Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeDim 13 Avr 2014 - 12:18

¤ Je ne veux pas être un poids ¤


1 Février de l’an II d’Obsidienne.

Voilà un peu moins d'un mois qu'Elrond, Möebius, Merithyn et Shaynar parcouraient l'empire en direction de la ville d'Althaïa. Le voyage n'était pas des plus éprouvants, à dos de dragon tout était toujours plus facile. Pourquoi mettaient-ils alors autant de temps pour rejoindre La Romantique ? Si le petit groupe avait débuté ce voyage, ce n'était pas uniquement pour se rendre d'un point à un autre, non. Son maître chanteur s'arrêtait dans chaque village pour combattre la progression de l'idéologie Alayiens. Serviteur des sept esprits, il parlait avec faveur, sachant convaincre, afin que l'envahisseur ne puisse avoir la main mise sur le continent et sur les mentalités. L'Amarië lui le suivait, il écoutait, il apprenait. Entre deux arrêts pour prêcher la bonne parole, Merithyn lui donnait quelques cours, l'initiant aux bases de l'ordre des Baptistrels. Ce n'était pas des plus facile, les deux elfes étaient dans un sale état. La malédiction que leur avaient lancée néant était des plus rudes. Heureusement qu'ils avaient leurs dragons. C'est non sans mal qu'Elrond avait convaincu Möebius de le suivre, de l'accompagner. Celui-ci ayant perdu la mémoire, l'elfe avait dû puiser dans leur lien pour faire entendre raison au bleuté et le ramener vers lui, mais les souvenirs de ce dernier ne lui étaient pas encore revenus. L'elfe aux yeux azurés espérait que ceux-ci reviendraient au plus vite. Cette malédiction était encore plus une plaie que la sienne.

La véritable destination du groupe n’était pas Althaïa la Romantique, mais la ville qui se situait en dessous de celle-ci. Aigue Royal, le cœur de la résistance. La journée était quelque peu avancée, il devait être entre neuf et dix heures. Quoi qu’il en soit, Elrond était seul. Il s’était séparé du groupe, laissant Shaynar et Merithyn en arrière. Il avait également intimé à Möebius de rester avec eux pour veiller sur son maître pendant que lui se dirigerait vers l’une des entrées menant vers Aigue. Il ne pouvait plus rester avec eux, il les ralentirait encore plus. Le cycle était très avancé, et la douleur devenait de moins en moins supportable. Il ne pouvait pas se permettre de devenir un poids pour son maître ou son dragon, il n’avait non plus aucune envie de se faire porter pour arriver jusqu’à leur destination. Oui, on ne peut pas dire que l’Amarië était un elfe des plus sages. Sans doute se ferait-il tirer les oreilles par Shadowsong ? Tant pis, mais sous peu, il se tordrait de douleur, le dragonnier n’avait aucune envie que ses cris dévoilent la position d’une des entrées menant à la rébellion.

Le rouge marchait lentement, à chaque pas sa tête résonnait comme un gong. Il titubait, les trais tirés par la fatigue, haletant légèrement. Elrond n’avait qu’une hâte, se poser quelque par et attendre que le cycle se termine, que les hallucinations viennent et ne le libère que sa souffrance… Durant un temps. Marchant lentement, s’aidant de son épée, il n’y avait que plaine face à lui, d’ici un kilomètre devrait se dresser une petite forêt, dans celle-ci était dissimulé une entrée, du moins si les informations que leur avait fourni les rebelles étaient exactes. C’est avec bien de la peine que l’homme du beau peuple y arriva, s’adossant contre un arbre pour respirer. Jusqu’ici il avait de la chance pas le moindre Alayiens. L’archer espérait que cela continuerait ainsi, n’étant pas en état pour mener un combat. Pfeu, il était dans un bien pitoyable état. Jamais sans doute n’avait-il été aussi faible. Il faisait peine à voir. Reprenant son souffle, l’elfe se remit en marche, s’enfonçant dans la forêt, au moins ici il n’était pas à découvert, tant qu’il évitait les sentiers trop fréquentés, ou les routes qui la traversaient. Malheureusement, plus le sylvain avançait, plus il s’approchait d’une route, en effet, il devrait la traverser, l’entrée étant quelque part de l’autre côté. Elrond l’aurait bien fait, mais il percevait du mouvement et du bruit sur celle-ci. Se cachant derrière un arbre, penchant légèrement la tête pour observer, ne voyant rien encore. Il n’était même pas sûr que ses bruits provenaient de la route, ses sens étant affaiblis.


Dernière édition par Elrond Amarië le Dim 31 Aoû 2014 - 18:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeMer 16 Avr 2014 - 16:25

Alrick marchait dans un bois non loin d’Aigue-Royale. Il y était arrivé depuis peu. Les rebelles étaient peu enclins à divulguer un tel secret. Le jeune Kohan avait donc dû prouver son bon fond avant d’être conduit au quartier général de la rébellion. Il avait découvert la cité avec les yeux d’un enfant avant de se reprendre. Dès le lendemain, il avait repris ses recherches. A Chantebrume, il n’avait rien trouvé qui aurait indiqué que Violette était repassée après le raid des Vampires. Maintenant, il ne lui restait que les dires des gens pour avancer. L’adolescent se rendait donc de taverne en auberge et d’auberge en boutique à la recherche d’une personne qui possèderait un indice pour lui. Sa quête lui attira à de nombreuses reprises la sympathie de ceux qu’il questionnait. Il découvrit ainsi la saveur de l’alcool et celle de la solidarité. La veille, il avait fait la connaissance d’un jeune homme qui n’avait pas plus de dix-huit ans et celui-ci lui avait conseillé de partir dans la campagne.

Ce matin-là, Alrick marchait donc dans la forêt. Il avait, bien entendu, passé son arc autour de son torse ainsi qu’un carquois plein de flèches. Il avait trouvé préférable de ne pas amener son cheval avec lui. Il serait bien plus discret tout seul. Le jeune Lynx suivit la route qui s’enfonçait dans les bois et s’arrêta à la lisière du bosquet opposée à Aigue-Royale. Il joignit les mains et pria le Dracos de l’aider dans ses recherches. Puis, il arpenta minutieusement la forêt jusqu’à ce que le soleil soit à son zénith. Il revint sur ses pas jusqu’au chemin. Il prit une profonde inspiration. *Le mois de février n’est pas vraiment idéal pour ce genre de sortie* pensa-t-il en réajustant sa cape. Ses orteils étaient quelque peu engourdis mais il se ressaisit. Il lui restait encore une bonne partie des bois à fouiller. Il se dirigeait de nouveau vers les arbres quand il crut entendre du bruit. Alrick s’immobilisa et scruta les alentours. Son séjour à Gloria sous la coupelle de Fabius l’avait rendu méfiant. Il dégagea donc son arc et une flèche. Il tendit l’oreille. Rien.


-Qui va là ?
se risqua-t-il à dire.

Le jeune homme aux yeux océan s’avança entre les arbres. Soudain, le son d’une respiration irrégulière lui parvint. Il s’arrêta une nouvelle fois et écouta. Sur sa gauche. Il tourna la tête et vit un être visiblement très faible. Un Elfe à en juger ses oreilles en pointe. Il s’agenouilla près de lui et prit une profonde inspiration pour garder son calme.


-Je suis Alrick et je vais vous aider. Que puis-je faire pour vous sire Elfe ? Que vous arrive-t-il ?


Pourrait-il répondre ? Ne le dérangeait-il pas au lieu de l’aider ? Il n’allait pas tarder à le savoir.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeDim 20 Avr 2014 - 12:57

¤ Méfiance ¤

L'air était frais dans la forêt, déjà qu'il l'était habituellement l'hiver ne faisait qu'accentuer ce détail. Une légèrement couche de neige recouvrait le sol, masquant terre, racine et feuille. À travers les arbres déposséder pour la plupart de leur toison verdâtre, les rayons du soleil filtraient, éclairant l'endroit. Dans cette fraîcheur l'elfe rouge prenait un petit moment de répit, afin que la douleur qui compressait son crâne ce calme un tantinet et que ses sens reprennent de la vigueur dans le but de guetter les dangers qui pourraient venir. L'empire était infesté d'Alayiens et la magie de leurs armes était revenue, dans ces conditions, l'Amarië n'avait pas la moindre envie de leur tomber dessus. La faiblesse de Väsà n'aura été que de courte durée finalement. Pour un esprit, quelle garce elle était. Fermant les yeux, s'accrochant à son lien pour effleurer la conscience de son lié d'âme et s'assurer qu'il allait bien, tout en se rassurant également, un bruit dans le bois retentit, suffisamment fort pour que l'elfe l'entende dans la condition où il se trouvait. Était-ce un animal ? Un cerf ou un ours, sans doute, le rouge ne saurait le dire. Il ne pouvait non plus dire d'où celui pouvait provenir avec exactitude. Quelque part dans les fourrés ou alors en provenance de la route qui la traversait ? Le sylvain ferma les yeux se concentrant venant resserrer sa prise sur Laurelin. Le doux chant qui s'échappait de la lame elfique semblait avoir un léger effet sur le mal qui l'habitait, mais suffisamment pour le rendre supportable. Le bruit se rapprochait, cette fois-ci il était sûr, il provenait de la route.

