Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Jeu 8 Déc 2016 - 23:38

Fin septembre de l’an 7 de l’ère d’obsidienne

L’automne venait de débuter et le firmament d’un bleu grisâtre était empli de nuages, fort heureusement, aucune goutte de pluie ne s’abattait sur la capitale des Elfes. L’atmosphère était empreinte de la douceur automnale et un vent léger soufflait, ébouriffant les mèches des cheveux châtain cendré d'Ilyanth.

Le Chantefeu avait choisi de se rendre à Estelin par cette belle journée, afin d’y faire quelques emplettes et flâner dans ses quartiers résidentielles et ses ruelles insolites. Habitué à résider au domaine Baptistrel, visiter la cité Elfique et contempler ses merveilles architecturales constituaient toujours un ravissement pour ses yeux.

En traversant le quartier marchand, le jeune elfe ne manqua pas d’admirer les échoppes bien achalandées, regorgeant d’objets rares, de bijoux précieux et d’étoffes somptueuses. Neolenn entra dans plusieurs boutiques, davantage guidé par la curiosité et le désir de découvrir des nouveautés que par celui d’acheter. Son éducation Baptistrale l’avait accoutumé à un mode de vie plein de sobriété et le jeune baptistrel n’éprouvait aucun attrait pour la richesse ou la possession d’une multitude de biens matériels. Après tout, les seules choses qui lui importaient réellement étaient impossibles à obtenir avec de l’or. La fraternité des Rhapsodiens, l’amitié, le bonheur, la paix intérieure, les idéaux pacifiques et altruistes des maîtres bardes et même l’amour ne possédaient pas de prix.

Tout en songeant à cette question, Neolenn poursuivit sa balade en ville, laissant courir son regard rêveur sur les badauds. Estelin comptait de nombreux visiteurs, dont un groupe d’humains qui observaient d’un air émerveillé la splendeur irréelle des bâtiments et du beau peuple.

Le chantefeu s’en amusa un peu et les couva de son regard bienveillant avant de reprendre sa promenade. En chemin, il se laissa tenter par l’achat d’une délicieuse friandise, car si le jeune Cawr n’était pas matérialiste, celui-ci ne connaissait que trop bien le péché de gourmandise. Et résister à l’envie de déguster une succulente pâtisserie lui était presque impossible.

Comme à son habitude, le Baptistrel dû s’y reprendre à de maintes reprises pour compter la monnaie et donner le compte juste au vendeur, en raison de sa dyscalculie.

Fort heureusement, la fonction de Cawr n’exigeait pas de se soumettre au douloureux supplice d’effectuer des additions, des soustractions, des multiplications et autres opérations mathématiques qui relevaient pour lui d’une véritable torture.
Ilyanth mordit à belles dents dans la pâtisserie qu’il venait d’acheter et s’arrêta près d’une fontaine de marbre blanc, représentant plusieurs femmes elfes tenant des jarres d’où s’écoulaient le précieux liquide translucide. Le doux clapotis de l’eau apaisait le baptistrel et il en profita pour s’asseoir au bord de la fontaine.
De là où ce dernier se trouvait, il pouvait observait les passants et s’imprégner de l’atmosphère féerique et pittoresque d’Estelin.

Soudain, le chantefeu aperçut un groupe d’Elfes en train de ricaner et l’un d’eux s’exclama en désignant un homme ténébreux à la chevelure d’un noir de jais et aux yeux de saphir :

- Regardez-moi ça ! Là-bas, on dirait un vampire ! ou plutôt le vampire qui a transformé la princesse ou plutôt l’ancienne princesse Orfraie en vampire. Désormais c'est un monstre assoiffé de sang ! Qu’est-ce que cette vermine fait encore ici ? C’est un dragonnier…mais je ne peux souffrir ces maudits suceurs de sang ! Si cela ne tenait qu’à moi, l’entrée du royaume Elfique leur serait à tous interdite.


En entendant ces paroles hostiles, Neolenn ne put s’empêcher de froncer les sourcils et se leva pour s'avancer dans leur direction. Son cœur lui commandait d’intervenir car ses propos outrageux blessait sa sensibilité et étaient contraire à ses idéaux d’ouverture et d’égalitarisme entre les peuples. Le chantefeu avait beau aimer profondément son peuple, il abhorrait certains aspects de leur mentalité telle que la haine des vampires, le conformisme ou une certaine condescendance vis-à-vis des étrangers.

- Excusez-moi, dit-il d’une voix posée, j’ai entendu vos paroles qui me semblent…peu avenantes à propos de cet individu et de la princesse Orfraie…cela me touche beaucoup et je me sens blessé et choqué par vos propos. Je trouve cela injuste que des vampires soient rejetés uniquement en raison de leur nature alors que pour moi ils sont aussi dignes de respect que les autres peuples d’Armanda.

L’elfe qui avait proférer ces mots indignes, un solide gaillard aux longs cheveux blonds, se tourna vers le baptistrel et le toisa d’un air méprisant avant de s’écrier d’un ton plein d’animosité :

- Mais de quoi te mêles-tu ! Tu ne vas quand même pas prendre le parti des vampires ! Ce sont nos ennemis héréditaires ne l’oublies pas ! Ou alors tu serais un traître à ton peuple ?

Disant cela l’elfe à la chevelure dorée empoigna le Cawr par le col de sa tunique et fit mine de le menacer avec son poing.

- Arrêtez, je ne veux pas me battre…implora Ilyanth, en tentant de demeurer le plus calme possible, espérant désamorcer par ce moyen le conflit qui s’annonçait.

- Si tu ne voulais pas te battre, il ne fallait pas me chercher ! Qu’est-ce que tu avais besoin de venir m’ennuyer avec tes idées stupides concernant les vampires ! C’est la première fois que j’entends quelque chose d’aussi bête ! Tu mérites que je t’écrase mon poing en pleine face pour la peine !

Visiblement très énervé, l’elfe blond s’apprêtait à mettre sa menace à exécution et le chantefeu ferma les yeux, s’attendant à recevoir un coup violent dans la figure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Sam 10 Déc 2016 - 15:59

Lewyn pointait ces derniers temps rarement le bout de son nez en dehors de l'ambassade de la caste draconique qui se trouvait au sein de la cité elfique, c'est que même s'il était dragonnier il n'avait pas forcément bonne réputation par ici. Et si en vérité Lewyn n'était pas du genre à se soucier de l'opinion qu'on avait sur sa personne, il avait bien trop à faire avec sa jeune dragonne pour trop se prendre la tête avec tout et n'importe quoi, surtout que les elfes étaient vraiment doués pour être bornés…

Mais bon aujourd'hui il avait décidé de sortir un peu sans trop se faire remarquer pour flâner par ci par là, même si en vérité il flâna surtout dans les ruelles du quartier où se trouvaient là plupart des marchands, et voyageurs qui ne résidaient pas du tout en permanence dans la cité… Avant ensuite de remonter un peu vers un quartier marchand fréquenté par davantage d'elfes même si on pouvait croiser quelques elfes par ci par là…

Et c'est qu'étrangement Lewyn s'amusa un peu des regards noirs que certains lui lançaient, après tout le vampire savait parfaitement être dans son bon droit moralement, et ne rien leurs devoir. Ce n'est pas de l'arrogance car il ne se croyait pas supérieur à eux, mais disons qu'il n'avait pas envie de se perdre à nouveau dans des polémiques futiles. Maintenant il était dragonnier, et il comptait bien en profiter pour vivre sa vie comme il le désirait, tant que bien entendu elle serait selon lui menait de manière juste.

Et à vrai dire il fut curieux de certains pâtisseries qu'il croisa sur son chemin, pile le genre de nourriture dont raffolent les humains, et les elfes et que lui ne pourraient jamais manger de sa vie. Cela était triste d'une certaine manière, mais il vivait bien sans même si en vérité il serait capable de donner beaucoup pour pouvoir tester un jour ce genre de choses avec les mêmes sensations que les humains.

C'est que l'inconnu était si fascinant des fois, surtout quand il vous été inaccessibles. Si Lewyn n'était pas totalement dégoûté par sa condition de vampire, il restait qu'il se sentait aussi humain à sa manière. Se comparant volontiers à ce peuple sur plusieurs aspects moraux et autres. Trouvant les humains particulièrement fascinant et surtout pleins d'énergies, sans doute un de ses vieux rêves de pouvoir vivre parmi eux comme un égal et sans être jugé pour son peuple. Un rêve qui pourrait sans doute s'accomplir pleinement un jour grâce à la paix pensa t-il...

Et à vrai dire les moqueries faîtes à voix basse qu'il avait entendu alors qu'il observait calmement les environs ne l'avaient pas tirer de sa rêveries. Après tout, tout simplement Lewyn n'en avait rien à fiche, par contre il ne put que sortir de cette dite rêverie quand il entendit un elfe qui venait de prendre sa défense. Soucieux de voir qui était cet noble âme son regard s'arrêta sur un bel elfe à la chevelure châtaine, et aux yeux aigue-marine sur lequel il eu du mal à ne pas attarder son regard en vérité. De toute manière il ne pouvait que remarquer ce que venait de faire cet elfe, et sourit doucement alors qu'il écoutait ce que ce dernier disait pour prendre sa défense…

Il ferait sans doute bien d'aller l'accoster après cela, il se disait que ça devait être quelqu'un de charmant et de bonne compagnie. Un elfe aussi ouvert d'esprit était rare après tout, et Lewyn ne pouvait donc qu'être curieux au sujet de cet apparemment jeune elfe… Mais il semblerait que les choses ne soient pas voués à ce passer aussi bien que cela finalement car un elfe réagit mal à l'intervention d'Ilyanth.

Lewyn s'était donc discrètement immiscé vers eux même si d'un pas pressé, et c'est beaucoup moins discrètement qu'il bondit littéralement comme un félin quand l'elfe au cheveux blond s'apprêta à frapper le baptistrel qui n'avait pour l'instant fait preuve d'aucune violence. D'un geste maîtrisé Lewyn attrape donc le bras tendu de l'elfe blond pour lui faire une clé de bras et le mettre dans une position précaire...

« Veuillez m'en excuser messieurs mais le vampire concerné par vos propos a un minimum le sens de la civilité pour sa part, raison pour laquelle il ne peut vous laisser agir ainsi... » Après avoir dit cela libéra l'elfe en le repoussant en gardant un air calme avant d'ajouter sérieux et d'un ton auquel il essayait de donner de l'autorité, même si on voyait en partie qu'il n'en avait pas l'habitude.

« Je suis un vampire en effet, mais je suis aussi un dragonnier, et cet elfe est dorénavant sous ma protection. Si vous vous en prenez à lui sans raison et donc à moi vous allez le regretter. » On ne s'en prenait pas après tout à un dragonnier sans bonne raison, dans ce genre de situation la légitime défense ne pouvait pas après tout être invoqué vu que ce n'était pas lui l'agresseur… Sur ce alors qu'il disait cela Lewyn se posta au côté d'Ilyanth qui mine de rien devait faire quasiment une tête de plus que lui. Il espérait bien que cet elfe blond saurait au moins se montrer raisonnable, après tout ce serait le mieux pour tout le monde certainement… Car si Lewyn n'aimait pas se battre, il risquait tout de même de devoir les secouer un peu s'ils n'entendaient pas raison.

Au passage le vampire adressa d'ailleurs un léger sourire à Ilyanth et un regard entendu comme pour lui dire que tout ce que ce dernier avait fait été très apprécié, avant ensuite de reprendre un air sérieux alors qu'il attendait calmement de voir ce qui se passait… S'attendant probablement à une petite rixe où il allait plus devoir donner une petite leçon qu'autre chose, tout en veillant à ce que l'elfe aux cheveux châtains ne soit pas blessé si possible, après tout celui-ci venait tâcher de gagner en bonne partie l'estime du vampire par son attitude, et ce dernier ressentait donc un certain devoir de protection à son égard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Mer 14 Déc 2016 - 23:21

Ilyanth gardait les yeux clos, s’attendant à recevoir le poing massif de son agresseur en pleine figure. Il anticipait déjà la douleur ressentie, mais cet acte de violence physique le chagrinait moins que l’attitude hostile et animosité dont cet elfe faisait preuve à son égard ainsi qu’envers ce vampire.

En raison de son tempérament hypersensible et idéaliste, le baptistrel supportait difficilement la violence aussi bien physique que morale ; cependant, cette dernière pouvait se révéler particulièrement pernicieuse et blesser profondément non pas les chairs, mais les cœurs des individus. Dans la bouche d’un être malveillant, des mots haineux pouvaient se transformer en venin ou en lames tranchantes et déchirer l’âme de la personne à qui ils étaient destinés. Parfois, les plaies de l'esprit pouvaient se révéler bien plus longues à cicatriser que celles du corps.

Conscient de cette réalité, le chantefeu tâchait de toujours faire preuve de tempérance et de circonspection dans ses propos afin d’éviter de froisser ou de meurtrir ses interlocuteurs.
Neolenn attendit l’attaque avec le stoïcisme du pacifiste qui refuse le combat et préfère résister par la non-violence plutôt que d’entamer le cycle de la haine. Soudain, le poing de son assaillant s’immobilisa à quelques centimètres à peine de sa joue. Le chantefeu retint son souffle…que se passait-il ? Il souleva doucement ses paupières, c’est alors qu’il aperçut la silhouette athlétique du vampire aux cheveux couleur d’une nuit d’hiver et aux yeux d’un bleu de ciel d’été. C’était lui qui avait été l’objet des sarcasmes et du dédain de l’elfe à la chevelure d’or pur qui s’en prenait à Ilyanth.

« C’est donc lui le fameux dragonnier qui a transformé la princesse Orfraie… » Pensa le jeune Baptistrel. Ce dernier se remémora sa rencontre au clair de lune avec la princesse déchue et son dragon de jade Firindal.

Tout comme l’ancienne héroïne Elfique, ce vampire ne devait pas être un individu ordinaire et Neolenn sentit la curiosité l’envahir à l’idée d’en apprendre davantage à son sujet.
Le nocturne maintenait l’elfe blond à l’aide d’une clé de bras afin de le mettre dans une position précaire et l’empêcher de molester le chantefeu.
Lewyn prit ensuite la parole pour expliquer la raison de son geste avant de libérer le blond qui grommelait, en lui lançant un regard furibond.

Viladric ajouta qu’il était, en effet, un vampire et un dragonnier et que désormais ce jeune elfe se trouvait sous sa protection. Et que quiconque s’en prendrait à lui sans raison apparente s’exposerait à des représailles de sa part.

Disant cela, l’enfant des ténèbres se rapprocha du Cawr qui le dominait de toute sa hauteur elfique ; en effet, malgré sa taille moyenne pour un membre du beau peuple, le baptistrel se révélait particulièrement élancé selon les standards des humains.
Le dragonnier dégageait une aura ténébreuse propre aux membres de son peuple, tandis qu’il émanait du chantefeu une impression de luminosité et de chaleur, en raison de son lien particulier avec cet élément. Côte à côte, ils formaient un curieux contraste, comme s'ils symbolisaient la rencontre de la lune et du soleil, de l'ombre et de la lumière.

Furieux, l’elfe blond commença à les insulter et fit claquer les phalanges de ses doigts, en affichant un sourire mauvais. Il dévisagea le vampire d’un air empreint de dédain et dit méchamment.

- A mes yeux les vampires ne sont que de la vermine et je ne peux souffrir leur vue, si cela ne tenait qu’à moi j’exterminerai cette race honnie jusqu’au dernier et tout dragonnier que tu es, tu n’en demeure pas moins un ennemi héréditaire de mon peuple…Crois-tu sincèrement que quelques insignifiants traités vont faire disparaître d’un seul coup des siècles de haine ?

Ensuite, il se tourna vers Neolenn, les prunelles luisantes de colère :

- Quant à toi…les mots me manquent pour qualifier ton intervention en faveur de cette « chose » là devant moi, tu n’es qu’un sale…un sale traître à ton peuple…voire pire…Tu ne mérites pas d’être qualifié d’elfe…

Durant tout ce temps, le baptistrel était demeuré abasourdi et estomaqué par un tel déferlement de haine gratuite à leur égard, réfléchissant au meilleur moyen de désamorcer une situation qui s'annonçait extrêmement tendue. En effet, la moindre étincelle pouvait rapidement faire dégénérer les choses et se terminer en rixe.

Ayant achevé sa phrase, le blond s’avança et cracha aux pieds de Lewyn et du chantefeu, ce qui constituait un geste très offensant.

- Tu ne vaux pas la peine que je me salisse les mains sur ta sale face « d’ami » des vampires. Venez les gars ne perdront pas notre temps avec ces deux lascars, laissons les entre eux et allons-nous en.

