Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeDim 2 Juin 2013 - 20:52

La colère montait en lui d’instant en instant. Il avait déjà presque réussi à le mordre deux fois, mais le Vampire réussissait à l’esquiver à chaque fois. Et sa rage empirait. Comment avait-il osé !? Alors qu’il n’avait pas touché à sa nourriture, alors qu’il l’avait suivi pour fuir les humains, alors qu’il lui avait presque fait confiance ! Il avait dit que c’était pour son bien. Depuis quand arrache-t-on un enfant à son père pour son bien ? Car c’était ainsi que le ressentait le jeune Zaphirel. Coupé de son père Achroma, enchaîné par un sort magique qu’il ne parvenait à défaire, et trimballé comme un colis par un vampire au nom encore inconnu. Chaque minute qui passait voyait mettre de la distance entre le campement et les deux vampires, et à force de se débattre comme un forcené, Zaphirel s’épuisait.

Presque une journée s’était écoulée, de marche à travers les plaines, et les forêts, toujours cachés. La morsure du Soleil avait été plus désagréable encore que d’ordinaire. Le crépuscule fut accueilli avec soulagement, alors que l’inconnu l’emmenait dans un bois, et s’y enfonçait progressivement. Zaphirel faisait tout pour ralentir l’autre, le coincer, l’embêter, et lui mettre des batons dans les roues. S’il n’avait craint de pouvoir s’enfuir s’ils étaient repérés, il aurait hurlé. Mais il avait préféré se murer dans un silence de mort, et si l’autre avait tenté de lui parler, il n’avait répondu. Il avait longtemps spéculé sur l’identité de son ravisseur : un criminel, un traitre, un fou, ou les trois à la fois.

Puis, enfin, il fut reposé sur le sol. Son réconfort ne fut pas à la hauteur de ses espérances. Dans la pénombre, il distinguait deux silhouettes prudentes, avançant vers eux. D’autres ! Il y en avait d’autres ! Qu’est-ce qu’ils espéraient de lui ? Pensaient-ils pouvoir tendre un piège à Achroma en se servant de lui comme appat ? Les fourbes ! Il devait s’enfuir. Il les détestait, il voulait les tuer, les tordre, les mordre, leur faire subir autant de souffrance qu’il en avait subit, encore, encore, et plus, jusqu’à-ce qu’ils ne tiennent plus debout ! Mais il n’en était pas capable. Il n’était pas Lorenz, ni Achroma, ni n’importe quel grand Vampire. Il était Zaphirel. Le petit Zaphirel, inoffensif.
Et sa colère était encore plus grande.

Quand les silhouettes furent toutes rapprochées, le vampire sans nom le détacha. Son premier réflexe fut de reculer jusqu’à être stoppé par un arbre. Il était encerclé. Le vampire à gauche, un… un autre vampire ! Juste en face de lui. Et à droite… un dragon. Sa stupeur fut immédiate. Elle effaça sa colère comme on chasse une mouche. Achroma, Silarae. Les pensées qui se tournaient vers eux se teintaient d’un sentiment étrange. Une pointe qui s’enfonçait lentement et délicatement dans sa poitrine. Il était triste. Il regrettait. Il voulait rentrer. Ils lui manquaient. Pourquoi faisaient-ils ça !?

Il abandonna ses espoirs de fuites, pour l’instant. Il se recroquevilla, assis par terre, le dos contre l’arbre et les bras croisés sur ses jambes repliées. Il enfonça sa tête entre ses bras, ne laissant dépasser que ses yeux, au milieu de sa chevelure ébouriffée. Il n’avait pas peur. L’inconnu aurait pu le tuer si tel avait été son intention, avec une extrème facilité. Il le voulait vivant, et il disait vouloir son bien. Mais Zaphirel ne lui faisait pas confiance. Il serrait les dents. Je veux rentrer, pensait-il. Rentrer à la maison. Au campement. Retrouver Achroma. Il se sentait seul. Son ventre se tordit doucement, et il sentit des tiraillements, des envies.

« J’ai soif. » dit-il doucement.

On ne répondit pas. Peut être l’ignoraient-ils, peut être ne l’avaient-ils pas entendu. Il haussa le ton :

« J’ai soif ! »
Revenir en haut Aller en bas
Kylian Wallam
Kylian Wallam
Mon identité
Mes compétences


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeJeu 6 Juin 2013 - 17:05

Le soleil. L'esprit du vampire haï de ceux de sa race aimait l'astre du jour autant que son corps le détestait.Même sous sa cape qui le préservait de la morsure directe de ses rayons, il pouvait ressentir les effets de sa lumière. Une sensation de brûlure, parfaitement supportable mais continue, le genre de douleur que l'on pourrait presque oublier, mais presque seulement, car elle ne manquait jamais de se rappeler à sa victime pour peu que l'esprit de cette dernière s'en éloigna trop. Le vampire avançait moins vite que prévu, il ne rentrerait pas au camp avant la nuit. Bien que tentante, l'idée de voler un cheval lui semblait hors de portée, il devait garder un oeil sur l'asticot gigotant sous son bras et préférait nettement éviter de se confronter à des humains avec un prisonnier à sa charge. Le point positif, c'est que le soleil avait sur le petit vampire les même effets que sur son porteur, ce qui limitait un peu la hargne qu'il déployait pour se dégager. Certes, Kylian ne s'était nullement attendu à ce que Zaphirel accueille la nouvelle de son sauvetage à bras ouverts, il était encore trop jeune, trop sauvage pour comprendre les motivations du renégat. Cela viendrait avec le temps.

Le jour déclinait, et alors que le soleil allait se mourir par delà l'horizon, l'archer vampire retrouvait des forces. De même que son captif par ailleurs, qui recommençait à s'agiter. Au loin, l'orée du bois dans lequel il avait laissé Roëric et sa dragonne apparut entre les collines herbeuses.

Nous arrivons.

Et pas trop tôt, Kylian ne se voyait pas passer une autre nuit à courir à travers champs avec le petit monstre vociférant sous le bras. Le renégat s'engagea dans les sous-bois et se mit en quête de ses points de repère. Une grosse pierre, un arbre déraciné ou encore un petit ruisseau serpentant entre les grands arbres lui permirent de retrouver la clairière qui leur servait de point de chute. Son colis sous le bras, le vampire s'avança prudemment. La nuit était tombée désormais et l'obscurité les encerclait. Même si sa vision nocturne était excellente, il n'en demeurait pas moins difficile de repérer un vampire et une dragonne de l'ombre se dissimulant dans la noirceur d'une nuit sans lune. L'archer s'avança au centre de la clairière avant de s'adresser aux ténèbres :

Roëric ? C'est moi, Kylian. Je suis seul et tout va bien.

Non, il n'était pas seul, mais il avait choisis très soigneusement ses mots, afin de respecter le code dont ils avaient convenu. C'était sa manière de dire à son ami qu'il n'avait pas été amené ici par la force dans le but de leur tendre une embuscade. Le plus petit changement dans cette simple phrase aurait signifié clairement à l'épéiste qu'il y avait un problème et qu'il ne devait pas se montrer. On était jamais trop prudent, Kylian avait appris cette leçon depuis bien longtemps maintenant.
Les silhouettes du dragonnier et de sa liée apparurent bientôt, pendant que l'archer délivrait son captif de ses liens.

N'essaie pas de t'enfuir, nous te rattraperions et même si tu parvenais à t'échapper, tu te retrouverais seul au beau milieu des terres impériales.

Le vampire rebelle ne détourna pas le regard du petit vampire qui se recula un peu avant de se recroqueviller sur lui-même au pied d'un arbre. Avait-il fait le bon choix ? Il s'efforçait de se convaincre que oui mais le doute persistait à tenter de s'insinuer dans son esprit. Au moins pouvait-il encore y réfléchir, aussi longtemps qu'il gardait le jeune prédateur assoiffé de sang auprès de lui, il avait la possibilité de changer d'avis et de lui rendre sa liberté alors que dans le cas contraire, il ne parviendrait probablement jamais à le recapturer s'il décidait de le libérer.

Lorsque Roëric et Isyndar furent assez proches, il s'adressa à eux sans quitter leur prisonnier des yeux.

Tout ne s'est pas déroulé comme prévu. Maupavel, le village que j'ai été inspecter, a été pris pour cible par des raiders vampiriques. Je suis parvenu à m'enfuir sans dommage mais ce petit gars m'a pris en chasse, et nous voila.

Il s'appelle Zaphirel.


