Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Société Humaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Orfraie Ataliel
Orfraie Ataliel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
Société Humaine Left_bar_bleue6/10Société Humaine Empty_bar_bleue  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

Société Humaine Empty
MessageSujet: Société Humaine Société Humaine Icon_minitimeLun 13 Fév 2017 - 20:49

Société Humaine


Le peuple humain est organisé en une société de type impériale médiévale et se répartit en de nombreux villages de petites ou moyennes tailles, entre une petite dizaine d’habitants et une centaine, allant parfois jusqu’à deux cent dans les bourgades réellement développées ; ainsi qu’en quelques grandes villes concentrant un quart de la population totale de la race. Ils sont sédentaires et possèdent une strate sociale extrêmement bien établie qui régit leurs vies au quotidien, au travers du respect d’une hiérarchie jugulant les libertés de chacun. En effet, la société humaine se décompose en trois grands rangs : Petit-peuple, Bourgeoisie, Noblesse.

Le petit-peuple représente la majorité de la race, réunissant les plus humbles individus, la presque intégralité des campagnes ainsi que des premiers cercles des villes. Cette classe sociale comprend les individus au service de la noblesse : fermiers, éleveurs, serviteurs, la majorité des artisans, les gardes et soldats… Ils sont pauvres et vivent souvent difficilement. Ce sont également les premières victimes en cas de conflit ou de catastrophe naturelle comme les famines.

La bourgeoisie représente une part appréciable de la race, réunissant des individus ayant une certaine aisance matérielle qui leur permet une meilleure vie. Ils vivent en partie à la campagne et en partie en ville, dans des quartiers intermédiaires et aisés, au-dessus de ceux du petit-peuple. Ils sont en général à leur compte et possèdent des valeurs matérielles. Parfois, ils peuvent même s’avérer plus riches que les nobles et ont un poids certain dans la vie de la ville ou du village. Ce sont des maîtres artisans, des marchands ou des soldats élevés dans la hiérarchie.

La noblesse représente une minorité de la race, réunissant les individus de hauts rangs ayant une grande aisance matérielle le plus souvent et un impact de poids sur la vie de la société. Ils vivent pour la plupart dans les grandes villes ou dans des châteaux et des domaines privés et propres. Le travail n’est pas toujours leur apanage, mais lorsqu’ils en ont un, ils sont souvent à la cour, qu’elle soit de duché ou impériale à Gloria, ou dans l’armée et les plus prestigieuses institutions. Parfois cependant il arrive qu’ils dilapident les biens de leur famille et se retrouvent alors en situation délicate.

Ces classes sociales sont assez imperméables, au sens où il est souvent difficile de s’élever vers les strates de la noblesse, qu’elle soit haute ou petite, car l’individu qui le désir est très souvent mal vu et dédaigné : Un parvenu. Pourtant il est des cas d’ascension sociale importante, souvent au sein de l’armée mais parfois en dehors de celle-ci. Il s’agit souvent de promotions motivées par la famille impériale ou les grands seigneurs. De même les libertés sont souvent égales au rang social. Les nobles pourront toujours se permettre plus de libertés que le bas peuple. Il y a cependant des incontournables qui s’appliquent à tous (voir le topic justice ici).

Gouvernement : Chacun des deux empire humain est gouverné par un Empereur, autorité suprême qui ne répond de ses actes à personne. Lui et sa famille vivent à Gloria/Aldaria et sont placés au-dessus de tout, recevant les hommages et gouvernant les villes les plus développées autant que beaucoup de villes et villages plus humbles du fait de ses rangs fournis. Cette famille impériale, les Kohan, est au pouvoir depuis l’établissement des humains en Armanda. C’est l’Empereur qui décide de tout au travers de ses représentants autant que par lui-même. Tous lui rendent des comptes.
Représentants de l’Empereur, les ducs et grands seigneurs se chargent des villes les plus étendues mis à part Gloria, Et Aldaria et font partis du conseil du souverain, qui comprend également les hauts dignitaires tels que l’intendant, les généraux, amiraux… Ils aident à la prise de décision et font état de leurs avancées et de leurs décisions par grands thèmes. Ils forment également le noyau de la cour impériale tout en en ayant chacun une, de moindre importance.
La noblesse dispose du petit-peuple, qui est à son service, mais entretient une relation plus harmonieuse avec la bourgeoisie qui forme l’élan économique de la nation. Il est à noter aussi que le peuple humain n'est nullement autarcique.

+ Suite aux derniers années les peuples alayiens, et glacernois ce sont fondus dans les deux grandes empires Humains armandéens.

La famille


Les humains tiennent la microsphère familiale en haute estime, pas autant que les elfes certes et pourtant elle reste d’une importance primordiale. C’est la famille qui définit souvent la vie que mènent ses membres, et c’est également elle qui donne la base de l’identification de l’individu dans la société humaine. Elle est donc extrêmement importante.

Le modèle familiale humain est celui d’une famille de type patriarcale, c’est-à-dire dirigée par le père et les membres masculins de la famille dans l’ordre de prétention. C’est le père qui prend les décisions et celles-ci sont irréfutables que le reste de la famille les approuve ou non. Il décide des mariages, de la politique familiale… Bref il est le chef incontesté. C’est également lui qui pourvoie aux besoins des siens la majorité du temps. Lorsqu’il n’est plus là, ce sont ses frères qui prennent le relais, ou si il n’y en a aucun, le fils aîné, qui le représente alors. La mère est secondaire bien qu’ayant un rôle important : c’est elle qui veille à la tenue de la maison, à la santé de son époux et de ses enfants. Dans les familles bourgeoises c’est également souvent elle qui tient les cordons de la bourse et s’occupe de gérer les dépenses. Chez les nobles, elle a le titre de maîtresse de maison et organise les festivités, les déjeuners et autres mondanités et peut être membre de la cour ducale ou royale, parfois même dame de compagnie d’une Kohan.

Malgré cette hiérarchisation plutôt fermée les sentiments familiaux et l’affection sont bel et bien présents, surtout chez les petites gens. Les mariages étant arrangés la majorité du temps il est rare que l’époux et l’épouse entretiennent directement après les noces une quelconque affection, celle-ci a tendance à se développer avec le temps et est souvent scellée par la naissance du premier enfant. Il en va de même pour la noblesse, bien que l’affection ne soit pas aussi présente et se trouve un sujet bien trivial au regard des alliances nouées par les unions. Les enfants en revanche aiment leurs parents et à juste titre. Les garçons seront toujours plus appréciés que les filles en raison du maintien de la lignée tandis que ces dernières seront des prospects pour agrandir les richesses ou simplement s’élever un peu dans la hiérarchie humaine.

L’éducation est, à ce titre, très importante et varie énormément d’une famille à l’autre. Elle est adaptée à la famille selon de nombreux critères dont le premier est bien sûr le rang social. Une famille du bas peuple ne pourra donner une bonne éducation à ses enfants. Ils ne sauront certainement pas lire et écrire, parfois simplement compter, n’auront guère de connaissances sur le monde et son histoire ou sa géographie. Une famille de la noblesse en revanche donnera la meilleure éducation possible à ses rejetons afin qu’ils puissent faire honneur et réussir leurs vies. Un second critère est celui de l’activité familiale. Un enfant de marchand se verra certainement apprendre tout ce qu’il a besoin de savoir pour reprendre l’affaire de son père tandis qu’un fils de soldat se verra entraîné aux armes afin d’entrer à son tour dans l’armée.
Il est également évident qu’en fonction de la classe sociale, le précepteur sera différent. Le bas peuple éduque lui-même ses enfants tandis que les nobles ont des professeurs et des précepteurs souvent privés et ne s’occupant que d’eux.

Cas particulier : Glacernois

Les glacernois divergent un peu dans leur façon d'aborder la famille. Étant donné qu'à leurs yeux les femmes et les hommes sont égaux, les familles peuvent également être matriarcales, et les filles hériter par exemple d'un titre de noblesse masculin. Il n'est pas rare de voir des 'seigneurs' féminins. Dans la même veine, l'héritage et l'attribution des rôles dans la cité et l'armée se font par le mérite uniquement, effaçant les différences de classes sociales. Un effacement des classes se retrouvant dans l'éducation, la même offerte à tous, autant que possible.
A noter également que la grande majorité des glacernois font partie de l'armée, mais qu'ils apprennent un second métier, dit métier civil, afin de participer à la vie de la cité lorsqu'ils ne sont pas en chasse.