Après cela, l’elfe arrogant fit mine de s’éloigner, accompagné de ses sombres acolytes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Dim 18 Déc 2016 - 19:22

Lewyn ne répondit rien aux paroles de l'elfe blond, il ne fronça même pas les sourcils et écouta ce dernier patiemment en laissant les injures glisser sur lui comme l'eau autour d'un rocher indestructible. Après tout s'énerver pour cela, ou bien s'en choquer était donné plus de crédit à ces injures qu'elle n'en méritait. De plus s'il s'était énervé Lewyn aurait sans doute prouver que cet elfe avait en partie en raison. Après tout les vampires n'étaient pas connus pour avoir un comportement pacifiste, ou souvent adéquat aux coutumes des autres peuples. Ainsi Viladric était conscient que pour ne pas se morde la queue dans son effort d'intégration il devait prendre sur lui, et au final… C'était ce qui importait le plus, le fait qu'il y arrive malgré les difficultés…

Et il laissa dpnc l'elfe blond cuver sa haine, et s'en aller sans rien dire. Avant de se retourner ensuite vers l'elfe aux cheveux châtains qui étaient intervenus en sa faveur. Lewyn lui adressa un sourire bienveillant, et reconnaissant avant de dire d'une voix qui se voulait assez amicale.

« Les mots ne sont que des mots. Ne vous inquiétez pas pour moi j'ai déjà entendu pire, et ce n'était pas forcément des elfes qui étaient à l'origine de ce pire. Quand au fait que vous soyez un faux, ou un vrai elfe ce n'est pas à lui de le déterminer. » Sur ce il sourit d'un air reconnaissant tout en ajoutant jovial alors qu'il s'approchait un peu d'Ilyanth qui possédait à la fois la taille élancée et la beauté hypnotisante des siens...

« A qui ai-je l'honneur ? Je dois dire que ce n'est pas souvent que je vois une noble âme intervenir pour plus de tolérance, et d'ouverture d'esprit. Et si je peux vous remercier en quoi que ce soit n'hésitez pas… Sachez que je suis vôtre obligé. »
Visiblement il faisait aussi en sorte de passer à autre chose, après tout l'elfe n'avait pas semblait tenir aussi bien que lui face à ces injures, et sur ce il acheva calmement alors que son regard azur rencontrait celui des émeraudes splendide de l'elfe alors que son sourire donnait l'impression qu'il était juvénile.

« Ne seriez-vous pas contre sinon de poursuivre cette discussion ailleurs ? Si ma compagnie ne vous dérange pas bien entendu, c'est que je n'aimerai pas être facteur de davantage de gêne pour vous. » Dans son regard on pouvait distinguer du coup une légère étincelle de culpabilité, comme s'il avait l'impression que c'était aussi un peu sa faute si Ilyanth venait ainsi de se faire blesser socialement par ses congénères, enfin en somme Lewyn ne voulait pas gêner. Surtout pas quelqu'un qui avait su faire preuve d'une telle noblesse d'âme. Et si cet elfe avait sans doute fait la journée de Viladric par son intervention, il restait que ce dernier était maintenant assez soucieux de ce qu'il pouvait advenir d'Ilyanth, après tout il serait dommage que celui-ci se fasse à nouveau malmener à l'avenir à cause de lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Ven 30 Déc 2016 - 18:57

Face à l’elfe à la chevelure dorée, le vampire demeura impassible et son visage marmoréen n’exprimait aucune émotion, hormis un calme contrôlé. Il semblait se dresser face à l’adversité, telle une montagne ou un arbre inébranlable, secoué par la violence d’une tempête. Ilyanth admira sa maîtrise de lui-même et son sang-froid, car être insulté de la sorte devait se révélait à la fois blessant et humiliant.

A cet instant, le jeune Cawr éprouva un sentiment de tristesse et de honte pour l’attitude méprisante de certains de ses congénères. Certes, celui-ci n’était en rien responsable d’un tel comportement, mais assister à une telle scène représentait un coup de poignard dans son cœur idéaliste.

Lorsque l’elfe blond eut achevé de déverser son torrent de haine, lui et ses comparses quittèrent les lieux, laissant Viladric et Neolenn seuls à seuls. Le vampire se tourna vers ce dernier et ses lèvres arborèrent un sourire empli de bienveillance et de reconnaissance avant de dire d’un ton amical que les mots n’étaient que des mots.

De plus, celui-ci avait entendu des paroles pires que celles proférées par ces malotrus.
Le chantefeu contempla le vampire qui lui faisait face ; ce dernier ressemblait en tout point à un humain, hormis la blancheur opalescente de sa peau et l’aura ténébreuse qui émanait de lui. Le baptistrel plongea ses prunelles couleur aigue-marine dans les saphirs du messager et répondit d’une voix calme et chaleureuse :

- Oui les mots ne sont que des mots, mais parfois ils peuvent blesser profondément et souiller l’âme de ceux qui les prononcent. Tout comme les mensonges représentent une grave souillure et une terrible injure à l’harmonie du monde pour nous les Rhapsodiens. Je regrette sincèrement qu’il s’en soit pris à vous et j’avoue qu’il existe encore certains préjugés au sein de mon peuple. J’espère que vous n’avez pas été blessé par la dureté de ces paroles…

Puis Ilyanth esquissa un doux sourire :

- Aux yeux de certains des miens, je représente certainement un elfe bien atypique. Ne vous en faites pas pour moi, je suis suffisamment habitué à certaines réflexions pour ne pas en prendre ombrage, même si cela me peine un peu parfois.

Ensuite le guépard demanda au jeune Cawr à qui il avait l’honneur, en ajoutant qu’il n’était pas habituel qu’une âme noble intervienne avec tolérance et ouverture d’esprit et que, désormais, celui-ci serait son obligé.
Le jeune elfe se sentit un peu intimidé par une telle sollicitude et ses joues dorées rougirent légèrement :

- Je vous remercie de votre gentillesse à mon égard ainsi que d’être venu à mon aide…Vraiment, j’estime que mon attitude était on ne peut plus naturelle, ne vous sentez pas obligé de faire quoi que ce soit pour moi.

Quand Lewyn proposa de poursuivre cette conversation ailleurs, du moins si sa compagnie n’était pas source de désagrément pour le chantefeu ; Neolenn secoua la tête, en repoussant quelques-unes des mèches soyeuses qui tombaient devant ses prunelles claires et afficha un sourire radieux.

- Je serais ravi de poursuivre cette conversation en votre compagnie. Où désirez-vous que nous que allions ? Est-ce la première fois que vous venez à Estellin ?

Les magnifiques yeux du baptistrel s’illuminèrent d’une lueur espiègle :

- Peut-être pourrais-je vous faire visiter la ville ou vous montrer certains endroits insolites si vous le désirez. Dites-moi ce qui vous ferez plaisir et je ferais mon possible pour vous satisfaire.

Le jeune elfe couvait Lewyn de son regard bienveillant et éprouvait une grande empathie à son égard, un peu attristé qu’il soit ainsi discriminé pour le seul motif de son appartenance à la race vampirique. Cela lui paraissait tellement injuste et incompréhensible car à ses yeux toutes les créatures avaient la même valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Dim 1 Jan 2017 - 16:54

Ce baptistrel était vraiment gentil et adorable pensa Lewyn en souriant de façon fine. Ce n'est pas tout les jours qu'il rencontrait quelqu'un comme cela, et il devait avouer que c'était à la fois touchant et amusant. Après tout ce n'est pas tout le monde qui se préoccuperait ainsi de la dignité d'un vampire, et surtout de la sensibilité de ce dernier. Et vraiment, c'était des elfes comme ce rhapsodien qui feraient de leurs mieux pour la paix pensa t-il à part…

« Moi être blesser ? Oh croyez-moi j'ai vu pire de la part de mon propre peuple, disons que je ne suis pas forcément plus acclamer chez les miens. Ironiquement parce que je suis soit disant trop doux avec les "proies" comme certains le disent, ou parce que dominer mon prochains n'est pas mon passe temps favori. Au final je n'en ai absolument rien à faire de ce que ce genres de personnes pense de moi, je vivrais ma vie comme je l'entend, point... » Avoua t-il de l'air du vampire qui au final semblait plutôt fier de lui à l'idée d'ainsi être au dessus de ce genre de bêtises, ou bien d'être différents des autres.

« Atypique pour moi veut dire intéressant, j'en conclus donc que vous êtes un elfe intéressant. »
Ajouta ensuite Lewyn taquin mais sincère à l'elfe lorsque ce dernier dit que certains des siens le considéraient comme atypique, en tout cas le vampire ne put que s'amuser de voir ses compliments faire leurs effets sur son peut-être nouvel ami pensa t-il… Après tout hors de questions qu'il laisse cet elfe s'échapper avant d'avoir disons fraterniser davantage.

« Oh que je me sente obligé ou non de le faire, je le ferais de toute manière. » Répondit-il confiant au baptistrel quand ce dernier lui dit que le vampire n'avait pas à lui rendre service en retour. Le sang froid ajouta d'ailleurs. « Ne serait-ce que parce que j'en ai envie, quand à la gentillesse je répondrai qu'elle est toute aussi naturelle à mes yeux. »

Non mais ! Qu'il ne croit pas se débarrasser de Viladric facilement dorénavant. D'ailleurs ce dernier ne put qu'apprécier que l'elfe accepte avec une certaine joie non dissimulée de poursuivre cette conversation ailleurs. Après tout le vampire avait au fond la simple envie de passer une bonne journée, alors tout ce qui pouvait aller en ce sens n'était bien entendu pas pour lui déplaire…

« Où j'ai envie d'aller ? Je ne sais pas, mais sinon ce n'est pas vraiment ma première visite ici je dois avouer. » Il sourit de façon joueuse à la proposition de l'elfe, et répondit à ce dernier d'un air complice.

« Des endroits insolites ? Vous savez comment piquer ma curiosité sans même me connaître très cher. Comment vous nommez-vous d'ailleurs ? Je ne crois pas vous l'avoir déjà demandé après tout, toutes mes excuses. » Il arbora un air assez enfantin, étrange pour quelqu'un ayant 300 ans d'existence et finit par ajouter tout à fait confiant, comme toujours quand il était en compagnie de quelqu'un d'agréable. « Quand aux endroits que j'aimerai voir, je n'aurai qu'une chose à vous demander. Faîtes moi la surprise, après tout il est bien des fois de suivre le courant aussi... » Comme pour lui dire qu'il faisait tout à fait confiance au jugement de l'elfe à ce sujet, ce avant de conclure par une question. « Et sinon si ce n'est pas indiscret de ma part de demander cela… Puis-je savoir pourquoi êtes vous aussi peu vêtu ? Je sais que les elfes ne sont pas spécialement frileux, mais voyez-vous l'hiver approche, et... A croire qu'il y a de la magie là-dedans. » Demanda t-il tout à fait conscient d'être un poil indiscret, mais demandant tout de même cela avec une certaine légèreté, après tout il est vrai que cela était assez curieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Ven 6 Jan 2017 - 23:45

Après qu’Ilyanth se soit inquiété de savoir si Viladric avait été blessé par les propos injurieux de l’elfe empli de morgue et d’arrogance ; le messager répondit par la négative et ajouta avoir connu des outrages pires que ceux-là de la part de son propre peuple. Aux yeux de ces derniers, l'idéalisme et le pacifisme de Viladric représentaient presque des crimes. Mais peu importait leurs méchancetés, car la seule chose qui comptait pour lui était de pouvoir mener son existence comme il l’entendait.

Neolenn ne pût s’empêcher de compatir et de ressentir une certaine tristesse en apprenant que le guépard faisait parfois l’objet d’un certain ostracisme de la part de ses congénères. Le Baptistrel, quant à lui, pouvait au moins compter sur le soutien de ses frères et sœurs Rhapsodiens et se sentait incapable de survivre à la dureté du monde sans cet esprit de fraternité et leur amour inconditionnel.

Le nocturne crût bon d’ajouter qu’il considérait le fait d’être atypique comme une qualité et un motif d’intérêt. A ces mots, le jeune Cawr sentit une légère rougeur teinté ses joues dorées et il baissa son regard bleuté, laissant flotter un léger sourire sur ses lèvres.

- Je pense pouvoir comprendre ce que vous devez vivre avec les vôtres. Peut-être êtes-vous aussi un atypique et avez-vous parfois le sentiment de ne pas vous trouver à votre place parmi votre peuple. Est-ce qu’il vous arrive de vous sentir très seul ou pouvez bénéficier du soutien et de l’amitié d’êtres chers ?


Au moment où le chantefeu expliqua au nocturne que celui-ci ne devait nullement se sentir redevable d’aucune manière que ce soit pour un acte, somme très naturel ; Lewyn répondit qu’il ne considérait pas son obligeance comme une corvée, mais qu’il agissait en suivant son envie.

Ces paroles avenantes firent chaud au cœur d’Ilyanth, car il ne désirait en aucune façon importuner son interlocuteur, ni que ce dernier se sente forcer de lui rembourser une quelconque dette pour avoir pris sa défense auprès des autres elfes.

Ensuite, le maitre barde demanda à son vis-à-vis où ce dernier avait envie d’aller, afin qu’il puisse poursuivre cette conversation dans un lieu plus approprié et agréable.
Le messager répondit qu’il n’en savait rien, mais qu’il ne s’agissait nullement de sa première visite dans la capitale elfique ; disant cela, ce dernier lança un regard complice au Cawr.

Néanmoins, l’évocation d’endroits insolites parut piquer sa curiosité et il demanda à avoir une surprise, tout en affichant un air taquin, qui lui conférait une candeur presque enfantine. Les yeux pers de Neolenn s’illuminèrent d’une lueur malicieuse et il poursuivait d’un ton suave et plein d’entrain.

- J’ai bien un endroit en tête et celui-ci est surtout connu des Baptistrels. Je peux vous y mener en espérant que vous aurez une agréable surprise.
Soudain, Viladric fit une remarque concernant la tenue vestimentaire du jeune elfe qui ne manqua pas de troubler ce dernier. Ilyanth sentit ses joues s’empourprer violemment, au point de devenir rouge pivoine à n’en pas douter, et celui-ci ne savait plus où se mettre tant il se sentait désarçonné.

C’est alors que ce dernier prit conscience qu’autour de lui, les habitants d’Estelin portaient des tenues chaudes et qu’il était le seul à être si légèrement vêtu, en cette saison de frimas.

Quand le Baptistrel se trouvait au domaine, celui-ci n’y prenait pas garde, car nul n’ignorait qu’en sa qualité de lié à l’élément du feu, son corps dégageait une douce chaleur et qu'il ne supportait pas de revêtir d’épais habits.

Dès lors, l’elfe du soleil se préoccupait peu de sa tenue vestimentaire, du moment qu’il était à l’aise. Dans sa poitrine, son cœur battait à tout rompre et ses joues chauffait de plus en plus. Il devait être devenu cramoisi et ridicule aux yeux de son interlocuteur ; l’une des choses que le maitre barde redoutait par-dessus tout était de se laisser submerger par un accès de timidité ou de gêne. Hélas, son corps le trahissait et ce dernier se mit à balbutier d’une voix mal assurée :

- Euh, c’est-à-dire que je suis un chantefeu, lié à l’élément du feu, ma peau est…comment dire…plus chaude…que la moyenne des elfes...et je ne supporte pas de devoir porter des étoffes épaisses et de devoir recouvrir certaines parties de mon corps.

La peau d’Ilyanth était délicieusement dorée, brunie par le soleil du désert d’Esfelia et brillante. Le Cawr tenta de retrouver un semblant de calme et d’un geste un peu maladroit, il prit la main glacée du nocturne et la posa sur sa joue aussi douce que la soie et à l’agréable chaleur.

- Vous sentez la chaleur de ma peau, est-ce que vous comprenez mieux maintenant ? demanda le jeune elfe un tantinet intimidé, en plongeant ses magnifiques prunelles aigue-marine dans celles de Viladric.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Mar 10 Jan 2017 - 14:15

Le vampire eut du mal à ne pas glousser légèrement en voyant l'elfe rougir à ses quelques paroles, surtout que ce dernier était assez attendrissant à sa manière. Comme un jeune humain qui brillait à la fois par une certaine bonté et la vigueur de la jeunesse.

« Mon peuple ? Mon peuple ce n'est pas les vampires. Mon peuple ce sont ceux qui m'acceptent comme je suis, ce sont mes amis. Qu'importe qu'ils soient humains, elfes, vampires, ou dragons. Je me sent plus proche d'eux que de toute notion raciale qui au final n'est déterminée que par le petit bonheur la chance selon la naissance et les circonstances. Je ne me sent pas seul quand je suis parmi mes amis, quelles que soient leurs origines. » Confia t-il ensuite d'un ton sûr de lui et légèrement rêveur lorsque l'elfe lui demanda s'il se sentait seul à cause d'un certain rejet de la part de pas mal de vampire. Révélant ainsi en partie son caractère assez atypique pour un vampire au final.

