Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez

Hlin Tjänare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Hlin Tjänare
Hlin Tjänare
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Hlin Tjänare  Left_bar_bleue7/10Hlin Tjänare  Empty_bar_bleue  (7/10)
Xp disponibles: 2

Voleuse de la Cour des Miracles

Hlin Tjänare  Empty
MessageSujet: Hlin Tjänare Hlin Tjänare  Icon_minitimeMer 28 Déc 2016 - 2:22




Identité

  • Race : Humaine
  • Nom : Tjänare
  • Prénom : Hlin
  • Surnom : //
  • Date de naissance : 02/08/1741
  • Age réel : 19 ans
  • Age vampirique : //
  • Lieu de naissance : Gloria
  • Lieu de vie : Les rues de Gloria
  • Rang social : Petit peuple
  • Poste/emploi : Voleuse pour la cour des miracles
Caractéristiques (Clic!)


Physique :

  • Force physique : Faible
  • Agilité : Bonne
  • Furtivité : Bonne
  • Réflexes : Moyens
  • Endurance : Très bonne
  • Résistance : Faible
  • Beauté : Moyenne

Mental :

  • Force mentale : Bonne
  • Patience/self contrôle : Bonne
  • Perception : Très bonne
  • Intelligence : Moyenne
  • Prestance/charisme : Faible
  • Mémoire : Bonne

Combat :

  • Epée : Aucun niveau
  • Dague et poignards : Moyen
  • Armes d'hast : Aucun niveau
  • Armes contondantes : Moyen
  • Hache : Aucun niveau
  • Faux : Aucun niveau
  • Fouet : Aucun niveau
  • Art du lancer : Bon
  • Art de la parade : Faible
  • Arc : Aucun niveau
  • Arbalète : Aucun niveau
  • Mains nues/pugilat : Faible
  • Equitation : Aucun niveau
  • Dressage : Aucun niveau



Equipement et magie

  • Arme principale : Une feuille de boucher, tout ce qu’il y a de plus simple, qu’elle a volé sur le marché de Gloria.

  • Autres objets : Elle possède également une paire d’aiguille à tricoter qu’elle a aiguisé avec le temps et un vieux ciseau rouillé.

  • Alignement : Neutre à tendance à tendance maléfique.

  • Style de magie principal : Humain

  • Arrogance : Moyenne
  • Gentillesse : Moyenne





Description physique

On pouvait se demander si c’était le métier de voleuse qui avait été créé pour elle ou si on l’avait conçu de telle sorte qu’elle soit parfaitement adaptée à son métier. Petite, menue, il est aisé pour elle de se faufiler à travers une foule dense, avant qu’une porte ne se referme ou à travers l’interstice d’un mur en ruine. Agile mais pas spécialement rapide, elle fait sa force dans sa fuite. Sa taille fluette et son endurance lui permettent de se sortir de nombreuses situations périlleuses.

Alors qu’elle cache habituellement ses longs cheveux noirs sous un capuchon, on ne peut que remarquer ses yeux argentés et perçants. Même lorsque la noirceur de la nuit s’éprend du logis de chacun, elle ne peut rivaliser face à leur intensité. Outre cela, on pourrait qualifier sa beauté de banale. Un visage fin, un nez retroussé et de petites oreilles… Définitivement rien d’extraordinaire. Cependant, il faut noter que de larges cernes violettes ornent son visage, seules marques de ses nuits agitées.

Pas spécialement agile, féline voir gracieuse, elle ne se soucie pas de ces choses futiles et préfère rechercher l’efficacité, se dévouant corps et âme à la cour des miracles. Ainsi, seul un regard averti pourrait se rendre compte que derrière l’apparence d’une fragile et insouciante enfant se trouve une femme en quête de reconnaissance et peut-être même ; de vengeance.


Description mentale

D'une nature calme et réfléchie, Hlin est quelqu'un d'indifférent à toutes les personnes extérieures à la cour des Miracles ou presque. Seuls trois noms peuvent la faire sortir de sa passivité. Aly, son ancienne meilleure amie; Frigg Tjänare, sa mère et Aphaïa Makhaïra, sa pire ennemie.
Se dévouant corps et âme à son travail de voleuse, elle se sent presque prête à y laisser sa vie si on lui demande. Elle ne ressent pas le besoin de s'attacher à quiconque et préférera accomplir ses tâches avec efficacité.

