Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Irina Faust
Irina Faust
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Left_bar_bleue4/10Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty_bar_bleue  (4/10)
Xp disponibles: 1

Princesse de la cour des miracles

Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty
MessageSujet: Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Icon_minitimeMer 17 Aoû 2016 - 0:20




Identité

  • Race : Vampire
  • Nom : Kohan
  • Prénom : Irina
  • Surnom : Irina Faust
  • Date de naissance : 13 Janvier 1605 de l’ère d’Argent
  • Age réel : 155 ans
  • Age vampirique : 140 ans
  • Lieu de naissance : Gloria
  • Lieu de vie : Gloria/Dureroc
  • Rang social : Noble
  • Poste/emploi : Princesse des Catins
Caractéristiques (Clic!)


Physique :

  • Force physique : Faible
  • Agilité : Moyen
  • Furtivité : Moyen
  • Réflexes : Faible
  • Endurance : Faible
  • Résistance : Moyen
  • Beauté : Très bon

Mental :

  • Force mentale : Très bon
  • Patience/self contrôle : Bon
  • Perception : Moyen
  • Intelligence : Très bon
  • Prestance/charisme : Maître
  • Mémoire : Bon

Combat :

  • Epée : Aucun niveau
  • Dague et poignards : Moyen
  • Armes d'hast : Aucun niveau
  • Armes contondantes : Aucun niveau
  • Hache : Aucun niveau
  • Faux : Aucun niveau
  • Fouet : Aucun niveau
  • Art du lancer : Aucun niveau
  • Art de la parade : Aucun niveau
  • Arc : Aucun niveau
  • Arbalète : Aucun niveau
  • Mains nues/pugilat : Aucun niveau
  • Equitation : Aucun niveau



Equipement et magie

  • Arme principale : Ses mots

  • Autres objets : -Une dague dont la lame noire semble absorber la vie sous toute ses forme(Lame Sanglante)
    -Un épais collier qui enserre le cou d'Irina et qui se termine par une représentation d'une fleur d'Edelweiss (Voile)


  • Alignement : Neutre à tendance Maléfique

  • Style de magie principal : Vampirique

  • Arrogance : Bon
  • Gentillesse : Faiblesse





Description physique


Lorsque l'on essaye de décrire Irina, la première chose qui ressort c'est qu'elle ressemble à une poupée vivante. Son teint blanc n'aide pas à contredire cette assertion, qui présente toutefois un avantage pour la "jeune fille".
En effet, qui irait douter d'une enfant à l'apparence innocente et douce?
Qui irait croire que la longue chevelure argenté de cette "enfant" n'est qu'un moyen d'hypnotiser les proies qu'elle convoite en silence, tandis qu’ils ondulent au rythme mesuré de sa démarche posée et gracieuse ?
Elle n'a certes pas la silhouette des combattants, mais elle possède à la place la douceur et la grâce de ces êtres qui semble provenir d'un autre monde.
Guère plus grande qu'une enfant de treize ans, sa démarche affiche toutefois la subtilité et la fermeté de celles qui ont connu nombre de choses dans les ombres de leur chambre.
Ses lèvres sont comme un délice invitant ceux qui ont le malheur de poser leur regard dessus, à déguster cette douceur. Mais elles cachent délicatement les crocs du prédateur qu'elle est en réalité, aussi bien au sens propre qu'au sens figuré.
Toutefois, derrière toute cette beauté, les plus superstitieux restent perplexes à la vue des yeux carmin qui se posent sur eux. En effet, certains se demandent si ces yeux sanguins ne sont pas le fruit ou l'incarnation du mauvais œil. Mais pour ceux qui regardent attentivement, ils peuvent voir que ces mêmes yeux, si ils semblent afficher un regard neutre sur le monde, reflètent en réalité l'aversion que l'existence inspire à la jeune "fille". Après tout, son regard n'est que froideur et indifférence, le tout mêlé au calcul des possibilités pour atteindre son objectif.
Le tout reste toutefois savamment orchestré derrière de fin touche de maquillage et les fins traits délicat de son visage et de sa vêture qui, comme le reste demeure parfaitement mesuré par la vampire qui utilisera la moindre partie de son être comme d’une arme discrète et subtile.



Description mentale


Ceux qui la connaissent ont tendance à qualifier Irina de deux manières totalement différentes, à la fois vraies et fausse. Et rare sont ceux qui sauront distinguer la vérité du mensonge derrière tout cela.
Pour certains, elle est une garce finie. Une opportuniste de première, n'hésitant aucunement à "dévorer" ses adversaires. Elle est sans pitié envers ceux qui s'opposent à elle, allant jusqu’à tout faire pour provoquer la chute de ceux qui se tiennent sur sa route et déployant un arsenal de possibilités pour parvenir à ses désirs.
Évidemment, vous vous doutez bien que ceux qui la voient ainsi sont justement ses adversaires. Et ils n'ont pas tout à fait tord de penser ainsi.
Pour les autres, elle est une protectrice pouvant soulever des mondes pour assurer la sauvegarde de ceux qui sont sous sa protection. Pour eux, tuer n'est pas un problème dans ce qu'elle peut accomplir pour les protéger. Pouvant aller chercher les ressources nécessaires dans des lieux souvent inconnus du commun des gens. Là encore, ils n'ont pas tord en ce qui la concerne.
Pourtant, les uns comme les autres sont à mille lieux de la vérité. Elle n'a que faire de ce monde. Après tout, ses premiers souvenirs sont des moments de ténèbres et de tortures sans fin. Et personne ne l'a aidé à sortir de ce tourment qui la façonna.
Elle donne le change en montrant un visage soit avenant, soit menaçant. Mais en réalité, à ses yeux, tout n'est qu'outils pour parvenir à ses fins.
Son père vampirique l'a forgé pour qu’elle devienne un requin politique et commercial. Et c'est ce qu’elle est. C'est probablement la meilleure description que l'on puisse faire d'elle. Tout est une question d’opportunité et de moyens. Les uns comme les autres ne sont rien d’autre que des outils.
Elle déteste ces peuples qui se livrent des guerres sans fin et sans intérêt. Elle hait ces individus arrogant et prétentieux qui disent œuvrer pour le bien publique, mais qui au final ne cherchent qu'une chose, un prétexte pour ressortir les vieilles rancunes et replonger dans les tourments de l'histoire.
A ses yeux, nous ne sommes que du menu fretin. Nous ne sommes que des êtres avides de toujours plus de pouvoir et de richesses. Ce qu’elle justifie en prenant le nombre et la violence des conflits qui opposa les peuples. Donc, pour elle, nous ne somment à peine mieux que des outils pouvant éventuellement être utilisé pour parvenir à ses objectifs. Quels objectifs objectez-vous ? Malheureusement, nous l’ignorons car elle ne s’en ouvre à personne. Nous savons juste qu’elle possède un agenda et qu’elle le suit à sa manière. Il nous faut donc attendre pour découvrir ce qu’elle nous réserve pour l’avenir.
Ces paroles sont cruelles? Évidemment. Vous pensiez avoir à faire à une enfant de chœur? N'oubliez pas. Elle est la Reine des Ombres. Elle n'a aucune tendresse. Elle emploiera toutes les méthodes pour parvenir à ses objectifs.
De quels objectifs je parle? Cela, vous le découvrirez peut être un jour. Si vous êtes suffisamment sage et que vous acceptez de la servir corps et âme.
Une Dominatrice? Bien sûr. Elle est la Reine des Ombres. Vous croyez qu'elle pourrait l'être sans en être une?




Histoire


Plop… Plop… Plop…
Une mélodie sans fin, rythmant lentement l’éveil de cette âme qui prend doucement conscience du monde qui l’entour. Un monde froid et obscur. Un monde ou elle est seule et sans repère.
Plop… Plop…Plop
L’enfant ne parvient à voir ce qui se trouve autour d’elle, ni même ce qu’elle porte sur elle. Et encore moins ce sur quoi elle est assise. Assise ? Il semblerait plutôt exacte de dire enchaînée, car elle vient de s’entailler les chaires avec ce qui semble être une corde, tandis qu’elle essayait de bouger pour voir ce qui se passait autour d’elle. Une odeur légèrement métallique lui parvint et semblait éveiller une certaine soif en elle.

