Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Pacifisme et militarisme (Pv Inaël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Christan Weren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Commandant de l'armée

MessageSujet: Pacifisme et militarisme (Pv Inaël) Dim 16 Avr 2017 - 19:52

6 Juillet de l'An

Quand on avait demandé à Weren d'envoyer un de ses sergents et quelques uns des hommes de son régiment s'assurer d'une mission d'escorte jusqu'à Aldarien, il avait assez rapidement décidé de se porter volontaire pour y participer lui-même. Pour quelles raisons ? À la fois, car cela lui permettrait de ne pas perdre la main quant aux missions concernant une petite unité et non un régiment composé aux bats mots d'au moins un millier de soldats, mais aussi,car cela concernait des anciens théocrates. De ce qu'on lui avait dit un informateur aldariens qui avait infiltré un petit groupe d'anciens théocrates aujourd'hui reconvertis en bandits, enfin officiellement… Détenait des informations intéressantes, mais disons qu'avant qu'on ne puisse le récupérer les théocrates n'avaient pas été très tendres avec lui et que l'homme était totalement cinglé maintenant.

L'état Aldarien avait donc demandé à un cawr baptistrel qui se trouvait à Aldaria de guérir son agent devenu fou à cause de la douleur et le rhapsodien avait accepté. Dans les faits Weren se fichait bien que la rhapsodie se mêle de tout ceci, mais s'il pouvait faire en sorte qu'un groupe d'anciens théocrates se fasse démanteler, il ne dirait pas non… De plus, qui impliquait escorte impliquerait probablement des risques d'attaques et Christan ne refuserait sans doute pas de tuer quelques anciens supports de Vraorg le blanc. 

Car oui, le sans-cœur ne refuserait sûrement pas cette chance de faire couler le sang d'anciens serviteurs de cet infâme dragon blanc. Après ce que ce dernier avait fait à sa déesse, il ne pouvait pas accepter que ceux l'ayant servit sciemment s'en tirent à si bon compte. Néanmoins, il fallait avant tout accomplir la mission et c'est ainsi que la muraille arriva avec une dizaines de ses hommes, des aldariens et des alayiens dans une bourgade se situant à seulement trois jours d'Aldaria. La première chose qu'il fit en y arrivant vu de se diriger vers la tour de garde où ils devaient récupérer le prisonnier avant le début de l'escorte. Histoire de discuter des procédures avec le capitaine de la garde là-bas, mais aussi de récupérer au passage le rhapsodien qui était censé les accompagner. 

Ce dont Weren ce serait bien passé dans les faits, mais qu'il pouvait sans doute supporter. En dehors de cela et comme toujours l'alayien portait sur lui sa lourde armure de facture alayienne qui était depuis longtemps devenu une caractéristique de sa personne presque aussi connue à travers tout le continent que ce soit chez les hommes, les elfes ou les vampires que lui-même. Il la portait autant pour se tenir ainsi prêt à se battre en toutes circonstances qu'en se donnant ainsi des allures d'armures vivantes assez utiles en général pour se donner davantage de sérieux en tant qu'officier. Sur ce l'officier de la garde locale le reçut assez vite malgré le fait qu'il soit arrivé en avance, ainsi Weren fut introduit dans le bureau de ce dernier où et la gradé de la garde lui dit après l'avoir salué militairement, un salut que lui renvoya le commandant qui avait d'ailleurs eut la politesse de n'avoir aucune autre arme qu'une hachette sur lui.

« Veuillez m'en excuser commandant, mais comme vous êtes arrivés assez en avance la baptistrelle censée venir avec vous n'ait pas encore là. Je vais donc devoir vous demander de l'attendre un peu... » L'alayien s'apprêtait bien entendu à lui répondre de sa voix grave qu'il pouvait bien attendre, quand tout à coup la porte du bureau du capitaine qui avait sérieusement besoin d'être huilée se mit à grincer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inael Délisandre
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 1

Apprentie Baptistrelle

MessageSujet: Re: Pacifisme et militarisme (Pv Inaël) Mar 25 Avr 2017 - 22:27

Sur la demande d’Aramis, ne pouvant s’occuper d’une tel mission, Inael avait été conviée à la remplacer. Intimidée par la demande mais toujours prête à rendre service à son amie, elle avait accepté sans la moindre hésitation. Cette mission consisté à escorter un homme, apparement devenu fou, jusqu’a un confrère cawr dans le but d'être soigné. Cependant la chantebrise trop débordée, n’avait pas vraiment eu le temp de lui expliquer dans les détails de ce qu’elle devait y faire et confuse elle n'avait pas vraiment tout saisi. Ce qu’elle savait, c’était qu’elle devait se rendre dans une tour de garde non loin d’Aldaria pour y retrouver un commandant Alayien du nom de Christan Weren et escorté le malade pour qu'il soit soigné. Son rôle devait surement être de soigné les blessures légère qu'il avait et service de passerelle entre l'armée et son confrère chanteflamme.

