Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

A la faveur des étoiles | PV : Enechou <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: A la faveur des étoiles | PV : Enechou <3 Lun 16 Mai 2016 - 23:23

31 juillet de l'an 7
Palais d'Aldaria, Aile des Lames Écarlates. En soirée.

La nuit tombait doucement sur la ville. Le soleil avait commencé la longue descente vers l'horizon. Bientôt, il disparaîtrait. Ça et là, où que le regard d'Orfraie se posait, la vampire voyait des torches s'allumer. Observer Aldaria de nuit était un spectacle dont elle ne se lassait pas. Oh, bien sûr, le concept de nuit n'était pas exactement le même que pour un humain ou un elfe car Orfraie voyait dans le noir comme en plein jour, mais avec une différence de nuance malgré tout.

L'Ancestrale se trouvait dans l'Aile des Lames Écarlate. Quelques temps après son arrivée au Palais, alors qu'elle cherchait un peu de solitude, la vampire avait déniché cet endroit. Étrangement, personne n'y venait. Ou du moins, la vampire n'y avait jamais croisé personne. C'était un balcon, pas énorme mais pas petit non plus. On aurait pu y poser une table et deux chaises sans problème. Le lierre qui recouvrait les murs du château, du moins de ce côté-ci, donnait l'impression de se tenir dans un écrin de verdure. Orfraie trouvait cet endroit très apaisant. Elle y avait bien entendu déjà emmené son Lié, mais Firindal n'était pas avec elle ce soir. Au travers de leur lien, elle le sentait gambader aux alentours. Elle avait encore du mal à le laisser partir loin d'elle, aussi lui avait-elle demandé de rester dans l'enceinte du Palais… Il était encore si petit…

Vêtu d'une tunique Elfe, son épée – sa griffe comme le disait Firindal – à la taille, la vampire semblait perdue dans ses pensées. Elle avait les deux mains posées sur la barrière de pierre, celle-ci étant d'ailleurs finement sculptée, et observait le fond de son calice qu'elle avait posé devant elle. Ce petit objet fort pratique conservait le sang, lui permettant de se nourrir tranquillement… C'était plaisant. Jusqu’alors elle n'avait jamais prit le temps de savourer ses repas, sauf quand elle prélevait ce dont elle avait besoin directement à la source.

L'Ancestrale porta la coupe dorée à ses lèvres. Le liquide était délicieusement sucré pour ses papilles et lui tira un léger gémissement de contentement alors que la brûlure de sa gorge s'apaisait. Toutefois, une nouvelle odeur vint chatouiller le flair de l'immortelle. Une odeur qu'elle connaissait. Cette flagrance ne lui évoquait aucun repas. A dire vrai, cette odeur ne lui évoquait rien de sympathique… pour l'instant du moins.

Alors, doucement, l'ancestrale reposa sa coupe. Son geste fut long et mesuré. Puis, tout aussi lentement, elle se tourna vers celle qui avait pénétré son domaine. Ses lèvres étaient légèrement maculées de sang et la vue de la petite Elfe lui tira un sourire qui dévoilant ses crocs bien blancs.

« Enetari. » Appela t-elle, sa voix prenant les intonations propre au peuple Elfique.



@Enetari Terendul





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A la faveur des étoiles | PV : Enechou <3 Mar 17 Mai 2016 - 1:10

Pas après pas, elle s’éloignait de Luna, d’Aïasil mais aussi de toute compagnie, en quête d’un lieu calme et désert où elle pourrait retrouver ses amantes de toujours : les étoiles. Elle avait consacré un moment en compagnie de Coriya, savourant ces instants de tranquillité où sa jument, douce, intelligente et malicieuse, la charmait de son simple regard de velours. Elle avait offert sa journée à celle qui occupait dans son cœur une place toute particulière, régente, amie, amour, compagne de ses nuits, objet de sa convoitise et de sa protection : Luna. Elle s’était ouverte, comme toujours, à sa tendre liée, se moquant avec elle du page maladroit, volant en cachette les gâteaux en cuisine pour les partager toutes deux, lui apprenant patiemment toutes les choses qu’elle ne connaissait pas encore. A présent, Enetari Terendul, souricette ou étoile filante, ne cherchait qu’un instant à ne consacrer qu’à elle-même.