Clonk

L’attention de la jeune fille fut soudain attirée par le bruit qui venait de sa gauche. Un mécanisme qui semblait s’activer. Puis un raie de lumière entra dans la pièce, allant en s’élargissant et en laissant entrer l’ombre d’une silhouette massive qui s’avança et vint se placer devant la jeune enfant, la regardant en silence. Puis à gestes lents, il ouvrit une jarre qu’il tenait sous son bras et y plongea un doigt qu’il vint placer ensuite au dessus des lèvres de la prisonnière, laissant tomber une seule goutte sur les lèvres de la jeune fille. Le reste finit au sol en éclaboussures tandis qu’il secoua la main.
Pendant ce temps, la jeune enfant lécha instinctivement cette goutte qui attirait tant son corps. Elle ignorait pourquoi elle l’avait fait, mais le résultat été là. Sa soif fut légèrement étanchée pour reprendre aussitôt et avec une violence encore plus grande. Elle se débattait désormais avec une force que son esprit n’aurait crue possible.
Toutefois, l’individu repart dans une parfaite indifférence de ce que s’inflige sa prisonnière, l’abandonnant à nouveau dans ce monde d’obscurité.

Le corps lutte, mais l’esprit compte. Il compte le nombre de gouttes tombant dans l’obscurité.
Trois mille huit cent cinquante quatre gouttes et son corps cesse de lutter.

Plop…Plop…Plop…

La litanie ne cesse de se répéter, entêtante, mais également seul repère pour l’esprit qui se trouve là. Qui est-elle ? Elle l’ignore. Elle devrait le savoir. Elle le sait parfaitement. Mais pourtant, elle l’ignore.
Les gouttes tombent, les unes après les autres, au même rythme sans fin. Après quatre mille six cent quatre sept gouttes tombées, le mécanisme de la porte fut de nouveau activé. Mais cette fois, il y avait deux individus qui entrèrent. Le plus petit et le plus fin des deux s’approcha de l’enfant et sembla la regarder sous différents angles. Après un moment à avoir ausculté sa prisonnière, l’homme revint se planter devant elle et lui adressa un large sourire. Une chose était maintenant sûre pour l’enfant. La personne devant elle était un vampire. Les crocs qu’il arborait dans son sourire étaient un signe révélateur. Mais maintenant qu’elle y pensait, elle avait les mêmes crocs. Cela signifiait donc qu’elle était également une vampire.
Loin de l’effrayer, cette nouvelle rassura quelque peu la jeune fille. Elle commençait à pouvoir mettre une identité à ce qu’elle était.

-Bien. Une enfant sage. De ce que j’ai entendu, tu as passé deux jours à te débattre, mais désormais, tu t’es calmé. Un bon début. Mais loin d’être satisfaisant pour ce que je prévois pour toi, petite Irina.
Nous allons prendre notre temps et te modeler pour que tu deviennes la parfaite petite Irina Faust que je prévois de lâcher sur le monde un jour. Mais pour le moment, il va te falloir apprendre. Et de par notre nature, nous avons tout notre temps.
Tu vas devoir apprendre, pour sortir de cette pièce à contrôler ta faim. Elle peut te tenailler autant qu’elle le souhaite, mais tu vas devoir lui mettre les brides au cou et garder le contrôle de ton corps. A cette condition, tu pourras sortir. Tant que tu ne parviendras pas à te contrôler, tu n’auras le droit qu’à une goutte. Mais si l’on constate des améliorations, tu auras le droit d’obtenir certaines récompenses.
Ah ! Et si tu t’étonnes que le nom d’Irina ne te dise strictement rien, c’est normal. Avant de faire de toi mon infante, j’ai dû briser ta volonté et ta conscience. Tu n’étais plus rien avant que je fasse de toi une vampire. De Princesse, j’ai d’abord dû faire de toi une larve. Tout ce que tu étais, je l’ai détruit, écrasé sous le talon de mon devoir. Nous allons donc désormais construire cette Irina que tu va devenir.
Voici maintenant quelques petites consignes que tu vas devoir apprendre.
Un : je suis ton père. En tant que tel, tu me dois le respect
Je t’ai infanté au statut de vampire et pour cela, tu dois m’être reconnaissante. Je t’éduquerais et te protégerais. Mais en échange, tu dois m’écouter.
Deux : je suis ton Maître. Tu n’es que par ma bonne volonté.
Parce que je suis celui qui fais de toi ce que tu seras, j’ai le pouvoir de choisir ce qu’il advient de toi. Tu m’obéis et tu accomplis les tâches qui te sont confiées.
Trois : Parce que je suis ton Père et Maître, tu dois me vouer une confiance aveugle.
Ne remets jamais en doute mes décisions. Si jamais il devait s’avérer que j’ai tords, tu pourras éventuellement solliciter la possibilité de me signaler ce qui ne va pas. Mais dans le cas contraire, c’est qu’il y a des choses que tu ignores. Si je ne te les signale pas, c’est que tu n’as pas besoin de les connaître.
Ce seront là les trois bases auxquelles tu devras te plier en tout temps et à toute heure.

Là-dessus, l’homme s’éloigna, laissant la place à son serviteur qui laissa à nouveau couler une seule goutte dans la bouche de la jeune Irina. Puis les deux repartirent, abandonnant la malheureuse à son triste sort.
Le temps n’était plus une donnée fiable pour la jeune fille, car, en dehors des gouttes qui tombaient inlassablement, elle n’avait aucune idée de la date ni de l’heure. Elle savait juste que son tortionnaire revenait systématiquement toute les huit mille cinq cent quarante et une gouttes pour l’abreuver de son unique goutte de sang.
Pendant près de quatre cent vingt trois occurrences, l’homme revint seul et silencieux, n’émettant absolue ment aucun autre son que celui du mécanisme de la porte et de son doigt qui trempe dans le liquide écarlate. Puis il repartait dans un absolu silence.
Le deuxième homme l’accompagnait à la quatre cent vingt quatrième occurrence et constatait les progrès de son infante. Si il était satisfait, le nourricier donnait une deuxième goute à Irina. Sinon, le manège reprenait. Ce dernier cycle se répéta exactement quatorze fois.

3 Janvier 1669

Les chaînes qui entravaient Irina venaient de tomber, la libérant complètement. L’homme qui la nourrissait jusque là lui fit alors signe de le suivre et il la conduisit à travers un dédale de couloirs sombres ou illuminés en fonction du lieu. Irina ne parvenait toutefois pas à comprendre pourquoi certains lieux restaient dissimulés dans l’obscurité, mais elle s’abstint de poser la question. A quoi bon la poser à un muet. Du moins c’est ce qu’il semble. Après tout, elle ne l’a jamais entendu émettre le moindre son.
Il la conduisit jusqu’à un immense salon ou brulait dans un âtre un feu qui chauffait allégrement la pièce. Assit face à eux se trouvait le petit homme qui semblait lire un manuscrit lorsqu’il leva les yeux vers la jeune fille. Il lui adressa alors un sourire et lui fit signe de prendre place au devant de lui. Il l’observa d’un œil critique. Pourtant, elle sentit que se n’était pas elle qu’il observait, mais plutôt sa vêture. Elle regarda alors à son tour. Il fallait reconnaître que cela n’était pas des plus beaux. La robe qu’elle eu porté à une époque n’était plus que lambeau et traces de sang séchées. Un bien piètre spectacle, elle devait en convenir.

-Déshabille toi, pendant que Igorse va te chercher d’autre vêtement plus convenable. Pendant ce temps, je vais commencer ton éducation.

