Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Société et Coutumes Elfique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Orfraie Ataliel
Orfraie Ataliel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
Société et Coutumes Elfique Left_bar_bleue6/10Société et Coutumes Elfique Empty_bar_bleue  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

Société et Coutumes Elfique Empty
MessageSujet: Société et Coutumes Elfique Société et Coutumes Elfique Icon_minitimeLun 13 Fév 2017 - 19:49


Territoire, Patriotisme, Société, Famille, Protocole, Coutume


Territoire


Aujourd’hui, le territoire des elfes recouvre l’ensemble des montagnes du Nord-est d’Armanda, ainsi que les champs situés aux pieds de ces dernières, sur lequel règne un véritable microclimat tempéré. Les elfes sont en grande majorité concentrés au sein de leur cité, Estëllin, mais il existe quelques rares domaines de grande famille au sein du territoire, généralement installé au plus proche d’exploitation ou d’entreprise liées à cette famille. Le royaume elfique enserre en son sein le territoire des Baptistrels qui ont bâti leur nouveau domaine auprès de ce peuple comme avant sa destruction.

Contrairement à l’ancien royaume, celui-ci n’est pas protégé par une frontière magique qui ne s’ouvre qu’avec l’assentiment des elfes, l’empereur en place ayant décidé de ne pas la rétablir au risque d’isoler à nouveau les elfes du reste du monde. À la place il a fait construire une gigantesque route, la Voie royale, afin de permettre aux visiteurs et marchands de rejoindre la cité au cœur de la montagne. Mais rien n’assure que, si une nouvelle guerre devait se profiler, les elfes la lèveraient à nouveau.

L'ancien royaume elfique est aujourd'hui une terre désolée. Description de l'ancien royaume elfique:

Citation :
Le territoire des elfes se situe au cœur de la forêt de l'ouest, au climat des plus pluvieux. Il n'est pas très étendu, ne s'étendant pas même sur tous les vieux bois, qui enserrent aussi en leur sein le territoire des Baptistrels, un peu plus loin à l'écart. Le royaume elfique est protégé par les bosquets magiques, une frontière magique qui ne s'ouvre qu'avec l'assentiment des elfes. Il ne s'agit peut-être pas d'une riche terre fertile, et le royaume elfique ne croule peut-être pas sous les richesses, mais cela importe peu au beau peuple, qui chérit plus que tout sa forêt et la vie foisonnante qu'elle protège.

Patriotisme


Société et Coutumes Elfique 42303810

Merci à Lorenz Wintel pour ce drapeau


Devise


~ La magie coule dans nos veines, notre regard s'élève vers le ciel.
~ Ecoute le chant des arbres et laisse toi guider par sa sagesse millénaire.


Merci à Eanlys Diansin pour cette devise

Hymne



Au commencement
Au temps d'avant le temps d'antan
De nos navires blancs nous vînmes
Par delà les flots cristallins

Gardiens d'un monde en guerre
Nous n'avons jamais abandonné
Les enfants de cette terre
Qui nous accueillit, nous les premiers nés

Gardien d'un monde de magie
Nous avons vécu dans notre forêt
Détenteurs de secrets enfouis
Que nous gardons à jamais

Au commencement
Au temps d'avant le temps d'antan
De nos navires blancs nous vînmes
Par delà les flots cristallins

Nos guerriers à l'armure brillante
Combattent les ombres de leurs fers
Nos Vierges aux chevelures d'étoiles filantes
Guérissent les maux de la terre

Nos nobles guides, Nos sages éclairés
Dont les mots sont plus forts encore que les armes
Nos Chanteurs, Nos Artistes
Dont les œuvres percent les âmes

Au commencement
Au temps d'avant le temps d'antan
De nos navires blancs nous vînmes
Par delà les flots cristallins

A présent nous observons le monde
Dans sa gloire et dans sa peine
A présent nous attendons que l'heure tombe
Dans son horreur et dans sa haine

A présent nous rassemblons toute notre rage
En prévision de notre ultime combat
A présent nous rassemblons tout notre courage
En prévision de notre trépas


Merci à Merithyn Shadowsong pour cette hymne

Société


Le peuple elfique est organisé en une société de type impériale médiévale et est presque entièrement concentrée dans la capitale du royaume, bien qu’il existe quelques villages plus frontaliers mais toujours à l’intérieur des limites du royaume. Ils sont extrêmement sédentaires et possède une strate sociale clairement établie qui régit la vie quotidienne. Leur hiérarchie est extrêmement stricte et codifie toute leur vie. Elle se décompose en trois grands rangs, comme chez les humains (petit-peuple, bourgeoisie, noblesse) mais également de toute une série de supériorité et infériorité en fonction de l’emploi de chacun et de la naissance de chacun.

