Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty
MessageSujet: Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Icon_minitimeLun 9 Mar 2015 - 1:26


Runeberg Edvard


« Le temps ruisselle sur la vie comme l'eau sur la roche, et la sculpte de la même manière. »



Compétences

    Caractéristiques (clic) :
    Physique :
  • Force physique : Moyen
  • Agilité : Faible
  • Furtivité : Bon
  • Réflexes : Bon
  • Endurance : Moyen
  • Résistance : Bon
  • Beauté : Moyen

    Mental :
  • Force mentale : Bon
  • Patience/self contrôle : Maître
  • Perception : Moyen
  • Intelligence : Bon
  • Arrogance : Moyen
  • Gentillesse : Très bon
  • Prestance/charisme : Bon
  • Mémoire : Très bon

    Combat :
  • Epée : Très bon
  • Dague doubles ou simple : Catastrophique
  • Poignard : Catastrophique
  • Lance : Faible
  • Armes contondantes (bâtons, masses, ...) : Aucun
  • Hache : Catastrophique
  • Faux : Aucun
  • Fouet : Aucun
  • Art du lancé (poignard, petite hache...) : Catastrophique
  • Art de la parade (bouclier ou arme) : Très bon
  • Arc : Aucun
  • Arbalète : Aucun
  • Mains nues/pugilat : Moyen
  • Equitation : Faible

Identité


  • Race : Humain

  • Nom : Runeberg

  • Prénom : Edvard

  • Surnom(s) : Ed

  • Titre : à acheter si vous le souhaitez

  • Date de naissance : 8 décembre 1705 âge d'argent

  • Age réel : 50 ans

  • Age vampirique :

  • Lieu de naissance : Gloria

  • Lieu de vie : Althaïa

  • Rang social : Bourgeois

  • Poste/emploi : Baptistrel

  • Guilde : Aucune


Equipement et magie
  • Arme principale : Nils, une épée de mithril que lui forgea son "farfar" Svante. Il la nomma ainsi en hommage à son père, peu après sa mort.

  • Autres objets : Du papier, une plume et de l'encre ; ses notes sur les livres qu'il a lus ; une flûte ; un psaltérion hiémal ; un luth ; une lyre.

  • Alignement : Très bénéfique

  • Totem : totem et niveau, cette partie sera remplie par le staff

  • Style de magie principal : Humaine

  • Puissance magique innée : Puissante

  • Niveau magique :A ne pas confondre avec la puissance magique innée, il s'agit ici du niveau de magie que possédera votre personnage au moment où vous allez commencer à jouer. Ce niveau est bien sur étroitement lié à la puissance magique innée (si vous avez un faible niveau de naissance vous ne serez forcément jamais un très bon mage). Ne remplissez pas cette partie, cette décision revient au staff mais notez bien que vous pourrez faire évoluer ce niveau au fil du jeu.




Physique et caractère

  • Physique : Edvard est un homme de taille et de corpulence moyennes : 1m72 pour 74kg. Malgré son âge et les années qui se sont écoulées depuis qu'il a quitté l'armée impériale, son physique porte encore les marques de l'entraînement militaire qu'il a suivi pendant dix ans. Ainsi sa carrure révèle-t-elle des épaules autrefois dignes de sa réputation de bretteur. Ses bras sont prolongés par des mains habiles, mais usées par le temps. La pratique instrumentale finit par renforcer l'incurvation naturelle de ses doigts. En dépit de la courbure que lui donna la vieillesse, le dos d'Edvard se dessine toujours en V, sa taille continuant de mettre en valeur ses épaules.

    L'âge flétrit la peau de l'homme et lissa les traits autrefois prononcés de ses muscles. Son corps est encore marqué par les cicatrices de ses combats, dont une longue entaille qui remonte de son côté droit à sa poitrine et qui faillit lui coûter la vie. Lorsqu'il se regarde dans un miroir, le baptistrel ne peut que constater les effets du temps sur la vie des humains. Aramis ne semblait pas avoir pris un an, alors qu'il en prit une vingtaine sous ses yeux. Plus chanceux toutefois que d'autres hommes de son âge, ses muscles et son squelette soutiennent encore bien son corps, même si quelques rhumatismes sont apparus il y a quelques années.

    Le visage d'Edvard porte les marques de son histoire. Sa barbe et ses cheveux gris semblent renforcer l'usure de sa peau. Des rides surmontent son front, creusèrent ses joues et firent retomber ses traits. Quoique pourvu de somptueuses perles saphir, son regard est devenu plus difficile à soutenir depuis le meurtre de son épouse. Sombre, on y lit les affres de sa vie, et la gravité de son expression n'est guère éclaircie par son absence de sourire.


  • Caractère : La personnalité d'Edvard est régie par un trait bien particulier : sa curiosité exceptionnelle. En effet, tout dans le monde fascine le baptistrel, que ce soit réel, métaphysique, vivant, ou disparu. Son esprit fureteur l'a amené à sonder le monde en lui-même pour y ressentir ses vibrations les plus subtiles. Il est un enthousiaste qui aime apprendre, comprendre, et écouter les histoires que l'on lui raconte. Son attrait pour l'altérité l'ouvre au dialogue sur tous les sujets. Outre son altruisme, son éclectisme parvient, par son intérêt pour les diverses facettes du monde, de l'art et de la philosophie, à façonner sa conception de la vie et de toute chose.

    Pourtant, c'est cette même curiosité qui entraîna en partie son renfoncement. Edvard est un homme en constante méditation, et la maigre éducation que reçoivent la plupart des Armandéens ne leur permet pas de le suivre aussi loin que va sa pensée. Frustré de ne trouver personne avec qui partager sa passion, il prit conscience de sa solitude. Plus tard, le meurtre de son épouse l'y emprisonna ; ses sourires s'estompèrent, ses silences s'allongèrent... Aujourd'hui reclus sur lui-même, ses relations avec les autres dépendent principalement de son dévouement à la cause baptistrale, à la musique, et à sa fille.

    Ni sa frustration, ni son deuil, ni la guerre menée par les Alayiens ne parvinrent cependant à taire sa foi altruiste ; elles attisèrent plutôt sa philosophie utopiste. Celle-ci est caractérisée par l'intérêt d'Edvard pour l'art, la société, et surtout la paix. Sa position sur l'éducation est des plus critiquées : convaincu qu'une personne éduquée et cultivée ne peut être que d'essence pacifiste, il croit ardemment que tout le monde devrait bénéficier de l'instruction des précepteurs. Chacun s'épanouirait alors intellectuellement, serait plus intéressant et inventif, ce qui assurerait donc la prospérité des Armandéens. De plus, leur pacifisme nouveau leur révélerait la futilité de la guerre. Au-delà de l'éducation, le baptistrel voit la musique comme un art pacificateur de par sa faculté à combler les sens et à émouvoir qui lui permet d'apaiser la nature belliqueuse de chacun. Parce qu'il met toutes les natures de voix en harmonie, le chant polyphonique ne pourrait que rapprocher les peuples les plus différents et les unir autour d'un but commun et pacifique. Sa philosophie fut reçue avec beaucoup de scepticisme, jugée irréalisable et parfois même raillée, mais d'éminentes personnalités comme la princesse Esmalda s'en firent l'écho. Enfin, depuis le début de la guerre, il essaie tant bien que mal d'inclure les meurtriers de son épouse à ses potentiels plans de paix. Cette abnégation inspire un profond respect chez tous ceux qui savent combien il était amoureux.

    Toujours dans un idéalisme profond, Edvard base toutes ses relations sur la confiance ; d'où son honnêteté. Il considère qu'un contrat de véridicité le lie à ses interlocuteurs dès que leur conversation commence, qu'ils soient amis ou ennemis, et fait montre d'une grande sincérité. À ses yeux en effet, l'acceptation de la vérité est une des clefs du bonheur et de la paix intérieure. C'est pourquoi il est un si bon confident, un si bon ami : il n'hésite pas à dire ce qu'il pense, à essayer de raisonner son interlocuteur. Avec le temps, il apprit à faire preuve de tact et à adapter son ton, son langage aux passions qui animaient personnes auxquelles il s'adressait. Naïf pour ces raisons, il souffre grandement lorsque l'on trahit sa confiance, même s'il ne le montre pas. Et pourtant, il parvient à rester magnanime, convaincu que les êtres vivants sont voués à changer.

    Même si beaucoup diraient le contraire à cause de sa philosophie, le baptistrel manifeste un sens rationnel implacable depuis qu'il a quitté l'armée impériale. Il ne reconnaît désormais que la toute-puissance de la Logique et de la Raison, et ne suit d'ordres que s'il est convaincu de leur bien-fondé. Ainsi libéré de toute forme d'autorité, Edvard respecte le libre arbitre de chacun.

    La rationalité de son esprit le conduisit aussi à devenir quelqu'un de particulièrement placide. D'une patience et d'un sang froid à toute épreuve, le baptistrel était très apprécié par ses supérieurs hiérarchiques lorsqu'il était encore militaire. Son calme lui permet en effet de se focaliser sur ce qui importe sans se laisser perturber et donc de prendre les décisions adéquates au moment opportun. Le musicien considère d'ailleurs que l'impulsivité est un défaut générateur de problèmes. Outre sa bonne contenance, il est aussi entêté qu'exigeant, ce qui l'a toujours poussé à aller au fond des choses.