L’enfant s’exécuta immédiatement, laissant tomber les lambeaux qu’elle portait jusque là, dévoilant au passage un corps albâtre presque parfait, si se n’était qu’il ne grandirait plus jamais.
Arcturius reporta alors son attention sur le manuscrit qu’il était, jusque là, en train de lire. Le couple, bien qu’étrange, demeurait là, immobile, jusqu’à ce que Igorse revint et tende à la jeune Irina une tenue noire, composé d’une robe, d’un corset et de bottes pour femmes. Irina enfila le tout et put constater que la tenue lui était parfaitement adaptée. Faite sur-mesure serait même le terme exacte. Les épaules s’agençaient parfaitement, la poitrine ne la comprimait pas de trop et la pointure des chausses était à l’exacte taille de ses petits pieds.

-L’on dirait presque une enfant venue du Royaume de Mort. Déclara Arcturius, un petit sourire en coin.

Ainsi commença la formation d’Irina qui reçut des tenues d’une finesse et d’une légèreté qui la surprenait. Elle apprit qu’elle avait passé très exactement cinquante années dans la pièce et que son Père, Arcturius Kohan avait passé cinq années à briser son esprit avant de faire d’elle une vampire.
Il raconta n’avoir prit aucun plaisir à cela, mais que la nécessité prévalait sur les remords. Il fallait qu’il mette en route ses projets et elle serait l’une de ses clés de voute pour cela. Bien sûr, il ne mettait pas tout ses œufs dans le même panier, mais Irina allait, à terme, devenir un élément essentiel et pour cela, il comptait bien prendre le temps de la former comme il se doit.
Il entreprit donc de former personnellement la jeune fille, lui inculquant les notions de base du commun des mortels, faisant parfois appel à des humains prisonniers en échange de l’amélioration de leur condition. Tenait-il parole ? De cela, Irina n’en savait rien. Car elle ne revoyait jamais deux fois le même humain, en dehors d’Igorse.
Elle apprit ainsi ce que Arcturius appelait l’étiquette, ou comment se comporter à une court. Etrangement, la jeune fille trouvait cette leçon facile. Alors que lorsqu’elle dut apprendre à se comporter comme une catin, la tâche lui semblait brusquement impossible.
Dans ces situations, Arcturius se contentait alors de sourire et d’inviter la jeune fille à persévérer. Par contre, si elle venait à refusait, là, il devenait un monstre de violence, n’hésitant aucunement à la battre et à l’enfermer de nouveau dans la pièce obscure pendant plusieurs cycle. Mais cette fois, Irina ne décernait aucune régularité dans le rythme de ses emprisonnements. Elle prit donc rapidement le pli de se poursuivre ses efforts, quelque soit l’échec qu’elle subissait.
Progressivement, les domaines de connaissances s’ajoutaient les uns aux autres, sans qu’il semble y voir de fin.
Durant quatre vingt dix ans, le duo étudia sans relâche, construisant moult projets, échafaudant encore bien plus de simulations des possibles actions des royaumes, en se fiant à ce que récupéraient comme renseignements les informateurs d’Arcturius.
L’Histoire agrémentait les leçons de stratégies et de commerces, tandis que les mathématiques servait de bases pour les leçons de maintient et de politique. Les uns s’enchevêtraient ainsi avec les autres, jusqu’à ne presque plus pouvoir faire de distinction entre chaque matière.

17 Décembre 1749.

Ce soir, un évènement bien particulier se prépare. Irina et Arcturius sont assit dans la bibliothèque, savourant tranquillement des verres de sang. Ils discutent de choses et autres. Politique, philosophie, commerce. Depuis tout ce temps, la jeune vampire a eu tout le temps pour noter les divers tics d’expression de son père vampirique. Mais ce soir, étrangement, elle lui découvrait une expression qu’elle ne lui avait jamais vu au paravent. S’agirait-il d’inquiétude ? Elle n’en était pas sûr. Pourquoi serait-il inquiet ? La réponse allait venir d’elle-même.

-Mon enfant. Cela fait maintenant un peu plus d’un siècle que tu nous a rejoins. Je t’ai enseigné tout ce que je savais. Je t’ai donné tous les moyens que je pouvais te donner. Ce soir est donc le soir ou tu va prendre ton envol. Mais je dois reconnaître que je redoute de te laisser partir. J’ai tellement prit l’habitude de nos petites conversations que la solitude me pèse. Et depuis que Igorse est mort, sans toi, ce lieux ne sera plus pareil.
Il va falloir que tu te rendes à Gloria, ou je prévois que les choses vont commencer à bouger dans un avenir proche. Tu vas devoir te créer une situation qui te permettra d’observer sans être vue. Arranges toi pour pouvoir agir en toute circonstance.

-Je pense savoir ce que je pourrais faire. Je pense aller voir dans les bas quartiers.

Maître et élève s’adressèrent alors un sourire des plus carnassiers. L’idée présentait un grand intérêt et à plus d’un titre. Et tous les deux le savaient parfaitement. Car si certaines choses ne sont dites que dans les courts, bien plus encore ne sont connu que des petites gens. Et c’était là que les oreilles devaient trainer pour être le plus effectifs.

-Dans ce cas, il me faut t’offrir ceci. Un présent que je tiens de ma mère lorsque j’étais encore humain. Je l’ai fait enchanter depuis, mais cela représente notre lignée.

Il tendit un petit coffret qu’Irina prit entre ses mains et ouvrit délicatement. Un tel présent de la part d’un héritier déchu de la Lignée des Kohans.
Un collier s’offrit à la vision de la jeune femme. Un collier épais, donc l’armature centrale, écarlate, portait une représentation d’une fleur d’eidelwess. Une fleur des montagnes d’un blanc pur.

-Ma mère l’a fait fabriquer à ma naissance et me l’a offert à ma majorité. Je devais l’offrit à celle qui serait la porteuse de mes rêves. Et ce soir, c’est toi cette porteuse. Je n’ai pas été tendre avec toi, mais c’était parce que je le devais. Acceptes ceci en preuve de notre lien.

Le lendemain matin, la jeune vampire prit le chemin de la cité humaine, se faisant aussi discrète que possible. Elle évita toutefois de se joindre à la moindre caravane marchande car elle aurait tôt fait de se faire découvrir par ces « compagnons » de voyage.
Lorsqu’elle arriva dans la Capitale humaine, Irina se dirigea prestement vers les quartiers les moins favorisés et entreprit de s’y construire un « foyer ». Cela ne fut chose aisée, mais les classes délaissé ont tendance à se moquer des déboires de la politique des Grands de ce monde. Ainsi, si elle demeurait discrète et tant qu’elle ne se transformait pas en monstre sanguinaire massacrant tout sur son passage, les gens la laissaient tranquille, voyant en elle une gamine un peu étrange qui se mêle à des gens qu'elle ne devrait probablement pas fréquenter. Mais en ce temps là, nombreux sont ceux qui avaient autre chose à faire que d'essayer de faire la morale à la "gamine". Bien sur, leur regard à son égard restait teinté d’une crainte plus que compréhensible. Du moins pour ceux qui savaient qu’elle œuvrait dans le coin. Mais Irina ne s’en formalisa aucunement. Au contraire. Devant eux, elle en riait même. Elle assommait prestement ses proies, prélevant le sang directement dans les veines sous forme de griffures aux membres afin de pouvoir se nourrir sans créer de nouveau vampire.

Rapidement, un certains nombre de gens vinrent la voir pour gagner ses faveurs ou mander ses services. Elle était loin d’être une reine dans sa petite cour, mais les gens du peuple commençaient à doucement parler d’elle. D’abord à petit mots glissés au creux de l’oreille. On venait la voir pour de menu service. Un remède pour tel rhume ou telle poussée de fièvre. De l’argent en créance. Elle se créait lentement un petit réseau, variant les tarifs qu’elle demandait en retour de service. Ses tarifs varié, allant essentiellement à de l'information, d'autres services en retour, et parfois de l'argent. Loin d'être ce que l'on appelait une miséreuse, elle préférait rester dans la simplicité. Son argent étant régulièrement réinvesti à droite et à gauche, ne gardant que ce dont elle avait réellement besoin.