Ces journées calmes étaient appréciables, pourtant l’animation lui manquait. Elle se souvenait parfois avec un peu de nostalgie de ces moments passés avec Norwen, où elle apprenait à chasser, à pister, à guetter, où elle devait se battre pour survivre, s’effacer pour tenir. Des instants où sa vie ne tenait qu’à un souffle de vent, à la pointe de ses griffes ou la rapidité de son corps. Des moments où son cœur battait la chamade, où son corps se forgeait au feu de l’action, où elle n’avait d’autres solutions que de réussir pour ne pas mourir. Des soirées dans la boue, le froid, perchée sur un toit ou tapie dans un buisson. Excitation et peur, fatigue et énergie mêlées.

Non, tout était calme, ici. Ils étaient revenus de leur expédition, et de nouveau le rythme quotidien était revenu. Que deviendrait-elle ? Elle n’en savait rien, mais cela n’avait guère d’importance. La Terendul avait toujours réussi à s’adapter ; elle était un chat, qui se mouvait tranquillement, sûre de pouvoir retomber sur ses pattes. Pour l’heure, elle était ainsi. Mais quand Luna mourrait, car il était possible que cela arrive avant qu’elle-même ne commence même à devenir vieille, le lendemain peut-être, ou un mois plus tard, qu’adviendrait-elle ? L’amour était une faiblesse qu’elle ne devait pas se permettre, mais l’elfette avait depuis longtemps, trop longtemps diraient certains, rejeté les lois de la raison. Elle était libre d’être ce qu’elle voulait, de faire ce qui lui chantait. Aux yeux d’autrui, elle n’était qu’une enfant, une enfant capricieuse, une enfant malicieuse, brisant les entraves conventionnelles et se détachant des attaches morales. Mais ces autres ne l’intéressaient pas. Elle avait choisi d’aimer Luna, et le reste n’importait pas. Tout comme elle avait décidé d’être sa garde, et il était donc son devoir de la protéger personnellement. Alors, pourquoi se poser davantage de questions ?

Les pierres étaient froides sous ses mains nues, l’air de la nuit faisait voltiger ses cheveux autour de son visage, s’infiltrait sous sa tunique légère. Cela lui donnait envie de s’envoler, et elle avait hâte de voir Aïasil grandir, de traverser le ciel en sa compagnie, protégée sur son dos. Inspirant doucement en fermant les yeux, la jeune fille se laissa bercer par les sons de la nuit naissante, les odeurs que dissimulait le crépuscule. La fenêtre d’où elle était lui permettait de profiter de la lente descente de l’astre solaire, pourtant elle n’y voyait pas assez le ciel à son goût. Non, elle voulait pouvoir se sentir immergée dans cette beauté céleste parsemée d’argent qui naissait lentement comme chaque soir, s’imprégner de la grâce de ces diamants bruts et inaccessibles, de ces larmes blanches qui parsemaient le tissu sombre des cieux. Un sourire léger naquit sur les lèvres fines. Enetari remercia silencieusement sa tendre amie de lui avoir accordé, comme elle le faisait souvent, un instant où elle n’était plus garde, mais seulement demoiselle en quête de repos. Sans doute Luna avait compris que la solitude était parfois aussi importante à la petite elfe que pouvait l’être la compagnie.

