Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeDim 20 Mar 2016 - 13:28

15 février de l’an 7 d'Obsidienne

Le mariage de l'empereur avait eu lieu quelques jours auparavant et cela avait aussi été l’occasion pour le fils d'Atalos et Silarae de faire de nouvelles rencontres. Et des rencontres, il en avait fait de belles. Il y avait celle avec Alkhytis, le dragonnet de cuivre et sa sœur Aïasil. Et puis il y avait eu les bipèdes et les autres dragons adultes. De ces derniers, il avait, avant toute chose, le souvenir d’avoir été impressionné par leur taille mais aussi par le charisme, la prestance qu’il dégageait. Kaalys serait même mis à douter que lui aussi puisse devenir aussi grand et fort. Et pourtant, il était en bonne voie au vu de comment il avait grandi ces derniers jours. Bientôt, Dawan ne serait plus assez fort pour le porter dans la poche qui lui était réservée. Le petit dragon au regard d’or redoutait ce jour sans trop savoir pourquoi. Mais ce qu’il redoutait plus que tout, c’était le jour où il serait devenu trop grand pour dormir avec son Lié. Il savait alors que celui-ci retrouverait un autre compagnon nocturne avec qui partager son sommeil et Kaalys était contre cette idée. Il ne savait pas mettre de mots sur ce sentiment qui grandissait en lui chaque fois qu'il surprenait l'Elfe à penser à celui que les autres appelaient le dragonnier de saphir.

Ce retour à une certaine routine après leur excursion jusqu’à Estellin n’avait pas vraiment déplu au dragonnet de nacre. Il avait repris ses habitudes, passant beaucoup de temps sur les talons de Dawan ou bien couché près de lui à l’écouter jouer et chanter. Jour après jour, la communication avec lui mais aussi avec les autres devenaient de plus en plus facile et Kaalys ne se gênait pas pour poser toutes les questions qui lui venaient à quiconque croisait son chemin. Apprendre est tout de suite plus facile quand on peut aligner quelques mots à la suite pour demander ce qu’on veut savoir.

Ce matin-là, comme toujours, il suivit Dawan jusqu’à ce qu’on pouvait appeler les cuisines du Domaine. Il y mangea un bocal de baies en entier et un morceau de viande, prenant soin de l’engloutir vite fait bien fait pour ne pas offenser les habitudes de son Lié. Bientôt, chasser serait plus facile pour lui mais il faisait encore froid dans les montagnes et les proies se faisaient rares. Et puis ses ailes de plus en plus grandes l’encombraient parfois pour se déplacer entre les buissons où se terraient les petits rongeurs tout juste sortis de longs mois d’hibernation.

Après cet encas matinal, ils firent une petite promenade dans les couloirs suspendus que comptaient le Domaine et qui offrait une vue imprenable sur les montagnes environnantes. Un jour, il le savait, il pourrait voler plus haut encore que le plus haut de ses sommets enneigés. Il transmit cette idée à Dawan comme une promesse de l’emmener là-haut un jour pour qu’il puisse voir lui aussi le monde vu du ciel. Ce devait être beau et il voulait partager ça avec lui. Kaalys déplia ses ailes immaculées et s’imagina un instant le vent contre ses écailles, la morsure du froid comme quand il avait marché dans la neige la première fois et cette sensation de liberté totale. Une fois là-haut, rien ne devait plus sembler impossible. Oui, le fils de Silarae la Blanche attendait son premier vol avec impatience mais aussi un peu d’appréhension. Peut-être aurait-il l’aide d’un dragon plus âgé pour cet évènement ? Mais il se dit que le soutien de Dawan lui suffirait bien pour vaincre sa petite angoisse et étendre ses ailes avant dep longer dans le vide.

En attendant de devenir l’un des seigneurs des cieux d’Armanda, le dragonnet de nacre avait encore une foule de choses à apprendre pour lesquels rester sur la terre ferme était suffisant. Comme à son habitude, il accompagna son Lié elfique jusqu’à la salle où travaillait la plupart des Enwr et resta assis à l’écouter jouer de la vièle un peu. Après un moment, il lui lécha les doigts pour lui signifier qu’il s’éloignait un peu de lui. Dans son exploration, il croisa quelques Enwr qui le saluèrent d’un signe de tête et il hésita à en interpeler un pour lui demander de lui lire le passage d’un livre. Mais il sentit une odeur familière non loin de lui et, intrigué, n’arrivant pas à mettre un nom ou une image sur cette odeur, il décida d’aller voir ce qu’elle cachait.

Il trouva sans peine son chemin entre les rayonnages qu’il avait si souvent arpenté ces dernières semaines. Celui qu’il cherchait se tenait de dos et Kaalys s’approcha à moins d’un mètre de lui avant de lui signaler sa présence en faisant tomber un livre d’une table, mettant cet incident sur le coup de sa maladresse en ce qui concernait le contrôle de sa queue. Et lorsque l’intéressé se retourna, Kaalys s’assit brusquement comme s’il avait été frappé d’une révélation importante. Il connaissait ce visage pour l’avoir vu à côté de celui de son Lié le jour de son éclosion mais aussi pour l’avoir revu tant de fois après dans les pensées de Dawan. C’était celui qui faisait naître ce sentiment étrange en lui. Poli, le petit dragon se présenta, curieux d’en apprendre davantage sur celui qui occupait ainsi l’esprit de son dragonnier.

*Bonjour Elfe. Je suis Kaalys. Je suis désolé si je vous ai fait peur ou si je vous ai dérangé.*



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeDim 20 Mar 2016 - 19:13

¤ Nacré et Azur ¤


Le mois de janvier avait vu naitre une nouvelle génération de dragons, et en quantité. Trois œufs avaient éclos deux de la défunte Silarae et un de Trissi. C’était une véritable joie pour l’elfe et le dragonnier qu’était Elrond. La magie allait s’en trouver fortifier, et il le ressentait déjà. C’était une bonne chose, oui une très bonne chose. L’Amarië se devrait un jour d’aller voir les nouveaux dragonniers et leurs dragons respectifs pour leur parler de la caste des dragonniers et les inviter à la rejoindre. Mais sur l’heure, il n’avait rien fait, car les nouveaux dragonniers et les dragonnets devaient apprendre à se connaitre et à vivre ensemble, à découvrir le lien avant d’envisager autre chose. Le dragonnier sylvestre voulait leur laisser ce temps-là. En attendant, il restait encore dans les montagnes elfiques, en tant que représentant de la caste, pour garder un œil sur le dernier œuf qui n’avait toujours pas éclot. Quand est-ce qu’un dragonnier se présentait pour le faire éclore ? Aujourd’hui ? Demain ? Dans un mois ? Dans un an ? Dans un siècle ? Nul ne saurait le dire. Cela pouvait être maintenant comme dans un millénaire. Et qui sait, peut-être le dragon naitrait tout seul, sans l’aide d’un bipède.

Une naissance avait en particulièrement attirer l’attention d’Elrond, le troublant. En effet l’elfe était troublé. Car elle lui plaisait, le comblait, autant qu’elle le chagrinait. Un dragonnet était né, il avait éclot pour Dawan Sywel, son amant. Mais de ce fait, le chanteciel avait moins de temps pour lui puisqu’il devait s’occuper de son lié nouveau-né. L’Amarië ressentait et comprenait ce qu’avait ressenti Möebius. Ce n’était pas facile de partager. Mais il fallait faire la part des choses, cela prendrait simplement peu de temps. Et du temps, le blond en avait eu, si bien qu’il avait presque entièrement accepté ce fait. Il ne restait pratiquement plus qu’à conclure ce chapitre avec une rencontre entre les deux concerné : Kaalys le nacré et Elrond le dragonnier de saphir. Cependant, le concerné ne semblait pas décider à provoquer cette conclusion. Au contraire. Non pas qu’il souhaitait attendre, mais plutôt donner plus de temps aux deux nouveaux liés pour s’apprivoiser. Cela n’empêchait pas Elrond et Dawan de se retrouver. Ils avaient pu le faire, dans l’intimité, débarrasser de leurs dragons respectifs pour être seul tous les deux, à parler tranquillement entre deux câlins.

Quoi qu’il en soit, ce jour-là, Elrond était dans la bibliothèque de la Rhapsodie. Même s’il ne pouvait plus devenir Baptistrel depuis qu’il avait noyé des centaines d’Alayiens lors de la bataille de l’Aube Rouge, cela n’empêchait pas le dragonnier d’en apprendre un peu plus sur eux, leurs connaissances et leurs arts. Bien qu’était un Enwr déchu, il continuait son apprentissage avec Dawan. C’était sporadique, mais le blond mettait les bouchées doubles voir triple lorsque l’occasion se présentait. Au bout d’un rayonnage, assis à une table contre la fenêtre, se trouvait l’Amarië. Entre ses mains se trouvait un ouvrage dont l’auteur était marqué sur la couverture : Merithyn Shadowsong. L’ancien maître d’Elrond avait disparu. Après sa vampirisation, il avait perdu toute trace de lui, et après la chute de Vraorg, il s’était tout simplement volatilisé. Peut-être était-il mort, le blond n’en savait rien et à vrai il ne voulait pas le savoir. Il avait beaucoup apprécié l’ancien gardien, mais les choix que celui-ci avait pu faire, il ne les comprenait, ni ne les acceptait. Sans doute se moquait-il bien de son avis … tant pis.

Tandis que les yeux d’azur du dragonnier sylvestre glissaient sur l’écriture noircissant le papier, les mains de ce dernier se mirent à chauffer. Comme parcouru de petites étincelles qui se firent de plus en plus ardentes. Elrond savait de quoi cela provenait, trace d’un ancien contact proscrit, celle de ses mains souillées par le sang d’un dragon. Fort heureusement, c’était pour soigner que ses mains étaient entrées en contact avec le sang de ses créatures, non pour blesser. Cette sensation de brûlure dans ses deux mains, il l’avait senti à l’éclosion de Kaalys et d’Aïasil. Rien détonnant, le sang de leur père coulait dans les veines. Aussi, lorsque après avoir entendu le bruit d’un livre tombant au sol il tourna le regard en direction de ce dernier, il ne fut pas surpris de remarquer l’un des descendants du dragon d’or. Ou peut-être un peu parce qu’il s’agissait du nacré.

¤ Bonjour Elfe. Je suis Kaalys. Je suis désolé si je vous ai fait peur ou si je vous ai dérangé. ¤


L’esprit du dragonnet entra en contact avec le sien et ce dernier le salua. Ce ne fut pas des mots qu’il perçut, mais des sensations, émotions, sons et images. Mais l’Amarië n’en fut pas décontenancé pour autant. Möebius s’exprimait également ainsi à sa naissance et pendant un bon moment après d’ailleurs, estimant que ce mode de communication était bien meilleur que celui de la parole. Fort heureusement, il s’était ravisé après. C’est que c’était difficile de tenir une longue discussion ainsi pour le néophyte qu’avait été le dragonnier sylvestre. Doucement, l’elfe ferma son livre avant de se tourner en direction du jeune dragon, lui accordant toute son attention.

L’esprit d’Elrond s’envola également pour venir atteindre celui du nacré et il lui parla, faisant résonner doucement sa voix dans ce dernier.

¤ Kaalys, fils d’Atalos dragon d’or … lié de Dawan Sywel … je te salue. Je suis Elrond Amarië, lié de Möebius dragon de saphir. Toi et moi somme lié au même être, mais par un lien bien différent, ne sois donc pas aussi formel. Tu ne me déranges pas, le jour un dragon me dérangera, je ne serais plus digne d’être dragonnier. Je suis content de te rencontrer à nouveau, jeune nacré. Que puis-je pour toi ? ¤

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeMar 22 Mar 2016 - 17:57

Aucune hostilité ne se dégageait de l'Elfe et Kaalys dut bien se rendre à l’évidence, ce qu’il ressentait, ce sentiment qui grandissait dans son petit cœur, celui qu’il ne pouvait nommer, n'avait aucun fondement. Rien ne le justifiait et le dragonnier entreprit de le repousser le plus loin possible de ses pensées. Il porta son attention sur le dragonnier et veut percevoir ce que Dawan voyait en lui lorsqu’il prit la parole. Elrond ne semblait pas dérangé par la méthode de communication particulière qu’il utilisa. Son propre Lié écailleux avait du user de la même les premières semaines de leur existence partagée et il devait s’en souvenir. Enfin quelqu’un avec qui il pourrait discuter sans trop de mal. Sil ravalait ses préjugés sur l'Elfe en question.

A la question du dragonnier aux oreilles en pointes, le fils du dragon d'or réfléchit pendant quelques secondes. Il avait en réalité un millier de questions qu’il aurait voulu lui poser mais il craignait de le déranger. Bien sûr, Elrond venait de lui dire que discuter avec un dragon ne le dérangeait pas mais si sa curiosité et sa soif d’apprendre étaient toutes deux difficiles à satisfaire, le Lié de Dawan n’avait pas pour habitude de prendre le temps des autres inutilement. Ces questions qu’il se posait, il aurait très bien pu en parler plus tard avec son doux Lié. Cependant, la jeunesse faisant que la patience n’est pas encore tout à fait ce qu’elle sera par la suite, il finit par céder à la tentation.

*Si vous le permettez, j’aimerai vous poser quelques questions sur divers sujets qui m’intéressent.*

Qu’est-ce qui n’intéressait pas le petit écailleux aux ailes immaculées ? C’était une bonne question. Dans être téméraire, Kaalys aimait savoir tout ce qu’il pouvait apprendre. Si quelques bribes de la fabuleuse mémoire ancestrale de son peuple lui étaient parfois révélées et si ses nombreuses rencontres au Domaine comme au mariage avaient déjà bien enrichi ses connaissances, il y avait tant de choses à apprendre dans ce monde à ses yeux qu’il ne voulait perdre aucune opportunité.