Confuse, la jeune enwr ce dit que le commandant, aurait tout le temps de lui expliquer de manière approfondit l’ensemble de leur mission commune. Mais ce qu’elle ne savait pas c’était que ce guerrier au sang froid n’avais nullement l’intention de s’encombrer de sa présence et que celle-ci l’exaspérait déjà.

Le voyage jusqu’au lieu de rendez-vous se fit sans encombre, elle avait prévu suffisamment de vivre et n’était pas une grosse mangeuse, ce qui n’était pas pour déplaire à sa monture qui pouvait se régaler de ce qu’elle ne pouvait pas manger. Munit d’un sac léger contenant le stricte nécessaire, sa flute ainsi que son livre d’astronomie draconnique qu’elle ne quittait plus, elle arriva rapidement devant le lieux de rendez-vous. Confiant son cheval aux hommes en faction qui lui indiquère son chemin. Elle avait plusieurs heures d’avance et d’une nature peu social, ce n'était pas son genre de discuter avec les militaires en faction.

Se sachant tranquille sur les délais, elle profita de ce temps pour repérer les lieux et ainsi découvrir que le prisonnier qu’elle devait escorter se trouver bien ici et qu’elle avait rendez-vous d’ici deux bonnes heures avec la dirigeante de cette place forte. Pour ne pas perdre son temps et risqué de déranger par sa présence, elle partie se balader dans les prairies des alentours et se retrouva sur la branche d’un cyprès centenaire. Dans cette position qui lui rappelait sont enfance, la jeune elfe se mit à lire et fini comme à sont habitude par s’endormir.

Ce qui la sortit de son sommeil fut le vacarme d’un groupement militaire lourdement armé arrivant à la tour de garde. Ce n’était pas des gardes qui venait renforcer les troupes, leurs équipements était bien différent de ceux des soldats en faction dans ces lieux. C’était probablement les troupes du commandant Weren ce dit la jeune rapsodienne. Et après une absence légère, elle réalisa que cela signifiait qu’elle était probablement en retard. Prise d’un élan de panique, elle bondit de son perchoir pour arriver quelques mètres plus bas et rebondir tel un chat en s’empresser de rejoindre la tour de garde.

Passant à toute allure à travers les hommes devenu trop nombreux pour ce campement, ceux-ci n’apprécièrent guère d’être bousculé par une jeune fille, sans se rendre compte que cette dernière était une elfe. Et bien mécontent d’être bousculé, un des soldat décida de rattraper la jeune effronté pour lui donner une bonne correction. Courant à toute allure pour ne pas être en retard, Inael ne remarqua pas l’homme qui la poursuivait. Et c’est essoufflée qu’elle arriva devant le bureau du capitaine. Comme à son habitude elle commença à pousser délicatement la porte, lorsque bien en colère et tout aussi essoufflé par cette course le soldat sauta sur la jeune baptistrelle.

Dans un mouvement délicat et totalement inconscient, elle se déplace de quelque centimètres sur le coté et esquiva l’énorme masse qui lui fonçait dessus pour s’enfonçait brutalement contre la porte. Dans un vacarme assourdit de bois brisés et d’armure, la douce rhapsodienne apparu confuse et très étonnée devant cette situation.

“ Eu bonjour, vous devait être Inael Délisandre je suppose et… Et vous qui êtes vous ?” Demanda stoïquement la général à l’homme qui se trouvait au sol.

Déjà en train d’aider l’homme au sol qui était hébété, la petite demoiselle se releva à l’appelle de son nom et regarda les deux statures qu’elle avait en face d’elle et qu’elle n’avait pas dédaigné saluer. Priorité naturelle d’aider une personne blessée.