Dans le même temps, elle suivit de près le déroulement du monde, écoutant avec attention les ragots, rumeurs et autres histoires, prenant grand soin de trier le vrai du faux et pouvoir ainsi se faire une idée de ce qui se passait réellement. C’est donc ainsi qu’elle apprit que les dragons étaient de retour dans le monde. Trois œufs offerts aux peuples armandéens, qui devaient ramener la magie et la paix entre les peuples.
Elle écoutait, mais ne disait mot, engrangeant les informations comme du blé mur, le rangeant précautionneusement dans son palais mental. Une technique qu’elle avait peaufinée à l’extrême avec Arcturius. Elle en avait bâtit les bases et désormais, elle allait alimenter cette technique avec attention, afin que le moment venu, cela lui soit des plus utiles.
Elle devint progressivement une marchande d’informations en plus d’être créancière et prêteuse sur gage lorsque la guerre contre les vampires se déclara. A partir de ce moment, les choses se corsèrent pour elle, car il était hors de question de se faire prendre par la garde humaine. Elle devait donc bouger régulièrement de domicile, allant parfois jusqu’à s’établir dans des endroits oublié des égouts de la cité. Pour cela, elle se rapprocha rapidement des voleurs et des assassins à qui elle avait déjà rendu service par le passé. Certains lui devant parfois encore quelques menus paiements, elle les fit s’acquitter en leur proposant un échange de bons procédés. Ils la couvraient et elle s’arrangeait pour leur fournir les renseignements qui pouvaient leur être utile. Cela allait de tel noble s’absente avec sa famille de son domicile à tel personne à des intérêts à voir un tel mourir. L’éventail était large, mais elle proposait toujours des renseignements utiles à celui qui se tenait face à elle. C’était même l’un de ses gages de qualité. Gage que voleurs comme assassins appréciaient particulièrement. Mais choses étrange, les gens qui vinrent la voir le plus régulièrement furent les filles de joie, lui demandant régulièrement de les aider à avorter ou encore des remèdes contre telle maladie vénérienne. Là encore, elle pouvait déployer ses connaissances pour se forger un réseau. Deux ans durant, elle s’activa ainsi, dans l’Ombre de la Capitale humaine.
Il va sans dire qu’elle finit par attirer l’attention de certains membres du monde des ombres assé rapidement. En effet, les voleurs et les assassins et autre avaient amplement entendu parler d’elle et reconnaissaient son intérêt pour eux. Elle devint donc rapidement la protégé de ceux-ci, leur vendant également ses services lorsque cela leur était utile. Etrangement, elle avait toujours ce qui leur fallait lorsqu’il le fallait. Et cela les arrangeait bien. Mais celles qui en profitèrent le plus furent étonnamment les catins de la cité, car Irina aidait à protéger de manière effective ces filles de joie qui venaient régulièrement lui demander aide ou conseils, déployant pour cela un certains nombres de méthode que la garde de la cité préférait voir passé sous silence. Nombre de gardes se virent effectivement offert des pots de vin et des propositions de l’ombre plus qu’alléchantes. Irina s’assurait ainsi des contacts et des alliés d’intérêts. Elle savait parfaitement que cela pouvait ne durer qu’un moment et que ceux qu’elle achetait par l’argent pouvaient à tout moment se retourner contre elle pour des sommes bien plus importantes que ce qu’elle pouvait offrir. Aussi s’assurait-elle de pouvoir offrir rapidement un service en retour, pour que la personne trouve un intérêt à lui rester fidèle. Cela amenait son lot de complication pour la « jeune » fille, mais avec le temps, cela se montra payant, car, tandis que le conflit contre les vampires poursuivait sa route, pour finalement voir arriver un peuple nouveau sur les côtes armandéennes, les soldats laissèrent tranquille leur « mécène ».
Elle œuvrait dans l’ombre de la capitale pour son plus grand bien, répondant constamment au besoin d’Arcturius concernant la connaissance de la situation. Mais dans le même temps, elle avançait son propre agenda, assurant ses propres relations avec chacun des malandrins répondant à sa présence et son appel.
Toutefois, même si elle gagnait en pouvoir, ses actes demeuraient limités car les humains venaient de passer un accord avec le nouveau peuple. Et cet accord obligea la nouvelle Princesse à se montrer toujours plus imaginative pour se cacher au regard des représentants alayens. Elle marchandait donc désormais ses services contre de l’aide pour se dissimuler. Mais lorsque les gens viennent vous voir pour demander de l’aide, cela finit toujours par attirer les attentions indésirables qui la traquaient en cet instant. Autant dire que cela se transformait régulièrement en une immense partie de jeu du chat et de la sourie. Sauf qu’en temps normal, c’est elle le chat et non la sourie, et que cela l’agaçait prodigieusement de devoir courir régulièrement dans les égouts et les bas fonds sans que cela ne lui rapporte quoi que se soit si ce n’est un instant de survie supplémentaire. Elle sollicitait toujours plus de service ou de dette que l’on avait contractée à son égard, diminuant d’autant les leviers qu’elle pourrait utiliser plus tard.
Mais cette course effrénée vit bientôt arriver sa fin.