*J’ai tant de questions que je ne sais par où commencer. Par exemple, est-il vrai qu’Armanda s’étend bien au-delà des montagnes ? Et puis il y a ces humains qui sont divisés. Comment cela se peut-il au sein d’un même peuple ? N’ont-ils pourtant pas les mêmes coutumes ? Vous savez, je crois que de tous les peuples armandéens, les humains sont sans doute les plus surprenants. Oh, les Elfes et les Vampires le sont aussi à leur manière, bien que je n’aie pas eu beaucoup d’occasions de rencontrer de ses derniers…*

Soudain, Kaalys s’interrompit de lui-même, conscient d’avoir déjà posé nombre de questions. Il lui fallait laisser un peu de temps à Elrond Amarië pour qu’il puisse lui offrir ses réponses. Mais discuter sans trop de difficultés avec un être capable de vous comprendre ne lui arrivait pas, sinon avec Dawan et, s’il était plutôt calme et patient, sa curiosité l’emportait parfois, comme à ce moment-là. Alors, pour montrer au dragonnier qu’il était prêt à l’écouter, il s’assit et enroula avec soin sa queue devant ses pattes. Sa tête se pencha légèrement sur le côté. Il était prêt, attentif au moindre changement dans l’attitude de l’Elfe.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeDim 27 Mar 2016 - 11:59

¤ Souvenirs ¤


Les yeux azurés du dragonnier sylvestre glissaient doucement sur le petit dragon qui se tenait face à lui. Alors qu’il l’observait, l’elfe avait l’impression de revoir Atalos à leur première rencontre. Le jeune dragonnet n’était pas son fils pour rien. Si celui-ci n’avait pas sa couleur, il avait sa carrure. Tout ce que l’Amarië pouvait espérer, c’est qu’il soit moins tête brûlée que ce dernier … même si lui était très mal placé dans son cas pour parler ainsi. Alors qu’il avait déposé le livre qu’il était en train de lire, se tournant et tournant sa chaise de telle manière à être face au jeune lié de son amant, Elrond vint joindre ses mains engourdies par la sensation de brûlure et les poser sur ses genoux. Le blond ne pouvait s’empêcher de s’interroger si ce dernier éprouvait de la jalousie à son égard d’être lié d’une certaine manière à Dawan. D’après ce dernier il en éprouvait un peu. Tout comme lui d’ailleurs. Mais c’était idiot dans un sens. Cependant ce sentiment provenait de la peur de perdre un être cher, il n’était donc pas si idiot que ça dans un sens. Ce qui était idiot est de penser que ce petit dragonnet pourrait lui prendre. Alors qu’en réalité, son existence était bien plus louable qu’autre chose. Après tout, grâce à ce dernier, le chanteciel vivrait aussi longtemps l’Enwr déchu. Il n’avait donc pas de crainte de voir celui-ci être emporté par le temps avant lui.

Les prunelles dorées de la jeune créature étaient également posées sur lui. Il se demandait ce qu'il pouvait bien penser. Mais également quel destin attendrait cet enfant né de l'union d'Atalos et Silarae. Mais plus encore, ce qu'il ressortirait du lien avec un maitre Baptistrel. Sywel et Kaalys allaient vivre ce que le dragonnier de saphir avait malheureusement échoué à accomplir. La voix mentale du nacré résonna à nouveau en lui. Un petit sourire apparut sur les lèvres du sylvain, en même temps qu'un petit soupir dans son for intérieur. Il lui avait demandé de ne pas se montrer aussi formel, mais celui-ci n'en fit rien. Après tout il était un dragon, sans doute ne pouvait-il pas s'en empêcher. Bah … il aurait bien le temps de ne pas être aussi sérieux plus tard. Quoi qu'il en soit, ce qui importait était les questions que le jeune dragonnet pouvait bien avoir. Elrond espérait pouvoir y répondre. Bientôt un flot d'interrogations se déversa dans l'esprit de l'Amarië qui s'en amusa. Si jeune et si curieux. Il n'y avait rien d'étonna là-dedans, même pour un dragon.

¤ Cela fait beaucoup de questions, dont certains sont particulièrement complexes pour un si jeune esprit. Mais la curiosité est une bonne chose, tant qu’on ne la laisse pas nous dévorer. Je vais essayer de répondre à toutes ces premières questions, n’hésite pas à m’en poser d’autre. Cependant … certaines réponses pourraient ne pas te plaire. ¤

Doucement l'esprit du dragonnier de saphir vint s'enrouler autour de celui du dragonnet. C'était un don ardu que la télépathie. Elrond avait découvert que ce dernier s'était éveillé en lui, en même temps que d'autres capacités liées à une certaine magie. C‘était faible, mais bien présent, l'Amarië se demandait ce que cela entrainerait par la suite. Mais, le blond n'avait pas le temps de s'interroger davantage, un jeune dragonnet attendait des réponses. Son esprit entourant celui du jeune nacré, le dragonnier de saphir laissa s'écouler au travers du pont construit entre eux deux, des souvenirs de sa mémoire. Tout d'abord une forêt apparut. Cette dernière était vaste, terriblement vaste, et touffue. La cime des arbres venait même cacher le ciel, cependant cette dernière était suffisamment éclairée. Une douce brise fraiche y régnait. Cette forêt était pleine de vie, autant végétale qu'animale. Cependant, autre chose vivait également ici. Des bâtiments apparurent suivis de la civilisation elfique. Bientôt, le sol sembla s'éloigner et le souvenir gagna en altitude. Rapidement, la forêt entière était visible, cette vision étant offerte par le premier vol qu'avait pu effectuer Elrond sur le dos de Möebius. Doucement, le souvenir s'amenuisa pour disparaitre.

¤ Tout à l’Ouest d’Armanda s’élevait une forêt. Une très grande forêt, dans laquelle les elfes vivaient. Mais pour certaines raisons, nous en avons été chassés. Et aujourd’hui y retourner est impossible. Quelque chose de dangereux semblant s’y être installé. ¤

À nouveau, l’elfe partagea des souvenirs. Ceux-ci dataient d’avant la dernière guerre. Elrond lui montra le peuple elfique quitté doucement la forêt de l’Ouest. Puis il lui en montra la raison. Un épais nuage venant doucement la recouvrir, une brume qui dévorait la magie. Cette image disparut, emportant avec elle un certain sentiment de tristesse émanant de l’Amarië.

¤ Ceci n’est qu’une partie d’Armanda. Ce continent est bien plus vaste. Je le sais pour l’avoir presque entièrement traversé à pied du temps où je n’étais pas encore dragonnier. ¤

Un souvenir apparut à nouveau, celui d'un elfe empruntant une route au milieu de gigantesques plaines et de champs fertiles. Derrière lui se trouvait la forêt elfique qui disparaissait doucement à l'horizon. Les images avancèrent rapidement jusqu'à ce que l'elfe en question, vêtu d'une cape rouge, ne se retrouve en face d'une ville humaine. Aldaria, telle qu'elle était il y a une centaine d'années. Les murs de marbre, haut et immaculés de blancheur. L'admiration d'Elrond à cette découverte vint légèrement imprégner ce souvenir. À nouveau, les images défilèrent. L'elfe entra dans la ville et avança dans les rues. Le dragonnier choisi certains passages, les emboitant l'un derrière les autres pour faire visiter à Kaalys cette ville humaine.

¤ Cette ville, est une ville humaine. Elle se nomme Aldaria la lumineuse. Elle t’apparait là, telle qu’elle était il y cent ans. Aujourd’hui elle a beaucoup changé. La dernière guerre l'a malheureusement détruite. Mais les humains sont en train de la reconstruire et je suis sûr qu’elle sera encore plus belle qu’avant … ¤

Les images de la ville changèrent pour monter ce qu’elle est aujourd’hui, une ville toujours très belle, mais dont certaines parties sont encore en construction.

¤ Il existait trois grandes villes humaines : Gloria, Aldaria et Elena. Les deux dernières furent détruites durant la guerre. Et Gloria le fut en partie. Seules Aldaria et Gloria sont en reconstruction et je crains qu’Elena ne le soit jamais. ¤

Quelques bribes de souvenirs d’Elena la robuste partirent de l’esprit du dragonnier en direction du dragon. Puis les images changèrent pour venir présenter Gloria, telle qu’elle a été il y a un siècle, puis telle qu’elle est aujourd’hui. Une ville belle, moins qu’Aldaria, et aussi en reconstruction. Puis, disparaissant, le souvenir fut remplacé par celui d’Elrond et Möebius survolant le territoire de l’empire humain, des deux empires humains, d’aujourd’hui. Le sol défilant sous eux, avec ses plaines, ses champs, ses fleuves.

¤ Je ne t’ai montré qu’une partie d’Armanda. Ce continent est encore plus vaste, il contient les montagnes que je te laisserais le soin de découvrir par tes propres moyens … mais au sud se trouve également un désert, et par-delà, des marécages et des plaines sauvages où demeure le territoire des vampires. ¤

Le désert de sable apparut, avec ses dunes, ses oasis et sa chaleur accablante, mais également son froid mordant qui survenait une fois le soleil couché. Elrond montra à Kaalys ce dernier depuis les cieux, ne l’ayant pratiquement pas parcouru à pied, trop dangereux et compliquer. La guerre ne le permettant pas d’ailleurs. Le désert s’éloigna pour laisser apparaitre les marécages et les plaines sauvages du Sud-est. Les images furent moins nombreuses en revanche, l’Amarië ne les ayant que très peu visités.

¤ Voici Armanda jeune dragon … mais le monde ne se limite pas à cela. ¤

Un nouveau souvenir apparut, celui de Möebius et Elrond décollant des cimes elfiques et partant vers plus à l’Est encore. Bientôt l’océan apparut et vint couvrir le sol. Armanda disparaissait derrière eux, seules les montagnes étant visibles. Cependant, devant eux, une île apparut. Elle était couverte de neige et montagne. L’île du flocon, le nom filtra dans l’esprit du dragonnet, tandis que les liés de saphir se posaient sur cette île dominée par le froid, près d’un palais qui s’avère être le domicile de la caste des dragonniers, là où vivent certains dragons et leurs dragonniers. Le souvenir s’estompa peu à peu.

¤ Armanda est vaste, mais le monde l’est encore. Et ce monde n’est pas le seul. ¤

L’Amarië se retint toutefois de lui montrer le monde des esprits. Ou plutôt ce qu’il avait pu en voir un bref moment. N’y étant allé que pour combattre Néant. Et le lié de saphir doutait qu’il soit de bon ton de lui montrer cet instant, mêler de combat, de violence et d’horreur.

¤ Les humains sont en effet des créatures fascinantes. J'ai vécu près d'un siècle à leurs côtés. Et même si ceux que j'ai pu fréquenter à ce moment-là ne sont plus parmi nous aujourd'hui, j'en garde de très bons souvenirs. Ils sont très surprenants en effet. Mais ils sont capables du meilleur comme du pire. Comme tout a chacun d'ailleurs. Je vais t'expliquer pourquoi les humains sont divisés en deux à présent. Il y a sept ans de cela vivait un homme appelé Grégorist Kohan. Il était empereur des humains et dirigeait tout le royaume des hommes. Mais ce dernier est mort, assassiné. Une personne a été accusée. Korentin Kohan, un cousin de l'empereur. ¤

Elrond fit apparaitre dans l’esprit du jeune nacré ledit Korentin. Mais il fit également apparaitre au côté de ce dernier une dragonne aux écailles d’émeraude, Ashy.

¤ Cependant, Korentin était innocent et fut accusé à tort par Fabius Kohan. Un autour cousin de Grégorist et également de Korentin. ¤

À nouveau l’Amarië fit apparaitre dans l’esprit de Kaalys ledit humain.

¤ Un conflit éclata entre au sein du royaume des hommes. Ceux soutenant Korentin Kohan, qui le pensait innocent. Et ceux soutenant Fabius Kohan, le pensant plus apte à gouverner, mais également pensant Korentin coupable du meurtre de l’ancien empereur. Ce conflit vint s’inscrire dans une guerre qui secouait déjà tout Armanda et plus encore. Et alors que la guerre s’aggravait, un ennemi commun venant être remplacé par un autre encore plus dangereux, le conflit entre les deux cousins ne s’estompa pas. Aujourd’hui, la paix est revenue en Armanda, mais le conflit au sein de la famille Kohan pour la couronne a profondément divisé les hommes. Si bien qu’aujourd’hui leur royaume est divisé en deux. Avec d’un côté l’empereur Korentin et de l’autre l’empereur Fabius. Bien que Korentin soit parvenu à démontrer son innocent, le problème de la succession n’est toujours pas réglé, tout comme l’antagonisme entre les deux cousins. Comme aucune solution n’est apparue pour résoudre ce problème, et une guerre n’étant pas à nouveau envisageable, la division du royaume humain s’est ancrée. ¤

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeLun 28 Mar 2016 - 22:00

C’était une sensation étrange que celle de sentir autour de son esprit celui d’un autre que Dawan. Il avait pris l’habitude lors de ses précédentes rencontres que le contact entre son esprit et celui ou celle à qui il parlait soit le plus bref et le plus délicat possible. Mais là, s’il pouvait sentir la tendresse d’Elrond, c’était quelque chose de plus prononcé, de plus intime. Si Kaalys faillit tout d’abord rejeter la présence mentale du dragonnier si proche de lui, il finit par l’accueillir, sa curiosité l’emportant sur sa légère réticence face à cet Elfe qui occupait tant les pensées de son doux Lié. L’Enwr déchu commença par quelques avertissements ou conseils, le petit écailleux ne cernant pas tout à fait dans quelle catégorie les ranger. A celles-ci, il ne put s’empêcher d’ajouter quelques mots.