Ce balcon, elle l’avait repéré depuis peu, mais n’y venait que très rarement, l’estimant trop grand pour elle, qui préférait se faufiler dans les recoins les plus petits ou se blottir entre deux branches pour observer ce qui l’entourait. Cette fois pourtant, elle avait choisi d’y aller, profiter encore un peu du spectacle d’or et de sang qui se jouaient dans les nues sans s’éloigner davantage. Pourtant, elle ne s’attendait certainement pas à y trouver qui que ce fut, et certainement la princesse Orfraie. S’immobilisant, la demoiselle s’arrêta à l’entrée du balcon, observant en silence la vampiresse dont elle n’apercevait qu’un petit morceau pâle de sa joue blanche. Presque malgré elle, elle demeura ainsi, admirant la silhouette fine et bien faite, appréciant les éclats de feu que le coucher de soleil faisait naitre dans la chevelure lie-de-vin. Aussi belle soit-elle, Orfraie demeurait pour Enetari une créature étrange, lui inspirant autant d’agacement que de curiosité. L’elfette savait que la vampiresse avait partagé un moment d’intimité avec sa chère humaine, et cette simple idée suffisait à la rendre furieuse ; Luna était son humaine, sa citrouille. Pour autant, il était indéniable que la générale avec un charisme, un attrait qui fascinait et envoûtait presque.

La vampire finit toutefois par se tourner vers elle, l’appelant de sa voix chaude que refroidissait quelque peu le sang qui maculait ses lèvres. Pour autant, la Terendul n’en était pas le moins du monde troublée, n’ayant que faire du régime culinaire de son interlocutrice. S’avançant de son pas souple jusqu’à celle-ci, elle s’appuya sur la muraille, tout près, observant à son tour la vue qui s’ouvrait à elle, parlant sans vraiment regarder Orfraie.

-Princesse. Je vous offrirais volontiers un verre, mais il semblerait que vous en ayez déjà. A moins que vous ne m’en ayez prévu un ? Elle jeta un regard vers la ville qui s’agitait encore avant de relever les yeux vers la lune qui se montrait un peu plus de seconde en seconde. M’auriez-vous volé ma cachette dans l’espoir d’un rendez-vous galant ou venez-vous vous réjouir d’être loin de la masse qui grouille et s’agite ?

Distances, oui, mais même avec celle qui, princesse, était également une combattante hors pairs, Enetari ne pouvait s’empêcher de la provoquer un peu. Après tout, que valait la vie s’il fallait toujours se taire et observer, obéir aveuglement en oubliant qui l'on était ?
Revenir en haut Aller en bas
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: A la faveur des étoiles | PV : Enechou <3 Mar 17 Mai 2016 - 13:18

Orfraie avait gardé une main sur la muraille, tenant la base de son calice entre ses doigts fins et pales. Elle était à demi tournée vers la jeune Elfe, offrant ainsi une vue parfaite de son profil. Seul son visage était tourné vers elle, ses saphirs étincelants d’une mystérieuse lueur.

S’il y avait une chose que la vampire ne pouvait nier, c’était la beauté certaine d’Enetari. La jeune femme avait du charme. Luna avait bien choisi … et avait de la chance. Tout en l’observant, Orfraie ne pouvait s’empêcher de se demander si elles s’étaient connues, si Enetari connaissait son ancienne elle et si oui, jusqu’à quel point. La Terendul s’avança finalement vers Orfraie, s’accoudant juste à côté d’elle, proche, à demi dans son espace personnel. Cela ne dérangeait pas l’Ancestrale, qui se tourna de nouveau vers la ville.