Avec le temps, elle a ré-appris à aimer les choses simples et ce qu'elle a toujours aimé est d'apprendre de nouvelles choses. Il faut savoir qu'elle a fait son éducation seule, elle n'a pas connu l'amour d'un parent et encore moins l'identité de son père. Elle ne sait rien de sa famille et elle s'en fiche pas mal à l'heure qu'il est.
Elle préférera toujours agir seule mais si elle n'a pas le choix, elle fera tout pour éviter de dormir en présence de quelqu'un d'autre car de lourds cauchemars hantent ses nuits.

Oh et si vous vous demandez ce qu'elle pense de l'amour et des sentiments, elle ne saura pas quoi vous répondre car elle n'en pense rien. Cela ne l'intéresse pas et elle n'a connu qu'une seule amitié forte. Elle préfère donc éliminer tout sentiment inutile autant qu'elle le fait déjà avec sa magie. Elle n'a aucune connaissance de sa magie totem et elle ne veut rien en savoir.




Histoire

♦ Passé ♦
L'amour d'une mère

Une goutte de sueur roula le long de sa tempe alors qu’elle expirait enfin. La délivrance mit un terme à ses souffrances alors que des marques de crispation striaient son front. Ce n’était pas le moment le plus doux dans la vie d’une femme et peu d’entre elles pouvaient se vanter d’avoir garder de leur superbe jusqu’au bout. Elle était différente. Une beauté chaleureuse, une aura magnétique et un charisme sans pareil qui n’avaient pas flanché, rapportèrent les quelques privilégiés qui avait été présent. Certains diraient plus tard qu’on supportait plus facilement la douleur après un premier accouchement, d’autres prôneraient le mensonge mais tous n’étaient que jalousie. La beauté n’attire pas que la gentillesse et la bienveillance. Toutefois, cela n’avait jamais altéré son sourire ; cet exact sourire qu’elle portait au même moment.

- C’est une fille, dit la femme qui lui tendit un paquet emmailloté de linges blancs.

Elle avança faiblement les bras et découvrit délicatement le visage de son enfant. Quelques mèches sombres parsemaient le haut de son crâne. Sa peau était si douce qu’on ne pouvait s’empêcher de la caresser. Les yeux fermés et la mine crispée, sa petite main attrapa l’index de sa mère, se décidant à ne plus le lâcher. Celle-ci sourit tendrement avant de chuchoter :

- Tu es promise à un grand avenir Frigg Tjänare.

Toutes les personnes présentes dans la pièce ne purent résister à l’amour d’une mère pour son enfant. Cependant il est parfois insuffisant pour que la réciprocité se fasse. Les raisons peuvent être multiples et il n’est pas toujours facile de questionner sa propre responsabilité.


Beauté contre Pouvoir

Une haine profonde s’était développée au fur et à mesure que les années passaient. Personne ne la regardait, toute l’attention était toujours portée vers elle. Elle ; cette mère dont elle n’avait hérité ni la beauté ; ni le charisme ; ni l’aura. On l’observait du coin de l’œil, on marmonnait dans son dos. Etait-elle vraiment la fille de la grande, de la somptueuse Idunn Tjänare. Rien n’était moins sûr. Elle s’en était convaincue au fil des années. Elle ne supportait plus de se trouver dans la même pièce qu’elle, de sentir son regard triste sur sa peau.

Elle avait développé une sorte de don qui lui avait permis de se lier d’amitié avec son jeune voisin. Elle avait cependant l’impression qu’au moindre écart d’attention de sa part, elle se retrouverait seule à nouveau. Cette solitude lui pesait à telle point qu’elle était devenue possessive à l’égard de son « ami ». Néanmoins, cela ne l’avait pas empêché de ramener une fille chez lui hier après midi. Elle était énervée et lui avait demandé de s’expliquer.

- Je te jure qu’il n’y a rien eu. Tu es ma meilleure amie Frigg, jamais je ne te mentirais.

