Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Un retour difficile. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un retour difficile. [Libre] Empty
MessageSujet: Un retour difficile. [Libre] Un retour difficile. [Libre] Icon_minitimeDim 19 Sep 2010 - 16:17

Elena la Robuste n'a presque pas changé depuis toute ces années, 14 ans déjà que Lumen a quitté son laboratoire, sa famille et sa situation confortable d'herboriste pour fuir la civilisation des Hommes et vivre en ermite. Malgré ce rejet flagrant de ses congénères, la vue de cette ville qui l'a hébergé pendant 22 longues années ne lui est pas sans effets. Les lourdes murailles d'Elena, palissades infranchissables et colossales, encerclant les vocations martiales de nombreuses écoles. Tant de souvenirs s'éveillent alors même que Lumen n'a pas encore posé le pied sur les quelques galets qui pavent le sol des rues, ces années de recherche sur la génétique des plantes, ses expériences menées avec le soutient de ses parents, ces promenades dans les quartiers marchands à l'aura mercantile. Sous le soleil dominant de cet après-midi radieux, les rustres murs d'Elena semblaient se brandissent fièrement, exhibant leur robustesse devant les voyageurs qui osent la défier du regard ou les admirent en silence.

22 longues années, il en était conscient, ce retour lui sera difficile, mais se retourner sur son passé peut parfois être une épreuve de courage qu'il faut surmonter pour avancer. Lourd est le pas qui le rapproche doucement mais sûrement de sa ville natale, une hésitation que son compagnon au pelage d'argent a remarqué mais dont il ne fait guère attention. Moins la distance était grande entre la paire et la forteresse et plus les armures des gardes étaient identifiables. Elles aussi n'ont que peu changé en 22 ans, toujours aussi lourdes et renforcées. Mais inutile d'attendre une autorisation pour franchir les gigantesques portes qui marquent l'entrée de la ville, plus que quelques pas et c'est dans les ruelles d'Elena que Lumen et son loup déambuleront à la recherche de fournitures. Mais à sa grande surprise, les derniers pas sont étrangement difficiles à faire...


"Plus un pas étranger, les murs d'Elena la Robuste n'acceptent plus les gens de ton espèce!"

Lumen stoppe sa marche, interrompu dans sa course par de lourdes hallebardes s'entrecroisant à quelques centimètres de son visage.

"Pourquoi cette méfiance envers les étrangers, dit Lumen, je ne le suis pourtant pas tant que cela au sein de cette cité qui m'accueillait jadis."

"Votre allure de rôdeur des grands chemins vous trahit, ce n'est pas un coeur au nobles desseins que je devine sous cet épais capuchon, ce n'est encore moins d'ailleurs de la sûreté que je vois dans les crocs bavants de votre animal, là!"

Le loup avait en effet réagi lorsque les lourdes armes des gardes s'étaient placées devant Lumen pour lui condamner l'accès à la ville. Conscient que la lutte contre ces soldats est d'avance perdue, seul les mots peuvent lui ouvrir les portes de la cité.

"Voila déjà plusieurs jours que j'erre dans les vastes plaines qui forment le territoire des Hommes, mon foyer me manque et je souhaite le retrouver entre ces murailles. Cet animal qui m'accompagne est mon compagnon de route, un chien certes grand, je vous l'accorde, mais fidèle et inoffensif. Pourriez-vous me laisser entrer dans cette cité?"

"Impossible, étranger. Toi et ton loup n'entrerez pas dans la fière ville d'Elena la Robuste. Avec les rumeurs qui circulent et l'aura de menace omniprésente sur nos territoires, comprennez que vous êtes en apparence porteur de mauvaise augure en ces lieux."

La négociation n'aboutit pas, Lumen se recula et s'adossa aux mus de la cité à quelques pas de la grande porte gardée par les soldats lui refusant l'accès. La situation impose de trouver un plan, mais cette fois réfléchir et agir ne suffit pas. Pour entrer dans la ville, Lumen doit compter sur sa chance. Pendant ce temps, sur le chemin qui aboutit aux portes d'Elena, une étrange silhouette avance en direction de Lumen, qui ne l'avait pas remarqué, une silhouette à l'allure floue et aux buts incertains, excepté celui d'entrer en contact avec l'homme et la bête...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un retour difficile. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un retour difficile. [Libre] Un retour difficile. [Libre] Icon_minitimeSam 25 Sep 2010 - 15:06