“Eu oui… c’est exact. Je suis… Eu… Inael Délisandre enwr de l’ordre baptistral envoyé par Amaris Thredë” murmura t’elle timidement et s’inclinant pour saluer ses vis à vis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christan Weren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Commandant de l'armée

MessageSujet: Re: Pacifisme et militarisme (Pv Inaël) Jeu 27 Avr 2017 - 7:40

Weren attendit donc calmement en réfléchissait à comment organiser cette escorte ou plutôt la formation de son unité pendant celle-ci, après tout les alayiens étaient très disciplinés et comme toute armée discipliné, c'était la manière dont leur commandant tiré parti d'eux qui faisait leur efficacité. La discipline était d'ailleurs une qualité qu'il tâchait de transmettre aux aldariens faisant partie de son régiment, après tout Weren était très attaché à sa manière aux méthodes guerrières de son peuple.

Néanmoins, il n'eut pas vraiment trop le temps d'achever cette réflexion que tout à coup, la porte du bureau après avoir commencée à s'ouvrir doucement même si bruyamment, vola en éclats. Weren vit dans l'encadrement de la porte l'enwr baptistrelle, une elfe qui allait les accompagner. Et un de ses hommes se trouvant à terre pour Christan ne savait quelle raison…

« C'est Denis Druissen un de mes soldats, une récente recrue parmi les arbalétriers. » Répondit Weren de sa voix grave au capitaine de la garde quand celui-ci posa des questions, juste après Christan fit un geste clair à son soldat quand celui-ci eut finit de relever pour lui dire de prendre congé et peut-être que le commandant ne s'intéresserait pas trop à son cas. En dehors du possible remboursement de cette porte bien entendu. Inutile d'expliquer que le principal concerné par le geste du commandant ne s'attarda pas trop, visiblement Weren était un officier à la discipline sévère...

« Christan Weren. » Répondit sinon l'alayien avec une voix grave qui sonnait très guerrière à l'elfe lorsque celle-ci se présenta timidement. L'alayien assit sur une chaise solide étant donné qu'il était engoncé dans sa lourde armure de plaques complètes regarda l'elfe quelques instants en se demandant ce que cette gamine faisait ici. Qu'importe que cette gamine ait un siècle ou deux, en tant que bon alayien à ses yeux l'âge elfique ne voulait tellement rien dire qu'il s'en fichait royalement. Mais bon, il supposa qu'il pourrait la supporter tant qu'elle ne ferait pas la démonstration d'un immense et irritant ego.

« Bon. » Reprit le capitaine de la garde avec réflexion, ce avant d'ajouter. « Étant donné que vous connaissez les détails principaux de cette mission, je suppose qu'en dehors d'une concertation entre vous, je peux toujours répondre à quelques-unes de vos questions si vous en avez. » Weren pour sa part demande simplement de sa voix grave.

« A quel point le dément que nous devons escorter est un cas sévère ? » Ce qui fut suivit par une simple réponse. « C'est le genre d'homme dans un état d'un calme catatonique la plupart du temps, mais qui peut décider à n'importe quel instant de vous sauter à la gorge, heureusement pour ceux qui l'ont récupérés il n'est pas très musclé et je suppose que pour votre part cela posera encore moins de problèmes. » Précisa l'officier en regardant quelques instants le commandant, à croire que cela impressionnait toujours plus ou moins tout un chacun de voir la musculature de Weren. Ou bien faisait-il référence au fait qu'il semblait presque intuable au vu de la quantité d'acier qu'il portait, pour sa part Weren savait fort bien que rien n'était invincible en ce monde, mais il est vrai qu'il appréciait le côté intimidant de son épaisse armure.

« Et vous dame Inaël ? Avez-vous des questions ? » Demanda finalement le capitaine, ce alors que Weren pour sa part réfléchissait déjà la suite et surtout comment faire un bon accueil aux anciens théocrates qui voudraient récupérer le fou, après tout, il fallait traiter ces derniers avec la bonté et la miséricorde qu'ils méritaient, c'est-à-dire aucune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inael Délisandre
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 1

Apprentie Baptistrelle

MessageSujet: Re: Pacifisme et militarisme (Pv Inaël) Jeu 4 Mai 2017 - 16:57

Une fois l'homme sortit de la pièce, leur réunion pouvait commencer. Mais à son arrivé Inael n’avait pas réellement fait attention à l’allure des deux personnes qu’elle avait en face d’elle. Ce qui l’avait le plus préoccupé, c’était cette homme qui s’était effondré contre la porte qu’elle avait l’intention d’ouvrir. L'homme désormais partit et ce moment de flottement terminé, elle observa attentivement la pièce et ces occupants. C’était une grande salle de réunion, plutôt mal éclairée, remplit d’arme et de plans de batailles, de livre sur l’art de la guerre et d’autre feuilles amoncelées au quatre coins de ce cloaque. Elle ne se sentait pas à sa place cependant sa présence douce avait quelque chose de très paradoxale dans un endroit comme celui-ci. Elle ressemblait à un petit soleil fragile au milieu des ténèbres de l'espace. Rien dans cette endroit n’était accueillant et encore moins ces deux personnes assises stoïquement dans leurs chaises.

