Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeDim 8 Aoû 2010 - 13:59

Comme à chaque fois qu’il était de retour au Royaume, Anynduil partait se promener dans les bois. Malgré la maison que possédaient les Linwëlin, située dans les arbres comme toutes les autres, il n’avait pas l’impression d’avoir un foyer fixe. Il vivait sur Armanda. C’est pour cela qu’il se promenait toujours dans ses bois natals quand il était de retour au pays. Oh bien sûr, s’il s’était marié, nul doute que ce sentiment aurait été différent. Son foyer aurait toujours été Armanda, mais également son lieu de résidence avec celle qui aurait dû devenir son épouse. Elrélia Celebrindal. Son rêve avait été de construire une sympathique petite maison, avec deux chambres, une leur enfant et la leur. Après, un immense balcon pour voir le village aérien en son entier, et surtout beaucoup d’ouvertures, pour laisser entrer les plantes, ainsi que l’arbre qui supportait leur demeure. Une maison très proche de la nature. Hélas, ce rêve lui avait été enlevé à la mort d’Elrélia.
Pendant la semaine qui avait précédé leur mariage, ils en avaient longuement parlé, en préparant leur hyménée. Ils avaient également choisi le nom de leur enfant. Il est vrai que les Elfes avaient une très faible fécondité, mais sa promise en désirait un, et elle ferait tout pour l’avoir, disait-elle avec un sourire coquin. Elle avait vraiment l’instinct maternel en elle. Pour les prénoms, donc, ç’aurait été Elrylindë s’ils avaient eu une fille, et Anywyn si ç’avait été un garçon. Mais tout s’était écroulé. Le rêve avait été détruit. Le bonheur dans lequel il commençait à vivre avait volé en éclats.
Elradrielad, le père d’Elrélia, Membre du Conseil, avait accompagné Anyn dans la peine. Son ex-futur-beau-père, même aujourd’hui, le considérait comme un membre de la famille. Bien sûr, il ne l’était pas réellement, mais il lui avait un jour dit que sa maison lui était toujours ouverte et qu’il resterait le bienvenu. Ils avaient gardé contact, car Elradrielad éprouvait une réelle affection pour le Rôdeur, et il sait que ce dernier aimait sa fille plus que tout, et il lui en était reconnaissant.
Longtemps, il avait prié les Esprits de la Mort et de la Vie de lui rendre son aimée. Mais ils avaient refusé. Depuis la malédiction qui avait causée l’apparition des vampires, il n’intervenait plus dans ces choses-là et puis, comme il le lui avait signalé en rêve, cela allait à l’encontre du sens des choses. C’était comme d’empêcher un corps de chuter en lui faisant pousser des ailes. Il avait accepté ce raisonnement, mais cela ne l’avait pas empêché de sentir son cœur se déchirer de peine et de souffrance.

Il n’y avait que près des arbres qu’il trouvait la paix. Bien sûr, être partout dans la Nature l’y aidait, mais les arbres et lui, c’était une longue histoire. Il respectait grandement ces gardiens du monde.
Ils l’apaisaient. Savoir qu’ils étaient autour de lui donnait un sentiment de sécurité, et de calme spirituel. Any se dirigea vers un de ces arbres, et appuya son dos contre le solide tronc. Il se laissa glisser contre, et finit par se retrouver en position assise, les jambes étendues devant lui. Ils n’avaient pris aujourd’hui que ses deux épées courtes, et avait laissé son arc chez lui. Il posa sa tête contre le tronc et ferma un instant les yeux, pour retrouver ce calme intérieur duquel il parlait à l’instant.