Cela faisait quelques jours que Grégorist et ses gardes faisaient routes vers Elena. Ils voulaient mettre en place la politique d'autodéfense décidé par lui même. Il fallait que toutes les importantes villes de l'empire se mettent à renforcer leurs défenses et celles de leurs comtés respectifs. Même si Elena n'avait pas besoin de se renforcer, certes, mais les petits villages eux étaient loin de lui ressembler. Donc il allait demander audience au seigneur de ces murs pour lui présenter de lui même cette nouvelle lois qu'il avait mis deux ans à appliquer en ses terres. Mais quand il arriva devant l'entrée de la ville il vu un spectacle hilarant, un garde refuser l'entrée a un humain. Manquerait plus que cette puissante cité commence à avoir peur d'un homme seul.

-Et si c'était un vampire? On ne pouvait plus être sur de rien maintenant, se dit-il

Mais l'homme n'avait ni la posture ni l'aura de tueur des créatures de la nuit. Et le loup à coté de lui était magnifique. Il ne savait pas que l'on pouvait en dresser pour qu'ils ne soient plus sauvage. Car un bête comme celle la pourrait faire des dégâts dans une ville sur peupler.

-Vous! Cria t-il vers l'humain qui tentait de rentrer. Je vous reconnais vous êtes rechercher par les autorités de Gloria. En mon propre nom, moi, Grégorist Kohan, je vous somme de me suivre sans faire d'histoires. * puis après avoir fait le chemin qui le séparait de l'homme et tout en lui passant des cordes aux poignets il lui dit tout bas * C'est le seul moyen pour vous de rentrer chez vous, les gardes de cette ville ne connaisse pas la politesse. Suivez moi.

Il feignit de pousser l'homme en avant vers les deux jumelles en leur faisant un signe de tête. Elles savaient bien que l'homme n'avait absolument rien fait de mal car elles étaient au courants de pratiquement tous les avis de recherche de l'Empire. Il passèrent les portes quand les gardes se déplacèrent avec révérence car ils avait reconnue l'empereur Kohan, surtout qu'il s'était présenté lui même. Il leur lança un sourire qui les mit en rage mais ils ne pouvaient refuser l'entrer à quelqu'un de si important. Il retourna vers l'homme et lui enleva ses liens:

-Voila mon brave, vous êtes libre de rentrer chez vous et de reprendre vos activités. Évitez juste de recroiser ces gardes la, ça ferait désordre.

Il remit les liens entre les mains du garde et regarda l'homme de haut en bas se demandant ce que quelqu'un comme cela pouvait bien faire. Il comprenait bien que ce devait être un ermite mais que faisait il en ville? Ce n'était pas ses affaires mais il ne préférait pas avoir faire rentrer un danger potentielle dans une de ses villes. Il lança un nouveau regard a son garde qui acquiesça. Il fallait tout de même le surveiller, et puis il pourrait peut-être être utile d'une manière ou d'une autre. Grégorist espérait que l'homme avait une prédisposition à quelque chose qui manquait à son peuple, car la guerre approchait, et les vampires étaient actifs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un retour difficile. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un retour difficile. [Libre] Un retour difficile. [Libre] Icon_minitimeSam 25 Sep 2010 - 21:18

La silhouette massive d’Elena était à présent visible à la vue du jeune homme. Bien que la caravane avançait à un train qui semblait exécrablement lent, le jeune homme s’était peu à peu habituer à ce rythme. Il avait fallut presque six jours à celle-ci pour arriver en vue de la cité. La caravane s’arrêté parfois au cours de l’après midi pour ne reprendre la route que le lendemain après-midi. Lucius prenait bien évidement son mal en patience, il avait promis à son père qu’il ne quitterai pas la caravane avant d’être arrivé à Elena. Les routes étaient soi-disant dangereuses même si dans le Comté de Carlisle il n’en passerait rien.

Néanmoins son père parlait à raison, plus ils avançaient vers le Sud-est, plus l’atmosphère des villages changés. Cela se traduisait par le sentiment de peur visible, et que même si les villageois acceptaient avec joie la venue de ses commerçants ambulants, il y avait une certaine suspicion qui régnait.