Les premiers mots d’Enetari tirèrent un sourire ironique à l’ancienne princesse. L’Elfe était la première à l’appeler par son ancien titre. Orfraie savait qu’elle avait été déchue, ce genre de rumeurs allait très vite dans les hautes sphères et comme la vampire les côtoyait… Enetari utilisait-elle ce terme pour la provoquer ? Si c’était le cas, cela était peine perdue. La Terendul poursuivit, tirant un autre sourire à la vampire qui portait sa coupe à ses lèvres. Elle avait le regard perdu au loin, comme l’Elfe. Un rendez-vous secret ? l’idée était amusante et Orfraie n’aurait pas dit non à un peu de douceur. Malheureusement, les relations intimes avec les Humains étaient… dangereuses. Lors de ce genre de moment, ses instincts reprenaient le dessus … La vampire ne voulait pas prendre le risque de tuer quelqu’un, aussi s’abstenait elle… a son plus grand regret. L’odeur d’Enetari, par exemple, ne lui évoquait pas de potentiel repas et lui permettait donc de relâcher la pression. C’était… plaisant. Juste pour cela, la Terendul gagnait quelques places dans l’estime de la vampiresse.

« Ne m’appelle pas ainsi. Princesse, je ne le suis plus. » Répondit Orfraie au bout d’un moment. Elle avait laissé le silence s’étendre un moment avant d’ouvrir la bouche. « Tu peux toujours boire dans mon verre mais je doute fort que ce soit à ton gout. » Rajouta la vampire en désignant le calice qu’elle posa entre elle, l’air parfaitement sérieuse. La coupe dorée était encore pleine de moitié. « Si je t’ai volé ta cachette dans l’espoir d’un rendez-vous galant, tu dois donc être l’élu de mon cœur. » Poursuivit l’ancienne princesse, cette fois réellement amusée. Un léger rire lui échappa alors qu’elle s’appuyait contre la barrière de pierre, sur ses avant-bras, légèrement penchée en avant. Étant très grande, la vampire offrait, sans le vouloir, une délicieuse vue sur la cambrure de son dos et… tout le reste. « J’aime beaucoup cet endroit. Tu as du remarqué qu’il n’y a généralement personne ici. C’est reposant. » Révéla ensuite l’ancienne princesse. Bien entendu, elle ne parlait pas uniquement du calme que cet endroit apportait. En étant seule ici, Orfraie n’avait pas besoin de se concentrer pour étouffer ses instincts. Elle pouvait relâcher la pression lorsqu’elle était seule. « Comment vas ta jambe ? » S’enquit-elle finalement, tournant cette fois-ci son visage vers Enetari qui était toute proche.





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A la faveur des étoiles | PV : Enechou <3 Mar 17 Mai 2016 - 14:48

Un sourire joua sur ses lèvres, mutin, tandis qu’Enetari écoutait la vampiresse près d’elle lui répondre. Sans doute pouvaient-elles sembler amies, à bavarder ainsi, pour qui les verrait de l’extérieur. Pourtant, la vérité était toute autre. Ni amies, ni ennemies, mais plutôt entre les deux, hésitant à pencher dans un sens ou dans un autre. Pour l’elfe, cet instant saurait sans doute leur montrer de quel côté devait pencher la balance. Et le silence de la nuit tombante ne saurait tarder à leur indiquer que penser l’une de l’autre.

-Ce n’est pas parce que d’autres ont décidé de vous priver de votre titre que vous n’êtes plus Princesse ; si j’estime que vous l’êtes, n’ai-je pas autant le droit de vous appeler ainsi que d’autres de vous le refuser ?

Encore une grande question philosophique. A moins que ce ne soit la matérialisation de son esprit de contradiction ? Enetari n’avait jamais porté grande attention aux charges et fonctions, estimant que tant que la personne ne lui avait pas prouvé qu’elle puisse être digne d’un peu de respect, elle n’était qu’un être lambda parmi ses semblables. Alors, quelle importance avait la nomination ?

-Encore une qui ne peut se passer de moi ? Ah, je dois dire que votre cœur a bon goût alors, Non-princesse.