« Qui va là ? »


L’Amarië tressaillit en entendant l’appel. Celui-ci provenait du bois. C’était-il trompé dans sa prévision ? Ses oreilles étaient-elles si affaiblies que cela ? Non, ce n’était pas possible. Relevant sa lame, prêt à se défendre, regardant à droite et à gauche, un humain apparu, un jeune humain sans doute, il ne le voyait que de dos. Bientôt celui-ci se retourna et remarqua l’elfe affaibli avant de venir vers lui. Elrond redressa sa lame en sa direction pour l’empêcher de s’approcher plus qu’il ne l’était déjà.

« Je suis Alrick et je vais vous aider. Que puis-je faire pour vous sire Elfe ? Que vous arrive-t-il ? »


Le regard rempli de méfiance, le blond continua de le tenir en joug avec Laurelin, ne baissant pas sa garde malgré ses propres se voulant sympathiques. Le bruit qu’il avait perçu plutôt se fit à nouveau entendre, cette fois-ci, l’elfe en était sûr et certain, il provenait de la route, quelque chose approchait, mais quoi ? Bien vite l’Amarië reporta son attention sur le jeune humain face à lui qui semblait attendre sa réponse. Comment cela se faisait qu’il ne l’eût pas entendu lui ? Les humains ne sont pourtant pas aussi silencieux que les elfes. Ses sens étaient-ils si affaiblis.

« Tu as le pas bien silencieux pour un humain. Tu dis vouloir m’aider ? Je n’ai pas besoin d’aide. »

L’arrogance d’Elrond n’était pourtant pas la bienvenue dans cette situation tout comme sa fierté, cela crevait les yeux qu’il luttait pour ne pas s’effondrer. Plissant les yeux, plongeant son regard azuré dans le bleu marine de ceux de son interlocuteur avant de redresser son épée qui sous la faiblesse de l’elfe avait commencé à se baisser.

« Es-tu au service du néant vénère tu les sept et le Draco ? Je le saurais si tu mens.»

Oui il devait savoir s’il était avec lui ou contre lui, la nature paranoïaque de son totem lui disait que se jeune homme pouvait bien être entrée récemment à la solde des adorateurs du néant, et qu’il pouvait penser tirer quelque chose en jouant les délateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeLun 28 Avr 2014 - 15:58

Le jeune homme posa un regard bienveillant sur l’Elfe qui le menaçait de son épée. S’il n’avait pas une grande maîtrise des lames longues, Alrick ne doutait pas de pouvoir désarmer l’être sylvain tant il était affaibli. Il le détailla sans honte. Blond, malgré sa position affaissée, il paraissait grand et il devait l’être. Alors qu’il était peu à peu absorbé par son observation, il perçut un bruit provenant de la route. Bien moins discret que l’Elfe qui avait très certainement entendu aussi, il redressa la tête et regarda vers la source de ce bruit. Puis il reporta son attention sur le blessé quand celui-ci prit la parole. Entendre dire qu’il avait le pas silencieux de la bouche d’un Elfe le flatta quelque peu. Il fronça les sourcils devant son arrogance. Lui qui pensait les Elfes sages venait de découvrir que ce n’était pas toujours vrai.

-C’est ainsi depuis toujours. Ma mère aimait me surnommer Alrick aux pas d’Elfe à cause de ce pas silencieux.

Il marqua une pause afin de réfléchir à la meilleure façon de proposer à nouveau son aide. Mais il n’eut pas le temps de parvenir au bout de sa réflexion car son regard océan croisa celui de son interlocuteur. Il se trouva happé par sa profondeur et oublia le bruit étrange, l’épée qui s’était relevée ou encore la faiblesse de l’Elfe. Une question. Répondre sans mentir. Ce n’était pas trop difficile. Tout du moins, le jeune Kohan s’en sentait capable. Il s’agenouilla près de l’Elfe sans détourner les yeux et dit avec sincérité et facilité, d’une voix presque hargneuse :


-Je hais le Néant. Il a pris ce qui me restait, tout comme Fabius Kohan.

Une lueur de rancœur venait de s’allumer dans son regard mais il n’en avait pas conscience le moins du monde. Il reprit d’un ton plus calme, plus doux.

-Jamais je n’ai cessé de louer les Sept et le Dracos, quelques soient les épreuves qu’ils m’aient données à affronter. Me croyiez-vous ? Je ne veux que vous venir en aide. Il y a bien quelque chose que je puisse faire, non ?

Le bruit qu’il avait perçu un peu plus tôt se fit de nouveau entendre. Alrick se redressa et dégagea son arc. Il se saisit d’une flèche et s’immobilisa. Il observa les bois un instant avant de murmurer à celui qu’il se sentait obligé de protéger.

-Vos sens sont plus aiguisés que les miens. Pouvez-vous me dire ce qui approche ? Est-ce ami ou ennemi ?

Pendant qu’il parlait, il plaça sa flèche sur la corde et prit une profonde inspiration. L’adolescent de la famille royale banda son arme et attendit aussi silencieux que possible. Il se remercia de s’être durement entrainé durant son voyage en compagnie de Ninna et depuis son arrivée chez les rebelles. Son bras ne tremblait pas malgré les secondes qui s’écoulaient. Il posa de nouveau la question.


-Qu’entendez-vous sire Elfe ?

De cette réponse dépendait son attitude, alors il la lui fallait, et vite.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeVen 2 Mai 2014 - 18:32

¤ Les deux lynx ¤


« C’est ainsi depuis toujours. Ma mère aimait me surnommer Alrick aux pas d’Elfe à cause de ce pas silencieux. »


Voilà sans aucun doute un titre un peu trop exagérer, si le blond avait été en pleine possession de ses moyens, c'est sans aucun doute qu'il aurait perçu le jeune homme bien plus tôt, et leur position serait inversée. Néanmoins les mères avaient ce don d'exagération envers leurs enfants, mais n'était-ce pas là une de leurs attributions ? Mais dragonnier elfique ne releva pas cela, se contentant de garder un air sévère au visage, tentant bien maladroitement de masquer son apparente faiblesse. Et bien rapidement la question tomba, l'Amarië devait s'assurer que si celui-ci était un serviteur de Väsà ou alors un fidèle du Draco. Quoi qu'il en soit il se devait d'agir avec prudence. Lui qui avait voulu se rendre à Aigue-Royal en toute discrétion, s'était bien fichu à présent. Mais il restait une chance, peut être que le jeune homme face à lui était un membre de la rébellion. De là où il était, il n'arrivait pas à voir si oui ou non celui-ci portait la bague de la rébellion, en même temps, s'il l'avait, le jeune homme ne s'amuserait pas à la porter de manière aussi apparente au risque de se faire repérer lors de ses voyages.

« Je hais le Néant. Il a pris ce qui me restait, tout comme Fabius Kohan. »


L’attitude du jeune Alrick avait changé, le ton de sa voix, la lueur dans son regard, il ne mentait pas, pas avec une telle expression. Colère, rancœur, tristesse, même le meilleur des menteurs n’était pas capable de reproduire la sensation que ce jeune humain dégageait.