Au fond d'ailleurs il appréciait la présence chaleureuse de l'elfe, comme si cela ravivait en partie une certaine chaleur humaine qu'il manquait au vampire depuis qu'il était… Un vampire, enfin en somme il ne serait pas contre de profiter de la présence du rhapsodien tant que cela ne dérangerait pas ce dernier bien entendu !

Et il fallait le dire sinon, cet elfe était très beau. Lewyn avait du mal au final à ne pas le contempler pensivement pendant quelques instants… Enfin ce n'était pas parce qu'il était spécialement attirer par lui, mais il fallait le dire la nature était très bien faite pour souligner autant par le physique le noblesse de cet être ci.

« Je vous fais entièrement confiance pour cela. » Répondit-il donc à l'elfe qui disait qu'il lui montrerait un endroit connu des baptistrels qui devrait être une agréable surprise pour le vampire. Ce dernier n'en doutant point au final, de plus la lueur malicieuse dans le regard de son nouvel ami l'amusait.

Et ce fut au final à Viladric d'avoir l'air malicieux quand l'elfe sembla rougir comme une pivoine face à sa question, air malicieux qui disparut néanmoins assez vite pour adopter l'air de quelqu'un qui s'en voulait tout de même d'avoir été peut-être un peu indiscret. Le vampire tâcha donc de lui sourire simplement et gentiment en espérant ne pas l'avoir trop mit mal à l'aise.

Mais il fallait le dire, Ilyanth était en effet assez peu habillé pour quelqu'un qui se promenait dans les rues et cette saison. Ce n'est pas après comme si les elfes étaient spécialement sensibles au froid, mais bon… Il avoua pour sa part que ce genre de petite excentricité ne le gênait point dans les faits, par contre le vampire ne sut pas trop quoi dire quand l'elfe se montra vraiment très tactile au sujet de l'exemple qu'il donna.

Le vampire légèrement décontenancé à son tour donc finit par accepter l'invitation formulée par la geste de l'elfe et constata par sa mains la chaleur naturelle du chantefeu qui en effet était grande. Une chaleur qui effaçait presque la froideur de la mains du vampire qui devait avouer que la sensation n'était pas vraiment désagréable.

« Je comprend mieux oui. » Se contenta donc de répondre le vampire à la fois amusé, et aussi ne sachant pas trop où se mettre devant une telle proximité avec Ilyanth, mine de rien c'était assez soudain. Après ce n'est pas non plus comme si le vampire n'était pas quelqu'un de tactile…

Et à vrai dire Viladric du coup hésita à briser le contac, ett laissa l'elfe décider quand arrêter de lui tenir la mains ainsi, et il finit sinon par ajouter avec un léger sourire à ce dernier. « Bon, eh bien. Je vous propose du coup que nous nous rendions tout deux à l'endroit dont vous venez de me parler ! » Cela sans cacher le moins du monde la hâte, et la curiosité qui l'étreignait. Dans tout les cas il laissa donc avec joie l'elfe le guider dans cette visite que ce dernier lui avait promit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Sam 21 Jan 2017 - 18:34

Lewyn répondit que son véritable peuple n’était pas les vampires, mais ceux qui l’acceptaient avec sa singularité. Par ailleurs, ceux qu’il comptait parmi ses amis appartenaient à toutes les races, aussi bien des elfes, des vampires, des humains ainsi que des dragons.

Ilyanth l’écouta attentivement et les propos du messager trouvèrent un écho dans son cœur ; élevé au sein du domaine Baptistrel, le Cawr chérissait cet esprit d’ouverture et de multi-culturalité. A ses yeux, seule comptait la personnalité des êtres et leur appartenance à un tel peuple ou à une classe sociale déterminée importait peu.

- Je comprends, répondit l’elfe en prenant lui-aussi un air rêveur. Je pense partager vos idées, car je considère que ce qui fait la valeur et la beauté des individus, c’est ce qu’ils sont à l’intérieur. Je crois que je préfère les connaitre en profondeur et ne pas m’arrêter à la surface des choses. Selon moi, juger ne mène à rien et il faut tenir compte du contexte pour comprendre les actes des personnes.

En disant cela, Neolenn pensait à la transformation de la princesse Orfraie Ataliel. Nombreux étaient les elfes qui éprouvaient du mépris pour Viladric pour avoir commis un tel crime…Pourtant, le chantefeu estimait qu’un jugement aussi sévère n’avait guère lieu d’être et que celui-ci possédait certainement des raisons louables. Les prunelles azurées du vampire luisaient d’une lueur malicieuse et celui-ci dégageait une grande gentillesse, malgré l’aura de ténèbres propres aux enfants de la nuit.

A ses côtés, Ilyanth légèrement vêtu, avec sa peau ambrée et ses cheveux cendrés semblaient être un fils de l’été. La présence réconfortante du vampire aida le Baptistrel a surmonté sa timidité et son léger embarras, suite à cette question indiscrète.

Puis avec un sourire empli d’espièglerie, celui-ci ajouta de sa voix harmonieuse aux doux accents Elfiques :

- Je crois que vous êtes aussi atypique pour un vampire que je le suis pour un elfe. Je me demande si nous ne sommes pas quelque caprice de la Nature ou du Dracos.

Soudain, le chantefeu remarqua que le guépard le regardait fixement, en arborant un air pensif, durant plusieurs instants. Les yeux bleutés restaient rivés sur son visage délicat plus longuement que ne le voulait la bienséance.

En effet, l’elfe du soleil possédait une certaine naïveté concernant ses attraits physique, ignorant la beauté irréelle qu’il incarnait aux yeux des humains. Même parmi son peuple, ce dernier était considéré comme particulièrement beau et gracieux, mais jamais il n’en avait fait un motif de fierté et ne s’en apercevait même pas la majorité du temps. Dans le domaine Baptistrel, l’accent était mis sur les qualités morales et intellectuelles et la beauté du corps ne comptait guère, sauf si elle reflétait celle de l’âme.

Lorsque le messager l’interrogea sur sa tenue, le jeune Cawr ne put s’empêcher de rougir violemment et répondit à la question en bredouillant ; puis, il s’empara de la main glacée du vampire pour la poser contre sa joue à l’agréable chaleur.
Un peu décontenancé par la spontanéité du Baptistrel, le vampire se contenta de répondre qu’il comprenait mieux, avant de proposer d’un ton plein d’entrain de se rendre dans le lieu qu’évoquait l’elfe.

Ce dernier afficha un léger sourire avant de demander d’une voix calme où transparaissait la curiosité :

- Je voulais vous poser une question, tout à l’heure vous m’avez regardé pensivement pendant de longues minutes ? Est-ce que ma tenue vous intrigue ou vous met mal à l’aise ou s’agit-il de… « moi » ? Si vous voulez vous pouvait me tutoyer…

En effet, Neolenn était un elfe spontané qui nouait facilement des liens avec autrui et n’était guère à l’aise avec des règles de politesse trop rigides.

Dès après, il prit la main de Lewyn en l’entrainant à sa suite en courant. Autour d’eux, quelques regards surpris contemplaient cet étrange duo d’un vampire et d’un elfe gambadant allégrement à travers les rues d’Estelin.

Ils poursuivirent leur chemin jusqu’au troisième étage de la ville ; celui-ci surplombait la cité Elfique et la vue était imprenable. Ilyanth mena Viladric jusqu’au pied de la tour des esprits et traversa plusieurs couloirs. Puis, il s’arrêta devant une porte fermée, non loin de la bibliothèque et dis d’une voix douce :

- Cette partie de la Tour n’est pas très connue des visiteurs et nous les Baptistrels l’avons surnommé la pièce des notes et des chansons enchantées.

Ensuite, le chantefeu ouvrit la porte et ils pénétrèrent dans une vaste pièce entièrement sombre : l’endroit était très calme et silencieux.
Ilyanth eut un petit rire et sortit sa harpe pour en pincer délicatement les cordes faisant naitre des notes cristallines :

Aussitôt la pièce s’illumina d’une myriade de couleurs chatoyantes, ressemblant à un feu d’artifice de formes et de couleurs.

- En ce lieu enchanté, la musique semble devenir « vivante » et les notes se mettent à « danser » devant nos yeux en différentes formes colorées. Vous voulez essayer en prenant un instrument ?

De nombreux instrument étaient disposés sur des étagères ainsi qu'une kyrielle de boites à musiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Mar 24 Jan 2017 - 20:39

Visiblement pensa Lewyn avec un certain bonheur, il se retrouvait face à un autre rêveur en herbe, et dans les faits cela lui plaisait beaucoup. Ce car il venait de découvrir une autre âme à la fibre sensible et poétique qui entrait en harmonie avec la sienne. Sur le coup le dragonnier ne pouvait donc que se sentir honoré de la présence de cet elfe à la chevelure de feu, et au cœur passionné qui se montrait d'une bienveillance touchante.

« Je suis heureux de rencontrer quelqu'un qui partage les mêmes idées que moi. Cela est exaltant. » Dit le vampire très enthousiaste lorsque l'elfe avoua partager ses idées. Avant ensuite reprendre son charmant sourire complice. « Je suis conscient que je dois bien avoir l'air peu gracieux par rapport à vos congénères elfes, mais je suis content de voir que vous préfère jugez les gens pour ce qu'ils sont à l'intérieur et non à l'extérieur. »

Après tout beaucoup s'arrêtaient souvent à cette dernière, y compris du point de vue de la jalousie. Combien d'elfes et de vampires étaient après tout jaloux du beau peuple pour la beauté hypnotisante de ce dernier ? Probablement beaucoup… Et sinon Lewyn trouvait charmant la sorte de petite dualité de symbolique qui semblait exister entre lui, et l'elfe. Comme si dans le fait en cet instant la lune et le soleil étaient réunit.

Tout les deux étaient des être lumineux à sa manière, même Lewyn malgré son statut de vampire. Ilyanth lumineux comme l'astre solaire, et Lewyn comme sa sœur l'astre lunaire. Une lumière plus douce, mais moins flamboyante à sa manière.

« Pour ma part je louerai bien le Dracos d'avoir permit cette rencontre. » Reprit sinon Lewyn taquin et joueur à l'égard de l'elfe lorsque ce dernier dit qu'ils étaient tout les deux assez atypiques à leurs manières par rapport à leurs peuples d'origines. Et s'ils étaient peut-être des caprices du Dracos à leurs façons.

Et à vrai dire lui qui n'était pas habitué à contempler longuement les elfes, eut du mal à ne pas le faire avec cet elfe-ci. Peut-être en partie grâce au caractère fort charmant de ce dernier ? Dans les faits en d'autres circonstances il aurait sans doute trouver l'elfe tout à fait à son goût d'une certaine manière. Néanmoins Lewyn ne voulait pas aller jusque là, il était déjà en couple après tout et il serait fort inadéquat de sa part de multiplier encore ses responsabilités de ce côté-ci…

Néanmoins malgré le fait qu'il ne comptait pas le moins du monde s'enticher de cet elfe, et tenter de le séduire. Il ne fallait tout de même pas oublier que ce dernier était si beau que l'on pouvait aisément le comparer à une œuvre d'art… Une splendide œuvre d'art sculptée d'une mains de maître dans les faits. Lewyn ne se cachait pas intérieurement qu'il aurait apprécier sans doute de s'abandonner quelques instants amicalement dans les bras de l'elfe. Comme si la chaleur de ce dernier pouvait cacher pour quelques instants la froideur de sa condition de vampire et refaire battre son cœurs. A sa manière le vampire avait beaucoup d'affinité avec ce qui était lumineux après tout.

« Oh... » Dit ensuite le vampire légèrement surprit par la question de l'elfe, puis soucieux d'être le plus sincère possible le vampire décida de lui répondre avec un sourire amusé.

« Eh bien je dois dire que si je ne nourris aucune envie de te séduire mon ami, il reste que tu est très beau… Magnifique dirais-je même. Le genre à laisser certaines personnes rêveuses par ton apparence. »

Enfin dans tout les cas le vampire laissa ensuite volontiers l'elfe le guider, en s'étonnant tout de même que ce dernier presse l'allure jusqu'à courir. Une façon de se déplacer assez originale en fait ! Lewyn s'en amusant même assez intérieurement...

Ainsi ils traversèrent une bonne partie de la cité elfique pour arriver à la tour des esprits qui servait d'ambassade aux baptistrels… Ce jusqu'à une porte qui d'après ce que disait Ilyanth semblait renfermer quelque chose de fascinant.

« Pourquoi un tel nom ? » Ne put donc s'empêcher de demander Lewyn curieux, après tout la « pièce des notes et des chansons enchantées » c'était peu courant… Néanmoins le vampire n'eut pas le temps d'avoir une réponse que l'elfe l'invita à entrer dans la vaste pièce qui était sombre et silencieuse.

Lewyn entretint donc un silencieux respectueux pendant que pour sa part Ilyanth rit d'abord légèrement avant ensuite de sortir sa harpe. Visiblement il avait une idée en tête… Et quand il mit cette idée en application en jouant de son instrument, un véritable ballet enchantée se déroula autour d'eux. Un ballet si magnifique que Lewyn eut du mal à se départir son attention de cela pour répondre à Ilyanth…

« Oui je veux bien essayer… Après je vous avouerai mon ami que le seul instrument que je maîtrise véritablement est la flûte. » Répondit donc Lewyn pensif à ce sujet avant de prendre une flûte ouvragée en bois de santal, il lança ensuite un regard complice à Ilyanth et entama avec grâce la mélodie de sa flûte. N'oubliant tout de même pas au passage de garder les yeux ouverts pour contempler l'effet que cela aurait sur cette salle… Surtout si Ilyanth continuait à jouer de sa harpe en même temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Lun 6 Fév 2017 - 22:25

Le chantefeu se sentait de plus en plus intrigué par ce vampire dragonnier à la peau diaphane et aux saphirs rêveurs. Il avait rarement l’occasion de pouvoir converser avec les représentants du peuple de la nuit et ceux-ci conservaient un certain mystère à ses yeux.

En effet, rares étaient les nocturnes qui se promenaient librement à Estelin, en raison des anciennes rancunes qui existaient entre leurs deux races.

Neolenn ressentait également une profonde joie à l’idée d’avoir rencontré une personne qui partageait ses idées. Depuis sa plus tendre enfance, le jeune elfe se sentait parfois décalé par rapport aux autres, en raison de sa sensibilité, de la passion qui l’animait et de certaines de ses questionnements existentiels. La personnalité atypique et sensible de Lewyn suscita aussi son étonnement, car la plupart des vampires privilégiaient la rationalité plutôt que l’émotionnel.

Ilyanth ne put s’empêcher de sourire, dévoilant une rangée de dents semblables à des perles, lorsque lewyn dit que celui-ci devait le trouver moins gracieux que ses congénères. De sa voix douce comme le velours, le Cawr répondit :

- N’ayez aucune crainte, je me préoccupe peu de l’aspect extérieur des individus. Mais si je devais juger votre apparence, je dirais que la trouve surtout « différente » de celles des Elfes Vous dégagez quelque chose de sombre et de ténébreux, pourtant vos yeux semble lumineux et une grande gentillesse émane de vous.

La suite des paroles de Viladric suscitèrent un certain étonnement chez le Baptistrel qui s’en ouvrit avec sincérité :

- Ah ? Me séduire ? Je n’y avait pas du tout songé. Je me demandais si je n’avais pas quelque chose de bizarre sur la figure ou quelque chose du style, dit-il en rougissant légèrement.

Empreint d’une certaine candeur, Ilyanth n’accordait aucune importance aux jeux de séduction et serait même incapable de remarquer un intérêt amoureux, le cas échéant. De plus, celui-ci trouvait étrange le fait qu’on puisse désirer séduire une personne rencontrée quelques instants auparavant et sur base de son seul physique…

- Euh merci, bredouilla-t-il un peu décontenancé par un compliment du guépard sur son apparence. Certes, Neolenn savait qu’il était beau, il le voyait parfois dans les regards émerveillés des autres elfes ou des humains, mais il ne se préoccupait guère de sa beauté, ne la considérant ni comme un don ou une malédiction, ce qui lui conférait le charme et l’innocence de ceux qui ignorent la grâce surnaturelle de leurs traits.

En vérité, ce messager semblait sensible à la finesse des traits Elfiques. Neolenn appréciait aussi de contempler la beauté, mais aux charmes des Elfes, celui-ci préférait la quiétude des paysages sylvestres ou la flamboyance des couchers de soleil. Et à ses yeux, rien n’égalait la magnificence de la parfaite harmonie des vibrations du monde ou la musique éthérée des chants Rhapsodiens.

- Certains disent que la beauté est dans l’œil de celui qui admire,
dit le chantefeu dans un murmure.

Ensuite, il mena sa nouvelle connaissance jusqu’à ce lieu insolite, dissimulé à l’intérieur de l’ambassade des Baptistrels. L’elfe du soleil était ravi de lui faire découvrir un nouvel endroit et espérait que ce dernier goûterait cette surprise.