*Je ne suis pas là pour entendre ce que j’aimerai entendre mais pour apprendre. Que ce que vous dites me plaisent ou non, il me faut bien comprendre avant de pouvoir apporter mon aide. Sinon, je pourrais bien faire plus de dégâts qu’autre chose et je m’en voudrais que mon ignorance puisse faire du tort à d’autres. Alors ne parlez pas pour me faire plaisir mais pour m'apprendre de ce monde.*

Les paysages qui apparurent soudain dans l’esprit du petit dragon de nacre lui firent lever un regard émerveillé vers l’être sylvain. Il comprenait pourquoi le peuple de son dragonnier avait aimé vivre dans cette forêt où tout semblait n’être que paix et vie. A la hauteur que finirent pas prendre les souvenirs que lui transmettait Elrond, Kaalys devina là le premier vol des deux Liés. Il regretta presque que les images ne s’effacent avant que l’Elfe ne reprenne la parole pour poursuivre la ‘’visite’’ d’Armanda qu’il offrait au fils de Silarae. Un frisson lui parcourut le dos alors qu’il voyait la forêt être envahie peu à peu par une brume dont il sentait qu’elle était maléfique. La tristesse qui accompagnait ce souvenir de l’ancien Baptistrel toucha le dragonnet qui alla lui lécher les doigts et appuyer sa tête contre sa paume pour le réconforter.

Bien plus vaste encore ? Kaalys n’avait qu’une hâte, voir ce que lui réservait encore cette découverte d’Armanda par les yeux de l’être cher à son Lié aux oreilles pointues. Il suivit sans un mot le voyage du jeune Elfe qu’était alors Elrond Amarië et il ressentit la même admiration en se trouvant face à Aldaria que le dragonnier avait ressenti à cet instant-là de sa vie. Il y avait un quelque chose de majestueux, d’impressionnant dans cette construction. *Que les Humains sont stupéfiants tant ils sont capables du meilleur comme du pire. Est-ce là un propre de leur peuple ? Sans doute.* pensa-t-il. Leur guerre futile avait détruit ce qu’ils avaient eux-mêmes bâti. Mais ses pensées furent interrompues par la vision du dragon bleu survolant les plaines des empires humains, une petite silhouette accrochée sur son dos. Kaalys se nourrit de cette vision, lui qui rêvait de voler depuis le premier jour où il n’avait plus eu sa coquille de nacre pour le retenir prisonnier. Un jour, lui aussi emmènerait Dawan découvrir le monde d’un autre point de vue que celui qu’il avait toujours eu. Pas tout de suite, pas encore. Il fallait être patient. Il sentait au fond de lui qu’il saurait quand le moment serait venu et il s’était promis de ne plus rien essayer d’ici-là.

Les Vampires. A la mention de ce peuple de la nuit, le dragonnet redescendit sur la terre ferme et redevint attentif aux souvenirs que lui transmettait le dragonnier de saphir. Il vit alors le désert et sa chaleur accablante lorsque le soleil brillait dans le ciel qui contrastait avec le froid qui y régnait à la nuit tombée. Et puis il y eut les marécages et de nouvelles plaines, plus sauvages que celles des royaumes humaines. A perte de vue, de l’herbe sans aucune route de terre pour trancher l’harmonie de vert. Mais Elrond n’en avait pas fini. Kaalys ne s’attendait certainement pas à découvrir tant de choses en si peu de temps. Il faudrait qu’il voit tout cela de ses propres yeux un jour et qu’il le fasse découvrir à son Lié elfique aussi. Le voyage des deux êtres, l’un du peuple de la forêt et l’autre du peuple du ciel, se poursuivit encore plus avant vers l’est et bientôt la terre disparut pour laisser place à une immense étendue bleue. L’océan. Le petit dragon de nacre en avait entendu parler par un Enwr et si celui-ci lui avait conté la beauté des eaux s’étendant à perte de vue, il ne l’avait jamais vu de ses propres yeux. Mais ce que Kaalys voyait à ce moment-ci dépassait de loin toutes les histoires et toutes les descriptions qu’on pourrait faire. Et, comme posée là par un Esprit, une île affrontait les flots. L’Île du Flocon.

Les mots d’Elrond Amarië qui conclurent ce voyage en Armanda firent deviner au petit écailleux que l’Elfe ne lui montrait pas tout ce qu’il avait vu mais il ne lui en tint pas rigueur. Il n’était peut-être pas prêt à tout savoir encore. Le dragonnier reprit la parole pour répondre à la seconde question de Kaalys. Ce dernier apprécia de voir apparaitre les visages de ceux dont les noms étaient cités dans les explications d’Elrond. A la fin, le dragonnet se mit à hocher doucement la tête avant de s’adresser de nouveau à l’Enwr déchu.

*Ils ont sans doute eu raison de se séparer plutôt que de faire la guerre encore et encore, lié de mon Lié. Tu as raison, ce peuple semble être capable du pire comme du meilleur. C’est peut-être ce qui rend leur courte vie plus facile à appréhender à côté des autres peuples que le temps semble vouloir épargner bien plus qu’eux. Mais je pense aussi que c’est bien plus compliqué que cela et que peut-être une existence entière, fut-elle celle d’un dragon, ne peut permettre de saisir l’entière complexité des Humains. Et il se trouve sans doute que c’est mieux ainsi.*

Il marqua une pause pour aller se rasseoir un peu plus loin, enroulant de nouveau sa queue devant ses pattes. Il ne savait s’il devait poser la question qui tournait dans son esprit. Au bout d’une minute environ, il reprit la parole, son choix fait.

*J’aurai bien des questions à vous poser sur mes semblables et sur les Liés mais je pense que je ne me trompe pas en disant qu’il est plus prudent que Dawan et moi découvrions ce que nous devons découvrir par nous-même. Alors je ne t’en demanderai rien. Dis-moi plutôt comment était Armanda avant la renaissance des premiers dragons s’il te plait. Je voudrais comprendre parce que j’aimerai aussi comprendre ce qui est arrivé à ceux qui nous ont précédés, moi et mes frère et sœur nouveau-nés, en ces terres. S’ils ont commis des erreurs, j’aimerai que nous puissions les éviter et il me semble que la mémoire et la connaissance soient les meilleurs atouts que nous ayons pour que le passé ne se reproduisent pas.*


Oui, Kaalys voulait aider mais il était conscient que chacun des choix qu’il ferait, chacune de ses actions auraient des conséquences et il ne voulait faire de mal à personne qui ne le mérite pas réellement. A ses yeux, chaque vie était précieuse et, s’il tenait peut-être cela de son lien avec un Baptistrel, il savait que son aversion pour les conflits et la violence était présente avant que les doigts délicats de Dawan Sywel ne se posent sur la coquille de nacre. Connaitre l’histoire des siens pour apprendre d’eux, tel était le but de cette question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeJeu 31 Mar 2016 - 20:12

¤ Souvenirs II ¤


L’Amarië avait partagé quelques fragments de sa mémoire avec le dragonnet, le transportant dans le temps et dans l’espace quelques instants, afin de lui faire découvrir une partie d’Armanda, la terre sur laquelle il allait évoluer, grandir, rire, pleurer, combattre et aimer. Bien que jeune, bien qu’étant un nouveau-né, les dragons étaient déjà dotés d’une grande sagesse et Kaalys lui avait prouvé en quelques mots. Par moments, l’elfe avait tendance à l’oublier. Ou peut-être voulait-il l’oublier. Les dragonnets étaient si jeunes, ne pouvaient-ils pas profiter un peu de l’insouciance ? Après tout, le monde était en paix à présent. Mieux valait en profiter maintenant, car cela ne durerait peut-être pas. Un sourire flotta légèrement sur les lèvres du lié de saphir. Un dragon empli de sagesse, lié à un Baptistrel. Le couple de nacres irait loin, le blond n’en doutait pas le moins du monde. Il fallait simplement les aider un peu. Elrond avait bien l’intention de le faire. Le chemin que ces deux-là allaient pouvoir emprunter n’était pas anodin. Un Baptistrel dragonnier, cela aurait sans nul doute des répercussions sur le dragon de nacre. Reste à savoir lesquelles. L’Amarië avait une certaine hâte, ayant lui-même échoué à les provoquer, il ne pouvait qu’être spectateur.

¤ Oui, mais qui sait combien de temps cette situation durera ? Chacun parviendra-t-il à s’en contenter ? Korentin a vu son honneur bafouer et sa famille blesser. Fabius est avide de pouvoir, il a assassiné l’ancien empereur, fait porter le chapeau à Korentin pour l’écarter et il a fait bien pire aussi. Arriveront-ils à oublier leur rancune ? Cette dernière ne traversera-t-elle pas les générations ? Rien n’est fixé malheureusement. ¤

La complexité des humains ? Oh, oui ils sont des êtres complexes, mais aussi simples à la fois. Pour avoir vécu un long moment auprès de ces derniers, l’elfe aux yeux d’azur en connaissait un rayon sur eux. Et pourtant ils parvenaient encore à le surprendre. Autant en bien qu’en mal. Kaalys devait sans doute avoir raison il est impossible de saisir entièrement les méandres de l’humanité.

¤ Il vaut peut-être mieux, en effet, que vous découvriez par vous-même les conséquences du lien qui vous unit, Dawan et toi. Cependant, je peux toujours apporter certaines réponses si tu en éprouves un jour le désir. Depuis un certain temps … le lien qui unit bipèdes et dragons semble se renforcer … apportant son lot de surprises. Par ailleurs, je ne serais pas en mesure de répondre à toutes tes interrogations, je peux seulement te dire que Dawan n’est pas un bipède comme les autres. Il est un Baptistrel. Il peut ressentir les vibrations de ce monde. Et puisqu’il est lié à toi, tu les ressentiras un jour, également. Un autre dragon en a fait l’expérience par le passé, mais ce qu’il a pu vivre à ce moment-là ne sera sans doute rien comparé à ce que toi vivra. ¤

Un petit soupire s’échappa de l’archer elfique qui vint passer sa main derrière son crâne, le frottant un peu, faisant onduler la crinière blonde et bouclée.

¤ Comment était Armanda avant la renaissance des dragons … je dirais … en perdition. La magie de la trame qui parcourt le continent était faible à l’époque, très faible. Si bien qu’une certaine forme de magie avait disparu et n’est réapparue qu’avec la naissance des nouveaux dragons. La magie qu’utilisent les Baptistrels en revanche a été la moins affectée, car elle n’est pas liée aux dragons. Mais je suppose que tu ne parlais pas seulement de l’état de la magie sur le continent. ¤

Doucement, Elrond vint croiser les bras sur sa poitrine, avant de poser son pied droit sur son genou gauche, prenant une petite mine sévère.

¤ En dehors de la magie et bien c'était … La guerre tout simplement. Avant, il n'y avait sur cette terre que les dragons. Puis sont arrivés les elfes et les vampires, qui venaient d'un autre continent appeler Sylvaniel. Arrivant en Armanda, ils ont repris la guerre qui avait ravagé leur ancienne terre. Au cours de ces combats, certains dragons ont rejoint un camp ou l'autre, se liant avec des bipèdes. Les batailles ne cessèrent pas, elles étaient simplement plus violentes. Puis les hommes sont arrivés à leur tour à Armanda, venant eux aussi d'une autre terre. Ils se sont directement alliés aux elfes et ont combattu les vampires. Face à l'alliance des elfes et des hommes, et en dépit de la présence de dragons dans les deux camps, les vampires furent repoussés. Mais pendant ce temps, pendant que la guerre faisait rage, les dragons sont partis les uns après les autres. Certains sont restés, ceux qui étaient liés, et ont continué à participer à la guerre. Les combats finirent par s'arrêter. Les vampires vaincus, allèrent se cacher dans des galeries souterraines à l'extrême Est du continent. Et ils s'y sont cachés de longues années. Les elfes se refermèrent sur eux-mêmes, érigeant une puissante barrière magique qui empêchaient quiconque d'y accéder sans leur accord. Se coupant ainsi du monde, abandonnant aussi bien humain que vampire. Les dragonniers et dragons qui n'étaient pas tombés aux combats, moururent les uns après les autres emportés par le temps. Jusqu'à ce qu'il n'en reste plus un seul. Depuis le départ des dragons, la magie avait commencé à décliner. Et avec la mort des derniers liés, celle-ci chuta encore plus. Et tandis que le temps passait, les vampires depuis le fond de leurs galeries se reconstruire avant d'en sortir pour attaquer l'empire des hommes. Étant mené par Lorenz Wintel. La guerre repris alors, menée essentiellement par les humains et les vampires. Les elfes derrière leur protection magique étaient hors d'atteinte. Durant ce conflit, des œufs de dragons furent trouvés. Ces derniers ont éclot, tout comme toi, pour des bipèdes. Un naquit pour un elfe, un pour un humain et un pour un vampire. Et lorsqu'ils furent en mesure de porter leurs dragonniers sur leur dos … ils rejoignirent la guerre. Un dragon nommé Cymbor, lié à une elfe appelée Lyroë mourut de la main de Lorenz Wintel. Celui lié à un humain mourut aussi, je ne sais pas comment. Quant à celui des vampires. Il vit son dragonnier mourir, mais ne perdit pas la vie en même temps que lui. Il survécut et vint se lier avec un elfe. Et entre-temps, de nouveaux œufs furent découverts, mais ils ont éclot il y a seulement huit ans. ¤

Doucement, le dragonnier de saphir ferma les yeux, lâchant, à nouveau un petit soupire.