« Jamais je n’ai cessé de louer les Sept et le Dracos, quelles que soient les épreuves qu’ils m’aient données à affronter. Me croyiez-vous ? Je ne veux que vous venir en aide. Il y a bien quelque chose que je puisse faire, non ? »


Elrond restait tout de même méfiant, quelque chose le démangeait chez ce petit-là, et il ne saurait dire pourquoi, une question laissée un suspend planait dans son esprit. Qui était-il ? Ca manière de parler et les traits de son visage lui rappelait vaguement quelqu'un et sa manière de parler de l'empereur Fabius était étonnamment familière. Bien rapidement le jeune Alrick se redressa pour bander son arc en direction du bruit qu'il avait perçu un peu plutôt. Un léger sourire vint effleurer les lèvres du dragonnier. Ce petit était un lynx tout comme lui. Le fait qu'il ne l'ait pas entendu et la posture qu'il prenait en tendant son arc le lui prouvaient.

« Je ne saurais dire qui approche, je ne peux pas trop me reposer sur mes sens pour le moment. Baisse ton arc, et laissons les passer en observant en silence. Partons du principe qu'il s'agit d'un ennemi. Il ne sait pas que nous sommes là, alors ne lui dévoilons pas notre position à cause de la précipitation. »

L'Amarië soupira, cette tirade l'avait presque essoufflé. Quelques mots et déjà fatiguer ? Il fallait vraiment qu'il se repose et au plus vite. Le blond eut le visage défiguré par un petit rictus de douleur alors que son crâne résonna, se retenant pour ne pas lâcher un gémissement de douleur. Bien rapidement il lança un regard en direction de l'humain.

« Ne me regarde pas comme ça, je ne vais pas mourir. Je ne souffre d'aucune blessure... c'est autre chose. Dit Alrick, tu es un rebelle n'est-ce pas ?»

L'elfe baissa son épée, la pointe reposant au sol, n'ayant plus la force de la relever, son bras étant frappé de faiblesse à force de l'avoir autant dressé. Un soupire d'apaisement émana du sylvain à la réponse de l'humain.

« Je dois me rendre là-bas, une entrée ne devrait pas être trop loin, je la cherche. Je dois y entrer en toute urgence. »

Le bruit qui se faisait entendre plus tôt se rapprocha, bientôt des voix d'hommes s'élevèrent, ils étaient deux, peut-être trois. Elrond porta un index à sa bouche pour signifier le silence alors qu'il approcha sa tête du bord de l'arbre pour regarder en direction de la route, trois hommes vêtus d'épaisses armures en verres noirs marchaient sur la route qui traversait le bois.

« J'ai entendu dire que deux elfes à dos de dragons étaient passés non loin et tentaient d'enrayer le travail de conversion du seigneur Aldakin. J'ai hâte qu'on leur mette la main dessus et qu'on tue leurs créatures infâmes. »

L'elfe ne put s'empêcher de retenir un grondement face à l'adjectif pour qualifier son lié, lentement les hommes s'éloignèrent, pourquoi combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeSam 10 Mai 2014 - 19:22

Alrick n’était pas du genre à prendre des initiatives qui allaient à l’encontre de celles de ses aînés. Aussi s’empressa-t-il de baisser son arc et se s’accroupir de nouveau auprès de l’Elfe affaibli. Il nota également dans un coin de son jeune esprit les conseils de l’inconnu. Considérer toute approche comme celle d’un ennemi et lui dissimuler sa présence plutôt que d’attaquer le premier. Après ces recommandations, l’être sylvain sembla essoufflé et le Kohan s’en étonna. Les membres du noble peuple étaient pourtant réputé plus résistant et plus endurant que les Humains.

La grimace qui tordit les traits de l’Elfe inquiéta l’adolescent qui posa sur lui un regard qui trahissait sans peine ses émotions. Il se mordit la lèvre inférieure en retenant un geste vers l’homme aux oreilles en pointe. A sa question, il répondit par un simple hochement de tête. Alrick vit avec soulagement l’épée d’Elrond se baissa jusqu’à reposer sur le sol. Sa réponse sembla calmer celui-ci, ce qui rassura le jeune homme. Comme les bruits qui se faisaient entendre lui parurent se rapprocher d’eux et que l’Elfe posa un doigt sur ses lèvres, il se contenta d’un nouveau hochement de tête devant la requête du blond.

Puis le jeune Kohan tourna la tête vers la route et aperçut trois hommes armés qui discutaient sans se soucier d’être entendus. Il les laissa s’éloigner et attendit de longues minutes pour s’assurer qu’ils ne faisaient pas demi-tour avant de chuchoter à l’étranger quelques mots.


-Je vous conduirais chez les rebelles. Venez
, dit-il en tendant une main amicale à l’Elfe.

Ce dernier était si faible qu’Alrick comprit qu’il lui faudrait l’aider pour progresser plus vite vers Aigue-Royale. Il ne prêta pas attention au grognement d’Elrond à l’évocation des dragons et des Elfes recherchés bien que l’information se glissa dans sa mémoire. Il passa un de ses bras autour de la taille de l’être de la forêt et demanda à l’intéressé de s’appuyer sur lui. L’adolescent était loin d’être fort physiquement aussi déplacer l’Elfe blessé lui demanda une énergie importante mais il devait l’aider et sa loyauté ainsi que son engagement parmi les rebelles le poussèrent vers l’avant.

Il se présenta à l’entrée de la cité des rebelles et montra l’anneau qu’il portait autour du cou pour pus de discrétion. On le laissa entrer avec son compagnon et il entra dans la première maison qu’il trouva sur sa gauche. La vieille femme qui y vivait n’était pas là et Alrick la connaissait suffisamment pour savoir qu’elle le laisserait avec l’Elfe. Il s’appliqua à reprendre son souffle avant de questionner l’homme dont l’énergie semblait le quitter peu à peu.


-Je vous ai dit qui j’étais mais vous ne m’avez pas fait l’honneur de me rendre la pareille, noble Elfe. Qui dois-je aller annoncer à ma chère cousine ? demanda-t-il d’un ton innocent.

Il lui était sorti de l’esprit qu’il n’avait pas jugé bon de dévoiler son nom dans la forêt et que donc son ami elfique ne connaissait rien de son appartenance à la famille royale, même lointaine. Il se reprit donc devant la réaction d’Elrond.


-Je suis Alrick Kohan, cousin éloigné de la princesse Esmelda et du dragonnier Korentin, empereur des Humains. Je vous conduirai à eux lorsque vous aurez repris un peu de force.

Il marqua une pause, hésitant à poser la question qui lui brûlait les lèvres. Ne résistant pas longtemps à la tentation, il finit par céder à sa curiosité.

-Pouvez-vous me dire quel est ce mal qui vous ronge, sire Elfe ? Si vous n’êtes pas victime d’une blessure, quelle magie vous affaiblit ainsi ?


Ses yeux couleur océan brillait d’une lueur qui ne cachait rien de son envie d’en savoir plus mais il sut se tenir et attendit que l’Elfe lui réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeDim 11 Mai 2014 - 14:35

¤ Le Kohan ¤


Lentement les adorateurs du néant. Ils parlaient fort ne se souciant guère de se faire repérer, voilà déjà un an et ils se pensaient chez eux en Armanda, suffisamment pour ne pas avoir peur de quoi que ce soit. S’il n’en avait été de sa condition, l’Amarië aurait expédié les trois hommes face à l’esprit de la mort. Comment pouvait-on vénérer un esprit comme Néant. Cette femme ne demandait que sacrifice, sang et carnage à ses fidèles, elle les utilisait pour mener sa propre guerre contre ses frères. Elle ne considérait pas les créatures qui lui vouaient un culte autre que comme des pions sur son échiquier. Si seulement ils avaient pu la vaincre à ce moment-là. Mais Väsà s’était bien joué d’eux. Elle ne perdait rien pour attendre, esprit ou non elle subirait les foudres de l’elfe. Bientôt les trois hommes partirent, le blond lâcha un soupir, tout s’était passé sans encombre. Ils allaient pouvoir progresser maintenant et se rendre à Aigue-Royal.

« Je vous conduirais chez les rebelles. Venez »


Elrond jeta un regard en sa direction alors que le jeune homme l'aidait à se relever avant de lui ceinturer la taille et lui pendre le bras pour le soutenir et l'aider à marcher. Le sylvain protesta quelque peu, il n'avait pas besoin d'aide, ou plutôt il ne voulait pas avoir besoin d'aide. Même si sa faiblesse était flagrante et que seul il arriverait à Aigue en rampant plutôt qu'en marchant. Au final Alrick n'entendit pas cela de cette oreille, sourd aux protestations de l'elfe, ne semblant pas vouloir le laisser se débrouiller seul. Grommelant un peu, Elrond prit sur lui et les deux lentements arrivèrent vers l'entrée menant aux souterrains qui conduisaient à la Rébellion. Le trajet fut long et silencieux, Aigue était loin sous la terre. Mais après un long moment, ils rencontrèrent enfin d'autres membres fidèles à Korentin Kohan et ils leur vinrent en aide.