Elle tourna la tête vers elle, l’air grave, avant d’éclater purement et simplement de rire devant l’expression qu’arborait Orfraie. Peut-être la vampiresse n’avait-elle pas toujours l’habitude d’avoir à faire avec de telles soldates. Mais comme toujours, la Terendul ne respectait ni protocole ni convention et ses plaisanteries, pas méchantes, pouvaient fort bien avoir pour proie la générale. Cheveux au vent, elle resta silencieuse à son tour un instant, ne pouvant s’empêcher de jeter un regard à sa voisine. La vampiresse était bien grande qu’elle et, en plus d’être charmante, offrait donc à la petite souris à la crinière d’argent une vue imprenable sur ses attributs féminins lorsqu’elle était debout. Il fallait dire que nombreux étaient les elfes, même devenus vampires, qui faisait la taille de la jeune fille. Celle-ci savait pertinemment que même adulte, elle ne pourrait jamais ne serait-ce qu’espérer effleurer la stature imposante qu’avait son père.

-Hmmm… C’est vrai. C’est même la première fois que je croise quelqu’un. La prochaine fois, je crois que j’amènerais aussi une bouteille de rouge pour profiter de cette tranquillité. Je ne crois pas que le tien me convienne.

Passant sans s'en préoccuper à un tutoiement plus familier, elle jeta un coup d’œil amusé à la coupe que tenait l’archère, pas le moins du monde tentée par cette odeur de ferraille. Non, elle préférait un délicieux jus de fruits fermentés, qu’il soit de raisins ou de pommes. Une boisson qui pourrait lui réchauffer les entrailles, titiller ses papilles et éveiller chez elle la plus belle des euphories ; de quoi lui donner envie de se rouler dans la paille en entrainant Luna avec elle. Ou, peut-être même, la superbe créature face à elle. Quoi que… non, certainement pas, celle-ci lui avait volé sa citrouille, hors de question qu’Enetari lui fasse l’honneur de faire plus ample connaissance !
Ce ne fut pourtant qu’à la question de la vampiresse que l’elfette prit conscience qu’elle fixait d’un air pensif les élégantes courbes de la blanche créature. Hum, voilà qui était embêtant. Elle ne s’en était pas même rendu compte. Et si elle n’était pas le moins du monde gênée d’être prise à reluquer ainsi, elle l’était plus de s’apercevoir que le danger résidait dans l’attraction qu’exerçait Orfraie sans qu’elle n’en ait conscience.

-Merveilleusement bien ! Je me sens prête à faire quarante-deux fois le tour de la cité à cloche pieds si tu m’accompagnes. Mais je doute que ça t’intéresse.

Non, et puis Aïasil viendrait les arrêter avant qu’elles n’aient terminé pour exiger de sa liée qu’elle revienne lui tenir compagnie ou la nourrir, capricieuse et exigeante petite dragonne qu’elle était. Mais puisqu’elle était adorable, sa compagne à deux pattes estimait qu’elle pouvait bien se montrer aussi insupportable qu’elle le voulait, elle n’en demeurait pas moins une reine merveilleuse, formidable et incroyablement parfaite. Ah, tendre petite chose écailleuse, onyx délicat aux veinures d’argent limpide. Se tendant vers elle, Enetari la sentit qui chassait une souris qu’elle semblait fort décidée à rôtir sitôt qu’elle l’aurait attrapée et, tranquillisée, elle se réintéressa à la belle Orfraie, penchant la tête avec l’œil pétillant d’enthousiasme.

-Que dirais-tu d’un peu d’escalade pour te prouver ma bonne forme ? Je t’aurais bien proposé autre chose mais je risquerais de t’épuiser. Elle lui tira la langue, provocatrice, avant de pivoter brusquement sur ses talons sans lui laisser le temps de répondre. On pourrait grimper là-haut, si t’en sens capable. Cela fait longtemps que je n’ai pas fait d’ascension et ma jambe a besoin d’exercice pour retrouver sa pleine forme !