Comment l'épéiste accueillerait-il la nouvelle ? Difficile à dire, cette tendance qu'il avait à considérer Kylian comme son maître, quand bien même sa dette était pourtant largement effacée, avait tendance à altérer ce qu'il se permettait de dire. L'ancienne Lame Noire aurait suivi l'archer renégat n'importe où, même lorsque ce dernier avait ouvertement défié Lorenz et s'était contraint à l'exil, Roëric ne lui avait pas fait faux-bond, ce qui était une remarquable preuve de sa loyauté quand on connaissait le sort funeste qu'avaient rencontrés tous ceux qui avaient ne serait-ce qu'émis l'idée qu'il y avait peut-être du vrai dans le discours du rebelle.

« J’ai soif ! »

Tu as bu tout ton soûl la nuit passée, et probablement la nuit précédente et ainsi de suite. Tu peux te permettre de jeûner ce soir.

Ce ne serait pas facile, ni pour Zaphirel, ni pour Kylian, mais s'il voulait que le jeune vampire apprenne à dominer sa malédiction, celui-ci devait d'abord apprendre à dominer sa soif. Il serait toujours temps de lui faire comprendre la valeur d'une vie humaine lorsqu'il serait capable de supporter quelques nuits de jeûne. En dépit de son jeune âge, Kylian pouvait aisément supporter une semaine sans boire, commençait à sérieusement endurer les assauts de la Bête au bout de dix jours et avait déjà réussi à tenir près de deux semaines sans une goutte de sang, même s'il avait alors flirté d'un peu trop près à la folie sanguinaire qui l'avait étreint. C'était bien la preuve qu'avec de la volonté, un vampire pouvait dominer ses pulsions.
Evidemment, il n'en exigerait pas tant à son petit captif et n'avait d'ailleurs pas l'intention de le sevrer trop brutalement non plus. Ils commenceraient par le nourrir une nuit sur deux, puis une nuit sur trois, et ainsi de suite. C'était le meilleur moyen pour un vampire de parvenir à prendre le contrôle sur ses instincts de prédation.

Gardant toujours l'acier bleuté de son regard braqué sur le petit captif, Kylian s'adressa aux deux liés qui jusque là étaient demeurés silencieux.

Il est encore très jeune, mais c'est justement la raison pour laquelle je pense que nous avons une chance de le sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Left_bar_bleue0/10Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeDim 9 Juin 2013 - 16:51

Les dernières semaines avait été agités. Après avoir successivement retrouvés Isyndar, Kylian, puis Mélusine, il avait finalement rencontré la princesse de son ami et observé avec un mélange d’appréhension et d’amusement la manière dont il perdait son sang froid dès lors qu’il s’agissait de sa sécurité. Venant du chantre des modérateurs chez les vampires, c’était plutôt ironique, mais l’escrimeur comprenait bien les sentiments qui animaient Kylian, puisqu’il ressentait les même pour sa louve. De fait, le respect qu’il avait pour lui n’était en rien entamé, bien au contraire.

Une patrouille impériale ayant dispersée cette bande de joyeux lurons ; la horde était partie de son côté, Kylian et Esmelda d’un autre, quant à Roëric et sa liée, ils s’étaient une fois de plus retrouvés tout seuls. Pas pour longtemps, puisqu’ils avaient rejoint la horde quelques jours plus tard. Leur séjour n’avait cependant pas duré longtemps. Le dragonnier et sa dragonne durent rejoindre Kylian quinze jours plus tard, car ils avaient convenus d’un rendez-vous.

Cela faisait donc une semaine que le trio étaient réunis. Ils marchaient dans l’ombre de l’armée vampirique, jouant les éclaireurs, essayant de récolter un maximum d’informations. Dû moins était-ce que Roëric en avait déduit car son maître n’avait pas été très clairs sur ses intentions. Enfin, cela n’avait aucune importance, il était soldat et faisait donc ce qu’on attendait de lui. Si Kylian voulait son avis, il le lui demanderait, voilà tout.

N’ayant pas besoin de chaleur, ni même de lumière, leur campement de comportait pas de feux. A vrai dire il ne comportait pas grand-chose. Ils se déplaçaient régulièrement et se contentaient d’entrer en transe dès que c’était nécessaire. Pas de couche non plus donc, et encore moins de tente. En fait, il n’y avait là que Roëric couché contre la lourde poitrine de sa dragonne. Si ses yeux lisaient le bouquin qu’il tenait, ses oreilles, elles, restaient à l’affut…

Une bonne chose, car quelqu’un approchait. Le vampire se redressa d’un bond, la main sur la poigne de son épée, puis attendit.

Silencieux. Chasseur.

Quand la bonne phrase fut prononcée par la bonne voix, les muscles tendus du guerrier se relâchèrent. Néanmoins il resta prudent, ils se devaient de l’être, afin d’éviter un éventuel drame. Trop souvent ils avaient été trahis, trop souvent ils avaient eu de mauvaise surprise, trop souvent ils étaient tombés dans les pièges tordus de Lorenz Wintel… Désormais, les deux vampires avaient une longue pratique de la clandestinité et une expérience dans le domaine que leur envierait n’importe quel fugitif…


On dirait que tu nous as amené un invité.

D’ailleurs celui-ci lui disait vaguement quelque chose. Mais il chassa vite cette idée, car elle lui semblait ridicule. En revanche il se demandait ce que fichait ce nourrisson avec eux. Ecoutant le rapport de Kylian, il haussa les sourcils, incrédule.

Kylian, je comprends ta répugnance à l’idée de mettre fins aux nuits de l’un de ces pauvres nourrissons, mais notre principal atout c’est la discrétion, la furtivité, bref la clandestinité. Autant de choses qui nous seront inaccessible avec un gamin sur les bras...

Il soupira en entendant le gosse réclamer à boire. Évidemment qu’il avait soif, on avait tout le temps soif au début. Au point de s’y perdre complètement.

Très jeune, oui…

Roëric doutait qu’un être aussi jeune puisse dominer sa soif, c’était totalement improbable. Mais en essayant ce que tout le monde pensait impossible, son maître avait parfois fait des miracles, alors il ne dit rien.

Attends… Il me dit quelque chose…

Il s’approcha de la pauvre petite chose d’un pas vif. Il s’agenouilla en face de lui et lui saisit fermement le menton, de manière à pouvoir détailler son visage.

Tu ne te souviens plus de rien, n’est-ce pas ?

Une question somme toute parfaitement inutile. Mais Roëric était persuadé que ce gamin était là lors de l’incident du Grimoire… en tant qu’humain.

Très étrange... pourquoi t-ont-ils gardés en vie ? Enfin, en vie... façon de parler...

La question étant plus destiné à lui-même qu’à l’amnésique…


Fiche du Personnage
Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeMer 12 Juin 2013 - 17:54

Au moins, depuis sa naissance, la dragonne ne pouvait pas dire que les jours se suivaient et se ressemblaient. Il y avait de l'action auprès de son vampire de lié. Mais au moins, la petite dragonne n'avait pas le temps de s'inquiéter sur ce qu'elle avait pu voir lors de sa visite à Feusacré et sa séparation de Roëric. D'ailleurs, ils n'avaient pas vraiment eut le temps d'en reparler.

Depuis leurs retrouvailles, le duo avait juste sauvé le Maitre de son lié, vampire fugitif de fonction, ce qui aidait bien la dragonne dans l'apprentissage de la discrétion. Puis ils vinrent en aide à Melusine, dame de cœur de son lié, prisonnière entre les crocs d'un vampire glacial. Rien que ça. Tomber de mal en pis. D'un monstre en un un autre. Avec les mêmes genres de méthode, lâches et barbares. Des âmes mortes sans scrupules. Et la cerise sur le gâteau, fuir devant les soldats de la princesse Kohan, sœur de l'empereur et aimée de Kyllian. Fallait suivre. Les relations entre les vampires, humains, y'avait de quoi se perdre. Ils s'aimaient, ils se haïssaient. Il lui faudrait plus que sa mémoire ancestrale pour tout se rappeler.


Au moins, dans leurs fuites, malheurs, séparations, la petite dragonne a put passer un peu de temps avec son lié. Seuls. Pour la première fois depuis...toujours. Enfin presque.

Un temps encore caché, à suivre des traces des leurs. Enfin leurs, race, seulement. Kyllian semblait vouloir en savoir plus sur les mouvements des troupes du prince des vampires. Alors ils suivaient. Quelques temps avant de retrouver la horde, rassurer ce petit monde et de retrouver Kyllian pour refaire le guet. Heureusement, maintenant, la dragonne pouvait servir de tour de contrôle dans les airs. Même si ces hors la lois en pays humains avaient le don et la grande capacité de se cacher des yeux du commun des mortels. Mais Isyndar n'était pas commune. Et les vampires, et les connaissait, enfin elle commençait.