Le petit-peuple représente une part relativement réduite de la race, réunissant les plus humbles. Cette classe sociale comprend les individus au service de la noblesse. Ils ne sont pas aussi pauvres que les paysans humains, mais ils se contentent en général de peu.

La bourgeoisie représente la part majoritaire de la race, réunissant les individus ayant une certaine aisance matérielle qui leur permet une meilleure vie, mais surtout un nom et un statu plus admirable. La majorité est à leurs comptes et possèdent des valeurs à la fois matérielles et spirituelles (connaissances). Parfois, ils peuvent même s’avérer très riches, quoi que moins que les bourgeois humains. Ils participent activement à la vie de la société. Ce sont des artisans, érudits ou soldats…

La noblesse représente une minorité de la race, réunissant les individus de hauts rangs ayant une grande aisance mais surtout un nm et une lignée admirable. Ils ont un grand poids dans la vie de la société et en régissent les différents aspects. Ils travaillent surtout à des postes dit nobles : érudits, hauts gradés de l’armée, conseillers…

Ces classes sociales sont extrêmement imperméables, il est presque impensable de s’élever dans les strates du fait des mœurs elfiques et de leur amour du lignage et de la durabilité. Les éléments qui parviennent à s’élever le font souvent au titre d’actions particulièrement glorieuses et importantes, et encore que cela met souvent mal à l’aise quel que soit la reconnaissance. La famille royale et les conseillers sont les seuls à pouvoir décider d’une élévation. Si les relations aux richesses sont souvent moins inégalitaires que chez les humains, les protocoles, eux sont stricts et se basent sur ces rangs. Il y a cependant des impératifs pour tous.

La noblesse est extrêmement fière d’elle-même et ne répond qu’à ses pairs, mais la bourgeoisie et le petit-peuple, eux, se placent presque sur un pied d’égalité. Le peuple elfique est très autarcique. Il n’a que très peu de contacts avec le peuple humain et déteste les vampires.

Famille


Les elfes tiennent non seulement la microsphère familiale en haute estime, mais on peut même affirmer qu’elle est sacrée pour eux. En effet, la race est très peu fertile, aussi les enfants et leurs filiations est extrêmement importante à leurs yeux. De la famille découle absolument tout. La place de l’enfant, son nom, les codes qu’il devra respecter dans tous les aspects de sa vie… C’est la famille qui définit l’individu, et l’identifie, lui procure tout ce dont il a besoin et l’introduit dans la société.

Le modèle familiale elfique n’a pas de figure prédéfinie. Il peut être soit patriarcale, soit matriarcale. C’est-à-dire dirigée par le père et les membres masculins de la famille, ou par la mère et les membres féminins de la famille, par ordre de prétention. C’est la figure dominante qui prend les décisions. Cependant, si l’on respecte ces décisions, elles peuvent être discutées en conservant le respect, en toute intelligence et en restant dans les limites établies par les bonnes mœurs. Ces décisions peuvent tenir du mariage, de la politique familiale… Contrairement aux humains, chaque membre de la famille travaille et pourvois différemment aux besoins des siens. Si la figure dominante vient à disparaître, c’est la suivante dans la ligne d’héritage qui prend sa place, si elle n’a émis aucunes volontés singulières à ce sujet. Hommes et femmes peuvent exercer les mêmes emplois, également. La femme cependant a encore le titre de maîtresse de la maison. Cependant, si au sein de la famille et entre les sexes, l’égalité est le mot d’ordre, il existe une stratification très rigides entre les emplis et les rangs. Un inférieur n’a, par exemple, pas le droit de parler avant un supérieur.