Elle ne le croyait pas. Il mentait. Il se moquait d’elle. Comme tous les autres. Dans un accès de rage, elle se saisit du premier objet qui se trouvait là et lui lança en plein visage.

- Qu’est-ce-que tu as fait ? Hurla sa mère qui déboula derrière elle.

Elle la bouscula, se jetant à terre, là où se trouvait son ami. Il se tenait fermement le côté gauche de son visage. Son œil droit fermé et la crispation de son front donnaient une estimation de la douleur contre laquelle il faisait face. Sa mère, paniquée, essayait d’aider comme elle le pouvait.

- Tout ça est de ta faute, s’insurgea la jeune fille.

Elle s’était décidée, elle devait s’en aller. Elle ne le supportait plus, ni elle, ni personne. Elle avait besoin de briller. Elle qui n’était pas assez belle s’était tournée vers le pouvoir et la manipulation. Elle recherchait ardemment la puissance et désormais, plus rien d’autre n’existait pour elle. Elle faisait cette constatation alors qu’elle préparait ses affaires. De lourdes bottes montèrent les escaliers jusqu’à sa porte. Entendant cette dernière s’ouvrir, elle s’exclama :

- Je ne reviendrais pas.

Il ne répondit pas mais elle l’imaginait facilement, le regard lourd, les bras croisés, la fixant. Elle n’avait jamais été proche de son frère, plus âgé, ne subissant pas les critiques. Il ne comprenait pas… Elle le dépassa, dévala les escaliers et claqua la porte d’entrée, sans un regard en arrière. Sans un regret.


♦ Présent ♦
Enfance

La maison était plutôt simple. Elle se composait d’une minuscule chambre, d’une salle de bain et d’une pièce principale qui faisait à la fois office de salon, de salle à mange, de cuisine et de chambre. Elle se trouvait dans un quartier populaire de Gloria. Le paysage y était diversifié et malgré cela, les deux habitantes de la maison ressortaient du lot. A ce moment là se trouvait, d’ailleurs, une petite fille qui jouait sur le sol. Elle s’amusait avec deux bouts de bois qu’elle faisait parler. Elle arrivait à étendre ce genre de jeux sur plusieurs heures, faisant passer le temps bien plus vite que la normale.

Un claquement de porte retentit et un mélange d’émotions traversa la jeune fille. Elle était à la fois très heureuse de ne plus être seule, terrorisée à l’idée qu’un inconnu s’introduise dans sa maison, contente de revoir sa mère et triste de ne pas pouvoir être tranquille plus longtemps. Elle aimait énormément sa mère, elle ne comprenait juste pas ce qu’elle avait fait. Elle avait toujours eu l’impression qu’elle avait fait une énorme bêtise.

Un jour, en rentrant, elle s’était mise à lui crier dessus comme elle ne l’avait jamais fait auparavant. Elle l’avait accusé d’avoir fait quelque chose, que tout était de sa faute mais la petite, ne comprenant pas, s’était mise à pleurer. N’arrivant pas à l’arrêter en criant, elle l’avait giflé avec une telle force qu’elle en avait gardé la trace trois jours durant. C’est la voisine qui, toute inquiétée, était entrée, alertée par les cris. Elle mit fin à la confrontation mais ne réussit pas à retenir la fillette qui, pleurant et se tenant la joue, s’éclipsa dehors. Elle erra de longues heures durant dans les rues et ce qui aurait pu être l’un des pire jours de sa vie se tinta d’un peu de bonheur. C’est ce jour là qu’elle rencontra celle qui deviendrait par la suite sa meilleure amie.

Elle sourit à sa mère qui l’ignora comme à son habitude. Celle-ci s’enferma dans sa chambre, laissant la petite seule à nouveau. C’est un petit bruit qui attira son attention, comme un animal qui gratte un mur. Une petite tête blonde apparue au coin de la fenêtre, lui faisant signe de la rejoindre. Ni une ni deux, la petite à la crinière de jais s’échappa de sa prison pour rejoindre son amie :

- Aly, qu’est ce que tu fais là ? Chuchota l’enfant.
- Je suis venue te cherche pour jouer évidemment.