Cas particulier : Alayiens

Les alayiens pour leurs part sont bien moins patriarcals que les armandéens, car ils se basent davantage sur les hauts faits militaires, et les accomplissements d'un individu pour juger de sa valeur. Les alayiens ainsi sont rarement gênés par le fait d'être sous le commandement d'une femme, à condition que cette dernière ait prouvé sa valeur auparavant. Néanmoins les hommes restent souvent plus nombreux à ce genre de poste, mais il est donc tout à fait possible pour une alayienne de recevoir considération, et respect si elle s'en montre digne. Et étant donné que la majorité des alayiens étant sur Armanda étaient d'anciens, ou sont des militaires. Il n'est pas rare que les femmes alayiennes aussi soient dans l'armée, de ce fait les femmes alayiennes sont a peu près égales aux hommes alayiens.

Moeurs


L’éducation mais également le bain culturel dans lequel sont plongés les humains depuis la naissance et jusqu’à la mort conditionne beaucoup de réactions et de façons de penser qui, sans être standardisées, sont cependant rependue et générales. Il est évident que des singularités existent dans tous les peuples, mais cela reste l’exception concernant certains points importants listés ici. Ces idées et modes de pensées sont issus autant de l’expérience et de la transmission générale que de la condition humaine et du temps passé.

Rapport aux relations interraciales

Une relation amoureuse avec un elfe ou un vampire est vu différemment selon les ethnies humaines. Elles sont extrêmement rares et provoquent souvent de l'étonnement et des ragots dans l’entourage plus ou moins direct. On considère les individus ayant ce genre de relation comme étant à part ou sous un sort quelconque. Les humains auront tendance à réagir néanmoins de diverses manières au sujet de ces couple. Et cela dépend en grande partie de la relation en question. Ils verront toujours mieux une relation avec un elfe, car cela représente tout de même un certain ‘honneur’ que de voir un simple mortel choisit par l’une de ces créatures magnifiques et magiques. On sera donc bien moins virulent à l’égard d’un elfe bien que l'étonnement soit bien présent. Pour un vampire cependant, les choses seront toutes autres et cela dégoûtera nombre d'humains que ce genre de couples, et attirera souvent leurs mépris même de la part de pas mal d'humains ouverts d'esprit qui auront du mal à se départir du malaise que provoquent presque systématiquement les vampires... En effet, les vampires étant encore facilement perçu comme des monstres et des cauchemars sanglants pour les humains il parait totalement impossible pour la majorité que l’on veuille entretenir (ou que l’on puisse entretenir) une relation amoureux avec eux. Les humains sujets à ce genre de ‘pratiques’ seront parfois même vus comme des déviants. Néanmoins encore une fois cela dépend en grande partie des ethnies humaines concernées.
Attention donc.

Néanmoins les amitiés avec des elfes peuvent être vu avec indifférence au pire pour leurs parts, mais seront souvent plutôt vu avec une certaine curiosité ou fascination, cela est encore soumit aux préjugés raciaux. Mais il n'est pas mal considéré par beaucoup humains d'être ami avec un elfe, cela paraît même être une certaine forme d'honneur pour une bonne partie d'entre-eux, tandis qu'être ami avec un vampire… Sera probablement supporté, mais probablement mal vu, ou engendrera la méfiance, les vampires étant considérés comme peu fiables souvent, et prompt à le tromperie et la manipulation ce dernier sera souvent source de méfiance pour les proches de la personne avec qui il s'est lié d'amitié. Ce tant qu'il n'aura pas prouvé sa fiabilité. Être ami avec un vampire n'est donc pas une chose habituelle, de même qu'avec un elfe et cela engendrera souvent des réactions plus, ou moins extrêmes en rapport avec ces amitiés.

Rapport au travail

Le travail est une chose extrêmement importante pour un humain, vitale même puisque c’est elle qui lui procure de quoi vive et un statut réel parmi ses pairs. Avoir un travail est donc une première reconnaissance chez les humains et souvent c’est ce qui différencie les individus des proscrits (mendiants ou vagabonds mal vus par les autres) et également ce qui différencie les enfants des adultes. Du moment où un enfant est capable de travailler, il sera vu différemment par la communauté.
Ce travail est souvent en rapport avec la classe sociale bien entendu, un membre du bas peuple ne sera pas conseiller impérial, mais également en rapport avec le lieu de vie, à savoir la campagne ou la ville ainsi que le genre de la personne : certains travaux sont uniquement masculins, d’autres uniquement féminins et certains sont mixtes. Il est donc rare de trouver une femme soldat mais pas rare du tout de voir une femme tisserande ou guérisseuse.
Un individu n’exerçant pas un travail ‘naturel’ pour lui sera regardé de travers par ses pairs, au moins jusqu’à ce qu’il ait fait ses preuves, bien qu’un homme sera souvent mieux perçu qu’une femme. Le travail est également un bon moyen pour les petites gens de pouvoir se hisser progressivement dans la strate sociale et passer du petit-peuple à la bourgeoisie. Avoir un travail honorable et qui rapporte est donc une très bonne chose dans la société humaine.
Il ne faut cependant pas oublier que, si il n’y avait plus de paysan, les travailleurs de meilleurs domaines mourraient certainement de faim.

Note sur Glacern : L'égalitarisme par le mérite faisant, hommes et femmes peuvent exercer les mêmes métiers.

Note sur l'Alayia : Beaucoup de femmes ayant été soldates, et ayant participé de leurs mieux à l'effort de guerre alayien fait qu'il y a au moins un certain égalitarisme entre homme, et femmes pour les métiers militaires.

Rapport à la richesse

La richesse pour les humains est l’un des critères de réussite d’une vie : être riche signifie avoir un bon métier et assurer sa survie autant que celle de ses enfants et donc la prospérité de la lignée. Il faut de l’argent pour pouvoir acheter de la nourriture, être propriétaire de son terrain ou encore se défendre grâce à des armes ou des gardes. En posséder est donc primordial. Un homme riche sera un homme respecté et ayant une certaine influence dans la plupart des strates sociales, c’est d’ailleurs ainsi que les bourgeois ont pu se tailler une bonne place au sein de la société. Cependant l’argent ne fait pas tout, les titres de noblesses le dépassent encore, ce qui pousse certains très riches bourgeois à vouloir financer des nobles sur la paille afin de former des alliances par mariage qui les élève dans la petite noblesse.

Note sur mes glacernois : La richesse est pour eux peu importante, au contraire des matières premières et de la participation à la vie de la communauté. Les denrées sont partagées équitablement afin de ne laisser personne dans le besoin.

Note sur l'Alayia : Les alayiens auparavant consacraient plus d'importance à la foi qu'à la richesse, aujourd'hui ils accordents toujours plus d'importance aux hauts faits militaires, et aux accomplissements des autres qu'à leurs richesses. Un champion, ou un haut officier alayien sera ainsi bien mieux vu qu'un bourgeois pourtant bien plus riche dans les faits.

Rapport aux voyages

Le royaume humain est vaste et il faut de nombreuses semaines, voire mois, pour en faire le tour. Certains passent leurs vies sur les routes, d’autres encore les parcours au sein de leurs travaux. En majorité, le petit peuple lui ne se déplace pas trop. Parfois d’un village à l’autre, parfois vers une ville. Les chasseurs, mercenaires et soldats eux tendent à se déplacer beaucoup, tout comme certains marchands ambulants. L’avis des humains sur les voyages est donc majoritairement neutre, certains les valorisent car ils forment la jeunesse, d’autre les craignent. Il est cependant à noter que la destination joue souvent dans les réactions à cet égard : on admirera sans doute un jeune homme désirant faire fortune à Gloria, et on blâmera ce même jeune homme si il décide de s’aventurer vers les terres sauvages de l’est.

Il existe de nombreux moyens de voyager mais certains sont plus utilisés que d’autres. La majorité des humains voyagent à pied, mettant ainsi longtemps pour advenir d’un point à un autre. Certains utilisent les chevaux, les chameaux, ou les carrioles afin de raccourcir le trajet, de même que les dragonniers voleront sur le dos de leurs partenaires. Le petit peuple usera souvent de ses pieds ou d’un âne, voire d’un cheval de trait et d’une vieille carriole alors que les bourgeois et nobles auront de meilleurs montures. Notons néanmoins que le transport par bateau fluvial se développe, et représente déjà une manière efficace de voyager vite pour ceux prêt à s'acquitter d'une certaine somme d'argent.

Note sur Glacern : Les Glacernois voyagent beaucoup, au fil de leurs vies, mais uniquement lorsque vient leur tour de chasser les vampires. Apprendre à monter et disposer d'un cheval est extrêmement courant chez eux.

Note sur les alayiens : Les alayiens voyagent, mais rarement sans raison. Ils ont rarement un certain esprit d'aventure, mais tendent beaucoup à voyager pour des raisons militaires, ou pratiques. Même si notons que les alayiens préfèrent généralement rester dans les villes que se balader dans la campagne... ils voyagent donc assez souvent de ville en ville.