Enfin ils arrivèrent à Aigue-Royal, gigantesque cité bâtie sous la terre. L'elfe bien qu'affaiblit ne put cacher une certaine admiration pour le travail accomplit. Il devrait le revoir une fois que ses sens seraient pus à même d'accrocher chaque détail de l'endroit. Peu de temps après leur arrivée, Alrick conduisit l'Amarië dans une maison. Le sylvain apprécia comme jamais le lit sur lequel il s'empressa de se poser lâchant un gros soupire, toutes ses forces étant passé dans le trajet.

La langue de l'humain finit par se délier après tant de silence, venant demander le nom de celui qu'il venait de sauver. C'est vrai qu'il ne lui avait pas dit, manque de politesse, mais la situation dans laquelle il s'était retrouvé pardonnait largement cette indélicatesse. Mais il restait tout de même à se rattraper à présent. Le sylvain ne put s'empêcher d'arquer un sourcil au « Qui dois-je aller annoncer à ma chère cousine ? ». De qui parlait-il ? Le jeune humain l'avait dit de manière si naturelle, comme si Elrond était censé le connaitre. Bien rapidement Alrick se rattrapa.

« Je suis Alrick Kohan, cousin éloigné de la princesse Esmelda et du dragonnier Korentin, empereur des Humains. Je vous conduirai à eux lorsque vous aurez repris un peu de force. »


L'elfe resta bouche bée, alors qu'un faible sourire venait marquer ses lèvres. Voilà donc la question qui restait un suspens, pourquoi ce jeune homme lui était paru étrange. C'était un Kohan. Une autre question fusa, mais aucune réponse ne vint encore du sylvain qui lentement leva une main, venant poser deux doigts sur la joue du jeune Alrick, plissant des yeux.

« Comment ne l'ai-je pas vu plutôt. C'est vrai que vous avez des traits similaires avec Dame Esmelda. Veuillez m'excuser d'avoir braqué mon épée contre vous seigneur Kohan. »

Le blond lentement retira sa main fermant les yeux.

« Je suis Elrond Amarië, dragonnier du peuple elfique. Il y a cinq mois, lors de la réunion des peuples, nous avons été attaqués pas les Alayiens au domaine des Baptistrels, mais pas uniquement par eux. L'esprit du Néant s'en est également pris à nous en blessant notre protecteur, le Draco. Face à cela, les Sept nous sont apparu et nous ont envoyé nous les dragonniers présents lors de ce sommet, combattre Väsà la Dévoreuse pour libérer le Draco. Combattre un esprit n'est pas une chose qui se fait sans conséquence. Nous avons réussi à la repousser et à libérer le Draco... mais elle nous a jeté de terribles maux à tous ceux qui ont osé la défier... »

Le sylvain rouvrit les yeux, essayant de se redresser en vain.

« Mais il y a plus important, vous avez dit qu'Esmelda était là ? J'ai appris sa disparition lors de la bataille du bois sombre, mais j'ignorais qu'elle avait été retrouvée. Est-ce qu'elle va bien ?»

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeSam 17 Mai 2014 - 21:59

Sur l’instant, il n’avait pas prêté attention à l’expression étonnée d'Elrond à l’annonce de son nom qui l’associait aux figures les plus importantes du royaume. D’ailleurs, il avait parfois bien du mal à comprendre ce que signifiait faire partie de cette famille Kohan, n’ayant pas été élevé dans un esprit de noblesse pure. Le cocon agréable de Chantebrume et de ses parents lui manquaient souvent quand il se trouvait dans le grand palais de Gloria. Mais il se disait chaque fois qu’il finirait par s’y habituer. Malgré tout, il avait plus apprécié de dormir à la belle étoile pendant son trajet jusqu’à la ville souterraine que sa vie dans une cage dorée.

Bon, Alrick n’avait pas remarqué l’Elfe bouche bée en entendant le nom Kohan et c’était peut-être mieux ainsi. Il était de toute façon bien trop occuper à réfléchir à la meilleure formulation de la question qui trottait dans son esprit depuis un moment déjà. Si l’adolescent sursauta lorsque l’inconnu posa deux doigts délicats sur sa joue, il se contenta de balayer les excuses du revers de la main. Il fut surpris que la réponse lui soit offerte si facilement alors que l’être sylvain affaibli ne savait pas grand-chose de lui. A l’annonce de l’identité d’Elrond et de son rôle, le jeune homme devait avoir une expression d’étonnement bien plus marquée que celle de l’Elfe précédemment. Il venait de porter secours à un Dragonnier ! Peut-être était-il le Lié de la noble Isyndar qui l’avait tant aidé dans sa recherche de sa sœur ? Il hésitait à poser plus de questions de peur que le blond s’emporte au vu de son état. Il s’inclina donc devant cet être lié à une créature mystique si noble.

Le regard océan du jeune Kohan s’assombrit en entendant le bref récit du Dragonnier. Il avait donc choisi le bon camp si Néant voulait la perte des Dragons et de leurs Liés. Marqué par les rêves de son enfance, Alrick les respectait plus que tout autre chose –mise à part la vie-. Lorsqu’il se redressa, son regard océan plongea dans celui tout aussi bleu qu’Elrond. Celui-ci ferma les yeux et Alrick observa ses traits fins et harmonieux.


-Je suis désolée que ce combat vous cause tout ce mal. Ma magie n’est malheureusement pas aussi puissante que la vôtre. Mais je pense que les autres Esprits vous remercieront d’avoir combattu Néant en vous soulageant de ce mauvais sort.

Il voulait savoir pour la princesse Esmelda et le jeune homme aux cheveux bruns s’empressa de répondre à sa question.

-Je connais le récit de la bataille du Bois Sombre et celui de la disparition de la princesse. Il se trouve qu’elle est arrivée à Aigue-Royale peu après moi et qu’elle se portait bien la dernière fois que je l’ai vu, soit il y a deux jours.


Il scruta l’Elfe et lui recommanda de se reposer.

-Si je peux faire la moindre chose pour vous, n’hésitez pas sire Elrond.

L’adolescent aux yeux bleus se mordit la lèvre inférieure. Il hésitait à poser une nouvelle question. Il repensa aux rêves de son enfance qu’il faisait de moins en moins souvent puisque des cauchemars les remplaçaient peu à peu. Puis il se remémora sa rencontre avec la dragonne de l’ombre et décida de prendre son courage à deux mains.

-Dites, accepteriez-vous de me parler de votre Lié quand vous irez mieux ? J’admire ces êtres magiques et j’aimerai apprendre à mieux les connaitre bien qu’ils soient très complexes.

Dans son regard océan, une lueur d’espoir et de curiosité faisait briller ses pupilles. Discrètement, il croisa ses doigts fins dans son dos et adressa une prière muette à l’esprit du Lynx.


Dernière édition par Alrick Kohan le Lun 9 Juin 2014 - 12:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeJeu 22 Mai 2014 - 14:06

¤ Le Kohan II ¤


L'elfe était épuisé, fatigué et souffrait. Se redresser était impossible à présent. Non seulement l'attraction du lit était trop forte, mais même s'il le voulait, il n'avait pas suffisamment de volonté et de force pour le quitter. Fermant les yeux, la lumière devenant bien trop aveuglante, de plus fermer les yeux lui donnait l'impression d'apaiser sa douleur. Il venait de raconter son récit au jeune Alrick Kohan. Dire qu'il avait menacé de son épée un membre de la famille royale humaine. Il ne les avait pas tous rencontrés bien sûr. Ne leur vouait pas d'allégeance particulière ou de respect, mais il respectait Esmelda. Celle que Galadrielle et Grégorist avaient voulu lui promettre comme femme, mais surtout celle qui s'était allié à lui pour fuir ce destin cruel et les décisions d'autres sur leur vie. Il s'en voulait un peu donc d'avoir menacé son cousin. Il tâcherait de racheter cette faute plus tard.