L’elfe s’était endormi d’un sommeil sans rêves, pour une fois. Le temps passa, et lorsqu’il émergea de son inconscience bienfaitrice, il remarqua que le soleil était passé à l’Ouest. A en juger par sa position, il ne devait pas être loin de la 17ème heure du jour. Anyn se massa la tête et se releva, en s’appuyant contre l’arbre. Ce long sommeil devait être le résultat des nombreuses fois où il dormait très peu.
Un éclair orange attira son attention. Il se tourna dans sa direction, mais ne vit rien. Curieux, il décida d’avancer vers l’endroit où il l’avait vu. Prudemment, il s’y dirigea, mais avec un étrange sentiment qui grandissait dans son estomac.
C’est alors qu’il vit un fantôme surgi du passé. Ces cheveux roux, ces yeux verts… Mais ce n’était pas impossible. Cela ne se pouvait. Elrélia avait été congelée et transportée dans cet endroit secret où l’on mettait les hauts membres de sa race. Et pourtant, la voilà devant lui.
Le visage d’Anynduil exprimait de l’étonnement, et également une certaine émotion, toutefois tempérée par une forte incrédulité. Il s’avança lentement. Plus rien ne pouvait le faire réagir, sauf cette étrange apparition. Il ne savait que penser, que dire, que faire. Peut-être dormait-il encore et qu’il faisait un rêve étrange ? Non, il sentait trop de choses, comme la caresse du vent sur son visage, l’herbe qui chatouillait ses chevilles nues...
Son esprit était victime d’un black-out. Il ne pensait plus, sauf à une seule chose, une seule personne, qui hantait ses rêves. Les yeux baignés de larmes, qu’il ne savait être de peine ou de joie, il dit d’une voix tremblotante :



« Elrélia, est-ce… Est-ce toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeDim 8 Aoû 2010 - 17:21

Dans un coin de la forêt, proche de la lisière, un chuintement continu emplissait l'air, brisant la mélodie du vent dans les arbres, le chant des oiseaux qui s'éveillaient. Une pierre dans une main et une dague dans l'autre, quelqu'un affutait avec l'habileté de l'habitude. La lame argenté reflétait le visage d'une jeune femme. Ses yeux émeraude couverts d'un voile ténébreux, ses cheveux flamboyants contenus par un lien de cuir sur le haut de son crâne et sa peau blanche comme la neige que le soleil filtrant à travers l'épais feuillage ne parvenait à foncer. Elle acheva sa tâche et ramassa la dizaine d'arme étendues dans l'herbe autour d'elle, vérifiant que chacune d'elle était parfaitement affutée et nettoyée.

L'elfe se souvenait parfaitement de l'histoire de chacune de ses armes, celle qui les avait dépouillé de leur digne propriétaire. Elle les entretenait désormais, ne sachant en manier que le quart. Les autres restaient sagement dans sa caverne, trônant sur un petit autel couvert d'un tissu clair: de la soie bleue. C'était sûrement l'endroit le plus noble de son habitation peu coutumière. Eänlys rangea soigneusement épées, shurikens, pointe de lance et poignards, gardant avec elle un arc court et une dague, dans sa botte.

Les bois étaient calmes, les animaux tranquilles, l'elfe avait peu de chance de croiser quelqu'un en ce jour. Elle n'y pensait d'ailleurs pas le moins du monde, sa vie se déroulait comme une rivière, immuable et mystérieuse. Personne ne savait plus où elle prenait sa source et personne ne savait où elle s'achèverait, ni comment. Etrangère parmi les siens, elle vouait désormais de la rancune envers la seule qui avait su prendre le temps de la comprendre. Il faudrait qu'elle la revoit un jour, pour discuter, passer outre la colère et la peine mais le deuil de son père était encore trop récent pour que ses plaies ne se referment.

Ce jour-ci, ce ne fut donc pas dans l'intention de visiter Shaylon que la jeune femme s'enfonça dans les bois mais pour s'informer de la santé de renardeaux dont elle s'inquiétait. Les petits étaient né la veille mais leur mère semblait trop faible pour les nourrir, elle n'avait pas assez de lait pour tous. L'elfe avait donc décidé de surveiller cela de près. Elle se refusait à les nourrir elle-même, ne souhaitant pas qu'ils s'attachent à elle, leur place était auprès de leur mère; mais elle ne pouvait pas ignorer totalement leur détresse non plus...

Après une ou deux de marche rapide, elle parvint aux alentours du terrier. Il lui fallut ralentir le pas et prêter l'oreille en approchant pour ne pas effrayer les animaux. Certes ils la connaissaient mais mieux valait ne pas faire peur aux petits. Ce fut donc à pas de loups qu'elle s'approcha, une fois les renards repérés. Elle ne remarqua même pas le jeune homme adossé à un arbre un peu plus loin et passa devant sans même soupçonner son existence.