Bizarrement Inael constata que celle de Christan Weren semblait supporter difficilement sont poids ce qui l'a fit sourire légèrement. Cette homme en armure complète munit d’un heaume imposant lui recouvrant tout le visage, avait une présence qui pouvait sans difficulté terrifier le moindre soldat sur un champ de bataille. La jeune enwr quant à elle n'était pas vraiment impressionnait, elle savait que dans cette armure se trouvait un homme. Et visiblement, s’il n’ôtait pas son casque pour se sentir plus à l'aise en présence d’une personne aussi important que la général, cela monter que malgré la sécurité il devait ressentir une profonde peur permanente. Sans cette armure sa nature fragile d’être humain devait l’hanté et cette carapace sans failles était le reflet d’une personne comme les autres.

Ce qu'elle pensait, la jeune elfe se garda bien d’en informer Weren qui devait l’accompagnerait tout au loin du voyage. Et froisser un homme de son envergure sans même le connaitre aurait était stupide de sa part et pouvait s’avérer très dangereux. Leur voyage commun lui permettrait probablement d’en apprendre plus sur cette homme mystérieux et les raisons qui l'ont amener à s'emmurer vivant dans cette combinaison guerrière.

Après l’ouverture d’une discussion invitant Inael à poser des questions, elle patienta laissant la parole à Christan Weren. De plus sa timidité ne l’incitait pas à ouvrir le dialogue. Elle pu apprendre quelques détails sur l’hommes qu’ils allaient escorter mais ne comprenait toujours pas vraiment la situation dans son intégralité et il lui fallait obligatoirement poser des questions, au risque de passé pour une idiote. “ Est-il possible de me donner plus d’explication sur cette mission... Comment avez-vous récupérait cette homme et comment c'est-il retrouver dans une tel situation. Savez-vous qui il est et qu'elle est mon rôle dans tout ceci... Appart... Faire la passerelle entre le monde militaire et l'ordre rhapsodies ? Ma maitresse... étant très prise au moment de notre entretient… Je ne sais pas grand chose de cette mission… Je devais me rendre ici et …” Elle n’osait pas vraiment montrer qu’elle n’avait pas voulu dérangé Aramis ce qui avait pour conséquence de retarder leur départ. Et maintenant elle se retrouvait devant deux inconnus, bien plus froid que la chantebrise. Et à nouveau elle ne voulait pas vraiment faire perdre de temps à ces militaires toujours si pressé. Elle aurait peut-être du insisté plus auprès de la son amie mais maintenant il était trop tard et c’était à eux quelle devait demander des informations.

Je vous demande pardon pour mon ignorance mais il me faut impérativement comprendre mon rôle pour pouvoir vous être utile général Weren” Elle était droite comme un “i” lorsqu’elle prononçait ces mots le plus solennellement possible. La petit elfe sentait ses jambes peinaient à supporter la pression qu’elle venait de s’infliger par cette demande. Elle n’en était pas pour autant décider à abandonner sa mission, elle devait être fière de représenter l’ordre pour lequel elle s’était vouée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christan Weren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Commandant de l'armée

MessageSujet: Re: Pacifisme et militarisme (Pv Inaël) Jeu 4 Mai 2017 - 17:55

En vérité, Christan avait hâte de commencer cette mission, ainsi il en aurait rapidement terminé. Mais d'abord il fallait attendre que le capitaine de la garde ici présent finisse de leurs confier les informations concernant cette opération. Ensuite, il ne resterait au capitaine qu'à espérer que son supérieur le haut gradé Weren saurait faire les choses au mieux. Ce dont ce dernier ne doutait pas le moins du monde dans les faits, ce n'était pas après tout comme si la mission était spécialement difficile. Le jour où il avait dû porter la moitié de l'épée astrale malgré de terribles blessures à Fabius Kohan pour que celui-ci puisse pourfendre Vraorg et ainsi débarrasser le continent de ce tyran, là il avait accomplit quelque chose de difficile, à côté le fait d'escorter un taré était une mission de routine.