Mais quand le fils du Comte arriva en vue d’Elena la robuste, il ne put résister à lancer son cheval au galop. Une belle bête qui devait valoir son pesant en or, le Comte ne voulait pas que son troisième fils est l’air d’un péquenaud, malgré les milliers de lieux qui les séparées de la Capitale. Lucius apprécia le geste de son père, car lui aussi savait que peut être ce beau cheval ne verra plus les verts pâturages de Carlisle.
Sentant le vent lui caressait le visage, il décida de lâcher la bride à son cheval et de le laissait lui-même adopter l’allure qu’il préférait. Brinoc, car tel était son nom, laissa ses sabots foulaient le sol à une vitesse stupéfiante. Lucius pensait parfois que son cheval devait trouver injuste de devoir galoper à même le seul, alors que tout ce qu’il voulait était de galoper dans les cieux.
Pendant une dizaine de minutes, il garda cette allure comme si ses dix minutes pouvaient effacer tout les instants où le jeune homme l’avait retenu pendant les six derniers jours. Puis il commença à ralentir progressivement jusqu’à adopter le trot. La caravane était déjà loin, lorsqu’ils s’arrêtèrent enfin. On n’était que le début de l’après midi quand le jeune noble s’était arrêté, un ruisseau coulé et le jeune homme s’était dit que c’était une bonne idée pour faire un pause et se sustenter un peu. Le cheval ne semblait pas contre bien au contraire.

Lucius décida de se nettoyer aussi et d’enlever la poussière du voyage, il ne voulait pas voir l’air d’un ruffian à son arriver. Mais avant ça il devait brosser la robe alezan de son destrier, une monture à l’allure si noble ne pouvait être vu avec autant de poussière même si Brinoc semblait content de lui. Lucius avait l’habitude de bichonner ainsi son cheval, de toute manière le palefrenier semblait bien loin pour le faire soi-même, c’est pourquoi il brossait consciencieusement son cheval avant de lui remettre la selle et de lui donner une part de melon qu’il avait laissé spécialement pour son cheval. Après s’être lui-même décrassé rapidement et s’être recoiffé, et se sentant enfin d’un aspect présentable, il reprit enfin la route.

Lucius ne resta pas longtemps émerveillé face à la silhouette massive de la cité, il était déjà venu ici et dans la Capitale avec sa famille, quand celui-ci vint renouveler son serment de vassalité au Duc puis ensuite au jeun Empereur. Mais le jeune noble se rappelait encore de la première fois où il était venu ici. Il s’était tout de suite sentis écraser par la cité, et s’était dit que jamais elle ne tombera. A présent il se sentait moins écrasé et que tout dans ce monde était éphémère après tout.
Menant son cheval au trot, il dut ralentir bien vite face à la masse de gens qui voulait entrer dans la cité. Alors qu’il avançait au pas, il arriva enfin devant les portes qui laissaient entrer les passants. La garde était serrée mais le jeune homme ne craignait rien. Les gardes n’approcheraient surement pas de lui, il y avait d’autres individus à l’aspect beaucoup plus suspect qu’un jeune noble sur son fier destrier.

Alors qu’il regardait autour de lui avec intérêt, il fut témoin d’un étonnant spectacle. Un homme d’âge mur qui avait l’air d’un vagabond suivit de ce qui semblait être loup s’était fait barrer le passage par la garde. Alors que la discussion menaçait de dégénérer, un dignitaire accompagné par sa suite cria à qui voulait entendre qu’il était l’Empereur et que cet homme était recherché par l’Empire. La suite se passa si vite que personne n’intervint, et l’homme étrange passa les portes avant de s’être vu retirer les liens qui l'enserrées. La personne qui se disait l’Empereur relâcha ensuite le vagabond et disucta rapidement.
L’expression de ceci fit sourire le jeune homme de manière étrange, ses yeux ne ressemblaient plus qu’à deux fentes vertes où brillaient des lueurs malicieuses. Distinguant enfin les traits de l’homme qui se disait Empereur, il fit à sa grande surprise que c’était bien lui. Il l’avait aperçu lorsque son père avait prêté serment.

Avançant sa monture vers les gardes qui avaient une expression de rage contenue, comme s’il doutait que la personne devant eux soit vraiment l’Empereur Grégorist Kohan, le jeune homme décida d’en rajouter une couche.

_ Rustres ! Vous ne reconnaissez pas notre Empereur même quand Il vous le dit ? Vous méritez le cachot.