Malgré cela, l’affection et les sentiments ne sont pas du tout absents, ils sont même très cultivés, à la fois au sein de la famille, mais également plus généralement. En effet, toute la communauté se joint aux parents lors de la naissance d’un nouvel enfant afin de le choyer, le protéger et lui offrir la meilleure éducation possible. La majorité des mariages sont arrangés, cependant les mariages d’amour existent et sont acceptés relativement bien, s’ils ne vont pas à l’encontre des volontés de la figure dominante de la famille. Les elfes n’aimant qu’une seule fois, la majorité du temps, ce sentiment est très respecté. Filles et garçons sont appréciés, lors des naissances et on les dorlote de même. L’éducation est la meilleure pour chacun, mais on laisse l’enfant suivre ses propres tendances et facilité, en rapport avec son rang de naissance. Les enfants apprennent à lire, écrire, compter, sans distinction. Ils apprennent également la magie et le combat, mais sans insister pour ce dernier domaine, si l’enfant ne se révèle pas de goût pour cela.

Lois, Protocoles et Moeurs en vigueur


Hiérarchie sociale elfique


Le peuple elfique est un peuple très ancien et très structuré qui a su survivre sans aucune guerre clandestine pendant des siècles, ce qui n'est pas un mince exploit.

Ceci est surtout dû à leur système de politesse très complexe mais respecté par tous. Il permet de se situer rapidement dans leur hiérarchie sociale, puis leur hiérarchie politique, et donc de ne pas vexer les autres. Cela peut paraitre étrange pour les représentants des autres peuples qui se retrouvent incapables de retenir tous ces protocoles, mais c'est un système qui a fait ses preuves et les elfes y sont très attachés.


  • La notion de famille est très importante chez les elfes. C'est d'ailleurs la notion la plus ancrée de toutes, un elfe sans un nom de famille n'est rien.
    Toutes les familles sont bien entendu très anciennes et ont leur propre histoire. C'est cette histoire qui définit la place sociale de la famille dans la société elfique. Une famille qui a eu une histoire retentissante et glorieuse aura de grande chance d'avoir un rôle important dans leur société.

  • Comme vous l'aurez compris, c'est l'appartenance à telle ou telle famille qui définit la place sociale d'un elfe. Un membre de la famille impériale, quelque soit son rôle dans l'empire elfique, sera toujours traité comme un prince, même s'il choisit de devenir armurier.

  • Ensuite dans une même famille, l'autorité va toujours aux plus âgés. L'elfe le plus âgé d'une famille est appelé le patriarche ou la matriarche et c'est lui qui commande les autres. Le plus jeune de la famille ne commande personne et doit le respect à tout le monde. Ceci est valable dans toutes les familles, de la famille impériale aux familles les plus modestes.

  • En résumé, un elfe âgé de 678 ans devra le respect à tous les membres de sa famille qui sont plus âgés et à tous les membres des familles qui lui sont supérieures en hiérarchie quelque soit l'âge. Il exigera le respect et pourra commander tous les membres de sa famille qui auront moins de 678 ans et tous les membres des familles inférieures en hiérarchie quelque soit leur âge.


Remarque : un tableau des hiérarchies sera établi lorsqu'il y aura suffisamment d'elfes sur le forum. Pour le moment, retenir que la famille la plus haute est la famille impériale suivie de près par les familles membres du conseil.




Protocole : Les codes de politesse


La première règle de politesse des elfes, la règle élémentaire est que, lorsque quelqu'un vous salue, vous devez répondre par un salut (elfique ou cérémonial selon les circonstances).

  • Le salut elfique : poing droit fermé soutenant la main gauche ouverte, s'incliner légèrement sans quitter votre interlocuteur des yeux.

  • Le salut cérémonial : pour les membres d'une famille qui vous est très supérieure en hiérarchie ou pour quelqu'un que vous souhaitez honorer. Il s'agit de croiser les deux mains sur la poitrine et de s'incliner profondément, ne se relever que lorsque votre interlocuteur vous le permet.

  • Saluer un membre de votre famille plus âgé : c'est à lui de vous saluer en premier s'il le souhaite, s'il ne le fait pas vous ne pouvez en aucun cas lui parler. Vous pouvez lui faire comprendre que vous désirez lui parler en soutenant son regard.