Après quelques jours en éclaireuse du ciel, la petite dragonne attendait le retour du Maître de son lié. Dans un camp, qui n'avait de nom que le fait qu'ils soient installés tout deux, confortablement. Elle servant de dossier pour son lié, lui faisant la lecture. Le silence pour seul compagnon. Le soir tombant de plus en plus.


Isyndar leva la tête bien avant que son lié n'entende le premier bruit de pas. En quelques secondes, les voilà de nouveau ensemble, avec un jeune vampire. Pourquoi donc Kyllian Wallam s'encombrait d'un bébé à nourrir. Ils n'avaient pas suffisamment à faire tous les trois ? Entre éviter les autres vampires et les suivre. C'était déjà assez paradoxal. Et maintenant, un bébé braillard.


La dragonne le regarda en grondant puis elle affirma les dires de son lié en lui insufflant sa réticence à cette nouvelle source de bruit et d'ennui. Bien sûr, elle ne voulait pas que les vampires lui ôte sa non vie par caprice, mais la peur de se retrouver de nouveau à sauver l'un ou l'autre, ou à être séparée de son lié l'inquiétait grandement. Puis manger, la faim voulait dire croquer des humains. Ils avaient promis de faire attention étant non loin des terres des loups.

Isyndar souffla dans l'esprit de son lié :


« -Si tu veux je lui apprends vite en le mordant à chaque fois qu'il demande à manger ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeMer 12 Juin 2013 - 22:04

« Tu as bu tout ton soûl la nuit passée, et probablement la nuit précédente et ainsi de suite. Tu peux te permettre de jeûner ce soir. »

Mais… mais… mais mais mais non ! Il allait l’affamer. Ce traitre ! Ce criminel ! Une chance de le sauver. Mon cul ! La tête du jeune Zaphirel fulminait à nouveau, d’une colère sourde qui pulsait dans ses veines. Et voilà l’autre qu’il s’approchait. Le gosse serrait les dents, réprimant un grognement sourd qui aurait soutenu sa désapprobation. Sa main lui saisit le visage. Et il questionna. Zaphirel ne comprit pas vraiment à qui il s’adressait, cet inconnu, mais une chose était sûre, son visage lui disait aussi quelque chose. Un air de… de déjà vu. Les questions soulevaient en lui des regrets, et un amer sentiment. Il ne le définissait pas bien, mais c’était amer. Douloureux.

Pourquoi l’avaient-ils gardé en vie ? Pourquoi lui avaient-ils donné l’honneur d’être des leurs ? Qu’y avait-il donc dans ces putains de souvenirs qui se refusaient à lui !? Il en aurait hurlé.
Ah non en fait. Il hurlait littéralement. Un cri, d’abord, sans aucune signification. Il claqua des dents, loupant de peu la peau de son aîné. De sa position recroquevillée, il bondit, lançant son épaule contre ce dernier, il se débattit si on l’attrapait, sinon il reculait à nouveau, hésitant, vacillant.

« Laissez-moi ! Laissez mes souvenirs tranquilles ! Je ne me souviens de rien ! De rien ! Je ne veux pas savoir ! C’est trop douloureux ! Arrêtez ! Arrêtez ! »

Il posa ses mains sur sa tête, énervé, angoissé. Les souvenirs s’emmêlaient avec la situation présente, et il lui semblait à nouveau être face aux flammes de la colère de Lorenz. Oh non, ce n’était pas de la véritable colère qu’il avait vu cette nuit-là. Mais c’était largement suffisant pour graver en lui cette peur qui animait la recherche de ses souvenirs. La douleur remontait, sans être vraiment là. Son esprit lui jouait un tour, lui faisait croire à la douleur. Tout tournait. Il voulait dire, dire tant de choses, mais tout s’emmêlait dans sa tête. La peur, la colère, cette sensation d’être coincé, Dracos ! Qu’il détestait ça. Ils allaient l’attraper ! Il bondit sur le côté, reculant dans l’ombre jusqu’à être arrêté par un arbre. Ils voyaient certainement qu’il ne fuyait pas. Il n’était qu’un enfant terrorisé, bon sang ! Et il paniquait, se rendant compte qu’il avait littéralement hurlé sur ceux qui discutaient de son possible assassinat ! Il avait hurlé ! Sur deux aînés et un dragon ! Tout allait trop vite, bien trop vite ! Il s’aggripa au tronc d’arbre comme si c’était le Dracos lui-même, glissant derrière pour se protéger de leurs terribles regards, sans les quitter des yeux, des siens, écarquillés et terrifiés.

« Je ne me souviens pas… je ne me souviens vraiment pas… Pourquoi est-ce que vous en avez tous après mes souvenirs… ? »

Il renifla, le nez lui piquait. Sa voix semblait éteinte, et ses doigts tremblaient. Achroma. Où était Achroma ? Son père, qu’aurait-il fait à sa place ? Il était si fort ! Il les aurait tués ! Ils l’avaient enlevé ! Il voulait revoir son père ! Son épée tapait toujours contre sa hanche, mais il ne pensait même pas à s’en servir.
Oh non. Il sentait un picotement dans ses yeux, et un frisson remontait le long de sa colone vertébrale. Il eut d’abord un hoquet, puis il leva les yeux vers Kylian, implorant presque en silence. Une larme silencieuse coula sur sa joue, de la couleur rouge du sang, car telles étaient les larmes de son peuple.
Le sang est la vie. Le sang est le lien.

« … Je veux rentrer… » Murmura-t-il tout bas.
Revenir en haut Aller en bas
Kylian Wallam
Kylian Wallam
Mon identité
Mes compétences


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeVen 14 Juin 2013 - 16:57

L'inquiétude du dragonnier était légitime, Kylian lui aussi s'était posé les mêmes questions et était arrivé aux mêmes constatations. Zaphirel serait un poids pour leur groupe. Non seulement, ils allaient devoir le surveiller car il n'y avait aucun doute sur le fait que le petit vampire chercherait à leur fausser compagnie pour s'en aller retrouver ses "maîtres" , mais il leur faudrait aussi veiller à le nourrir, et l'éduquer sur ce niveau ne serait assurément pas chose facile.
De plus, à en juger par le grondement sourd qui s'échappait de sa gueule, la dragonne n'était pas non plus enchantée de la présence de ce nouvel élément.

Je sais que cela ne sera pas facile, ni pour lui, ni pour nous. Mais qu'aurais je pu faire d'autre ? Le tuer ? Le laisser regagner le camps de Lorenz ? Regarde le. Tu sais aussi bien que moi comment fonctionne notre peuple, Roëric, combien de temps tiendrait-il selon toi ? Un an ? Deux peut-être ? Et dans quelles conditions ?

Je l'ai vu se débattre et ramper pitoyablement devant moi lorsqu'il me pensait encore un des leurs. Il était terrifié et je le suis moi-même à l'idée de ce qu'il a effectivement pu endurer. Même si je ne doute pas que cela va nous attirer des ennuis, je ne pouvais pas le laisser ainsi.


L'archer laissa planer un silence de quelques secondes que son ami mit à profit pour examiner plus en détail la prise que lui ramenait le renégat.

Attends… Il me dit quelque chose…

Soudain, alors qu'il se tenait jusqu'alors plus ou moins paisiblement assis, Zaphirel explosa. Un véritable hurlement jaillit de sa gorge, brisant le silence de la forêt endormie. Le cri se répercuta quelques lugubres instants sur les arbres alentours avant que le petit vampire ne se mit à bondir de façon désordonnée autour d'eux en criant, en implorant. Il semblait véritablement souffrir et se comportait comme une bête sauvage prise au piège que l'on aurait torturée. Les effets de la soif ? Impossible, pas si rapidement. Il s'était écoulé tout au plus vingt-quatre heures depuis le dernier repas du petit buveur de sang.

Le petit vampire paniquait sérieusement maintenant, Roëric n'avait pourtant pas fais usage de la moindre violence, Kylian en avait la certitude : toute la scène s'était déroulée sous ses yeux et l'épéiste n'avait porté aucun coup, n'avait fait usage d'aucun sort. Il s'était contenté de saisir le menton de leur prisonnier, fermement, mais pas violemment et il n'y avait aucune raison pour que cela se soit révélé douloureux. L'archer vampire leva la mai, dans l'idée d'user d'un sort d'immobilisation pour empêcher son captif de prendre la fuite et le tenir tranquille en attendant que sa petite crise de nerf se soit apaisée, mais il n'eut finalement pas besoin de recourir à la magie.
Après quelques instants de cette folie furieuse qui s'était emparée de lui, Zaphirel s'immobilisa, ayant trouvé refuge derrière un arbre. Lorsqu'il s'adressa à eux seule sa tête dépassait des bords du large tronc qu'il utilisait pour se dissimuler.