¤ Si je devais dire l’erreur qui a été commise … c’est que les dragonniers n’ont pas su dépasser leur haine des autres races. Et les dragons se sont laissés entrainer dans ce conflit et dans cette haine. Si bien qu’au lieu de se voir comme des frères. Les dragonniers et les dragons se sont vus comme des ennemis. Mais, de cette erreur nous avons appris. L’île que je t’ai montrée dans mes souvenirs. Elle se nomme l’île du flocon. Là-bas se trouve la demeure de la caste des dragonniers. Un endroit où certains dragonniers se retrouvent, peu importe leur race, et se considèrent comme des frères et des sœurs. Ils sont détachés de tous royaumes. Et veillent à ce qu’une guerre n’éclate pas à nouveau entre les royaumes en faisant office d’ambassadeur. Et bien sûr, veille à la protection des dragons. ¤

Un léger sourire vint apparaitre sur les lèvres du blond.

¤ Toi, Kaalys, tu es le lié d’un Baptistrel. Des êtres pacifistes qui œuvrent pour l’équilibre, l’harmonie, la paix. Et connaissant Dawan, tu ne risques donc pas de te laisser tenter par les affres de la guerre et de la haine. Tu œuvreras pour le maintien de la paix. Aussi, si j’ai un conseil à te donner, c’est de prendre garde à ne pas t’égarer du droit chemin et veiller à ce que les autres dragons et leurs liés ne s’égarent pas non plus. ¤

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeDim 3 Avr 2016 - 22:02

Elrond commença par confirmer ce que pensait déjà le petit écailleux. Mais il ajouta quelques petites choses qui intriguèrent Kaalys. Il l’avait déjà senti cette petite différence dans l’esprit de son Lié par rapport aux autres esprits qu’il avait pu rencontrer. Mais il n’avait jamais pensé que cela ferait d’eux des Liés différents des autres. Et sa curiosité piquée au vif, il nota dans un coin de sa tête de demander à Dawan de lui décrire ce qu’il percevait. Et, quelque part, il était impatient de le ressentir lui aussi, même s’il y avait un peu d’appréhension car il ne pourrait cesser de ressentir ces « vibrations » si cela ne lui allait pas.

Le dragonnet de nacre sentit comme un sentiment étrange dans le sourire du dragonnier de saphir juste avant qu’il ne poursuive sur ce qu’était Armanda avant le retour des dragons. L’Elfe commença par lui parler de la magie et si c’était important pour le fils de Silarae, il voulait aussi savoir ce qu’il en était du reste. Le changement d’attitude d’Elrond lui indiqua que le passé d’Armanda n’était pas aussi joli qu’il l’avait espéré. Oh, il ne s’était pas fait trop d’illusions, juste qu’il avait espéré que les guerres ne s’étaient pas seulement enchainées et que le continent et ses habitants avaient pu connaitre la paix. Kaalys pencha la tête sur le côté, prêt pour la leçon d’histoire qu’allait lui donner l’ancien Enwr. Il écouta avec attention les premiers pas d’Armanda, captivé même s’il connaissait déjà cette partie de l’histoire. Il ne voulut pas prendre le risque d’interrompre l’être sylvain dans son récit de peur qu’il ne s’y perde ou qu’il ne veuille plus répondre à ses questions.

Les sentiments du petit dragon aux yeux d’or étaient partagés quant aux actions de ces dragons qui étaient partis plutôt que de se battre pour ce en quoi ils croyaient. Devait-il leur en vouloir d’avoir laissé Armanda seule de cette façon ? Ou devait-il essayer de les comprendre ? Sans doute la seconde option était-elle la meilleure mais il ne savait pas encore s’il en était capable. Après tout, il avait entendu dire que les dragons liés et ceux qui étaient restés sauvages étaient très différents. Suffisamment pour qu’il ne puisse les comprendre ? Il le saurait certainement dans quelques années, lorsqu’il aurait vu une partie du monde et qu’il saurait davantage de choses. Voilà la question que se posait Kaalys alors qu’Elrond lui dépeignait un paysage triste, sans que la haine entre les peuples ne cessent. Même avec le retour des trois premiers dragons, cette haine ne diminua pas et le petit écailleux acquiesça lorsque l’Elfe mit des mots sur l’erreur qu’il ne faudrait pas refaire à l’avenir. Parce que le lien impliquait d’être tellement plus qu’un dragon, un Elfe, un Vampire ou un Humain et qu’avec ça allait une certaine responsabilité.

Mais les mots que prononça ensuite le dragonnier firent chaud au cœur de Kaalys. Alors ils avaient appris des erreurs de leurs aînés ? L’île du Flocon sonnait comme un espoir dans l’esprit du jeune nacré. Les dernières paroles d’Elrond furent un conseil pour lui et il le prit avec soin, le gravant dans sa mémoire.

*Nous ferons tout pour ne pas nous égarer, Dawan et moi. Parce que la paix ne doit pas être la plus grande part de l’histoire d’Armanda lorsque cette ère s’éteindra pour laisser place à la suivante. Et parce que je crois que c’est là notre responsabilité. Et un jour, ce sera le cas. Sinon, nous aurons vécu pour rien.*

S’il avait pu sourire, Kaalys aurait offert un sourire au dragonnier de saphir pour le remercier. Il sentait dans ce cœur ce que Dawan y avait certainement vu aussi. Et soudain, ce sentiment qu’il ressentait lorsqu’il pensait aux deux Elfes ensemble s’atténua. Il n’avait pas disparu, seulement il s’était fait plus petit pour laisser venir un autre sentiment, de l’admiration. Décidément, il serait difficile de lui en vouloir, même s’il passait trop de temps avec Dawan à son goût.

*Ce que tu fais sur cette île est important, nous le savons tous les deux. Et j’espère que, comme cette fille que j’ai rencontrée en compagnie d’Harthea Thaidofodren, vous parviendrez à réussir ce que vous espérez, toi et tes frères et sœurs. Les guerres doivent cesser, même celle qui couve sans doute chez les humains. Disons que c’est le rêve d’un petit dragon qui espère bien le voir se réaliser.*

Il y avait un poids qui pesait sur les épaules de chaque Lié, c’était indéniable. Ils étaient à la fois porteurs d’espoir et d’une certaine crainte. Parce que s’ils succombaient encore à ses différends entre les peuples, ils pourraient tout détruire. Et parce que s’ils y résistaient, ils pourraient construire cette paix sereine et solide qui manquait à Armanda. Kaalys voyait l’ancien Enwr sous un nouveau jour, celui d’un être concerné par les autres et l’avenir d’Armanda. Dawan n’aurait pas pu mieux le choisir. Et il pensa sûrement cela un peu trop fort, si bien qu’Elrond dut le sentir ou l’entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeLun 4 Avr 2016 - 20:22

¤ Déplaçons nous ¤


Elrond avait offert au jeune dragonnet un véritable cours d’histoire. Il s’ignorait être capable de faire preuve d’une telle pédagogie, surtout d’avoir la patience de le faire. Mais cela ne lui déplaisait pas. Et puis l’élève était particulier, il s’agissait d’un dragon. Peu de chance pouvait se targuer d’avoir eu à enseigner quelques choses à un dragon. Qui plus est, cela devait être dû à la relation particulière que le blond entretenait non seulement avec la lignée du dragon de nacre, mais également avec le lié de celui-ci. Doucement l’elfe venait frotter ses paumes, essayant de faire disparaitre l’engourdissement qui s’était emparé d’elles sous l’effet de l’ancienne brulure, réveiller par la présence, mais plus encore par le contact que le dragonnet avait eu en venant lui lécher les doigts. Il n’était pas difficile pour Elrond d’imaginer les réflexions qui parcouraient l’esprit du nacré. L’Amarië avait sans doute les mêmes, bien que nombreuses d’entre elles avaient déjà trouvé des réponses. Le lié de saphir conclu sa petite leçon d’histoire avec la morale à tirer du passé, de ses évènements. L’erreur que les dragonniers et leurs dragons avaient bien pu faire. Venant insister sur le fait que Kaalys ne devrait pas s’égarer et prendre garde à ce que les autres liés ne s’égarent pas non plus. Si tout le monde se perdait, alors avancer deviendrait impossible. En revanche, si un seul d’entre eux parvenait à conserver la raison alors il resterait une lueur d’espoir. Une lueur qui pourrait ramener les autres à la raison.

¤ Nous allons en ce sens en tout cas, et jusqu’ici, nous faisons du bon travail. Mais je dois avouer que maintenir la paix n’est pas dans l’immédiat la raison de ma présence ici. J’ai été délégué par la caste au domaine Baptistrel voilà un an déjà, lorsque Dawan et moi somme allez récupérer les œufs de Silarae, ta mère, vous, qu’elle avait cachés dans le désert. J’ai toute confiance dans les pouvoirs de chanteurs pour veiller sur vous en attendant votre éclosion. Mais il fallait bien qu’un membre de la caste soit présent garder un œil de plus. Cela ne peut pas faire de mal. J’ignore en revanche combien de temps encore va durer ma mission ici. Il reste un œuf de ta mère ici. Peut-être une nouvelle sœur, ou alors un frère qui sait. ¤

Elrond sourit légèrement avant de lever. Il saisit son livre et vint le ranger dans les étagères de la bibliothèque juste à côté d’eux. Reportant son attention sur le dragonnet de nacre il dit.

¤ As-tu d’autres questions, jeune dragon ? Je n’ai pas connu ta mère, mais j’ai connu ton père en revanche. Tu ne l’as pas encore rencontré si je ne me trompe pas. Je peux te parler de lui si tu le désires. Atalos est un très bon ami à moi. Si cela t’intéresse, je t’invite à me suivre. J’avais l’intention de me rendre aux cuisines, ça n’en a peut-être pas l’air, mais la lecture, ça creuse ! ¤

En vérité, Elrond avait connu Silarae, mais il ne l’avait fréquenté que dans le désert, lorsque la guerre contre Vraorg faisait rage. Et lorsque la dragonne blanche était séparée de son lié, prisonnier du Tyran. L’Amarië doutait donc d’avoir de bons souvenirs à partager avec Kaalys. Peut-être ferait-il mieux d’en apprendre sur sa mère auprès d’une autre personne l’ayant fréquenté avant les sombres événements. L’image en serait moins faussée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeSam 9 Avr 2016 - 20:41

Kaalys était heureux de voir que nombreux étaient ceux qui croisaient sa route et qui cherchaient comme lui à ce que la paix prospère en Armanda. Grâce à eux tous, ce continent avait une chance de connaitre le bonheur et la tranquillité. Le futur ne s’annonçait pas aussi sombre qu’avait pu l’être le passé. Et peut-être que certains des siens, ceux partis par-delà l’océan il y a longtemps déjà, reviendraient par ici, qui sait. Encore faudra-t-il que tous ses alliés d’Armanda sachent unir leurs efforts, aussi différents leurs moyens de maintenir la paix soient-ils.

Alors comme ça, c’était lui leur protecteur. Enfin, celui envoyé par la Caste. Il est vrai que les premiers œufs avaient attendu des années avant de briser leur coquille et il pourrait en être de même pour le dernier œuf qui restait dans le sanctuaire qui leur avait été réservé. Mais il faudrait bien qu’elle pointe un jour le bout de son nez. Oui, elle, parce qu’il était certain que c’était une autre sœur qui viendrait au monde lorsque la fine coquille rose se briserait. Le dragonnier de saphir se leva pour aller ranger son livre et le dragonnet le suivit du regard. Le regard perçant de l’Elfe finit par se poser à nouveau sur lui et le petit le soutint sans peine parce qu’il n’était que bienveillance.

Ce que lui proposa ensuite intrigua le jeune dragon. On ne lui avait jamais parlé de ses parents. Il pensait que c’était simplement parce que ceux qui les avaient connus étaient morts. Mais il ne les avait juste pas encore rencontrés. Il tenait là une occasion de connaitre un peu plus ce dragon d’or Atalos sans qui il n’aurait jamais existé. Oh, il gardait l’espoir de le rencontrer un jour même s’il y avait longtemps que plus personne n’avait de ses nouvelles. En attendant, Kaalys se contenterait de ce qu’aurait Elrond à lui raconter. Et peut-être qu’à travers son histoire, il aurait un petit aperçu de ce qu’avait été Silarae la Blanche.

*Je te suis, j’ai envie de connaitre ceux à qui je dois la vie. Et même si tu ne connais pas Silarae, savoir un peu d’Atalos serait bien.*

Le dragonnet de nacre suivit donc l’ancien Enwr jusqu’aux cuisines. Il en profita pour se rassasier avec un morceau de viande qui restait encore malgré le régime des Baptistrels. Il mangea sans précaution, mettant à profit l’absence de son Lié. C’était bien là leur seul désaccord pour l’instant même s’il n’était pas des moindres. Bien sûr, il se nourrissait toujours autant que possible de baies mais il avait de plus en plus de mal à s’en contenter. Une fois qu’aucun d’eux n’eut plus de besoin particulier à satisfaire dans l’immédiat, Kaalys s’assit comme à son habitude et tendit son esprit vers celui d’Elrond.