Un léger sourire s'empara des lèvres du dragonnier l'elfique face aux excuses du jeune Kohan pour la faiblesse de sa magie et son impossibilité à l'aider.

« Ne vous excusez pas. Ce n'est pas de votre faute, et vous en avez suffisamment fait en m'aidant à venir ici. Mais vous avez raison, les esprits me libéreront, moi et les autres dragonniers qui ont combattu Néant et se sont vus affubler de telles malédictions. Je ne doute pas qu'Océan me laissera dans cet état. »


Elrond soupira légèrement, ça faisait mal de parler, mais c'était largement supportable. Et puis cela lui changeait un peu. Parler au lieu de rester cloitrer seul dans la douleur à attendre que cela passe. Le jeune humain lui parla ensuite d'Esmelda. Deux jours, on pouvait donc supposer qu'elle allait toujours bien. Il faudrait qu'il aille lui rendre visite pour prendre de ces nouvelles personnellement. C'était une grande femme, il l'avait vu, elle irait très loin plus tard.

« Si vous pouviez m'apporter de quoi boire je vous en serais grandement reconnaissant. »

Il aurait pu, lui demander de rester avec lui jusqu'à ce que sa torture s'achève, mais il ne pouvait lui demander cela, car justement c'était une torture. Et puis il ne le connaissait pas assez quand bien même il lui avait porter secours. Et encore, il était un membre de la famille Kohan. La gourde d'eau ne tarda pas et l'elfe bu comme si sa vie en dépendait, manqua de s'étouffer, toussotant un peu, mais cela passa.

« Dites, accepteriez-vous de me parler de votre lié quand vous irez mieux ? J’admire ces êtres magiques et j’aimerai apprendre à mieux les connaitre bien qu’ils soient très complexes. »


Un sourire amusé parvint sur les lèvres de l'Amarië. C'était toujours amusant de voir des individus fasciner par les dragons et avides d'en savoir un peu plus sur eux. Le blond soupira légèrement.

« Je peux vous en parler maintenant. Je pense que parler de mon lié me fera du bien, cela fait toujours du bien. Il s'appelle Möebius. Il est le premier né de la seconde génération sur Armanda. Il est à la fois bleu et blanc. Semblable à une mer dont une partie serait recouverte par la glace. Je pense que nous ne connaîtrons jamais entièrement les dragons. Et même ceux auxquelles nous sommes liés ne possèdent pas cette réponse. Leurs corps comme leurs esprits sont indéchiffrables. Tout ce dont je suis sur, c'est qu'ils sont des miracles qui arrivent toujours à point nommé. »

Elrond s'arrêta quelques instants, venant serrer les draps entre ses doigts alors qu'un spasme de douleur ne traversa.

« Je vous le présenterai quand il m'aura rejoint, je suis sûr qu'il sera content de rencontrer quelqu'un m'ayant aidé. Je l'ai laissé en arrière avec un autre dragonnier et son dragon. Si j'étais venu en même temps qu'eux j'aurais pris le risque de les mettre en danger et de faire découvrir une des entrées menant à Aigue. »

L'Amarië stoppa avant de rouvrir les yeux pour le braquer en direction du jeune Kohan.

« Je m'interroge, qu'est-ce qu'un jeune seigneur pouvait bien faire dehors au lieu d'y préférer la protection d'Aigue ? »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeJeu 12 Juin 2014 - 14:45

Le jeune Kohan était attentif à l’état de santé de l’infortuné dragonnier. A la demande de celui-ci, il lui tendit un verre d’eau. Alrick se mordit la lèvre de honte après avoir posé sa question. C’était peu délicat de sa part et ce n’était certainement pas le bon moment. Toutefois, le sourire qui éclaira le visage de l’Elfe était de bon augure. Lorsqu’il prit la parole, le jeune homme but ses mots avec une certaine avidité et son regard ne quitta pas le visage aux traits délicats d’Elrond.

La description que fit l’être sylvestre émerveilla Alrick et lui rappela ses rêves d’enfant, avant que les cauchemars ne les remplacent. A ce moment-ci, il lui sembla être redevenu cet enfant chevauchant sur son petit cheval à la recherche d’un dragon, son épée en bois passée à sa ceinture. L’épée inoffensive était vite devenue de métal et cette envie de rencontre un tel être mystique n’avait pas disparu avec le bois… Le jeune homme fut ramené au présent par la proposition de l’Elfe de lui faire rencontrer son lié. Son sourire s’élargit pour dévoiler une partie de ses dents.


-Ce serait un honneur pour moi. Je trouve votre choix de le laisser en arrière judicieux même si je ne peux pas me permettre de juger les actes d’un dragonnier.


La pièce était sommairement meublée mais le Kohan avait pu rapprocher une chaise et un tabouret qui servait de table basse. Il s’était encore rapproché de l’homme aux oreilles pointues lorsqu’un spasme de douleur l’avait traversé. Maintenant, ses genoux étaient collés contre le rebord du lit et ses mains reposaient sur ces derniers, leur propriétaire ne sachant qu’en faire. S’il avait eu une magie plus puissante, il aurait essayé de soulager l’Elfe mais son potentiel était faible et il ne le maitrisait en rien. Il se contentait donc d’attendre que son hôte revienne de ses occupations et aille quérir un dirigeant des rebelles. Il n’osait le laisser seul de peur qu’il ne lui arrive quelque chose. Les dragonniers étaient si peu nombreux et si précieux qu’il ne pouvait se permettre de lui laisser arriver un malheur quelconque.

La question que lui adressa son invité affaibli le prit au dépourvu. Il ne pensait pas qu’Elrond avait pu relever un détail aussi futile –du moins à ses yeux- et n’avait donc pas préparé de défense, d’alibi. Il fut contraint de lui dire la vérité.


-Je… Je cherchais ma petite sœur, sire Elrond. Elle a disparu dans la région et des indices me laissent penser qu’elle pourrait être dans les parages. Je suis la rébellion, mais j’ai ma propre quête à mener.


Il se tut. Un dragonnier elfique pourrait-il comprendre la détresse et la détermination d’un garçon de quinze ans qui vivait dans l’espoir de ne pas être le dernier membre de sa famille –proche j’entends- ? Alrick en doutait, comme il doutait de lui lorsqu’il s’interrogeait ainsi. L’image qui renvoyait lui paraissait misérable.

Il se leva pour remplir la carafe désormais vide. Il tendit de nouveau un verre d’eau à son aîné. Il poussa un soupir qui reflétait à la fois sa lassitude et sa tristesse.


-Vous savez, croire qu’on est seul et apprendre qu’il existe une chance, même infime, que ce ne soit pas le cas est le plus beau et le plus maléfique des cadeaux. On se raccroche à cet espoir de toutes ses forces. Et si cet espoir disparait, une partie de nous disparait avec lui.


L’adolescent aux yeux couleur océan redressa la tête et sourit.

-Mais je ne vais pas vous importuner avec mes soucis car les vôtres sont bien plus graves. Je vous laisse vous reposez. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, je serai juste à côté, vous n’aurez qu’à m’appeler.

Aussi silencieux qu’une ombre, il quitta la pièce et ferma la porte derrière lui. Il prit place à la table de la cuisine. Ce fut ce moment précis que choisit la vieille Anya pour rentrer chez elle. Alrick reprit son aplomb et offrit son plus charmant sourire à la femme aux cheveux blancs.

-Bonjour dame Anya. Je dois vous prévenir que nous avons un invité de marque quelque peu abîmé. Il se repose dans ma chambre. Pourriez-vous aller avertir la princesse et sire Korentin que le dragonnier Elrond Amarië nous a rejoints ? Je vous remercie de cette attention.

Pour se faire pardonner, il déposa un baiser sur son front. La vieille femme caressa sa joue aant d’aller porter le message de celui qu’elle considérait comme son fils. Ils s’étaient rencontrés très peu de temps après l’arrivée d’Alrick à Aigue-Royale et elle l’avait pris sous son aile. Le jeune Kohan avait alors renoncé à loger auprès de ses cousins pour préférer la demeure modeste d’Anya. Elle le couvrait d’attentions et, en échange, il effectuait les corvées les plus ingrates. C’était une vie nouvelle pour un jeune seigneur mais il s’y était fait.

Une fois sa protectrice partit, il retourna auprès de l’Elfe blond. Il lui apporta un morceau de pain et un encas frugal sur un plateau usé par les années.