Et dans les faits, la seule chose qui casserait sans doute la monotonie de tout ceci, ce serait probablement quand des théocrates les attaqueraient sur la route pour récupérer le fou. Si ces derniers attaquaient bien entendu. Quant à l'elfe qui l'accompagnerait, elle serait probablement ennuyeuse, mais il pouvait faire avec. Surtout qu'elle n'avait pas forcément l'air aussi arrogante que beaucoup d'autres elfes qui se croyaient supérieurs à tous alors qu'au final ils étaient tout à fait capables de mourir de façon douloureuse et violente comme lui l'avait vu à de nombreuses reprises au cours des dernières années, ce qui déjà était un bon point.

De toute manière, il se disait qu'elle ne devait sans doute rien y connaître quant au déroulement d'une telle mission, car il fallait le dire c'était une civile… Et une civile qui ne manquait visiblement pas de questions à poser. Des questions auxquelles le capitaine de la garde répondit avec calme.

« Tout à fait, je peux vous faire part de plus de détails concernant cette mission jeune dame, comme j'en ai fais part à mon supérieur le commandant Weren il y a peu de temps. » Pourquoi le capitaine prenait-il la peine de préciser que c'était Weren le plus haut gradé ici ? Probablement car il devait se dire qu'en tant que civile elle ne devait pas s'y connaître en grade et qu'il vaudrait mieux le préciser pour qu'elle ne s'y perde pas, ce qui devait être vrai. Christan se disait néanmoins que ce serait bien le minimum de connaître les grades qu'il y a à l'armée, surtout qu'il n'y en avait pas tant que ça. Le grade le plus haut était général, celui juste en dessous commandant, puis ensuite capitaine, lieutenant, sergent, caporal et homme de rang… Ce n'était pas compliqué pourtant. Surtout que les elfes n'avaient pas un système très différent de celui des humains de ce qu'il savait.

Dans tout les cas Weren était en effet ce que l'on pouvait appeler un haut officier, pas un simple troufion donc, mais il était en plus un héros de guerre dont elle avait probablement dû entendre parler. Même si pas forcément en bien étant donné qu'il avait été dans l'armée alayienne lors de l'invasion, néanmoins il s'était fait aussi connaître en se battant au sein du protectorat contre la théocratie et il s'était ainsi bâtit une réputation de bravoure et de grand guerrier qui lui valait beaucoup de respect, ce même parmi ceux qui le détestaient. Dans les faits, il était donc une figure célèbre chez tout les peuples et probablement l'équivalent d'une légende vivante chez les hommes. Peut-être aussi parce qu'il était connu pour avoir défier un dragon en combat singulier et avoir été vaincu deux fois par ce dernier. Et le simple fait d'avoir oser faire cela était déjà la preuve d'un immense courage. Certains diraient d'un tempérament suicidaire, mais Weren pour sa part considérait qu'il valait mieux se battre que de plier face à l'adversité.

« Cet homme était un agent aldarien qui avait infiltré un groupuscule théocrate qui sévissait dans les environs dans le but d'en apprendre le plus possible sur eux, mais nous avons dû le récupérer en urgence quand nous avons appris que son identité était compromise... » Expliqua donc le capitaine et alors que ce dernier réfléchissait à quoi répondre quant au rôle de l'elfe, Weren répondit à sa place pour dire les choses franchement.

« Ton rôle ? T'assurer qu'il reste en vie si jamais il devait être blessé par exemple. Quant au reste, je suppose que l'on as quand même pris la peine de te l'expliquer avant de t'envoyer ici ? » Après tout, il supposait que les baptistrels étaient du genre à expliquer ce genre de choses, mais bon à défaut d'en être et certain il se contenta d'ajouter avec professionnalisme. « Ton rôle sera aussi de t'assurer que l'homme que nous allons escorter ne s'énerve pas trop ou ne névrose pas, sinon je devrais le calmer d'une manière bien moins plaisante pour lui. » Autant être clair à ce sujet après tout. Weren était là pour faire son travail, non pour jouer les nounous.