*Me raconteras-tu ce que tu sais d’Atalos le Doré, lié de mon Lié ?*

C’était sa curiosité qui parlait, lui qui était patient. Il avait hâte de connaitre un peu ce père qu’il n’avait jamais vu. Et puis, il lui viendrait peut-être d’autres questions pour l’Elfe en en apprenant plus de l’un de ses aînés. Sa tête se pencha légèrement sur le côté, son regard d’or interrogea Elrond en silence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeLun 11 Avr 2016 - 16:07

¤ Atalos le doré ¤


Avec légèreté, Elrond vint ranger l’ouvrage écrit par Merithyn Shadowsong sur une des étagères de la bibliothèque, poussant les autres du bout des doigts afin de laisser suffisamment de place où il pourrait l’y glisser. Dans un interstice où il attendrait patiemment que quelqu’un d’autre ne vienne le consulter, ou qu’Elrond revienne le terminer. Car oui, sur l’heure, le blond avait remis à plus tard sa lecture, au profit d’une discussion avec le jeune dragonnet de nacré, lié de Dawan Sywel son amant. Tous deux avaient déjà bien parlé, le blond lui ayant fait part d’une partie de l’histoire d’Armanda ainsi que de sa géographie. Le dragonnet avait une soif d’apprendre tout à fait digne d’un nouveau-né et d’un lié de Baptistrel. Mais ce n’était pas l’unique raison pour laquelle l’Amarië avait interrompu sa lecture. Son appétit s’était petit à petit éveillé, n’ayant par ailleurs que très peu mangé le matin même. L’elfe proposa au dragon de l’accompagner, ajoutant qu’il pourrait par ailleurs lui parler de son père, Atalos le dragon d’or. Kaalys accepta avec enthousiasme non dissimuler. Lentement les deux créatures quittèrent la bibliothèque en direction des cuisines de la Rhapsodie. Il n’y avait pratiquement personne à cette heure, aussi seraient-ils tous deux tranquilles pour déjeuner et converser.

L'Amarië demanda au jeune dragonnet ce qu'il désirait manger afin de lui mettre à sa disposition, avant de se préparer lui-même une collation. Sortant quelques fruits et légumes, n'ayant malheureusement pas le courage de se préparer un encas plus complexe. Ou plutôt, préférait-il lui-même récolter sa nourriture avant de se la préparer convenablement, comme il le faisait lorsqu'il la clairière où se situait son ancienne demeure existait encore, où comme il le faisait avec Möebius. Déposa son assiette sur la table sur laquelle se trouvait le dragonnet de nacre, qui dévorait allègrement un morceau de viande, l'elfe ajouta également un petit récipient en osier où étaient entreposés divers fruits, ainsi qu'un saladier de divers légumes prêts à être englouti. Débutant par la verdure, il en mit dans son assiette et se saisit de ses couverts pour les porter à sa bouche et mastiquer avant d'avaler.

¤Me raconteras-tu ce que tu sais d’Atalos le Doré, lié de mon Lié ? ¤


Le regard azuréen d’Elrond quitta son assiette pour se poser sur la personne de Kaalys.

¤ Bien sûr … je cherchais simplement par où commencer. Mais la première rencontre avec ton père me semble être le meilleur. ¤

Bientôt, aux paroles d’Elrond se mêlèrent des images de sa mémoire qu’il partagea directement avec le dragonnet.

¤ C’était par une journée d’hiver. Möebius et moi-même étions partis chasser … et bien justement de quoi le nourrir. Il n’arrêtait pas de se plaindre que je ne lui offrais que des légumes et des fruits. Alors nous sommes allés traquer une biche. Nous en trouvèrent rapidement une et la prirent en chasse. Mais, concentré que j’étais dans la chasse et sur ma cible, je ne fis pas attention à la présence d’un autre individu dans les parages. En effet, l’une de mes flèches manqua de peu d’atteindre un pauvre humain qui passait par là. Cette personne s’appelle Amyelenor Farkstein. Et il était accompagné d’un compagnon tout particulier. Ton père, Atalos, qui avait éclot il y a peu. Tu n’imagines pas à quel point j’étais gêné d’avoir failli prendre la vie de cet humain. Heureusement ils ne m’en tirent pas rigueur. Et puisqu’ils étaient tous deux comme moi et Möebius, je les invitai à venir chez moi, afin de partager le fruit de ma chasse. Fort heureusement, l’une de mes flèches ayant réussi à atteindre la biche. ¤

Les images d’Amyelenor et d’Atalos à l’époque apparurent, puis des images plus récentes vinrent les remplacer, montrant de quoi ils avaient l’air aujourd’hui.

¤ Je dois dire que tu ressembles beaucoup à ton père, à l’époque. Mis à part pour la couleur bien sûr. ¤

L’elfe marqua une petite pause, le temps d’avaler deux trois bouchées et de commencer à découper un fruit.

¤ La seconde fois où j’ai rencontré ton père … les circonstances étaient … bien différentes. ¤

Les images que partageait l'Amarië changèrent. Elles devinrent plus chaotiques, et plus violentes. C'était la guerre. Elrond se trouvait en plein milieu d'un champ de bataille entre humain et vampire. Lui, seul elfe au milieu de tout ce carnage, combattant aux côtés des hommes, Möebius dissimulé dans ses vêtements. L'elfe se frayait un chemin à coup de flèche et de puissante magie. Avançant rapidement et agilement. Il cherchait progressivement à s'approcher du général vampirique à la tête de cette armée. Ce dernier étant à cheval. Quand bientôt, un éclair doré jaillit de la foule pour se jeter sur ledit général, Lorenz Wintel. Mais celui-ci brandit son épée qui ne devint que pure énergie et lui ouvrit le flanc avant d'être désarçonné. Atalos lui retombant lourdement au sol, un flot de sang important s'échappant de sa blessure. Rapidement, l'unique elfe au milieu de cet attroupement de vampire et d'humain dégagea la voie jusqu'au dragonnet blesser, posant avec forces ses mains sur la blessure, le sang de dragon d'or venant lui brûler la peau. Rapidement celui-ci commença à entonner un chant, alors que les humains formaient un cercle autour de lui pour le protéger.

¤ Nous nous battions pour un simple grimoire qui contenait des informations importantes sur un artéfact qui a depuis été détruit. C’est là-bas que ton père fut blessé pour la première fois et que je lui sauva la vie. ¤

Elrond continua ensuite, lui relatant et montrant les différents endroits où il avait pu croiser Atalos, comme l’après-bataille, où Amyelenor et le doré l’avait remercié d'avoir sauvé la vie du jeune dragon. Il lui montra également le désaccord qui naquit entre les deux êtres, lorsque Elrond avait pris la décision de devenir Baptistrel. Le dragon d’or était particulièrement remonté justement contre les Baptistrel, mais surtout ne comprenait pas leur pacifisme alors que dehors, les Alayiens étaient là et menaçaient de détruire tous les êtres de magie. L’Amarië vint néanmoins réussir à lui expliquer qu’un Baptistrel pouvait aussi combattre, mais d’une manière différente, lui expliquant que son choix de devenir un chanteur était motivé par le fait qu’il souhaitait protéger les dragons, pensant que s’il avait eu un pouvoir plus puissant, il aurait été en mesure d’empêcher Atalos d’être blessé lors de la bataille pour le grimoire.

¤ Ton père est un peu belliqueux, enflammé et fier. Mais c’est le tempérament de tous les individus possédant un grand courage. Et j’ai combattu avec lui et son lié de nombreux adversaires. Allant du simple guerrier, à l’esprit du Néant lui-même. Il est un compagnon d’armes sur lequel on peut compter. Mais ce n’est pas seulement un guerrier. Il est toujours un peu entêté par moments, mais il connait la valeur de paix et sait que le combat n’est pas l’unique moyen pour y parvenir. ¤

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeJeu 14 Avr 2016 - 23:14

Kaalys s’en voulut presque d’interrompre le repas du dragonnier et il pensa d’abord à s’excuser. Toutefois, il ne voulut par prendre le risque de le couper dans son récit et il décida de garder ses excuses pour plus tard –s’il y repensait, ce qui était assez incertain-. Lorsque les souvenirs d’Elrond commencèrent à se mêler aux paroles de l’Elfe, le petit dragon s’immobilisa, attentif à chaque chose que lui disait ou lui montrait Elrond.

Kaalys fut surpris de la première image que l’ancien Enwr lui offrit de son père. Il paraissait si petit et si vulnérable. Ressemblait-il à cela lui aussi ? Mais le souvenir qui suivit lui montra un dragon imposant dont les écailles dorées brillaient. On aurait dit une immense pierre précieuse et le fils de ce dragon ne put s’empêcher de remarquer que cela ne devait pas être facile si Atalos voulait pouvoir être discret par moment. Il était difficile de manquer un dragon de cette taille, encore plus lorsqu’il brillait plus encore que la couronne de l’empereur humain. Le petit écailleux se demanda si lui aussi serait aussi grand que son père et que Cynoë plus tard. Ne risquait-il pas d’effrayer ceux qu’ils voulaient en paix s’il était énorme par rapport à eux ? Mais il n’y pouvait pas vraiment quelque chose alors il oublia bien vite cette question pour se concentrer sur les images que continuait de lui montrer le Lié de Moëbius.

Ce fut avec horreur et inquiétude que Kaalys vit l’épée d’un vampire blesser son père alors encore petit. C’était comme si ces scènes avaient lieu aujourd’hui même. Il trembla devant le sang coulant entre les doigts d’Elrond et poussa un soupir de soulagement lorsque le souvenir suivant montra son père soigné aux côtés de son propre Lié. Reconnaissant à l’Elfe d’avoir sauvé la vie du dragon d’or, Kaalys lui transmit un remerciement muet. Mais l’objet de cette bataille qui avait failli couter la vie à Atalos lui montra encore qu’un rien pouvait briser le fragile équilibre qu’était la paix.

D’autres endroits vinrent, Atalos devenant un peu plus grand à chacune de ses rencontres avec l’ancien Baptistrel. Leur relation n’avait pas toujours été celle des débuts et son père semblait posséder un trait commun à leur peuple, la fierté. Mais il était aussi courageux et cela était une belle qualité même si elle ne pardonnait pas tout le reste. Plus il en apprenait sur celui qui avait contribué d’une certaine manière à sa rencontre avec Dawan et plus il comprit qu’il devrait le rencontrer un jour, peu importait l’endroit où il se trouverait alors. De lui, il tenait sans aucun doute possible son regard doré mais il espérait aussi avoir le courage du dragon d’or pour parvenir à maintenir la paix en Armanda ou à combattre pour la restaurer. Il lui en faudrait sans doute beaucoup et il doutait d’y parvenir. Heureusement, jour après jour, il découvrait des êtres qui voulaient cette paix tout autant que lui ou plus si cela était possible et cela lui montrait qu’il aurait des alliés si le jour venait où il lui faudrait combattre un ennemi de la paix.

Maintenant qu’il connaissait un peu mieux son père, il était un peu triste de ne pouvoir faire de même avec Silarae et espérait aussi pouvoir la rencontrer. Mais cela n’arriverait pas. Elle était partie, rejoignant sans doute son Lié qui avait perdu la vie. Il aurait beau retourné ciel et terre, rien de ce qu’il pourrait faire ne lui ferait rencontrer celle qui lui avait donné la vie. D’elle, il n’aurait que le souvenir de l’empreinte qu’elle avait laissé sur son œuf et les souvenirs de ceux qui l’avaient rencontré.

Kaalys se leva et alla poser son front contre l’épaule d’Elrond. Une marque d’affection comme il le faisait avec Dawan. Il n’avait pas de raison de craindre le dragonnier de saphir, il ne lui volerait pas son Lié pour l’emmener au loin. Il se recula après quelques secondes et reprit la même position qu’avant.

*Le combat n’est jamais la meilleure solution, Elrond Amarië, nous le savons tous les deux. Il doit être le dernier recours, celui que l’on utilise quand tout le reste a échoué et pas avant. Parce que la paix ne peut pas vraiment venir de la force. Elle doit venir d’un équilibre entre les peuples, d’un respect sincère et on ne peut construire ça dans la violence. Mais s’il n’y a pas d’autres moyens, sois sûr que je me battrais aux côtés de la Caste des Dragonniers de mon mieux. Comme Silarae l’aurait sans doute fait.*

Une promesse faite pour toute une vie. Et il comptait bien tenir parole aussi longtemps qu’il le pourrait et que Dawan ne serait pas inutilement en danger. Parce que s’il y avait une chose qui pourrait l’empêcher de se battre pour la paix autre que la mort, ce serait le petit Elfe au cœur chantant. Mais il y avait encore un peu de temps avant que cela n’arrive et Kaalys ne put se retenir d’espérer que cela n’arrive pas avant quelques années encore. Et pourquoi pas quelques décennies ?

*Dis-moi, j’aimerai te poser une question et tu peux ne pas y répondre si tu ne le veux pas.*

Le dragonnet marqua une pause, hésitant. Devait-il poser la question qu’il s’était posé une nuit où Dawan avait trouvé le sommeil avant lui ? Il n’aurait peut-être pas d’autre occasion alors il décida de se lancer malgré son appréhension.

*Tu connais Dawan d’avant ma naissance et je voulais savoir s’il a changé depuis. Parce que je ne veux pas qu’il change pour moi, je veux juste qu’il soit heureux. Et je sais qu’avant il dormait avec toi par exemple…*

Une pointe de jalousie naquit dans le cœur du petit écailleux mais il la réprima avec force. Ce sentiment n’avait pas encore de nom pour lui et il était assez différent de la jalousie des bipèdes bien que l’idée restait la même. Mais il chassa ces pensées de son esprit pour accorder toute son attention à la réponse de l’Elfe au regard azur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeMer 20 Avr 2016 - 16:17

¤ Les nuits ¤


C'est avec un certain plaisir et une certaine nostalgie que le dragonnier de saphir fit part de sa connaissance au sujet d'Atalos, à Kaalys, fils de ce dernier. Le remerciement du dragonnet de nacre au sujet de la vie sauvée de son père, par ses soins, le fit sourire. Il avait sauvé un dragon, mais un dragon l'avait également sauvé lui et deux fois de suite qui plus est. Le dragonnier elfique avait une dette non négligeable dont il devrait s'acquitter un jour. Lorsque le petit nacré s'approcha de l'Amarië pour poser son front contre son épaule, en une caresse sympathique, Elrond en fit de même. Lâchant son couvert, il laissait une de ses mains glisser sur l'une des cornes du petit blanc. Le laissant reculer par la suite, ressaisissant son couvert et continuant de manger.