« Je ne me souviens pas… je ne me souviens vraiment pas… Pourquoi est-ce que vous en avez tous après mes souvenirs… ? »

Tous. Il avait bien dis tous. Cela ne pouvait signifier qu'une chose : ce n'était pas la première fois qu'il était interrogé sur ses souvenirs et à en juger par sa réaction terrifiée lorsque Roëric avait simplement évoqué sa perte de mémoire, Lorenz et ses sbires ne s'étaient pas contentés de lui poser poliment la question. Kylian secoua la tête d'un air résigné. Pauvre gosse. Apparemment, la situation du petit vampire à la carrure de biscotte était pire encore qu'il ne l'avait imaginé : il savait des choses, et ces choses intéressaient Lorenz ou, si non le prince vampirique en personne, un quelconque vampire influent. Peut-être un conseiller ou encore... un dragonnier. Etait-ce là la raison pour laquelle Zaphirel avait été transformé ? Pour ce qu'il avait dans la tête ? Cela semblait une idée absurde, totalement stupide même, mais après tout, on avait déjà vu des vampires retrouver la mémoire. L'autre question importante concernant évident la nature exacte de ces informations : que pouvait-il savoir qui put présenter un tel intérêt ?

Le petit vampire s'apaisa alors aussi brutalement qu'il avait explosé et les deux autres vampires purent s'approcher doucement de la nouvelle position qu'occupait Zaphirel, la dragonne sur leurs talons. Tout en avançant, l'archer s'adressa doucement à l'épéiste pour ne pas risquer d'effrayer à nouveau la petite boule tremblante qui s'accrochait toujours à son arbre.

Tu le connais ? De quels souvenirs parle-t-il ? Tout ce que je sais de lui, c'est ce qu'il aurait été transformé par Seithvelj, un dragonnier lui aussi à en croire notre petit camarade, qui gravite dans l'entourage de Lorenz.

Cela t'évoque quelque chose ?


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Nkykysigna1_zpsv1eypj5r

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Nkykysigna2_zpshhfolblw

Merci à Achro pour les signatures ♥


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Left_bar_bleue0/10Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeDim 16 Juin 2013 - 16:04

Les pensées de sa liée le firent sourire.  L’idée de faire d’Isyndar la tutrice du gamin était aussi drôle que tentante. Amusante car si la dragonne avait appris la patience, celle-ci serait sacrément mise à mal par le nourrisson. Et franchement tentante car ni lui, ni Kylian n’avait l’instinct maternel, loin de là. Tôt ou tard ils en auraient par-dessus la tête de ses incessantes jérémiades et quelqu’un oublierait par « inadvertance » de bien serrer ses liens…

"Moi, probablement…"

Non pas qu’il eut des velléités d’indépendance ou de trahison, mais ils avaient un programme chargé, tout un tas de choses importantes à faire, du genre sauver le monde et toutes ses âneries. De fait, cette histoire était franchement mal venue. Il comprenait bien sûr les paroles de Kylian et les raisons de son geste, qu’elles fussent sous-jacentes ou non, mais cela ne changeait rien. On n’avait rien sans rien, après tout. ..

C’était le genre de monde dans lequel ils vivaient, le genre qui avait permis la naissance de leur race mille fois maudite.

Mais peut-être avait-il tort. Peut-être que loin de les handicaper, ce gamin allait se révéler être un atout. C’était dû moins la conclusion à laquelle le vampire était parvenu devant la réaction pour le moins disproportionnée du nourrisson. S’échapper en criant, puis aller se cacher derrière un tronc d’arbre… c’aurait été drôle si ce n’était pas aussi pathétique. Roëric serra les dents, mine de rien c’était quelqu’un de très fier, et il supportait mal que ce bon à rien fasse partie de son espèce.

"Du calme mon vieux, ce n'est encore qu'un enfant…"

Il se redressa, ses sens remarquant l’arrivée discrète de Kylian, qui voulait des explications. Roëric ne lui avait pas parlé des évènements d’il y a six mois, car il ne voulait pas qu’Isyndar les revive par procuration. Néanmoins cela devenait trop important pour qu’il fasse comme si de rien n’était…

Lentement mais sûrement, comme face à un poulain effrayé, ils s’approchaient.


Seithvelj ? Encore lui…

Il jeta un regard furtif à sa liée avant de poser à nouveau les yeux sur le gamin.

Il y a six mois, le Dracos nous a envoyé un message… au sujet d’un grimoire… Il était question de le mettre en sécurité ou c’était la fin des temps, une connerie du genre.

Le vampire ne pouvait cacher son amertume, c’était bien la dernière fois qu’il se faisait prendre à jouer les héros.

Bref, il me semble que c’est ce gamin qui était le porteur du grimoire, mais il était humain alors. Il y a eu une bataille, Lorenz a gagné, mais le grimoire a été mis en sécurité. J’imagine que les humains le protègent maintenant.

En fait, il n’en savait rien et s’en fichait royalement.

Ce Seithvelj a aidé Isyndar. Il a aussi aidé cet enfant car une transformation c’est toujours mieux que de mourir, enfin c’est sujet à discussion…

Par loyauté il poursuivit, mais il eut toutes les peines du monde à faire sortir les mots suivants :


Et il m’a… sauvé.


Roëric se racla la gorge, l’air de dire « oublions ça et passons à autre chose », arrivés près du gamin tout tremblant, ils s’arrêtèrent.

Allez, petit, sors de là. Personne ne va te faire du mal. Parce que tu as une certaine importance, ou parce que ce n’est pas notre genre… Choisis la raison que tu préfères.


Fiche du Personnage
Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeMer 19 Juin 2013 - 17:40

Ah oui en effet, l'enfant braillard de Kyllian lui disait quelque chose. Un vague visage, un peu changé par sa transformation en vampire. Et comme pour la première fois, elle se demandait bien pourquoi cette jeune créature se trouvait là. Mais cette fois en dentus. Pourquoi le mordre ? Il n'avait plus le grimoire. Et ne l'avait pas lu. Puis les vampires avaient plus l'habitude de vampiriser des hommes taillés pour le combat, ou bien doté d'un esprit et une logique digne d'un diplomate.
Là ce n'était pas le cas, ou bien il le cachait bien. Pour le moment, il criait comme un enfant, et la dragonne de l'ombre habituée au calme, au silence, à la vie de solitaire et de fuyard, n'a
appréciait guère ce changement de situation. Puis il devenait trop clair qu'elle n'était plus le centre des attentions. Elle aimerait bien un peu, après tout, elle avait sauvé Kyllian, Melusine, elle avait quitté le camp vampirique et avait survécu à une attaque de feu. Mais non, on s'inquiétait de savoir s'il allait manger.

La dragonne gronda en regarda le jeune vampire et elle lui souffla mentalement.

« - Et pourtant tes souvenirs t'aideraient à ne pas rester dans le flou. Et cesse de te comporter comme une victime, tu es ici en sécurité. »

L'avoir là près d'eux revenait des images traumatisantes pour la dragonne. Elle s'avança d'ailleurs vers son lié. Comme si le simple fait d'y repenser allait de nouveau les séparer. La petite dragonne de l'ombre battit un instant des ailes comme pour chasser au loin ses souvenirs traumatisants au possible.

Isyndar envoya sa pensée rien qu'à son lié.

« - Roëric, si c'est mon sauveur qui l'a transformé, ne devrions nous pas lui rendre ?Il ne semble pas être un être assoiffé de haine comme celui qui se dit prince. A moins que sa vie ne soit lié encore une fois à ce maudit grimoire. Prenons soin de cet avorton, dans le doute. Nous devons bien ça au vampire qui m'a sauvé la vie. Même si je t'avoue que jouer les gardes d'enfants ne me convient pas. En tout cas, même si ses traits et ses dents ont changé, il est comme lorsqu'il était humain, à se demander ce qu'il fait là.»

La petite dragonne regarda le nouveau né, puis souffla au maître de son lié.

« - Votre grand cœur vous perdra, même si cela est votre grande force. Ce gamin n'est qu'une proie affolée. Il ne nous apportera que soucis. Avez-vous déjà élevé un jeune né ?»

Car la dragonne n'allait pas supporter ses jérémiades. Car son lié et Kyllian faisaient attention à un enfant à peine sortir des crocs de son père, Isyndar, elle ne le ferait pas. Elle avait dû très vite sortir de sa coquille et affronter ce monde avec ses rudesses et ses difficultés, pourquoi pas un simple vampire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeJeu 20 Juin 2013 - 10:17

Il savait.
Il ne se souvenait pas de ces évènements, qui avaient eu lieu alors qu’il était humain. Mais le Vampire venait d’en faire le récit. Tout s’éclairait dans son esprit comme si, soudainement, on y avait placé une torche. La bataille, oui, il en avait quelques images. Celui-ci disait la vérité. Lorenz l’avait questionné à propos de ce grimoire. C’était ça. C’était ce qu’il voulait. Les doigts du jeune vampire cessèrent de trembler, mais les larmes coulèrent encore. Et si Achroma lui avait menti ? Le doute se glissait en lui, plus traitreusement encore que d’habitude. Il doutait de son père. De la seule personne en qui il avait jusque-là confiance !
Non. Cela ne pouvait être ça. Ce n’était qu’une coïncidence. Peut-être un peu grosse, peut-être que c’était lié. Mais Achroma restait son père. Il n’avait pas le droit de douter de lui.