C'était quand même ironique d'ailleurs qu'il se retrouve à faire cela aujourd'hui alors qu'il y a moins de 2 ans il se battait contre les théocrates à Sandur, mais telle était la paix et pour sa part Weren savait que son devoir était autant de faire la guerre impitoyablement contre les ennemis de sa cause que d'assurer le maintien de la paix lorsque le sang ne devait pas couler. De plus, il préférait faire une mission de routine comme celle-ci que de rester à la caserne à simplement superviser l'entraînement des troupes et remplir de la paperasse.

« Il n'y a rien à pardonner, tu cherches à faire ton travail. » Ajouta sinon le commandant de sa voix grave à l'égard de l'elfe, visiblement il était un homme assez dur, mais pas forcément injuste et sur ce il poursuivit avec un grand sérieux. « Ne t'inquiète pas de ton utilité, tâche de faire ce que je te dis et crois moi tu auras fait de ton mieux. » C'était en vérité la manière diplomatique de lui demander de se tenir à carreaux, après tout même si Weren avait un immense talent pour parler avec autant de subtilité qu'un coup de marteau de guerre en pleine trogne, il était capable de se tempérer quand il s'agissait de traiter avec ce qui lui semblait être une civile. Après tout ces derniers n'avaient pas tendance à avoir la force de caractère d'un militaire ou même la discipline. « D'autres questions ? » Conclut-il sinon gravement, visiblement le capitaine non loin semblait soulager que Weren ait prit la relève, peut-être parce que toutes ces histoires lui pesaient sur les nerfs et qu'il était content de pouvoir déléguer la responsabilité de l'autre cinglé à quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inael Délisandre
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
0/10  (0/10)
Xp disponibles: 1

Apprentie Baptistrelle

MessageSujet: Re: Pacifisme et militarisme (Pv Inaël) Mar 16 Mai 2017 - 14:57

Très solennelle, la jeune elfe attendait les informations de mission. C’est alors que le capitaine de la garde répondit positivement à sa requête en proposant de lui faire part des détails global qu’il avait déjà fait parvenir à son supérieur le commandant Weren. Pourquoi cette précision se dit-elle les hommes sont tous des hommes après tout. Il naisse faible et meurs comme chaque chose de ce monde et pour Inael cela ne fait aucune différence. C’était probablement la seul chose qu’elle regrettait dans l’ordre rhapsodien d’ailleurs, l’interdiction d’investir la bibliothèque céleste à sa guise avec la surveillance bien entendu d’une érudit plus expérimentait. Elle avait déjà fait l’expérience d’ouvrir un livre maudit et ne souhaitait pas remettre sa vie en danger pour le savoir. Cependant toutes ces interdits et ces hiérarchies l’ennuyée au plus au point. Cela n’avait rien de très saint mais si les hommes et les peuples aimé être guider part quelqu’un elle n’en avait que faire.

Et depuis si longtemps absorbé par les livres et désintéresser des violences de ce monde elle n’était nullement informé sur ce commandant Weren et cela ne l’important pas réellement. Si celui-ci était de bonne compagnie et susceptible de lui permettre un agréable voyage et une découverte de chose nouvelle est agréable, elle ne disait pas non. Rendre service à Aramis était cependant sa priorité. “ Je comprend donc mieux, un de vos hommes en infiltration à était découvert et se retrouve maintenant dans une situation ou les informations qu’il détient sont inutilisables. Vous souhaitait donc l’aide d’un Cawr pour le sortir de son état et ainsi récupérer ces informations” répondit-elle avec une voix douce et apaisante.

Pauvre homme cela dit, sont sort ne tenais probablement que sur les seuls informations qu’il possédait. Sa vie ne valait pas plus que ça à leur yeux, seul la victoire contre leur ennemis était la priorité. Mais elle n’était pas la pour faire la moral sur la guerre, la seul chose qui lui importait vraiment c’était la paix profonde et ce genre de comportement ne prouvait pas vraiment une envie de paix mais plus de faire couler le sang et ainsi être débarrasser. Les théocrates étaient pour eux des limaces dans leurs champs qu’il cherchait à éliminer avec la technique la plus efficace. Un léger pincement au coeur la pris à cette instant. De part son aide et celle de son confrère, la vie d’homme pouvait disparaitre… Car avant d’être des ennemis c’était sans aucun doute des être vivants.

“Je… Je ferais tout ce que je peux pour que cette homme soit le plus calme possible et ne dérange pas notre voyage…” Cette prise de conscience rendait la joie naturelle de la jeune fille bien faible en cette instant. Elle espérait contre toute attente que les informations que détenait l’affligé soit légère et permette une raidission calme et pacifique.