-Tenez sire Elrond, mangez un peu. Cela vous aidera peut-être à vaincre le mal qui vous ronge. J'ai envoyé quelqu'un prévenir mes cousins de votre présence. Ainsi, vous pourrez leur parler dès que vous vous en sentirez la force.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeLun 16 Juin 2014 - 20:12

¤ Hallucination d’un passé regretter ¤


Parler de son lié était toujours reposant pour Elrond, c’était relaxant, cela changeait complètement ses idées, le délivrait un peu de ses humeurs moroses ou de sa douleur. Il pourrait en parler pendant des heures. C’était indescriptible qu’une vie elfique ne suffirait pas à en faire le tour même complètement dédié. Et l’elfe s’amusait toujours de l’émerveillement des personnes de rencontrer un dragonnier, n’ayant jusqu’ici pas fait la rencontre d’un individu pensant le contraire. Aussi ne pouvait-il s’empêcher de proposer à ceux-ci, tout particulièrement lorsqu’il venait de l’aider, de faire la rencontre du bleuté un jour ou l’autre. Aussi le blond ne put s’empêcher de sourire en réponse à l’étirement des lèvres du jeune humain sous la surprise et la joie.

« Ce serait un honneur pour moi. Je trouve votre choix de le laisser en arrière judicieux même si je ne peux pas me permettre de juger les actes d’un dragonnier. »


Le regard de l'Amarië s'attrista quelque peu. Un choix judicieux ? Être parti en le laissant en arrière n'était pas un choix judicieux. Tout comme le choix de rester avec lui, mais de devenir un poids s'ils étaient attaqués, ou alors prendre le risque de révéler Aigue par ses hurlements de douleur n'en aurait pas été un. Non il n'y avait aucun choix judicieux. C'était un juste un choix. Un choix stupide et dangereux, qui pouvait mal tourner, mais qui de toute manière devait être fait. Oui Elrond avait lancé la pièce du destin, c'était tombé sur pile et il ne c'était rien passé, non tout c'était très passé même si de justesse. Soupirant quelque peu, Elrond laissa tomber sa tête en arrière, fermant les yeux. Dissimulant sa douleur au mieux qu'il pouvait, il en rouvrit un pour le laisser glisser en direction du jeune Kohan qui semblait apparemment surpris et désarmer par sa question. Cela amusa l'elfe qui sourit en coin.

« Je… Je cherchais ma petite sœur, sire Elrond. Elle a disparu dans la région et des indices me laissent penser qu’elle pourrait être dans les parages. Je suis la rébellion, mais j’ai ma propre quête à mener. »


Lentement Elrond dirigea le verre d'eau qui se trouvait dans ses mains contre ses lèvres, venant les mouiller avant d'ingérer le liquide qui était contenu. Le rouge était peiné par les propos du petit Kohan. Sans dire un mot, il écouta la suite. L'espoir, une lame à double tranchant, capable de vous blesser, mais de vous pousser à continuer à vous empaler dessus malgré la douleur. Dire qu'Elrond aurait pu être comme ce gamin si, il y a des années, il n'avait pas décidé de tourner le dos à ceux qu'il aimait. S'il était resté vivre avec les humains, s'il avait assisté aux attaques des Alayiens, s'il avait vu ses ceux à qui il tenait disparaitre... Oui, en cet instant même, si Elrond avait réussi à s'en sortir, il serait dehors en train de les chercher, savoir s'ils étaient morts, vivant ou converti à cette foi. L'Amarië ne pouvait comprendre puisqu'il ne vivait, mais il pouvait essayer d'imaginer.

« Mais je ne vais pas vous importuner avec mes soucis, car les vôtres sont bien plus graves. Je vous laisse vous reposer. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, je serai juste à côté, vous n’aurez qu’à m’appeler. »


Alors qu’il s’apprêtait à partir, Elrond tourna sa tête en direction du jeune homme.

« Je… j’espère que vous arriverez à la retrouver Alrick. Et vivante j’entends bien. »

Le blond sourit faiblement avant de laisser partir l’humain. Alors que la porte se referma, l’elfe se laissa aller, son corps se mettant à trembler. Malhabilement il reprit le verre d’eau qu’on avait rempli pour lui et le vida d’une traite. Ceci fait, le sylvain se saisit de l’oreiller, le mettant devant lui, le serra fort, avant de le mordre violemment à pleine dent pour retenir, étouffer les gémissements sous la douleur qui se faisait plus grande dans son crâne.

Luttant pour ne pas hurler alors que sa souffrance montait en flèche, le dragonnier elfique se laissa tomber sur le côté, venant s’allonger sur le lit, le corps tremblant sous les spasmes de douleur. Ses poings se serrant, ses ongles s’enfonçant dans sa peau, du sang légèrement coula, venant tacher l’oreiller que l’elfe s’employa bientôt à mettre en miette au lieu de se frapper le crâne pour y faire sortir la douleur lancinante et de moins en moins supportable qui l’envahissait.

Sous la douleur et la fatigue, l'Amarië finit par tourner de l'œil s'évanouissant. Combien de temps passa ? Peu ? Beaucoup, il n'en avait aucune idée, la seule chose qu'il entendit fut une voix. Une jeune voix. Familière, qui sembla l'appeler, mais lentement se déforma, se transformant. Ses yeux roulèrent sous ses paupières alors qu'il entendit des bruits de pas se rapprocher. Finalement il ouvrit les yeux. L'endroit était clair, il semblait entendre des bruits provenant du dehors, l'agitation habituelle, un rayon de lumière l'aveugla quelque peu, aussi mit-il sa main devant, avant de commencer à se redresser difficilement. La douleur dans son crâne n'était plus qu'un pointant souvenir, un rêve tout comme ces dernières années.

Elrond frotta quelque peu ses yeux, sa vision était floue. Lentement elle revint à la normale. Là une étagère avec des livres posés dessus, là une commode à trois tiroirs sur laquelle était posé un vase garnit de fleur. Et finalement une fenêtre, son visage se risqua à regarder dehors, il la voyait ... la mer... il le voyait... le port de Lapeth. Il y était de nouveau ? Et la voix qu'il entendait à nouveau, non ce n'était pas Astiev, non c'était Aymeric, le dernier fils de celui-ci.

L'elfe c'était perdu, il s'était laisser emporter par sa vision illusoire. La douleur envolée, sa malédiction avait muté une fois de plus, passant à l'hallucination. Son, odeur, toucher, vision, tout était faussé. Il se revoyait près de cent ans en arrière, alors qu'il était chez les hommes. Et toute son histoire jusqu'à présent, il se laissa penser qu'il ne s'agissait que d'un simple rêve, d'un simple cauchemar. Et plus il se laissait aller, plus son esprit embrumer s'enfonçait dans cette illusion.

Tournant la tête il remarqua l'individu dans la chambre. Il n'était plus Alrick Kohan, il lui apparaissait sous les traits d'Aymeric Drolvar, dernier fils d'Astiev Drolvar, chef de la guilde du coin qui se chargeait de sécuriser la petite ville portuaire puisque l'armée n'était pas capable de le faire, n'ayant visiblement que peu faire de ce lieu et de ses habitants. Et que l'elfe l'avait rejoint, s'étant prit d'amitié avec le père, et où il avait finalement trouvé le sentiment du « chez soi » qu'il avait tant chercher depuis son départ du bois elfique.

Passant son regard sur l'illusion, il haussa un sourcil.

« Qu'est-ce que c'est que ça Aymeric ? Ne me dis pas que j'ai encore loupé le déjeuner avec ta famille ? Ah ta mère va finir par me tuer, elle qui insiste pour qu'on mange toujours tous ensemble. »

Le blond aux oreilles pointues se leva, l'air bien plus désinvolte et s'approcha du jeune Kohan sous les traits d'un autre, venant poser une main sur les cheveux de celui-ci les ébouriffant amicalement avant de se saisir des victuailles en le remerciant. Lentement il se retourna, portant le pain à ses lèvres mordant dedans, avant de se diriger vers un mur vide. Celui-ci à la vision illusoire d'Elrond comportait une fenêtre donnant sur le port. Plissant les yeux, il regardait quelque chose.

« Quelle heure est-il ? La marée semble haute, se doit-être le début de l'après-midi. »

L'elfe s'étira un peu avant d'arracher un nouveau morceau de pain à l'aide ses dents.