« Allez, petit, sors de là. Personne ne va te faire du mal. Parce que tu as une certaine importance, ou parce que ce n’est pas notre genre… Choisis la raison que tu préfères. »

Zaphirel s’accroupit, tapis contre son arbre si illusoirement protecteur. La Dragonne lui avait parlé, envoyé un message dans sa tête, et il en comprit le sens, l’impulsion. Son esprit affolé se calmait. Lentement. La peur ne disparaissait pas non, mais sa tension s’apaisait. Il fouillait sa mémoire, les indices. Il partait à la recherche de ce dont il pouvait être certain.
Il n’y avait au fond pas grand-chose.
Il devait rentrer, et poser les questions à Achroma. Même s’il n’obtenait de lui aucune réponse, il saurait le rassurer.

Rentrer. Voilà la seule motivation qu’il avait maintenant. Il ne se battrait pas contre eux, il n’aurait même pas fait le poids contre un seul, surtout sans son arc, et seulement armé de cette saleté d’épée. On avait beau lui dire qu’il était avec eux en sécurité, il ne le voyait pas de la même façon. Ne te comporte pas en victime. L’esprit de la Dragonne résonnait dans sa tête. Victime. Proie. Il était un vampire ! Enfant peut être, mais jamais proie ! Ce sentiment détestable l’étreignait encore. Ils lui faisaient ressentir la même chose que Lorenz. Il était prisonnier, attrapé, et prêt à être dévoré. Non ! Non ! Il ne voulait pas de ça, pas du tout ! Il était un vampire ! Il était le prédateur !

Son regard se fit plus profond, plus certain, déterminé. Il allait leur échapper. Peut-être pas maintenant, peut-être pas ce jour-là. Mais tôt ou tard. Il posa une main à plat sur l’arbre, l’autre se posant sur la garde de son épée. Une arme qu’il ne maitrisait pas, mais une arme tout de même. Il se redressa légèrement. Puis il bondit, sortant l’épée de son fourreau, il donna un coup approximativement vers là où ils étaient, et il déguerpit l’instant suivant. Il n’aurait sans doute le temps de ne faire qu’un ou deux bonds, avant qu’ils ne le rattrapent, mais il voulait partir.
Alors il partait. Fuir, courir. Il était un enfant ! Qu’aurait-il pu faire d’autre ? Au moins ne restait-il pas inactif. Au moins ne pourrait-on pas le blâmer pour sa lâcheté. Il agissait ! A son retour, sans doute serait-il accusé de faiblesse, et dénigré comme de coutume. Mais il n’était pas lâche. Plus maintenant ! Plus jamais !
Revenir en haut Aller en bas
Kylian Wallam
Kylian Wallam
Mon identité
Mes compétences


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeSam 22 Juin 2013 - 14:30

Un grimoire ? Kylian se souvenait avoir entendu des rumeurs au sujet d'une bataille particulièrement meurtrière, mais il n'y avait alors pas accordé plus d'attention que cela. Après tout, Armanda était ravagée par la guerre depuis longtemps, les batailles de plus ou moins grande ampleur demeuraient des évènements relativement courant, sans parler des effets d'exagération qui alimentaient fatalement n'importe quelle rumeur. Une simple escarmouche pouvait alors rapidement se muer en une bataille épique au fil des narrations. En revanche, il ignorait que la bataille en question avait pour enjeu un grimoire mystérieux, mais si le Dracos lui-même avait jugé nécessaire de contacter dragons et dragonniers, l'affaire devait assurément être grave. Et la perspective de voir Lorenz s'y intéresser était des plus inquiétantes.

Lorenz. Un grimoire protégé par les humains. Dracos tout puissant, voila donc ce qui avait attiré le prince vampirique et ses sbires au palais Kohan récemment ! Le renégat posa alors un regard lourd sur Zaphirel, Esmelda avait failli perdre la vie à cause de ce livre. Au fil des mots de Roëric, les pièces du puzzle trouvaient leurs place dans son esprit et il comprenait de mieux en mieux l'importance que pouvait avoir le petit vampire toujours fermement accroché à son arbre sur l'échiquier Armandéen. Kylian n'eut cependant pas le temps de poser la moindre question, le Maître-Lame poursuivait son récit des évènements et l'archer n'avait pas l'intention de l'interrompre au moment d'aborder le cas de Seithvelj. Ainsi donc, le mage-dragonnier était venu au secours d'Isyndar et de Roëric, même s'il n'était pas difficile de comprendre à son expression que ce dernier ne se réjouissait pas particulièrement de cet état de fait. Kylian, lui, assimilait attentivement les évènements et s'efforçait de les recouper avec ses propres connaissances, si maigres que soient ces dernières. Pour sa part, il avait toujours considéré Seithvelj comme un serviteur dévoué de Lorenz et donc un dangereux ennemi, mais il lui apparaissait maintenant que sa fidélité envers le prince vampirique n'était peut-être pas aussi forte que le renégat ne l'avait pensé de prime abord. Même si le fait que Roëric appartenait à la caste des dragonniers n'était probablement pas étranger à l'intervention du maître mage, il n'en demeurait pas moins que celui-ci était venu en aide à un ennemi de Lorenz. L'emprise de Wintel sur ceux qu'il considérait comme ses serviteurs n'était définitivement pas si absolue qu'on aurait pu le penser. C'était typiquement le genre d'information qui avait tout pour intéresser l'instigateur d'une rébellion.

L'archer vampire fut soudain arraché de ses pensées par un effleurement mental. C'était Isyndar qui venait lui faire part de ses réticences et de ses doutes. Après ce que venait de lui raconter Roëric, Kylian pouvait aisément comprendre ce que la présence du petit vampire inspirait aux deux liés. Lorsqu'il lui répondit, sa voix était teintée du respect dû aux créatures de légende qu'étaient les dragons, mais il s'efforça également d'y faire transparaître sa détermination et sa volonté.

Non, noble dragonne, je n'ai jamais élevé de nouveau né. Mais je ne crains pas les difficultés lorsque je pense œuvrer pour une cause juste, et fut-il un vampire, préserver un enfant de la brutalité de Lorenz me semble un but louable.

Je ne dis pas que c'est une bonne idée, en vérité, c'est probablement même une très mauvaise idée. Mais à chaque fois que je pense à la possibilité de le renvoyer d'où il vient, je pense aussi à ce qu'il y subira... Et je ne peux me résoudre à l'abandonner à un tel sort alors que je pense pouvoir faire quelque chose pour lui.


Les deux vampires et la dragonne se tenaient maintenant à quelque pas du refuge de leur prisonnier. Zaphirel pour sa part s'était redressé et se tenait debout pour leur faire face. Quelque chose avait changé dans son attitude, dans son regard. Le mouvement de sa main glissant vers la garde de son épée n'échappa pas au renégat mais étrangement, la réaction du petit vampire réconforta Kylian plus qu'elle ne l'inquiétait : il était heureux de le voir faire preuve d'un peu plus de fierté et de confiance, même si en cet instant, il se montrait peut-être un peu trop ambitieux.

Tu n'as pas besoin de faire cela, Zaphirel. Nous ne te ferons aucun mal, mais je ne peux pas te laisser retourner à ton campement.

L'archer ne s'attendait pas vraiment à trouver une oreille attentive chez son jeune captif et celui-ci le lui confirma bien vite en bondissant brutalement dans leur direction épée à la main. Un simple écart se révéla plus que suffisant pour esquiver l'attaque maladroite et à peine la menace de la lame fut-elle écartée, Kylian leva la main et esquissa l'amorce d'un sort d'immobilisation mais s'interrompit en plein mouvement.
Les yeux bleus du renégat se détachèrent de la silhouette fuyante pour trouver ceux de son ami dragonnier.

Et si tu lui montrais ce que tu sais faire ? Tu feras un geôlier plus convaincant que moi et ça lui passera peut-être l'envie de retenter sa chance. On ne pourra rien pour lui tant qu'il sera obnubilé par l'idée de s'enfuir, il faut qu'il comprenne qu'il n'y parviendra pas.