Relation au temps et à la mémoire


La vie humaine est extrêmement courte, au regard de celle des autres races. Tout juste une centaine d’année, ce qui peut paraître ridicule. C’est d’ailleurs parfois la cause d’un certain complexe lorsque les humains sont mis en rapport avec leurs voisins immortels ou semi-immortels.
La peur de la mort motive énormément la société humaine et est l’une des bases de sa vitesse de croissance et de son adaptabilité exceptionnelle. N’ayant ‘pas le temps’ d’agir comme les races à la longévité extraordinaire, les humains sont en général doté d’un apprentissage rapide et d’une certaine impatience.

La plupart des humains ne recherchent pas l’immortalité même si celle-ci fait office de beau rêve, ils recherchent cependant à perdurer au travers de leurs actes et de leurs descendants, que l’on se souvienne d’eux d’une façon ou d’une autre. Une philosophie les poussant cependant parfois à des extrémités discutables. C’est également leur impossibilité de réellement penser au-delà d’un petit groupe de centaines d’années qui les pousse à disposer de la nature selon leur bon vouloir et sans trop d’égards.

Pour ces êtres qui courent après les jours le temps est une chose étrange, difficilement compréhensible et parfois effrayante. Il arrive qu’ils jalousent les elfes et les vampires pour leurs longévités, surtout au vu de la façon dont les sylvains les traitent, comme si ils étaient des enfants ignorants. Mais ils sont également fiers de leurs propres réussites. Ils mûrissent vite, physiquement parlant, mais passent souvent toute leur vie à travailler leur esprit, n’acquérant une certaine sagesse que dans leurs vieilles années.

Quoi qu’il en soit, le temps n’est jamais tendre avec la race humaine. La plus frappante preuve de ceci en dehors de leur vieillesse rapide, est la courte mémoire de leur peuple. Comparés aux elfes qui mettent un point d’honneur à se souvenir de tout et des vampires vivant éternellement et conservant les souvenirs pour leurs utilités, les humains ne se souviennent guère de leurs passés bien qu’il existe des lieux de souvenirs comme la bibliothèque de Gloria. Cette mémoire entière n’est pas une priorité, la race étant encore trop jeune pour saisir pleinement l’importance que peu avoir l’archivage du moindre détail.

Rapport à la Magie


La magie est un art que maîtrise le peuple humain comme les autres. Tous les humains n’apprennent pas à devenir de très grands mages, mais il est courant qu’ils expérimentent leurs capacités et les développe un peu afin de les servir dans la vie quotidienne. C’est une magie plutôt neutre, que les autres races se plaisent à apprendre et qui est plutôt active et équilibrée, ayant autant de qualités offensives que défensives. Il est également à noter que la magie est extrêmement utile aux humains car elle permet de se défendre efficacement contre les vampires qui sont plus avantagés physiquement parlant : un sortilège de malefeu sera très efficace pour éviter de se voir infliger un coup de dent non désiré dans la jugulaire ! A noter que les humains n’ont pas de dispositions spéciales concernant la magie et peuvent très bien s’en passer et ne se battre qu’avec des armes.

Les Alayiens, eux, sont méfiant envers la magie, et son souvent (même si pas toujours!) des mages faiblards ou moyens, préférant d'autres méthodes pour atteindre leurs buts... Quand aux glacernois, ils dépassent extrêmement rarement le niveau magique inné Faible. Ils n'apprécient pas beaucoup la magie.

Condition de vie


Les humains sont des créatures équilibrées et relativement fragile qui n’ont pas une bonne résistance générale aux fortes températures (hautes ou basses) mais qui parviennent à s’établir dans de nombreux milieux peu propices au premier regard. La majorité du peuple vit dans le cœur des deux royaumes humain, en des villages et bourgades de moindre importance et les grandes villes telles Gloria, Aldaria… Espèce communautaire et prompte à l’entre-aide face à l’adversité, elles forment des groupes de plus ou moins grandes importances dans lesquels les individus évoluent librement. L’humain recherche avant tout un climat doux, et des terres fertiles afin de cultiver et d’élever des animaux. Il partage équitablement son temps entre l’extérieur pour les nombreuses tâches à accomplir et l’intérieur, la vie de la maison. Vivant le jour et dormant la nuit pour se reposer, il se doit d’effectuer de nombreuses tâches efficacement durant les heures éclairées par l’astre diurne.

L’humain est un omnivore se devant de manger autant de légumes et de fruits que de viandes afin d’offrir à son corps tout ce que celui-ci nécessite pour fonctionner. Cependant en fonction de son rang et de son activité ou même de sa région, il y aura des différences. Les petites gens mangeront moins bien qu’un bourgeois et beaucoup moins bien qu’un noble. Notons d'ailleurs que la nourriture principale peut différer selon ethnies (les glacernois mangent beaucoup de viande, les lyssiens beaucoup de fruits, et de poissons). Il arrive cependant que, par conviction personnelle, certains décident d’adopter le régime végétarien des elfes. Il n’en cependant jamais arrivé à l’heure actuelle que l’un d’entre eux se décide à imiter les vampires. Mais il ne faut jamais dire jamais après tout !

Fêtes, rites et croyances


Fêtes

Des esprits : cette fête est célébrée tous les 5 ans aussi bien par les elfes, les hommes ou les vampires. Elle a lieu le premier jour de l'année et est constituée d'une succession de petites cérémonies chantées. Il s'agit d'honorer chaque esprit supérieur l'un après l'autre dans un ordre strict (océan, vent, feu, terre, végétal, vie et mort) censé représenter la naissance du monde. Entre chaque petite cérémonie les convives doivent faire la fête en mangeant et en dansant. Elle dure entre 3 et 4 jours pendant lequel une trêve totale est respectée entre tous les ennemis. Les peuples ne peuvent se faire la guerre, les adversaires ne peuvent se battre ni se disputer.

C’est une fête très importante et qui est très attendue, et fêtée avec liesse et enthousiasme. Moment fort marquant le début d’un nouveau cycle quinquennal, les hommes de tous rangs sociaux y participent à leur façon. Les petites gens économisent beaucoup pour cette fête, autant en nourriture qu’en monnaie, afin de pouvoir faire de ces quatre jours un moment inoubliable, chassant la morosité du quotidien. Les nobles font également de grand festins, mais il arrive également qu’ils décident, à l’occasion de cet événement, de se mêler au reste du peuple. La famille royale, notamment, effectuant ainsi un lien important les rapprochant du peuple. Cette fête existe toujours malgré la mort des esprits, et reste tout aussi importance que ce soit pour leurs rendre hommage, ou célébrer la chance qu'ils ont offert à leurs créations de vivre libre, et de décider de l'avenir par elles-mêmes.

Il y a trois cérémonies par jour, chantées et suivit de la nourriture et des jeux pour amuser l’assemblée. Il est d’usage d’ailleurs de porter ses plus beaux habits pendant les fêtes, en général haut en couleur et dans les tons de chaque esprit que l’on honore. Femmes et hommes portent également une petite broche de fer ou de cuivre portant l’inscription runique de la fête des esprits. Elle est généralement confectionnée enfant et suit la personne toute sa vie, sauf si elle se brise. Personne ne la vole, elle est sacrée. Il est également d’usage d’offrir aux membres de sa famille ou aux amis proches, voire parfois aux ennemis en signe de paix, un fruit différent pour chaque esprit. Qui sont honorés symboliquement pour le sacrifices qu'ils ont fait pour leurs créations.

Du pardon : Cette fête a lieu tous les ans au premier jour du printemps. Elle est censée honorer le renouveau afin de porter chance pour le nouveau cycle de la nature qui commence. Il n'y a pas de cérémonie ce jour-là et il serait considéré comme offensant de faire le moindre signe ostentatoire pouvant prouver qu'il s'agit d'une fête. La tradition consiste pour tous les peuples à aller offrir un cadeau à une personne que l'on aurait offensée afin d'obtenir son pardon, la personne se doit alors de l'accorder sous peine de s'attirer les foudres des esprits. Cette tradition mise à part, c'est un jour comme les autres, ayant néanmoins gardé toute sa symbolique, ce malgré la mort des esprits.

De la Terre : Cette cérémonie a lieu sur les plages de tous les royaumes au milieu de l'hiver de chaque année. Il s'agit d'honorer l'esprit de la terre afin de l'encourager à lutter contre son frère Océan. La tradition veut que les participants dansent et chantent sur les plages à partir du coucher jusqu'au lever du soleil. La musique est souvent jouée par des tambourins, des flûtes, rarement par des instruments à cordes et on demande aux jeunes filles et jeunes garçons, entre 10 et 15 ans, de prêter leurs voix dans des chants traditionnels en l’honneur de l’esprit de la terre. A la toute fin de la soirée, une jeune personne choisie spécialement pour l’occasion, entonne un nouveau chant qu’elle aura été chargée de composer et qui viendra s’ajouter aux chants traditionnel et entonné par la suite l’année suivante avec les autres. Il y a des jeux également mais en petite quantité. Usuellement, l’on mange avant le coucher du soleil et pas pendant la fête en elle-même.
Lorsque le soleil se lève il faut jeter un panier de fleurs marines à la mer afin de calmer la colère de l'esprit Océan.