Décidément, aujourd'hui n'était pas le jour des gardes de la porte d'Elena. Lucius, avait bien évidement prit le ton arrogant bouffi de suffisance d'un noble, et sa mise ne démentait pas du tout son attitude. Riant sous cape, il continua sa route vers l'Empereur et mit pieds à terre, s'arrêtant à bonne distance. La garde rapproché ne le laissa pas aller plus loin bien évidement.

_ Votre Grâce, c’est une étrange journée de vous croiser ici si loin de la Capitale. Et sachez que cette agréable surprise nous honore bien que les temps soient sombres…

Le jeune homme fit une révérence pleine de grâce, comme ses précepteurs lui avaient si bien inculqué à force de coup de bâtons sur l’arrière-train en répétant sans cesse « avec plus de grâce Sire ». Bien que le protocole ne fut pas respecté (il devait normalement laisser l’Empereur lui donnait la parole), il ne pensait pas que l’Empereur en prendrait ombrages, vu le peu de foi que celui-ci donnait aux protocoles.


Dernière édition par Lucius Vyworn le Dim 26 Sep 2010 - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un retour difficile. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un retour difficile. [Libre] Un retour difficile. [Libre] Icon_minitimeDim 26 Sep 2010 - 2:13

L'allure de cet inconnu n'était pas commune, sa compagnie l'était encore moins. Alors qu'il réfléchissait à un stratagème pour entrer, l'inconnu l'aborda sur un ton sec.

"Vous! Cria t-il vers l'humain qui tentait de rentrer. Je vous reconnais vous êtes rechercher par les autorités de Gloria. En mon propre nom, moi, Grégorist Kohan, je vous somme de me suivre sans faire d'histoires."

Surpris par de telles accusations qu'il savait infondées et irrité que l'un de ceux qu'il méprise l'approche de trop près, il dirigea son regard vers les yeux de celui qui avait entravé ses poignets et l'observa d'un regard noir, le même qu'il adoptait en présence de ses congénères dont son affection à leur égard était au plus bas. Malgré une forte démangeaison, il ne s'attaqua pas à l'inconnu, conscient qu'une confrontation en ce lieu si bien gardé n'aurait provoqué que son arrestation, cependant ce n'était pas le cas de son compagnon à quatre pattes qui, dès que l'inconnu avait empoigné son maître, montra ses crocs acérés et menaça l'inconnu de payer pour cet affront. Mais un second souffle, cette fois plus discret, atteingnit ses oreilles.

"C'est le seul moyen pour vous de rentrer chez vous, les gardes de cette ville ne connaisse pas la politesse. Suivez moi."

Aussitôt, le regard de Lumen se dérida aussi visiblement que le permettait l'ombre de son capuchon. Il baissa la tête vers son compagnon au pelage argenté, un regard décontracté que seul le vif compagnon pouvait interprêter. Ligoté, il se dirigea dans l'enceinte d'Elena sous l'escorte de cet inconnu en qui il avait accordé une confiance limitée mais surtout forcée. Ils avancèrent tous trois de quelques pas, foulant de leurs pieds les pavés d'Elena. Il ne fallut guère longtemps pour qu'après avoir franchit le corps de garde pour que l'homme retira les cordages à Lumen.

Qui êtes-vous réellement? dit-il en se frottant les poignets... Pourquoi un humain normalement focalisé sur ses propres desseins s'inquièterait du sort d'un voyageur en quête de son ancien lôgis...? Vous prétendez être quelqu'un de respecté sous ce nom, alors pourquoi tant de soutien envers une personne au strict opposé de vous dans la hiérarchie...?

Il n'obtint aucune réponse à cette question, sans doute car cette réaction coulait de source pour cet inconnu qui se prétendait important. Lumen ne chercha pas à en savoir plus à son sujet, il était entré grâce à cet inconnu, c'était le principal. Mais avant de se séparer de lui, l'homme lui adressa une dernière fois la parole.

Voila mon brave, vous êtes libre de rentrer chez vous et de reprendre vos activités. Évitez juste de recroiser ces gardes la, ça ferait désordre.

