieux encore, je me sentais comme neuf. Je renouvelai ma question, enchainant ensuite sur le fait que je ne retenais jamais tout les noms des personnes que j'avais côtoyé. Un masquage de la réalité, inconsciemment. Pourquoi ? Apparemment, ces elfes m'avaient secourus. Et bien que l'impression d'une faim grandissante m'envahissait progressivement, je pensais que je leurs étais débiteurs de ma vie. "Mais nous avons perdus le reste de nos frères"... Que s'était-il passé ? Celui à la lance déclara être Nereïon, avant de s'incliner face à moi, et celui à la hache s'avère être Arteeza.
    J'en fis de même, pensant que s'était une manière de saluer comme une autre. Faim...

    Grand moment de silence. Me relevant avec l'aide de mon fourreaux (je déclinai leur aide), je me dirigeai à pas chancelant aux alentours du campement. Une nuit paisible. L'endroit dans laquelle nous nous trouvions était étrange, et bien qu'il me semblai être dans des plaines, quelques collines et reliefs escarpés pouvaient s'apercevoir au loin. Nuit paisible, nuit noire. M'asseyant contre un rocher émergeant du sol, à la surface plutôt lisse, je contemplai le paysage... Sans déceler le moindre bruits suspects, ou la moindre odeur anormale. Mes sens étaient tous en éveil. La nuit était-elle responsable de cela ? A part ma question, je n'avais pas parlé davantage. Ma gorge était affreusement sèche, et il n'y avait pas de quoi résoudre ce soucis.

    Nous partirons à l'aube. Je m'occupe de la garde. A vous de vous reposer, vous avez assez bien veillé sur nous ainsi. C'est grâce à vous que nous sommes encore vivant.
    ...

    Je vis Nereïon se joindre à moi, alors que je scrutai l'horizon. Je suivis du regard le défilement de la lune, totalement hypnotisée par elle... Et finis par aller tenter de me reposer. Je retrouvai Arteeza, semblant dormir profondément, les paupières semi-closes malgré tout.. Il était bien blessé, et ce n'est que maintenant que je remarquais particulièrement bien ces entailles. Soif... Je m'agenouillai près de lui. Qu'est-ce que je faisais ? Il ne bougea pas. Il dormait déjà ? Tout en pensant à cela, je posai mes lèvres contre une écorchure, et happa discrètement la plaie. Il ne bougea toujours pas. Sacré sommeil. Que s'était-il passé pour qu'il soit ainsi ? Trop de questions. La goutte de sang qui glissa dans ma bouche me dit un effet radical. Et, au bout de quelques instants, le goutte à goutte ne me suffit plus. Plus je buvais, plus j'avais soif. Mais... Pour en avoir plus... Et surtout, il risquait de ne pas apprécier. Et si je le réduisais au silence avant ? Comment ? Soif. Nereïon était assez éloigné, la lueur de la pierre magique ne nous atteignait pas. Tant pis pour la discrétion, je sortis Solaris de son fourreaux, et... Fis pénétrer sèchement la pointe de la lame dans la gorge de l'elfe, qui poussa un râle suivit d'un gargouillis étouffé. Du sang...

    Que se passe-t-il, chef ?
    ...rien.

    Chef ? J'étais leurs chef ? Alors il ne devraient avoir rien à redire sur mes décisions, conclusion simple. Nereïon me fit facilement confiance, et je ne l'entendis plus. De là où j'étais, l'odeur du sang m'enivrait. J'en fis un festin, et bus jusqu'à la dernière goutte. Mais j'avais encore soif... L'autre aura-t-il le même gout ? Je me retrouvai instantanément derrière lui, soulevant Solaris au dessus de mon visage, et l'abattant froidement. Il dut sentit venir le coup, sans pour autant pouvoir y échapper pleinement... Il tomba au sol, le regard paniqué, rivé sur moi. Je terminai de l'achever, lui tordant le cou, et m'accroupis, recueillant le liquide rouge qui coulait abondamment de sa blessure. Je le saigner à blanc, lui aussi, car à la fin, plus une seule goute ne tomba de son corps. Mais ma rage momentanée et ma soif s'étaient éclipsés.
    Totalement repu. Une petite pensée pour ces deux elfes ? Pas la peine. Je rangeai Solaris maladroitement dans son fourreaux, et partis hors du campement sans me ménager.