La première l’intima de chuchoter car sa mère n’aimait pas qu’elle la fréquente. Aly était une fille du même gabarie que Hlin : plutôt maigre et petite. Contrairement à Hlin, elle était très agile et rapide, elle avait l’habitude de courir les rues et de sauter de murets en murets. Ses yeux bruns s’enflammaient de joie et d’une certaine fierté lorsqu’elle racontait ses exploits à son amie. Les deux filles étaient presque inséparables depuis qu’elles s’étaient rencontrées.

- Allez, suis moi, j’ai un nouveau jeu à te montrer, dit-elle en lui attrapant l’avant bras.

Hlin suivit son amie, ne s’inquiétant pas de la réaction de sa mère face à sa disparition. Il était même fort probable qu’elle ne s’en aperçoive pas. Cette pensée désola un instant la petite avant que la pression sur son bras ne s’accentue et ne lui fasse oublier sa situation.

Le marché de Gloria était le terrain de jeu favori des filles. La foule était dense, un bruit constant y régnait, les choppes diverses s’étalaient, laissant des parfums d’acier, de viande crue et de fruits exotiques flotter dans l’air.

- C’est très simple, il faut réussir à prendre la pomme sans qu’on te voit, dit-elle en lui montrant un panier rempli de belles pommes rouges.

Hlin était encore à un âge où l’innocence prenait le dessus et elle ne voulait pas décevoir son amie. Elle apprenait vite, ayant toujours du se débrouiller seule, et aimait apprendre de nouvelles choses. Elle analysa tout d’abord la situation, ne voulant pas se précipiter. Elle connaissait bien le marchand. Un vieil homme aigri qui lui aurait volontiers donné des coups de bâton s’il la surprenait la main dans son panier de pommes.

C’est à ce moment là qu’Aly la poussa hors de la ruelle où elles se trouvaient. A découvert, elle se laissa emporter par la foule, dépassant le stand où se trouvait son butin. Une fois qu’elle fut sûre d’être hors de vue du vieil homme, elle fit demi-tour et se faufila entre les jambes des passants. Elle se colla à la table de l’étale, alors que le vendeur était occupé avec une cliente, et se saisit de la pomme la plus proche. Par chance, le tas ne s’effondra pas. Gardant son butin bien devant elle, elle se dépêcha de rejoindre son amie. En arrivant dans la ruelle, elle la regarda, lui tendit la pomme et s’écroula de rire. Son amie la suivit. Elles avaient toutes les deux adoré ce sentiment d’adrénaline.

- Je crois que je viens d’inventer le meilleur jeu du monde, dit Aly avant de croquer joyeusement dans la pomme.


Le meilleur jeu du monde


Les années avaient passé, les deux fillettes avaient bien grandi. Elles avaient perfectionné leur jeu, leur butin devenant de plus en plus imposant et les parties se faisant de plus en plus régulières. Elles se laissaient parfois aller à se faire repérer, pour augmenter leur dose d’adrénaline. Elles s’amusaient alors à lancer leur butin à travers la foule, zigzaguant et semant leur poursuivant. Elles étaient devenues de vrai experte, ne ratant jamais une passe.

Cependant, les temps de paix n’avaient pas duré. L'invasion Alayienne avait rendu leurs parties plus compliquées mais c'est seulement lors des attaques des vampires que la situation s'envenima vraiment. Un vent de terreur s'était installé sur Gloria. Hlin et Aly s'étaient perdu de vue, n'osant plus sortir de chez elles. C'est à cette époque qu'elle avait décidé qu'il était grand temps qu'elle se protège toute seule.

Enfin, le règne de Vraorg avait permis aux filles de se revoir mais la peur régnait toujours. Le marché était déserté et les vampires terrorisaient la population. A l’âge où on ne supporte plus ses parents, Hlin était obligée de rester chez elle bien plus de temps qu’elle ne l’avait fait au cours de ces dernières années. Par chance, sa mère s’était trouvé un petit ami bourgeois à la capitale et ne venait que très peu de fois la visiter. En contrepartie, elle devait subvenir à ses besoins seules.