    Engagé dans des missions périlleuses lors de ses années au service de la Couronne impériale, c'est au sein de son calme qu'Edvard trouva sa bravoure. Alors que d'autres étaient téméraires voire suicidaires, il conserva sa lucidité et ne se laissa aller à aucun débordement. Le baptistrel ne craint ni la douleur, ni la mort, et s'est préparé à donner sa vie pour ses valeurs. Pourtant, il se réjouit chaque jour de se réveiller, d'ouvrir les yeux et de voir le jour se lever, de pouvoir savourer un peu plus le cadeau que lui faisaient les Esprits... car il a peur du temps. Peur d'en manquer. Peur de ne pouvoir mener à bout les projets qu'il a entrepris. Peur de sombrer dans la démence, et de perdre sa mémoire, tout ce qui lui reste de sa défunte épouse. Voilà la raison qui le pousse à détester être en retard ou perdre son temps inutilement.

    Tous ces traits sont autant d'éléments qui firent la fierté de l'Enwr. De peur de devenir orgueilleux, il décida de rationaliser son assurance. En effet, celle-ci ne pouvant être fondée sur quelque chose de physique, il est devenu maître de la méditation et de l'introspection. Ses nombreux voyages au tréfonds de son âme nourrirent une sévère autocritique qui lui permit de porter son esprit, son art et sa philosophie à leur acmé.



Mes liens

Cecilia Runeberg (1736 – aujourd'hui) : sa fille. Elle est tout ce qu'il lui reste de plus cher au monde. Après le meurtre de sa mère, Linn, elle a décidé de faire ce que son père ne ferait jamais : la venger. Edvard ne l'a pas revue depuis, et ignore à ce jour si elle est encore en vie.

Frans Järnefelt (1677 – aujourd'hui) : son oncle. Apothicaire, il vit à Aldaria avec son fils Seth.

Seth Järnefelt (1716 – aujourd'hui) : son cousin. Apothicaire comme son père, il vit et gère l'entreprise familiale avec lui. Profondément timide et fragile, il est célibataire.

Sigrid Leys (1698 – aujourd'hui) : sa cousine. Elle est devenue infirmière à Gloria.

Olof Leys (1703 – aujourd'hui) : l'époux de Sigrid. Il est cavalier dans l'armée impériale.

Enya Leys (1724 – aujourd'hui) : la fille aînée de Sigrid et Olof, et la filleule d'Edvard. Admirative de sa tante Elicia, elle est aussi devenue alerresse.

Svante Leys (1728 – aujourd'hui) : le fils de Sigrid et Olof. Il est devenu cavalier dans l'armée impériale, comme son père.

Elicia Wikström (1702 – aujourd'hui) : sa cousine. Quoiqu'infertile, elle est alerresse. Linn en fit la marraine de la fille d'Edvard.

Sigvard Wikström (1710 – aujourd'hui) : l'époux d'Elicia. Il est un architecte et sculpteur très apprécié des nobles.

Cornelis Kallela (1705 – aujourd'hui) : ancien rival d'Edvard. Il est devenu officier dans l'armée impériale. Il détestait Edvard parce que sa petite sœur l'aimait.

Esther Kallela (1706 – aujourd'hui) : sœur de Cornelis, et amour d'enfance d'Edvard. Elle est la première fille qu'il a aimée.

Helena Leino (1704 – aujourd'hui) : la meilleure amie d'Edvard. Enwr, elle lui a sauvé la vie avant de l'emmener au Domaine de la Rhapsodie.

Aramis Thredë (1135 – aujourd'hui) : cawr d'Edvard. Elle lui a permis de devenir le baptistrel qu'il est aujourd'hui, et a entretenu ses talents de bretteur.

Princesse Esmelda Kohan (1732 – aujourd'hui) : mécène d'Edvard. Très curieuse, elle lui posa mille et une questions sur son art.



Derrière l'écran

  • Petite présentation : Je suis Valentin, j'ai 21 ans, et je suis en licence de musicologie à Bordeaux. Fasciné par la musique, je souhaiterais bien faire de la recherche dans le domaine. J'essaie de me remettre à composer, je chante, et suis multi-instrumentistes. À côté de tout ça, j'adore le RP et ça m'a sacrément manqué ! Le trait m'est revenu avec le goût de la lecture, que je redécouvre avec les San Antonio, les Chroniques de Dragonlance, et Victor Hugo.

  • Rythme rp : En règle générale, je réponds à mes RPs dans les 72h, et m'y mets le plus souvent juste après avoir lu la réponse. Consacrant beaucoup de temps à mes études (tout de même), j'éviterai simplement de me surcharger en RPs simultanés pour respecter mes délais. Smile

  • Particularités rp : J'ai fait du RP pendant 6 ans, sans compter ces deux dernières années durant lesquelles je me suis arrêté. Je ne crois pas avoir besoin d'une aide particulière, mais je sens que je n'ai pas encore retrouvé tous mes réflexes de joueur habitué ! Alors une fois que je serais de nouveau sur pied, je pense que je pourrais me consacrer à aider les débutants, oui !

  • Comment avez vous découvert le forum : Je l'ai vu sur beaucoup de topsites !

  • Le code du règlement :




Dernière édition par Merithyn Shadowsong le Dim 22 Mar 2015 - 20:56, édité 11 fois (Raison : Corrections)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Icon_minitimeSam 21 Mar 2015 - 0:03




Petit glossaire :
 

Prélude

Nils (1671 – 1740) est le deuxième enfant de Svante et Katja Runeberg, une famille qui tenait une forge à Gloria. Entouré de son grand frère Anton (1668 – 1739) et de sa petite sœur Emeli (1680 – 1746), il participa au bon fonctionnement de l'entreprise familiale en entretenant les registres avec sa mère cependant que son aîné apprenait l'art de son père. Après la naissance de la benjamine, il réalisa que sa position dans la fratrie ne le destinait à rien, contrairement à son frère. Il continua d'aider les siens du mieux qu'il put jusqu'à ce qu'il décide d'assumer son rôle de cadet et de s'enrôler dans l'armée impériale. Alors âgé de seize ans, il s'était voué à l'accomplissement de l'œuvre d'une vie : dorer le blason des Runeberg.

L'homme n'était guère le plus talentueux des soldats, mais il se montra suffisamment opiniâtre et rigoureux pour se hisser parmi les meilleurs bretteurs de son régiment. Son audace et la promptitude de ses réflexes en duel bâtirent sa réputation de soldat hors-pair. Au bout de huit années de service, ses frères d'arme demandèrent à ce qu'il devienne leur nouveau maître d'arme. Nul ne vit de raison de refuser ; il accepta fièrement l'offre.

Si il est souvent arrivé à Nils de se demander ce qu'il serait advenu de sa carrière si il avait refusé ; après tout, enseigner ne revenait-il à renoncer à gravir les échelons militaires ? Il n'est néanmoins certain que d'une chose : il n'aurait pas rencontré sa future épouse Cassandra Lönnrot. En effet, son nouveau poste lui permit de rencontrer bien plus de militaires haut placé qu'auparavant. Sa réputation appâtait les apprentis bretteurs comme les plus chevronnés des guerriers. Magnus Lönnrot (1651 – 1721), le père de Cassandra, était surtout curieux de voir si il était à la hauteur de sa réputation. Il défia le nouveau maître.

Il faut savoir que Magnus n'était pas qu'un simple guerrier ; c'était une montagne, un géant large comme deux chevaux. Sa force tenait plus d'un ours que d'un homme, et ses coups déferlaient sur ses ennemis telle les plus impétueuses lames de fond que pouvait lancer Océan. On le décrivait comme une bête féroce et sans pitié. Des récits disaient même de lui qu'il avait rompu de ses propres mains l'épée de brigands sous leurs yeux pétrifiés avant de les traînant au cachot par le cou !

Pourtant Nils le vainquit. La montagne était imposante, haute et épaisse, néanmoins une telle carrure ne lui laissait pas une grande mobilité. Le maître avait lu ses faiblesses et su adapter son art en conséquence. Et contre toute attente, le géant se prit d'affection pour le petit homme. Au fil des mois, ils devinrent de bons amis, et un beau jour, il rencontra sa fille : Cassandra (1677 – 1749).

Elle était une femme d'une douceur à nulle autre pareille, et qui ne ressemblait en rien à son père. Il était rustre ; son comportement frôlait la noblesse. Elle était sensible et fragile ; rien, pas même ses blessures, ne semblait gêner le géant. Il était effrayant ; sa seule beauté suffisait pour attendrir n'importe quel homme. Sa voix était douceur ; celle de son père grave et forte. Inutile d'en dire plus : Nils était d'ores et déjà amoureux. Et ce devait être réciproque, car ils se marièrent l'année suivante, en 1702.


L'enfance

Edvard est né en 1705, trois années après le mariage de ses parents. Son plus vieux souvenir n'est ni le sein, ni le visage de sa mère, mais le doux fracas de son chant susurré contre ses tympans. Fille de ménestrelle, elle noya son fils dans le ruissellement de sa voix et de son luth. Il l'écoutait attentivement lui conter l'histoire et les légendes d'Armanda, puis se laissait emporter par le flot de ses rêves auprès des majestueux dragons. Il soupirait pour l'aventure.