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Nkykysigna1_zpsv1eypj5r

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Nkykysigna2_zpshhfolblw

Merci à Achro pour les signatures ♥


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Left_bar_bleue0/10Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeDim 23 Juin 2013 - 17:44

Toute cette histoire ennuyait profondément Roëric. Il n’était pas à proprement parler un sale type, même s’il n’hésitait pas à faire ce qu’il jugeait nécessaire, mais pour être honnête, l’idée de se débarrasser purement et simplement de cette petite chose inutile ne lui quittait pas l’esprit. Le regard aussi glacé que sa chevelure, la main sur la poignée de Sophia : l’épée noire, il attendait. Quoi ? Lui-même n’en savait trop rien. Pas un signe du Dracos en tout cas… celui-là il ne voulait plus jamais le revoir… En rêve ou ailleurs.

Les pensées envoyées par sa liée firent donc parfaitement l’office. La logique d’Isyndar, qui ne cachait pas, elle non plus, son ennui devant la tâche imposée, mais qui à juste titre rappelait qu’ils avaient une dette envers le fichu père de ce fichu nourrisson. Pas le choix, donc.


"Tu as raison, comme toujours."

Ils allaient devoir s’en occuper, sans compter que Kylian semblait déjà prendre son rôle très au sérieux…

"Ça va me retomber dessus, c’est sûr."

Et ce qui devait arriver, arriva. Les paroles du diplomate eurent autant d’effet que possible sur un gamin apeuré, c’est-à-dire pas du tout. Le nourrisson pris la poudre d’escampette et la charge de devoir s’en occuper retomba… Devinez sur qui ? Sur ce bon vieux Roëric Alokor. Les aléas de la vassalité comme dirait l’autre. Le seigneur ayant toujours l’opportunité de déléguer les tâches les plus déplaisantes à ses subordonnés.

Il soupira mais hocha la tête à l’intention de son ami.

On aurait pu croire qu’un nourrisson courant à perdre haleine en brandissant une épée qu’il savait (de toute évidence) à peine manier, tenait plus du ridicule que de la menace… néanmoins le Maître-Lame ne le prenait pas à la légère. Les gens désespérés, ou qui croyaient l’être, et qui par-dessus le marché maniaient une arme avec autant d’enthousiasme que d’incompétence, figuraient parmi les plus dangereux. Ils n’étaient pas rares qu’ils blessent quelqu’un sans le vouloir, voir même qu’ils se blessent eux-mêmes.

Le vampire se mit à courir, s’imprégnant de la nuit comme on le ferait d’une amante. Il était plus fort, plus rapide et plus expérimenté que bien des vampires, y compris ceux de son âge ou même certains des plus âgés. De fait le course-poursuite ne dura qu’un bref laps de temps. Roëric attrapa l’enfant par le col et l’envoya valser contre l’arbre le plus proche. Le craquement sinistre qui s’en suivit (l’arbre ou la tête du gamin, peu importe) ne l’inquiétât même pas.


C’était courageux, petit, mais stupide.

La voix était sèche, sans émotion, alors que le vampire s’approchait. D’un coup de talon, l’épée du nourrisson vola plus loin. Il le prit ensuite par la gorge, le planquant contre le tronc de l’arbre tout en l’amenant à hauteur de vue.

Sais-tu pourquoi les humains créent des sociétés ? C’est parce qu’ils ont peur. Peur de mourir. Peur de tuer. Alors ils fondent un accord tacite. « Ne me tue pas et j’en ferais autant. ». C’est la raison pour laquelle, ils punissent leurs criminels…

Ce n’est pas notre cas. Nous sommes déjà morts, et dès l’instant où nous revenons à la vie, c’est pour tuer. Nous n’avons peur ni de l’un, ni de l’autre. Dû moins pas de cette peur primaire, profonde et presque bestiale que peuvent ressentir les humains. De fait les vampires ne forment pas de société. Tout juste des meutes, lorsque l’un des nôtres se révèle suffisamment fort pour imposer sa loi.

Dans ce genre de monde, ce monde que tu viens de rejoindre, sais-tu ce qui arrive aux faibles ?


Un sourire mauvais apparu sur le visage de Roëric, tandis que ses yeux, plongés dans ceux de Zaphirel, prenaient une lueur folle, animale… monstrueuse.

Nous les exterminons.

Sa voix tomba comme un couperet, impitoyable. La main du vampire tremblait, tandis qu’elle serrait de plus en plus fort le cou gracile du nourrisson. Cela dura quelques instants, avant qu’il ne reprenne le contrôle, qu’elle ne lâche du lest.

Alors, gamin, je ne sais pas si tu te rends bien compte de la chance que tu as… Que pas seulement un vampire, ton père, mais bien deux avec mon maître, souhaitent de te fournir une éducation. Dis-toi que pour un miraculé de ton espèce, des centaines d’autres ont été lynchés sans merci.


Il le lâcha puis recula, éreinté par l’effort fournit pour garder le contrôle de lui-même.

Ne sois pas ingrat, prends ce qu’on te propose, tu retrouveras ton père bien assez vite. En attendant, ne me pose pas de problème.


Fiche du Personnage
Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeJeu 27 Juin 2013 - 18:42

Non mais quel benêt celui-là !! Finalement, elle aurait dû laisser Roëric suivre son instinct premier et faire un feu de joie de ce bébé vampire. Il allait vraiment leur causer que des soucis. Avoir une conscience et une morale élevées n'étaient vraiment pas des plus faciles chaque jour. Et comme l'avait si bien résumé Kyllian, ce n'était pas leur genre. La mort comme simple conclusion était pour tous les trois une impasse dont ils ne pouvaient se soustraire que par une contrainte extrême. Cet enfant ne l'était pas encore. Bien au contraire. Il était à l'aube de sa non vie. Peut être qu'il fallait tolérer sa condition de proie dans une meut de vampires aux lois complexes ou seule la domination compte.
Le Maître de son lié avait raison face aux sbires du vampire noire, cet être sans défense ne ferait pas bien longtemps le poids. Il serait rapidement réduit en esclave ou au mieux pour lui mourir pour de bon. Avec le temps, il deviendrait peut être l'homme qu'il n' jamais pu être en tant qu'humain, fauché dans la fleur de l'âge par son sauveur. Avait-il fait de même pour lui ? Le sauver de la mort en lui insufflant une non vie ? Isyndar se demandait bien pourquoi d'ailleurs le dragon aux cheveux d'argent l'avait mordu. Que se cachait derrière cette morsure ? Il devait avoir une bonne raison, alors rien que pour cela, ils devaient le garder auprès d'eux pour qu'il devienne un vampire capable de se contrôler.

Mais c'était sans compter que cet avorton ne cherchait pas à comprendre et restait coincer dans sa rengaine de prisonnier, sans chercher à regarder et à prendre du bon dans ce statut.
D'ailleurs il ne faisait vraiment pas d'effort et cherchait vraiment à se faire briser le cou, en se jetant sur eux. Sur son lié.

Isyndar gonfla ses ailes et grogna dans un grondement sourd, avant de lui insuffler dans son esprit bien faible :

« -Retente une fois de te jeter sur mon lié, ça sera la dernière fois que tu feras quelque chose de ta misérable non vie. Prendre du courage et de l'audace ne signifie pas faire n'importe quoi !»

Et puis quoi encore, on aidait et bim on se retrouvait attaquer. Que Kyllian prenne un nouveau né s'il voulait mais en aucun cas cela devait amener pour son lié une blessure ou une souffrance.

« -Roëric, dit à ton Maître que si tu as une égratignure en jouant les Maîtres d'armes, je lui fais une décoration de mes crocs dans la jambe. »


Puis, la dragonne se poussa un peu pour laisser son lié libre de ses mouvements et agir comme bon lui semblait pour mettre une correction à ce nouveau né.

Isyndar compléta d'ailleurs les dire de son lié, elle les laissa se faire entendre par tous. Pour une fois. Même si elles étaient adressées au nouveau-né.

« - Ne plus être une victime ne veut pas dire agir sans réfléchir. Tu avais un cerveau en tant qu'humain. Tu en as un aussi en tant que vampire. Ne laisse pas tes émotions causer ta perte petit vampire. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeJeu 27 Juin 2013 - 23:36

Crac. Voilà le bruit qu’avait fait son épaule en heurtant le tronc d’arbre bien solide, qui avait à peine frémit. Il avait réussi à protéger sa tête, mais il fallait bien qu’une partie de son corps heurte l’arbre en premier. Le choc le sonna quelques secondes, qui furent largement suffisantes pour que son aîné se rapproche de lui et le désarme. Il eut un soubresaut en reprenant la mesure de sa situation, et il se tordit sous ses doigts, gigotant comme une anguille effrayée, alors qu’il se faisait soulever jusqu’à ne plus toucher le sol. Son épaule était douloureuse, et le moindre mouvement de son bras blessé était devenu un calvaire. L’avertissement de la dragonne n’avait été que peu utile… même s’il recommençait, il serait bien peu probable qu’il parvienne à effleurer son aîné.