Devant s’élever seule, elle avait rapidement acquit une certaine maturité. Cela lui avait permis de comprendre, à l’âge de 14 ans, les raisons de l’agressivité de sa mère. Alors qu’elle se retrouvait seule chez elle, son jouet avait glissé à l’autre bout de la pièce par maladresse. Au moment où elle tendit le bras vers le bout de bois, sa mère ouvrit la porte. Alors, sous les yeux surpris de sa mère, le jouet glissa jusqu’à se coller au torse de la fillette.

Frigg était alors entrée dans la colère la plus terrible de sa vie. Comment cette petite osait pratiquer la magie alors qu’elle n’y avait plus accès. Elle qui avait toujours eu besoin de faire des efforts immenses pour la pratiquer, comment ce petit corps pouvait y arriver aussi facilement. Elle avait mit une raclée monumentale à sa fille et cette fois, personne ne s’était interposée. Hlin avait d’ailleurs disparu plus d’une semaine après cela.

Les relations familiales ne s’étaient pas améliorées, surtout depuis que sa mère avait appris sa stérilité. Comme à chaque fois, elle avait reporté la faute sur sa fille. Elle ne pouvait donner de progéniture à son puissant petit ami, « quel dommage » ricana Hlin lorsqu’elle l’apprit. Si elle était plutôt d’une nature calme et indifférente, elle ne l’était pas quand cela concernait sa mère. Elle savait que c’était sa cupidité qui l’avait amené à perdre tous ses pouvoirs. Cependant, depuis le jour où elle avait fait lévité le bout de bois, elle non plus n’avait plus accès à ses pouvoirs. Elle ne savait pas si elle avait consciemment ou inconsciemment bloqué ces derniers mais elle ne cherchait pas à le savoir. Elle avait décidé qu’elle n’en avait pas besoin pour survivre. Elle préférait s’améliorer avec ce qu’elle possédait déjà.

Elle avait réussi à s’emparer d’une paire de ciseau qu’elle s’amusait à lancer, visant de mieux en mieux de petits objets éloignés. Elle avait ensuite récupéré des aguilles à tricoter dont elle ne s’était jamais servi jusque là. Elle s’était amusée à les aiguiser, on ne pouvait jamais être trop prudent. Il était déjà arrivé qu’on lui veuille du mal, elle chapardait trop paraissait-il. Enfin, elle était très fière de ses deux dernières acquisitions. La première était une feuille de boucher assez imposante qui la faisait se sentir en sécurité et la deuxième était une cape noir, dans un tissu épais, sous laquelle elle cachait ses possessions, les attachant à l’aide d’une lanière en cuire qu’elle avait trouvé un jour. Elle pouvait alors se déplacer plus discrètement dans la nuit.

Les temps étaient durs et la peur régnait depuis bien trop de temps. Cela faisait plusieurs jours que Hlin n’avait rien avalé et elle mourrait de faim. Elle ne s’en plaignait pas mais lorsque Aly la rejoint le soir même, elle s’inquiéta pour sa meilleure amie.

- Tu as vraiment une sale tête ma pauvre.
- Parle pour toi, dit-elle en riant jaune.

D’un regard, elles s’accordèrent sur le fait qu’il était temps de faire une petite razzia dans les quartiers bourgeois de Gloria. Elles rabaissèrent chacune leur capuchon et sortirent discrètement de l’habitation. Le chemin allée se fit sans encombres. Les sorties de nuit étant plus sûres, elles ne pouvaient plus voler sur le marché et avaient du se rabattre sur un quartier un peu plus riche. Elles devaient maintenant s’introduire dans des maisons mais cela valait bien mieux que de faire face à des soldats de Vraorg ou pire, des vampires. Elles connaissaient les passages les plus sûrs de la ville et s’y faufilèrent.

Malheureusement ce n’était pas le bon soir. La fatigue, le manque de pratique, cette accumulation de problèmes causa leurs pertes. Alors qu’elles s’introduisaient chez de riches propriétaires et qu’elles se servaient allègrement dans leur garde-manger, une ombre apparue derrière elles avant qu’elles ne le remarquent. C’était un petit garçon qui tenait un chiffon entre les mains, peut-être son doudou. Aly le remarqua la première et tenta de lui intimer le silence mais l’enfant se mit subitement à crier.
Tentant de s’éclipser au plus vite, oubliant presque tout leur butin, elles dépassèrent l’enfant mais se retrouvèrent nez à nez avec le propriétaire. C’était un homme impressionnant et plutôt musclé qui faisait une tête de plus qu’Aly. Elles firent demi-tour et, ne se laissant pas aller à la peur, sortir de manière insolente par la porte d’entrée.