1 Septembre de l’an 1 d’Obsidienne
La fuite qui avait tenue occupé pendant si longtemps la jeune vampire lui avait fait rater une bonne partie des évènements, mais elle n’avait guère raté le couronnement d’un dénommé Fabius Kohan au titre d’Empereur humain. Il avait été celui qui avait ratifié le traité avec les alayens. Donc autant dire qu’Irina portait une certaine colère à son égard, même si elle comprenait parfaitement pourquoi il avait agit de la sorte. Acquérir d’avantage de pouvoir et assoir son autorité sur le trône tandis que le précédent empereur se mourait dans son lit. L’homme avait agit avec sagesse dans l’accomplissement de son objectif. Cela ne serait certes pas sans conséquence, mais Irina comprenait.
Toutefois, comme les autres vampires, la jeune femme refusait de se plier à une alliance avec les Alayens. Aussi, elle déploya un arsenal de compétences et d’ingéniosités pour aider la cause rebelle depuis l’intérieur. Bien sûr, elle continuait de se cacher, mais désormais, elle pouvait utiliser le réseau rebelle pour avancer ses propres pions dans un échiquier à l’échelle de l’Empire. Ca et là, elle construisait lentement son domaine des Ombres, aidant au passage les divers criminels de Gloria. Il fallait qu’ils s’aident, même si tous ne s’opposaient pas nécessairement aux choix de l’Empereur. Mais ils vivaient en marge de la bonne société, volant, tuant et profitant des faces obscures de la cupidité humaine.
Ce faisant, pour l’aider, Arcturius fit parvenir à son Infante une bague de la rébellion afin qu’elle puisse aider et être aidé par ceux qui soutenaient la cause. Mais il joignit ce présent d’un mot simple et discret.
« Veilles encore d’avantage sur qui peut être tes alliés et qui sont tes ennemis. »
Dés lors, Irina commença à élargir son champ d’action. Elle allait devoir s’ouvrir à la cour impériale pour savoir ce qui se passait là haut. Mais entre le vouloir et le pouvoir, il existe toujours un faussé difficile à franchir, même pour la plus grande volonté qui soit. Irina parvenait bien à placer de petits pions dans le palais, mais jamais, oh grand jamais, les ministres et les têtes qu’elle visait ne tombaient dans ses pièges. Et cela agaçait à la Princesse des Ombres.
Elle n’a dés lors plus le choix. Elle va subtilement aider les voleurs et les assassins à tuer ou kidnapper quelques loyalistes de manières discrètes. Mais ils ne pouvaient non plus agir de manière ouverte ou trop répétitive. Ils devaient donc agir avec parcimonie. Irina, au travers de ses filles et des hommes qui lui étaient fidèles ou reconnaissants, trouvaient, analysait et indiquait aux agents de la rébellion sur qui agir et quand agir.
Puis, tandis que certains se lancent à la recherche de quelques objets, Irina tente d’affermir encore d’avantage sa position lorsqu’elle reçoit un appel d’un assassin du nom de Judhein Marslon, qui avait déjà sollicité ses services par le passé. Celui-ci demandant cette fois ci à la vampire de lui préparer une cache pour des jours sombres à venir.
Intriguée, la jeune vampire se met alors à l’œuvre. Arcturius lui avait expliqué au paravent qu’il lui fallait toujours se montrer prudente, mais que lorsque l’on vient la voir avec ce genre de discourt, il est souvent de bon ton de suivre les paroles, car en effet, cela pouvait sauver bien des entreprises de suivre l’instinct des gens. Dés lors, se n’est pas une mais plusieurs cachette que la jeune Irinda vint se construire à travers la capitale humaine et ses proches environs.
A cette occasion, la jeune femme fit la rencontre imprévu d’une bien étrange humaine.
Arma Serus possédait depuis longtemps un établissement sans grande ambition autre que d’offrir le gîte et le couvert à qui pouvait se payer les services de son établissement. Rapidement, la jeune vampire s’intéressa à la dame et vint régulièrement lui rendre visite, sans réelle raison, mais elle venait malgré tout. Elle trouvait la présence de la femme comme apaisante pour l’esprit vampirique qu’elle était. Alors, rapidement, elle loua à plein temps une chambre de la logeuse, payant rubis sur l’ongle les loyers et les services de la dame et de ses employés. Evidemment, celle-ci découvrit de bonne heure l’identité de la vampire qui ne chercha aucunement à s’en cacher. Et pour une fois qu’elle pouvait être franche avec quelqu’un, Irina se montra avenante avec Arma et une relation s’établit entre les deux créatures. Arma traitait Irina comme sa propre fille, la protégeant comme elle le pouvait, tandis que Irina s’assurait discrètement que personne ne vienne nuire à la paix de l’établissement.
Alors qu’elle se trouvait dans la paix de l’établissement, Irina apprend l’inéluctable. Des troupes se sont mit en marche pour Aigue-Royal et elle n’a pas le temps de les arrêter. Elle ne peut prévenir ses alliés et ne peut que regarder les choses se faire. Elle se prépare donc à recevoir les fuyards qui viendraient à essayer de se cacher dans les ombres de Gloria, même si elle pense que peu tenteront de le faire. Elle informe alors les autres criminels de la situation, prévenant du danger à venir et de ce que cela peut signifier pour eux. Un afflux de survivant et de gens cherchant à se cacher.
Mais à terme, ce qui finit par tomber sur Gloria n’est pas une arrivée de réfugiés, mais la venue d’un nouveau seigneur, d’un nouveau Maître. Vraorg, le Dragon Blanc, le Voleur de Cœur.
Dés lors, il ne s’agissait plus de faire profil bas, mais de jouer avec intelligence sur le tableau de la cité devenu le siège d’un pouvoir contre lequel personne ne semblait pouvoir faire quoi que se soit. Nombre se battaient au loin contre les troupes qui s’étaient pliées à la volonté de l’entité, mais bien peu parvenaient à remporter de réelles victoires.
Irina, pour sa part, joua de manière subtile. Elle se plaça rapidement dans l’établissement d’Arma qui devint dés lors le siège de son propre pouvoir. Mais comme beaucoup, elle fut obligé de prêter allégeance au Voleur de Cœur. Mais elle fit cela avec sagesse. Elle se plaça de manière à ne pouvoir représenter de réelle menace pour celui-ci, mais de manière à pouvoir agir comme elle l’entendait. Elle continuait d’alimenter le réseau de son père, tout en étendant encore et toujours son réseau. Elle pouvait désormais entendre ce qu’il se passait à peut près n’ importe où en ville. Mais elle devait toujours compter sur les services de son père pour ce qui concernait l’extérieur. Elle commença alors à employer ses propres marchands, achetant les services de mercenaires au Grand Mercenaire, pour protéger ses intérêts à l’extérieur de la cité. Et cela devint rapidement le but principal de la vampire. Etablir ses comptoirs à l’extérieur pour garder une oreille discrète sur les alentours.
Cela pouvait sembler être une tâche aisé, mais elle ne voulait agir avec précipitation, aussi prenait-elle son temps pour travailler avec tel ou tel marchand. Elle affermissait ses liens et leurs intérêts à travailler avec elle plutôt qu’avec un autre mécène.
Toutefois, même si elle désirait agir contre le Voleur de Cœur, elle ne pouvait se risquer à se mettre ainsi en danger. Elle dut donc rompre tout liens avec la Rebellion.
Durant l’ensemble du conflit, elle se posa purement en observatrice, écoutant et observant la scène autour d’elle.
Un jour, toutefois, un jeune homme arriva en courant dans l’établissement d’Arma, demandant, à bout de souffle, à pouvoir s’entretenir avec Irina. La tenancière, reconnaissant le signe que lui adressait le jeune homme lui désigna l’escalier.

-Porte du fond à gauche. Tu tapes trois fois et tu attends.

Il suivit la consigne et bientôt, il entra dans ce qui servait de bureau à la Princesse des Catins.

-J’ai besoin que vous me cachiez.
-Pourquoi cela ? Demanda Irina.
-Parce que la garde est après moi et que si ils m’attrapent, je prendrais cher, ne serait-ce que pour l’exemple.
-Et pourquoi la Garde voudrait faire un exemple de toi ?
-Parce que j’ai voulu assassiner le Voleur de Cœur.

Irina n’avait pas levé un instant son nez du manuscrit qu’elle avait devant elle. Elle connaissait parfaitement ce qu’avait fait le jeune homme. Celui-ci avait essayé de s’introduire dans les appartements de Vraorg, mais il avait été surprit avant même de pouvoir franchir la deuxième muraille du palais. Il était donc peu probable que la Garde puisse connaître ce qu’il avait réellement désiré faire. Mais cela, Irina se garda bien de le signaler.

-Et que gagnerais-je à te rendre ce service ? J’ai bien trop à perdre à défier aussi ouvertement l’autorité de Vraorg. Alors, à moins d’une contre partie intéressante, je n’ai aucune raison à t’aider, jeune Tiruis. Tu es un voleur et tu serais pendu comme tel. Et moi, je touherais une belle prime pour te livrer aux autorités.

Le jeune homme tressaillit à l’entente de la voix froide et cinglante de la jeune fille qui se tenait devant lui. Il ne put s’empêcher de déglutir et de prendre une profonde inspiration avant de se lancer.

-C’est vrai. Mais si vous m’aider, je rentrerais à votre unique service. Se n’est pas tous les jours que l’on peut obtenir les mains d’un voleur aussi talentueux que moi.

Irina ne put s’empêcher de sourire. L’homme se montrait arrogant et cela pouvait le conduire à sa perte. Mais il avait raison en disant que se n’est pas tous les jours qu’un voleur vous propose ses services. Il faudrait qu’elle y réfléchisse sérieusement, mais en effet, le jeune homme lui devrait une énorme dette.
Elle le fit donc disparaître de la circulation, l’envoyant sous couvert d’une caravane marchande, au loin de la cité. Mais dés le moindre mot de la Princesse de l’Ombre, il devrait rappliquer au plus vite. Dans le cas contraire, il faudrait qu’il s’attende à voir Armanda dans son ensemble se mettre à sa recherche. Et la colère d’Irina ne lui laisserait aucun répit dans ce cas.