Avant qu’ils ne pénètrent dans la pièce des notes et des chansons enchantées, Lewyn demanda l’origine d’un nom aussi singulier, avec une curiosité non dissimulée. Mais, avant qu’il n’obtienne la réponse à cette question, Ilyanth l’entraina à l’intérieur.
Et d’un air espiègle, le chantefeu sortit son instrument et commença à en pincer les cordes, faisant naître une symphonie qui se métamorphosa sous leurs yeux en un ballet enchanté de couleurs.

Viladric décida de l’accompagner en jouant de la flûte tout en contemplant l’effet que sa mélodie aurait sur la pièce. Aussitôt, l’endroit fut illuminé par des formes multicolores, des bleus, des vertes, des rouges et des roses, qui éclataient en gerbes d’étincelles aussi brillantes qu’une pluie d’étincelle. La salle en était entièrement illuminée.

- Comme c’est beau ! s’écria Neolenn avec une spontanéité toute enfantine. J’adore venir dans cet endroit, je le trouve féerique et enchanteur.

Puis, il prit une boite à musique et dit d’une voix douce : celle-ci est vraiment amusante, si je l’ouvre…Il souleva doucement le couvercle et pendant qu’une musique envoûtante et cristalline résonnait, une kyrielle d’oiseaux chatoyants qui semblaient faits dans une lumière incandescente s’en échappèrent, en entonnant un chant pur et mélodieux. Le Rhapsodien battit des mains de joie et dit amusé :

- J’adore faire ça ! ouvrir l’une de ses boites à musiques est toujours une surprise. On ignore ce qui va en sortir. Certains disent que c’est parce que ça dépend de l’âme de la personne qui l’ouvre. Veux-tu essayer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Mer 8 Fév 2017 - 21:11

Lewyn était-il conscient de la curiosité qu'il pouvait représenter pour certains en tant que vampire et dragonnier ? Certainement et le pire c'est qu'il était très probablement du genre à en profiter. Non pas pour s'assurer une certaine autorité, ou demander des services. Mais pour se sociabiliser par exemple, ou essayer de satisfaire lui aussi la curiosité qu'il pouvait ressentir envers certaines personnes. Viladric était après tout un vampire particulièrement sociable.

Et il ne pouvait se sentir que bien en présence de quelqu'un de gentil et ouvert comme ce baptistrel. Cela lui faisait toujours chaud au cœur de rencontrer ce genre de personnes et d'avoir le privilège de faire davantage leurs connaissances. Dans les faits il admirait d'une certaine manières les qualités morales d'Ilyanth. Le vampire n'arrivait même pas à discerner le moindre défaut chez ce jeune elfe, comme si ce dernier était déjà un véritable symbole de vertu à ses yeux…

Et par le Dracos, comment pouvait-il ne pas être touché par les paroles du chantefeu ? Ce dernier disait ne pas juger les individus par les apparences extérieurs, mais faire encore plus attention à ce qu'il y avait à l'intérieur. Quand au vampire, il ne put que sourire finement quand l'elfe parla de sa grande gentillesse.

« Je tâche juste de me comporter de manière morale avec les autres et surtout d'être bienveillant et ouvert dans la mesure du possible. Je me dit au final que le monde est meilleur quand on prend les choses avec bonté et optimisme, mais surtout que si l'on désire que les autres se comportent avec gentillesse et respect, il faut soit-même se comporter ainsi. » Il n'hésita point ainsi à confier sa manière de pensée à l'égard des autres en général.

Quand au reste… Lewyn ne put s'empêcher de sourire de manière taquine quand l'elfe rougit à ses paroles et lui avoua qu'il n'aura pas du tout songé à ce que le vampire puisse être intéressé par lui. A croire qu'en plus il était assez innocent et chaste… Étrangement cela le rendait encore plus sympathique aux yeux de Lewyn, une telle pureté ne pouvant qu'être intéressante pour lui.

« En même temps, ce n'est pas parce que je remarque la beauté de vos traits que j'ai forcément envie de vous séduire. Voyez plutôt cela comme quelqu'un qui contemple une sculpture taillée d'une mains de maître. » Reprit-il ensuite plus sérieusement pour essayer de rassurer l'elfe à ce sujet avant de doucement hocher la tête au remerciement décontenancé de ce dernier. Il déduit qu'il ne valait mieux pas insister à ce sujet probablement, ne serait-ce que par politesse envers Ilyanth qui sinon risquer d'être vraiment embarrassé par tout ceci…

Mais sinon, Lewyn était intéressé par tout type de beauté. Quelle soit naturelle, artificielle, humaine, ou elfique, masculine, ou féminine. Il était sensible à tout cela et bien plus sans doute. Il se disait qu'au final le monde pouvait être aussi comparé à une gigantesque fresque autant intérieur qu'extérieure pouvant être contemplée en tout temps.

« Ce sont de sages paroles. »
Conclut donc sincèrement Lewyn quand Ilyanth murmura que certains disaient que la beauté est dans l’œil de celui qui l'admire. Car en effet c'était assez vrai, la beauté en soit était subjective après tout. Ce que Lewyn trouvait magnifiques, d'autres pourraient le trouver écœurant ou sans intérêts. Cela il en était bien conscient finalement…

Par contre, il eut du mal à se dire que qui que ce soit pouvait ne pas apprécier la beauté symbolique, visuelle et sonore de la pièce dans laquelle Ilyanth l'avait introduit. Pour sa part en tout cas Viladric était proprement émerveillé par ceci…

Et c'est à peine s'il arriva à sortir assez de la contemplation hypnotique que ce lieu exerçait sur lui alors qu'il jouait de la flûte, pour arrêter de jouer de son instrument et répondra à Ilyanth avec un air tout à fait complice. Et surtout amusé par l'air enfantin de ce dernier.

« Je ne peux que vous comprendre mon ami, merci à vous de m'avoir montrer cette salle. C'est un véritable honneur pour moi. » Puis silencieux le vampire regarda avec attention son nouvel ami prendre une boîte à musique et faire jouer cette dernière… C'est à peine si Lewyn n'ouvra pas grand la bouche d'émerveillement face au spectacle enchanteur qui se déroula soudainement devant lui. Face aux oiseaux magnifiques de lumières qui ne manquèrent pas d'entonner un chant tout aussi magnifique...

« Oui, bien entendu ! Pour rien au monde je n'essayerai pas ! » Dit-il ensuite très enthousiaste quand Ilyanth lui proposa d'essayer une boîte à musique tout en mettant en avant une certaine théorie comme quoi ces dernières formeraient un spectacle selon l'âme de la personne qui en usait.

C'est ainsi avec une grande douceur et attention que le vampire prit une boîte à musique et joua d'elle… Et le spectacle qui se révéla à eux deux ne fut guère décevant.

Une véritable éruption, ou était-ce une fontaine ? De lumière se révéla devant eux… Celle-ci était partagée entre une lumière éclatante, brillant comme le plus pure des diamants et une lumière plus sombre mais pas moins agréable à contempler. Une végétation lumineuse aussi éphémère que magnifique se déploya pendant un instant suite à cette éruption et le son émit par tout ceci était à la fois doux et harmonieux. Comment un chant de désir, celui d'une paix heureuse et retrouvée. Celui de lendemains meilleurs pour tous. De lendemains remplis d'espoir et de promesses. Une mélodie à se voulant à la fois forte et brave, mais aussi douce et rassurante.

« Alors ? Qu'est-ce que cela dit sur mon âme ? » Finit donc par dire le vampire taquin suite à cela alors qu'il se remettait à peine du splendide spectacle auquel il venait d'assister. Comme si cette vision et cette mélodie avaient su parfaitement capter son âme pendant un court instant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Ven 17 Fév 2017 - 18:44

Tandis qu’il déambulait à travers les rues d’Estelin, Ilyanth se fit la réflexion qu’il était plaisant de se retrouver en compagnie du Dragonier, surtout après l’exécrable altercation avec l’elfe blond. Quelle tristesse que de se retrouver aux prises avec de tels énergumènes et comme il était affligeant de se faire molester simplement pour avoir eu le courage de défendre un vampire.

Fort heureusement, sa rencontre avec Viladric l’aida à chasser de ses pensées, ce souvenir désagréable et le malaise qui l’envahissait à l’idée de la condescendance dont pouvaient faire preuve certains de ses congénères. Mais mieux valait ne pas entacher davantage la sérénité de cette belle journée et se concentrer sur cette nouvelle rencontre.
Le monde et sa complexité faisait qu’il ne pouvait pas croiser uniquement des êtres purs et animés des meilleures intentions. Cependant, Neolenn savait parfaitement que les gens sont ce qu'ils sont et qu’il ne pouvait pas les changer. La seule chose, en son pouvoir, était ses propres pensées et ses comportements à l’égard des autres.

Par ailleurs, si celui-ci ne pouvait contrôler le cœur des êtres qui l’entouraient, il pouvait changer son regard sur eux ainsi que sur le monde. Plutôt que de se concentrer sur le négatif, le jeune elfe préféra n’en conserver que les aspects les plus positifs et dit d’un ton enjoué :

- Finalement, je trouve que l’agression commise par cet elfe blond n’est pas uniquement une mauvaise chose, car elle m’a permis de vous rencontrer,
dit-il. En effet, sans ce petit « incident », le Baptistrel n’aurait peut-être pas pu faire la connaissance du Dragonier et leurs routes se seraient simplement croisées, sans qu’ils cessent de demeurer des parfaits inconnus.

Neolenn s’était souvent questionné à propos du fait qu’il suffisait parfois événements très « légers » voire « minimes » pour modifier le cours de certaines existences. Tout comme les battements d’ailes d’un papillon, aussi insignifiants semblaient-ils, pouvaient créer une tempête de l’autre côté du continent.

Parfois, les individus pensaient que le cours de leur vie était modifié par de grandes causes, alors que de petits événements mis bout à bout se révélaient au final décisifs et les influençaient de façon marquante.
En tout cas, ce vampire semblait vraiment intéressant et lui faisait une très bonne première impression. Bien entendu, le Rhapsodien avait conscience qu’il était injuste voire inconvenant de juger les gens sur les apparences ou de s’arrêter sur une première impression. En vérité, les apparences pouvaient se révéler trompeuses et amener à de cruelles désillusions…

Toutefois, l’enfant de la nuit qui se tenait à ses côtés paraissait posséder une grande noblesse d’âme et le chantefeu préférait se fier aux conseils de son cœur. Ilyanth comprenait ce que voulait dire le vampire lorsque celui-ci parlait de se comporter de façon morale avec autrui. Il répondit de sa voix douce :

- L’un de mes anciens maîtres me disait qu’il ne fallait pas faire à autrui ce qu’on ne désirait pas qu’on nous fasse. Pourtant, on me reproche souvent de me montrer trop gentil, car il est vrai que je n’aime pas pratiquer la politique d’œil pour œil, dent pour dent. Cela me semble tellement contraire à mon tempérament, que je me sentirais mal à l’aise si j’allais à l’encontre de mes valeurs et que je ne serais plus en accord avec moi-même.

Quand le guépard évoqua la somptueuse beauté du maître barde, ravivant la timidité et la gêne de ce dernier ; il s’empressa de mentionner que son compliment était totalement désintéressé.

Ilyanth afficha un léger sourire et dit pour le rassurer :

- oh je comprends, après tout, il parait que les yeux sont faits pour regarder, donc je ne vois aucune raison de m’en formaliser. L’elfe du soleil le pensait sincèrement et ce vampire paraissait ne nourrir envers lui que des intentions pures et louables.

En effet, le Cawr ne savait pas comment celui-ci aurait réagi s’il en avait été autrement, lui qui n’était guère expérimenté ni très à l’aise dans le domaine de la séduction. Mais puisque les choses étaient claires et qu’il n’existait aucune ambivalence, les deux compères pouvaient passer un agréable moment ensemble et faire connaissance en tout bien, tout honneur.

[…]

Par la suite, lorsque le Baptistrel le conduisit dans la salle, Lewyn sembla subjugué par les mirages enchanteurs qu’elle renfermait. Le messager le remercia chaleureusement de lui avoir montré un tel lieu, qui était un délice pour les yeux.

Ilyanth eut un petit rire amusé et dit en chuchotant, sur le ton de la confidence.

- Comme vous m’aviez dit être sensible à la beauté, j’ai pensé que cet endroit pouvait vous plaire. Sans compter que peu de gens le connaissent, hormis les Baptistrels, non que nous soyons égoïstes, mais il se trouve dans notre ambassade et régale surtout le regard et les oreilles des Enwrs. Ce qui est dommage, car d’autres personnes, étrangères à notre ordre seraient peut-être heureuses de le découvrir, ajouta l’elfe d’un air songeur.

Et après qu’il lui ait montré et enseigné le secret des boites à musiques, il lui proposa d’essayer à son tour :

Ravi par cette proposition, le guépard s’empressa de l’ouvrir, faisant jaillir de l’objet, un spectacle d’une rare beauté. Puis, amusé, le vampire se dépêcha d’interroger le Rhapsodien à propos de la signification de cette vision envoûtante.

Le chantefeu réfléchit un moment et son visage délicat arbora une expression rêveuse.

- Pour ma part, j’y vois un mélange de lumière et de ténèbres, se mariant à merveille, telle l’union de la lune et du soleil. J’y vois aussi une nature faite d’harmonie et de paix, mais aussi un chant empli de puissance et de calme.

Puis, il ajouta d’un air amusé et intrigué :

- Et vous que vous évoque la vision des innombrables d’oiseaux de feu qui se sont échappés de la boite que j’ai ouvert, ainsi que leur chant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Lun 20 Fév 2017 - 19:26

« Quelle magnifique manière de voir les choses. » Répondit Lewyn avec un sourire timide à Ilyanth lorsque ce dernier dit qu'au final, il n'était pas si mal que l'autre elfe blond se soit montré enquiquinant, car cela avait permis leur rencontre à eux deux. Une rencontre qui au final s'avérait de plus en plus agréable et enrichissante. Comme quoi certains événements désagréables pouvaient avoir des conséquences tout à fait positives. Lewyn en tout cas ne s'en plaignait pas et dans les faits avait déjà en partie oublié l'évènement désagréable qui s'étaient déroulé peu avant.

Après tout, c'était du passé et il valait sans doute mieux ne pas s'obséder pour ce genre de choses, certes cet elfe blond aurait mérité une leçon de politesse, mais il ne valait pas qu'il s'attriste trop à cause de lui. De toute manière Lewyn avait été bien trop exposé à de tels comportements pour êtres très sensible à ce genre de méchanceté qui n'avaient pour source que l'intolérance dans les faits. Une intolérance qui même si elle le peinait vraiment ne méritait pas qu'on la justifie en agissant mal… Non, il valait mieux être au-dessus de cela et démontrer au contraire que c'était une manière tout à fait sotte d'être décrit. Certes, Lewyn ne contredisait pas le fait que beaucoup de vampires correspondaient en bonne partie aux préjugés qu'on se faisait de son peuple, mais exception qu'il était, il ne voulait pas qu'on le juge ainsi. Pas tant parce qu'il se soucierait de l'avis des autres, que parce que c'était injuste et qu'il n'aimait en rien l'injustice...

« Il faut savoir agir comme notre cœur nous le dit quand nous savons que nous le regretterons si l'on agit autrement. Votre ancien maître en tout cas était pleins de sagesse et je pense que si plus d'hommes et de femmes de tout peuple suivaient ce simple principe… Alors ce monde serait déjà meilleur en grande partie et c'est pour cela qu'il faut au moins que nous le fassions. Pour montrer l'exemple. » Avant de reprendre ensuite amusé à l'égard de l'elfe.

« C'est amusant dans tous les cas de pouvoir fréquenter quelqu'un ayant l'air aussi juvénile que moi. Après tout, qui se dirait en voyant mes airs de jeune homme de vingt ans que je suis un vampire trois fois centenaire ? Encore une preuve que les apparences peuvent être trompeuses. » Cela, il le dit avec un certain humour, mais il est vrai que Lewyn paraissait vraiment très jeune et ne donnait pas forcément l'impression d'être particulièrement vieux ou expérimenté par sa simple apparence…

[…]

Quant à la salle dans laquelle Ilyanth l'avait mené, cela était si à part de ce qu'avait l'habitude de contempler Lewyn que ce dernier avait eu au début bien du mal à y croire. Cela démontrait bien que la magie, notamment celle des baptistrels savait dévoiler tout un lot de merveilles à ceux désirant la contempler. Comme le confirma d'ailleurs la confidence que lui fit son nouvel ami sur un ton amusé. Ce à quoi Lewyn ne put que répondre avec complicité.

« C'est une délicate attention de votre part dans tous les cas, j'en suis honoré. » Il n'allait pas oublier de sitôt cet endroit dans les faits. Encore moins le spectacle qu'offrit la boîte musicale qu'ouvrit Ilyanth, puis celle qu'ouvrit Lewyn. Lewyn qui ne put que sourire avec une certaine timidité, mais aussi grande sincérité aux suppositions de l'elfe quant à ce que pouvait signifier le spectacle qui était apparu quand Viladric avait usé de la boîte.