¤ Beaucoup de gens ont néanmoins tendance à oublier que le combat doit être la dernière option. Elle apparait comme la première, voir même seule et unique pour beaucoup. Mais par les temps qui courent, les mentalités changent, du moins, je pense. J’espère que la dernière guerre aura au moins servi à cela. Leur montrer l’horreur des combats jusqu’à les en dégouter et les faire réfléchir à une solution avant de l’envisager. ¤

Finissant ce qui se trouvait dans son assiette, Elrond reposa ses couverts, s’essuyant la bouche, avant de repousser légèrement sa chaise en lâchant un petit soupire de satisfaction.

¤ Tu as une belle vision de la manière, dont la paix peut être obtenue. Mais elle est justement trop belle que certains n’hésiteront pas à la taxer d’utopiques. Moi le premier, et pourtant je la partage. Je suis d’accord sur le fait qu’il s’agit là du meilleur moyen. Mais le meilleur est bien souvent un idéal que l’on cherche à atteindre sans vraiment y parvenir. Certains peuvent penser que seule la force peut maintenir la paix. D’autres qu’un équilibre peut la maintenir. D’autres encore penchent en faveur des bons sentiments de chacun, ou encore du respect. Mais aucun de ces moyens n’est immuable. La force peut être renversée par une force encore plus grande. L’équilibre est d’une précarité effarante. Les bons sentiments n’existent pas dans chaque être. Et le respect … le respect s’obtient de bien des façons. Et quand bien même il n’y aurait qu’une seule façon de l’obtenir, il ne garantit rien. On peut respecter un ennemi et pour autant vouloir rivaliser avec lui et même le tuer. ¤

Doucement, l’Amarië haussa des épaules avant de venir saisir un fruit et mordre dedans.

¤ Mais si tu veux mon avis, la paix, la véritable paix, ne peut résulter que d’une seule chose. La paix doit s’apprendre. Elle ne peut que s’apprendre. Comme tous les peuples ont pu l’apprendre lorsqu’ils ont fait face à Vraorg le Blanc, forcé de vivre côte à côte alors qu’ils se détestaient. ¤

Engloutissant son fruit, il laissa Kaalys lui poser une question. Le dragonnier de saphir opina légèrement du chef pour lui dire qu’il pouvait la lui poser. Il n’était pas obligé d’y répondre ? Voilà qui était intrigant, qu’allait bien pouvoir lui demander le jeune dragonnet.


¤ Tu connais Dawan d’avant ma naissance et je voulais savoir s’il a changé depuis. Parce que je ne veux pas qu’il change pour moi, je veux juste qu’il soit heureux. Et je sais qu’avant il dormait avec toi par exemple… ¤


Un léger sourire amuser s’empara des lèvres de l’Enwr déchu avant qu’il n’éclate de rire.

« Si Dawan a changé ? Bien sûr que oui il a changé et il changera encore. Il aurait changé avec ou sans toi. Les événements de sa vie l’auront fait changer. Je l’aurais fait changer. Le temps lui-même l’aurait fait changer. Son état de Baptistrel le fera changer. Il est dragonnier à présent et il ne peut pas échapper aux changements que ta présence engendrera. D’ailleurs personne ne peut échapper au changement en règle générale. Le changement n’est pas une mauvaise chose, c’est aller de l’avant. Rester immobile est une mauvaise chose. Tu n’as pas à t’inquiéter pour cela. Et encore moins quant au fait qu’il ne passe pas ses nuits avec moi. »

Elrond ricana, visiblement amuser, mais également moqueur à l’encontre de ce pauvre petit lié de nacre.

« Ces moments qu’il passe avec toi en ce moment sont très importants. Plus qu’être avec moi. Je le sais, car je l’ai moi-même vécu. Dormir avec son lié est quelque chose de particulier. Après tout, tu es une partie de lui désormais. En ta présence il ne fait donc qu’un. Je m’en voudrais donc de gâcher cela. Surtout que tu vas grandir et ses instants se feront plus rares. Vous grandissez très vite vous les dragons, d’ici quelques mois tu auras du mal à passer les portes. Alors autant que vous en profitiez tous les deux. Tu n’as pas à t’inquiéter pour cela. Et puis, ça me permet de passer un peu plus de temps avec Möebius. »

L’Amarië vint doucement mettre une main contre sa bouche, comme s’il disait un secret, pour diminuer le bruit qu’il faisait. Comme s’il savait que Möebius l’écoutait en ce moment.

« Tu sais, Möebius est un dragon particulièrement jaloux et possessif. Il n’en a peut-être pas l’air comme ça, mais c’est le cas. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeLun 2 Mai 2016 - 21:55

Leur discussion sur la paix prenait un tour intéressant et la réponse que lui offrit Elrond le fit méditer. Il pouvait concevoir que certains voient en la violence un chemin plus ‘’facile’’ –ce qui n’était vrai que si on avait un net avantage sur son adversaire- mais aussi plus direct. Aux yeux de Kaalys, ce qui émanait de la violence était surtout éphémère, instable car plein d’amertume et de rancœur pour le dominé. Et c’était dans cette atmosphère que commençaient les rébellions et des rébellions découlaient plus de violence encore.

*Tu as raison, je vois peut-être les choses avec trop d’idéalisme –il me semble que c’est ainsi que vous autres appelez cela- et que ce n’est pas vraiment possible. Et tu as raison aussi lorsque tu dis que la paix doit s’apprendre. Mais là encore, rien n’est sûr, rien ne le sera jamais. Il y a tellement de possibilités, tellement de choses qui doivent aller de telle façon et non de telle autre pour que la paix puisse perdurer. Alors, peut-être que tout simplement, la paix n’est pas faite pour durer. Toutefois, si nous perdons espoir, qui espérera à notre place ? Tous les peuples ont besoin que cette trêve perdure, qu’elle continue aussi longtemps que possible pour avoir le temps de se reconstruire mais aussi de vivre* conclut le petit dragon au regard d’or.

La question qu’il posa ensuite le mit un peu mal à l’aise et il se leva deux fois avant d’arriver à retrouver un peu de calme. Le sourire qu’il vit apparaitre sur le visage du dragonnier de saphir ne l’aida pas vraiment non plus d’ailleurs. Heureusement, les dragons ne pouvaient pas rougir, sinon Kaalys aurait sans doute viré à l’écarlate. Et puis l’ancien Enwr finit par dire le mot qui désignait sans doute ce qu’il ressentait à l’idée du temps que passaient ensemble les deux Elfes. Jaloux. C’est ce qu’il était aussi quand il s’agissait de Dawan. Mais si cela le rendait heureux, il savait faire des efforts et ne rien laissait paraitre –ou presque-. Après tout, il ressentait ce que ressentait le Chanteciel et, de toutes les émotions, la joie était la plus agréable qu’il lui ait été donné de ressentir.

Ainsi donc, Elrond lui confirmait que Dawan avait changé. C’était malheureux. Kaalys l’aimait tel qu’il était et il continuerait de l’aimer quoiqu’il arrive, mais il préférait savoir qu’il ne forçait pas son doux Lié au changement. L’Elfe semblait un peu moqueur et le dragonnet de nacre ne saisit pas très bien pourquoi sans pour autant poser la question. Dès que le dragonnier de saphir eut fini, le petit être aux écailles couleur crème prit à son tour la parole.

*Tu sais, c’est parce qu’il tient à toi et ne veut surtout pas te perdre. Je crois qu’il m’arrive quelque chose de ressemblant avec Dawan. Je sais que nous sommes liés par nos âmes et que jamais il ne le ferait, mais j’ai parfois l’impression qu’il pourrait simplement me tourner le dos et m’oublier. Et je sais, au plus profond de mon cœur, que je ne pourrais survivre à son absence. Ce doit être pareil pour ton Lié de saphir* conclut-il dans un murmure comme l’avait fait l’ancien Baptistrel.

Agir comme si Moëbius pouvait les entendre était un peu bizarre pour le fils de Silarae mais il se contenta d’imiter le Lié de celui-ci sans trop s’interroger sur les causes de ces murmures pour une fois. Il finit par reprendre d’une voix plus forte.

*Mais tu as raison, je dois profiter de chaque seconde qu’il m’est possible de passer auprès de lui car on ne sait de quoi demain sera fait. Et puis, c’est vrai que ces portes et ces couloirs du Domaine ne semblent pas vouloir grandir en même temps que moi* dit-il en pouffant.

C’est vrai que cela deviendrait problématique un jour et il n’était pas si impatient que ce jour-là arrive même si son premier vol l’accompagnerait sans doute. Ne plus pouvoir suivre Dawan partout quand il en avait envie lui manquerait beaucoup. Mais il lui faudrait faire avec ou bien forcer son Lié à vivre dehors tout le temps. Et, comme il venait de le dire à l’Amarië, il ne voulait pas imposer quoi que ce soit au Chanteciel.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeJeu 5 Mai 2016 - 15:19

¤ Jalousie ¤

L’inquiétude qu’avait le jeune nacré quant au fait que son existence ait pu modifier le comportement du jeune Sywel était amusant et même adorable. Mais la nature espiègle du dragonnier de saphir le poussait à afficher un comportement en corrélation avec cette nature. Kaalys aurait bien le temps un jour ou l’autre de saisir toutes les facettes de la personnalité du lié de son lié. Sur l’heure, il avait mieux à faire que se prendre la tête avec telle considération.

« Ce sentiment est parfaitement normal. Seuls ceux qui ont un amour pour une personne peuvent éprouver la peur de la perdre et de cette peur nait la jalousie. Elle peut nous pousser à faire des choses stupides et même horribles. Heureusement pour nous, nous ne sommes concernés que par la première possibilité. Tu n’as cependant pas à tant faire. Le fait que deux liés se tournent le dos est hautement improbable et même impossible. A moins qu’un événement grave et extérieur ne vienne le favoriser. J’ai cru éprouver cela fut un temps avec Möebius. En effet, nous revenions d’un combat assez particulier, pour ne pas dire unique. Ce dernier s’étant déroulé il y a plusieurs années. Le Dracos avait été battu et les Sept esprits avaient envoyé des dragonniers l’aider. Lorsque nous sommes arrivés sur le champ de bataille, le Dracos gisait là. Et non loin de lui se trouvait l’esprit du Néant. Combattre un esprit est assez … exceptionnelle. Ou plutôt était vu qu’ils ne sont plus aujourd’hui. Je dirais même qu’il est impossible de gagner face à eux. Oh certes, en combinant nos efforts nous sommes parvenus à repousser Väsà, mais au final c’est bien elle qui a remporté la victoire. Au moment de partir, elle nous a tous maudits. La malédiction de Möebius s’est manifestée au travers d’une amnésie totale. Ça nous a éloignés l’un de l’autre … Énormément d’ailleurs. Cependant, avec beaucoup de travail, nous sommes parvenus à nous rapprocher et reconstruire ce lien fragilisé qui nous unit. »

Elrond lâcha un petit soupire de soulagement, cette épreuve pénible était à présent derrière lui.

« Je n’en apprécie donc que plus les moments que je passe avec lui. Mais tu n’as pas à tant faire pour ta taille. Même si nos habitations ne seront plus capables de te contenir, d’autres plaisirs, bien plus grands, s’offriront à toi. Comme votre premier vol. C’est une expérience indescriptible. La nôtre a mis Möebius dans tous ses états. En effet j’ai décidé de sauter une fois que nous étions dans les cieux afin de ressentir la sensation de liberté qu’offrait la chute, un peu comme si je volais comme un dragon. »

L’Amarië ricana en se rappelant ce moment ainsi que la tête et l’affolement de Möebius. Précieux souvenir que celui-ci.

« Et puis à ne plus être enfermé entre quatre murs, tu passeras plus de temps dehors. À faire des rencontres, ou même à être avec d’autres dragons. Tu as la chance d’avoir une sœur. Ceux nés avant toi n’ont malheureusement pas eu la chance de côtoyer ainsi les leurs. Möebius passe beaucoup de temps avec une dragonne nommée Ashy. Si elle ne m’avait pas sauvé la vie à deux reprises, je suis sur que j’éprouverais la même jalousie qu’il éprouve à l’égard de Dawan. »

Tandis que le lié de saphir et le nacré discutait, quelqu’un s’avançait dans le dos d’Elrond, ne tardant pas à entrer dans la cuisine.

[hrpg: Attention, un Dawan sauvage apparait dans le rp!]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeSam 7 Mai 2016 - 22:26

Ce fut avec attention et compréhension qu’il écouta les sages paroles d’Elrond. Son expérience ne semblait pas si traumatisante que cela pour le petit écailleux mais celui-ci imaginait qu’on profitait encore davantage de chaque seconde de bonheur qui nous était offerte lorsqu’on avait côtoyé les ténèbres. Ce que lui disait Elrond le réconfortait, le rassurait. Tout ceci était normal, il ne faisait rien de mal à son doux Lié elfique. Et grandir lui apporterait de nouvelles expériences, de nouvelles rencontres aussi. Il était impatient de cela et il se dit que le Lien grandirait en même temps que son corps couvert d’écailles entre Dawan et lui. Ainsi, ils seraient plus proches et jamais si loin l’un de l’autre que cela, où qu’ils se trouvent l’un et l’autre sur le continent d’Armanda.