15 Janvier de l’an 5 d’Obsidienne

Irina reçoit ce matin là une missive discrète par laquelle on l’informe de la fuite imminente de prisonniers de Morneflamme.
La nouvelle ne manque pas d’amuser la vampire qui, pour le coup, se garde bien de partager ce savoir avec qui que se soit. Et pour s’assurer le secret, elle brule le message et tue sur place le messager. Hors de question que qui que se soit d’autre apprenne la nouvelle.
Elle
Le conflit approche de la fin, elle le sent. Il allait donc falloir qu’elle agisse avec diligence. Qu’elle assure la suite, après la victoire totale de Vraorg, mais toujours en restant dans l’ombre. Il était possible que certains membres de sa petite cours tombent, mais elle allait tout faire pour rester en place.
Elle contempla alors l’issu du conflit, surprise de constater que sa prédiction ne s’était pas accomplit, et bientôt les choses se mirent à changer dans une direction qu’elle n’avait sût prévoir. Elle vit les humains retrouver leurs appétits pour le pouvoir lorsque Vraorg tomba, se déchirer ce qui était autrefois un seul royaume, tandis que les elfes filaient se cacher dans les Montagnes, et que les Vampires construisirent leur cité à la vue de tous. Toutefois, Irina savait qu’Arcturius resterait dans les ténèbres des profondeurs pour continuer à manipuler doucement ses pions sans être vu.

Dans la discrétion de sa cours, Irina décida de se joindre à d’autres malandrins et ensemble, ils établirent la Cours des Miracles à Gloria. Une autorité criminelle qui permettrait de régir les membres du monde criminel tout en assurant leur survie et leur sécurité. Mais cela mettrait du temps pour s’épanouir pleinement. Elle veillerait ainsi sur les filles de joies qui s’étaient placé sous sa protection sous le règne de terreur de Vraorg, tout en profitant de ce qu’elles pouvait lui apprendre par leur clientèle ou autre. Et doucement, elle aiderait certaines à se hisser progressivement pour donner le paraître. Lentement, à son tour, elle améliorait son propre réseau.
C’est donc ainsi que, dans l’ombre de la Cours Impériale de Gloria, Irina devint la première Princesse des Catins, se positionnant ainsi, telle l’araignée sur sa toile, tous fils tendu et prêt à saisir ses proies dans ses filets.





Liens


Arcturius Kohan: Son père Vampirique. Il fut mordu avant que son frère ne monte sur le trône. Il fut alors effacé des archives de la Famille. Il s'est posé en observateur de l'Histoire et maintenant, il s'est forgé un outil pour altérer le court de l'histoire comme il l'entend. Étrangement, Irina le hait autant qu'elle l'admire. Elle ne dira pas qu'elle l'aime. Après tout, il l'a fait torturer durant de longues et pénibles années. Mais elle admire ce qu'il a entreprit et la détermination qu'il a mit en l'éduquant pour qu'elle devienne ce qu'il souhaitait qu'elle soit.

Igorse : L’homme de main d’Arcturius. Un homme absolument silencieux, mais méticuleux dans son travail. Il nourrissait Irina après sa transformation. Avait-il connut celle qu’elle été avant ? La jeune vampire ne pourrait le certifier. Toujours est-il qu’il veilla à fournir à Irina tout ce dont elle avait besoin jusqu’à la fin de son service.

Adélaïde Kohan : L’Impératrice humaine était la demi-sœur de la jeune fille qui était né d’une indélicatesse de leur père avec une servante. Ne pouvant renier l’enfant, elle fut donc reconnut et élevé comme tel. Mais jamais elle ne pourrait prétendre au trône ou à quelque héritage de la Famille Kohan. Mais maintenant, tout cela importe peu, puisqu’elle ne garde aucun souvenir de sa Famille mortelle

Tirius: Voleur de bas étage sévissant à Gloria. Il se retrouva à devoir une énorme dette à Irina en échange de sa vie. Depuis, il est le plus proche agent à travailler avec la vampire. Il sait pertinemment n’avoir aucune valeur sentimentale au yeux de la vampire, mais cela l’arrange étrangement, car il ne souhaite aucunement se lier de quelque façon que se soit.

Judhein Marslon : Assassin œuvrant dans la cité de Gloria. Il possède un code de l’honneur quelque peu particulier, mais cela fait son charme d’une certaine manière. L’un des rares êtres à avoir le droit à une considération de la part d’Irina. Il lui doit désormais un certain nombre de services, mais cela se payera en temps et en heure. Pour le moment, il apprécie de travailler avec elle.

Arma Serus : Tenancière d’un lupanar de Gloria. Elle s’associa avec Irina pour éviter de subir les attaques des malandrins sous le règne de Vraorg. Après tout, la rumeur de la présence d’un vampire protecteur de l’établissement permettait d’éloigner ceux qui voudraient les voler. Elle fut la première à s’associer à Irina et même avec le recul, elle ne le regrette aucunement.




Derrière l'écran

Petite présentation : DC Harthea Thaidforodren

Rythme rp : Je m'engage à respecter le rythme avec ce compte ci et mes précédents comptes

Particularités rp : DC Harthea Thaidforodren

Comment avez vous découvert le forum ? : DC Harthea Thaidforodren

Avez vous signé le règlement ? : Oui







Dernière édition par Irina Faust le Dim 21 Aoû 2016 - 9:39, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christan Weren
Christan Weren
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Left_bar_bleue5/10Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty_bar_bleue  (5/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Commandant de l'armée

Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Icon_minitimeMer 17 Aoû 2016 - 9:29

Bonjour Irina, c'est moi qui m'occupe de ta fiche^^.

Avatar :

Sa taille n'est pas réglementaire, il manque quelques pixels de hauteur. Il doit faire 200 pixels de largeurs, et 400 de hauteurs exactement.

Identité :

Ok

Équipement, et magie :

Ok

Caractéristique :

Combat > Ok.

Physique > Ok aussi.

Mental > D'accord

Avec tes caracs actuelles tu aura le niveau « mage puissant » innée.

Description physique :

Ok, cela donne une bonne idée de l'apparance du perso rien qu'en le lisant.

Description mentale :

Ok, cela sonne très vampirique^^. Cela convient tout à fait au perso.

Histoire :

Le gros morceau^^

Citation :
Il entreprit donc de former personnellement la jeune fille, lui inculquant les notions de base du commun des mortels, faisant parfois appel à des humains esclaves ou prisonniers en échange de l’amélioration de leur condition. Tenait-il parole ? De cela, Irina n’en savait rien. Car elle ne revoyait jamais deux fois le même humain, en dehors d’Igorse.

Les esclaves des vampires appartiennent au prince noir, un vampire lambda ou même de haut rang ne peut en avoir un que si le prince décide de le lui céder, et les princes vampiriques ne sont guère connus pour leurs générosités. Arcturius aurait pu avoir quelques esclaves sous la main à la limite s'il était haut placé officiellement chez les vampires, mais il faudra surtout compter sur les prisonniers et pas de trop haut rang social les prisonniers.

Citation :
Durant quatre vingt dix ans, le duo étudia sans relâche, construisant moult projets, échafaudant encore bien plus de simulations des possibles actions des royaumes, en se fiant à ce que récupéraient comme renseignements les informateurs d’Arcturius.

Si Arcturius a des informateurs il n'en a pas énormement, les vampires ont bien un service de renseignement, mais celui-ci n'est au service que du prince noir, et aucun autre vampire n'a la possibilité d'y avoir accès. En dehors de cela les vampires comme le père vampirique d'Irina au vu de leurs positions et surtout du fait qu'ils sont en voie d'extinction à cette période ne peuvent compter que sur un modeste nombre d'informateurs avant l'époque d'aujourd'hui, de plus tes informateurs ne pourraient être situés que dans le royaume humains, ou à la limite vampirique si quelques-uns d'entre-eux sont des vampires, car espionner les elfes est impossible à cette époque pour un vampire, et impossible aussi d'avoir un informateur elfique à disposition.

Citation :
Lorsqu’elle arriva dans la Capitale humaine, Irina se dirigea prestement vers les quartiers les moins favorisés et entreprit de s’y construire un « foyer ». Cela ne fut chose aisée, mais les classes délaissé ont tendance à se moquer des déboires de la politique des Grands de ce monde. Ainsi, même si elle était une vampire que l’on identifiait, tant qu’elle ne se transformait pas en monstre sanguinaire massacrant tout sur son passage, les gens la laissait tranquille. 