Cette fête d'ailleurs n'est plus que symbolique étant donné que Océan, et Terre son morts, mais elle perdure tout de même en tant que tradition, et hommage adressé aux esprits, même si certains se questionnent quand à sa réelle utilité...

Mariage : Le mariage humain est fêté en deux jours distincts, l’un à la suite de l’autre. Le premier jour, au lever du soleil, les futurs mariés doivent se préparer, avec l’aide de leurs amis et famille respective. La femme porte en général une robe blanche, symbole de pureté, la plupart du temps dépourvu de fioritures, en dehors de la noblesse. Sur cette robe est portée plusieurs ceintures de tissus, très serrées. Une pour chaque esprit, de couleurs différentes. Une vieille croyance populaire prétend que, plus la mariée parvient à les porter serrées, plus elle sera fidèle dans la vie du futur couple. Sur ces ceintures, brodées à la main, sont inscrites des formules et des souhaits de bonheurs pour les mariés et la future famille. Les cheveux de la demoiselle sont tressés et ont lui confectionne souvent une couronne ou un diadème, de fleurs pour les plus pauvres ou de métal précieux pour les plus aisés. L’homme lui porte une chemise blanche également sans fioritures, il ne porte, lui, qu’une seule ceinture également blanche, mais portant une bande brodée de couleur pour chaque esprit. On noue cette ceinture-là par un nœud spécialement destiné aux mariages. Au poignet, il porte un bracelet également de végétaux, ou figurant des végétaux pour les plus riches. L’usage de ces légers ornements peut différer selon les ethnies concernées.

Une fois apprêtés, les futurs mariés se rejoignent pour la cérémonie d’union. L’officiant, un seigneur de la région, un Baptistrel ou un mage, lie les poignets des deux jeunes gens. Ceux-ci doivent passer le reste de la journée poignets liés, car si le lien venait à se rompre, alors l’union serait considérée comme impossible et de mauvais augure. Le père de la jeune fille, et le père du jeune homme se portent en héraut du couple, afin de réunir les présents, la dot de la femme et le cadeau de l’homme. Il est d’usage que, plus la dot de la femme est importante, plus le couple sera heureux dans la vie. Plus pragmatiquement, cette dot constitue souvent le fond de départ du couple dans sa vie indépendante. Il est donc très important. L’officiant fait s’échanger les vœux du couple, puis débute la cérémonie d’appel des esprits sensés bénir l’union et permettre au couple une vie saine et paisible. Les Esprits sont alors appelés dans le même ordre que durant la fête des esprits (océan, vent, feu, terre, végétal, vie et mort) et les chants sont longs et accompagnés de libations et de musique, de danses. Cependant on ne mange pas durant cette journée, pour préserver la pureté et la neutralité vis-à-vis des esprits honorés malgré qu'ils soient morts. Les invités et amis, la famille, offrent leurs présents au couple, en fin de journée. Cette première journée se finit tôt, et le couple se sépare de nouveau, n’ayant pas encore le droit de rester ensemble la nuit.

La seconde journée, le couple doit porter des habits haut en couleur et le plus riches et festifs possibles. Ils portent alors tous les deux les différentes ceintures des esprits. Cette seconde journée est une journée de fête. Les mariés peuvent alors manger à leur guise, dans le festin offert par toute la famille. On chante, on danse. Les jeux sont nombreux. Cette journée se termine par l’échange, en soirée, tard, de deux fruits entre les jeunes mariés, qui s’esquivent ensuite pour consumer l’union. Le lendemain matin, les deux mères viennent vérifier les draps afin de s’assurer que tout s’est bien passé, puis le couple est officiellement et définitivement unis.

A noter que certaines croyances viennent également s’ajouter à ce rite. Il est d’usage dans la majorité de l’Empire qu’un beau temps lors du mariage soit de bon augure, alors que pour les glacernois, c’est le contraire, la neige faisant office de bon présage. Pour les glacernois encore une fois, il n’y a pas de jeux, le second jour du mariage, mais des épreuves physiques et martiales, se terminant par une course à cheval entre les deux mariés. Pour les lyséens, les mariés doivent se baigner dans l’océan le second jour et les jeux sont souvent aquatiques, et la consommation de l’union se fait sur un bateau.

Cérémonie d’accueil à la vie : Il s’agit d’une cérémonie courte. Quelques heures, à une journée ou deux grands maximums pour les familles les plus aisées. Elle prend en général place quelque jour après la naissance, afin de donner l’opportunité à la mère de participer après s’être remise de l’accouchement. On présente tout d’abord le nouveau-né à la famille et aux amis réunis pour l’occasion, en le nommant par son nom. Pour certaines familles et si la chance leur sourit, un Baptistrel se proposera de chanter le chant-nom de l’enfant, pour lui porter chance et bonne santé. Ensuite, les invités se pressent pour la remise de cadeau destinés au nouveau-né, que l’on offre symboliquement à la mère qui le représente, celle-ci est donc chargée de remercier personnellement chacun pour ces présents. Un déjeuner est organisé, souvent calme et peu fastueux, destiné surtout à pouvoir réunir l’entourage du nourrisson. Les femmes étant alors à l’honneur, ce sont elles qui président la tablée. Des jeux peuvent également prendre place.

Cérémonie des morts : Utiliser la magie pour s’occuper d’un mort serait lui faire offense. On s’occupe donc tout du long de la cérémonie du défunt s’en une seule fois y avoir recourt. Cela commence par la toilette mortuaire. Elle est effectuée par un guérisseur habilité à cela, car il n’existe pas de profession spécialement dédiée à une telle cérémonie. Le guérisseur en question prépare le mort, conserve son corps, l’apprête en le lavant et l’habillant avec dignité pour son passage. On le pare souvent de ses vêtements favoris, de ses ornements les plus prisés. Au travers de cette partie de la cérémonie, on s’assure également que le défunt soit bel et bien mort, et ne fasse pas semblant grâce à un sort ou à une potion. On redouble même de prudence avec les victimes des vampires.

Pendant ce temps, on prépare le bûcher. Dans les campagnes, il s’agit d’une pile de bois de forme carrée ou rectangulaire, en pyramide montante. Le bois est enduit d’huile afin de le rendre plus inflammable. En ville, il existe des salles spécialement dédiées à la crémation des corps, qui sont entretenues avec le plus grand des soins. On trouve leur trouve des annexes pour entreposer certaines urnes. Le bois est alors placé sur un autel de pierre, en moins grande quantité, mais on utilise toujours de l’huile pour le rendre plus inflammable.

Les individus présents se réunissent autour de l’autel, afin d’entonner la cérémonie d’adieux. Pour certaine occasion, un Baptistrel peut être présent et s’occuper de détacher les derniers lambeaux d’esprit et d’âme au corps du défunt que l’on place sur l’autel. Cette cérémonie culmine au moment de l’ignition du corps et se termine ensuite. Elle a pour but d’inciter les esprits à veiller sur l’âme qui retourne à eux. Le corps, une fois brûlé, et réduit en cendre, est entreposé dans une urne remise à la famille qui décide soit de la conserver chez eux ou dans l’annexe, soit de répandre les cendres en un lieu choisit.

Les meurtriers et hors-la-loi, eux, ne sont pas brûlés mais enterré afin que leurs âmes ne troublent pas celles des justes. Il faut que le corps brûle de bout en bout, et que l’allumage soit aisé, car si non, la croyance populaire transmet que l’âme aurait un voyage difficile et une mauvaise réincarnation. Lorsque l’on répand les cendres, il faut le faire dans un lieu connu du défunt, afin que celui-ci ne soit pas dépaysé. Enfin, l’usage veut que les endeuillés portent le noir, en signe de perte. Pendant au moins un mois.

Les croyances peuvent légèrement différer selon la région. Au nord, par exemple, le deuil ne dure officiellement qu’une seule semaine, mais l’éthique nécessite presque un an de signes non ostentatoires.

Les contes et légendes: Qu'elles soient tirées de faits réels ou bien de vieilles histoires remaniées, celles-ci jalonnent la vie et , notamment, les soirées des armandéens, surtout des humains et des elfes. Elles diffèrent selon les régions, mais certaines sont communes à tout l'empire.