Lumen prit en compte ces conseils avisés et le regarda se rediriger vers les gardes pour leur remettre les liens qui mordaient il y a peu ses poignets. Cette défiance envers les soldats l'avait fortement étonné, d'autant plus qu'ils n'osaient répondre de cette provocation. Lumen était incroyablement surpris de constater une telle assurance dans un seul homme, mais surtout il avait été étonné d'avoir reçu cette aide qui lui était apparue comme un cadeau de la providence. Une étape était franchie, il ne restait plus qu'à retrouver l'herboristerie qui avait accueilli ses recherches sur la flore de l'Empire des Hommes. Mais bien que la ville n'ait que peu changé en 14 longues années, les souvenirs n'étaient pas restés intacts. Il lui aurait fallu un guide, quelqu'un d'avisé qui était susceptible de connaître les lieux. Alors qu'il cherchait comment trouver un guide pour l'orienter, il entendit quelqu'un s'agiter près du corps de garde.

"Rustres ! Vous ne reconnaissez pas notre Empereur même quand Il vous le dit ? Vous méritez le cachot.
Votre Grâce, c’est une étrange journée de vous croiser ici si loin de la Capitale. Et sachez que cette agréable surprise nous honore bien que les temps soient sombres…"


Un étrange personnage venait d'apparaître devant les gardes, les blâmant sans retenue quant à l'affront qu'ils semblaient avoir commis. L'homme qui l'avait aidé était donc bien quelqu'un d'important, un Empereur d'après les cris de ce nouvel inconnu. Quelles étaient les chances pour qu'un noble de cette trempe aide un ermite tel que lui? La réponse importait peu en vue des faits accomplis. Lumen venait de songer à quelques chose: peut-être que cet inconnu avait déjà visité l'endroit et qu'il pourrait l'aider à trouver son chemin. Quoi qu'il en soit cela ne coûtait rien d'essayer, si ce n'est de passer un second moment désagréable en compagnie d'un humain. Mais peut-être qu'après tout cet inconnu aussi avait un sens de l'altruisme un minimum développé. Les questions à son sujet ne cessaient de l'accabler, il devait agir avant que sa tête n'entre dans une réflexion intense et débouche sur des tourments infini, il interpella donc l'arrivant.

vous semblez connaître cet homme, d'après vos révérences. Oserai-je en déduire que vous aussi vous connaissez ces gardes et visitez souvent cette ville tout comme lui? J'aurai besoin d'un guide pour m'aider à retrouver mon ancien laboratoire, sauriez-vous me renseigner tout au long de ma recherche?

Il savait que l'homme l'avait aperçu et attendait une réponse de sa part, cependant, positive ou négative, il savait qu'il se mettrai certainement en route après cette discussion aux portes d'Elena...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un retour difficile. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un retour difficile. [Libre] Un retour difficile. [Libre] Icon_minitimeMer 29 Sep 2010 - 13:11

Grégorist regarda l'homme qui l’interpellait de manière si naturelle d'une façon douce, car il y avait bien dans cette ville des gens qui comprenaient l'impolitesse des gardes de cette cité. Il le saluât d'un hochement de tête quand ce dernier lui fit une révérence.

-Effectivement, les temps sont sombres dans nos contrée, c'est pour cela qu'il faut que je voie le conseil de cette cité rapidement, donc je doit vous laisser, à part si cette personne * se tourne vers l'ermite * a encore besoin de mes services, mais je pense que vous avez déjà trouvé un guide digne de se nom *se retourne vers le nouvel arrivant * vous avez l'air de connaître la cité.

Il commença a s'éloigner, en regardant son garde personnel se mettre au couvert de l'ombre pour surveiller l’ermite et l'éliminer au cas ou il s'avère être quelqu'un de dangereux pour son peuple. Puis il se relança sur la route vers le château de la ville pour rencontrer ses subordonnés et ainsi leur ordonner de mettre en place la nouvelle loi qu'il avait mise en place. La survie de leur peuple ne tenait pas a grand chose et donc le moindre pas qu'ils feraient leur offrirait un jour de plus pour tenter de rester présent sur la face d'Armanda

[RP court mais on a plus besoin de moi je pense]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un retour difficile. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un retour difficile. [Libre] Un retour difficile. [Libre] Icon_minitimeDim 3 Oct 2010 - 18:36

La garde approché ne s’écarta pas quand l’Empereur prit la parole, bien au contraire, elle se resserra un peu plus face à l’étranger aux allures de nobles. Lucius ne s’en formalisa pas pour autant, il était déjà heureux d’avoir approché d’aussi près le monarque de l’Empire des hommes. Malheureusement, sa Majesté semblait pressé, et avait d’autres projets en tête que de converser avec un inconnu aussi charmant soit-il. Lucius fut déçut par le peu d’importance que lui accorder son monarque même s’il n’en paraissait rien. Son réalisme balaya sa déception aussi rapidement qu’elle était apparut, il devait après tout s’estimer heureux de n’avoir qu’échanger quelques mots avec l’empereur Grégorist Kohan.