Non, il ne fallait pas qu'on identifie que ton perso soit une vampire, ou en tout cas pas au début, à cette époque les humains tuent les vampires et les pauvres ont peur de ces derniers, monstres sanguinaires où pas ton perso s'il avait été identifié comme vampire personne n'aurait voulu la laisser rester dans Gloria. Il est donc impossible qu'elle s'intègre aussi bien chez les humains à cette époque s'ils savent qu'elle est un vampire, il faudrait donc qu'elle le cache. Surtout si elle veut se construire un réseau.

Citation :
Il va sans dire qu’elle finit par obtenir ses accès à la Cour des Miracles assé rapidement. En effet, les Princes et le Roi avaient amplement entendu parler d’elle et reconnaissait son intérêt pour eux. Elle devint donc rapidement la protégé de ceux-ci, leur vendant également ses services lorsque cela leur était utile. Etrangement, elle avait toujours ce qui leur fallait lorsqu’il le fallait. Et cela les arrangeait bien. Mais celle qui en profita le plus fut étonnamment la Mère des Catins, car Irina aidait à protéger de manière effective les filles de joie, déployant pour cela un certains nombres de méthode que la garde de la cité préférait voir passé sous silence. Nombre de gardes se virent effectivement offert des pots de vin et des propositions de l’ombre plus qu’alléchantes. Irina s’assurait ainsi des contacts et des alliés d’intérêts. Elle savait parfaitement que cela pouvait ne durer qu’un moment et que ceux qu’elle achetait par l’argent pouvaient à tout moment se retourner contre elle pour des sommes bien plus importantes que ce qu’elle pouvait offrir. Aussi s’assurait-elle de pouvoir offrir rapidement un service en retour, pour que la personne trouve un intérêt à lui rester fidèle. Cela amenait son lot de complication pour la « jeune » fille, mais avec le temps, cela se montra payant, car, tandis que le conflit contre les vampires poursuivait sa route, pour finalement voir arriver un peuple nouveau sur les côtes armandéennes, les soldats laissèrent tranquille leur « mécène ».

La guilde des miracles est une guilde à l'existence très récente, tu ne peux pas parler de la cour des miracles à cette époque car cette guilde n'a commencé vraiment à exister qu'après la fin de la guerre contre Vraorg le blanc.

De plus j'ajoute que la cour des miracles est une guilde criminelle, elle ne prend pas partie pour les rébellion, et présente un même un certain intérêt pour le pouvoir en place officieusement (et c'est ce qui assure leurs survies, sinon les autorités gloriennes feraient tout pour les éliminer), elle n'aurait pas participer à la rébellion à l'époque, et encore moins aider le protectorat sous Vraorg dans le cas où elle avait existé à ce moment. La cour des miracles agit pour sa survie.

De plus à ce que je vois ton perso vivait à Gloria sous Vraorg le blanc, mais aidait pas mal tout de même le protectorat de loin ? Je vais être franc cela est impossible, la théocratie est le pire régime totalitaire qui soit, il y a des inquisiteurs pouvant sentir les mensonges, et des espions qui sont infiltrés partout dans la société civile, et sur les gens à risque, ou d'importance Vraorg met des marques de loyautés empêchant toute trahison quasiment. Et Vraorg le blanc se fiche bien que l'on défie, ou non ouvertement son autorités, il veut une soumission totale. Il faudrait donc que tu revois à la baisse la marge de manœuvre de ton perso à cette époque. Pas qu'elle ne peut rien faire, mais elle ne peut sûrement pas faire autant.

Citation :
« Elle déploie dés lors ses marchands et ses quelques contacts dans l’Est du pays pour trouver un maximum de point par ou peuvent passer les fugitifs. Evidemment, elle a prit soin de choisir des marchand agissant sur le marché noir et des contrebandiers. Elle s’ouvre à son confrère, le Prince Marchand, pour qu’il puisse déployer ses importants moyens pour cacher à loisir des agents en divers endroit du pays. Mais tout ce qu’elle lui dit, c’est que les agents du Prince reconnaîtront parfaitement ceux qu’ils doivent cacher et qu’ils découvriront le moment venu ce qu’ils doivent en faire. »

La pègre ne ce serait jamais risqué à aider les protégés par crainte d'un châtiment de Vraorg, et ton perso aurait eu du mal à planifier, et mettre en oeuvre cela sur une telle échelle depuis Gloria sans que cela soit remarquer par les théocrates qui maintenaient une surveillance constante sur la population (depuis Caladon ça serait mieux passé comme la ville est moins sous emprise théocrate).

Citation :
Le conflit approche de la fin, elle le sent. Il allait donc falloir qu’elle agisse avec diligence. Qu’elle assure la suite, l’après Vraorg, mais toujours en restant dans l’ombre. Il était possible que certains Princes des Miracles tombent, mais il ne fallait à aucun prix qu’elle se retrouve proclamé Reine de la Cours des Miracles. La position ne l’intéressant nullement, car elle préfère rester derrière le trône que de s’assoir dessus.

Il était impossible de prévoir la fin du conflit, Vraorg avait l'avantage jusqu'au bout, et on croyait à sa victoire. Ton perso aurait plutôt dû pensé que Vraorg allait gagner, et le protectorat être écrasé. La victoire des protégés est donc une surprise totale pour tous, y compris Irina .

Citation :
« qu’Arcturius resterait dans les ténèbres des profondeurs pour continuer à manipuler doucement ses pions sans être vu. »

Étant un pnj, le père de ton perso n'aura pas autant d'influence que cela sur les événements à venir du fofo. Tu n'as rien à éditer là-dessus, mais n'oublie pas cela quand tu jouera ton perso.

Citation :
Dans la discrétion de sa cours, Irina et le Prince Marchand entreprirent de concert de s’engager dans le commerce Ecarlate. La première pour s’assurer un approvisionnement constant et les deux pour gagner en influence et en pouvoir. Mais cela mettrait du temps pour s’épanouir pleinement…

Ce n'est pas aussi simple que cela de s'impliquer là-dedans, et c'est sans doute très réglementé, et tenu en main par l'état. Vous pouvez participez au don du sang, mais pas au transport, et au stockage du sang car les royaumes ne risqueront pas l'avenir de la paix en déléguant autant ce commerce, ou en le confiant à des personnes non officielles alors qu'il est encore très jeune ce commerce.

Liens :

C'est ok sinon pour cela en dehors de ce que j'ai dit au sujet de l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irina Faust
Irina Faust
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Left_bar_bleue4/10Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty_bar_bleue  (4/10)
Xp disponibles: 1

Princesse de la cour des miracles

Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Icon_minitimeJeu 18 Aoû 2016 - 10:27

Bon. J'ai bien lu les remarques, voyant au passage que je m'étais planté de lieux pour poster ma fiche :p
Bourde monumentale. Désolé pour l'organisation.
Je corrige dans la journée ce qui a à corriger. Toutefois, une ou deux petites question s'impose...

@Christan Weren a écrit:
Citation :
Citation :
Durant quatre vingt dix ans, le duo étudia sans relâche, construisant moult projets, échafaudant encore bien plus de simulations des possibles actions des royaumes, en se fiant à ce que récupéraient comme renseignements les informateurs d’Arcturius.


Si Arcturius a des informateurs il n'en a pas énormement, les vampires ont bien un service de renseignement, mais celui-ci n'est au service que du prince noir, et aucun autre vampire n'a la possibilité d'y avoir accès. En dehors de cela les vampires comme le père vampirique d'Irina au vu de leurs positions et surtout du fait qu'ils sont en voie d'extinction à cette période ne peuvent compter que sur un modeste nombre d'informateurs avant l'époque d'aujourd'hui, de plus tes informateurs ne pourraient être situés que dans le royaume humains, ou à la limite vampirique si quelques-uns d'entre-eux sont des vampires, car espionner les elfes est impossible à cette époque pour un vampire, et impossible aussi d'avoir un informateur elfique à disposition.