« Pouah, j'ai fait un rêve bizarre, tu ne me croiras jamais. Je vous avais abandonné, et peu après je suis devenu dragonnier.Ca doit être la transition de l'air de la forêt et de l'air marin qui me fait dérailler. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeJeu 26 Juin 2014 - 16:29

Alors qu’il était en compagnie de la vieille Anya, Alrick était loin de se douter que son invité de marque voyait ses souffrances aller de mal en pis. Lorsqu’il entra de nouveau dans la chambre qui était devenu la sienne depuis qu’il avait rejoint les rebelles, un plateau de bois dans les mains, il ne remarqua pas tout de suite que quelque chose avait changé. Il s’approcha du lit et annonça que ses cousins étaient prévenus de la présence de l’Elfe à Aigue-Royale.

Ce fut une étincelle différente de tout ce qu’il avait vu jusqu’à présent dans le regard du dragonnier qui lui fit comprendre que son mal avait progressé, s’était transformé. Les paroles d’Elrond le confortèrent dans l’idée que la douleur faisait naitre des hallucinations dans son esprit. Toutefois, il se trouva désemparé. S’il avait mûri ces derniers temps, il n’était pas vraiment prêt à affronter pareille situation. Devait-il aller dans son sens ou essayer par tous les moyens de le ramener à la réalité ? Ne parvenant pas à trancher, le jeune Kohan décida de commencer par la technique la moins brutale, soit entrer dans le jeu de l’illusion, et d’aviser la solution de la force si la première venait à échouer. Il s’empressa de lui répondre :


- Ce n’est pas grave Elrond, je l’ai persuadée que te reposer te serait bien plus utile que de manger avec nous tous. Par contre, si tu recommences demain, je n’aurai plus d’argument à lui opposer.

Alrick essayait de se comporter avec naturel aussi il se contenta de se plaindre doucement lorsque l’Elfe lui ébouriffa les cheveux tandis qu’il passait près de lui pour se placer face à un mur entièrement lisse. L’adolescent comprit que pour lui il devait y avoir une fenêtre. Il était soulagé que l’être sylvain soit rétabli, du moins physiquement. Il était solide sur ses jambes et ne tremblait plus. Alrick s’efforçait de voir les côtés positifs de la situation lorsque l’allusion maritime de son invité le fit sursauter. Il s’approcha du mur pour regarder lui aussi la mer par cette fenêtre qui n’existait pas.

- Oui, le soleil vient d’entamer sa descente vers l’horizon. Tu n’as pas manqué grand-chose, mis à part le repas.

L’Elfe mangea après s’être étiré un peu. Alrick sourit, content qu’il reprenne ainsi des forces. Il ne lui restait plus qu’à le ramener à la réalité. Quand Elrond Amarië évoqua son rêve, il y vit une occasion de le faire revenir au présent.

-Et si c’était vrai ? Tu es si bon et si pur Elrond que je ne doute pas qu’un Dragon puisse choisir de se lier à toi pour toujours. Comment s’appelait-il ?


Anya choisit ce moment précis pour entrer. Elle avait dû entendre des brides de cette conversation absurde et s’inquiétait pour son protégé. Celui-ci lui fit signe de ne pas faire de bruit. Elle ressortit donc aussi silencieusement que possible mais les sens aiguisés de l’Elfe avaient certainement perçu sa présence. Le jeune homme reporta son attention sur ce dernier et espéra que cette intrusion ait pu le ramener.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeDim 29 Juin 2014 - 14:44

¤ Hallucination d’un passé regretter II ¤


Elrond avait déraillé, une fois de plus, entrant dans un monde illusoire. Et pourtant, cette fois-là, son hallucination était plus forte que les précédentes. Les premières fois il s'était laissé tromper, mais les suivantes, prenant conscience qu'un cycle existait dans son mal, il savait quand il était pris d'hallucination et quand il ne l'était pas. Du moins une fois sur deux. Ici, le sylvain s'était laissé de manière totale immerger dans cette fausse réalité. S'en était presque même volontaire. Pourquoi ? La malédiction en ce jour lui faisait revivre un fragment de son passé tant regretter. Inconsciemment une partie de lui luttait, tandis que l'autre se contentait de fermer les yeux pour profiter de l'instant présent quitte à souffrir lorsque la dure réalité referait surface. Celle où il était parti laissant la famille de ses amis avec qui il avait noué des liens. Laissant ces êtres éphémères pour ne plus souffrir de les voir mourir, de les voir dépérir de le voir s'affaiblir, alors que lui était encore en pleine croissance, se renforçant de jour en jour. Il n'avait pu supporter cette différence, et en lâche il avait fui pour retourner chez les siens et attendre patiemment de rejoindre ses regrettés frères humains dans la mort.

Ses yeux bleus azurés fixaient le mur, sur lequel était apparue une fenêtre. Au loin se profilait un port, se profilait la mer, avec des bateaux aux voiles blanches, prêts à partir en mer, pêcher de quoi nourrir la ville. L'air marin illusoire emplissait ses poumons. Tout contribuait à ce qu'il s'enfonce de plus en plus. Il ne luttait presque plus. Un sourire, qu'il n'avait plus eu depuis de longues années, apparaissait sur ses lèvres. L'arrogance de son enfance pétillant à nouveau dans ses yeux.

Et même la personne à côté de lui le confortait dans son délire. Alrick Kohan ce membre de la famille royale apparaissait aux yeux de l'elfe sous les traits d'Aymeric Drolvar, un simple roturier, fils de soldat. Celui-ci était plus vieux par rapport au jeune Kohan deux ans de plus pour être exact. Il approchait lentement, mais surement de sa dix-huitième année. Pourtant il avait plusieurs points communs, la carrure svelte, les cheveux bruns foncé, seuls les yeux changeaient. D'un vert rappelant la canopée elfique. Elrond l'avait particulièrement apprécié en raison de la couleur de ses yeux. À chaque fois qu'il les regardait, il se rappelait le royaume elfique. Il était une sorte de lien le rattachant à ses racines. Et même si le sylvain était parti, car il ne se coordonnait pas avec son peuple, il appréciait de ne pas en être totalement coupé.

« Ce n’est pas grave Elrond, je l’ai persuadée que te reposer te serait bien plus utile que de manger avec nous tous. Par contre, si tu recommences demain, je n’aurai plus d’argument à lui opposer. »


Le blond sourit à ses paroles, se rappelant qu’il avait été secoué plus d’une fois par la mère du jeune homme à côté de lui. Elle était beaucoup moins douce que la première humaine qu’il avait rencontrée, c’est elle qui menait la famille d’une main de fer. Même son mari Astiev avait peur d’elle de temps en temps. Mais au fond elle avait un très bon fond et était une femme aimante. Elrond en était même allé jusqu’à la considérer comme sa seconde mère et les Drolvar comme sa seconde famille. Ils avaient ri la première fois qu’il avait annoncé cela. Un elfe qui avait une famille humaine. Mais au final ils l’avaient accepté.

Elrond soupira légèrement fermant les yeux alors que de faux rayons de soleil passaient sur son visage. Il avalait son morceau de pain et racontait son rêve étrange à l’humain à côté de lui qui ne tarda pas de lui répondre.

« Et si c’était vrai ? Tu es si bon et si pur Elrond que je ne doute pas qu’un Dragon puisse choisir de se lier à toi pour toujours. Comment s’appelait-il ? »


L’Amarië écarquilla les yeux quelque peu surpris par la parole de son interlocuteur. « Et si c’était vrai ? » L’elfe porta une main contre son front, fermant les yeux, ayant l’impression d’avoir reçu un coup de massue sur la tête. La porte s’ouvrit derrière lui, mais il n’y fit pas attention, un peu sonner. « Comment s’appelait-il ? » le blond serra les dents. Que se passait-il ? Pourquoi sa tête se mettait-elle soudainement à résonner comme ça ?

« Il s’appelait… Il s’appelle… M… Mö… Möe… Rah je ne sais plus. »

La respiration d’Elrond se fit plus forte, quelque chose semblant frapper contre ses tempes. Tournant sa tête sentant le regard d’Aymeric sur lui, il sourit faiblement, une main toujours poser contre sa tête. Soudainement sa vision se flouta, se brouilla. Les odeurs et son qu’il percevait changèrent quelque peu pour revenir à la celle de l’illusion. L’odeur marine, le son lointain des vagues et des bateaux disparaissaient pour réapparaitre plus ou moins fort. Et le jeune homme face à lui oscillait entre Aymeric et un autre être qui lui rappelait vaguement une personne rencontrée il y a peu.