  • Saluer un membre de votre famille moins âgé : vous n'êtes pas obligé de le saluer mais vous pouvez le faire, il ne pourra pas vous parler tant que vous ne l'aurez pas salué. Il peut solliciter votre attention en soutenant votre regard, ce serait alors l'humilier que de ne pas lui accorder.

  • Saluer un membre d'une famille supérieure : c'est à lui de le faire s'il le souhaite, vous ne pourrez pas lui parler tant qu'il ne l'aura pas fait. S'il est très supérieur en hiérarchie (plus de deux rangs ou appartenance à la famille impériale) alors vous devrez utiliser le salut cérémonial pour le saluer à son tour.
    Seul le patriarche de votre famille peut solliciter une audience pour vous avec un membre d'une famille supérieure si celui-ci ne vous a pas accordé son salut.

  • Saluer un membre d'une famille inférieure : C'est à vous de le faire si vous le souhaitez, il ne pourra pas vous parler tant que vous ne l'aurez pas fait. S'il est très inférieur en hiérarchie, il utilisera la salut cérémonial pour vous répondre et vous devrez lui permettre de se redresser.
    Seul le patriarche d'une famille inférieure peut venir vous demander une audience avec une personne que vous n'aurez pas saluée.


Citation :
A ne pas faire :

Chez les elfes, il est considéré comme très impoli de ne pas révéler son identité à une personne qui vous a révélé la sienne. De même, un elfe n'agressera jamais une personne qu'il a saluée sauf insulte grave. Il considérerait comme particulièrement grossier d'être attaqué par une personne après avoir été salué.

Pour finir, il faut savoir que les visiteurs humains sont les bienvenus chez les elfes à condition de respecter leurs coutumes (difficiles) et de ne pas s'attarder.

Batifoler avec une ou un elfe est par contre très très mal vu : l'elfe en question sera mis au ban de sa société et l'humain risque l'exil au minimum avec interdiction de revenir.




Moeurs


Mœurs

L’éducation et le bain culturels conditionnent les elfes depuis la naissance et jusqu’à leur mort, contrairement aux humains qui ont une certaine liberté, les elfes sont de grands conformistes pour la grande majorité. Leur façon de penser, leurs réactions, proviennent souvent de leur environnement culturel et social. Il est rare de voir un elfe penser différemment et lorsque c’est le cas, il y a des chances pour qu’il soit mal vu voir très mal vu par les siens. Ces cas sont plus exceptionnels encore que chez les humains malgré une plus grande liberté de pensée. Le bain culturel est issu de l’expérience des générations précédentes et de la transmission des savoirs en continus.

Rapport aux relations inter-raciales

Les relations amoureuses et sexuelles entre races sont très mal vues par les elfes. Il s’agit d’un véritable tabou pour les elfes qui se pensent au-dessus des humains et des vampires. Les elfes se vouant à ce genre de relations sont souvent mis au ban de la société, dédaignés et stigmatisés comme des fous et des traîtres, voir des traités comme des créatures contre nature. Les familles où apparaît une relation de ce genre-là tentent souvent de se défaire du ‘mouton noir’ le plus vite possible et coupent les ponts. Si les humains ont tendances à blâmer ces couples et les éviter, les elfes les rejettent souvent ouvertement. Une relation amoureuse avec un humain sera vue comme une anomalie et une insulte à la race elfique, mais une relation avec un vampire sera en revanche traitée comme une véritable hérésie qui conduira certainement à beaucoup de souffrance pour l’elfe ‘fautif’.

Les relations d’amitié sont en revanche beaucoup mieux perçues qu’auparavant et même accepter, envers les humains. Celle avec les vampires le reste en revanche très mal. Mais ici encore, cela tiendra surtout du degré de tolérance de l’entourage de l’elfe en question. Les jeunes générations s’ouvrent davantage, surtout avec les guerres récentes, mais cela reste un mouvement en pleine naissance et l’autarcie est encore majoritaire.