Nils et Cassandra savaient lire, écrire, et compter, et se donnèrent corps et âme à l'éducation de leur fils. Néanmoins, il n'était pas encore l'homme curieux qu'il est aujourd'hui, et trouvait ces sciences bien ennuyeuses à côté du monde que son imaginaire lui faisait visiter. Sa fascination pour son univers le tint d'ailleurs assez éloigné de ses grandes cousines Sigrid (1698 – aujourd'hui) et Elicia (1702 – aujourd'hui). Les filles de son parrain Anton et de son épouse Naemi – née Halonen – (1670 – 1741) étaient en effet plus terre à terre que leur cousin. Lui préférait plutôt écouter les récits de "morfar" Magnus, son grand-père maternel. Le colosse était rustre, certes, mais les la nature l'avait doué d'une bonté effarante avec les enfants. En le voyant, Nils comprit par ailleurs d'où son épouse tenait sa profonde gentillesse.

À l'âge de huit ans, Edvard assista à son premier mariage : celui de sa marraine Emeli avec son nouvel oncle Frans Järnefelt (1677 – aujourd'hui), un apothicaire d'Aldaria qui venait d'installer son officine dans la capitale. L'enfant ne comprenait pas ce que sa marraine trouvait à son compagnon : il n'était pas un guerrier, il n'avait pas l'air particulièrement brave, et sa passion était « l'herbe du potager », comme il le dit alors. Remarquant son air sceptique, "farfar" Svante vint à lui pour s'enquérir de son tourment, puis lui expliqua que si les guerriers pouvaient prévenir certains maux, ceux que pouvaient guérir l'apothicaire était à l'épreuve des armes. Le regard que posait l'enfant sur son oncle changea de suite : il était désormais intrigué. Ne pouvant déranger les nouveaux mariés, il se promit de lui demander, une fois prochaine, en quoi les plantes étaient utiles.

Edvard demeura toutefois plus intéressé par l'art martial de son père que par l'art médicinal de son oncle. Tout au long de son enfance, il assista à plusieurs entraînements de son père, et vit maints militaires tâter son épée. Certains étaient jeunes et inexpérimentés, mais d'autres émanaient une prestance formidable. L'enfant les admirait tous autant que les autres pour leur qualité, ou pour leur détermination. Il en fit tôt part à son père qui, dès les dix ans de son fils, le prit sous son aile. Son grand-père Svante lui forgea une lame à sa taille pour lui permettre d'apprendre dans de bonnes conditions.


Le corps, l'âme, la lame et le cœur : l'apprentissage d'Edvard

L'année 1715 de l'âge d'argent fut donc riche pour le jeune Runeberg : ses parents l'initièrent au maniement de l'épée et aux rudiments de la magie des esprits. Depuis le mariage de sa sœur, Nils avait réalisé que son fils pourrait bien être le dernier mâle de la lignée à porter ce nom, le seul à pouvoir prolonger son histoire. Il se souvint de la promesse qu'il s'était faite vingt-huit années plus tôt : couvrir d'honneur son patronyme. Il n'avait pas particulièrement failli, ne regrettait rien, mais entendait permettre à Edvard d'aller plus loin encore. Il avait commencé sa formation militaire à l'âge de seize ans ; son fils en avait seulement dix. C'était toujours six années de gagnées.

Il lui inculqua rapidement les fondamentaux, y ajoutant son expérience et son analyse du duel. Ainsi l'enfant apprit-il à penser comme son père : se tenir, se mouvoir, analyser et s'élancer. La technique était essentiellement logique : une posture latérale limitait la surface que pouvait atteindre l'adversaire ; l'épée le tenait éloigné ; se déplacer rapidement favorisait esquive et surprise ; l'analyse à travers l'observation et la déduction conférait une avance suffisante pour positionner son arme ; il ne restait plus qu'à faire preuve d'audace et attaquer. Telle était la technique qu'utilisait et enseignait le maître depuis vingt ans. Afin de mieux la comprendre, Nils invita son fils à prêter plus attention à ses combats ; ce qu'il fit.

Au cours de ses années d'apprentissage, le père d'Edvard reçut un nouvel élève, conscrit du jeune Runeberg : Cornelis Kallela (1705 – aujourd'hui), fils du fameux capitaine Jesper Kallela. Celui-ci descendait du traître Holger Kallela, un guerrier Glacernois qui bafoua l'honneur de son patronyme en essayant d'attenter à la vie de son seigneur. Banni, il trouva l'amour à Gloria, où il s'installa alors. Jesper, son unique enfant, s'engagea dans l'armée impériale dans le seul but de redorer le blason de sa famille, et entendait bien voir son fils rejoindre l'élite impériale.

Edvard éprouvait d'autant plus de compassion pour son camarade que sa petite sœur, Esther Kallela (1706 – aujourd'hui), était présente aux entraînements de son frère sur ordre de son père « afin d'apprendre à estimer la véritable valeur d'un homme ». Le jeune Runeberg n'était pas indifférent à son charme : d'abord intrigué, il se prit d'affection pour elle, puis se rendit un jour compte qu'elle avait embrasé en lui un étrange sentiment qui lui était à la fois plaisant et effrayant. Lorsque Cornelis se rendit compte que sa sœur éprouvait la même exaltation, il entreprit de protéger son honneur. Furieux, il profita d'un échange censé être courtois pour donner une leçon à son adversaire félon. Ils n'avaient tous deux que douze ans, mais l'estocade du jeune Kallela était déjà impétueuse ; il lui brisa une côte. Edvard venait de subir sa première défaite, sous le regard impuissant de la belle Esther.

Alité, le garçon qui s'était acclimaté à la salle d'arme de son père se consacra au reste de sa famille. "Morfar" Magnus rit de sa blessure : « c'est par là que commencent les guerriers ! » lui dit-il. Tante Naemi et sa fille aînée prirent soin du garnement : Sigrid se préparait à suivre la voie de sa mère et à devenir infirmière, or la fracture d'Edvard lui permettait enfin de pratiquer sur une véritable personne. Elle prit l'exercice tant à cœur qu'elle resta auprès de son cousin jusqu'à ce qu'il soit rétabli. En somme, le malheureux événement finit par les rapprocher.

La vocation médicale des filles d'Anton s'affirma après la naissance de Seth Järnefelt (1716 – aujourd'hui) car la jeune Elicia décida dès lors qu'elle deviendrait alerresse. Anton ne chercha pas à aller contre le désir de ses filles : ni lui, ni "farfar" Svante ne pensaient leur léguer la forge. Les deux forgerons entrèrent dans une période morose durant laquelle ils songeaient aux différents avenirs possibles de l'entreprise familiale.

Au cours de son rétablissement, Edvard commença à apprendre à jouer du luth auprès de sa mère Cassandra et "mormor" Astrid Lönnrot (1657 – 1744). Elles lui disaient qu'il pourrait un jour chanter une sérénade à sa dulcinée et paraître « moins rustre et bourrin que "morfar" Magnus ». Si il ne quitta jamais la musique depuis, il préférait pour l'heure recouvrer l'honneur que lui avait retiré son nouveau rival, celui qui était responsable de sa blessure et qui joutait avec son père cependant qu'il guérissait.

Les années qui suivirent furent rudes pour le jeune Runeberg. Il travailla avec acharnement et minutie chaque facette de sa technique, combattit son père et "morfar" Magnus pour développer ses réflexes. Il intégra ses premiers sorts à son escrime, apprit à danser avec son arme et à répondre à tous les coups qu'il pouvait imaginer. S'entraînant seul face à un arbre, il établit tout un arsenal de combinaisons ; son rationalisme intervenait enfin dans sa vie. « Il n'y a pas de problème ; seulement des solutions » lui répétait son père. Il se sentait meilleur, plus brave, plus fort. Il était fin prêt.


La période militaire

Effrayée par son père, Esther convint Edvard de ne pas provoquer son frère en duel. Ils savaient ce qu'ils partageaient et se cachaient, mais le réprimèrent jusqu'à ce que le temps se décide de les séparer. En effet, le jeune Runeberg rejoint l'armée impériale peu après son seizième anniversaire. Son aimée ne s'abandonna à lui que la veille de son départ pour Elena la Robuste. C'est donc avec le regret de n'avoir pas osé s'emparer de ses lèvres plus tôt qu'il rejoignit la célèbre école militaire. Son rival Cornelis faisait aussi partie du contingent.

Celui-ci suivit une formation rude durant laquelle les officiers faisaient le tri parmi les recrues. Seuls ceux à même d'honorer le titre de soldat impérial resteraient, les autres étant renvoyés chez à la capitale. Les épreuves que les frères d'armes subirent visaient à déterminer le potentiel physique et psychologique de chaque homme, leur force, leur résistance, mais aussi à les classer selon leurs armes de prédilection. Ils eurent à toutes les manipuler jusqu'à ce qu'ils trouvent la leur ; l'épée fut, évidemment, celle d'Evard. On évalua aussi leur discipline et leur promptitude à exécuter les ordres, peu importe la teneur ou la difficulté. Le jeune Runeberg et son rival furent tous deux reçus avec honneur grâce à leur maestria de l'escrime et intégrèrent le même régiment de fantassins légers, ce qui n'arrangea pas leurs rapports.