*Je ne peux qu’imaginer ce que Möebius et toi avez vécu et j’espère que rien de pareil ne sera imposé aux Liés. Certes, c’est de notre devoir de protéger Armanda et il y a des sacrifices qui accompagnent ce rôle important. Mais il y a des blessures qui ne guérissent jamais vraiment et d’autres dont on ne se relève jamais. Toutefois, il existe aussi de ces blessures qui nous rendent plus forts.*

C’était un constat sombre mais Kaalys l’acceptait pour lui-même. Cependant, il lui était bien plus difficile de l’accepter pour celui qui partageait son âme à jamais que pour lui-même. Justement, quand on parle du loup… Une silhouette familière se glissa dans le dos d’Elrond, passant la porte de la cuisine restée ouverte. Dawan Cœur-Chantant. La joie envahit le petit cœur de Kaalys et celui-ci gambada jusqu’à l’Elfe, brisant sans aucun doute l’effet de surprise qu’il réservait peut-être au dragonnier de saphir. Mais l’insouciance qui reprenait parfois le dessus sur le reste chez le dragonnet au regard doré lui fit manquer ce détail. Tant pis, il se frottait déjà contre les jambes de son dragonnier, content de le retrouver.

*Que fais-tu ici, Lié de mon âme ? Tout va bien ?* lui demanda-t-il sans prêter attention à savoir s’il incluait aussi l’ancien Baptistrel dans la discussion.

Depuis combien de temps le Chanteciel était là ? Qu’avait-il saisi de leurs échanges ? Kaalys espérait qu’il n’avait pas entendu pour sa jalousie même s’il était peu probable que l’Elfe ne le sache pas déjà. Il finit par s’asseoir bien sagement, son regard allant d’un Elfe à l’autre. Le sourire sur le visage de Dawan lui faisait plaisir et c’était tout ce qui comptait. Il fit taire le grondement qui naquit dans sa poitrine lorsque son doux Lié posa son regard d’acier sur Elrond. **Ne sois pas jaloux** se dit-il pour lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Dawan Sywel
Dawan Sywel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Left_bar_bleue8/10La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty_bar_bleue  (8/10)
Xp disponibles: 8

Baptistrel Chanteciel

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeMer 11 Mai 2016 - 11:53

Le son lent et grave d'une viole de gambe emplissait la petite pièce, encore neuve. La musique s'enroulait autour des petites statuettes disposées ici et là, s'en allait rejoindre l'air de l'hiver via les immenses fenêtres ouvertes. Les voix des Enwrs s'assemblaient, s'élevaient, se cristallisaient, à l'image des perles d'eau qui ruisselaient dehors.
Sans hâte, le poignet de Dawan allait et venait, faisant se caresser les crins de son archet et ceux de la viole. C'étaient là des gestes plus instinctifs que réfléchis. La chanson était connue, populaire, elfique. Quelques Enwrs avaient accepté de se prêter à l'exercice proposé par le Chanteciel. D'autres étaient assis un peu plus loin, à écouter, sages, attentifs ou non, sensibles à leur façon aux émotions que dégageaient leurs camarades et leur maître. Ledit maître avait laissé, plus tôt, son dragon s'écarter de lui. Leur lien mental empêchait le jeune Lié de s'en sentir dépourvu de sa moitié d'âme. Pourtant, quiconque savait lire au-delà du fin sourire qui s'était dessiné sur ses pâles lèvres sous l'effet de la beauté de la musique, au-delà du gris mélancolique de ses yeux mi-clos, sentait qu'il n'était pas totalement à son aise. C'était bien la preuve que ses apprentis avaient bien travaillé. Toute la tristesse de la musique commençait à peser sur son petit coeur.

Lorsqu'ils achevèrent le morceau, après l'avoir rejoué plusieurs fois, après que Dawan eut donné aux jeunes et moins jeunes élèves les conseils pour qu'ils puissent s'améliorer, le petit Cawr sortit, à son rythme, la mine un peu distante, un peu perdue. Pourtant, il savait exactement où aller, dans ces conditions. Ce fut sans doute pour cela que l'écho que Kaalys put avoir de lui mêlait une humeur un peu chagrine à de l'impatience. S'il l'avait questionné, Dawan lui aurait dit de ne point s'en faire. Tout allait bien se passer.
Même si, pour l'instant, il donnait clairement l'impression d'errer sans but, de se décider aux ultimes instants en arrivant aux divers embranchements qu'offraient les couloirs du Domaine. En bon oiseau, il eut pour idée de se percher en hauteur, pour retrouver sa proie.Il escaladait donc un escalier à ciel ouvert, menant vers une sorte de promontoire occupé par un cadran solaire en son centre. De là-haut, plus que la vue, il pourrait également profiter des multiples chemins offerts pour s'orienter. La présence du ciel, de l'immensité des airs autour de lui, lui fit du bien, le consola un peu. Descendant les escaliers, un Enwr vint à sa rencontre, un petit humain. Dawan en profita pour lui demander s'il avait vu ce qu'il cherchait, cet ingrédient d'élixir de bien-être qu'il ne saurait localiser par l'âme. Après cette montré plus explicite, il obtint une indication.

Ce fut par ce biais que Dawan parvint dans les cuisines. Il avait essayé de se faire le plus discret possible, pour faire la surprise à ses deux êtres vivants favoris. Mais il était bien difficile d'être discret sans être invisible. Heureusement, Dawan avait une chouette tenue qui le rendait invisible ! Il fit donc un tour sur lui-même, geste-clef qui normalement permettait de n'être pas vu…
…Avant de se rappeler qu'il ne portait pas la bonne tenue. Dommage, pas de surprise pour aujourd'hui. Ce n'était pas le plus important. Le plus important était devant lui: cet elfe qu'il voyait de dos, et ce Lié qui accourait vers lui, et se frottait à ses jambes. Qu'ils étaient beaux, tous les deux ! Un véritable apaisement pour les yeux. Sans plus attendre, Dawan se pencha pour attraper son tout-petit, son Lié à lui, et l'amener contre son torse dans un gros câlin plein d'amour. Là ! N'étaient-ils pas mieux lorsque leurs deux coeurs battaient l'un contre l'autre ? "Je viens pour vous," avoua-t-il. "J'ai besoin de câlins !" Et hop, ni une ni deux, il se faisait de la place entre Elrond et son repas, n'ayant pas vraiment remarqué ce dernier. Assis sur les genoux de son dragonnier, sa tête posée contre son torse, il soupirait enfin, laissant son chagrin partir peu à peu sous l'effet de la chaleur et de la présence de ses amours. "J'ai entendu… Quelque parole qui ressemblait à "il éprouve de la jalousie à l'égard de Dawan". De quoi parliez-vous ?" Et tandis qu'il écoutait plus ou moins attentivement la réponse, un bruit étrange, sorte de ronron elfique/chouetique s'échappait de sa gorge. Oui, cela allait vraiment mieux, avec eux deux.


La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] 1450953484-signadawy2

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Images?q=tbn:ANd9GcQNOISFHn7oB95lgOxH3C0yLri2dwFF6Hc5fEEcCpwYUBbJ3-BsfQ
¤ Attention, rpgiste lent ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeJeu 19 Mai 2016 - 16:34

¤ Jalousie II ¤


Les événements que Möebius et lui-même avaient dû subir lors de l’après-bataille contre Néant avaient été particulièrement difficiles, ça Elrond ne pouvait pas le nier. Son lié s’était écarté de lui, l’ayant oublié, toutes ces dernières années totalement effacées. Cela avait été dur … très dur. Mais l’histoire s’est tout compte fait bien terminé. Le dragon et l’elfe avaient dû réapprendre à se connaitre, réapprivoiser leur lien pour finalement faire remonter les souvenirs de Möebius à la surface. Ils y étaient arrivés, avec de l’aide et du temps certes, mais ils y étaient arrivés et là était le principal. Ces sombres temps étant à présent derrière eux. Kaalys avait raison, il est des blessures qui vous rendent plus fortes et ce sont généralement les plus sévères. Les liés de saphir en étant sorti plus fort grandi, s’en était une certitude.

Bientôt, dans cette cuisine, s’invita un troisième personnage. Elrond capta les paroles du dragonnet de nacre et su directement de qui il s’agissait. Dawan les avait rejoints. Sans doute s’était-il inquiété de ne plus voir son lié et était parti à sa recherche. Mais le nouveau-né était en sécurité avec l’ancien apprenti chanteur, il n’y avait aucune raison de s’inquiéter. Kaalys quitta la table pour accourir jusqu’à Sywel qui ne tarda pas à le prendre dans ses bras avant de se rapprocher de l’Amarië. L’archer elfique avait tourné la tête pour voir son amant, lui offrant un léger sourire. Ce dernier ne tardant pas d’ailleurs, à se rapprocher de lui pour venir se s’asseoir sur ses genoux, lui coupant l’accès à son repas. Mais ce n’était pas bien grave, l’elfe de la caste lui pardonnait volontiers pour cette fois. Doucement il vint l’enserrer de ses bras, liant ses doigts avant de les faire reposer contre l’abdomen du chanteciel.

« Un câlin ? Que t’arrive-t-il ? Est-ce tes élèves qui te désespèrent ? Je doute qu’ils soient à même de faire pire que moi. Cela dit. »

Le dragonnier de saphir ricana un peu avant de continuer, glissant son nez contre la nuque de son amant et l’embrasser. Retirant par la suite sa tête pour poser sa joue contrôle l’épaule droite du maître barde.

« Qu’en à ce que nous parlions … c’était au sujet d’un certain dragon bleu, qui avait allègrement rugi dessus après nous avoir surpris à Sandur, et m’avoir fait décoller du sol et manger le sable. »

A nouveau Elrond pouffa de rire en se remémorant la scène où il avait volé un baisé à Dawan et que Möebius les avait surpris, l’ayant alors attrapé par le pantalon et soulever du sol pour le rejeter contre un petit tas de sable et venir rugir contre le Sywel. Pauvre Möebius, il ne pouvait pas se douter que le jeune apprenti qu’était Dawan à l’époque lui avait sauvé la vie en éloignant un dragonnier en plein délire de la muraille sur laquelle il se balançait dans le vide.

« Je racontais également ce que je savais d’Atalos à son fils. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeJeu 2 Juin 2016 - 11:58

Il n’y avait pas de meilleur endroit au monde que les bras de Dawan pour être aux yeux du petit nacré. Il ronronna de plaisir après avoir gratifié son Lié d’un coup de langue sur la joue. Pouvait-il être plus heureux qu’à cet instant alors qu’il pouvait sentir le cœur du petit Elfe battre et la joie qu’il ressentait à les voir, lui et Elrond ? Et dire qu’un jour, ces démonstrations d’amour seraient bien différentes. Ce serait plutôt lui qui serrerait le Baptistrel contre lui, en veillant à ne pas l’écraser bien sûr. Il avait besoin de câlins ? Pas de souci, il lui suffisait de demander ! Kaalys se blottit encore un peu plus contre son dragonnier musicien.

Lorsque Dawan Sywel leur demanda de quoi il parlait, le dragonnet aux yeux d’or crut que l’ancien Enwr allait trahir leur discussion. Mais l’Elfe n’en fit rien et il retint un soupir de soulagement. Les deux êtres sylvains étaient un peu trop proches à son goût, leurs doigts enlacés, le nez d’Elrond contre le cou de son Lié, toutefois, se souvenant de la conversation qui avait précédé avec le dragonnier de saphir, le petit nacré ne dit rien, se contentant de se sentir à l’étroit. Il se demandait d’ailleurs comment la chaise sur laquelle l’ancien Enwr était assis résistait à la somme de leurs poids. Ne voulant pas tenter le diable plus longtemps, Kaalys finit par sauter sur la table, renversant au passage ce qui restait du repas de l’Amarië. Bien assis, la queue trempant en partie dans l’assiette à moitié pleine, il se décida à ajouter son grain de sel à ce qu’avait dit le Lié de Möebius.

-Oui, et je suis fier d’être le fils d’Atalos le Doré. Tout comme je suis fière d’être celui de Silarae même si je n’ai trouvé encore personne pour me parler d’elle. Dis, tu saurais où je pourrais trouver quelqu’un pour me raconter qui elle était. Parce que je ne pourrais jamais la rencontrer alors voilà…

Il avait fini sa phrase dans un murmure, le cœur un peu lourd. Il avait senti sa présence dans les tous premiers temps de sa vie dans son œuf et jusqu’à ce qu’il brise cette coquille pour naître au monde extérieur. Mais cette présence s’atténuait de jour en jour alors qu’il grandissait. Il espérait devenir un dragon dont elle aurait été fière. Il devait bien l’avouer, la dragonne blanche qui était sa mère lui manquait. Cependant, il comprenait. Un dragon lié n’est plus rien sans son dragonnier. Il ne s’imaginait pas vivre sans Dawan et il était en admiration devant sa persévérance. Après tout, elle avait tenu aussi longtemps qu’elle l’avait pu pour être certaine que ses sœurs et lui puissent prendre un jour leur envol dans le ciel d’Armanda.

Bien vite, le dragonnet aux yeux d’or retrouva son enthousiasme lorsqu’une baie roula juste devant lui, sûrement poussée par le mouvement léger de sa queue. Il bondit dessus comme il l’aurait fait sur une véritable proie. Sauf que, si Dawan parvenait encore à le prendre dans ses bras, il n’était plus tout léger. Sous son poids, la table bascula et il battit désespérément des ailes pour ne pas s’écraser sur le sol de pierre de la cuisine. Il finit par tomber sur les deux Elfes, manquant de les faire basculer à leur tour. Un peu effrayé, terrorisé même, son petit corps tremblait lorsqu’il se blottit contre son Lié. Dis donc, il fallait vraiment qu’il fasse plus attention !
Revenir en haut Aller en bas
Dawan Sywel
Dawan Sywel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Left_bar_bleue8/10La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty_bar_bleue  (8/10)
Xp disponibles: 8

Baptistrel Chanteciel

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeSam 4 Juin 2016 - 21:32

Les ronrons de chouetton continuaient. Dawan avait tout juste pris le temps de murmurer un petit "ne dis pas ça" à Elrond lorsque ce dernier avait insinué être le pire de ses élèves. C'était faux, et ils le savaient. Du reste, le petit chanteciel n'avait pas trop envie d'expliquer ce qui lui arrivait. S'il en parlait ça allait revenir. S'ils continuaient sagement le câlin, ils n'auraient bientôt plus l'utilité d'une telle information. Fermant les yeux, Dawan laissa son corps suivre l'apaisement de son esprit, détendant ses muscles, ne faisant confiance qu'aux bras d'Elrond pour le porter, qu'à son épaule pour soutenir sa tête, leurs doigts liés pour s'entre-soutenir. Si quelqu'un devait arriver, il le sentirait.
Le souffle chaud du dragonnier de saphir dans son cou le rassurait, ralentissait sa respiration, tournait ses pensées vers lui uniquement, vers le contact de leurs corps. Ces lèvres l'asservissaient sans effort; pour elles, il était prêt à accomplir les quatre volontés d'Elrond, à devancer ses rêves à venir.