« Je suppose que c'est une façon très poétique de voir les choses. »
Puis son sourire s'agrandit quand l'elfe lui retourna la question et c'est avec une certaine joie que Lewyn répondit donc à son tour. « J'y vois la beauté et l'intensité. La passion et l'émotion. L'amour vertueux et désintéressé, ainsi qu'un lyrisme passionné. Le chant d'une âme à la fois pure et vertueuse. » Puis Lewyn sans prévenir prit les mains d'Ilyanth et dit taquin.

« Ce n'est pas tout de jouer de la musique et des boîtes à musique, mais… Que diriez-vous que nous profitions de l'une des mélodies pouvant se trouver par ici pour danser un peu ? Avez-vous déjà dansé avec un homme ? Je pense que cela peut-être une expérience assez amusante ! Qu'en pensez-vous ? » Dans tous les cas, il semblait assez enthousiaste à cette idée qui était fichtrement amusante à ses yeux. L'elfe partageait-il son opinion ? Si c'était le cas, ils ne tarderaient pas à découvrir à quel point le chantefeu avait de l'adresse dans ce domaine...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Mar 7 Mar 2017 - 21:06

Après qu’Ilyanth ait confié à Lewyn son ressenti concernant la merveilleuse apparition qui s’était échappé de la boite à musique. Le vampire lui répondit, en souriant d’un air timide, qu’il s’agissait d’une vision empreinte de poésie et de lyrisme.

Amusé, l’elfe du soleil demanda à son interlocuteur de lui révéler à son tour, ce que lui évoquaient les oiseaux flamboyants qui avait jailli quand celui-ci avait soulevé le couvercle de sa propre boite. Après que Viladric eut terminé d’évoquer son sentiment à ce sujet ; Neolenn le regarda en affichant un sourire rayonnant, qui faisait paraître son visage doré encore plus ravissant et radieux que d’ordinaire.

- Je trouve cette manière de voir les choses, également pleine de poésie et d’une grande délicatesse. Sans doute, avez-vous l’âme d’un poète ou d’un esthète. Selon moi, elle révèle une grande sensibilité et une capacité à contempler la beauté et la lumière dans toute chose.

Soudain, sans crier garde, le messager s’empara des mains du chantefeu en arborant un air mutin. Puis, il proposa à ce dernier de…danser avec lui ! Le Baptistrel se sentit devenir rouge pivoine et tenta vainement de retenir les émotions qui l’assaillaient. Après quelques minutes de silence, celui-ci bredouilla :

- Danser ? ici et rien que nous deux ? Certes, une telle proposition était un peu incongrue et déroutante pour le jeune elfe sensible ; néanmoins, comme le soulignait le guépard cela pourrait se révéler particulièrement amusant.

Il éclata d’un rire cristallin et ses splendides yeux bleu-vert s’illuminèrent de gaieté, accentuant la fraîcheur juvénile de ses traits fins. Le Rhapsodien répondit dans un murmure :

- Je suis d’accord. Après tout, cela peut être amusant de danser avec un autre homme. Sans compter que cette salle peut servir également à la danse, car elle est très spacieuse.

En effet, la pièce était très grande et l’espace inoccupé était suffisamment important pour qu’ils puissent danser aussi allègrement que s’ils se trouvaient dans une salle de bal.
Le jeune Elfe s’approcha d’une boite à musique et celle-ci se mit à jouer une mélodie envoûtante, à la fois douce et entraînante. Le plafond de la salle sembla s’illuminer et renvoyer l’image d’un magnifique firmament nocturne empli d’une myriade d’étoiles multicolores, tandis que le sol se mit à scintiller, ressemblant aux eaux d’un lac recouvertes de poussières phosphorescentes.

Un peu intimidé, le Cawr s’approcha du dragonnier et lui demanda d’une voix douce :

- Désirez-vous mener la danse ou préférez-vous que je m’en charge ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Dim 12 Mar 2017 - 18:32

Décidément, Ilyanth était quelqu'un de tout à fait charmant et Lewyn se réjouissait de plus en plus d'avoir fait sa connaissance. L'elfe semblait d'une telle sensibilité qu'il était tel le cristal à l'état pur. Semblant fragile, mais d'une beauté inégalable. Le genre d'être qui rendait ce monde meilleur par sa simple présence et qui semblait presque irréel d'une certaine manière… Viladric se disait d'ailleurs que serait bien chanceux celui ou celle qui partageait sa vie avec ce noble chantefeu.

« Merci, j’avouerai que je tiens à voir le monde comme quelque chose d'à la fois magnifique et complexe. Comme une œuvre éternelle qui ne cessera jamais de nous dévoiler sa beauté cachée et ce même dans les détails les plus minuscules, nous faisons après tout tous partie d'un grand tout d'une certaine manière. »

Et il était assez amusé de voir Ilyanth rougir à nouveau quand il lui eut pris les mains pour lui proposer de danser. Mine de rien, Viladric était déjà fier de sa petite idée et se disait qu'ils s'amuseraient beaucoup tous les deux. De plus, depuis qu'il avait eu quelques cours de danse, Lewyn s'était découvert un certain goût pour cette dernière…

« Oui, ici, rien que nous deux. » Reprit d'ailleurs Lewyn d'un sourire radieux quand l'elfe demanda visiblement s'il était sérieux à ce sujet. Le vampire était conscient que se demande était très probablement soudaine et inattendue, mais il ne regrettait pas le moins du monde de l'avoir faîte.

Et le sourire de Lewyn s'accentua lorsque l'elfe fit éclater son magnifique rire cristallin et que son visage à lui aussi s'illumina de gaieté devant cette idée. Par le Dracos ! Viladric s'amusait déjà beaucoup…

« De plus qui sait ? À l'avenir, vous pourriez peut-être user de ce que vous allez apprendre aujourd'hui pour faire la cour à un autre homme ? »
Cela, il le dit bien entendu avec un air légèrement taquin et complice.

Le dragonnier laissa donc Ilyanth faire jouer une boîte à musique qui ne tarda pas à libérer une sublime musique et un spectacle lumineux tout aussi musique et sur ce, le vampire regarde avec une bienveillance amusée son nouvel ami qui un peu intimidé s'approcha de lui et lui demanda d'une voix douce s'il préférait mener le danser ou que ce soit Ilyanth qui le fasse. Le vampire lui prit donc les mains et dit d'un air joueur.

« Je vous laisse mener le danse et me confie à vos bons soins mon ami. » Cela, il le dit d'un air confiant en se disant que la nature passionnée et sensible du chantefeu ne pouvait que rendre cela agréable, de plus… Le vampire désirait voir ce que donnait le fils du feu lorsque ce dernier prenait tout à coup bien plus d'assurance ! Et sur ce, il attendit donc qu'Ilyanth initie la danse, quelle quel soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Jeu 16 Mar 2017 - 18:07

Viladric paraissait particulièrement amusé par la situation ainsi que par le trouble qu’il faisait naître chez le Rhapsodien. Ce dernier était d’ailleurs dans tous ses états, en raison de sa timidité naturelle et de cette demande inhabituelle. Tentant de calmer les battements de son cœur et de retrouver une certaine contenance, malgré le feu qui embrasait son âme ; le chantefeu accepta en souriant. Après tout, pourquoi refuser ? Il ne s’agissait que d’un simple jeu. Lewyn répondit à son sourire et lui souffla d’un air taquin et complice que cela lui serait peut-être utile à l’avenir s’il devait courtiser un homme.

En entendant ces paroles, les joues de l’elfe s’empourprèrent de plus belle et détournant ses prunelles claires, celui-ci murmura :

- Je ne sais pas si j’y parviendrais…je me sens si…malhabile et intimidé. J’ai l’impression de ne pas être très doué pour ces choses-là.

De plus, le jeune Baptistrel n’était guère habitué à faire des avances à autrui. Bien au contraire, il se montrait pratiquement aveugle aux signes d’intérêts que les autres lui adressaient. Et jusqu’à ce jour, nul n’était parvenir à ravir le cœur pur du flamboyant. Enfin presque. Un jour, quelqu’un avait fait naitre en lui un sentiment violent et irrésistible, agréable et douloureux à la fois, et ce trouble brulait ses souvenirs…
Mais Neolenn préférait ne pas y penser, tentant de l’effacer de sa mémoire et de refouler la passion interdite qui l’habitait. Hélas, c’était un amour impossible qui ne pouvait engendrer que tristesse et culpabilité.

La boite à musique qu’il venait d’ouvrir commença à égrener une mélodie envoûtante, douce et pleine de vie. Une musique faite pour danser et festoyer et non pas se laisser aller à la mélancolie. A cet instant, la salle s’emplit d’un spectacle de lumière, d’une beauté enchanteresse et féerique, capable de captiver yeux, de la même façon que la mélodie charmait les oreilles.

Lorsque le Cawr demanda au vampire s’il préférait mener la danse ou désirait être guidé ; celui-ci prit les mains de son interlocuteurs et d’un air joueur lui confia le soin de s’en charger.

Ilyanth s’avança lentement, un peu troublé par leur soudaine proximité et posa délicatement sa main sur la hanche du dragonier, comme il l’avait vu faire lors des cours de danse ou durant des bals. Galant et respectueux comme il l’était, le Baptistrel prit le soin de demander à son cavalier :

- Est-ce que ça ne vous gêne pas si je pose ma main là ?

Puis s’emparant de la main du guépard, Neolenn commença à exécuter les premiers pas d’une valse, et l’entraina dans la danse. L’elfe bougeait avec grâce et agilité, calquant son rythme sur l’enivrante musique. Tandis qu’ils virevoltaient gracieusement, la pièce chatoyait de plus belle et une pluie d’étoiles parut tomber du plafond, les entourant de poussières diamantées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Sam 18 Mar 2017 - 11:38

Lewyn trouvait vraiment très adorable la réaction de l'elfe quant à sa proposition de danser et à ses petites taquineries. Cet elfe était vraiment une jeune âme innocente et fascinante sur mains aspects. Une telle bonté et candeur ne pouvait sans doute qu'être baptistrelle. Et Lewyn ne manqua pas d'ailleurs de sourire de manière légèrement attendrie à l'elfe lorsque ce dernier lui fit part dans un murmure de ses quelques doutes.

« Je pense que vous vous sous-estimez mon ami. Votre bonté et votre douceur feraient au contraire fondre bien des cœurs selon moi. Cela ne m'étonnerait pas d'ailleurs que vous ayez quelques prétendants sans le savoir. » N'hésita-t-il pas à répondre avec sincérité et gentillesse à Ilyanth de ce fait. Se disant en effet que celui-ci avait beaucoup de qualités et que celui ou celle qui partagerait sa vie avec ce noble chantefeu aurait bien de la chance.

Après, Lewyn se demandait bien avec quel genre de personne pourrait faire fondre le cœur d'Ilyanth. Sans doute, quelqu'un qui avait une nature passionné comme lui ou bien plus calme, mais tendre. En somme, quelqu'un qui serait sans doute bon, mais aurait soit le calme de la terre ou bien la légèreté du vent. Car étrangement, Viladric doutait que le cawr finisse avec quelqu'un qui lui était à tout point semblable. Il lui semblait plus dans les faits être du genre à aimer quelqu'un lui ressemblant, mais aussi différent par mains aspects.

Ainsi, quand la douce mélodie de la boîte à musique débuta, ils ne tardèrent guère à s'intéresser au fait de danser au son de cet hommage à la beauté. Et le vampire attendit donc patiemment qu'Ilyanth s'approche lentement, après tout ce dernier était du genre timide. Lewyn néanmoins frissonna d'ailleurs légèrement quand l'elfe posa sa main sur sa hanche. La chaleur de chantefeu de ce dernier s'insinuant ainsi lentement dans le corps du vampire qui néanmoins n'en fut pas spécialement troublé et répondit d'un air amical à Ilyanth quand celui-ci lui demanda si ça le gênait.

« Pas le moins du monde. » Et Lewyn se fit entraîner tout de suite après dans une valse endiablé et d'une grâce rare. Viladric ne manqua pas d'ailleurs d'être comme hypnotisé par la pluie de poussière d'étoiles qui semblait tomber autour d'eux alors qu'ils dansaient sur un rythme en harmonie parfaite avec l'enivrante musique qui résonnait… Le vampire tâchait donc de faire de son mieux pour suivre son partenaire et respecter le rythme merveilleux de cette chorégraphie.

« J'aimerais bien savoir où vous avez appris à danser. » Glissa d'ailleurs le vampire avec amusement pendant cette danse lorsqu'il eut une occasion de le faire. Suite à cela, il conclut avec complicité. « Vous vous amusez bien ? Vous voyez ce n'est pas si difficile... » Surtout que le vampire laissait totalement l'elfe mener la danse et visiblement, celui-ci avait pris un peu plus d'assurance maintenant, ce qui ne manquait pas de se traduire au cours de ce petit numéro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Ven 24 Mar 2017 - 20:00

Alors qu’une somptueuse symphonie emplissait la pièce, Ilyanth s’approcha du vampire afin de débuter cette danse improvisée. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine et une douce chaleur envahissait son corps. Par Dracos, comme cela se révélait troublant de se retrouver seul à seul avec ce dragonnier qui peu de temps auparavant n’était encore qu’un parfait étranger.

De plus, ce dernier paraissait prendre un malin plaisir à le taquiner de diverses façons. Néanmoins, ce tempérament facétieux n’était pas désagréable et malgré sa timidité, le jeune elfe s’en amusait, se laissant même prendre au jeu, une fois son premier émoi dissipé.

Sans se départir de son espièglerie, Lewyn dit à son nouvel ami que celui-ci devait probablement se sous-estimer et qu’il faisait sans doute battre bien des cœurs. Ces paroles troublèrent le jeune Baptistrel qui s’empourpra et baissa le regard avant de dire d’une voix très basse, presque inaudible :

- Pour être honnête avec vous, je n’ai jamais eu de relation amoureuse avec quiconque…

Le Rhapsodien était encore jeune mais à son âge, nombre d’elfes avaient déjà l’un ou l’autre prétendant ou connu une relation amoureuse. Son tempérament passionné, sa sensibilité exacerbée et sa quête de l’Amour absolu le vouait à s’offrir entièrement à un seul être. Pour l’instant, le fils du soleil n’avait pas encore rencontré celui ou celle qui était destiné à devenir la moitié de son âme et son parfait complément.

En raison de sa grande beauté et de son infinie bonté, le jeune elfe attirait de nombreux regards et suscitaient sans nul doute des élans passionnés ; cependant, ce dernier ne semblait guère s’en apercevoir, n’accordant nulles attention à ces attirances éphémères, aussi promptes à s’éteindre qu’elles s’étaient allumées. A ce jour, une seule personne était parvenue à faire naître en lui un sentiment troublant et fascinant, ressemblant à ce que l’on nomme « amour ». Il s’agissait d’Aegnor l’empereur des Elfes. Dès l’instant où son regard s’était posé sur ce dernier, Neolenn avait senti son corps transir et brûler. Puis une fièvre aussi soudaine qu’irrésistible avait embrasé tout son être, le transformant en esclave de sa passion.

Désormais, il était condamné à combattre ce sentiment qui le dévorait de l’intérieur, tel un brasier qui refusait de s’éteindre. Mon cœur, pourquoi sur tous les êtres de l’univers a-t-il fallut que tu jettes ton dévolu sur lui ? Songeait-il amèrement. Hélas, le cœur avait des raisons que la raison ne connaissait pas.

Lewyn ne parut pas embarrassé par le fait que le Baptistrel dépose sa main sur son corps ni par leur proximité soudaine. Grisé par la musique et leur danse enivrante, Ilyanth parvint à surmonter sa timidité et bougeait avec une grâce peu commune, entraînant son cavalier avec lui.

Une poussière d’étoiles tombait du plafond, semblable à une pluie de diamants et accompagnait les pas des deux danseurs.

Quand le guépard questionna l’oiseau du paradis afin de savoir où ce dernier avait appris à danser. L’elfe eut un sourire gai qui illumina son visage doré et répondit d’une voix douce comme le chant d’un rossignol :

- C’est ma mère qui m’a appris. La danse est l’une de ses grandes passions et lorsque j’étais enfant elle me faisait tournoyer dans ses bras avant de m’apprendre les premiers pas. Puis, il rit avant d’ajouter d’un air malicieux. Aujourd’hui, je suis adulte mais je lui sers encore de cavalier à l’occasion, sauf que désormais je me suis assez amélioré pour ne plus lui écraser les pieds ni froisser sa robe.

Après cela, Neolenn plongea ses prunelles de jade et d’azur dans celle de son partenaire et lui demanda :

- Je m'amuse bien. Et vous ? Est-ce que cette danse vous plait ?