Saluant d’un hochement de tête et d’un sourire aimable le monarque qui s’en allait, l’attention du jeune homme fut capté par un des gardes qui s’éloignait et disparaitre dans les ombres. Ne faisant aucun commentaire, l’intérêt de Lucius se déplaça jusqu’à s’arrêter sur l’Ermite-Vagabond et l’étrange compagnon de voyage qui l’accompagnait. Lucius regardait avec une considération non-dissimulée l’animal qui semblait tout sauf domestiqué. Tout en tournant face à l’homme, il ne quittait pas du coin de l’œil le loup. Le jeune homme semblait menait une lutte farouche pour détourner son regard, et quand il eut réussit, une légère tension était visible, surement le fait de la rigidité de son maintien qui avait perdu le peu de nonchalance que le noble possédait.

_ Maitre Ermite, permettez moi de vous faire savoir que vous aviez encore, il y a quelques instants, l’une des personnes la plus importantes de l’Empire devant vous, si ce n’est d’Armanda… Je parle de l’Empereur bien évidement.

Le jeune homme laissa une légère pause, et jeta un bref coup d’œil au loup avant de détourner encore une fois son regard vers l’homme. Quand il fut sûr que l’Ermite eut bien assimilé ce qu’il venait de dire, il continua de parler d’une manière plus aimable.

_ Je suis désoler de ne pas pouvoir vous aider, je ne suis venu ici que trois fois, et ce ne fut que pour rester cloitrer dans la Cour Ducale. Néanmoins j’insiste à vous prêter assistance et vous aider à trouver votre laboratoire.

Son cheval fit un léger écart et les yeux de celui-ci ne quittait pas des yeux le loup, ses naseaux largement ouvertes laissaient échapper des expirations saccadées. Lucius tenta de le retenir de peur qu’il ne cabre, puis il lui posa une main apaisante et tenta de le calma avec quelques mots murmuraient d’une voix basse et douce. Brinoc semblait se calmer légèrement même ses yeux continuaient à fixer le loup.

_ Que diriez-vous de passer par des rues adjacentes ? Je crains les réactions des gens d’Elena et d’un excès de zèle de la part de la garde.


Un sourire malicieux furtif passa sur le visage du jeune noble avant qu’il n’adopte la même expression sérieuse qu’il avait depuis les quelques mots échangés par l’Empereur. Faisait signe à l’Ermite qu’il pouvait passer devant, il attendit qu’ils prennent la route à la recherche de ce fameux laboratoire. Lucius était heureux de cette opportunité à visiter la ville avec de la compagnie, même si celle-ci représentait un ermite et son loup.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Un retour difficile. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un retour difficile. [Libre] Un retour difficile. [Libre] Icon_minitimeDim 3 Oct 2010 - 20:50

L'homme avait répondu à l'appel de Lumen et il se dirigeait non sans méfiance vers lui. Lumen le savait: il devait se montrer le plus docile possible, malgré le rejet qu'il éprouve envers ses confrère, pour atteindre sans encombre et sans mal l'emplacement de son ancien laboratoire. Dans la marche hésitante de l'homme qu'il avait interpellé, il interprétait aisément les gestes analytiques qu'il faisait. Un regard qui parcourait son corps de haut en bas, méfiant et interprête, voila qui avait pour mérite d'irriter Lumen. Son allure anti-conformiste attirait l'oeil bien plus qu'il ne pouvait le supporter tout au long d'une journée, d'où la nécessité de ne pas rester en compagnie des Hommes trop longtemps. Mais cette fois, l'effort devra être de mise, car la recherche de son ancien laboratoire risquait de durer plus d'une demi-journée à cause des multiples ruelles de la cité d'Elena et de l'usure du temps sur sa mémoire. Pendant que l'homme le rejoignait, il constata que le noble repartait sans un mot, escorté par l'ensemble de sa troupe à l'exception d'un soldat qui s'enfonça dans les sombres ruelles de la ville. Lumen n'accorda que peu d'attention à ce détail et lorsqu'il eut fini de regarder l'escorte s'en aller, il constata que l'individu qu'il avait appelé était face à lui, un oeil posé sur son compagnon au pelage d'argent.