La situation semblait s'arranger, Eänlys s'accroupit à deux mètres environs d'eux, ne souhaitant pas les déranger pendant qu'ils dégustaient le lait de leur mère. Elle se contenta de les observer, heureuse de ne rien avoir à faire pour eux. Se relevant dans l'intention de s'éloigner, elle sursauta en voyant un elfe à quelques mètres.

« Elrélia, est-ce… Est-ce toi ? »

La jeune femme fronça les sourcils. Etait-ce une blague? Une mauvaise farce? Que voulait-il? Qui était-il? La méfiance était de mise, elfe, humain ou vampire, il n'y avait aucune différence à ses yeux, tous pouvaient se révéler bon comme mauvais et son visage lui était inconnu.

Reprenant ses esprits, Eänlys distingua les larmes qui ruisselaient sur le visage du jeune homme. Aussitôt, elle perdit sa méfiance. On ne pleurait pas sans raison... Mais alors... Qui était cette Elrélia pour qui il l'avait prise?
La situation la mettait mal à l'aise, elle répondit cependant, doucement, comme pour atténuer une peine qu'elle ne pouvait qu'effleurer.

~ Je suis désolée... Mais je ne suis pas la personne que vous cherchez.

Se doutant que cette annonce -bien qu'adoucit par son ton calme et chaleureux-, porterait un coup au coeur de son interlocuteur, la jeune femme s'approcha un peu de lui, laissant entre eux une distance raisonnable.

~ Je ne la connais pas mais peut-être puis-je vous aider? D'une manière ou d'une autre... proposa-t-elle de bonne grâce, dans l'espoir de le détourner ne serait-ce qu'un instant de sa douleur dont la cause lui restait inconnue.




Dernière édition par Eänlys Diansìn le Mer 11 Aoû 2010 - 10:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeLun 9 Aoû 2010 - 12:13

Voyant un éclair orange passer non loin de sa position, et sentant un étrange sentiment monter en lui, Anynduil avait décidé d’aller dans la direction où il avait aperçu ledit éclair. Ce qu’il vit, l’ébranla fortement. Une jeune femme, rousse, était agenouillée et regardait des renardeaux autour de leur mère. Seulement, l’elfe ne prêtait plus attention à rien, sauf à cette autre elfe. Les souvenirs des funérailles d’Elrélia lui revinrent en mémoire, il se rappelait qu’elle avait été congelée et transportée ailleurs, mais alors que faisait-elle là ? Ne pouvant y croire, mais y croyant malgré lui, il demanda d’une voix tremblante :


« Elrélia, est-ce… Est-ce toi ? »


Elle sursauta, et son visage exprimait une forte méfiance. Any n’y prêta pas attention. Un vampire aurait pu se tenir devant lui qu’il n’aurait pas réagi. Il vivait dans un autre monde, une autre époque. C’est alors qu’elle dût voir les larmes qui coulaient sur ses joues, car son expression changea. Et d’une voix douce, elle lui dit qu’elle n’était pas la personne qu’il cherchait. Elrélia n’était pas revenue et restait un douloureux souvenir. Un éclat de verre dans son cœur. Les morts ne revenaient pas parmi les vivants. Les seuls moyens de les tenir « en vie » étaient de s’en souvenir.

L’Ombre Elfique ferma les yeux pour absorber et atténuer cette souffrance qui lui déchirait le cœur. Il porta les mains à ses yeux et sécha ses larmes, avant de s’asseoir contre un tronc d’arbre. Enfin, plutôt de se laisser tomber. Entre-temps, l’inconnue avait avancé de quelques pas, et lui demanda si elle pouvait faire quelque chose pour l’aider. Any garda le silence un instant, et parla, presque dans un murmure, mais que les oreilles d’un elfe n’aurait aucun mal à saisir. Toutefois, bien que parlant et entendant ce qui se passait ici, ses yeux, eux, voyaient des souvenirs. Son esprit n’était plus totalement ici, dans cette forêt :



« Bien sûr… J’ai été bête d’y croire. C’était irréversible… Et à moins de pouvoir la faire revenir, je ne pense pas que vous puissiez faire quoi que ce soit… »


Non, elle ne pouvait l’aider, malgré toute sa bonne volonté.
Devant ses yeux dansaient des images d’un autre temps. Des images d’un temps heureux, où il n’avait d’autres soucis qu’attendre avec impatience son mariage. En ce temps-là, il vivait réellement. Maintenant… Eh bien, maintenant, son corps vivait, il était à fond dans ses tâches, mais il avait été amputé de quelque chose dans son cœur.