Edvard n'eut guère le temps de savourer sa réussite : un message en provenance de Gloria lui rapporta le décès de "morfar" Magnus. Le pauvre homme souffrait depuis quelques années déjà, mais s'était promis de ne pas partir avant son « petit guerrier ». Le nouveau soldat n'obtint de permission que le temps des cérémonies funéraires. Trop préoccupé par les interrogations que la mort de son grand-père soulevait, il ne parvint pas à verser de larme. Que voulait-il faire ? Qui voulait-il être ? Et surtout, que voulait-il laisser de lui ? On ne retint de "morfar" qu'un guerrier rustre et belliqueux, d'un bon fond, mais qui ne laissa rien à l'Histoire. Or, il y aurait gravé son nom si l'Empire avait été en guerre. Voulait-il donc faire la même chose ? Se préparer à une guerre qui n'avait pas lieu d'être ? Cette remise en question, en cette fin d'année 1721, marqua donc un tournant dans la vie du futur baptistrel.

Dès son retour à Elena la Robuste, il fut affecté, comme bien des recrues , à la surveillance des remparts. La tâche était rebutante, répétitive et ennuyeuse, mais nul ne pouvait s'y soustraire. Après quelques mois de maigre activité, on lui ordonna de contrôler les allées et venues aux portes de la ville, puis d'y patrouiller afin d'assurer la sécurité du peuple. Hormis quelques vols, la forteresse n'avait rien à déplorer.

Curieux, Edvard avait profité d'être à Elena pour explorer la ville et ses alentours dans leurs moindres recoins. Il effectua de nombreuses randonnées dans les plaines et forêts environnantes au cours de ses permissions, y cherchant comme un havre de paix où il pourrait s'évader de sa vie de soldat. En ville, il s'intéressa de près à la culture et aux coutumes des Elanéens, de leur cuisine jusqu'à leurs arènes. Sa droiture l'amena en effet à assister à un combat pour enquêter de son propre chef sur les guildes clandestines qui permettaient à un tel secteur de vivre. Deux mercenaires avides de notoriété s'opposaient. Leur affrontement fut d'une virulence inédite pour le jeune soldat : le vainqueur ne s'était pas contenté de triompher son adversaire ; il l'humilia. Après lui avoir coupé l'oreille et la main, il le traîna face à son public affamé, l'exécutant en guise de harangue fatale. Au vu de la violence des combats, les criminels étaient certainement effrayés à l'idée de se retrouver dans les arènes.

Si le soldat ne put atteindre les organisateurs de ces boucheries, il apprit l'existence d'un groupe de bandits qui s'étaient organisés en une guilde officieuse au sein de la citadelle. Les gardes étaient tellement préoccupés par la surveillance des environs extérieurs qu'ils tendaient à négliger l'activité clandestine qui s'était mise en place sous leurs yeux. Le groupe sévissait essentiellement dans le vol, les paris illégaux, et l'organisation de combats truqués au sein des arènes. Cela n'avait par ailleurs pas été si compliqué que cela à mettre en place : il suffisait d'engager deux mercenaires, et d'en empoisonner un juste avant qu'il entre en scène. Une faible dose de leur poison ne faisait qu'étourdir le guerrier, conférant un net avantage à son adversaire. Parfois même, ils envoyaient deux malheureux qui ne pourraient rembourser leur dette de jeu.

En 1724, la lance à laquelle appartenait Edvard fut envoyée pour mettre un terme aux activités illégales de ces coupe-jarrets. Néanmoins, ceux-ci ne capitulèrent pas d'instinct, préférant croiser le fer avec ce qu'ils crurent être un groupe de novices. Le combat ne fut ni long, ni éprouvant, mais ce qui s'ensuit fut décisif pour l'avenir de notre protagoniste. En effet, le meneur de la lance, un lieutenant qui aimait faire montre d'une autorité exubérante, se laissa aller à quelques débordements dont il ne sut rougir. Il profita de la capitulation de leurs adversaires pour jouer avec leurs nerfs, prendre en main leur interrogatoire, ainsi que leur torture. Edvard connaissait les ordres de mission et ne considérait pas qu'il fallait continuer à user de la violence avec les bandits dans la mesure où ils coopéraient. Il s'interposa, se fit réprimander par son supérieur, assuma la défense des brigands et dégaina. L'officier menaça de le traîner au tribunal militaire pour insubordination.

Edvard ne fléchit pas et rapporta lui-même l'affaire à son capitaine. Celui-ci estima que son soldat avait eu raison de ne pas laisser son supérieur agir, la torture n'étant pas utile en de telles circonstances et révélant donc un abus de pouvoir condamnable. Il écrivit une requête à l'officier en charge du régiment afin de destituer le sergent, le relever de ses fonctions et l'assigner au fanal de la porte. Enfin, il félicita Runeberg, le promut sergent, et soutint, plus tard, son affectation à Gloria. « La capitale doit être surveillée par des hommes droits. »

Le jeune Runeberg retrouva donc sa famille au sein de la capitale. Durant son service à Elena, ses parents lui firent parvenir les nouvelles par lettre. Ainsi Edvard savait-il déjà que Frans, Emeli et leur fils Seth s'étaient installés à Aldaria, et s'y plaisaient plus qu'à Gloria. Aussi était-il au fait que ses cousines Sigrid et Elicia étaient devenues, respectivement et comme elles le souhaitaient déjà à son départ, infirmière et alerresse. La première fréquentait depuis quelques mois Olof Leys (1703 – aujourd'hui), un cavalier de l'armée qui commençait à jouir d'une bonne notoriété. Il venait de la demander en mariage, même s'ils ignoraient tous deux qu'elle était tout juste enceinte leur premier enfant. "Farfar" Svante avait beaucoup faibli, et ne pouvait plus tenir le rythme de la forge ; elle était désormais entièrement à Anton. Enfin, son père, Nils, continuait d'officier en tant que maître d'arme pour l'armée. Il aurait d'ailleurs eu l'honneur de croiser le fer avec des hommes de haut rang.

À Gloria, Edvard assuma pendant quelques temps les mêmes fonctions qu'à Elena : patrouiller, contrôler, surveiller. Sa promotion, ses honneurs et le bilan de ses compétences à la fin de l'année suivante lui permirent toutefois d'intégrer une lance au premier plan dans la lutte anti-terroriste de l'Empire. Elle avait pour rôle d'enquêter sur les Lames Rouges afin de les débusquer et de les arrêter, la difficulté étant de les embarquer vifs à l'issu des opérations. Ces manœuvres lui firent saisir toute l'atrocité de la guerre : il y vit mourir des hommes pieux, infects, fous ou brillants. Lui qui ne tua point se tenait pour responsable de la mort de ses camarades parce qu'il n'avait pas su être aussi abominable que les ennemis de l'Empire. Son supérieur lui tint pourtant le discours contraire : « c'est votre attachement à la vie qui fait votre force et votre noblesse ; ne vous en blâmez pas. »

Cette nouvelle facette de son métier le plongea dans une période sombre de sa vie. En plus de ses équipiers, Edvard perdit ses grands-parents "farfar" Svante en 1728 et "farmor" Katja trois années plus tard. Tous ces décès réveillèrent en lui les mêmes interrogations qui suivirent le trépas de Magnus, y ajoutant cette fois-ci la fatalité du monde militaire : les soldats qui périrent sous ses yeux étaient des hommes valeureux qui donnèrent leur vie pour un idéal qu'ils ne verraient jamais. Pour les uns, il s'agissait d'assurer la paix et la prospérité de l'Empire, pour d'autres, c'était pour la gloire ; nul ne retint leur nom, leur bravoure, leur foi, ou leurs récits. Voulait-il en faire autant ? Mourir pour la paix en valait-il vraiment la peine ? N'est-ce pas absurde ?

De telles questions furent peut-être responsables de l'échec de sa dernière opération. Envoyée aux abords de la capitale, la lance d'Edvard croisa le fer avec les Lames Rouges qu'elle devait arrêter. Cette fois-ci cependant, le sergent fut atteint par ses assaillants. Ses blessures étaient profondes ; c'est un homme agonisant que ses camarades ramenèrent à la caserne. Vidé de trop de sang, plusieurs jours passèrent avant qu'il ne montre signe de vie. Il eût trouvé la mort si une baptistrelle ne s'était pas chargée de le soigner. À son réveil, l'homme était transformé, comme si il avait trouvé le sens de la vie dans l'au-delà.

« Je me suis engagé pour dix longues années,
Persuadé que la guerre, un jour, éclaterait.
Combien de temps encore chercherai-je la paix
Alors qu'elle m'attend depuis que je suis né ? »


La formation baptistrale

De retour à la vie, Edvard choisit de ne pas renouveler son contrat avec l'armée impériale, et de la quitter au rang de sergent. Il n'était pas encore complètement rétabli lorsqu'il en fit part à son supérieur. Toujours présente auprès de son patient privilégié, l'enwr Helena Leino (1704 – aujourd'hui) avait fini par se lier d'amitié avec le futur ex-soldat. Elle l'invita à lui parler de ses interrogations, de la paix qu'il voulait désormais savourer, mais aussi de sa faiblesse de ne parvenir à surmonter le trépas de ses camarades. « L'armée n'a pas de place pour un homme comme moi », disait-il, « et je ne veux plus en être ». Elle l'appréciait.