    Je me sentais tellement revigoré... Et la brise nocturne était si agréable... Le paysage verdoyant me semblait familier, mais ce n'était qu'une impression. Je me déplaçais relativement rapidement, mais ne savais pas où aller. Je connaissais rien de l'endroit... Et l'aube fit son apparition. Les rayons du soleil percèrent à travers les arbres, et vinrent peu à peu sur moi. Je ne les supportai pas, étrangement. Ma vision devint floue, et mes mouvements lourds. Mon corps lui même semblait être en prise avec un poids titanesque sur mes épaules. Trouvant refuge dans une crevasse, entourée de pins, j'y passai ma journée, regrettant d'avoir tué les deux elfes, qui aurait pu servir de compagnie pour tuer le temps. Trop long... Je vis les ombres s'étirer, puis se retirer, petit à petit... Et enfin, le soleil disparut. C'est avec joie que je sortis, sous l'éclat de la lune, un peu en rogne du temps perdu, et décidai d'une orientation fixe : vers l'Est.

    Ce n'est que plus tard que je découvris ce qu'il y avait là-bas (après avoir passé pas mal de journée dans l'ombre). Des êtres comme moi, bien que leurs oreilles soient bien plus courte. Montrant les crocs lorsque j'arrivai près d'eux, j'en fis de même. Plus surpris qu'autre chose, ils me regardèrent avec crainte, et s'enfuirent. Je ne les traquerai pas. Je ressentis une certaine appréhension par ici. Mes rencontres se firent de plus en plus nombreuses, avec des individus similaires, et j'étais étonné de les voir avec de si petites oreilles. Eux l'étaient plus. Qu'est-ce que cela voulait dire ? Ne cherchant plus à aller vers eux, je me mis à les épier de loin. Et à les suivre. Maintenant, j'étais mal à l'aise. Comme si une pancarte avec écrit "je suis nouveau" était collée à mon dos. C'était rageant. Mais, de fil en aiguille, je parvins à un endroit appelé, si mes oreilles sont fiables, Royaume Souterrain. En effet, en plongeant sous terre par le biais de tunnels dans le sol, j'en étais arrivé là, et je me demandais je saurai en trouver la sortie.

    Mais en tout cas, il y avait de la vie ici. Ou des morts, suivant les détails. Une circulation abondante de "petites oreilles" sans ça, et d'autres; ligotés, qui en possédaient encore.
    Je devinais avec aisance quel sort leurs sera attribué, dans un futur proche...
    Le Royaume Souterrain, hein ? Il portait bien son nom. Son seul avantage, c'était que le soleil ne pouvait passer l'épaisse couche de terre qui nous séparait de la surface. Ne trouvant pas meilleur endroit qu'ici, fatigué après un long voyage, la nourriture semblant être amenée ici, je me mis à errer, et terminai (ou commençai) mon histoire ici, en tant que vampire.
    La fin d'un cycle, le début d'un autre... Hum ?



  • Liens familiaux :

    Avant transformation :

    Niradéliane Miliriam Etherion : Père
    Analia Azulis Etherion : Mère


  • Autres liens :

    Avant transformation :

    Thanatos : Forgeur Elfique
    Arteeza : (ami ?)
    Nereïon : Même titre que ci-dessus. Connaissances, plutôt.

  • Code du règlement :
    Spoiler:
     



Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Fiche311

  • Petite présentation :

    Et bien... Je me prénomme Jocelyn, je vais sur mes 17 ans, et... Hum... Mes passions... Je raffole du chocolat. Je suis neutre sur un bon nombre de choses, et je n'ai pas de "passions" en soi. J'écris les rps pour moi, car j'ai de l'imagination à revendre, et du temps à passer. Après.... Aucune idées. Ah si, je veux changer le monde. Mais tout le monde s'accorde à dire que c'est passer pour un fou de vouloir rendre la vie de tout à chacun meilleure. Alors, je ne vivrai pas de cela, mais je vis déjà pour ce rêve. Fin de ma mini-présentation \o/

  • Nombre de connexions par semaine : Le minimum sur, peut être plus.