Une voix au fond de sa tête lui rappela qu’il n’était pas seul. Lentement, Anyn tenta de reprendre son esprit en main, pour le faire revenir au moment présent. Les images du passé se brouillèrent, disparurent, et il eut devant les yeux un écran noir, avant que les images floues d’ici et maintenant lui réapparaissaient. Ses yeux, auparavant vides, virent revenir une légère étincelle de conscience, et il fut à nouveau en pleine possession de ses moyens mentaux. Toutefois, une forte tristesse et une forte mélancolie étaient toujours présentes.
Il leva la tête vers l’elfe en face de lui, la regarda longuement, comme s’il regardait jusqu’où il pouvait se confier, puis décidé qu’elle était digne de confiance.



« Elrélia était… C’était ma fiancée… Elle vous ressemblait énormément. Mais aujourd’hui… Aujourd’hui, elle est morte… »


Sa voix baissa d’intensité, puis disparut. Il quitta le visage de la jeune femme pour regarder les renardeaux, repus, qui s’endormaient contre leur mère. Cette dernière regardait les deux bipèdes, celle qu’elle connaissait bien, et l’inconnu assis contre un arbre.


« Je suis désolé de vous avoir importuné avec ça… Mais vous lui ressembliez tellement que… »


Il eut un petit sourire d’excuse, qui disparut rapidement de son visage. Son esprit recommença à vagabonder et à remonter le temps. Et cette fois-ci, même la présence des arbres ne l’arrêtaient plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeMar 10 Aoû 2010 - 15:16

Il se laissa tomber contre un arbre. Comme s'en doutait la jeune femme, ses paroles blessèrent son interlocuteur. Comment aurait-il pu en être autrement? Elle lui rappelait de douloureux souvenir. Elle savait qu'il était dur d'oublier, de faire un trait sur le passé. Mais elle y arrivait visiblement mieux que le jeune homme, qui semblait perdu dans un tourbillon de souvenirs, son regard était vide de toute expression. L'on aurait un spectre. Ce n'était pas bon de rester comme ça, se renfermer sur soi-même n'était certainement pas la bonne solution. Eänlys garda ses réflexions pour elle mais son regard sévère trahissait son inquiétude. Du moins, pour ceux qui savaient décrypter ses expressions faciales.

« Bien sûr… J’ai été bête d’y croire. C’était irréversible… Et à moins de pouvoir la faire revenir, je ne pense pas que vous puissiez faire quoi que ce soit… »

A ces mots, la rouquine comprit qu'elle ressemblait à une défunte. Voilà une situation bien délicate. Cette Elrélia était apparemment morte et le jeune homme devait être très proche d'elle pour être dans un tel état. Une soeur? Amante, peut-être? En tout cas quelqu'un de très proche. Ce refus de voir la vérité en face, d'accepter l'évidence était malsain aux yeux d'Eänlys.
Elle aussi avait perdu quelqu'un de cher et elle en avait été bouleversée, la douleur ne partirait peut-être jamais mais cela ne l'empêchait pas de vivre. Ses pensées ne convergeaient pas toutes vers cette tragédie. Elle était en vie, il fallait en profiter au lieu de se morfondre. Vivre dans le passé n'a jamais été une solution. Se bercer d'illusions non plus...

~ Je ne peux pas ramener les morts à la vie, mais je peux guérir les vivants.