C'était incroyable, tout de même… Ce que les coeurs bipèdes parvenaient à faire. Ils s'approchaient des capacités du Lien, sans magie, par leur seule nature. Un petit sourire passa sur les lèvres de Dawan, en se remémorant la scène évoquée par Elrond. Il en transmit des bribes de souvenir à Kaalys: l'instant où Elrond annonçait fièrement n'être pas dupe, et vouloir tester sa réalité. L'instant suivant, le visage d'Elrond au-dessus du sien, cette sensation inédite au niveau de ses lèvres. Puis la gueule lumineuse de Möebus, furieux. Pourtant, Kaalys avait pu le ressentir dans son souvenir: leur baiser n'avait alors été qu'utilitaire.
Dawan écarta Kaalys de ses pensées juste avant que le souvenir de leur véritable premier baiser, dans les ombres de Sandur, comme une façon toute personnelle d'écrire la fin de affrontements. Ce souvenir étira davantage son sourire, sans pour autant plisser son visage. Il avait bien aimé, c'était le moins qu'ils puissent se dire et que leurs voisins avaient pu se dire. Mais… Pas moyen de se souvenir de la première fois où son coeur avait réclamé le dragonnier, la première fois où il lui avait dit "il est loin, il me manque", ou "reste auprès de lui, c'est là notre place". Longtemps Dawan avait cru, non, s'était convaincu, que ce n'était là qu'une amitié particulière. Le temps allant, venant, il retrouvait dans ses souvenirs de subtils signes qui lui auraient mis la puce à l'oreille, s'il avait su qu'une telle histoire ne lui était pas inaccessible.

L'évocation d'Atalos freina quelque peu les songes doux du baptistrel. Penchant la tête, il essaya de la coller à celle de son ami, et ses mains libérées caressaient avec douceur son petit bout d'âme nacré. Atalos…

"- J'aurais sans doute aimé entendre cela. Si j'ai pu voir le dragon d'or, je n'ai pu néanmoins faire sa connaissance…"

Il n'eut pas le temps d'empêcher Kaalys de faire sa première bêtise, renversant à moitié l'assiette qui se trouvait là. Tant pis. Il trouva cela ravissant. Et son Lié était si beau, assis de cette façon, innocent et ignorant sa queue qui trempait dans l'assiette ! Il était si beau, avec sa joie sans raison ! Une joie bientôt pincée au niveau du coeur. Jamais agréable de savoir ceux que l'on aimait inaccessibles, surtout en ces circonstances. Inaccessibles dans le temps et l'espace, à jamais. Dawan voulut esquisser quelques gestes, mais… Du mouvement, et un fracas soudain le firent sursauter plus que cela aurait été nécessaire. Un chouetton, quand ça sursaute, ça sursaute haut.
L'instant suivant, il était par terre, et la table aussi… Et son Lié aussi ! Il était encore tout déconcerté, et cherchait ce qui terrorisait son précieux protégé. Ah, c'était la table ! D'un sort, Dawan la remit sur pieds… Omettant d'y remettre ce qui jadis y avait été posé.

"- Que… Que s'est-il passé ?"

Mais devant le petit être tout blottit contre li, il se souvint de Silarae. Alors, après avoir compris ce qui s'était passé, et tout en caressant lentement, tendrement, la tête de son dragon, il ajouta:

"- Reste bien contre moi. Je vais te montrer les souvenirs qui me reviennent."

Si Kaalys devait rester contre lui, c'était principalement pour être consolé par avance. Au moins, ils avaient leur proximité, leurs chaleurs, et les caresses, pour compenser la peine que pouvaient provoquer les histoires évoqués.
Dawan offrit à Kaalys ses premiers souvenirs de Silarae. Il la lui montra, incandescente mais forte, et surtout pertinente, face à Elewyn la Tarenth, celle qui lui avait offert ce bracelet d'argent qui ne quittait plus son poignet. Il la lui montra leur de leur fuite effrénée face au dragon de l'Ire, alors réduit en esclavage par Vraorg le Blanc. Il la lui montra, dans une caverne, désespérant et soupirant l'absence de son Lié. Il lui montra les longs instants passés à changer ses idées, à lui jouer de la musique, à chanter et conter des histoires. Il la lui montra, son Lié retrouvé, plus forte que tout, la vie et le courage dans la moindre de ses écailles. Il lui montra, malgré lui, Achroma, défait, allongé sur la terre, maculé de boue et de sang. Il épargna une partie de la suite au plus petit, pour finalement lui montrer l'instant où elle avait révélé la position des oeufs, et le dernier vol qu'ils avaient effectué ensemble. Il était celui qui avait partagé ses derniers instants sur Armanda.
Lui aussi avait de la peine, à y repenser. Il avait admiré Silarae, il l'avait aimée à sa façon, et son départ avait été difficile. Sans le réaliser, il avait pris davantage son petit-lui contre son torse, dans un câlin instinctif. Il re-poussa pour l'instant les pensées qui lui venaient, sachant que cela signifiait qu'après ce temps passé avec ses amours, il se devrait de trouver de la solitude, pour se servir de musique comme d'un exutoire.

*C'était ta mère. Une dragonne exceptionnelle. Mais… Es-tu sûr de vouloir ressentir de la fierté, Kaalys ? Ne préfères-tu pas être fier des choix que tu fais, des valeurs que tu portes ? Je n'aurais pas voulu que tu aies honte de toi, si tes parents avaient été (est-ce possible ?) de mauvais dragons. Ce n'est pas là quelque fait que tu choisis, non ?"

Il espérait détourner leur attention, à tous les deux…

"- Je ne sais qui te conseiller pour te parler de Silarae. Peut-être Trissi...? Ou... Ou... "

Il y avait bien Fabius Kohan, mais... Dawan doutait que ce dernier sache conter d'une façon qui plaise à Kaalys.


La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] 1450953484-signadawy2

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Images?q=tbn:ANd9GcQNOISFHn7oB95lgOxH3C0yLri2dwFF6Hc5fEEcCpwYUBbJ3-BsfQ
¤ Attention, rpgiste lent ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeMer 29 Juin 2016 - 17:24

¤ Silarae ¤


L’Amarië avait partagé ses souvenirs avec Kaalys. Des souvenirs bien précis répondant aux demandes bien précises du jeune dragonnet. Puis ses souvenirs avaient tourné autour d’Atalos le dragon d’or, père de Kaalys. Quoi de plus normal pour un enfant de savoir qui était son géniteur. Elrond regrettait seulement de ne pas pouvoir lui donner plus d’informations au sujet de Silarae, la mère du nacré. En effet, bien que l’ayant vu plusieurs fois, il ne l’avait jamais réellement approché ou même parlé avec elle. Aussi n’était-il pas le mieux placé pour lui parler de cette dernière, surtout que Kaalys souhaitant la connaitre. Mais le blond avait confiance, il devait bien y avoir quelqu’un encore en vie qui avait côtoyé la dragonne blanche et pourrait la décrire. Alors que les deux êtres discutaient, un troisième vint les rejoindre, Dawan Sywel, dragonnier de Kaalys, et amant d’Elrond.

Sans attendre, le plus vieux demandant au plus jeune ce qui lui arrivait, glissant même la possibilité que ses fonctions de professeur pouvaient être à l’origine de son soudain besoin de tendresse. Il en profita d’ailleurs pour l’informer sur son sujet de conversation avec le nacré. Rien de bien folichon qui pouvait l’inquiéter. Les mains du dragonnier de saphir se posèrent tranquillement sur les hanches de Sywel alors que ce dernier était assis sur ses genoux avec Kaalys dans les bras. Ce dernier ne tarda pas à le quitter, provoquant dès lors un remue-ménage qui amusa Elrond, qui, lorsque le nacré se décida à sauter sur eux, s’accrocha fermement pour éviter que la chaise et eux dessus ne basculent en arrière et tombe au sol.

Après ce bref instant, Dawan vint réparer les bêtises et dégâts causer par son lié, rien de bien inquiétant fort heureusement. Elrond se contentant d’observer silencieusement la scène, un léger sourire aux lèvres. Les deux liés échangeaient télépathiquement quelques souvenirs. Sywel avait en effet rencontré la mère de Kaalys. Il était bien plus à même que lui de parler de cette dernière. Et puis, c’était mieux que rien en somme.

« Je ne sais qui te conseiller pour te parler de Silarae. Peut-être Trissi...? Ou... Ou... »


« Trissi est le meilleur choix en effet, ainsi que son lié Kedrildan. Lui et le dragonnier de Silarae étaient au sein du royaume vampirique pendant bon moment, ils ont donc été amenés à rencontrer leur dragon. Après il y a … Fabius. Dawan, lui et Silarae ont été ensemble un bon moment si je me souviens bien. Mais je doute que ce soit une bonne idée de demander cette faveur à un tel personnage. »

Le blond réfléchit un moment avant de continuer.

« Et Ashy également. Il me semble qu’elles étaient souvent ensemble à Sandur. Elles partageaient toutes deux la même peine du temps de Vraorg. Ce dernier retenant prisonnier leur lié respectif. Elle pourra sans nul doute te parler d’elle. »

Hrpg: je vous présente toutes mes excuses pour ce long, TRES LONG, retard T.T
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitimeDim 7 Aoû 2016 - 20:55

Il n’avait qu’à sentir la présence de son Lié tout contre lui, son cœur battant à l’unisson de celui d’Elrond par une magie bien mystérieuse aux yeux du dragonnet pour que sa mésaventure disparaisse bientôt de ses pensées. Oubliées la baie traitresse et la table fragile. Il y avait bien plus intéressant qu’une expérience de chasse ratée, comme ces souvenirs que le Chanteciel était en train de partager avec lui. Blotti tout contre lui, Kaalys laissa entrer en lui les images vues par les yeux de Dawan et tâcha de n’en perdre aucune miette. Dans ses yeux d’or brillait une lueur d’admiration et d’émerveillement. Quelle force et quel courage avaient habité le cœur de cette dragonne qui n’était autre que sa mère. Alors la réponse qu’il offrit à son dragonnier était pleine de sincérité et de cette innocence mêlée d’amour de son sang.

*Non Dawan Cœur-Chantant, je n’aurai pas eu honte de mes parents s’ils avaient été l’image de la tyrannie et de la violence. J’aurai seulement voulu savoir pour ne pas reproduire leurs erreurs et montrer aux autres qu’on peut devenir ce que l’on a envie de devenir, quel que soit la famille dans laquelle on voit le jour. Mais je pense qu’être fier de ses ancêtres permet de prendre plus de risques dans nos choix pour défendre des convictions qui sont non seulement les nôtres mais aussi celles de ceux qui nous ont donné la vie.*

Ce fut avec attention, notant soigneusement dans sa mémoire les informations donnés par les deux Elfes, que Kaalys écouta les presque-liés lui recommander quelques noms pour entendre l’histoire de sa mère. Trissi donc. Et son Lié. Ce serait peut-être l’occasion de faire bien mieux connaissance avec l’Argentée même si le dragonnet doutait qu’aller se frotter aux écailles de son aînée ne soit une très bonne idée. Enfin, il verrait bien si l’opportunité s’offrait à lui. Et il y avait aussi cette Ashy, qu’il ne connaissait pas encore. Oh, elle ne pouvait pas avoir un caractère plus tranchant que celui de la Liée du vampire.

*Merci Dawan et toi, lié de mon Lié. Mais j’ai encore le temps pour penser à tout ça. Ce sera plus facile lorsque ces ailes sauront enfin me porter haut dans le ciel.* dit-il en désignant les membranes immaculées du bout du nez.

Il posa un regard plein de douceur sur l’ancien Enwr avant de placer son front sur le torse du Chanteciel. Dans cette position, il pouvait sentir le cœur du bipède battre dans sa poitrine avec force. Il aimait entendre son propre cœur ralentir pour copier le rythme de celui de son Lié. Il lui lécha le visage avec tendresse avant de s’écarter un peu. Il voulait laisser de la place aux deux Elfes qu’il sentait très proche. Bien sûr, il ressentait toujours un peu de jalousie à les voir si proches l’un de l’autre mais le bonheur qui émanait de Dawan était suffisant pour qu’il garde pour lui ses sentiments. Enfin, il ne faudrait pas que les deux tourtereaux décident de s’éterniser ici non plus ! Ni une ni deux, le petit nacré prit la manche du Baptistrel entre ses dents et tira dessus pour signifier qu’il s’impatientait. Cela le ferait-il bouger ?
>
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Empty
MessageSujet: Re: La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

La jalousie est un vilain défaut, même pour un dragon ! [PV Elrond]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La curiosité est un vilain défaut [Nicolas de Ruzé]
» La curiosité est-elle un vilain défaut ?
» La curiosité est un vilain défaut (Zelda)
» La curiosité est un bien vilain défaut - Pandora
» La jalousie est un vilain défaut, oui mais. (xarah) (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-