Le dragonnier elfique se retourna et fit un pas en arrière, plissant des yeux. Son visage étant traversé par quelque rictus de douleur.

« Que… qu’est-ce qui se passe… ma tête… j’ai mal… Aymeric, pourquoi changes-tu d’apparence… que…»

L’Amarië s’affaissa quelque peu, lâchant un gémissement de douleur, venant prendre sa tête entre ses deux mains. Son esprit et son crâne s’embrassant sous sa lutte intérieure.

« Non… non je ne veux pas… pas déjà. »

Non il ne voulait pas la quitter, il ne voulait pas la quitter, cette hallucination. Encore un peu juste un peu avant de revenir à la dure réalité.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeMar 1 Juil 2014 - 18:17

Alrick n’était pas encore conscient de ce que ses paroles avaient déclenché dans l’esprit égaré de l’Elfe. Il se doutait toutefois qu’il appréciait cette hallucination qui devait lui faire revivre un moment agréable de son passé. Mais le jeune Kohan ne pouvait pas non plus le laisser se perdre davantage. Après tout, il avait un Lié qui avait besoin de lui.

Lorsque l’être sylvain porta une main à son front, l’adolescent comprit qu’il était aux prises avec une douleur à la tête. Il n’ignorait pas qu’il en était à l’origine mais c’était un mal néces-saire pour faire revenir à la réalité Elrond Amarië. Cependant, il ne pensait pas que ce retour au présent serait si brutal et si douloureux pour l’Elfe. Les hésitations de ce dernier montraient qu’il confondait encore son hallucination et la réalité mais Alrick choisit de ne plus le brusquer. Il fallait qu’il revienne seul désormais.

La respiration de son invité se fit plus forte et les rictus de souffrance qui marquaient son vi-sage lui firent craindre pour sa santé. Et si ce mal ne faisait pas que l’affaiblir et lui donner des hallucinations ? Le jeune homme aux yeux couleur de l’océan se sentit impuissant, lui dont la magie était si limitée. Il ne pouvait pas risquer d’utiliser un sort qu’il ne maitrisait pas. Quand le dragonnier s’affaissa, il s’élança pour le soutenir. Avec douceur et patience, il le conduisit jusqu’au lit où il le força à s’asseoir. Et puis soudain il comprit pourquoi l’homme aux oreilles pointues semblait lutter contre un retour à la réalité. Il aimait trop cette hallucination qu’il ne voulait pas quitter si vite.


-Il le faut pourtant, sire Elrond, lui murmura-t-il à l’oreille. Des êtres ont besoin de vous dans le présent plus que dans le passé.

L’adolescent poussa les épaules de l’Elfe jusqu’à ce qu’il soit allongé et s’empressa d’aller chercher des compresses humides pour soulager la douleur dont son invité continuait de souf-frir. Il attendit d’être presque certain qu’il n’apparaissait plus sous les traits de cet Aymeric à travers le regard de l’être maudit par l’Esprit du Néant avant de prendre la parole.

-Pouvez-vous me dire si votre douleur s’apaise ? Et profitez-en pour me nommer, s’il vous plait sire.

Ce n’était rien que pour s’assurer que son « patient » du jour soit revenu à l’instant présent et qu’il n’y avait plus de fenêtre sur le mur où il s’était posté quelques instants auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitimeDim 6 Juil 2014 - 18:51

¤ Hallucination d’un passé regretter III ¤


La réalité le rattrapait doucement, son crâne résonnait furieusement sous l'éveille de la partie de sa conscience qui s'était jusqu'ici laisser bercer par l'hallucination. Non, non elle ne voulait, elle ne voulait pas se réveiller, elle ne voulait pas revenir, elle voulait rester là, encore un peu, encore quelques minutes, quelques secondes. Rien qu'un bref instant il voulait ressentir à nouveau ce qu'il avait perdu. Il voulait revoir les êtres qu'il avait laissés derrière, ceux qu'il avait aimés. Ces humains si différents de lui, mais pourtant si agréables. Les mains de l'elfe tenaient fermement sa tête, comme pour essayer de calmer la douleur en la compressant. En son for intérieur un combat avait lieu, entre deux parties de lui. Celle qui voulait revenir et celle qui voulait rester. La douleur allait grandissant, il avait l'impression que son esprit finirait par se déchirer sous ce conflit.

Elrond s'effondra presque, alors que ses forces l'abandonnaient au fur à mesure que son crâne vibrait sous la douleur. Alors qu'il tombait, quelque chose vint le soutenir pour empêcher sa chute. Ses yeux se rouvrir et il vit cet être, mit Aymeric mi Alrick. N'ayant pas la force de le repousser, le sylvain se laissa faire, alors qu'il le conduisait vers le lit pour le faire s'asseoir. Ses yeux azurés ne cessaient de le scruter.

« Il le faut pourtant, sire Elrond. Des êtres ont besoin de vous dans le présent plus que dans le passé. »


Le blond aux oreilles pointues se mordit la lèvre alors qu’il vint serrer ses poings en même temps. La lumière issu de l’invisible fenêtre disparaissait peu à peu, une certaine obscurité gagnant le lieu éclairé par seulement quelque lumière. Les effluves marins disparurent elles aussi, l’odeur de sel dans l’air. S’évanouissant au profit de celle de la terre, de l’humidité, celle d’une grotte. La fraîcheur du lieu revint petit à petit, ses sens trahis revenant à la normale. Mou, l’elfe se laissa pousser sans rien dire se retrouvant bientôt allonger sur le lit. Il ne restait plus que le fantôme d’Aymeric pour le rattacher à son passé. Mais même celui-ci disparaissait peu à peu. La douleur dans son esprit se calmait.

Elrond sourit faiblement à l’être illusoire qui venait poser sur son front un tissu mouillé.

« Pouvez-vous me dire si votre douleur s’apaise ? Et profitez-en pour me nommer, s’il vous plait sire. »


Quelques minutes, sans doute longue et éternelle c’était écoulé depuis. Le dragonnier elfique ne saurait dire. Il n’allait cesser de laisser ses yeux lorgner avec appréhension sur l’humain à côté de lui, qui lentement mais surement retrouvait son apparence normale. Son esprit détraqué cessant de le confondre avec un autre. À chaque coup d’œil, son physique changeait et moins il avait envie de le regarder à nouveau, ayant peur du retour violent à la réalité. Inspirant, le rouge ferma les yeux et tourna lentement la tête. Avec hésitation il rouvrit les yeux et mordit la lèvre. Tout était redevenu… normal. Son cœur se serra avec douleur alors qu’une larme sembla couler le long de sa joue. Sans un mot il le regarda un petit moment, ayant de la peine à respirer.

Finalement le dragonnier se redressa à l’aide de ses avant-bras avant de s’asseoir. Porta une main à son front il retira la compresse encore quelque peu humide.

« Je vais mieux … Alrick. »

Soupirant faiblement, le sylvain porta une main sur sa joue où il chassa le passage de sa larme. Une mine triste toujours sur le visage.

« Merci de m'avoir aidé... et désoler pour ce qui vient de se passer. »

Tournant la tête en direction du Kohan, Elrond chassa son air triste et encore bouleverser par la remonter de souvenir de son hallucination. S'efforça il lui offrit un sourire faux qui le trahissait toutefois.

« C'était étrange hein ? On ne peut pas dire que Néant est mégoté sur la malédiction. »

Le dragonnier elfique rit légèrement, s'efforçant avant de s'approcher difficilement du bord du lit et poser ses pieds à terre pour se lever un peu brusquement. Il sentit la tête lui tourner, mais ne s'arrêta pas et avança de quelques pas.

« Je ferai mieux de vous laisser. Je n'aurais pas dû vous faire assister à ca. »

Fuir, il devait fuir, fuir à nouveau, et s’isoler quelque part un petit moment. L’elfe osait à peine le regarder, il devait reprendre contenance et vite.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Empty
MessageSujet: Re: Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Le lynx est toujours plus dangereux lorsqu’il est blessé [PV Alrick] [Abandonner]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» G - "With or Without You" [HENTAÏ] [PV Mina]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-