La mante :

Il était une fois, à l'Ouest du royaume des hommes, une modeste bourgade paisible, et prospère parmi tant d'autres.
Cependant, une humble famille parmi tant d'autres ne pouvait point profiter de la chance, et du bonheur d'habiter en ce beau village et devait vivre à l'écart de ce dernier. Car leur fils, un jeune garçon ressemblant à beaucoup d'autres garçons, passait son temps à embêter tout un chacun.
Il n'arrêtait pas de voler les jouets de ses camarades, de plumer les poules du fermier, d'insulter les gens de passages, de jeter des cailloux sur les personnes âgées, de tirer les cheveux des petites filles, de fourrer son doigt dans son nez en public, de sauter sur les lits, de mettre du sel en abondance dans la nourriture des villageois, et de réveiller ses parents fatigués par leurs dures journées de travail à toutes heures de la nuit seulement pour les embêter et les empêcher de dormir.
C'était un vilain petit garçon qui se moquait des punitions qu'il recevait, et du mal qu'il faisait.
Et il se moquait bien d'être privé de sucreries vu qu'il allait voler celle de ses camarades.
Mais, un soir, alors que sa pauvre mère avait été obligée de l'envoyer se coucher sans manger parce qu'il avait encore joué, et gaspillé la nourriture alors que celle-ci manquait déjà tant à sa famille, une ombre gigantesque et monstrueuse s'étira soudain par dessous son lit..
... Cette ombre avait la forme d'une mante.
Et cette dernière surgit de dessous le lit.
Et en la voyant le garçon cria tant qu'il le put pour alerter ses parents mais ces derniers ne répondirent pas : trop de fois déjà ils s'étaient levés pour rien après l'avoir entendu hurler de la sorte.
Alors la mante commença à le dévorer, d'abord par la langue, puis les mains et enfin finit par le dévorer entièrement sans que personne ne vienne l'aider...
Et soudain l'on entendit plus rien du petit garçon.
La mante l'avait dévoré vivant et, au levé du jour, il ne resta aucune trace, ni d'elle, ni du vilain garnement.
On raconte depuis que la mante erre à travers l'empire sans cesse à la recherche de vilains enfants afin de pouvoir les dévorer à leur tour…
Et si vous n'êtes pas sage peut-être qu'elle viendra pour vous ?





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orfraie Ataliel
Orfraie Ataliel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
Société Humaine Left_bar_bleue6/10Société Humaine Empty_bar_bleue  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

Société Humaine Empty
MessageSujet: Re: Société Humaine Société Humaine Icon_minitimeLun 13 Fév 2017 - 21:02

Société Humaine, la suite


Lieu de vie et climat


Les humains vivent pour leur immense majorité dans l'empire Glorien, et Aldarien qui font référence soit à la construction politique humaine, soit à une zone géographique d’Armanda se situant au centre, c’est-à-dire entre les terres pluvieuses de l’ouest et arides de l’est. L’Empire Glorien, et l'empire Aldarien au sens politique regroupent cette zone, mais aussi le sud ouest et une petite partie du nord est. Ainsi, le royaume des hommes couvre une immense zone où le climat n’est pas forcément le même. Les terres à l’ouest d’Aldaria sont pluvieuses tandis que celles du désert d'Estfalia hostiles, et arides. Pour ce qui est de la majorité des terres impériales, au centre, elles ont un climat doux et tempéré, parfaitement adapté à l’agriculture humaine. Si une grande partie des hommes vivent dans les campagnes et les villages, les deux royaume comptent tout de même deux grandes villes qui sont de véritables métropoles ainsi qu’une flopée de villes moyennes. Ce sont des cités pour la plupart fortifiées, car elles ont presque toutes, à un moment ou à un autre, vécues les combats. Gloria est la capitale de l’Empire Glorien, anciennement surnommée la Magnifique, elle est immense, extrêmement riche et bâtie pour la guerre. Aldaria anciennement la Superbe est la deuxième ville des hommes et c’est aussi la capitale de la magie, que l'on peut y voir à chaque coin de rue, et c’est un haut-lieu de l’enseignement magique, et culturel. A ces deux grandes villes capitales respectives de l'empire Glorien, et de l'empire Aldarien on peut aussi ajouter la ville indépendante de Caladon, et la forteresse de Fortuna au Nord de l'empire Glorien.

Cycle de vie


Le cycle de vie d’un être humain dépend pour beaucoup de sa position sociale. En effet, selon que vous appartenez à la noblesse ou au petit peuple, vous n’aurez pas les mêmes chances. Ainsi, et d’une manière générale, un noble vivra beaucoup plus vieux car son hygiène de vie et son accès au soin seront bien supérieur à celui, par exemple, d’un paysan. De plus une vie bureaucratique est moins pénible qu’une vie passée au travail dans les mines, dans les champs ou autre. A cela s'ajoute le fait qu'une grossesse et un accouchement se passeront généralement mieux chez les plus riches ou même chez les citadins qui pourront s’offrir une aide. De la même manière le taux de mortalité infantile n’est pas le même selon l’endroit où l’on vit et la catégorie sociale à laquelle ont appartient. Mais, une fois encore, il ne s’agit que de généralité. Mis à part les baptistrels et les mages, les guérisseurs humains n’ont rien de faiseur de miracle. La mortalité est élevée même s’il elle est largement compensée par un très fort taux de fécondité. De plus, les humains sont facilement malades, contrairement aux elfes, et une blessures même bénigne, si elle n’est pas convenablement traitée peut causer d’importants dégâts. Ajoutez à cela des métiers parfois difficiles voir mortels (soldats, mineurs, paysans…). Les humains s’ils peuvent parfois vivre jusqu’à quatre-vingt/quatre-vingt-dix ans, n’atteignent donc que rarement un tel pallier. Même parmi les plus privilégiés. La situation n’est pas dramatique pour autant, loin de là, en temps de paix, toutes les catégories sociales s’en sortent bien, y compris les plus faibles qui sont en général protégées par les puissants plutôt que le contraire.

Territoire


Les deux empires humains sont vaste. C’est sont les deux plus grand royaumes d'Armanda et surtout, ce sont les plus prospères. Les cultures y sont abondantes et ces contrées fourmillent d’une faune certes parfois dangereuse, mais qui permet une pratique régulière de la chasse et de la pèche. De plus, le climat qui diffère tout en restant tempéré d’un bout à l’autre des deux royaume permet une diversification appréciable (par exemple, les immenses vignes de l’est). Bref, le territoire est riche en matières premières nécessaire au développement de l’être humain.
L’organisation politique du territoire est la suivante : Deux empires comptants plusieurs duchés. Ces zones d’influence bien délimitées sont composées de Comtés, eux-mêmes divisés en Baronnies. Une organisation peut-être féodale en apparence, mais extrêmement centralisée dans les faits, car les ordres de des dirigeants des deux nations sont absolus. Une hégémonie qui, si elle a plusieurs raisons dont certaines sont historiques, par exemple pour l'empire Glorien est peut-être dû au fait qu’il est lui-même à la tête de Gloria et de sa zone d’influence, soit la partie de l’Empire la plus riche et la plus puissante.

Entente avec les autres peuples


Il faut avant tout distinguer le peuple humain en lui-même et la politique officielle de l’Empire des hommes. Ainsi, les êtres humains ont d’une manière générale une relation fantasmagorique avec les créatures magiques que sont les autres races.

  • Les elfes sont vu comme étant le Beau Peuple, un peuple dont la perfection (réelle ou imaginé), la longévité et le savoir fascine et attire les hommes. On a notamment en tête les aventuriers, les poètes ou les artistes qui tous à un moment donné se sont passionnés pour le sujet. Néanmoins cette relation est souvent à sens unique, car dans les faits ils ne connaissent pas ou très peu les elfes, et ceci semblent souvent assez mystérieux. Exception faite des périodes de crise, tel que récemment une épidémie qui a poussé les elfes à venir en aide aux humains. Une telle générosité ne faisant que renforcer le mysticisme qui les entoure. Cependant celui-ci a aussi des côtés pervers, car il attise parfois la jalousie, le mépris et le dédain. Ainsi certains humains méprisent cordialement ce peuple caché et "bon à rien". Les récents événements et l’enjeu qu’est devenue la magie, liée aux elfes, ont attisés ces clivages. Politiquement parlant, les elfes ont toujours été des alliés lointains, peu prompt à intervenir ou à prendre des décisions rapides. Une attitude qui peut exaspérer une partie de la noblesse. Mais qui vient à changer peu à peu avec l'ouverture récente des peuples qui peut-être permettra aux hommes de mieux comprendre les elfes, et inversement en dehors des préjugés. De plus l'empereur actuel des elfes semble vouloir trancher avec la lenteur habituelle des décisions de son peuple, ce qui suscite donc certains espoirs, et questionnements à son sujet.