Le jeune Runeberg chercha lui aussi à connaître la jeune fille qui s'occupait de lui. Après lui avoir expliqué ce qu'était l'ordre baptistral et pourquoi elle l'avait rejoint, elle lui parla de ses désirs de paix, de musique, d'amour et de sagesse... Edvard était fasciné. Le monde qu'elle lui décrivait semblait tiré d'un rêve. Jour après jour, ils échangèrent sur l'art, la philosophie, le monde, les différentes cultures. Elle lui apprit maintes choses sur les elfes et leur façon de vivre, sur la ville où résidait désormais sa marraine, sur les divers instruments de musique qu'elle avait vus et entendus, mais ses contes ne suffirent à combler la curiosité de l'homme. Celle-ci était telle qu'il demanda à l'accompagner au Domaine des Baptistrels. Edvard était désormais sans emploi, et la jeune fille lui avait donné envie d'aventures spirituelles, loin des histoires épiques qui le firent fantasmer tout au long de son enfance.

Helena et lui marchèrent ensemble pendant un mois et trois semaines, prenant leur temps pour converser et admirer la beauté de la nature. Bien que proches, ils ne se laissèrent emporter par nulle volupté ; ils étaient trop ivres de connaissances et de découvertes. Edvard avait déjà acquis quelques rudiments de l'art baptistral lorsqu'ils arrivèrent au Domaine de la Rhapsodie, et n'attendait plus que de rencontrer d'autres baptistrels pour juger si il avait sa place parmi eux. Son guide le laissa attendre dans le hall de réception durant quelques heures qu'il ne vit guère s'écouler tant il admirait le lieu au sein duquel il avait la chance de se tenir. « Qu'il fait bon d'être vivant », réalisa-t-il.

La jeune enwr revint donc accompagnée d'une demoiselle d'une beauté telle que l'âme même de l'ancien soldat suffoqua à sa vue. Son sourire était aussi ravageur que ses yeux, et le cristallin filet de voix qui s'échappa de ses lèvres pour l'accueillir n'exhalait que pureté. Edvard fut pénétré d'un éclat d'admiration. Obsédé par les prunelles de l'elfe, il conserva son silence un fragment de seconde. Ainsi Helena présenta-t-elle Aramis Thrëdë au mortel dont elle avait prolongé l'existence.

Celle-ci invita le jeune homme à discuter en marchant, ce qui suffit à dénouer sa langue. Il lui raconta son parcours, ses dix années de service au sein de l'armée impériale, ses réflexions, ses pertes, son inaptitude à tuer malgré la bravoure dont il ne cessa de faire preuve, son séjour entre la vie et la mort, le rôle que joua Helena et la raison de sa présence. Il lui montra qu'il chantait juste et en rythme, même s'il n'avait nul sens de la musicalité ou de l'interprétation. Edvard n'était pas très confiant lorsqu'il demanda à la cawr d'accepter de le prendre sous son aile. Pourtant quelque chose en lui dû plaire à l'elfe, car elle accepta.

C'est donc en 1731, à l'âge de vingt-six ans, que l'homme devint l'enwr d'Aramis. Il savait que son instruction serait d'autant plus longue et difficile que le savoir lui manquait. Son défaut devint le moteur de sa curiosité ; il nourrit son esprit de tout ce qu'il put ingurgiter. Ainsi consacra-t-il la totalité de son temps libre à son apprentissage, à sa pratique musicale, et à la lecture. Il s'intéressa à chaque son que sa voix pouvait produire, à la poésie de la rhétorique, à la philosophie de la dialectique, à l'Histoire du monde et à celle des Astres ; il découvrit les couleurs de maints instruments et tomba d'amour le psaltérion hiémal.

En plus d'apprécier sa curiosité, Aramis avait fait comprendre à son élève que son passé militaire l'intriguait. Ancienne championne de l'armée elfique, elle lui proposa d'échanger quelques assauts, ce qu'il ne sut refuser : l'armée ne lui manquait pas ; l'escrime si. Edvard était honoré de pouvoir croiser le fer avec une guerrière aussi prestigieuse. D'ailleurs, celle-ci devint aussi son nouveau maître d'arme officieux et éleva son escrime à son acmé. Au fil des années, leurs rendez-vous martiaux devinrent une occasion de s'évader et de faire le point.

De tous leurs échanges, il en est un que le baptristrel ne saurait oublier. Une aurore de l'an 1734, alors qu'ils se donnaient corps et âme l'un à l'autre et faisaient retentir leurs épées avec la même ardeur qui les animait habituellement en ces précieux moments, quelque chose pétrifia Edvard : une autre élève d'Aramis. Celle-ci rentrait d'un voyage et venait s'annoncer à sa maîtresse. Elle était la plus somptueuse femme qu'il lui fut donné de voir. Son visage fin était orné de deux gemmes d'apatite, et pourvu de lèvres rosées desquelles ne ne sortait qu'un filet de voix susurrée avec tendresse. Sa chevelure longue, lisse et noire faisait ressortir sa peau aussi blanche que pure, qui eux-mêmes valorisaient ses lèvres pulpeuses et son délicieux regard. Les proportions de son corps correspondaient aux plus belles harmonies et demeuraient généreuses sans pour autant paraître vulgaires. On devinait son amour pour la danse à la finesse de ses jambes et de ses bras. Le temps cessa un instant de s'écouler.

Profitant de l'inattention de son élève, Aramis le désarma comme un apprenti avant de rejoindre la nouvelle arrivante. Edvard les admira discuter sans parvenir à percevoir quoi que ce soit d'autre que le sourire de la jeune fille. Son cawr le tira de son fantasme en l'appelant, puis fit les présentations.

C'est ainsi qu'il rencontra Linn Edelfelt (1711 – 1753). Abandonnés peu après sa naissance, la jeune fille et son frère jumeau furent adoptés par une aspirante baptistrelle en voyage qui lui transmit son amour pour la musique. Linn décida de la suivre et rejoint l'ordre à l'âge de quatorze ans. Flûtiste et chanteuse, elle souhaitait un jour être capable de guérir tous les maux. Quant à lui, son frère était devenu cavalier dans l'armée impériale. Sa sœur s'étant promis de veiller sur lui, elle profita de son voyage pour lui rendre visite à Elena la Robuste. Telle était la femme qu'Edvard épousa deux années plus tard.

Les cinq premières années de recherches du baptistrel aboutirent à l'élaboration de son premier poème instrumental, une pièce déjà empreinte de son exploration du timbre et de l'harmonie. L'œuvre révélait une chose essentielle sur lui : il ressentait désormais sa propre musicalité et commençait à l'exprimer. La vie d'Edvard fut aussitôt bouleversée, car Linn donna naissance à leur fille dans les mois qui suivirent. Ils la nommèrent Cecilia (1736 – aujourd'hui), en hommage à la baptistrelle qui avait sauvé les jumeaux. Lorsqu'il la saisit pour la première fois, il prit conscience du rôle qu'il avait désormais à accomplir. Comment un père peut-il protéger une enfant d'apparence si fragile ? Il était effrayé, et pourtant, sa fille semblait si apaisée dans ses bras qu'il se sentit capable de tout pour elle.


L'éclosion du baptistrel

Les années qui suivirent cet événement virent l'éclosion des talents d'Edvard. En effet, il démontra sa bonne connaissance de l'Histoire d'Armanda et de ses peuples, savoir que l'on retrouva donc dans sa philosophie et sa vision du monde. Il s'exalta musicalement et fit montre d'une aise formidable dans le chant ainsi que dans diverses pratiques instrumentales (flûte, psaltérion hiémal, luth, mais aussi lyre). Si ses nouvelles œuvres instrumentales suscitaient l'intérêt pour leur exploration du son, ses premières pièces vocales portèrent le germe de sa pensée musicale : l'harmonie plaît, apaise, et unit. Il en fit d'ailleurs l'expérience avec son épouse en écrivant des berceuses pour la jeune Cecilia.

De tels progrès lui permirent d'effectuer entre 1743 et 1745 un premier périple autour d'Armanda, de Glacern à Lyssa, pour découvrir par lui-même les diverses cultures qui l'habitaient. Refusant d'abandonner Linn et sa fille pendant si longtemps, ils partirent tous ensemble. Edvard rencontra nombre de personnes, commença à enseigner sur demande, et entama l'écriture de son premier traité, De l'art d'écouter et de ressentir, dans lequel il développe sa pensée musicale et explique comment « quiconque peut apprendre à se délecter de l'art et prendre conscience de l'harmonie de son âme ». De retour au Domaine, il fit part de ses réflexions à son cawr. Cela faisait quatorze ans qu'il était en formation, et ses initiatives révélaient qu'il avait vite progressé. Le Conseil mentionna d'ailleurs pour la première fois son cas, son œuvre et son traité.

Cependant, si Edvard avait l'esprit d'un baptistrel, tant dans sa philosophie que dans sa musicalité, il lui manquait un élément crucial pour parachever sa formation baptistrale : les connaissances théoriques sur la puissance de vérité. En effet, il s'était lancé trop précipitamment dans les sciences spéculatives auxquelles s'intéressent habituellement les enwr en fin de formation, et avait partiellement éludé le sujet. Or, maîtriser ces théories est primordial pour tout baptistrel qui souhaite s'accomplir.