Rapport au Travail

Si le travail est vu par les humains comme d’une importance extrême et un véhicule de valeur, les choses sont sensiblement différentes avec les elfes. Ceux-ci tendent moins à honorer le travail qu’une vie bien menée et une utilité à la communauté en général. C’est-à-dire qu’un elfe pourra très bien ne pas travailler dans le sens d’exercer un métier bien défini comme forgeron ou marchand, mais s’occuper par exemple des jeunes ou de la forêt. Le travail tel qu’on l’entend dans le monde elfique est, avant tout, d’avoir une place dans la hiérarchie et dans les rapports aux autres. Là-dessus, ils rejoignent les humains.

Les travaux en question ne sont cependant pas toujours les mêmes. Si l’on retrouve des incontournables, comme le fait que seules les familles nobles et anciennes peuvent accéder à des sièges au conseil, certains autres ne le sont pas tout autant. Ainsi, un membre du petit-peuple aura tout loisir de s’élever au rang de maître du savoir et pourra siéger à la bibliothèque impériale ou, s’il en a la chance, aider les Baptistrels avec la tenue des bibliothèques innombrables de Tomingorllo. De même, les forgerons impériaux ne rechignerons pas à prendre un apprenti si celui-ci vient d’une famille très humble, si l’individu en question est vraiment décidé à se lancé sur cette voie.

Il est à noter également que certains métiers humains n’existent pas chez les elfes, celui de chasseur par exemple. Les tanneurs de cuir sont également rares, quoi que pas inexistant. En revanche, certains métiers existent et ne se retrouvent pas chez les humains. Il faut également rappeler que la distinction des sexes ne s’effectue pas comme chez les humains et que tous les métiers peuvent être effectués par des hommes ou des femmes.

Rapport à la richesse

La richesse matérielle, les biens possédés et l’or et l’argent dans les coffres, ne sont pas des critères très importants pour les elfes. On pourrait presque dire que c’est même le critère le moins important de tous. La richesse, pour un elfe, passe par la réussite du travail qu’il exerce et son utilité à la communauté ainsi que par son rang social. Le titre est, pour cette race, plus important que tout. La richesse matérielle est plus utilisée que pour les échanges avec les humains ou pour des créations artistiques. Chez les elfes, on pourra être respecté sans richesse matérielle. C’est l’une des raisons qui rend la stratification sociale si hermétique d’ailleurs. Il est cependant à noter que les elfes aimant la belle facture, la possession d’armes singulières à la richesse historiques, de livres et d’objets culturels prisés, sont des critères plus regardés que la lourdeur d’une bourse pleine de pièces. La culture et la place sociale sont donc les critères prépondérants.

Relation au temps et à la mémoire

Les elfes ont une vie bien plus longue que celle des humains même si ils ne sont pas immortels. De ce fait, ils n’ont pas la même relation au temps que les humains qui ressemble à d’éphémères papillons. Une vie d’elfe, pourvue qu’elle ne soit pas écourtée volontairement, est longue et souvent bien remplie. Ainsi, la peur de la mort n’est pas si présente chez ce peuple. Elle n’est pas absente, évidemment, mais elle n’est pas prépondérante, en particulier chez les elfes les plus âgés dont les dernières années approchent et qui peuvent être particulièrement fatigués et en mauvaise santé.

Les elfes, peuple cultivé et appréciant l’éducation et les connaissances, prend son temps lorsqu’il s’agit de s’instruire ; préférant souvent passer des années sur un même sujet afin de le maîtriser parfaitement plutôt que de se contenter d’un apprentissage moyen. Leur mécanisme d’apprentissage est également moins rapide que celui des humains, et certaines choses qui prendraient très peu de temps à un ‘mortel’ pourrait demander plusieurs années à un elfe. Le résultat, cependant, sera souvent bien différent, bien meilleur. Ils prennent également leur temps pour savoir quelle est leur vocation, la voie dans laquelle ils s’engageront le reste de leur vie durant car c’est de là que découlera leur place finale dans la société elfique. Arrivés au bout de leur vie, en ayant remplie leur existence avec satisfaction, ils voient souvent la mort comme une bénédiction, un repos final après un millénaire d’ouvrage. Ils sont donc plus philosophiques que les humains.