Ses paroles tombaient comme un sermon, une punition terrifiante. Ces quelques phrases semblaient complètement entrer en Zaphirel, et prendre racine au fin fond de son esprit. Son bras indemne s’accrocha à celui qui le maintenait en hauteur, griffant le tissu sans blesser le moins du monde son vis-à-vis. Il commençait à paniquer, car le danger semblait réel. Trop réel.

« Dans ce genre de monde, ce monde que tu viens de rejoindre, sais-tu ce qui arrive aux faibles ? »

C’était cruel. En un sens, c’était tellement… vampirique. La prise se resserrait, alors qu’il peinait à retenir un gémissement. Dracos ! Il allait lui tordre le cou, lui briser la nuque ! Le jeune vampire essaya de le pousser avec les pieds pour qu’il le lâche, mais il ne parvint à l’atteindre, ne voyant absolument pas ce qu’il faisait. Puis quand il le lâcha, il fut envahi par un soulagement intense, et se laissa choir au pied de l’arbre, les fesses dans la mousse et le dos appuyé contre le tronc solide. Une chose était sûre, il avait coupé court à toute nouvelle tentative de fuite non préparée. Pourtant, l’impulsion naturelle coulait dans ses veines, chaque chose était, pour lui, sujet à une réaction quasi-immédiate. Cela allait être… difficile. Ses doigts se posèrent sur son cou, où de belles marques d’étranglement allaient bientôt apparaître. Heureusement, elles ne resteraient pas trop longtemps. La dragonne appuya sur son manque de réflexion, comme si elle l’enjoignait à planifier plus soigneusement son prochain plan de fuite. Et enfin, les paroles de son aîné trouvèrent une oreille attentive et curieuse. N’avait-il pas dit qu’il retrouverait vite son père ? Comptait-il le ramener au campement, à l’insu de Kylian ?

Il releva les yeux vers Roëric, empli d’un espoir certain. Allait-il se révéler être un allié ? Peut-être qu’il allait en tout cas plus l’apprécier que l’autre. Ce vil traitre, ce chien qui l’avait enlevé alors qu’il s’apprêtait à lui faire confiance ! Zaphirel bouillonnait de rage à son encontre. Il s’agissait, à quelques nuances près, de la même colère qui l’avait assaillit quand Lorenz lui était tombé dessus. Impuissance, injustice, douleur. Les circonstances étaient différentes, mais après six mois, il avait eu le temps de digérer cette souffrance, et d’accepter le fait qu’elle ne trouverait probablement jamais d’exutoire, et qu’il n’aurait jamais réparation. Mieux, ou pire, il savait que cela ne serait pas la seule fois où Lorenz s’en prendrait à lui ; et c’était en quelques sortes confirmé par ce qu’il avait appris juste avant. Son passé humain semblait avoir une importance. Quelque chose que Lorenz voulait y était caché. Bon sang. Il n’avait pas hâte de renouer avec ce passé encombrant.

Le nouveau-né porta alors ses doigts à l’épaule. Il n’osait se relever désormais, rejoindre les autres ou récupérer son épée. Mais son épaule était blessée. Il tâtonna, délicatement, du bout des doigts. Elle s’était sûrement déboitée sous l’impact, et il était actuellement bien incapable de se la remettre en place seul. Et il se sentait encore bien trop intimidé pour le demander de vive voix à Roëric – et bien trop remonté contre Kylian pour lui adresser la parole. Alors il resta silencieux, mais planta son regard dans celui de son aîné, alors que ses doigts tiraient le tissu de sa tenue pour dévoiler la blessure. Nul doute que son articulation devait avoir une drôle de tête. Et puis après tout, si Roëric comptait le ramener à Achroma, son père, il valait mieux pour lui que Zaphirel soit en bon état.
Revenir en haut Aller en bas
Kylian Wallam
Kylian Wallam
Mon identité
Mes compétences


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeVen 5 Juil 2013 - 17:45

Kylian fit la grimace en entendant le bruit sourd de l'impact du corps du petit vampire contre l'arbre. Roëric n'y allait pas tendrement, mais à vrai dire, ce n'était pas non plus exactement ce à quoi il s'attendait en confiant à son ami le soin de rattraper et calmer le fuyard. L'archer prit sur lui même pour ne pas intervenir, il avait confiance en Roëric, le dragonnier ne dépasserait pas les bornes. Enfin, pas trop. La petite séance d'intimidation à laquelle se livrait le Maître Lame demeurait de toute manière bien en deçà de ce que Zaphirel pourrait subir au sein de l'armée de Lorenz et il était primordial que leur captif comprenne certaines choses. Même Isyndar, d'habitude si discrète, affichait ici une posture imposante et grondait de façon menaçante envers leur captif. Si le jeune vampire ne comprenait pas avec cela, il ne comprendrait jamais.

Lorsque son allié eut terminé sa petite mise au point, Kylian s'approcha et posa le regard sur la silhouette recroquevillée de Zaphirel. Il était toujours aussi pitoyable, mais au moins, il semblait désormais nettement moins belliqueux. Cependant, un détail intrigua le renégat : pourquoi se tenait-il l'épaule ? La réponse à cette question lui fut apportée sans même qu'il n'eut besoin de la poser de vive voix à l'intéressé : écartant un peu sa tunique, le petit vampire venait de mettre au jour l'articulation plutôt mal en point de son épaule. Dracos. Soit Roëric avait sous-estimé sa propre force, soit il avait sur-estimé la résistance du petit vampire, mais le fait était que ce dernier avait visiblement moins bien encaissé le traitement qu'il ne l'avait pensé. Kylian leva les yeux au ciel, c'était vraiment un miracle que Zaphirel ait réussi à survivre six mois parmi l'armée vampirique de Wintel. Il s'approcha doucement et posa le genou à terre pour se mettre à hauteur de l'épaule blessée, plantant son regard acier dans les yeux furibonds de son captif.

Reste calme. Comme tu peux le constater, tu n'as rien à gagner à te débattre, tu ne fais que compliquer les choses en essayant de nous résister. Je n'attends pas de toi que tu te joignes à nous comme on change de chemise, mais accorde nous au moins le bénéfice du doute et attends de comprendre avant de nous condamner.

Kylian approcha les mains de l'articulation malmenée. Il n'était pas vraiment guérisseur, mais à force de vivre en exil, il avait appris deux ou trois choses sur les premiers secours. Apparemment, il n'y avait aucune fracture, la tête de l'humérus avait simplement été délogée de son logement naturel.

Il n'y a rien de grave, mais il va falloir remettre cette épaule en place et notre magie ne nous aidera pas beaucoup pour cela, je le crains.

Ce ne serait probablement pas un agréable moment pour Zaphirel, aussi Kylian préféra-t-il ne pas perdre plus de temps que nécessaire : ses mains saisirent fermement le bras endolori tandis qu'il lançait un bref encouragement à son prisonnier. L'instant suivant, il replaçait d'un geste sec l'articulation de l'épaule démise à la place qui était la sienne avant de retirer précipitamment ses mains hors de portée des mâchoires du petit vampire furieux. Une bonne chose de faite.

Laissant le captif récupérer de ses émotions, Kylian reporta son attention sur le Maître Lame et se liée.

Bon, j'espère que ça lui passera l'envie de nous causer des problèmes.

Maintenant que ce point est réglé, il va falloir que nous nous organisions. J'assurerais l'essentiel de la garde, je sais que vous avez besoin de temps pour vous entraîner et je ne veux pas qu'il soit un boulet pour vous. Mais nous allons également devoir chasser plus régulièrement que d'habitude pour le nourrir, du moins jusqu'à ce qu'il soit en mesure de contrôler sa soif. Tu as une idée ?


La question visait à savoir si Roëric savait où trouver des proies en quantités suffisantes. En effet, Kylian n'appréciait pas de tuer des humains et lorsqu'il y était contraint, il s'efforçait toujours de choisir des victimes dont la disparition ne serait qu'un moindre mal : détrousseurs, assassins et autres violeurs étaient ses proies exclusives. En général, l'appétit ascétique du renégat et la discipline de son compère leurs permettaient de jeûner jusqu'à ce que leur route croise celle de tels individus, mais maintenant qu'ils devaient subvenir aux besoins d'un jeune-né, il leur faudrait se rapprocher des nids de vipères que fréquentent habituellement ces âmes damnées... Qu'il ait ou pas un vampiret à nourrir, Kylian n'avait certainement pas l'intention de tuer des innocents.