Bon, là il ne s'agit pas d'une question mais juste pour dire que je concevais qu'il n'avait pas non plus des espions à chaque coin de rue. Si il en a une dizaine qui se battent en duel dans tous l'empire humain, c'est déjà énorme. Mais les principaux espions qu'il pouvait avoir, dans le jeux de puissance et politique des vampires, c'était justement chez les vampires, histoire de garder un oeil sur ceux qui avait le plus de chance de partir en guerre contre les autres peuples. Et son réseau et loin d'être aussi efficace qu'un service de renseignement. Pour cela que pour l'éducation d'Irina, ils ont fait des simulations et des probabilités.

@Christan Weren a écrit:
La guilde des miracles est une guilde à l'existence très récente, tu ne peux pas parler de la cour des miracles à cette époque car cette guilde n'a commencé vraiment à exister qu'après la fin de la guerre contre Vraorg le blanc.
Arf. je la pensais plus vieille que cela. Je vais donc devoir réécrire une grande partie de l'histoire, vu que pour le coup, elle risque d'être la première Princesse des Catins

@Christan Weren a écrit:
De plus à ce que je vois ton perso vivait à Gloria sous Vraorg le blanc, mais aidait pas mal tout de même le protectorat de loin ? Je vais être franc cela est impossible, la théocratie est le pire régime totalitaire qui soit, il y a des inquisiteurs pouvant sentir les mensonges, et des espions qui sont infiltrés partout dans la société civile, et sur les gens à risque, ou d'importance Vraorg met des marques de loyautés empêchant toute trahison quasiment. Et Vraorg le blanc se fiche bien que l'on défie, ou non ouvertement son autorités, il veut une soumission totale. Il faudrait donc que tu revois à la baisse la marge de manœuvre de ton perso à cette époque. Pas qu'elle ne peut rien faire, mais elle ne peut sûrement pas faire autant.
Bon, pour le coup, elle se préparera sans passer à l'action, réduisant d'autant ses actes.

@Christan Weren a écrit:
Citation :
Citation :
qu’Arcturius resterait dans les ténèbres des profondeurs pour continuer à manipuler doucement ses pions sans être vu.



Étant un pnj, le père de ton perso n'aura pas autant d'influence que cela sur les événements à venir du fofo. Tu n'as rien à éditer là-dessus, mais n'oublie pas cela quand tu jouera ton perso.
La dessus, c'était déjà prit en compte que je ne jouerais pas ce double jeu. C'est bien un PNJ qui n'interviendra normalement presque pas entre mes mains.

@Christan Weren a écrit:
Citation :
Dans la discrétion de sa cours, Irina et le Prince Marchand entreprirent de concert de s’engager dans le commerce Ecarlate. La première pour s’assurer un approvisionnement constant et les deux pour gagner en influence et en pouvoir. Mais cela mettrait du temps pour s’épanouir pleinement…


Ce n'est pas aussi simple que cela de s'impliquer là-dedans, et c'est sans doute très réglementé, et tenu en main par l'état. Vous pouvez participez au don du sang, mais pas au transport, et au stockage du sang car les royaumes ne risqueront pas l'avenir de la paix en déléguant autant ce commerce, ou en le confiant à des personnes non officielles alors qu'il est encore très jeune ce commerce.

Le don du sang, ça va être difficile pour une vampire. Et je doute que les criminels offrent ainsi leur sang. Je vais donc tourner cela en un échange de faveur ou alors Irina qui l'achète au près du commerce Ecarlate au travers de ses quelques marchands travaillant pour elle (un ou deux à tout casser pouvant en obtenir un tonneau par mois et guère plus.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christan Weren
Christan Weren
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Left_bar_bleue5/10Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty_bar_bleue  (5/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Commandant de l'armée

Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Icon_minitimeJeu 18 Aoû 2016 - 10:33

Citation :
Bon, là il ne s'agit pas d'une question mais juste pour dire que je concevais qu'il n'avait pas non plus des espions à chaque coin de rue. Si il en a une dizaine qui se battent en duel dans tous l'empire humain, c'est déjà énorme. Mais les principaux espions qu'il pouvait avoir, dans le jeux de puissance et politique des vampires, c'était justement chez les vampires, histoire de garder un oeil sur ceux qui avait le plus de chance de partir en guerre contre les autres peuples. Et son réseau et loin d'être aussi efficace qu'un service de renseignement. Pour cela que pour l'éducation d'Irina, ils ont fait des simulations et des probabilités.

Ok j'avais juste mal compris^^.

Citation :
Le don du sang, ça va être difficile pour une vampire. Et je doute que les criminels offrent ainsi leur sang. Je vais donc tourner cela en un échange de faveur ou alors Irina qui l'achète au près du commerce Ecarlate au travers de ses quelques marchands travaillant pour elle (un ou deux à tout casser pouvant en obtenir un tonneau par mois et guère plus.)

Tu peux aussi en obtenir autrement, après tout étant donné qu'il n'y a pas des vampires que dans le royaume vampirique il y a des réserves de sang dans les grandes villes pour les vampires y traînant (comme à Caladon par exemple), on pourrait dire que t'arrive à te fournir à partir de ces réserves plus ou moins légalement disons je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Irina Faust
Irina Faust
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage puissant
Expérience:
Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Left_bar_bleue4/10Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty_bar_bleue  (4/10)
Xp disponibles: 1

Princesse de la cour des miracles

Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Icon_minitimeSam 20 Aoû 2016 - 19:01

Corrigé et adapté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christan Weren
Christan Weren
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Left_bar_bleue5/10Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty_bar_bleue  (5/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Commandant de l'armée

Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Icon_minitimeDim 21 Aoû 2016 - 8:41

D'accord alors voilà mon commentaire (on est proche de la fin o/.)

Histoire :

Citation :
Ainsi, même si elle était une vampire, si elle demeurait discrète et tant qu’elle ne se transformait pas en monstre sanguinaire massacrant tout sur son passage, les gens la laissaient tranquille. Bien sur, leur regard à son égard restait teinté d’une crainte plus que compréhensible.

Je le redis encore, il ne faut pas qu'ils sachent que ton perso est une vampire si elle veut s'intégrer à cette époque, donc cette partie de l'histoire est à corrigé, si les humains avaient su qu'elle était une vampire ils auraient appelés la garde tout simplement (même les voleurs feraient ça, les vampires c'est l'équivalent de SATAN en Armanda à cette époque pour le peuple humain). Donc toutes les parties de ton histoire où elle s'intègre bien avant Vraorg (où elle peut commencer à révéler sa vraie race), alors que le fait qu'on sait qu'elle est vampire est connu est à éditer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christan Weren
Christan Weren
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Left_bar_bleue5/10Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty_bar_bleue  (5/10)
Xp disponibles: 4

Modérateur
Commandant de l'armée

Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Icon_minitimeDim 21 Aoû 2016 - 9:46

dragon

Sois la bienvenu(e) sur tes terres, fille d'Armanda.
Tu es né(e) avec une puissance magique innée de Puissant et ton entraînement dans le domaine magique t'a permis d'atteindre un niveau Correct Tu as d'ailleurs été choisi(e) par le totem antilope dont tu as atteint le niveau 1.

Tes compétences ont été validées, tu pourras les faire évoluer tout au long de ton aventure. Tu as aussi un profil neutre maléfique qui pourra évoluer en jeu sur demande.

Pour tenir l'état de tes aventures à jour, tu possèdes une fiche de suivi de personnage qui se trouve en ce lieu. Tu peux y ajouter tes liens, ton inventaire, ton histoire personnelle et ce que tu souhaiteras. Tu peux aussi adresser tes questions ici.


image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Empty
MessageSujet: Re: Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Irina Faust, ou la Rose Noire [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Johann Reihart - Fugitive & Dragonnier
» L'Ombre de la Rose Noire [4/8 libres]
» Faust Null, le bon compagnon [Terminé]
» [CDA n°1] La forêt noire... [Terminé]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Présentations de vos personnages :: Fiches validées-