Linn, quant à elle, acheva sa formation l'année suivante. Afin de pouvoir exercer ses fonctions, elle s'entendit avec son époux pour alterner la garde de leur enfant pendant qu'elle serait ailleurs sur le continent. Edvard était fier d'elle : elle était une musicienne douée, une talentueuse compositrice, et était parvenue à développer son aptitude à guérir. Ses connaissances dans le domaine médical et magiques lui offrirent de nombreuses possibilités, ce qui l'amena à travailler conjointement avec l'armée impériale dans laquelle son frère était engagé ; en d'autres termes, elle tenait sa promesse. Cecilia, quant à elle, avait grandi : elle venait d'avoir dix ans. Ses parents lui avaient appris à lire, écrire et compter. Son premier voyage lui donna une culture et une ouverture sur le monde que peu d'armandéens ont. Douée d'une curiosité plus insatiable encore que celle de son père, elle tint à ce que l'on lui raconte l'histoire d'Armanda et de ses peuples, à ce que l'on lui apprenne à jouer de la flûte, puis plus récemment à ce que son père partage son escrime avec elle. Bien que l'idée ne l'enchantât pas, il lui permit d'assister à ses duels avec Aramis.

Le voyage de la famille avait permis à la petite de rencontrer certains membres de sa famille, dont ses cousins Enya (1724 – aujourd'hui) et Svante (1728 – aujourd'hui), les enfants d'Olof et Sigrid Leys. Sa marraine Elicia lui avait d'ailleurs offert un collier en argent qu'elle ne quittait plus depuis. Depuis qu'elle avait épousé l'architecte et sculpteur Sigvard Wikström, la cousine d'Edvard n'avait guère réussi à faire d'enfant en une dizaine d'année. Elle vit son infertilité d'autant plus mal qu'elle était alerresse ! Lorsque Linn lui demanda de devenir la marraine de leur fille, elle décida de lui donner ce qu'elle aurait donné à ses propres enfants. À force de les voir, l'enfant vit Helena et Aramis comme des membres de la famille.

Au cours de l'an 1748 de l'âge d'argent, Edvard rédigea son second traité, De l'harmonie des peuples. Il y développe sa philosophie sur la paix, et explique comment l'éducation et la musique pourraient l'engendrer et l'entretenir. De même écrit-il ses propositions d'organologie dans lequel il présente divers instruments ainsi que leurs améliorations possibles. Il y consacre notamment un chapitre sur l'adjonction de cordes au psaltérion hiémal afin d'étendre sa tessiture et de renforcer son aspect polyphonique.

L'ensemble de ses écrits et des idées qu'il porte parvint aux intellectuels et aux nobles du continent. Si les baptistrels, dans l'ensemble, soutinrent les projets de paix d'Edvard, ses idées furent raillées par une bonne partie des aristocrates. Ceux-ci les jugeaient "excessivement idéalistes et irréalisables", et ne comprenaient pas l'utilité d'éduquer les paysans. Néanmoins, la princesse Esmelda Kohan le reçut en 1751, alors qu'il approchait la fin de sa formation baptistrale. Elle se montra particulièrement curieuse et réceptive à ses idées, et lui assura qu'elle serait son mécène si il en avait besoin.


Guerre et paix

L'impensable se produit en 1750 : les créatures que tout le monde pensait éteintes se réveillèrent ; elles criaient vengeance. À peine Edvard et Linn apprirent-ils l'assaut des vampires sur Océane qu'ils partirent faire ce que tout membre de l'Ordre devait faire : prodiguer ses soins, soutenir la population, et aider l'armée à la défendre. Refusant de laisser leur fille seule et tous le enwr étant appelés par la guerre, les parents de Cecilia demandèrent à Helena de l'emmener chez sa marraine Elicia, à Gloria, où ils espéraient sa sécurité. Celle-ci était certainement la seule membre de leur famille à ne pas être directement impliquée par la guerre : Sigrid étant infirmière, elle vint en aide aux populations ; son époux Olof et son fils Svante, tout comme Alwin Edelfelt, chevauchaient au côté de l'armée impériale ; et les apothicaires Järnefelt avaient fermé leur officine pour guérir les malades.

Tantôt auprès des villageois, tantôt auprès des soldats, Edvard et son épouse ne purent que constater le mal que la guerre avait jeté sur l'Empire. Les Hommes criaient famine ; les vampires au festin. L'enwr ne perdit pourtant pas foi en sa philosophie utopiste : l'harmonie des peuples était encore réalisable. Au plus près de la misère et du conflit, il écrivit son premier essai : Sur les armes de la paix. Il y développe l'idéal polémique d'une paix ayant pour bouclier des soldats éduqués et sans bannière qui protègent les innocents, et pour arme le verbe de diplomates aussi doués de raison et désintéressés que les baptistrels. Encore plus critiqué que son second traité, il lui permit néanmoins de rencontrer la princesse Esmelda Kohan en 1751. Celle-ci se montra particulièrement réceptive à ses idées, et fit montre d'une munificente curiosité à l'égard de la musique. Elle lui assura qu'elle serait son mécène si il en avait besoin.

Les années suivantes furent marquées par maints changements majeurs qui transformèrent la vie des Armandéens. On entendait une rumeur selon laquelle les dragonniers étaient partis à la quête de six œufs de dragon, et Edvard connaissait suffisamment l'Histoire du continent pour savoir ce que cela impliquait. La magie d'Armanda n'avait-elle pas dépéri suite au départ des reptiles ailés ? Le regain magique dont tout le monde bénéficia eut d'importantes répercussions sur la guerre. D'abord soulagé de pouvoir être d'une plus grande aide envers les populations, l'enwr était surtout attristé que l'on mêle la magie au conflit. La vie aurait dû s'améliorer ; la situation s'aggrava.

Le Seigneur vampire Lorenz Wintel tua le dragon Cymbor et but son sang, acte blasphématoire qui affligea Linn et son époux. Depuis le début de la guerre, tous deux s'interrogeaient sur les motivations de la créature qui répandait feu et sang sur Armanda : pourquoi faisait-il tout cela ? L'erreur des Hommes et des Elfes avait-elle été de n'avoir su éradiquer les Vampires ; ou justement d'avoir cherché à les effacer ? Et si tout avait été différent ? Les idées floues des Runeberg ne donnèrent naissance à aucun écrit, quand bien même on pouvait déjà entendre dans leurs réflexions un germe de la position que défendrait plus tard Edvard.

Suivant les mouvements de troupes de l'armée impériale, le couple prit part en 1753 à la bataille de Feusacré. Leur entente, leur motivation, et leurs facultés leur permit de prolonger la respiration et la vie d'un nombre considérable de soldats, néanmoins les pertes demeuraient plus importantes encore. À l'issue de la guerre, à sa soi-disant victoire, on ne comptait plus que les morts. Revoir leur Cecilia était désormais le seul désir d'Edvard et de Linn. Ils rejoignirent la capitale avec l'armée qui battait en retraite, et y restèrent jusqu'au discours de l'Empereur. Après avoir appris l'existence de la Dévoreuse et la fondation des Larmes d'Alderick, les époux prirent des chemins différents : Linn voulait retrouver son jumeau à Elena ; Edvard rentrait au Domaine avec sa fille. Il avait beaucoup à raconter à son cawr.


Consécration et chute

Grâce à ses écrits et à sa dévotion à la cause baptistrale depuis le début de la guerre, Edvard était considéré comme un enwr accompli à son retour. Pourtant, ce ne fut pas une année joyeuse pour l'homme, car Armanda plongea dans une nouvelle ère, passage qui lui coûta cher. En réaction au débarquement et aux assauts que menèrent les Alayiens au Nord de l'Empire, des troupes furent envoyées dans l'espoir de les contenir. Linn et son frère jumeau Alwin Edelfelt (1711 – 1753) firent partie d'un des régiments qui affronta l'envahisseur. Tous deux périrent tragiquement sur le champs d'honneur. Un témoin raconta plus tard à Edvard que son épouse fut exécutée alors qu'elle soignait son frère, et lui annonça que les Alayiens avaient brûlé les corps.

Anéantis. Cecilia et lui étaient anéantis. Pourtant, il ne le réalisait pas. Son aimée, exécutée ? Victime d'une guerre qu'elle n'avait pas déclaré, jugée coupable de vouloir sauver une vie ? C'était absurde. Il ne comprenait pas. Mais comment ? Pourquoi ? Il l'ignorait. Il n'arrivait plus à penser. Il n'avait pas vu le corps... il ne la verrait plus ; pire : il ne l'entendrait plus. Une partie de lui voulut prendre les armes ; l'autre le retint. Ce n'était pas ce que Linn aurait souhaité. C'est pourquoi il essaya de s'accrocher à ce qu'il lui restait de la vie, à sa fille, à son art, et à son utopie.

Cecilia n'en fit pas autant. Elle, qui avait toujours eu un cœur pur et qui n'avait jamais semblé capable du moindre mal, décida de faire ce que son père ne ferait jamais : se venger. Elle avait appris à se battre auprès de son père et d'Aramis ; elle en était capable. Un soir, persuadée que son père dormait, silencieuse, elle se mit en route. Son père la regarda s'en aller sans mot dire ; il n'avait pas le droit de la retenir. Conscient de la gravité de la situation, il devait agir pour éviter de perdre sa fille.