  • Particularité RP : Parle toujours à la première personne, par choix.

  • Comment avez-vous découvert le forum ? :
Par un Top Site... Faut-il la raison, également ?


Dernière édition par Etherion Blaze le Jeu 10 Mar 2011 - 14:28, édité 47 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Empty
MessageSujet: Re: Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Icon_minitimeSam 26 Fév 2011 - 16:03

  • Physique :
    • Force physique : Excellente
    • Agilité : Supérieure à la moyenne
    • Réflexes : Supérieure à la moyenne
    • Endurance : Moyen
    • Résistance : Supérieure à la moyenne
    • Beauté : Supérieure à la moyenne


  • Mental :

    • Force mentale: Moyen
    • Patience / Self contrôle : Moyen
    • Intelligence : Supérieure à la moyenne
    • Arrogance : Inférieur à la moyenne
    • Gentillesse : Moyen
    • Prestance/Charisme : Supérieur à la moyenne
    • Mémoire : Catastrophique




  • Niveau guerrier :

    • Épée : Excellent
    • Lance : moyen
    • Arc : Moyen
    • Poignard : Catastrophique
    • Combat à mains nues : moyen
    • Équitation : Supérieur à la moyenne


  • Niveau magique : Catastrophique. Aucun niveau magique. ( Non, très faible. Trop faible. )

  • Esprit-totem :


Dernière édition par Etherion Blaze le Lun 7 Mar 2011 - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Empty
MessageSujet: Re: Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Icon_minitimeDim 6 Mar 2011 - 22:38

Rebievenu à toi Blaze ^^

Voici l'analyse de ta fiche :

Présentation général :

Date de naissance : pas de soucis de date, juste le fait que les registres des elfes ( n'ayant pas beaucoup d'enfant c'est normal ) les noms des parents sont marqués.

Arme :
Alors les sorts de bas niveaux = OK pour jusqu'à jeune mage
Les sorts de plus au niveau : Magicien OK, au dessus non OK
Un sort de fidélité dessus ?
Le coté négatif de l'arme n'apparait pas précisément, peut tu préciser ? ^^

Magie : même pour ceux qui ne l'utilise pas, il en faut une, donc par défaut magique raciale ^^

Alignement : Neutre à tendance maléfique ^^ en général les vampires sont maléfique donc bon

Présentation approfondie :

Physique :

On dit que les vampires n'ont pas de reflet : Non ça n'a rien d'une croyance d'Armanda
Charismatique : Bah en fait la plupart des vampires sont des bêtes féroces donc bon
Paleur qui s'estompe ben en général elle s'accentue plus, comment cela se fait il ?
Ton personnage ne paraît pas si beau que cela, comment se fait il que les femmes soient si attirées ?
Grand sans trop l'être, ni fin ni gros, juste équilibre trouvé pour mon apparence. Mais tout les vampires sont ainsi. : Pas de généralité si ce n'est pas certain ^^
comportant des fioles et des chargeurs : chargeurs ?

Caractère :

Être au sommet de la chaine alimentaire, ou directement après les dragons : Bah en fait on peut pas véritablement parler de chaine alimentaire
Prudent mais pas impulsif pour autant, je suis le paradoxe parmi les vampires. : Bah parmi les vieux vampires c'est plutôt une norme, tu l'a dit plus haut, en vieillissant ils deviennent bien plus posés et tout.
J'aime bien côtoyer les Humains : Les vampires ne côtoient pas les humains sauf au petit déjeuné ^^'
e me surprends à éprouver de l'affection pour eux, parfois, mais... : figure de style ? Les vampires n'éprouvent pas les sentiment de la même manière que les autres races

Aime/déteste :

Oh, et, une petite formalité... J'aime les alcools. Je suis un vamp', et j'aime ça. Ils ne m'enivrent pas, mais cela possède un arôme subtile... Intéressant. : Comme on en a parler sur box, les vampires ne boivent pas l'alcool directement donc à retirer ^^


Histoire :