Le commandant Weren ajouta à la suite de ça une phrase simple qui émue Inael. Cette homme en apparence froid avait bien un coeur qui battait dans son armure. À sa manière il essayait de rassurer la jeune elfe qui semblait clairement n’avoir pas sa place dans cette univers de souffrance. “ Je ferais de mon mieux tant que cela ne déroge pas à mon serment Commandant” Calmement elle ajouta qu’elle n’avait pas d’autre question d’un geste de la tête et attendit pour sortir de la tour. Cette attente traduisait une forme de respect en vers chaque personne, même le plus froid de tout les êtres n’était pas insensible au respect qu’on pouvait lui accordait. Cela flatter l’égo des vivants et Inael n’était clairement pas du genre à prendre la tête des opérations. Même si elle était une cawr ou un être hésiter elle aimerait toujours respecter les gens qu’elle croise pour disséminer à sa manière un peut de bonheur et d’estime aux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christan Weren
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
5/10  (5/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Commandant de l'armée

MessageSujet: Re: Pacifisme et militarisme (Pv Inaël) Jeu 18 Mai 2017 - 7:47

Les théocrates... Décidément, ces chiens étaient durs à tuer, mais soit. Ils arriveraient bien un jour ou l'autre à totalement effacer cette menace de la surface d'Armanda. Ces disciples du dragon blasphémateur qui avait voulu devenir un dieu tout puissant et qui avait volé les pouvoirs du Néant le premier des esprits créateurs. Ce dragon blasphémateur dont il avait contribué à la mort en portant l'épée astrale à Fabius Kohan pour qu'elle soit refaçonnée. Une bien amère satisfaction quant à on savait qu'à cause de Vraorg le blanc, Néant l'origine de toute chose à ses yeux était morte.

Une perte qui avait affligée l'alayien qu'il était, mais au final il s'en était malgré tout relevé. Il avait survécu à bien trop de malheurs, de cataclysmes et vécu trop d'épreuves douloureuses, mais remplies d'enseignements pour simplement rester à terre et laisser tomber. Non, des êtres de toutes sortes avaient périt lors de la dernière guerre, que ce soit des vampires, des dragons, des elfes et des humains, mais lui il avait survécu, toujours là pour faire face à l'adversité avec toute la force de sa volonté.

Et depuis... Il pensait maintenant avoir compris le sens de la véritable volonté du Néant et ce qu'elle voulait dire dans ses dernières paroles par le fait que les anciens disciples de cette dernière devaient maintenant choisir leur propre voie. Weren avait choisit la sienne, il serait l’héritier de la parole du Néant, la véritable, celle qui avait dédiée un amour infini au genre humain car il était le peuple qui la représentait le mieux. Et les vermines comme les théocrates qui avaient insultés cette dernière devaient tout simplement être purgés. Les ennemis de l'homme devaient périr… Comme un peuple qui pouvait après tout tant accomplir et ce sans magie comme les témoignait les prouesses de l'alayia d'antan, pouvait-il tolérer que l'on lui impose quoi que ce soit ? Ce n'était pas acceptable.

Il pensait voir clair maintenant et que si Néant avait choisit l'humanité à l'origine, c'était bien car cette dernière avait quelque chose de particulier qui avait plu au premier de tous les esprits. Oh, bien entendu cela ne voulait pas dire que les non-humains même s'il ne les aimait pas fondamentalement n'avait pas de place dans cet avenir, mais il faudrait se tenir prêt si jamais les vampires reprenaient goût à terme pour l'esclavagisme. Quant aux elfes, il faudrait déjà voir si à terme ce peuple n'allait pas disparaître, Weren ne comptait rien faire pour aider à cette disparition, mais il sentait lui aussi que ce peuple risquait sur le long terme de n'être plus tout simplement qu'un souvenir si rien n'était fait. Au final, la seule race prospérant comme toujours était la race humaine, est-ce que la paix permettrait aux autres peuples de prospérer eux aussi et de se relever ? Peut-être, mais Weren distinguait déjà l'avenir de son peuple et ce qu'avait désiré Néant pour lui. Mais cet avenir était fait de petites choses… Et surtout prendrait du temps à s'accomplir.

Mais bon... Si cela se trouve, les théocrates n'oseront même pas s'en prendre à eux lors de cette escorte.