Le peuple elfique est extrêmement respectueux de ses morts, leur offrant une place dans la mémoire collective et dans l’histoire du peuple. Cette mémoire, des noms, des filiations et des ouvrages, est extrêmement importante car elle est partie intégrante de la culture raciale. C’est également une des raisons qui rend la mort moins effrayante pour les elfes, la certitude qu’on se souviendra forcément d’eux. La mémoire est très importante, pour les sylvains et ils mettent un point d’honneur à se souvenir de tout, conservant les sommes de savoir accumulés dans leurs bibliothèques.

Pour les elfes, le temps est une chose que l’on ne peut manipuler et contre lequel il ne sert à rien de se battre. Il faut l’accepter et couler dans son sens. C’est un bien précieux qu’il ne faut ni gaspiller ni amasser, simplement utiliser à bon escient. La façon qu’ont les humains ne courir en permanence et de ne jamais ‘perdre de temps’ leur est très étrangère et incompréhensible et participe à la vision générale qu’ils ont de cette race encore trop jeune. Les elfes mûrissent relativement vite sur le plan physique, mais également sur le plan mental et peuvent faire preuve d’une étonnante sagesse très jeune même si ce n’est pas toujours le cas.




Coutumes


Les elfes sont particulièrement attachés à leurs us et coutumes, qui sont souvent intimement liées à leur nature, à la magie et à leurs croyances, et n'aiment pas en changer.

D'ailleurs, s'il y a une chose à retenir c'est que les elfes n'aiment pas beaucoup le changement, en est pour preuve le fait qu'ils aient conservé nombre de mœurs d'un temps ancien. Il leur faut parfois des siècles pour changer ne serait-ce que d'un iota leurs habitudes. Le mot habitudes définit alors très bien le quotidien des elfes.

Très attachés à leurs coutumes donc, sachez aussi que les elfes sont très susceptibles. Il faut se méfier de chacune de ses paroles en présence d'un elfe et même de ses gestes, car ils sont très à cheval sur la politesse et surtout se vexent facilement. Le pire étant que, fiers comme ils sont, ils ne montrent que rarement leurs sentiments profonds : on s'aperçoit que l'on a vexé un elfe souvent uniquement lorsque celui-ci vous transperce d'une flèche ou d'un coup de couteau, et cela peut avoir lieu des années et des années plus tard ! Ils sont très patients et surtout très rancuniers.

Leur durée de vie importante trouve peut-être entre autres son explication dans l'existence de leur code de politesse si compliqué, comme présenté plus haut et que nous ne rappellerons pas ici, et dans le respect de toutes ces coutumes. En effet les querelles chez eux sont rares grâce à cela, ce qui est une bonne chose car elles dureraient alors des siècles !



Les Elfes et la Magie

Les elfes sont intimement liés à la magie. Elle coule directement dans leur sang et est liée à leur force vitale. Même le moins mage des elfes vibre de magie puissante. Enfin puissante...

Le déclin de la magie sur Armanda, lié à la disparition des dragons, a entraîné un déclin du pouvoir elfique et du peuple elfe lui-même. Très nombreux il fut un temps, ils sont à présent moins d'un millier. Leur fécondité est très faible, et l'affaiblissement de leur magie les rend vulnérables et baisse leur espérance de vie. Là où leurs ancêtres sur leur ancien continent pouvaient vivre aisément deux mille ans, les elfes d'Armanda peinent à atteindre les mille années. Et encore... Suite aux multiples guerres et au vampirisme qui ont décimé les rangs des plus âgés, les elfes de plus de six ans se comptent presque sur les doigts d'une main... Leur espèce s'éteint peu à peu...

Leur dernier espoir est dans le retour des dragons sur Armanda, ce qui renforcerait la magie et donc leur puissance. Sans les dragons, ou si la magie venait à disparaitre, l'avenir des elfes serait bien sombre....






Croyances des Elfes et Fêtes célébrées

Les elfes partagent sensiblement les mêmes coutumes et croyances que les autres races Armandéennes. Ils vénèrent la nature représentée par les esprits supérieurs. Les elfes sont peut-être encore plus respectueux de toute vie, vivant en harmonie parfaite avec la nature. Même tuer volontairement un insecte leur paraitrait criminel.