Dos au mur, tête renversée en arrière, laissant une cascade blanche glisser dans le vide, elle lança une œillade charmeuse à la vampiresse avant de sauter sur ses deux pieds, prête à escalader sa cible : le toit du palais.
Revenir en haut Aller en bas
Orfraie Ataliel
avatar
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage très puissant
Expérience:
6/10  (6/10)
Xp disponibles: 3

Administratrice
Capitaine Lame Ecarlate
Garde personnelle de Luna
Dragonnière

MessageSujet: Re: A la faveur des étoiles | PV : Enechou <3 Mar 17 Mai 2016 - 16:44

Le point de vue d’Enetari quant à son titre perdu était valable. En d’autre temps, si elle avait eu quelque chose à faire de son statut, peut-être aurait-elle était d’accord. La vérité était qu’Orfraie se moquait bien d’avoir était déchue de son rang, elle qui n’avait pas souvenir de sa vie de princesse qu’elle imaginait toutefois assez sympathique. Ce qui l’enchantait moins était bel et bien d’avoir était renié par son peuple – car elle les considérait toujours comme tels – alors qu’elle avait vraisemblablement tout donné pour eux, y compris sa vie de mortelle. Un jour, elle en était certaine, elle aurait l’occasion de leur dire ce qu’elle avait sur le cœur, son cœur désormais glacé, gelé pour l’éternité.

Si Orfraie n’appréciait par vraiment Enetari, elle se rendait pourtant compte que la fraicheur de la jeune elfe lui était fort plaisante. Elle se surprit même à sourire face à ses propos, dévoilant – une fois de plus – ses crocs. Peut-être que cette entrevue aiderait la vampiresse à se faire une idée, une vrai idée – basée sur des faits et non une simple jalousie – sur la jeune femme. « Plus que bon goût. » s’entendit-elle répondre.

Enetari se tourna vers elle, l’air grave, avant d’éclater de rire. Oh, Orfraie avait été étonnée par ses paroles. C’est que cette gamine avait grande estime d’elle… Mais la vampire était décidée à jouer, si c’était ce que l’Elfe voulait. Les protocoles, les conventions… Elle découvrirait bientôt que l’ancienne princesse n’en avait rien à faire. Elle vivait au jour le jour, croquant la vie… à plein crocs. Sur cela, Lewyn le lui avait dit, elle n’avait pas changé de sa version mortelle. « Est-ce un rendez-vous, demoiselle Terendul ? » s’enquit la vampiresse, avec malice, lorsque la jeune elfe évoqua l’idée de revenir la prochaine fois avec une bouteille de vin. Les yeux d’Orfraie brillaient d’amusement et de malice, mais également d’autre chose… De … Désir ? d’envie ? La petite souris l’amusait et en faire son quatre heure – dans le bon sens du terme – pouvait être fort plaisant. Oh, Orfraie savait aussi que Luna et Enetari étaient proche mais théoriquement la vampire n’était pas vraiment sensé le savoir. C’était un jeu dangereux auquel elle décidait de jouer. Ce qui la faisait toutefois davantage tiquer et l’idée qu’Enetari pouvait ne pas être fidèle à la Régente. Irait-elle jusqu’au bout ?

Avec un nouveau sourire, Orfraie reprit la coupe et la vida de moitié. Orfraie nota l’emploie du tutoiement mais n’en prit pas ombrage. Elle-même tutoyais la jeune Elfe depuis le début. De plus, elle était collègue, malgré tout… et vu comment Enetari la regardait – ou la reluquait, plutôt – peut être seraient elles davantage à l’avenir. Tout en portant de nouveau son calice à ses lèvres, l’Ancestrale sourit.
Quarante-deux fois le tour de la cité à cloche-pied ? Ce n’était pas banal et cela fit de nouveau sourire l’immortelle. C’est qu’elle était joueuse, la petite Terendul. Toutefois, elle avait raison : ce n’était pas le genre de jeu auquel elle s’abandonnait généralement. Ou aimait s’abandonner, plutôt.