Christan resta d'ailleurs silencieux quand l'elfe finit par comprendre ce qu'on attendait d'elle, en effet on voulait que l'espion soit guérit pour que les informations qu'il avait obtenu soit à nouveau utilisables, mais aussi pour qu'il soit guérit tout bonnement. On ne laissait pas un serviteur de l'empire derrière après tout, surtout un qui avait accomplit son devoir. Christan pour sa part ferait en sorte qu'il survive

Et Weren se contenta d’acquiescer tout simplement avec professionnalisme quand elle confirma qu'elle ferait tout son possible pour que ce voyage ne soit pas trop agité. Bien, faire son devoir était bien le minimum demandé après tout. Il ne manquerait plus qu'elle ne soit pas un temple de stupidité et d'arrogance comme certains elfes qu'il avait rencontré (à croire que c'était des défauts universellement partagés par tous les peuples) et cela serait pour le mieux.

« Je ne vais pas te demander quoi que ce soit qui déroge à ton serment rhapsodienne. » Se contenta-t-il sinon de répondre fermement et étant donné que la réunion était terminée, Weren sortit donc du bureau suivit par l'elfe pour rejoindre des hommes à l'extérieur. Elle pouvait voir que l'homme qu'ils devaient escorter était déjà là, surveillé par deux hommes et menottés aux bras et aux jambes. Il n'était pas ligoté comme on le ferait pour un tigre, mais quelques mesures avaient été prises pour qu'il ne soit pas dangereux s'il s’énervait. Le commandant d'un geste intima aux deux hommes de mener le fou au chariot sur lequel il serait assit pour ce voyage et de le surveiller. Weren pour sa part ne manqua pas de monter sur un cheval caparaçonné sur lequel il voyagerait non loin du chariot militaire. Lorsque tout fut en place dont et tout le monde prêt, le commanda ordonna le début du voyage.

Celui-ci débuta donc et ils ne tardèrent guère à sortir des murs d'enceinte de la bourgade, Weren remarqua que les environs proches de la cité étaient calmes, ce qui était normal, il finit donc par ordonner lorsqu'ils furent hors de portée de vue des dits murs.

« Nous allons couper par les bois. » Après tout, si on leur tendait une embuscade ce serait certainement sur une route, de plus Weren et ses hommes seraient avantagés en combat dans un endroit remplie de couverts comme un bois. Bon, dans les faits il n'auraient pas craint grand-chose même sur une route, mais autant ne pas trop risquer la vie du prisonnier et de l'elfe vu qu'ils n'avaient pas d'armures, il préférait donc couper par le bois. Quitte à devoir mettre un peu plus de temps pour rejoindre Aldaria.

Ainsi, des heures passèrent sans que rien ne se passe, puis ils finirent par entendre des aboiements. Quoi encore ? Weren devina que ça ne les concernaient pas directement et conclut que ça devait être soit les chiens de chasse d'un seigneur ou les restes de chiens sauvages qui continuaient à rôder depuis la fin de la dernière guerre, mais ce qui le poussa à s'y intéresser ce fut un cri de peur d'origine humaine qu'il entendit… 

Voyant que ça représenterait un faible contre-temps d'aller voir ce que c'était, le commandant ordonna donc un détour pour aller vérifier ce qui se passait et possiblement porter secours à un/des civil(s) en danger. Après tout, c'était aussi la tâche de l'armée de maintenir l'ordre d'une certaine manière. De plus, s'échauffer un peu ne ferait pas de mal aux hommes, car des chiens sauvages n'étaient pas une menace pour des militaires bien équipés, leurs crocs ne pouvant guère percer des plates d'acier ou de la maille de bonne qualité. Les faire fuir ou les abattre s'ils avaient la rage ne serait donc guère difficile.

Surtout qu'il valait mieux s'occuper de cela maintenant que de laisser possiblement ces sales cabots les enquiquiner tout à l'heure en les attaquant en premier et possiblement au pire moment... Weren s'y connaissait bien trop après tout en mauvaise surprise pour écarter cette possibilité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Pacifisme et militarisme (Pv Inaël)

Revenir en haut Aller en bas

Pacifisme et militarisme (Pv Inaël)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Pacifisme?
» Dany Laferriere ,un ecrivain haitien de Montreal a la table d'honneur
» Les Intellectuels ne sont pas responsables de 200 ans de populisme-militariste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autres villes et villages-