Depuis le retour des esprits-totems en Armanda, ils sont choisis dès la naissance, ou suite à un rituel pour les elfes plus âgés, comme les membres des autres peuples, par un de ces esprits dit inférieurs.

En outre, les elfes croient en la réincarnation et n'ont absolument aucune notion d'enfer ou de paradis (ces notions ne doivent donc pas être utilisées sur Armanda, elles sont inconnues !)

Les fêtes célébrées par les elfes


* La fête des esprits : Cette fête est célébrée tous les 5 ans aussi bien par les elfes, les hommes ou les vampires. Elle a lieu le premier jour de l'année et est constituée d'une succession de petites cérémonies chantées. Cependant, elle diffère chez les elfes par rapport aux autres peuples. Alors qu’avant on honorerait chaque esprit supérieur, l'un après l'autre dans un ordre strict (océan, vent, feu, terre, végétal, vie et mort), censé représenter la naissance du monde. À présent on honore le décès de chaque esprits supérieurs, qui se sont sacrifiés pour que leurs créations survivent, les uns après les autres dans un ordre précis (Néant, Mort, Terre, Vent, Végétal, Feu, Océan, Vie.). Entre chaque petite cérémonie, les convives doivent faire la fête en mangeant et en dansant. Elle dure entre 3 et 4 jours pendant lequel une trêve totale est respectée entre tous les ennemis. Les peuples ne peuvent se faire la guerre, les adversaires ne peuvent se battre ni se disputer.


* La fête du pardon : Cette fête a lieu tous les ans au premier jour du printemps. Elle est censée honorer le renouveau afin de porter chance pour le nouveau cycle de la nature qui commence. Il n'y a pas de cérémonie ce jour là et il serait considéré comme offensant de faire le moindre signe ostentatoire pouvant prouver qu'il s'agit d'une fête. La tradition consiste pour tous les peuples à aller offrir un cadeau à une personne que l'on aurait offensé afin d'obtenir son pardon, la personne se doit alors de l'accorder sous peine de s'attirer les foudres des esprits. Cette tradition mise à part, c'est un jour comme les autres.


* La fête de la terre : cette cérémonie a lieu sur les plages de tous les royaumes au milieu de l'hiver de chaque année. Il s'agit d'honorer l'esprit de la terre afin de l'encourager à lutter contre son frère Océan. La tradition veut que les participants dansent et chantent sur les plages à partir du coucher jusqu'au lever du soleil. Lorsque le soleil se lève, il faut jeter un panier de fleurs à la mer afin de calmer la colère de l'esprit Océan.


* Les mariages : Les elfes ont une très longue cérémonie qui dure plusieurs jours et qui est constituée d'une journée de jeûn pour les mariés, ainsi que de poèmes et de chants. Il est de tradition d'inviter un baptistrel qui doit chanter l'histoire des deux mariés de leur naissance jusqu'à ce jour. Un festin a lieu le dernier jour pendant lequel les mariés doivent s'esquiver pour aller consumer leur union.
Cérémonie du mariage elfique:
 


* Cérémonie d'accueil à la vie : Chez les elfes, l'arrivée d'un nouveau né est un véritable miracle. La cérémonie dure trois jours, un baptistrel vient interpréter le chant nom, chaque esprit est appelé tour à tour pour l'inciter à protéger le nouveau né. La fête dure ensuite une bonne semaine sans aucune interruption, elle est toujours grandiose pour la simple et bonne raison que les dépenses sont partagées par toute la communauté.


* Cérémonie des morts : Les elfes ont une cérémonie chantée, un baptistrel vient interpréter le chant nom du défunt puis la vie entière de celui-ci est déclamée tout en vers. Pour terminer, le baptistrel interprète le chant du passage.
Les elfes défunts appartenant aux familles les moins importantes sont brulés par magie, tandis que les restes des elfes de haut rang sont glacés (par magie encore une fois) pour être conservés dans un endroit tenu secret.










Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Société et Coutumes Elfique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Société et Coutumes Elfique
» Atelier de travail sur le phénomène de l'exclusion dans la société haitienne
» L'elfique comme elle est parlait
» Lanterne elfique
» Elfique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Le monde :: Les peuples :: Les Elfes-