  • Les vampires quant à eux sont la partie sombre du fantasme humain : ce sont les monstres qu’on utilise pour faire peur aux enfants, des créatures devenus des mythes effrayants. Jusqu’à ce qu’ils reviennent et que la guerre reprenne. Depuis le cauchemar est devenu bien réel, et rares sont les humains à chercher à comprendre des êtres qu’ils considèrent comme des abominations qu’ils faut détruire. L’Empire leur a toujours fait la guerre après tout. Cependant la trêve à tout changé. Une révolution politique majeure qui sans aucun doute, clivera elle aussi les humains, chacun se radicalisant sur ses positions. Néanmoins il suscitent encore souvent la méfiance du genre humain que ce soit pour les horreurs passés perpétrés par les vampires, ou pour leurs caractère sombre, et souvent mauvais. Ou encore par le fait qu'ils semblent tout à fait indigne de confiance aux yeux d'une bonne partie de la population. Néanmoins cela va en s'améliorant depuis le traité de paix, il n'y a pas eu de miracles certes, mais il y a du progrès.

  • Étant aux yeux des autres races, des créatures éphémères dont les générations se succèdent très vite, les humains ont tendances à transformer en mythe tout ce qu’ils ne voient pas de leurs propres yeux. Ce fut un peu le cas des elfes, mais pas trop (délégations obligent), vraiment le cas des vampires qui se terraient depuis des siècles mais aussi des dragons. Qu’ils aient disparus ou qu’ils n’aient jamais existé ? Quel importance au fond, puisqu’ils n’était plus là. Et les voilà eux aussi de retour au grand émerveillement ou cauchemar (c’est selon) des humains. Là aussi les avis sont divisés car les humains sont loin de former une race unanime. Néanmoins des hommes furent choisis pour dragonniers et se bâtirent au nom de leurs concitoyens. Mais d’autres dragons servirent les vampires et semèrent la désolation parmi l’humanité. Entre vénération et détestation. Encore un autre clivage. Du point de vue des Kohans et donc du pouvoir, les dragonniers humains méritent les honneurs, mais ils sont plus prudents (pour ne pas dire suspicieux) envers les dragonniers des autres peuples.

  • Les nouveaux venus : les alayiens, laissent perplexes les hommes. D’abord parce qu’ils sont eux aussi des hommes. Ensuite parce qu’ils ont vaincus les armées impériales et surtout à cause de ce qu'ils pourraient apporter à l'humanité en générale. On ne peut pas dire que tout les humains d'armanda méprisent les alayiens, ni inversement qu'ils les apprécient car beaucoup d'humains sont concernés par chacune des positions. Cela dépend en faîte véritablement des opinions de chacun...


Evidemment, les avis diverges tout de même dans un aussi grand empire, et en particulier chez les minorités ! Voici un petit "qui aime qui" pour vous y retrouver :

  • Les Lyssiens : Peuplade très aimable de nature, ils n'ont pas d'inimités particulière et traditionnelle. Ils ont des racines communes (et très anciennes) avec les Glacernois, dont ils se sentent proches malgré les gigantesques différences de modes de vie et le côté quelque peu unilatéral de cette affection. Ils apprécient également assez leurs voisins elfiques, avec qui ils partagent en général plus que la majorité des humains.
    Ils ont finit par tendre la main aux alayiens après la constitution du Protectorat quelques années auparavant, et sont donc ceux ayant les relations les plus stables avec leurs anciens adversaires.

  • Les Althaïens : Très influencés par les elfes, mais également par les baptistrels, les relations qu'entretiennent les Althaïens sont un peu étranges. Ils se montrent en effet plus hautains et xénophobes que les autres humains à l'égard du reste de l'empire, mais apprécient particulièrement qu'on s'intéresse à leurs mœurs, et à leurs cultures. En dépit de cette bizarrerie, ils sont très loyaux envers l'empire. Ceux ayant rejoint le protectorat ont eut beaucoup de mal à s'intégrer, ne se rapprochant que des rebelles et des elfes. Ils entretiennent d'ailleurs encore une certaine froideur avec les alayiens.

  • Les Glacernois : Ils se démarquent autant par leurs relations que par leurs apparences. En effet, ils sont terriblement xénophobes, ne supportant pas les elfes et les vampires et se méfiant des dragons, ne les appréciant guère en raison de la malédiction que l'un d'entre eux a fait peser sur eux. Même la rébellion de Korentin Kohan n'a pas changé ce fait tant il est ancré en eux. Mais, par loyauté, ils mettent un peu d'eau dans leur vin, et on les verra se mêler aux autres, bien que de mauvaise grâce.
    Ils méprisent presque ouvertement les habitants du sud, en particulier les gloriens et les aldariens/althaïens en raison de leur attachement à la magie et d'un mode de vie trop luxueux et facile à leur avis. Si les Lyssiens partagent des racines communes avec eux, ils les observent tout de même d'un œil plein d'un mélange de désillusion, de pitié et de hauteur ce qui ne les empêche pas de leur faire davantage confiance. Les Elaneens sont les plus proches des Nordiques, ils partagent un certain nombre de points communs et à ce titre l'entente entre eux est cordiale.
    Les alayiens et eux ont une histoire un peu étrange. Par leurs actuelles, et anciennes croyances les deux peuples ont été proches, par passé, et ils ne savent pas forcément trop sur quel pied danser, ayant failli être alliés, puis ennemis, puis de nouveau alliés, puis encore une fois ennemis, et maintenant allié... Néanmoins ils sont prêts à leur tendre la main et c'est ce qu'ils ont fait au sein du protectorat.
    Comme lors de la rébellion, leur loyauté au protectorat leur fait faire de gros efforts d'ailleurs, même s'ils ne changent fondamentalement pas.

  • Les Caladoniens : Opportunistes, marchands et issu d'un croisement de cultures, ils ne rejettent personnes mais auront plus d'appétences pour leurs parents Althaïens. Ils n'aiment pas trop les vampires, mais la domination théocratie les avait obliger à collaborer avec eux. Et la paix actuelle, ainsi que la posture commerciale de la cité a encore aplanie plus ou moins les choses aujourd'hui, et peut donc dire que les Calaniens cohabitent avec plus d'aisance que les autres ethnies humaines avec les autres peuples

  • Les alayiens : Issue d'un autre continent ayant été anéanti les alayiens sont d'anciens envahisseurs venu à l'origine conquérir Armanda au nom de leurs déesse Néant, et anéantir la magie, les années les ayant assagis, et Néant étant morte ils ont dû bon gré mal gré passer à autre chose. Ils sont en quelque sorte en bon terme avec les glacernois suite à la main tendue par ces derniers à leurs encontre au protectorat, et ils ont sinon une relation plutôt cordiale avec les Lyssiens, et n'apprécient guère les Althaïens… Le protectorat leurs a fait faire certes de gros efforts mais fondamentalement ils n'ont pas beaucoup changés. Néanmoins on peut voir que certaines alayiens se mettent peu à peu à s'intéresser à la magie pour des raisons souvent plus pratiques qu'autre chose.


Apparences et mentalité


L’espèce humaine est extrêmement diverse et variée. Que ce soit selon des facteurs sociaux-culturels, géographique ou économique. Ainsi les hommes de l’est ont une peau plutôt bronzé au contraire des hommes de Glacern qui l’auront très blanche. Le petit peuple se vêtira d’une ou deux tuniques très simples, peu coûteuses quoique résistantes, tandis que les bourgeois auront un choix plus large et une volonté très nette d’afficher leur rang social. Que ce soit par de riches atours ou par des accessoires comme les bijoux ou les épées de cérémonie. Les nobles encore se diviseront entre les simples courtisans, qui suivront plutôt la voie des bourgeois, affichant ainsi leur statut car ils n’ont d’autre moyens de le faire alors que les nobles titrés dont le pouvoir est réel se soucieront moins de leur apparence que de défendre leurs intérêts (bien sûr cette défense impliquant parfois un code vestimentaire particulier, pour en imposer à la foule ou pour charmer une assemblée de notables). Pour ce qui est de la mentalité, il faut avant tout souligner que l’être humain naît parfaitement neutre. Ni bon, ni mauvais, il penchera d’un côté ou de l’autre de la balance selon ses actes.

De manière plus générale, la mentalité d’un humain dépendra surtout du milieux d’où il vient. Le petit peuple est travailleur et obstiné. Respectueux des lois jusqu’à un certain point (la position de ce point étant différente pour chacun), une fois la dite frontière franchie, il peut devenir un criminel, pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Les bourgeois sont intelligents et cultivés, car ils doivent généralement leur ascension qu’à eux seuls (exception faite des héritiers), mais ils sont aussi ambitieux, une ambition qui peut les pousser au meilleur comme au pire. Les nobles, enfin, sont très instruits (l’éducation commence très jeune) et très loyaux envers l’Empire, mais on leur apprend aussi à défendre leurs intérêts. Un enseignement sûrement nécessaire, mais qui les pousse parfois à intriguer voir même à comploter.