Et pour cause, c'est un humain qui proposa ce nom à mes parents. A mon père, dois-je préciser, durant un de ses nombreux voyages. : a détaillé, en général les elfes considèrent les humains comme des enfants, alors laisser l'un d'eux nommé un enfant elfique alors que ceux ci sont si important ?
Le sien pouvait me fouiller mentalement si je le laissai trop m'observer. : Figure de style ?
Seul les jeunes elfes savent mentir avec brio, ou mentir tout court. Plus l'âge s'empare de nous, plus il nous est difficile de camoufler la vérité. : Pas vraiment, les elfes sont des maitres dans l'art de jouer avec les mots, de faire des vérités et demi vérités
Analia Azulis Etherion, autrefois guerrière, contrainte à arrêter son rôle suite à une blessure grave dans le dos, et à la jambe gauche. : pourquoi les elfes, dont les pouvoirs de guérisons dépassent l'entendement et ayant accès aux Baptistrels au quotidien, n'ont pas put la soignée ?
De vrais limaces... Et ça se prétend soldat ? : en général, me^me des jeunes elfes indisciplinés ne parlent pas comme cela à des membres de l'armée
Mère malade, : même chose que pour les blessures de guerre
Pas envie d'attendre la fin. Je bondis sur lui et abattis le flanc de ma main de plein fouet dans son visage, avant de le rattraper par les épaules et d'armer mon poing... Qui ce fit brusquement arrêté par Thanatos. : même chose que pour l'insulte
Niradéliane Miliriam Etherion est décédé au combat. Nous... Avons pu récupérer son corps. Nous... : Après46 ans il ne devrait rester de lui que des os non ?
Où as-tu trouvé ces composants ? Cette pierre... Nihilite. D'où vient-elle ?
Le sol elfique regorge de trésor naturels, tant végétaux que minéraux. J'ai remarqué assez vite ses propriétés, dans le sens où notre Forêt abonde en magie, et que certains endroits étaient pourtant vide de toute vie. Cette pierre absorbe la magie, oui. Et, de ce fait, la vitalité, en infime quantité. Je ne sais pas comment une telle chose peut exister, mais les pierres que je t'ai ramenées aspirent la vie autant qu'à vivre en soi. Je ne sais rien de plus, quand à leurs nature. Mais elle ne m'entraveront pas, c'est un avantage décisif. D'autres questions, Thanatos ?
Non. J'en ai encore d'autres, mais... Je voulais... Également te dire que j'étais désolé pour ton père. Je reconstruirai sa lame sur la tienne, car tel et ce qui je peux voir et comprendre dans tes yeux.
Y parviendrez-vous ?
Assurément. Ce ne serait qu'honorer sa mémoire de faire ainsi. : comment se fait il qu'un forgerons qui doit avoir de l'expérience ne connaisse pas la pierre ?
An 1560 de l'Age d'Argent, quelque part dans les Griffes Escarpées, au Nord-Est d'Armanda... : comme dit l'autre jour sur box il n'y a pas de vampires dans les montagnes
la transformation en vampire est immédiate après le venin et elle provoque de terrible souffrance, ça n'est pas assez visible dans ton récit d'après attaque ^^ de même la mémoire disparaît immédiatement pendant les souffrances et elle ne se récupère que bien plus tard et de manière très ardue. De même juste après la transformation et avant le premier sang le vampire est très faible et très vulnérable il ne pourrait survivre à l'attaque de deux elfes
Le royaume souterrain est presque introuvable pour ceux qui ne savent pas où il se trouve, en général les nouveaux vampires se font attrapés par d'anciens qui leur montre

Un peu trop de supérieurs à la moyennes en caractéristiques, en redescendre au moins deux ^^
Quelques fautes d'orthographes et conjugaison

voilà une fois que tu aura éditer poste après moi et je reviendrais voir
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Empty
MessageSujet: Re: Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Icon_minitimeLun 7 Mar 2011 - 18:22

Rectifications apportées et commentaires/détails :

Date de naissance : Completed.

Arme : -Sort de fidélité : Si cela peut s'appeler ainsi... Aucun edit dessus.
-Côté négatif : Marqué dans un de mes derniers edits, avant... Panne de pc; Completed.