L’homme les suivit un moment mais elles étaient rapides et se fondaient dans la nuit noir. Lorsqu’elles furent assez éloignées, elles commencèrent à ralentir. Aly, ayant pris un peu d’avance, s’aventura dans une rue perpendiculaire. Avant que Hlin n’ait pu la rejoindre, le bruit sourd d’un corps tombant sur le sol retentit. Elle se précipita dans la ruelle mais s’arrêta net. Devant elle, une petite silhouette était penchée sur le corps de sa meilleure amie qui se tortillait de toutes ses forces. Les capuchons étaient tombés et une crinière flamboyante surplombait la blonde. La peur lui tordit les trippes. Une peur viscérale. Une peur tétanisante. Le Fléau Rouge. Sa meilleure amie était perdue. Avant qu’elle ne reprenne le contrôle de son corps, la petite vampire avait fini de se repaitre et sortait une épée. Il paraissait insensé qu’un corps aussi frêle puisse manier une telle épée mais c’était sans compter son côté vampire.

Sa meilleure amie se mit à crier alors qu’elle courrait de toutes ses forces pour s’éloigner. Elle n’avait rien pu faire et elle s’enfuyait comme une lâche. L’instinct de survie prenait le dessus car si elle restait là, la vampire la tuerait sans hésiter. Il fallait qu’elle se cache car elle ne pourrait pas distancer bien longtemps un vampire. Au bout de quelques minutes, elle se faufila dans un grand jardin et se terra dans un coin sombre de la maison, attendant sa dernière heure qui ne vint pas.
La nuit passa et rien ne vint. Elle s’était roulée en boule au sol, ressassant éternellement les derniers souvenirs de sa précieuse amie. Elle avait été si lâche. Elle n’avait même pas bougé d’un millimètre pour l’aider. Elle revoyait les yeux suppliants de son amie. Ils étaient aussi terrorisés que les siens. Elle s’en voudrait éternellement. Alors que le soleil se levait, des bruits résonnèrent dans la maison et elle prit la fuite.


Petite Voleuse, ou te caches-tu ?

Deux mois plus tard, Vraorg n’était plus. Les vampires avaient perdu leur liberté totale sur la race humaine ce qui finit d’achever Hlin. Elle ne ressemblait à la jeune fille qu’elle avait été. Elle errait dans les rues, toujours affublée de sa cape et de ses équipements mais elle n’était plus qu’un cocon vide. Elle avait l’allure d’une mendiante, elle avait l’odeur d’une mendiante. Elle avait beaucoup maigri, ayant perdu l’appétit. La mort de sa meilleure amie, son unique amie l’avait anéanti.

Depuis quelques temps, elle faisait partie, bien malgré elle, d’une communauté de mendiants. Elle s’entendait, enfin, supportait bien Dhéléo. C’était un homme d’un certain âge avec lequel elle restait. Ils s’asseyaient et attendaient patiemment de l’argent, de la nourriture, ce que de bonnes âmes voudraient bien leur donner. Il lui avait redonné un certain goût à la vie ou plutôt quelque chose à quoi se raccrocher. Elle ne lui avait rien dit d’elle et il ne demanderait rien, tant qu’elle ne serait pas prête.

Un jour, il l’avait prise à part :

- Ecoute, je vois bien que cette vie ne te convient pas et je me fais vieux. Je ne serais pas éternel et je ne veux pas te laisser seule, dit-il en serrant plus fort ses poignets. Il faut que je te présente à quelqu’un.

C’est ainsi qu’il l’amena à la cour des miracles. Elle jura allégeance, plus parce qu’on lui ordonnait que parce qu’elle le voulait. C’est sûrement Dhéléo qui sauva cette pauvre âme. Avec le temps, servir la cour devint son unique priorité. Cela lui permettait d’oublier son passé qui la hantait toujours. Ce qui était certain, c’est qu’il n’existait pas un jour où elle ne voyait pas cette crinière flamboyante. Celle-là même qui avait ruiné sa vie. Et elle se ferait plaisir de trouver le moyen de ruiner la sienne.