Néanmoins, la trêve que le fondateur de l'Ordre Baptistral Merithyn Shadowsong proposa aux représentants des Elfes, des Hommes et des Vampires retint Edvard au Domaine. Tous les enwrs devaient en effet préparer l'occasion de sorte à ce que les discussions se déroulent dans les meilleure conditions possibles. Malgré son deuil et la philosophie qu'il défendait, il compta parmi les quelques enwr que l'on autorisa à assister aux négociations. Voir Lorenz Wintel tendre la main à ses éternels ennemis le foudroya d'un vif éclat d'admiration qui lui révéla des éléments de réponse à une question veille de quelques années : et si tout avait été différent ? Et si, plutôt que de les punir, on avait essayer de trouver un terrain d'entente ? Ce n'était plus la même ère, et le pacifiste avait foi en l'avenir que cet entretien diplomatique historique présageait.

Dans l'ensemble, Edvard était satisfait de l'issu de ces pourparlers : les trois races parvinrent à trouver un terrain d'entente malgré les tensions, les intérêts de chacun et le passé. La seule chose qui désolait l'enwr était le sort que ces dirigeants réservaient à leur nouvel ennemi commun. Ils se préparaient à reproduire l'Histoire et à faire aux Alayiens ce qu'ils firent aux Vampires plus de mille six cents années plus tôt. Inspiré, l'enwr prévit d'écrire une adjonction à son essai Sur les armes de la paix afin de développer l'intérêt d'une issue diplomatique à toute guerre incluant les vaincus et permettant à leur peuple de vivre autant en paix que celui des vainqueurs.

Il n'eut malheureusement pas le temps de s'y consacrer : les Alayiens étaient aux portes du Domaine. Un miracle se produisit alors. Les Esprits Supérieurs apparurent aux yeux de tous et annoncèrent que leur protecteur Dracos avait été capturé par le Néant. Quatre Dragons et leurs Liés partirent affronter l'Esprit banni. De leur côté, les baptistrels et les délégations présentes furent entraînées dans ce que l'on appellerait plus tard la Bataille des Bois Sombres. Edvard décida de soutenir les quelques troupes présentes et prit part au combat. Contre toute attente, il survécut.

Il se retira pour Althaïa la Romantique sitôt qu'il apprit la mort de l'Empereur Gregorist et le couronnement Fabius Kohan, successeur qu'il juge illégitime. Quand celui-ci proposa de faire la paix avec les Alayiens et de répandre la parole du Néant, l'enwr s'insurgea :

« Les corps ne sont pas responsables de la guerre : ce ne sont ni plus ni moins que des outils manipulés par la force de notre âme. En déclarant la guerre sur le plan spirituel, c'est une paix fallacieuse que propose l'Empereur. »

Edvard voyait donc la politique du nouvel Empereur comme dangereuse et ne croyait nullement en la paix qu'il proposait. Ses paroles en firent un soutien de Korentin Kohan quand bien même sa position était plus nuancée que cela. En effet, il approuvait l'idée de réunir l'Empire sous l'autorité d'un Empereur légitime, mais craignait toujours les débordements de la guerre. Or, il ignorait le sort que le prétendant au trône réservait aux Alayiens. L'enwr profita donc de sa position dans la ville rebelle pour écrire l'adjonction de son essai, envisageant de le présenter à sa mécène dès que possible.

Cependant, quelque mal sembla frapper le Continent : les Eaux s'agitaient ; les Feux s'animaient ; les Plantes se dressèrent ; les Vents hurlaient ; les Sols grondaient. Edvard, pourtant si placide, se vit épris d'une maladresse inédite avec la magie. De plus, ses mains se mirent à trembler légèrement, perturbant son écriture. Inquiété par son état et espérant ne pas être en train de sombrer dans la démence, il multiplia ses séances de méditation. Il lui semblait malgré tout être encore rationnel, et les Althaïens paraissaient aussi plus agités ; tout devait être lié, quelque chose s'était produit. Les Esprits s'exprimaient-ils ? Était-ce un message ?

Ou bien était-ce le présage de la bataille qui se déroula quelques mois plus tard ? L'armée loyaliste était aux portes d'Althaïa, et venait éradiquer la Rébellion du cousin de l'Empereur. Edvard partit dans les profondeurs d'Aigue-Royale pour accomplir son devoir et prodiguer ses soins. La panique saisit la foule lorsque les Alayiens les atteignirent. Malgré les tentatives rebelles pour les contenir, ceux-là commencèrent à achever les blessés. Des proies faciles pour ces couards ! Contraint à battre en retraite, l'enwr se fraya un chemin au travers l'essaim agité. Lorsqu'il vit trois rebelles entrer dans une pièce reculée, il estima que ce devait être le recoin idéal pour effectuer ses soins en sûreté. Quelle ne fut pas sa stupeur quand il vit l'horreur qui étouffait ses alliés de ses tentacules ! Pris d'un mouvement de recul, Edvard fut assommé, emporté par la cohue rebelle.

À son réveil, il était en vie.




Dernière édition par Edvard Runeberg le Dim 22 Mar 2015 - 20:37, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Merithyn Shadowsong
Merithyn Shadowsong
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Left_bar_bleue4/10Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty_bar_bleue  (4/10)
Xp disponibles: 3

Légende

Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Icon_minitimeSam 21 Mar 2015 - 14:03

Identité

Pourquoi avoir mis la ville de naissance avec une interrogation?^^

Caractéristiques
Force > Ton personnage est déjà âgé, donc qu'il ait une force plus importante que la normal semble un peu étrange. Le repasser à moyen serait sans doute mieux, qu'en dis-tu toi ?

Réflexe > Même punition, avec l'âge est-ce que les réflexes de ton personnage ne commenceraient pas à s'estomper ? Dans une moindre mesure sans doute évidemment.

Patience/self-contrôle > Tu peux le passer à maître si tu le souhaite, cela serait cohérent pour ton personnage
Mémoire > Pareil si tu veux l'augmenter un peu tu peux sans soucis je pense, après 24 ans à faire travailler sa mémoire ça se justifierait qu'elle soit meilleure

Les armes > Je trouve qu'il y en a quand même un peu trop, même pour un personnage dans l'armée. On tend plutôt à se spécialiser passer le premier cap (ton très bon en épée le prouve). Même si beaucoup d'armes sont en faibles très faibles, ça fait quand même très multifonction. Je te laisse volontiers l'épée/parade, mais il faudra faire un choix au niveau du reste des armes. Je veux bien t'en laisser deux ou trois autres qui soient cohérentes avec l'histoire de ton personnage, à des niveaux faibles (ou moyen si tu n'en garde qu'une par exemple, je te laisse jauger), le reste sera à mettre soit en aucun niveau soit, s'il a tout de même essayer d'en tenir une un jour, en catastrophique.

Équipement

Juste un petit détail, il faudrait que tu indiques que le nom de ton arme n'est que pour la sonorité et que ça ne veut pas dire quelque chose.

liens

Pour ton PNJ Helena, précise juste qu'elle est Enwr (je préfère qu'on évite de créer des Cawr parce que ça bloque après des places).

Code

L'en manque un bout

Histoire

Citation :
c'était une montagne, un géant large comme deux chevaux.

> C'est une image rassure moi ? Parce qu'être large comme deux chevaux s'est faire un mètre de large tout de même, c'est un peu beaucoup, surtout pour un homme issue d'une population de moyenne sans traits physiques particuliers.

> Comment le père de ton personnage a appris à lire et compter ? Vu qu'il n'est pas l'aîné et destiné à s'engager dans l'armée, et quand plus de ça ils sont petits bourgeois, il n'a pas forcément de raison d'obtenir une éducation si poussée. C'est possible cela dit si ça tenait vraiment au coeur des parents, mais il faut simplement l'indiquer clairement.

> Les gens originaires de Glacern : Il faudrait donner une sacrée explication à leur vie à Gloria. Les Glaçernois méprisent les sudistes et n'aiment pas du tout la vie du sud. Outre cela, les meilleurs bretteurs sont souvent plus au nord, pourquoi s'abaisseraient-ils à demander à un Glorien alors qu'ils pourraient avoir mieux à Elena par exemple ? Sans compter que leur nom n'entre pas vraiment dans ceux des nordistes. Si tu veux garder une même veine d'idée, pourquoi ne pas dire que le patriarche a été exilé de Glacern et à trouvé femme au sud ? Ça serait déjà plus plausible ^^ Tu pourrais justement dire qu'il a été banni pour une affaire en rapport avec le sud, qui le ferait déjà plus ouvert à possiblement 's'abaisser' à frayer avec un glorien et qui expliquerait les noms moins 'nordiques'

Citation :
Se préparer à une guerre que l'on attendait depuis plus de mille ans ?

>Comment ça une guerre que l'on attendait depuis près de mille ans ? Oo Ils n'attendent pas de guerre à l'époque, tout le monde pense les vampires défaits ^^

Citation :
En ville, il s'intéressa de près à la culture et aux coutumes des Elanéens, de leur cuisine jusqu'à leurs arènes

> Et il le fait sans arrière pensée ? L'arène est illégale après tout et ton personnage représente la loi mine de rien, c'est un soldat même si recrue.