Ilyanth afficha un sourire espiègle et attira l’attention de Viladric sur l’un des murs de la salle qui reflétait leur image, tel un miroir dans lequel tous deux portaient des magnifiques atours :

Le chantefeu était vêtu d’une longue tunique étincelante, semblant faite d’or et de lumière blanche tandis que le vampire arborait une tenue aussi sombre et brillante qu’un éclat de ténèbres.

Neolenn esquissa un pas de danse, empli de grâce et d’une souplesse féline, faisant tournoyer son cavalier avant d’attirer son regard sur un autre mur. Cette fois-ci, le reflet d’Ilyanth le représentait, non plus en mâle, mais en une ravissante elfette habillée d’une robe vaporeuse qui scintillait d’une lumière dorée et argentée.
Ensuite d’un air mutin, le Cawr dit :

- Il s’agit d’une autre des propriétés de cette pièce, n’est-elle pas pleine de mystère ? Selon vous, vers quel côté devrions nous tourner les yeux à présent afin de découvrir de nouveaux reflets nous représentant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Dim 26 Mar 2017 - 18:22

« Oh, je pense que cela viendra en temps voulu, vous devez être encore bien jeune après tout. » Répondit Lewyn avec confiance et gentillesse quand Ilyanth lui avoua qu'il n'avait encore jamais connu de relations amoureuses. Car oui le chantefeu paraissait quand même assez jeune pour un elfe et le vampire se disait donc tout à fait logiquement que ce même elfe avait encore toute la vie devant lui. De ce fait, il n'y avait pas spécialement à s'inquiéter, surtout que de ce qu'il savait les elfes étaient du genre à vouloir connaître une relation à long terme avec la personne désirée et non à pratiquer la politique du coureur assidu de jupons. D'ailleurs, Lewyn pour sa part ne sous-estimait pas l'importance du sentiment amoureux et se disait qu'il valait mieux prendre son temps avec ceci de manière si possible à s'assurer que la personne avec laquelle on voulait finir ses jours était la bonne. Dans tous les cas, pour sa Lewyn était un grand romantique et il se disait miner de rien que le chantefeu devait en être un au vu de son caractère bon et passionné. Pas le caractère d'un coureur de jupon invétéré en somme…

Viladric lui-même n'en était pas un d'ailleurs, certes, il pouvait accepter de s'amuser un peu quand quelqu'un en avait vraiment envie, mais il ne cherchait pas ceci à tout-va. Ne serait-ce que pour la bonne raison qu'il ne voulait faire de peine de cœur à personne, mais surtout, car pour lui les plus beaux élans du cœur étaient aussi spirituels et non forcément corporels. Que l'union du corps n'était au final qu'un achèvement de celle de l'esprit, un moyen détourné par lequel ne faire qu'un un temps avec l'être aimé. Bon, ce n'était pas une conception des relations charnelles que tout le monde partageait avec lui, mais c'était la sienne. Celle d'un achèvement et non d'un but. D'ailleurs depuis quelques temps c'était une certaine nordique qui semblait faire naître des élans passionnés dans son cœur, Lewyn au début ne savait pas trop quel nom mettre à un tel sentiment, mais aujourd'hui, il savait parfaitement quelle était la dame de son cœur. Une très bonne amie à lui…

Et dans les faits sinon, le nocturne savait apprécier à sa juste valeur sa proximité avec son nouvel et jeune ami. Ce qui ne le dérangeait point d'ailleurs. Viladric n'était point timide par rapport à cette danse et il sut apprécier le fait qu'Ilyanth sache outrepasser la sienne de timidité pour se laisser entraîner par la douce mélodie qui emplissait cette salle. Une mélodie qui ne fut troublée que par la douce et sublime voix de l'elfe qui n'hésita point à révéler au vampire comment il avait pu apprendre à danser. Ainsi, c'était la mère du baptistrel qui lui avait appris cela, charmant ! Le vampire trouvait cela assez mignon au fond.

« Votre mère a l'air d'une charmante dame. » Ne manqua pas de préciser d'ailleurs le vampire avec sincérité avant d'ajouter ensuite avec malice. « En même temps, cela ne m'étonne pas vraiment, il faut bien une mère charmante pour engendrer un elfe aussi bon et doux après tout. Du coup, vous êtes baptistrel de père en fils dans votre famille ? » Cela, il le demandait à tout hasard, car mine de rien, il se demandait en effet si c'était une vocation dans sa famille. Surtout qu'il avait compris que dans les familles elfiques les enfants gardent souvent la même profession que leurs parents. Après, peut-être qu'Ilyanth avait juste dévié de la tradition familiale...

« Bien entendu. » Répondit ensuite le vampire jovial en soutenant avec amusement le regard de son ami quand ce dernier lui demandait s'il s'amusait bien, sur ce l'elfe voulut lui montrer un mur de la salle qui supportait un miroir renvoyant un magnifique reflet d'eux. Eh bien ! C'était assez agréable comme portrait mine de rien, ce même si Lewyn n'était pas forcément un grand adepte des vêtements de luxe. Viladric fut d'ailleurs si attentif à son reflet qu'il fut légèrement surpris que la danse continue et qu'il ne manqua pas de pousser léger rire quand il se mit à tournoyer sous l'impulsion d'Ilyanth. Décidément ce chantefeu était aussi passionné que le feu dont il était l'enfant !

Et Lewyn ne manqua pas d'admirer quelques instants le reflet de l'elfe qui faisait paraître celui-ci sous les traits d'une magnifique elfette. Le vampire ne manqua pas d'ailleurs d'ajouter d'un air spirituel. « Eh bien, je dois avouer que cette salle est, en effet, pleine de mystère. » Sinon il indiqua du regard un miroir à gauche à Ilyanth quand celui-ci lui demanda quel reflet ils devraient regarder.

Et… Ce fut assez curieux mine de rien. Disons que le reflet qui leur était renvoyé était celui de formes élémentaires et vaporeuses d'eux. Le chantefeu semblait être fait de feu alors que le vampire d'eau pour sa part. C'était curieux…

« Quand j'y pense, auriez-vous soupçonner le fait que vous deviendriez chantefeu avant que cet élément vous choisisse ? Ou bien, vous pensiez que vous seriez possiblement lié à autre chose ? »
Demanda-t-il à tout hasard avant d'ajouter ensuite alors qu'ils reprenaient la danse avec fluidité et grâce. « D'ailleurs, qui était votre cawr baptistrelle à tout hasard ? J'avais entendu dire après tout que tout maître baptistrel avait été élève auparavant et mine de rien, je suis curieux d'apprendre qui a eu l'honneur de vous offrir son enseignement. » Cela, il le dit à tout hasard en dédiant au passage un petit clin d’œil taquin à Ilyanth. Comme pour encourager ce dernier à garder son assurance étant donné qu'il se débrouillait très bien ainsi ! Ce n'est pas tous les jours après tout que Lewyn prenait autant de plaisir à danser avec quelqu'un. C'était même plus que vivifiant d'une certaine manière ! Le vampire commença d'ailleurs peu à peu à prendre le rôle du meneur de la danse pour varier un peu. Histoire de montrer à l'elfe ce dont il était capable et surtout de changer pour un style assez énergétique et félin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Mar 4 Avr 2017 - 20:51

En entendant les sages paroles de Viladric, le chantefeu afficha un léger sourire et répondit :
- Oui, vous avez raison, je suis encore jeune, du moins pour un elfe. Puis, d’un air malicieux, ce dernier ajouta. Il n’est d’ailleurs pas rare que certains me confonde avec un Enwr, en raison de mon apparence juvénile. Et quand on y songe, ce qui est surprenant avec l’âge, c’est qu’il peut exister une différence entre celui que nous avons dans notre corps et celui qui existe au sein de notre esprit. Parfois, j’ai l’impression d’être encore un enfant empli de rêves et de candeur et d’autres fois, je me sens comme un vieillard sage et capable de porter un regard lucide sur l’existence et ses vicissitudes…Étrange n’est-ce pas ? Cela vous arrive-t-il aussi de ressentir une telle chose ?

Le jeune Baptistrel s’était souvent interrogé au sujet du passage du temps et de la différence considérable qui existait entre l’écoulement réel et sa perception psychologique. Une heure passée en compagnie de l’être aimé passait avec la rapidité de l’éclair tandis qu’une minute de souffrance semblait durer une éternité. De même, il éprouvait l’étrange sentiment que différentes facettes coexistaient dans sa personnalité, conjuguant harmonieusement l’ardeur passionnée de la jeunesse et la sagesse introspective de la maturité.

Quant au fait qu’une relation amoureuse débuterait le moment venu, Ilyanth avait pour coutume de s’en remettre à la toute-puissance du destin. Pourquoi forcer les choses ? Ce qui doit arriver arrivera. Après tout, la vie recelait d’innombrables surprises et l’Amour pouvait advenir de la manière la plus inattendue qui soit et l’aimé se présenter sous d’autres traits que ceux brossés par notre imaginaire.

Pour l’heure, son cœur était encore hanté par l’irrésistible passion qu’il vouait à son empereur…Mais peut-être qu’un jour ce brasier s’éteindrait et qu’il lui serait à nouveau possible d’offrir son âme à un autre être…Car aux yeux du maître barde, l’Amour représentait l’union de deux cœurs avant d’être celle de deux corps. Le sexe de la personne ne revêtait aucune importance, du moment que leurs âmes communiquaient ensemble, formant la plus pure et la plus harmonieuse de toutes les symphonies…
Neolenn était un grand romantique, à la sensibilité exacerbée, habité par un profond idéalisme et croyant à une union avant tout spirituelle et éternelle.

Le chanteur se laissait guider par cette musique enchanteresse, oubliant peu à peu sa timidité et sa réserve, virevoltant au rythme des notes. Viladric se révélait être un individu tout à fait charmant et son initiative excellente, bien que surprenante, de prime abord.
Quand le vampire le complimenta sur sa mère et sa personne par la même occasion ; le Rhapsodien rougit légèrement et d’un air espiègle, celui-ci répondit :

- Je pense également que c’est une dame tout à fait charmante, mais je ne suis pas objectif car c’est ma mère. De même, pour elle, je suis le plus beau des Elfes du domaine, mais c’est sans doute car elle me voit avec les yeux de l’amour maternel. Pour la plupart des mamans, du moins celles aimantes, leur enfant est en quelque sorte le plus beau n’est-ce pas ?

Ensuite avec un sourire empli de douceur, il ajouta :

- En effet, j’appartiens à une longue lignée de Baptistrels…. Je pense que presque tous les membres de ma famille ont choisi cette voie. Par ailleurs, pour la plupart, nous ne sommes pas doués pour les arts guerriers et possédons certaines prédispositions pour la magie et les activités artistiques. Peut-être est-ce prédestiné ? En tout cas, j’ai le sentiment qu’il s’agit de ma vocation, que j’étais fait pour être Baptistrel. C’est véritablement ma raison de vivre et je ne parviens pas à m’imaginer dans autre chose…Pouvoir ressentir les vibrations du monde est une sensation incomparable, pour rien au monde je ne souhaiterais en être privé tant cela me semble être une partie intégrante de mon être.


Par la suite, tandis que tous deux tournoyaient avec grâce, exécutant les pas de cette danse à la fois énergique et féline, l’elfe attira son regard sur les murs de la salle qui leur renvoyaient des reflets féeriques. Le guépard ne manqua pas de manifester son amusement face à ces visions somptueuses et mirifiques. En effet, cette pièce abritait d’innombrables mystères et Ilyanth, lui-même, n’en connaissait pas l’intégralité.
Du regard, Lewyn indiqua l’un des murs qui reflétaient une forme vaporeuse et aquatique et une autre semblable à une danse de feu.

- J’ai l’impression que cela représente les éléments liés à nos personnalités, dit l’elfe d’un ton amusé. Peut-être que si étiez un maître Baptistrel, vous seriez un lié d’eau, un chantepluie. Pour ma part, étant donné mon tempérament passionné, je soupçonnais fortement que je deviendrais un lié du feu et mon intuition s’est trouvée confirmée. Toutefois, j’aurais peut-être pu être un chanteciel en raison de mon tempérament rêveur et de ma passion pour la magnificence de la voûte céleste ou un chantebrise pour mon goût de la liberté. Mais le feu m’a choisi et ce choix était certainement le meilleur.
Tout en poursuivant cette danse gracieuse, Neolenn répondit à la deuxième question de son nouvel ami.

- J’ai eu deux Cawrs, la première était chantepluie et m’a beaucoup appris, mais malheureusement elle est morte avant que j’achève mon apprentissage…En prononçant ces mots, les prunelles claires de l’elfe s’emplirent d’un voile de tristesse. Ma deuxième Cawr se nomme Aramis Threde et c’est une chantebrise qui m’a également appris énormément de choses et m’a permis, en grande partie, de devenir le maître barde que je suis. Qu’en pensez-vous ? Trouvez-vous cela surprenant ? Au final, bien que lié au feu, j’ai été formé par des liées d’eau et de vent.

Viladric lui fit un clin d’œil taquin comme pour l’encourager à garder son assurance et commença à mener la danse. Le chantefeu se laissa guider, s’adaptant au rythme de son partenaire et emporté par l’envoutante mélodie. Par Dracos, cet enfant de la nuit se débrouillait à merveille et évoluait avec grâce et agilité.

Neolenn se laissait emporter et regardait son partenaire en souriant chaleureusement. Soudain, il fit un faux pas et tomba en arrière, entraînant le nocturne dans sa chute.
A cet instant, la porte de la salle était en train de s’ouvrir…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Sam 8 Avr 2017 - 19:35

Lewyn ne manqua pas de surenchérir d'un air complice à l'égard d'Ilyanth.

« Il est vrai que vous avez l'air vraiment jeune pour un elfe… En faîte, vous avez l'air aussi jeune pour un elfe que moi pour un humain, quoique moi je fais plus dans la vingtaine et vous dans les 18 ans d'un point de vue humain je suppose. Mais sinon oui, des fois il m'arrive d'avoir l'impression de contempler le monde avec la sagesse d'un ancêtre et d'autres fois avec l'enthousiasme et l'énergie d'un jeune homme. Mais je suppose que cela dépend en partie de l'humeur du moment et surtout de la situation. Après tout, nous ne devons pas avoir le même état d'esprit à chaque instant de notre existence. »

Après tout la vie offrait une multitude d'expériences diverses et pour quelqu'un de sensible comme Lewyn il était facile de réagir d'une manière ou d'une autre à ses expériences. Que ce soit le fait de s'attrister devant quelque chose de grave ou triste ou bien celui de déborder d'enthousiasme et de joie devant un heureux événement. D'une certaine manière, il se disait qu'il devait être ainsi pour tous et que chaque être devait être différent selon l'instant présent et ceux qui partageaient sa compagnie…

Par exemple, Lewyn n'était pas le même en présence de Sighild ou Nolan, que quand il était en train de faire face à Lorenz Wintel. Enfin, quand il avait été en train de lui faire face lorsque ce dernier s'était retrouvé enfermé dans un cachot à Sandur. Depuis le vampire n'avait jamais revu le prince noir et ce n'était pas forcément pour lui déplaire...

Car aussi bien dans son cœur que dans son âme, il était toujours révolté des horreurs qu'avait pu commettre ce tyran. Les innombrables vies qui avaient été écourtées par sa faute et les souffrances qu'il avait causé… Il ferait tout son possible pour que cela n'arrive pas à nouveau, que des hommes innocents ne goûtent pas à la douleur de l'esclavage, pour que les orphelins ne se multiplient pas à nouveau et surtout pour que l'injustice n’oppresse pas une nouvelle fois tout Armanda.

Mais l’instant n'était pas propice à ce genre de pensées sombres et Lewyn les écarta alors qu'il se laissait entraîner par son compagnon de danse du jour et la mélodie qui les inspirait tous les deux. Le vampire dans les faits était si à l'aise qu'il n'hésitait pas à taquiner un peu l'elfe, celui-ci après tout était quelqu'un de fort charmant et Viladric appréciait beaucoup sa compagnie.

« Je pense oui. » Répondit-il d'ailleurs avec un léger sourire à l'elfe lorsque celui-ci lui dit que toutes les mères aimantes devaient considérer que leur enfant était le plus beau des enfants. Néanmoins, l'on pouvait constater une légère pointe de tristesse dans le regard du vampire, ce alors qu'il se disait qu'il regrettait de ne pas vraiment se souvenir de sa mère humaine… Peut-être qu'il devrait demander un jour à un baptistrel de lui révéler plus en détail son passé ? Il n'en avait certes jamais ressenti le besoin, mais ça pourrait être une idée. Mais pas tout de suite. Un autre jour…

« C'est vraiment merveilleux que de trouver sa voie et d'être pleinement épanoui dans celle-ci. Je suis bien entendu heureux que ce soit le cas pour vous et j'espère que cela continuera à vous apporter bonheur et satisfaction. D'une certaine manière, j'avouerais que moi aussi aurait du mal à vous voir être chose que baptistrel, encore plus guerrier. » Peut-être parce que l'elfe n'avait pas vraiment l'air d'être taillé pour le métier des armes ? Il était certes gracile et agile, mais il donnait plus l'impression que son être était davantage tourné vers le fait de préserver la vie que de la prendre.