Le milieu se définis également via le lieu de vie, ainsi les Glacernois sont des individus terriblement loyaux et fraternels, issus d'un fort esprit communautaire et promouvant de très nombreuses valeurs morales et martiales. Les Althaïens eux vénèrent les arts et l'éducation, s'ils sont loyaux, ils sont aussi prompts aux questionnements et à la réflexion personnelle. Les Lyssiens partagent nombre de valeurs Glacernoises, comme le travail d'équipe, la probité et l'abnégation ainsi que le respect par le mérite et la famille, mais ils y ajoutent l'amour de la nature des elfes. Les Calaniens quant à eux sont, tout comme une majorité d'humains, des opportunistes qui s'ouvrent à tout si cela sert leurs intérêts.

Apparence et mentalité


L’espèce humaine est extrêmement diverse et variée. Que ce soit selon des facteurs sociaux-culturels, géographique ou économique. Ainsi les hommes de l’est ont une peau plutôt bronzé au contraire des hommes de Glacern qui l’auront très blanche. Le petit peuple se vêtira d’une ou deux tuniques très simples, peu coûteuses quoique résistantes, tandis que les bourgeois auront un choix plus large et une volonté très nette d’afficher leur rang social. Que ce soit par de riches atours ou par des accessoires comme les bijoux ou les épées de cérémonie. Les nobles encore se diviseront entre les simples courtisans, qui suivront plutôt la voie des bourgeois, affichant ainsi leur statut car ils n’ont d’autre moyens de le faire alors que les nobles titrés dont le pouvoir est réel se soucieront moins de leur apparence que de défendre leurs intérêts (bien sûr cette défense impliquant parfois un code vestimentaire particulier, pour en imposer à la foule ou pour charmer une assemblée de notables). Pour ce qui est de la mentalité, il faut avant tout souligner que l’être humain naît parfaitement neutre. Ni bon, ni mauvais, il penchera d’un côté ou de l’autre de la balance selon ses actes.

De manière plus générale, la mentalité d’un humain dépendra surtout du milieux d’où il vient. Le petit peuple est travailleur et obstiné. Respectueux des lois jusqu’à un certain point (la position de ce point étant différente pour chacun), une fois la dite frontière franchie, il peut devenir un criminel, pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Les bourgeois sont intelligents et cultivés, car ils doivent généralement leur ascension qu’à eux seuls (exception faite des héritiers), mais ils sont aussi ambitieux, une ambition qui peut les pousser au meilleur comme au pire. Les nobles, enfin, sont très instruits (l’éducation commence très jeune) et très loyaux envers l’Empire, mais on leur apprend aussi à défendre leurs intérêts. Un enseignement sûrement nécessaire, mais qui les pousse parfois à intriguer voir même à comploter.

Le milieu se définis également via le lieu de vie, ainsi les Glacernois sont des individus terriblement loyaux et fraternels, issus d'un fort esprit communautaire et promouvant de très nombreuses valeurs morales et martiales. Les Althaïens eux vénèrent les arts et l'éducation, s'ils sont loyaux, ils sont aussi prompts aux questionnements et à la réflexion personnelle. Les Lyssiens partagent nombre de valeurs Glacernoises, comme le travail d'équipe, la probité et l'abnégation ainsi que le respect par le mérite et la famille, mais ils y ajoutent l'amour de la nature des elfes. Les Calaniens quant à eux sont, tout comme une majorité d'humains, des opportunistes qui s'ouvrent à tout si cela sert leurs intérêts.



Résumé rapide des apparences des minorités :

  • Lyssiens : De corpulence élancée et à la peau souvent dorée par le soleil, leur rapport quasi fusionnel à l'océan et le temps qu'ils passent dans l'eau leur fait souvent blanchir les cheveux au fil du temps (à cause du seul). Ils peuvent cependant les avoir également sombres que ce soit à la naissance ou par choix de ne pas pratiquer la mer aussi souvent que les autres. On leur trouve en égale mesure des yeux noirs (ou des yeux fonçant avec l'âge en raison du soleil) ou bleus, petite particularité certainement en rapport avec la proximité de la magie des elfes. Ils sont souvent décolorés par le sel pour, encore une fois, ceux faisant vraiment corps avec l'océan.

  • Les Althaïens : Proches des elfes, il semble qu'une part de leur magie est déteint sur les humains de cette ville. Ils sont en général de plus belle apparence, à la peau pâle ou dorée, et aux cheveux aux couleurs variées. On leur trouve des silhouettes légères et racées, et des yeux brillants.

  • Les Glacernois : Ce sont les humains à l'apparence la plus typée. Ils sont très grands, la moyenne se situant dans les 2m30 ou 2m40 autant pour les femmes que pour les hommes; et par leur vie dure et martiale, ils arborent en général d’impressionnantes musculatures. Leurs traits sont puissants, forts et souvent rudes. Ils ont les yeux bleus ou verts et à l'exception de la famille souveraine, et de leurs descendants, ils ont tous une chevelure blonde. Leur peau est souvent très pâle et marquée par le climat et les combats.

  • Les Calaniens : Issue d'un métissage entre les althaïens et la souche principale et commune de l'empire humain, les Calaniens ont des apparences très variées mais souvent agréables à l'oeil.

  • Les alayiens : Un peu plus grand que la moyenne des humains armandéens, ils ont souvent un teint hâlée, et des cheveux brun, ou noirs. Ils ne sont pas spécialement agréables à l’œil quoique souvent bien bâtit d'une manière, ou d'une autre. Il est rare de tomber sur un alayien corpulent, et ce sont rarement les faiblards parmi eux qui ont survécu aux catastrophes qu'a subit ce peuple. En dehors de cela il ne sont pas forcément très différent des armandéens.


__________________________________



Particularités culturelles, et divergence sur la manière commune d'appréhender des deux minorités humains les plus différentes des autres.

  • Les Glacernois : Les glacernois sont un peuple de nature fière, à tendance certes xénophobes mais ayant un certain sens de l'honneur, et étant très soudés dans leurs propre communauté. Ils sont souvent assez farouches envers les autres peuplades humaines, et méfiant envers les non humains, surtout les vampires (par exemple dans le passé le rite de passage à l'âge adulte glacernois consistait à tuer un vampire, et il pouvait se faire dès les 10 ans). Ils sont encore assez mal à l'aise avec le magie, mais sont souvent d'excellents guerriers très entraînés depuis leurs 10 ans si ce n'est avant.

  • Les Alayiens : Les alayiens ont une façon de voir les choses assez particulière par rapport aux peuples armandéens, moins proches de la nature ils ne lui rendent pour là plupart pas vraiment honneur comme les armandéens, de même qu'ils appréhendent la magie avec une certaine prudence dorénavant même si cela est un grand progrès par rapport à la situation d'il y a quelques années. Les alayiens sont plutôt tournés vers la civilisation, et vers les accomplissements techniques (au contraire des armandéns se reposant beaucoup sur la magie), de même c'est un peuple souvent très militaire par essence. Et ils ne sont par par nature ouvert d'esprit envers les non humains.




Particularité sociétal, et politiques des deux grand empires humains :

Empire Glorien :

Noblesse :

L'empire Glorien met sur un piédestal la noblesse d'épée. Les chevaliers, et nobles guerriers y sont glorifiés de même que les exploits guerriers individuels y sont respectés. Les valeurs telles que l'amour courtois y sont aussi fortement apprécié pour cette raison. De même que le devoir des gens de hautes naissances de défendre ceux de petite naissance.

Manière de pensée :

-Pragmatisme envers les elfes : Les Gloriens ne sont pas particulièrement amicaux envers le beau peuple, mais lui témoigne un certain respect, de plus ils voient l'utilité d'être en bon terme envers ces derniers, et ne sont donc pas fermés à leurs égards.

-Pragmatisme méfiant envers les vampires : Les Gloriens se méfient des vampires comme toujours, mais la noblesse de Gloria pensent pour certains que les vampires peuvent avoir leurs utilité, de plus l'empire Glorien ne pense pas avoir quoi que ce soit à craindre de l'empire vampirique, il n'empêche qu'une certain méfiance est très implantée à l'égard du peuple vampirique. Et les Gloriens restent attentif à tout ce que les morts vivants pourraient entreprendre contre eux.