Magie : Completed.

Alignement : Compris.

Physique : -Pour le reflet : Partie supprimée, au profit des autres caractéristiques; Completed.
- "Bah en fait la plupart des vampires sont des bêtes féroces donc bon
Paleur qui s'estompe ben en général elle s'accentue plus, comment cela se fait il ?" Pas compris :s
-Attirance du sexe opposé : Rectifié ; les Elfes sont beau initialement, les Vampires également. Être les deux en même temps... ~ Completed
-J'aime bien côtoyer les Humains : "Les vampires ne côtoient pas les humains sauf au petit déjeuné ^" : Les vampires, oui. Les Vampires Ancestraux ? Les origines elfiques permettent un peu plus d'appréhension, non ?
- Pour ce qui est des sentiments/émotions, la même. A rapporter au plus souvent à la nostalgie; mais le mot affection est bien gros, c'est vrai :|

Aime/Déteste : Directement supprimé le paragraphe; Completed.

Pour l'histoire (les ajouts se feront progressivement ^^") :

- Pour le nom ! Le fameux nom Etherion Blaze... Niradéliane était un ... Ouais non, je vais directement éditer cette partie, ce sera plus rapide que d'expliquer.
- "Le sien pouvait me fouiller mentalement si je le laissai trop m'observer." Figure de style, oui.
- "Seul les jeunes elfes savent mentir avec brio, ou mentir tout court. Plus l'âge s'empare de nous, plus il nous est difficile de camoufler la vérité. : Pas vraiment, les elfes sont des maitres dans l'art de jouer avec les mots, de faire des vérités et demi vérités" Completed
- "Analia Azulis Etherion, autrefois guerrière, contrainte à arrêter son rôle suite à une blessure grave dans le dos, et à la jambe gauche. : pourquoi les elfes, dont les pouvoirs de guérisons dépassent l'entendement et ayant accès aux Baptistrels au quotidien, n'ont pas put la soignée ?" Completed après édit' .
- "Mère malade, : même chose que pour les blessures de guerre" : Un enchantement spéciale, un poison nouveau ? Etherion ne le sait pas, personne ne le sait non plus.
- "Pas envie d'attendre la fin. Je bondis sur lui et abattis le flanc de ma main de plein fouet dans son visage, avant de le rattraper par les épaules et d'armer mon poing... Qui ce fit brusquement arrêté par Thanatos. : même chose que pour l'insulte" Completed.
- "Niradéliane Miliriam Etherion est décédé au combat. Nous... Avons pu récupérer son corps. Nous... : Après46 ans il ne devrait rester de lui que des os non ?" Etherion n'a pas pu revoir la dépouille de son père du début à la fin; c'était volontaire.
- "Où as-tu trouvé ces composants ? Cette pierre... Nihilite. D'où vient-elle ?
Le sol elfique regorge de trésor naturels, tant végétaux que minéraux. J'ai remarqué assez vite ses propriétés, dans le sens où notre Forêt abonde en magie, et que certains endroits étaient pourtant vide de toute vie. Cette pierre absorbe la magie, oui. Et, de ce fait, la vitalité, en infime quantité. Je ne sais pas comment une telle chose peut exister, mais les pierres que je t'ai ramenées aspirent la vie autant qu'à vivre en soi. Je ne sais rien de plus, quand à leurs nature. Mais elle ne m'entraveront pas, c'est un avantage décisif. D'autres questions, Thanatos ?
Non. J'en ai encore d'autres, mais... Je voulais... Également te dire que j'étais désolé pour ton père. Je reconstruirai sa lame sur la tienne, car tel et ce qui je peux voir et comprendre dans tes yeux.
Y parviendrez-vous ?
Assurément. Ce ne serait qu'honorer sa mémoire de faire ainsi. : comment se fait il qu'un forgerons qui doit avoir de l'expérience ne connaisse pas la pierre ?" : Juste changé la tournure de la question. Ainsi, Thanatos connait l'existence de la pierre assurément, mais se demandait simplement où Etherion avait pu se la procurer (sous-entendus voleur, etc...); Completed.
- "An 1560 de l'Age d'Argent, quelque part dans les Griffes Escarpées, au Nord-Est d'Armanda... : comme dit l'autre jour sur box il n'y a pas de vampires dans les montagnes" : Les vampires ont le choix de passer ou par le sud, ou par le Désert, ou par cet endroit pour circuler sur le reste du continent; ils ne vivent pas dans ce secteur, ils ne font que le traverser.
- Pour l'intégralité de la transformation en vampire : Rectifié ; Completed.