Liens

♦ Famille ♦
Idunn Tjänare : Grand mère maternelle (Statut: Inconnu à ce jour)
Elle n'a aucune information à propos de sa grand-mère car sa mère n'en a jamais parlé.
? : Oncle (Statut: Inconnu à ce jour)
Frigg Tjänare : Mère (Statut: Vivante)
Même après tous les évènements traumatisants qu'elle a vécu, Hlin continue de porte un certain amour (malsain) à sa mère. Cela ne l'empêchera pas de s'emporter facilement à son sujet, n'oubliant pas le manque d'attention qu'elle a subit.

♦ Autre ♦
Aly : Meilleure amie (Statut: Décédée)
Hlin ne s'est toujours pas vraiment remise de la mort de son unique amie. Ses réactions lorsqu'on aborde le sujet sont imprévisibles.
Dhéléo : Connaissance (Statut: Vivant)
Aphaïa Makhaïra : Ennemie numéro un (Statut: Je te retrouverais et tu vas mourir pour de bon sal******)
C'est plutôt clair, si elle se retrouve en face de la meurtrière de sa meilleure amie, elle risque de perdre tout contrôle de son sang froid et d'agir sous le coup de ses impulsions.




Derrière l'écran

Petite présentation : Hey, vous pouvez m'appeler Lili =3 Je suis plutôt jeune en âge mais une vraie vieille pour tout le reste alors ne vous étonnez pas que je tire sur vos petite joues à chaque fois que je vous vois !

Rythme rp : Avez vous bien comprit le rythme rapide d'Armanda ? (Clic!) Vi mais j'ai quand même peur...
Particularités rp : Je préférerai me limiter à un rp à la fois au début, j'ai peur de ne pas suivre le rythme *lente*. De plus, je n'ai rien écrit depuis plus de 3 ans alors je suis un peu rouillée, mea culpa.

Comment avez vous découvert le forum ? : J'ai un coupain qui m'en a parlé =3

Avez vous signé le règlement ? : (Clic!) Vi, c'est signé !







Dernière édition par Hlin Tjänare le Mer 28 Déc 2016 - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
Lewyn Viladric
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Hlin Tjänare  Left_bar_bleue7/10Hlin Tjänare  Empty_bar_bleue  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

Hlin Tjänare  Empty
MessageSujet: Re: Hlin Tjänare Hlin Tjänare  Icon_minitimeMer 28 Déc 2016 - 8:56

Coucou Hlin o/. C'est moi qui vais m'occuper de ta validation :3 .

Identité :

Rien à y redire^^.

Equipement :

Rien à y redire aussi o/.

Caractéristiques :

Je n'ai rien à y redire. Après je te conseillerai de monter l'équitation au moins à faible, ne serait-ce que parce que sinon cela risque d'être handicapant un jour pour ton perso s'il doit voyager. (c'est plus rapide de voyager à cheval qu'à pied.)

+ Attention au vu de ce que j'ai lu sur ta fiche, ton perso ne s'est jamais intéressé à son totem. Ce qui signifie donc qu'elle n'a pas fait le rite associé, et donc qu'elle n'a pas encore les pouvoirs de son totem (à part quelques émanations). Veux-tu vraiment jouer ainsi sans totem pour le moment (tu aura quand même un totem désigné, mais celui-ci ne sera actif véritablement que quand tu aura fait la cérémonie en rapport avec)?

+ De plus tu aura aussi un niveau magique malgré le fait que ton perso est bloqué visiblement psychologiquement dans son utilisation. Tu ne pourra donc pas en user tant qu'elle aura ce souci, mais ce potentiel existera.

Ce sera le niveau magique innée : Correct

Description physique :

Rien à y redire o/.

Description mentale :

Rien à y redire non plus^^.

Liens :

Je n'ai spécialement rien à y redire^^. Mais ce serait bien que tu étoffe pour dire ce que pense ton perso des personnes qu'elle a dans ses liens.