Mon compagnon vous importune? Il ne vous attaquera pas...

L'homme ne semblait pas convaincu par ce que Lumen lui avait dit, mais il était certain que son compagnon ne l'aurait pas attaqué, du moins pas sans provocation de sa part ou suite à un ordre de son maître. L'individu redressa son regard en direction de Lumen et lui confia quelques informations qu'il est toujours bon de savoir dans le monde des Hommes.

Maitre Ermite, permettez-moi de vous faire savoir que vous aviez encore, il y a quelques instants, l’une des personnes les plus importantes de l’Empire devant vous, si ce n’est d’Armanda… Je parle de l’Empereur bien évidement... Je suis désolé de ne pas pouvoir vous aider, je ne suis venu ici que trois fois, et ce ne fut que pour rester cloitré dans la Cour Ducale. Néanmoins j’insiste à vous prêter assistance et vous aider à trouver votre laboratoire.

Le destin ne semblait pas vouloir s'interposer avec les plans de Lumen, l'homme avait accepté, malgré sa connaissance peu poussée des lieux, de l'aider à retrouver l'endroit qui avait accueilli Lumen par le passé. A ses côtés, une tension semblait se manifester entre le cheval de l'homme et le loup de l'ermite, l'animal n'avait rien mangé depuis le matin à cause du long chemin qu'ils avaient entreprit assez tôt pour atteindre Elena avant la nuit. Alléché, le loup fixait le cheval avec une envie malsaine au premier regard. Lumen ne pouvait se permettre de semer la panique dans la ville, à proximité des gardes et de perdre par la même occasion son guide rencontré il y a peu, il calma les ardeurs de son compagnon en déposant sur son front le plat de sa main et releva le regard pour croiser celui du canasson appeuré. Observant son visage effrayé, il vit la main de son cavalier s'y poser et l'apaiser calmement. Son chevaucheur n'avait pas acquis cette bête pour de simples desseins de transports, il y avait un certain lien entre les deux. Après avoir maîtrisé la peur de sa monture, il s'adressa de nouveau à l'homme qui lui faisait face.

Que diriez-vous de passer par des rues adjacentes ? Je crains les réactions des gens d’Elena et d’un excès de zèle de la part de la garde.

Le conseil était avisé, il vallait en effet mieux éviter les foules et attirer les regards, la compagnie d'un ermite devait être aussi dégradante pour l'homme que celle des humains pour Lumen. Plongeant une main dans un sac, il sortit une pièce de viande cru de petite taille et la donna au loup, s'en contentant faute d'avoir plus consistant. Lumen se tourna un peu et regarda en direction de la rue principale en face de la porte de la cité.

Très bien, nous couperons par les ruelles, d'autant qu'il me semble me souvenir que mon laboratoire était dissimulé parmi celles-ci. Je ne peux pas vous garantir le temps durant lequel vous me guiderez dans cette ville et je n'ai absolument rien à vous donner de précieux en échange de cette aide, cependant, sachez que vous avez toute ma reconnaissance aussi rarement distribuée soit-elle.

En l'espace d'une heure, Lumen avait fait abstraction de ses préjugés comme quoi tous les humains étaient les mêmes, il était prêt à accorder le bénéfice du doute et à en considérer quelques uns comme aimable. Une providence dont il n'avait pas eu droit depuis plusieurs années déjà, Lumen devait profiter de ce courant d'altruisme qui semblait émerger chez certains, même s'il n'était que ponctuel. Détournant son regard de la rue principale au profit d'une ruelle plus étroite, Lumen se dirigea à l'aveuglette dans le dédale que formaient les routes pavées de la cité d'Elena, priant le destin de le guider,lui et l'home qui le guidait, le plus rapidement possible vers les ruines de son ancien laboratoire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Un retour difficile. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Un retour difficile. [Libre] Un retour difficile. [Libre] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Un retour difficile. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [FB Deimos - Macaria] Un retour difficile.
» Un retour chaotique [libre]
» Retour au camp aprés une mise bas difficile
» Obama en chute libre ...
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-