Supérieurs : Rectifié.
Fautes d'orthographes : Corrigé certaines durant l'edit'.

Terminé ~


Dernière édition par Etherion Blaze le Lun 7 Mar 2011 - 21:47, édité 1 fois (Raison : Achèvement des modifications.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Empty
MessageSujet: Re: Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Icon_minitimeMar 8 Mar 2011 - 18:12

merci de l'édit ^^ je reprend donc les quelques points qui restent :

Arme : Me va en essence, jusque je pense que deux utilisation de la gâchette serons suffisante ainsi qu'au moins une semaine de delai pour une optimisation de l'effet.


""Bah en fait la plupart des vampires sont des bêtes féroces donc bon" => Le coté charisme n'est pas une règle général ^^
"Rectifié ; les Elfes sont beau initialement, les Vampires également." = Non les vampires n'ont pas de beauté raciale particulière ^^
"Les vampires, oui. Les Vampires Ancestraux ? Les origines elfiques permettent un peu plus d'appréhension, non ?" = je dirais au contraire, les vampires ancestraux sont si rares qu'ils sont encore plus terrifiant et rancunier
"- "Seul les jeunes elfes savent mentir avec brio, ou mentir tout court. Plus l'âge s'empare de nous, plus il nous est difficile de camoufler la vérité. : Pas vraiment, les elfes sont des maitres dans l'art de jouer avec les mots, de faire des vérités et demi vérités" Completed
- "Analia Azulis Etherion, autrefois guerrière, contrainte à arrêter son rôle suite à une blessure grave dans le dos, et à la jambe gauche. : pourquoi les elfes, dont les pouvoirs de guérisons dépassent l'entendement et ayant accès aux Baptistrels au quotidien, n'ont pas put la soignée ?" Completed après édit' .
- "Mère malade, : même chose que pour les blessures de guerre" : Un enchantement spéciale, un poison nouveau ? Etherion ne le sait pas, personne ne le sait non plus." = Toujours pas bon, on en parlera ensemble pour que ça soit plus clair Wink
"Les vampires ont le choix de passer ou par le sud, ou par le Désert, ou par cet endroit pour circuler sur le reste du continent; ils ne vivent pas dans ce secteur, ils ne font que le traverser." = Les montagnes sont isolées sur le nord est, ils n'y a pas besoin d'y passer pour aller sur le reste des terres connues et au delà personnes n'y va.
"Pour l'intégralité de la transformation en vampire : Rectifié ; Completed." = La partie transformation en elle même ne va pas trop, tu ne montre pas assez la douleur que peut ressentir le personnage pendant et surtout la reprise en main difficile du corps ensuite. Le reste me va plutôt bien ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Empty
MessageSujet: Re: Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Icon_minitimeJeu 10 Mar 2011 - 14:31

Changement géographique : Completed ~
Explication sur les blessures d'Analia : Completed ~
Approfondissement de la transformation en vampire : Compled ~ (mais j'allais pas marquer "mes organes se flétrissaient un à un, comment peut-on le deviner x) ? )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Empty
MessageSujet: Re: Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Icon_minitimeSam 12 Mar 2011 - 11:57

Validé, niveau futur magicien et totem Aigle
Bon jeu sur Armanda ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Empty
MessageSujet: Re: Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Chronique des Jours sombres I : Blaze Etherion. [Bâcl... TERMINÉ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Nous vivons des jours sombres, mais le soleil reviendra ft. Dís
» Mes jours sont plus sombres que vos nuits [Rating PG]
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Résultat d'un sondage virtuel des 100 jours de Martelly
» Un livreur bloqué dans un ascenseur pendant trois jours...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: Fiches de personnages supprimés-