Citation :
la baptistrelle Helena Leino (1704 – aujourd'hui)

> Comme dans les liens, précise qu'elle est Enwr et pas Cawr ^^

Citation :
Elle était plus somptueuse encore que l'elfe

> Pas possible, les elfes sont naturellement beaucoup plus beaux que les humains ^^ Même en prenant en compte les différences de goûts de chacun

Citation :
Au début de l'an 1753 de l'âge d'argent, Edvard était considéré comme un baptistrel

> Oui et non. On appelle avant tout baptistrel les Cawr ^^ Mais il fait partit de l'ordre Baptistral oui

Citation :
car Armanda plongea dans une nouvelle ère, passage qui lui coûta cher

> Armanda subit pas mal depuis déjà deux ans à ce moment là, avec la guerre entre les vampires et les humains ainsi que l'épidémie magique provoquée par Dévoreuse.

Citation :
La menace arrivant par le Nord, Edvard décida de partir pour Althaïa la Romantique, une des villes les moins militarisées de l'Empire. 

> ça aurait tout de même était bien de mentionner les négociations. L'alliance, on ne l'a pas proposé d'un seul coup. Tous les membres de l'ordre ont été demandés au domaine pour les négociations et il y a quand même eut pas mal d’événements autours : la bataille des bois sombres, l'apparition des esprits, la nouvelle de la mort de Gregorist…

Citation :
devenant un soutien officieux de Korentin Kohan

> Pourquoi officieux ? Althaïa étant pro rébellion il n'a pas besoin d'être officieux s'il y est ^^


C'est une histoire très sympa malgré ces petites choses, ta façon d'écrire est super agréable je trouve ! Je te demanderais juste d'aller un peu plus loin dans le contexte en nous disans ce que ton personnage a fait et ressentit entre début 55 et maintenant (la fin du monde, les perles, l'aube rouge….)

Courage à toi ^^ catkiss



***

#AC1E44

It requires great courage to look at oneself honestly, and forge one's path




Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Icon_minitimeDim 22 Mar 2015 - 17:14

Merci beaucoup de ta prompte réponse ! Je suis comblé que ma plume te plaise. ♥


Identité

C'est arrangé. J'avais mis le point d'interrogation parce que j'hésitais moi-même : Edvard étant un enwr, n'est-il pas nomade avant tout ? Néanmoins, je pense pouvoir considérer qu'il habite à Aigue-Royale dans la mesure où il y est fixé.


Caractéristique

J'ai suivi tes conseils : sa force et ses réflexes ont baissé d'un cran pour permettre à sa mémoire et à sa patience d'en gravir un.

Quant aux armes, je voulais seulement qu'Edvard soit à même de se défendre avec ce qu'il a sous la main. La parade étant suffisante pour ça, j'ai aussi suivi tes suggestions : il a perdu un niveau pour la lance et l'équitation ; deux niveaux pour les dagues, les poignards, les haches ; trois niveaux pour l'art du lancé ; tout niveau pour le reste.

Équipement

Évidemment, le nom choisi n'était que pour sa sonorité. En revanche, après que tu m'aies parlé de sens, j'ai préféré renommer son épée Nils, en hommage à son père.


Liens

J'ai précisé qu'Helena était enwr, mais je ne lui assigne aucun cawr. J'ai fait la même chose dans l'Histoire


Code

J'ai rajouté ce que j'ai trouvé !


Histoire

Prélude

Dans ma description de Magnus, je faisais évidemment une hyperbole.

J'ai ajouté une petite phrase suggérant comment Nils apprit à lire et à écrire :

Citation :
[...]il participa au bon fonctionnement de l'entreprise familiale en entretenant les registres avec sa mère cependant que son aîné apprenait l'art de son père.[...]


Le corps, l'âme, la lame et le cœur : l'apprentissage d'Edvard

J'ai remplacé le nom des Grim par celui de Kallela, plus nordique. Quant à l'explication de leur présence à Gloria, j'ai repris tes idées : un ancêtre essaya d'attenter à la vie d'un Seigneur de Glacern, fut banni, et trouva l'amour dans la capitale où il s'installa. Jesper est son fils direct :

Citation :
[...] Au cours de ses années d'apprentissage, le père d'Edvard reçut un nouvel élève, conscrit du jeune Runeberg : Cornelis Kallela (1705 – aujourd'hui), fils du fameux capitaine Jesper Kallela. Celui-ci descendait du traître Holger Kallela, un guerrier Glacernois qui bafoua l'honneur de son patronyme en essayant d'attenter à la vie de son seigneur. Banni, il trouva l'amour à Gloria, où il s'installa alors. Jesper, son unique enfant, s'engagea dans l'armée impériale dans le seul but de redorer le blason de sa famille, et entendait bien voir son fils rejoindre l'élite impériale.


La période militaire

J'ai remplacé le « une guerre que l'on attendait depuis plus de mille ans » par « une guerre qui n'avait plus lieu d'être ».

Enfin, pour l'arène, je précise désormais : « sa droiture l'amena en effet à assister à un combat pour enquêter de son propre chef sur les guildes clandestines qui permettaient à un tel secteur de vivre. »


La formation baptistrale

Comme indiqué plus haut, j'ai précisé qu'Helena Leino était une enwr.

Pour l'épouse d'Edvard, je l'ai décrite comme « la plus somptueuse femme qu'il lui fut donné de voir ».


Guerre et Paix (chapitre ajouté)

Adjonction des détails de la vie d'Edvard du début de la guerre déclarée par les Vampires à la création des Larmes d'Alderick. J'y développe sa philosophie, notamment sa position sur la Guerre. De plus, j'exprime sa position par rapport au retour de la magie et raconte sa participation à la bataille de Feusacré.


Consécration et chute

Plutôt que de dire qu'Edvard était considére comme un baptistrel, j'ai choisi l'appellation « enwr accompli ».

La trêve et la bataille des Bois Sombres sont désormais mentionnés, de même que la fin du monde (à travers les sensations d'Edvard), la bataille de l'Aube rouge (basée sur ce topic) et une perle du Néant.


J'ai hésité à rajouter une liste des traités/essais d'Edvard pour réunir ses pensées en un seul endroit, mais je ne crois pas que ce soit la priorité pour l'instant.

Revenir en haut Aller en bas
Merithyn Shadowsong
Merithyn Shadowsong
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Left_bar_bleue4/10Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty_bar_bleue  (4/10)
Xp disponibles: 3

Légende

Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Icon_minitimeDim 22 Mar 2015 - 18:08

Presque tout est bon, à part la toute fin sur l'aube rouge mais normal le rp est compliqué : durant le combat la zone où les blessés étaient posés a été prise d'assaut par les alayiens par un passage secret et pour la perle, elle était dans un coin isolé et sombre, avec peu de personnes et lorsque le groupe de sauvetage est arrivé en fait Silarae a bouché la vue ^^ Et du coup pourquoi aussi s'évanouit-il ? La portion de caverne écroulée c'est juste la pièce où était la perle. Si tu étais à cet endroit tu aurais été tentaculé aussi (mais ce n'est pas le cas ^^ ). Ce que tu peux dire si tu veux c'est que tu as vaguement vu Aldaron, Ylan et Dawan entrer, et quand tu as essayé de les rejoindre, tu as vu la perle et a reculé et qu'ensuite tu as été assommé dans la mêlée.



***

#AC1E44

It requires great courage to look at oneself honestly, and forge one's path




Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Icon_minitimeDim 22 Mar 2015 - 20:37

Voilà, c'est corrigé ! J'ai suivi ton idée :
Citation :
[...] Contraint à battre en retraite, l'enwr se fraya un chemin au travers l'essaim agité. Lorsqu'il vit trois rebelles entrer dans une pièce reculée, il estima que ce devait être le recoin idéal pour effectuer ses soins en sûreté. Quelle ne fut pas sa stupeur quand il vit l'horreur qui étouffait ses alliés de ses tentacules ! Pris d'un mouvement de recul, Edvard fut assommé, emporté par la cohue rebelle.

Oh, et j'en ai profité pour préciser la date de naissance d'Ed : le 8 décembre 1705. Comme ça tout y est !
Revenir en haut Aller en bas
Merithyn Shadowsong
Merithyn Shadowsong
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Left_bar_bleue4/10Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty_bar_bleue  (4/10)
Xp disponibles: 3

Légende

Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Icon_minitimeDim 22 Mar 2015 - 20:59

dragon

Sois le bienvenu sur tes terres, fils d'Armanda.
Tu es né avec une puissance magique innée de mage correct et ton entraînement dans le domaine magique t'a permis d'atteindre un niveau mage très puissant Tu as d'ailleurs été choisi par le totem hermine dont tu as atteint le niveau 2.

Tes compétences ont été validées, tu pourras les faire évoluer tout au long de ton aventure. Tu as aussi un profil Bénéfique qui pourra évoluer en jeu sur demande.

Pour tenir l'état de tes aventures à jour, tu possèdes une fiche de suivi de personnage qui se trouve en ce lieu. Tu peux y ajouter tes liens, ton inventaire, ton histoire personnelle et ce que tu souhaiteras. Tu peux aussi adresser tes questions ici.


image



***

#AC1E44

It requires great courage to look at oneself honestly, and forge one's path




Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Edvard Runeberg (dit « le musicien ») [terminé]VALIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: Fiches de personnages supprimés-