De plus, ce n'était pas un métier fait pour tous que celui de guerrier, Viladric lui-même ne se considérait pas comme un guerrier dans les faits. Certes, il savait très bien se battre, mais il ne le faisait que pour se défendre ou quand il fallait protéger des idéaux justes selon lui. Et même quand c'était le cas, il tâchait si possible de ne pas tuer son adversaire, notamment quand celui-ci n'était pas un être malfaisant, mais juste quelqu'un qui fait son métier ou cherche à survivre…

« Il est vrai que je vous aurais bien vu chanteciel ou chantepluie moi aussi, mais de toute manière, je suppose que vous n'avez pas forcément à vous sentir une affinité que pour un seul élément. Certes, le feu est votre élément principal, mais vous pouvez peut-être aussi vous sentir proche de l'eau ou du ciel de temps en temps ? Enfin… Je dis ça, mais je ne suis pas baptistrel donc je ne suis pas du tout habilité à faire de quelconques théories à ce sujet. »
 Ajouta-t-il sinon d'un air amusé, avant d'écouter ensuite avec attention la réponse de son ami quant aux cawrs qu'il avait eut.

« Je suis désolé pour vous. » Ne manqua pas d'ailleurs de répondre le vampire avec une sincère compassion quand l'elfe lui avoua que sa première cawr était morte, puis il ajouta avec douceur. « Eh bien, vous avez eu l'impératrice des elfes comme cawr ? Intéressant. En tout cas, cela ne m'étonne point que vous ayez été formée par une liée du vent et une de l'eau. D'une certaine manière, ces éléments ne sont-ils pas liés aux feux ? Même si des fois d'une manière duelle ? »

Par contre… Par le Dracos, si par la suite Lewyn se débrouilla bien en tant que meneur de la danse, il ne put faire autrement que de tomber avec l'elfe au sol lorsque celui-ci fit un faux pas… Ce pile au moment où la porte s'ouvrit, révélant une jeune humain qui les contempla avec de grands yeux… Pourquoi cela ? Parce que Viladric se trouvait au-dessus de l'elfe dans une position qui sortit du contexte pouvait paraître ambiguë… Le nocturne en constatant cela et légèrement gêné dit à l'humaine.

« Ce n'est pas ce que vous pensez ! » Mais le jeune dame qui rougissait énormément, sans doute car elle avait l'impression de les avoir surpris au mauvais moment baragouina tout de même une excuse et referma la porte timidement…

« Eh bien… Je suppose que vous devrez lui expliquer plus tard ce qui s'est vraiment passé… Sauf si vous tenez à ce qu'elle s'imagine des choses. » Ajouta donc Lewyn légèrement amusé et gêné après qu'elle soit repartir, avant d'aider ensuite l'elfe à se relever et de conclure avec complicité. « Par curiosité d'ailleurs… Qu'est-ce que cela fait d'être un enseignant d'une certaine manière ? Je suppose que cela doit être assez intimidant au début ? Était-ce une de vos élèves ? J'espère en tout cas que ce malentendu ne vous gênera pas trop... » Pourquoi se demandait-il tout cela ? Parce qu'il venait de se rappeler tout à coup qu'Ilyanth était cawr et qu'il se demandait dans les faits si la jeune humaine qui les avait surpris était une de ses enwrs… Dans ce cas-là, c'était peut-être très gênant en effet qu'elle les ait surpris.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Sam 15 Avr 2017 - 12:28

Ilyanth se sentait bien en compagnie de ce vampire, qui était pour le moins sympathique et maniait l’art de la danse avec aisance. D’ailleurs où avait-il appris à danser ? Songea l’elfe, en se promettant de lui poser la question.

- Vous aussi vous avez l’air jeune….pour un vampire…humain. Je ne suis guère très doué pour évaluer l’âge de ce peuple, admit le jeune Baptistrel. Mais, selon moi, vous ne deviez pas dépasser la vingtaine lors de votre transformation…

Puis d’un petit air mutin, ce dernier se hasarda à demander :

- D’ailleurs, si je puis me permettre, que âge avez-vous en âge vampirique ?
Après tout, un enfant de la nuit pouvait posséder une apparence juvénile tout en ayant en étant plusieurs fois centenaire. Telle était la prérogative de ce peuple ténébreux qui demeurait figé dans une jeunesse éternelle pour l’éternité.

Une telle question pourrait paraître terriblement indiscrète, surtout si Lewyn était une dame car la gente féminine avait tendance à s’offusquer lorsqu’il s’agissait de dévoiler leur âge. Cependant le guépard était un homme et Neolenn agissait avec spontanéité, sans trop s’embarrasser des innombrables règles de politesse qui caractérisait le comportement de la majorité des Elfes. Si le nocturne se montrait gêné par sa demande, il le lui ferait sans doute savoir…

En contemplant le visage opalescent du nocturne, le chantefeu ne put s’empêcher de se demander quel effet cela faisait-il d’avoir été métamorphosé si jeune et de perdre des pans entiers de son ancienne existence…Comment Viladric le vivait-il ? En souffrait-il ou l’acceptait-il avec philosophie, telle une fatalité inhérente à sa transformation ?
Peut-être que s’ils faisaient tous les deux plus amplement connaissance, en apprendrait-il davantage sur ce mystérieux ténébreux…

Le Rhapsodien n’avait jamais envié l’immortalité de ces créatures car si celle-ci pouvait sembler attirante, elle représentait également un cadeau empoisonné. Nombre de sang-froid, en raison de leur grand âge, finissait par basculer dans la folie ou ressentait un immense sentiment d’ennui ou de vacuité…

Du reste, ce qui conférait à l’existence sa beauté et sa valeur, c’était son côté fragile et éphémère. Sans oublier, que la mort permettait le renouvellement de la vie et des générations.

Autrefois, les êtres mourraient et se réincarnaient, renaissant sous une nouvelle forme et vivant d’une certaine façon l’immortalité. Mais depuis la mort des esprits, les choses étaient devenues très différentes et nul ne savait de quoi serait fait le futur…A présent, qu’allait-il advenir des Armandées, privés de la sagesse des esprits et livrés à eux-mêmes ? Les chimères avaient déferlées sur Armanda suite à une erreur de leur part…Etaient-ils prêts à assumer le fardeau de cette liberté et à en payer le prix ou avaient-ils encore besoin de la protection des esprits pour accomplir leur glorieuse utopie ? Ces pensées le rendirent soudain mélancolique et l’elfe s’empressa de les chasser pour se reconcentrer sur la danse et l’instant présent.

Quand le Cawr parla de l’amour inconditionnel d’une mère pour son enfant, les prunelles bleutées du dragonnier se couvrirent d’un voile de tristesse et il dit d’une voix éteinte « je pense que oui ».

En entendant ces paroles, Ilyanth se mordit les lèvres, craignant d’avoir peiné son interlocuteur. En effet, il bénéficiait de l’affection d’une mère et entretenait une relation, quasi fusionnelle, avec la Rhapsodie, sa famille, mais le nocturne en était sans doute privé…

- Je suis désolé, dit-il dans un murmure. Je ne voulais pas vous blesser…Il est vrai que vous ne vous rappelez probablement plus de votre mère ni de votre passé d’humain….Est-ce que cela vous est douloureux ?

Peut-être le guépard souffrait-il d’avoir perdu toute souvenance de son humanité et se sentait amputé d’une part de lui-même ? Neolenn désirait ardemment l’aider à retrouver la paix et la sérénité à ce sujet…Il existait bien un moyen pour y parvenir, si toutefois Lewyn le désirait, mais celui-ci n’était pas sans danger…

Le fils du feu, quant à lui, n’imaginait pas oublier les êtres chers, cette simple idée le fit tressaillir d’effroi et lui serra le cœur.

- Je me demande si cela n’était pas prédestiné. Et si je ne suis pas né pour être Baptistrel, dit-il en riant. Au fond de moi, j’ai le sentiment d’accomplir ma mission de vie, ce pourquoi je suis vraiment fait…J’ai toujours senti que j’étais appelé à aider les autres et j’espère pouvoir accomplir de grandes choses pour Armanda. Je pense être davantage un artisan de l’amour universel qu’un partisan de la guerre. Il est également vrai que je me sens lié à plusieurs éléments, même si le feu est dominant. Mais après-tout, l’âme est composée d’une kyrielle de facettes, donc pourquoi se cantonner à une seule alors qu’il nous est possible d’embrasser la totalité de la vie ?

Un sourire amusé s’afficha sur les lèvres du maître-barde lorsque celui-ci entendit la suite de la réponse du dragonnier :

- En effet, l’eau est liée au feu et est souvent considéré comme son opposée, elle possède également le pouvoir de l’éteindre. Quant au vent, son pouvoir est double, il peut soit éteindre le feu soit l’attiser. Ma première Cawr m’a appris le calme et la tempérance et la deuxième m’a transmis son goût de la liberté et m’encourage à me surpasser…


En repensant à la mort de sa première Cawr, l’enfant du soleil sentit son cœur s’emplir de chagrin et de nostalgie. Malheureusement, il ne pouvait rien y changer et était forcer d’aller de l’avant.

- Je l’aimais et je l’estimais beaucoup et je n’oublierais jamais ce qu’elle m’a appris. Bien qu’elle ne soit plus là, je garde en mémoire son enseignement et j’ai souvent une pensée émue pour elle. Et d'une certaine façon, elle continue à vivre dans mon cœur et ma mémoire.

Tandis qu’ils continuaient à danser, avec grâce et légèreté, Neolenn qui se sentait bouleversé par la teneur de leur conversation fit un faux pas, entrainant son cavalier dans sa chute, et tous se retrouvèrent dans une position pour le moins…équivoque !
A cet instant, la porte de la salle s’entrouvrit et en tournant la tête dans cette direction, le chantefeu reconnut…Lise, l’une de ses Enwr !

En les apercevant, cette dernière poussa un cri et détourna le regard, d’un air embarrassé !
L’elfe sentit ses joues s’enflammer et bredouilla :

- Euh…non ! Lise..ne te méprend pas, ce n’est pas ce que tu crois !

Lise, dont les joues écarlates, baissa les yeux et répondit d’une voix troublée :

- Il vaut mieux que je vous laisse seul à seul pour…euh…terminer ce que vous faisiez !
Ensuite, elle se sauva à toute vitesse en fermant la porte.

- Par Dracos, c’est l’une de mes apprentie, j’ai peur qu’elle ne s’imagine des choses fausses sur nous
…gémit Neolenn au bord des larmes. Que faire ? Est-ce que je dois la rattraper pour lui expliquer ou faire comme si de rien n’était ? Je trouve cette situation terriblement embarrassante…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Dim 16 Avr 2017 - 16:59

Lewyn sourit avec amusement à Ilyanth, avant d’acquiescer doucement à ce dernier lorsqu'il dit qu'il semblait avoir la vingtaine selon des critères humains, en effet Viladric avait été mine de rien vampirisé assez jeune…

« Vous avez vu juste, il semblerait visiblement que vous n'ayez pas tant de mal que cela à déduire l'âge d'un humain, même si dans les faits, je suis bien loin d'avoir la vingtaine. » Précisa tout de même le vampire d'un ait taquin et son sourire s'élargit lorsque l'elfe lui demanda d'un air mutin quel âge il avait exactement. Lewyn lui répondit donc.

« Sans doute près des trois cent ans. Je ne saurai vous le dire exactement car je n'ai pas vraiment prit la peine de tenir en compte précis de la durée de mon existence, mais on peut dire que je suis un vampire moyennement vieux. Ni particulièrement jeune, ni spécialement âgé. » En somme, les apparences étaient assez trompeuses à son sujet.

Et Lewyn ne trouva dans les faits, pas la question spécialement indiscrète. Sans doute que beaucoup de monde l'aurait trouvée un peu audacieuse, mais pour sa part, cela ne le dérangeait point de parler de son âge, sans doute parce qu'il n'était pas quelqu'un de très accroché à certains chipotages au niveau de la conversation, mais aussi parce qu'il était un vampire et donc issu d'un peuple souvent moins accrochés aux règles de politesses strictes que les elfes...

Dans tous les cas, Lewyn n'était pas spécialement triste de sa condition de vampire. Malgré le fait que cette dernière lui imposait bien entendu de se nourrir de sang et de devoir souffrir d'une sorte d'instinct qu'il se devait d'apprendre à maîtriser au mieux. L'immortalité n'était pas un trait que le dérangeait spécialement par exemple, même s'il avait ses défauts. Disons qu'il prenait l'existence comme elle se présenterait et tâcherait bien entendu d'en profiter au mieux.

De plus Viladric était un grand optimiste dans les faits, cela lui permettait donc de vivre son existence sans ressentir trop d'amertume et d'avancer sur le chemin du futur avec confiance. Il tâchait donc de prendre les choses du bon côté et de voir l'avenir comme une perpétuelle chance d'améliorer les choses, mais il croyait aussi à la bonté intrinsèque de chaque peuple et pensait juste qu'il fallait que ces derniers mûrissent ou soient bien pris en main pour vraiment s'accomplir, et ce de manière harmonieuse avec le grand tout…

Au final, le vampire tenait beaucoup à garder cette confiance en demain qui était l'une de ses grandes caractéristiques, à ses yeux ce n'était pas le pessimisme après tout qui permettrait de rendre les lendemains meilleurs, de plus la paix actuelle recelait en soit de nombreuses promesses de lendemains meilleurs. Il préférait donc voir cela comme une lumière d'espoir pour Armanda.

Et en dehors de cela, visiblement le sans croc n'était pas spécialement discret quant aux émotions qu'il ressentait étant donné que l'elfe avait remarqué le léger voile de tristesse qui avait assombri son regard. Soit, Lewyn sourit tout de même avec une certaine douceur aux paroles d'Ilyanth, avant d'y répondre amicalement.

« Vous n'avez pas besoin de vous excuser, vous n'avez rien fait de mal. Au contraire même... » Il sembla réfléchir ensuite et il ajouta d'un air songeur. « Je ne trouve pas cela spécialement douloureux, car je n'ai pas l'impression d'avoir vraiment perdu quelque chose étant donné que ce n'était pas vraiment moi à cette époque, mais j'avouerai que j'apprécierais de me souvenir d'eux un jour. Peut-être qu'ainsi, je pourrais me souvenir de qui j'étais vraiment, mais surtout de ce qu'était ma vie humaine... » Il se disait que cela serait important sans doute pour encore mieux se comprendre lui-même.

« Pour ma part, je ne crois pas à la destinée. » Ajouta ensuite Lewyn d'un air amusée quand Ilyanth dit qu'il avait été peut-être prédestiné à devenir baptistrel, ce avant d'ajouter. « Je pense certes que certaines circonstances nous poussent à faire certains choix, mais nous sommes toujours libres de faire ceux que nous désirons. Selon ce qui nous semble le plus juste ou le mieux. Le futur n'est pas tracé loin de là, la preuve les esprits eux-mêmes ne savaient pas de quoi il était fait, mais je pense que c'est à nous de le construire. » Il sourit ensuite avec amusement aux paroles d'Ilyanth quand celui-ci dit que l'âme était multiple, car il était d'accord avec lui. Ce avant d'ajouter au sujet des éléments.

« Dans tous les deux cas, je ne peux que féliciter vos anciennes cawrs, visiblement elles ont su vous aider avec brio à devenir un baptistrel déjà sage et érudit malgré sa jeunesse. » Ce avant de reprendre ensuite avec moins de légèreté au sujet de l'ancienne cawr chantepluie d'Ilyanth aujourd'hui décédée.

« Je pense qu'elle serait fière de vous si elle vous voyait aujourd'hui. » Cela, il le disait d'une certaine manière pour le consoler, après tout lui aussi n'était point du genre insensible à la tristesse des autres.

Comme il ne fut pas vraiment insensible à ce qui se passa ensuite. Dans les faits, le petit accident qui eut lieu l'aurait bien fait rire s'ils n'avaient pas été surpris tout à coup. Ce qui rendait dans les faits la chose assez gênante. Même si heureusement, cela n'aurait certainement pas des conséquences graves de toute manière.