-Mépris envers les Aldariens : L'empire Glorien considère les aldariens sous le spectre de l'ancienne rébellion fomentée par un régicide, n'ayant pas hésité à s'allier aux vampires le plus grand ennemi de l'humanité pour obtenir gain de cause, à leurs yeux les Aldariens manquent d'honneur, et de prudence. Mais dans le bon déroulement de la paix ils tâchent de ne pas mettre ces tensions sur le tapis.

Domaines de prédilection :

-L'armée : L'armée Glorienne est la plus puissante, et celle comptant le plus de soldats de toutes les armées Armandéennes, et ce sont probablement les mieux entraînés. Ce ne sont bien entendu souvent que des humains, mais la discipline, l’organisation efficace de cette armée, et la prospérité de l'empire Glorien compensent largement ce fait. L'armée glorienne est bien plus puissant que l'armée elfique, et vampirique, et dépasse l'armée Aldarienne.

-L'économie : le duché de Gloria a toujours été le plus riche depuis que l'empire existe, et l'empire Glorien a hérité de nombreuses terres parmi les plus fertiles d'Armanda, et regorgeant de nombreuses ressources précieuses, de plus le désert d'Estfalia semble avoir dévoilé certains gisements de minerais de même que les terres du Nord vers Fortuna. Il n'est donc pas faux de dire que l'empire Glorien est le plus prospère, et riche d'Armanda, ce qui lui permet de financer sa puissante armée.

-Le populisme : Il est un fait depuis que Fabius Kohan est venu au pouvoir, les dirigeants Glorien faisaient preuve, et font preuve d'un certain populisme, leurs attitude envers le peuple peut même se résumer grossièrement à « du pain, et des jeux », et une bonne partie de l’aristocratie cherche en permanence à séduire les masses populaires. Que ce soit pour s'attirer les faveurs de ces dernières, ou bien dans un but politique. Les nobles, et les officiers Gloriens sont d'ailleurs souvent appréciés du peuple, et il est très bien vu qu'en retour ces derniers fassent de leurs mieux au nom du peuple. De même la tradition sociale n'est pas forcément très encensée à Gloria, et la noblesse d'épée étant plus mise en avant que celle de plume il arrive de voir des bourgeois, ou des membres du petit peuple anoblit pour causes d'exploits militaires, ce qui donne le sentiment au peuple que le mérite militaire est récompensée, incitant ainsi à un certain héroïsme nombre de soldats Gloriens.

Empire Aldarien :

Noblesse :

L'empire Aldarien met plus en avant pour sa part la noblesse de plumes, les aristocrates de cour, et ceux faisant preuve d'un grand raffinement. L'esthétique y est de ce fait très apprécié, de même que les bonnes manières, et surtout les arts sont une chose considérée comme noble, et de haute valeur. De même il est considéré comme honorable que les gens de hautes naissances respectent à la lettre un certain protocole, et soient d'honorables mages.

Manière de pensée :

-Amitié envers les elfes : Les Aldariens se souviennent avec les elfes lors de la rébellion, et savent qu'ils pourront pour beaucoup compter sur le soutien du beau peuple si jamais les temps redevaient difficiles pour l'empire. Ils considèrent donc les elfes comme des alliés de choix, et respectent ces derniers pour leurs connaissances magiques, et se vante donc d'une amitié envers les elfes.

-Malaise, et ressentiment avec les vampires : Les vampires sont les vampires, et si l'empire Aldarien peut se vanter d'une certaine ouverture d'esprit les faits reste les faits, les vampires ont déjà trahit de nombreuses fois les Aldariens, et ces derniers ne l'ont pas oubliés, de plus la peur de l'ancien ennemi reste implantée au sein de population, et les vampires sont vu avec un mélange de crainte, et de rancune tenace.

-Ressentiment avec les Gloriens : L'empire Glorien est l'empire de l'ancien usurpateur Fabius Kohan, et le véritable régicide d'après l'empire Aldarien. Ils auraient beaucoup de choses à reprocher à l'empire Glorien, et à leurs yeux leur roi n'est qu'un tyran malhonnête, mais ils ont dû mettre leurs rancunes de côté pour le bien de la paix, même si au fond ils n'oublient pas leurs ressentiment à l'égard de Gloria.

Domaines de prédilections :

-La magie : Aldaria n'a jamais été un duché aussi riche, ou même peuplé que Gloria mais a toujours été la capitale de la magie pour les humains, et elle a gardé cet avantage. C'est à Aldaria que sont formés une bonne partie des meilleurs mages humains d'Armanda, et que l'on peut trouver nombre de grandes académies tournées vers la magie. Et c'est l'empire Aldarien qui compte le plus de haut mage dans son armée, et même si cet avantage ne permet pas d'égaler l'armée Glorienne cela reste un argument de poids autant en temps de paix qu'en temps de guerre.

-La culture : L'empire aldarien peut se vanter d'avoir une culture plus florissante que celle de l'empire Glorien plus tourné vers le militaire, et si Gloria ne manque pas non plus d'artistes, et d’œuvres d'arts de renom l'empire Aldarien garde tout de même une certaine avance dans ce domaine. Il arrive même d'assimiler le raffinement Aldarien au raffinement elfique même s'il est bien différent dans les faits. Comparer la culture Aldarienne à la culture elfique serait inexacte, et s'il est vrai que les elfes ont une légère influence sur la culture d'Aldaria cette dernière reste surtout très humaine. Au niveau culturelle l'empire Aldarien a donc une certaine avance sur l'empire Glorien.

- La tradition : L'empire Aldarien dans les faits est plus tournée vers la tradition, et les haut échelons social que l'empire Glorien, noblesse de plume oblige un certain respect est apporté aux codes de politesses, aux bonnes mœurs, et surtout aux bonnes manières de se comporter en publique. Alors qu'à Gloria le fait qu'un noble puisse se comporter comme un rustre passe très aisément à Aldaria un minimum de raffinement est apprécié. Et si un noble en étant dépourvu ne sera pas non plus mit au ban de la noblesse et qu'une certaine tolérance existe à l'égard des militaires, une attitude trop populiste sera très mal vu, car pour les Aldariens les traditions, et le protocole sont très importants de même que la hiérarchie sociale. Néanmoins la charité envers les pauvres, et une certaine bienséance à leurs égards est très bien vue. Et leurs vertus morales plus que les exploits sont encouragés.

Technologie


Espèce ingénieuse et curieuse, les humains vont d’améliorations en améliorations, de révolutions en révolutions. Ils cherchent sans cesse une meilleure méthode pour faire ceci ou cela, un moyen d’optimiser les récoltes et la production, une invention qui les rendra riche etc… Néanmoins cette manière de penser, de voir le monde comme un outil pour son propre bonheur, est très fortement nuancée par des croyances et des interdictions. En effet, les hommes comme le reste d’Armanda croient aux Esprits et à la magie. Cela prend une place importante dans leur vie et les pousse à éviter certains recherches.

Exception alayien : Les alayiens sont plus développés technologiquement encore que les humains d'Armanda, et leurs savoir technique est jalousement gardé secret, le penchant de l'être humain pour l'ingéniosité, et la technologie est poussé à l'extrême avec eux. Les meilleurs ingénieurs sont alayiens, de même que beaucoup des meilleurs forgerons, et des armuriers qui sont capable de faire certaines prouesses avec leurs savoir faire technique que les armandéens de toutes races ne font que grâce à la magie. De plus les alayiens ne dédient aucune vénération à la nature, et la magie et croient presque littéralement que la nature n'est qu'une ressource servant à la gloire de la civilisation. De ce fait ils ont tendance à avancer plus vite que les autres humains sur le chemin du progrès technologique, et de l'avancée technique qu'importe le prix. Donnant ainsi toutes ses lettres de noblesse à la « science » comme ils aiment l'appeler.

Exemples de technologie alayiennes : Feu gregeois (siphon de feu : une sorte de lance flamme), améliorations alayiennes d'armement, char de combat (ceux à roues, et lames)

-Les engins de sièges, et équipements alayiens sont très souvent plus sophistiqués que ceux des armandéens, et leurs logistique militaire plus performante.
-Les connaissances scientifiques alayiennes sont aussi raffinées que celles des arabes de la fin du moyen âge, et sont donc souvent plus avancés que celles des armandéens correspondant souvent à celles des européens du 13 ème siècle. Que ce soit en matière de médecine, mathématiques, géométrie, sciences, et architecture.

Langue


La langue commune, quoi qu’avec des accents et des expressions différentes selon les contrées. Une langue qu’ils ont imposés au reste du continent. Il existe également un patois propre aux Nordiques de Glacern





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Société Humaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» [ Dîner dans la Haute Société ] - PV
» La connerie humaine est sans limite !!!...
» Magie humaine, cautérisation VALIDE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Le monde :: Les peuples :: Les Humains-