L’idée suivante fit hausser un sourcil à Orfraie. Escalader le palais ? En voilà une idée dangereuse. Dangereuse et pourtant plaisante car garantissant une montée d’adrénaline et au final une vue à couper le souffle. Orfraie termina son repas et laissa la coupe sur le rebord. Elle la récupèrerait plus tard. Doucement, elle s’approcha d’Enetari et glissa ses mains délicieusement chaudes sur ses épaules. Grâce au collier qu’elle portait, Orfraie dégageait une douce chaleur qui ferait surement frissonner l’Elfe. Elle se pencha alors à son oreille, laissant ses doigts glisser sur l’épiderme de l’Elfe. « Sache qu’un Vampire ne dort pas et ne fatigue pas. Ou pas aussi facilement que tu sembles le supposer. De nous deux, c’est toi qui sera trop vite épuiser. » Conclu la vampiresse. De quel genre de jeux parlait-elle ? C’était à Enetari de la deviner, bien que le ton de sa voix ne laissât que peu de place à l’imagination. L’Elfe voulait jouer, alors Orfraie jouerait. Pour son plus grand plaisir et peut être celui de la petite souris. Si la plus jeune faisait un effort de concentration, peut être parviendrait-elle à se souvenir que – autrefois – Orfraie avait une réputation… d’insatiable amante. Elle ne s’était jamais attachée à personne en plus de six cent ans, allant au fil des siècles. Et cela ne semblait pas avoir changé.

La vampire passa devant l’Elfe et se retourna vers elle, les cheveux au vent, afin de lui offrir un magnifique sourire, à la fois amusée et invitant à toutes les « bêtises » possibles. Si Enetari s’en sentait capable. Un défi à sa hauteur. Juste avant de se retourner et de commencer l’ascension du palais, Orfraie lui adressa un clin d’œil.





Dialogue en langue commune : #AB1212
Dialogue en Elfique : #DB6A6A
Pensées en italique
Télépathie entre #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Mon identité
Mes compétences

Invité

MessageSujet: Re: A la faveur des étoiles | PV : Enechou <3 Dim 29 Mai 2016 - 16:17

Un peu de légèreté, quelques plaisanteries, quoi de plus agréable à cet instant ? Souffle de vent, éclat d’une étoile ; la nuit les enveloppait toutes entières, ne laissant d’elles plus que leurs âmes nues. Femmes sans doute, soldats aussi, mais avant tout, enfants rieuses. Orfraie était là, belle plus que l’horizon scintillant, courbes fermes et silhouette harmonieuse, regard chaud et lèvres carmines. Enetari ne l’aimait pas vraiment, elle la jugeait trop sûre d’elle, et, surtout, beaucoup trop proche de Luna à son goût. Mais à cet instant, la concernée n’était plus qu’humour et plaisanterie, semblant se moquer de son rang ou de leur inimitié. Étrange situation dans laquelle elles se trouvaient toutes deux.

-Peut-être, capitaine… le voudriez-vous ?

Vérité ou simple facétie ? A la vampiresse de le découvrir. Mais la Terendul était un poisson bondissant, une gazelle leste qui sitôt une provocation lancée, passait à la suivante sans davantage s’y attarder. Simple jeu, sans aucun doute, de quoi animer les fastidieuses journées qui, trop sérieuses, étaient siennes. Cela avait toujours été ainsi, et cela continuerait sans aucun doute. Elle avait connu le règne de Vraorg, avait grandi quelques mois parmi les vampires, parcourut le continent pour retrouver son aimée et quitté famille et connaissances sans le moindre remord. Cela l’avait changé et pourtant, elle continuait, toujours, à se jouer des bonnes conduites et à se divertir comme elle le souhaitait. Et si elle reviendrait sans aucun doute en ces lieux, ce ne serait pas pour voir Orfraie mais avant tout pour profiter de la vue offerte. Car cette liberté qui s’offrait sous ses yeux, cette immensité lui rappelait ses escapades dans sa forêt, et elle ne pouvait s’empêcher de ressentir un peu de nostalgie pour ces moments magiques où elle grimpait aux arbres, courrait sur les bras et bavardait avec celui qui était aujourd’hui empereur des elfes comme s’il n’avait été qu’un camarade de jeu. Alors, oui, peut-être était-ce pour préserver cette insouciance de jadis que aujourd’hui encore elle proposait de tels jeux à l’ancienne princesse. Grimper, escalader, dominer le monde l’espace d’un instant. Et, dans le même temps, travailler sa jambe blessée qui, bien que guérie, avait besoin d’exercice même extrême.