Derrière l'écran :

Bienvenue sur Armanda Lili o/

Histoire :

Le gros morceau ^^.

Citation :
Cependant, les temps de paix n’avaient pas duré. Le règne de Vraorg avaient obligé Hlin et Aly a resté la plupart du temps chez elles. La peur régnait dans la ville, le marché était déserté et les vampires terrorisaient la population. A l’âge où on ne supporte plus ses parents, Hlin était obligée de rester chez elle bien plus de temps qu’elle ne l’avait fait au cours de ces dernières années. Par chance, sa mère s’était trouvé un petit ami bourgeois à la capitale et ne venait que très peu de fois la visiter. En contrepartie, elle devait subvenir à ses besoins seules.

Devant s’élever seule, elle avait rapidement acquit une certaine maturité. Cela lui avait permis de comprendre, à l’âge de 12 ans, les raisons de l’agressivité de sa mère. Alors qu’elle se retrouvait seule chez elle, son jouet avait glissé à l’autre bout de la pièce par maladresse. Au moment où elle tendit le bras vers le bout de bois, sa mère ouvrit la porte. Alors, sous les yeux surpris de sa mère, le jouet glissa jusqu’à se coller au torse de la fillette.

Vraorg avait prit le pouvoir il y 5 ans de cela (et son règne a duré environ 3 ans et demi). Ton perso avait donc 14 ans quand c'est arrivé, après il serait bien que tu parle des alayiens, et de la guerre contre les vampires qu'il y a eu juste avant dans ton histoire. C'est quand même des événements majeurs qui ont dû affecter ton perso ne serait-ce que par la présence de réfugié, et de militaires croissantes à Gloria à ces périodes. (http://www.armanda.net/t8401-les-grandes-dates-d-armanda)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hlin Tjänare
Hlin Tjänare
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Hlin Tjänare  Left_bar_bleue7/10Hlin Tjänare  Empty_bar_bleue  (7/10)
Xp disponibles: 2

Voleuse de la Cour des Miracles

Hlin Tjänare  Empty
MessageSujet: Re: Hlin Tjänare Hlin Tjänare  Icon_minitimeMer 28 Déc 2016 - 11:37

Voilà j'ai rajouté des descriptions en ce qui concerne les liens et un petit paragraphe pour inclure les événements historiques, j'espère que ça suffira ^^"

En ce qui concerne les caractéristiques:

→ Je suis consciente que les voyages vont être compliqués mais ça n'aurait pas de cohérence de lui rajouter un niveau en équitation puisqu'elle n'a jamais monté.

→ Oui je veux vraiment jouer sans totem, on verra si avec le temps elle découvre son totem et l'utilise ^^

→ Pareil, j'en suis consciente et c'est un choix voulu ! (Faut un peu corser le jeu)

Hâte de pouvoir rp =3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christan Weren
Christan Weren
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
Hlin Tjänare  Left_bar_bleue5/10Hlin Tjänare  Empty_bar_bleue  (5/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Commandant de l'armée

Hlin Tjänare  Empty
MessageSujet: Re: Hlin Tjänare Hlin Tjänare  Icon_minitimeMer 28 Déc 2016 - 14:19

dragon

Sois le/la bienvenu(e) sur tes terres, fille d'Armanda.
Tu es née avec une puissance magique innée de Correct et ton entraînement dans le domaine magique t'a permis d'atteindre un niveau Correct Tu as d'ailleurs été choisie par le totem lombric dont tu as atteint le niveau 1.

Tes compétences ont été validées, tu pourras les faire évoluer tout au long de ton aventure. Tu as aussi un profil qui pourra évoluer en jeu sur demande.

Pour tenir l'état de tes aventures à jour, tu possèdes une fiche de suivi de personnage qui se trouve en ce lieu. Tu peux y ajouter tes liens, ton inventaire, ton histoire personnelle et ce que tu souhaiteras. Tu peux aussi adresser tes questions ici.


image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Hlin Tjänare  Empty
MessageSujet: Re: Hlin Tjänare Hlin Tjänare  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Hlin Tjänare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Présentations de vos personnages :: Fiches validées-