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Nkykysigna1_zpsv1eypj5r

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Nkykysigna2_zpshhfolblw

Merci à Achro pour les signatures ♥


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Left_bar_bleue0/10Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeLun 15 Juil 2013 - 12:03

Sans se préoccuper du gamin, Roëric se dirigea vers sa liée, lui envoyant des bouffées d’affection par la biais de leur lien. Une manière de la rassurer, mais surtout de regagner pleinement le maîtrise de lui-même, son esprit s’imprégnant de celui de la dragonne. Au final cette connexion se révélait être un grand atout et un privilège. Il en avait maintenant conscience, même si son indépendance se hérissait toujours un peu devant un lien si puissant qu’il ne pouvait disparaître.

Un guerrier doit être capable de tout abandonner du jour au lendemain. C’est-ce que lui disait son père. C’est-ce qui lui avait permis de perdre la chaleur des siens, de son foyer, et même de son humanité. C’est-ce qui lui avait permis de survivre à des siècles dans les ténèbres, ou tout ce qu’on apprenait à chérir finissait irrémédiablement en poussière. Car rien n’est plus terrible que le passage du temps.

Même son amitié avec Kylian ne serait pas éternelle car il savait qu’au fond de lui, son ami aspirait seulement à redevenir humain. Avec un tel état d’esprit, et affligé d’une nature vampirique, il se doutait bien que son maître arrêterait les frais une nuit ou l’autre.

La solitude ne l’effrayait pas, Roëric était depuis longtemps résigné à traverser les âges seul, les ombres pour seules compagnes. Et voilà qu’une volonté plus puissante que la sienne lui offrait un compagnon. Un être avec lequel vivre ou mourir. C’était à la fois un terrible revirement de situation et en même temps une merveilleuse opportunité.

Caressant le museau d’Isyndar, il n’accorda aucune attention à l’épaule du gamin, sachant que Kylian ferait le nécessaire. Et en effet, le bruit un peu écœurant qui s’en suivit signala la « guérison » de l’enfant vampire. Il ne savait pas trop quoi penser de lui… Le gros problème avec ceux de son espèce, c’est qu’ils n’avaient absolument aucun instinct paternel, ou maternel.

Imaginez si tel était le cas avec les humains… Accepteraient-ils alors de s’encombrer d’une nouvelle bouche à nourrir ? D’une petite chose fragile et inutile qui braillait à tout va et vous empêchait de passer une nuit correcte ? Capricieuse, égocentrique et caractérielle…


"Non, m’est d’avis que les humains se reproduiraient beaucoup moins souvent, à notre image…"

Ce n’était pas de leur faute. Selon Roëric le vampirisme était bel et bien une malédiction car il n’avait pas été créé pour prospérer mais uniquement pour empêcher les autres races de le faire. Mais peu importait malheureusement et se plaindre n'arrangeait jamais les choses. C'était donc en partie pour cela qu'il suivait le diplomate. Mieux valait essayer de tracer son propre chemin que de se complaire dans une situation qu'ils n'avaient pas voulu.

Le Maitre-Lame émergea de ses pensées en entendant la question de Kylian. C’était en effet un problème à prendre en considération. La voracité des nourrissons était presque effrayante et surtout hors de contrôle.


Hum… une grande ville, je ne vois que ça. Il n’y a que là que suffisamment d’humains sont concentrés pour satisfaire à trois vampires dont un enfant. Surtout selon nos critères. Les grands cités ne manquent pas d’indésirables et de vermines dont personne ne pleurera la disparition. De plus les citadins sont extrêmement individualistes et se moquent pas mal d’avoir un voisin noctambule à contrario des plus petites villes ou même des villages ou nous serions très vite repéré.

Cependant tout le problème consiste à y pénétrer sans se faire repérer. Et là ce n’est pas une mince affaire, particulièrement en ce moment. Une décennie plus tôt et nous n’étions que des légendes, il était alors aisé d’accomplir pareil projet, mais notre prince vénéré
(il eut un sourire ironique devant la formule utilisée) a changé tout cela.

Réfléchissant un instant, il ajouta :

Peut-être pourrions-nous installer à proximité, cela sera plus facile pour le gamin de se contrôler qu’a l’intérieur des murs et les humains qui entrent et sortent de la ville de nuit sont généralement des bandits, des contrebandiers ou des assassins. Bref, personne ne viendra réclamer leurs cadavres.

Il sourit, d’un véritable sourire tout en concluant :

Il faudra juste faire attention à ne pas s’en prendre à la horde ou j’aurai des comptes à rendre.

Que décides-tu Kylian ? A moins que tu ais une meilleure idée ?


Roëric l’espérait presque, car de tels plans comportaient beaucoup de risques et un certaines nombres de variables qui l'inquiétait.


Fiche du Personnage
Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Kylian Wallam
Kylian Wallam
Mon identité
Mes compétences


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitimeJeu 1 Aoû 2013 - 16:36

Une grande ville. Dire que Kylian aurait préféré une autre solution eut été un euphémisme, car il ne se voyait pas du tout arpenter les rues bondées d'une cité grouillante d'activité avec un vampiret vociférant sa hargne ficelé sur l'épaule. Sans parler du risque, certes minime mais néanmoins existant, que Zaphirel parvienne à se soustraire à leur surveillance. En rase campagne ou au milieu des bois, le vampiret n'aurait parcouru que quelques kilomètres avant d'être rattrapés et n'aurait eu que fort peu de chance d'avoir l'occasion de faire du mal à qui que ce soit... et inversement. Mais en ville, perdu au milieu de la foule, leur prisonnier serait plus difficile à retrouver, n'aurait besoin que de quelques instants pour se trouver des victimes et finirait probablement rapidement taillé en pièces par une patrouille de gardes alertée par son comportement.

Non, nous ne pouvons pas nous installer en ville. Le risque est trop grand, et puis, il y a Isyndar.

La dragonne serait en effet difficilement dissimulable dans un milieu urbanisé, restait donc la solution qu’énonçait fort justement Roëric : monter un camp dissimulé dans les bois, à proximité des remparts, afin de prélever les victimes nécessaires à leur alimentation parmi les voyageurs nocturnes peu recommandables. Aussi préoccupé qu'il pouvait l'être par la question de la nourriture, Kylian ne put retenir un rire discret tandis que l'épéiste précisait qu'il préférait éviter de voir un membre de la Horde s'afficher au menu. Il n'y avait pourtant pas vraiment de quoi rire, car s'il l'avait énoncée sur le ton de la plaisanterie, cette restriction supplémentaire demeurait des plus sérieuses et diminuait encore l'éventail des victimes possibles.

Que décides-tu Kylian ? A moins que tu ais une meilleure idée ?

Pensif, le renégat se passa une main sur le menton.

Peut-être bien, mais je ne suis pas sûr qu'elle te plaira.

Une idée venait effectivement de se faire jour dans son esprit, mais il aurait été bien incapable de dire si celle-ci était vraiment meilleure que celle que lui avait proposé son ami. Néanmoins, la possibilité qu'il entrevoyait aurait l'avantage de ne pas sensiblement augmenter leurs besoins en victimes humaines et ne leur imposerait donc pas de modifier le rythme de leurs chasses. De sérieux avantages, certes, mais l'inconvénient qui accompagnait ces derniers était à leurs mesures. Restait donc à voir comment Roëric accueillerait l'idée en question.

Plutôt que d'augmenter notre consommation de sang humain, nous pourrions compenser nos besoins supplémentaires avec le sang d'animaux pendant quelques semaines, le temps que Zaphirel apprenne à jeûner pendant cinq à six jours... Cela nous éviterait d'être dépendant des grandes villes humaines, nous conserverions ainsi notre mobilité et notre discrétion. De plus, les forêts regorgent de cervidés en cette saison, cela ferait un bon entraînement pour Isyndar.

L'archer avait parlé rapidement pour ne pas laisser le temps à son compère de l'interrompre et avait particulièrement insisté sur les avantages de la solution qu'il venait de proposer afin d'aider le Maître lame à mieux considérer cette possibilité. Car le sang d'animaux avait de quoi repousser même les plus déterminés des vampires, Kylian lui même ne parvenait pas à se résoudre à le substituer régulièrement au sang humain et ne s'aventurait à se nourrir sur les bêtes qu'en cas d'absolue nécessité : outre son goût parfaitement horrible, le sang animal n'apportait que peu d'énergie et plongeait le vampire qui s'en nourrissait dans un état similaire à celui d'un humain malade.
Mais dans la situation présente, il n'avait pas vraiment le choix.


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Nkykysigna1_zpsv1eypj5r

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Nkykysigna2_zpshhfolblw

Merci à Achro pour les signatures ♥


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Un colis peu coopératif. [ Kylian, Roëric, Isyndar ] [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-