Deux mains, chaudes et douces, vinrent se poser sur ses épaules, douces messagères d’un murmure qui ne tarda pas à parvenir jusqu’à ses oreilles. Sourire aux lèvres, Enetari retint un frisson qui, malgré elle, naissait sur sa peau pâle, sans qu’elle ne sache si cela provenait des mots aguicheurs ou du souffle sur son cou. Pour cette fois, elle ne trouva rien à répondre et se contenta d’observer la vampiresse qui, après un clin d’œil, était prête pour l’ascension. Voilà un visage d’Orfraie que la Terendul ne connaissait pas et qu’elle commençait tout juste à découvrir ; bonne ou mauvaise chose ? Elle l’ignorait mais pour l’instant, il y a avait bien plus important. Si la ravissante vision d’Orfraie en plein effort avait de quoi attirer l’attention, la petite elfe sentait dans ses veines pulser son envie du défi : l’exercice l’attendait. En quelques secondes, elle s’agrippa à la bordure du toit et débuta l’ascension.

Si, en somme, les prises étaient aisées et l’escalade n’était pas des plus difficiles, Enetari s’aperçut rapidement que l’inclinaison était des plus perturbantes, de même que la texture sous ses doigts. Elle habituée aux petites aspérités des arbres, à connaître les branches capables ou non de la porter, à se plaquer au tronc pour glisser le long de celui-ci, à la verticale, se trouvait devant un obstacle bien différent. Et, inévitablement, ce qui devait arriver arriva. Légère, elle montait tranquillement, un œil sur Orfraie qui se déplaçait avec aisance, telle une araignée sur sa toile scintillante, lorsque l’un de ses appuis se détacha. Sa jambe droite glissa tandis qu’une tuile allait s’écraser quelques mètres plus bas, heureusement sans faire de dégâts, et déstabilisée, l’elfette rata la prise qui s’offrait sous sa main gauche. Inévitablement, son propre poids l’entraînait vers le bas et elle savait parfaitement que cette simple erreur pourrait fort bien signifier une chute vertigineuse, à moins qu’elle n’ait la chance de s’écraser sur le balcon quitté quelques instants plus tôt. Rapidement, elle devait trouver de nouveaux supports, car elle sentait que le bras agrippé fatiguait à s’accrocher ainsi, tout en craignant qu’à son tour son second support inférieur ne s’effondre. Visage proche du toit, cheveux au vent, elle cherchait, gardant miraculeusement son sens froid, de quoi se raccrocher, songeant déjà que si elle chutait il lui faudrait user rapidement de magie pour éviter les dégâts les plus importants, et notamment une mort pour la moins indésirable. A cet instant, une main sauveuse s’enroula autour d’elle et, à cet instant Enetari sentit une profonde affection pour la vampire. Restait à savoir si elles n’allaient tomber toutes les deux…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


MessageSujet: Re: A la faveur des étoiles | PV : Enechou <3

Revenir en haut Aller en bas

A la faveur des étoiles | PV : Enechou <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Le papillon des étoiles
» Je plante en ta faveur cet arbre de Cybèle... {Victoire}
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» ? Toiles d'araignées et fumée...
» Les Toiles Illuminent Mon Coeur -PV Petit Mirage-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-