« Hum, je crois qu'il vaudrait mieux la rattraper pour lui expliquer. Après tout, vous êtes des baptistrels et je suppose que vous n'aimez pas que quelqu'un reste dans le faux ou être dans le faux vous-même... Car cela pourrait, je suppose pousser au mensonge involontaire si elle venait à en parlait à quelqu'un ou à vous. » Bredouilla-t-il ensuite avec sérieux à ce sujet. Sur ce, il déposa doucement sa main droite sur l'épaule gauche d'Ilyanth et ajouta. « Ce n'est pas votre faute, c'était juste un petit accident involontaire qu'elle a surprit au mauvais moment. Et une fois que vous lui aurez bien expliqué la chose tout ira pour le mieux. » Le sourire qu'il lui fit se voulait rassurant et sur ce, il l'invita à le suivre alors qu'il se dirigeait vers la sortie de la pièce avec l'intention d'aller rejoindre Lise pour lui expliquer gentiment tout ceci. Il ne valait mieux pas laisser ce genre de malentendu malheureux perdurer après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Mar 2 Mai 2017 - 21:48

A la remarque de Lewyn concernant le fait que l’elfe soit tombé relativement juste concernant son âge, Ilyanth eut un petit rire et répondit avec modestie :

- Cette fois-ci, je pense avoir eu de la chance car parfois je suis très loin du compte...J'ai l'impression d'être guère physionomiste, en général, mais pour les humains c'est pire, car vos traits raciaux sont différents de ceux de mon peuple.

Puis celui-ci ajouta avec un sourire espiègle :

- Sans compter qu’au domaine, je suis habitué à rencontrer des visiteurs humains et certains de mes Enwrs appartiennent également à cette race. Ces diverses rencontres m’ont donné l’envie de connaitre davantage leur culture et leur civilisation et j’aimerais beaucoup visiter le monde. Qui sait peut-être un jour ferais-je même une escale à Dureroc, et je crois qu’il serait au moins aussi amusant de voir un elfe dans cette cité ténébreuse qu’un vampire à Estelin.

Neolenn se rapprocha doucement du dragonnier et poursuivit dans un murmure :

- Si l’occasion se présentait et que vous vous trouviez aussi présent dans cette ville, est-ce que vous m’en feriez visiter certains endroits insolites ?

Effectivement Viladric était un vampire entre deux âge, ni jeune ni âgé, et avait encore l’éternité devant lui, bien que rares soient ceux qui dépassent les 1000 ans en raison de leur existence violente. Toutefois, le Baptistrel se sentait très optimiste concernant l’espérance de vie du guépard.

Quand ce dernier lui dit qu’il n’avait nullement besoin de s’excuser, le fils du soleil lui adressa un sourire chaleureux et reprit :

- Il existe un moyen et je pourrais vous y aider si cela vous ronge. Chanter votre chant-nom pourrait faire revenir votre mémoire du passé, mais cela peut s’avérer risqué et il faudrait que vous soyez vraiment prêt à prendre un tel risque…

En entendant la suite des paroles du nocturne, le Chantefeu esquissa un sourire plein de douceur :

- Il est vrai que je crois en la destinée, mais cette croyance n’exclut nullement le libre arbitre. A mes yeux, le destin n’est pas une sorte de prison, mais plutôt un faisceau de forces invisibles qui nous poussent dans une direction plutôt qu’une autre. Par exemple, concernant mes prédispositions pour la magie, je pense que si les esprits m’ont transmis ce don, c’est sans doute pour une raison particulière. Bien entendu, je garde ma liberté de refuser de l’utiliser ou de le développer. De même, mes parents m’ont éduqué et espéraient me voir devenir Baptistrel mais sans me forcer à suivre cette voie. Je pense également que d’une certaine façon, les esprits nous aimaient et nous laissaient la liberté de choisir, même s’ils avaient sans doute un rêve et un projet nous concernant et qu’ils désiraient ardemment nous voir accomplir. Tout comme un parent aimant laisse son enfant faire ses expériences et découvrir les choses par lui-même, tout en veillant à son bien-être et en fondant des espoirs pour son avenir. Si je l’avais désiré, peut-être aurais-je pu être un guerrier mais je trouve qu’une carrière militaire cadre mal avec mon tempérament sensible et pacifique et je pense également que ne pas utiliser ou faire fleurir un talent offert par les esprits est un gâchis. Selon moi, il est incontestable que je suis un bien meilleur mage qu’un combattant et que c’est en choisissant cette voie que je pourrais œuvre efficacement à la construction d’un bel avenir pour Armanda. Peut-être était-cela le désir secret des esprits et qu’ils espéraient que je développe ma magie afin de faire de ce monde un endroit meilleur. De même, que c’était le vœu de mes parents.

L’elfe aux cheveux de feu plongea ses prunelles claires dans celles du ténébreux et continua :

- Je crois qu’être prédisposé à quelque chose ne nous impose pas de demeurer passif, au contraire, nous pouvons travailler ardemment et avec passion à développer notre don. A mes yeux, être prédestiné, c’est travailler à accomplir un projet, un rêve, s’inscrire activement dans un grand plan de l’univers duquel nous faisons partie et dont nous sommes un élément essentiel. En quelque sorte, c’est vivre en participant à quelque chose de plus grand que nous et savoir que nos existences ne sont pas d’infimes grains de poussières, que nous ne naissons ni ne mourrons en vain…

La suite de leur conversation rendit le maitre barde, à la fois pensif et mélancolie et un léger voile de tristesse obscurcit l’éclat de son regard.

- J’espère sincèrement que ma première Cawr est fière de moi…J’aurais tant voulu qu’elle puisse voir le Baptistrel que je suis devenu et j’aimerais pouvoir faire honneur à son enseignement.

Ensuite, un léger sourire s’afficha sur son visage aux traits délicats :

- J’espère aussi pouvoir rendre ma deuxième Cawr fière de moi, elle au moins est encore en vie et j’ai la possibilité de lui prouver ma reconnaissance et mon affection, ce qui en soi représente une chose inestimable. L’un de mes plus grands regrets est de n’avoir jamais pu exprimer mon amour et ma gratitude à la première car j’ignorais que l’existence me l’arracherait si tôt…Lorsqu’on est jeune et insouciant, il nous arrive parfois de nous croire quasi immortel et de penser que les êtres chers resteront auprès de nous à jamais. Pourtant une vie peut s’éteindre et disparaître si rapidement. Cette prise de conscience, c’est sans doute l’une des leçons de la maturité…

Cependant, peu de temps après le chantefeu fit un faux pas, entraînant son cavalier à sa suite. Et tous deux furent surpris par Lise, dans une position…pour le moins équivoque. Lewyn suggéra qu’il valait peut-être mieux la rattraper, pour son bien, afin d’éviter qu’elle ne parle de ce qu’elle avait vu ou ne prononce involontairement un mensonge à ce sujet.
Neolenn acquiesça d’un signe de tête :

- Effectivement, un mensonge aurait des conséquences fâcheuses pour Lise et quelle tristesse cela serait si elle ne pouvait plus devenir Baptistrel en raison d’une effroyable méprise…

Ilyanth se précipita donc vers la sortie et balaya l’endroit du regard, mais la jeune Enwr semblait avoir déjà disparue :

- Par Dracos, je ne la vois nulle part ! Je crois que nous allons devoir fouiller cette ambassade de comble en comble pour la retrouver.

Puis d’un air amusé, celui-ci regarda Viladric :

- Avez-vous déjà visité l’ambassade des Baptistrels ou fait une partie de cache-cache dans ses couloirs ?
HRP: je crois qu'on va pouvoir bientôt conclure ce RP.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lewyn Viladric
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
7/10  (7/10)
Xp disponibles: 6

Modérateur
Dragonnier de la Caste

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Jeu 4 Mai 2017 - 18:08

Lewyn sourit avec amusement à Ilyanth quant au fait que celui-ci pouvait avoir du mal avec les humains ou les vampires d'origine humaine quand il s'agissait de deviner leur âge physique, ce que Viladric pouvait tout à fait comprendre dans les faits. Surtout que chez les humains cela ne se remarquait pas toujours de la même manière que quelqu'un était âgé ou jeune… De ce fait, cela pouvait en effet être un calcul compliqué, surtout que déduire l'âge d'un humain devait être fait plus précisément qu'un âge elfique supposa Lewyn.

« Je ne peux qu'approuver votre désir de découvrir davantage les autres cultures mon ami, pour ma part c'est ce que je fais et j'ai pu ainsi beaucoup apprendre en fréquentant les autres cultures, notamment celles humaines. Disons que la diversité est inégalée et inégalable chez eux. On trouve absolument de tout, que ce soit au niveau des caractères, des habitudes ou des manières de vivre. » En somme, le peuple humain était un peuple fascinant à ses yeux, d'ailleurs il n'hésita pas à répondre avec une certaine complicité au chantefeu.

« Si une telle occasion se présentait, je n'envisagerais sûrement même pas la possibilité de ne pas vous proposer de vous servir de guide pour une telle visite. » Surtout que le vampire adorait rendre service à ses amis, ou même rendre service tout court de toute manière. Il n'était donc guère contre l'idée de possiblement servir un jour de guide à Ilyanth à Dureroc, il se disait même que ce serait probablement une juste répartie.

« Ce... » Commença ensuite à dire le vampire quand l'elfe lui proposa de lui chanter son chant nom pour l'aider à retrouver la mémoire, ce avant d'ajouter ensuite avec un léger sourire. « Ce serait sans doute une excellente idée, je vais sérieusement y réfléchir et revenir vous voir quand je me sentirai entièrement prêt pour cela, car pour l'instant disons que j'ai beaucoup à faire. Merci à vous pour cela d'ailleurs Ilyanth. » Il l'étreignit amicalement comme pour le remercier, avant ensuite d'ajouter avec approbation aux paroles d'Ilyanth concernant la destinée.

« Ce sont de biens sages paroles et j'avouerai penser comme vous en grande partie mon ami, même si je n'aurais sans doute pas prit la peine de développer autant que vous ce point de vue, sauf si l'on me demandait de philosopher. » Cela, il finit de le dire d'un ton taquin, bien entendu il aimait écouter ceux qui avaient de l'esprit, mais il est vrai que Lewyn était souvent du genre à ne pas trop philosopher quand il ne savait pas si ses interlocuteurs appréciaient cela ou non.

« Je ne sais pas pour vous, mais il reste que j'ai quand même l'impression que la vraie liberté serait de pouvoir avoir accès à toutes les possibilités et de pouvoir choisir celle que l'on désire sans que rien ne nous y incite. Je ne dit pas que cela est mal d'être prédestiné à quelque chose, mais disons que pour ma part j'aime l'idée du choix absolu... Mais bon après, c'est mon opinion et je sais bien que le monde ne marche pas ainsi, quant à moi je suppose que mes talents n'incluent pas la magie et je ne m'en plains pas franchement. J'arrive à changer les choses pour le mieux à ma manière... »

Après tout Viladric était un vampire qui vivait pour accomplir un idéal qu'il considérait comme noble et juste, de ce fait il n'allait sûrement pas hésiter à sacrifier sa personne pour cela… D'ailleurs, il contempla avec une certaine empathie l'elfe qui semblait mélancolique quand ils parlèrent de la première cawr de ce dernier, ce qui pouvait se comprendre, puis il reprit gentiment au sujet de la deuxième.

« Je n'ai pas le don de lire les pensées et donc je ne peux pas prétendre connaître l'opinion de votre deuxième cawr à ce sujet mon ami, mais… Disons que j'ai l'impression qu'elle doit déjà être fière de vous, par ma part en tout cas, ce serait la fierté que je ressentirais en vous voyant si vous aviez été mon élève. » Cela, il le dit avec la plus pure des sincérités, il semblait d'ailleurs assez ému par les paroles d'Ilyanth, comme s'il trouvait tout ceci réellement touchant. Ce qui était le cas en effet et Viladric n'allait sans doute pas cacher sa sensibilité à ce sujet…

Quant à ce qui se passa ensuite, il était dommage qu'un malheureux accident provoque un tout aussi malheureux malentendu, mais bon l'avantage avec les malentendus, c'est que généralement ils se règlent aisément avec une bonne explication, ainsi Lewyn pensait que ce problème allait très vite se résoudre. Et pas que parce qu'il était d'une nature assez optimiste…

« Je vais vous aider de mon mieux à la retrouver. » Ne manqua pas d'ailleurs de dire Lewyn avec sérieux quand Ilyanth commença déjà à partir à sa recherche, ce avant de préciser d'ailleurs légèrement amusé par ce qu'il allait le dire.

« Nous allons dire que ce sera une bonne occasion de visiter l’ambassade comme vous le dîtes mon ami, quant à jouer à cache-cache. Je suppose que vous ne m'en voudrez pas si j'use de mon odorat pour la retrouver ? Disons que nous les vampires sommes doués pour retrouver quelqu'un en en usant. » Dans tous les cas, il était bien déterminé à aider Ilyanth à régler ce malentendu au plus vite, après tout il serait malheureux qu'une telle chose dégénère au point d'avoir des conséquences fâcheuses, de ce fait autant se montrer le plus diligent possible à ce sujet...




Hrp : Ce sera ma conclu du coup :3 . Dit-moi si tu désires poster à la suite ou si je peux déjà faire la demande et ensuite on voit pour lancer un autre rp :3 ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ilyanth Neolenn
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
8/10  (8/10)
Xp disponibles: 1

Baptistrel Chantefeu

MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn) Ven 12 Mai 2017 - 16:09

Leur conversation prenait une tournure de plus en plus amusante et l’Elfe buvait les paroles de son interlocuteur.

- Ainsi vous avez eu la chance d’apprendre de nombreuses choses en fréquentant diverses cultures, surtout celles des humains. Je trouve que vous avez eu beaucoup de chance et j’aimerais pouvoir en dire autant un jour, mais qui sait ce que l’avenir me réserve, dit-il en arborant un sourire énigmatique.

Ilyanth sourit aux paroles de Lewyn qui disait ne pas imaginer de ne pas lui servir de guide, si d’aventure le chantefeu se décidait à visiter Dureroc, la cité des ténèbres :

- Prenez garde à ce que vos propos ne soient de vaines paroles car si cette occasion se présente, je vous rappellerai votre engagement, dit-il en affichant un air empreint de malice.

Quant à la proposition du Baptistrel d’aider le vampire à retrouver la mémoire de son passé oublié ; Viladric admit préféré y réfléchir avant de prendre une quelconque décision à ce sujet et Neolenn comprenait parfaitement son choix. Après tout, il ne s’agissait pas d’une chose à prendre à la légère et se souvenir de son humanité perdue pouvait bouleverser son existence à jamais.

Le Baptistrel écouta l’opinion du guépard concernant la liberté Absolue et la trouva intéressante et teintée d’une certaine poésie:

- Je pense pouvoir comprendre votre point de vue qui est d’une certaine façon plein d’optimisme et de rêve. Peut-être est-ce une façon de se dire que tout est possible et que nous ne sommes limités par rien, que les seules barrières à nos rêves sont celles que nous nous mettons. Cela me rappelle un sentiment que j’éprouvais enfant et encore parfois, le désir de pouvoir garder les êtres chers auprès de moi à jamais et que la vie ressemble à un printemps éternel qui ne serait jamais troublé par la froideur de l’hiver…De même certains êtres rêvent à l’immortalité et d’autres à la puissance absolue et à l’invulnérabilité. Peut-être est-ce dans notre nature d’individus conscients de nos limites et de notre finitude d’avoir une telle soif d’absolu afin de nourrir notre idéalisme.


Au moment où le jeune Baptistrel évoqua sa deuxième, le vampire parut assez touché par ses propos, dévoilant la sensibilité qui l’habitait et le cœur flamboyant le gratifia d’un sourire chaleureux :

- Vos paroles me touchent beaucoup et même si vous n’êtes pas mon Cawr, cela me fait plaisir de savoir que vous auriez nourri un tel sentiment à mon égard si cela avait été le cas…

Ensuite tous deux sortirent de la pièce enchantée afin de partir à la recherche de la jeune Enwr, qui, hélas, les avait surpris lors de cette chute malencontreuse…Malheureusement, cette dernière s’était déjà éclipsée et Neolenn songea qu’ils feraient mieux de vite la retrouver avant qu’elle ne commette l’irréparable.
[color=#FFFF00]
- Hé bien pourquoi pas mon cher, répondit le Rhapsodien lorsque le nocturne proposa d’user de son flair pour retrouver la trace de la jeune apprentie. Cela pourrait être amusant, sans compter que ce jeu de piste et cette partie de cache-cache peuvent être propices à de nouvelles découvertes, car ce lieu recèle nombres de merveilles insoupçonnées.

Dès après, ils disparurent dans les couloirs de l’ambassade des Baptistrels, prêts à en explorer les multiples merveilles et en découvrir les secrets.


HRP: Mouarf sorry, j'avais pas vu ton HRP lorsque je l'avais lu la première fois. Mea culpa ! C'est ma conclusion, donc je m'occuperai du reste. Merci pour le RP ambre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn)

Revenir en haut Aller en bas

Les causeries de deux doux rêveurs (PV Lewyn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (कलेइ) ◭ tes yeux où rien ne se révèle de doux ni d'amer, sont deux bijoux froids où se mêlent l’or avec le fer.
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» Deux humoristes virés du poste
» Des mots (à deux)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Estëllin, espoir secret :: Premier étage-