Double sens? Fort probable puisque le jeune homme n'avait pas de blessure physique. Ne sachant trop quoi faire pour le moment, l'elfe restait plantée devant le malheureux, essayant de le sonder du regard. Mais il était dans un tel état de détresse qu'il était difficile de voir en lui. Elle devrait attendre qu'il se dévoile de plein gré pour l'aider, bien qu'elle avait déjà sa petite idée sur la question.
Peu de temps après, il lui révéla un peu plus d'éléments sur la cause de sa douleur. Elrélia avait été sa fiancé et elle lui ressemblait énormément. Un frisson traversa la colonne vertébrale de la jeune femme, elle n'appréciait pas de ressembler à quelqu'un de mort, encore moins lorsqu'elle se trouvait en présence de l'elfe à qui la défunte avait été fiancée.

Après un sourire d'excuse, l'elfe sembla replonger dans ses pensées. Eänlys fronça les sourcils et parcourut les derniers pas qui la séparait encore de son interlocuteur pour s'agenouiller devant lui, essayant de capter son regard, sans résultat. Elle posa une main ferme sur le genou de l'elfe pour attirer son attention.

~ Ecoutez, votre fiancée est morte et c'est un fait que vous devez accepter. Vous morfondre ainsi dans votre coin, à ressasser le passé ne la fera pas revenir. Vous ne vous faites que plus de mal en agissant ainsi. Avez-vous conscience que vous passez à côté de votre vie en agissant ainsi? Vous avez la chance de pouvoir respirer et penser, ne faites pas regretter aux esprits de vous avoir donné la vie. De plus, je doute qu'Elrélia apprécierait de vous voir dans un tel état à cause d'elle, déclara l'elfe d'un ton calme, neutre bien que peut-être un peu cassant.

Elle se fichait bien de la réaction du jeune homme, il pouvait lui crier dessus, l'envoyer paitre, pleurer, n'importe quoi! Tant qu'il réagissait... Oui, le faire réagir, ainsi, même s'il partait furieux, il retournerait certainement ses paroles dans son esprit et peut-être arriverait-il à se rendre compte du mal qu'il s'infligeait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeJeu 12 Aoû 2010 - 10:17

La jeune femme lui déclara qu’elle ne pouvait ramener les morts à la vie, mais qu’elle pouvait soigner les vivants. Sur le coup, il ne comprit pas immédiatement, et son esprit se focalisa surtout sur le fait qu’elle ne pouvait ramener les morts parmi eux. Oui, c’était une chose impossible, et même lui, malgré son fol espoir toujours présent, le savait. La résurrection n’existait pas, même pour les esprits justes.
Anynduil n’entendit ni ne remarqua que son interlocutrice se rapprochait, et encore moins qu’elle s’agenouilla devant lui. Sa main sur son genou, par contre, eut bien plus d’effet que les arbres. Comme une ancre lancée par un bateau en pleine tempête, et qui le fixait au milieu des tourments de la mer. L’embarcation était toujours secouée, mais elle ne risquait plus de se perdre dans l’immensité des flots. L’elfe leva les yeux vers elle dès qu’elle prit la parole.
Ce qu’elle lui déclarait, d’un ton sans émotions, n’était que la vérité. Une vérité que sa raison n’avait cessée de lui crier dans l’oreille, avant de perdre courage. Et maintenant qu’elle avait découvert un « allié » à l’extérieur, elle s’y remettait. Cette voix intérieure s’était tue, et la voilà qui se remettait à parler, usant d’arguments tous plus justes les uns que les autres. Mais celui qui eut le plus d’effets, fut le dernier dit par l’inconnue : qu’Elrélia n’apprécierait pas de le voir dans cet état à cause d’elle.

Lorsque deux personnes s’aiment, elles cherchent chacune à faire plaisir à l’autre, et à le rendre heureux. Mais lorsqu’une de ces personnes venaient à mourir, si l’amour avait été sincère, elle voudrait encore que son aimé soit heureux, et retrouve le bonheur dans la vie, pas qu’il dépérisse. Son amour avec Elrélia avait été sincère. Si la situation avait été inversée, qu’aurait-il souhaité ? Il se posa la question dans l’esprit, et une voix répondit : J’aurais souhaité qu’elle retrouve une personne qui la comble de bonheur, ou du moins, qu’elle ne meure pas de chagrin. Any comprit que cette voix qui parlait était la voix profonde de son esprit, pas la même que celle qui l’avait accompagné durant toutes ces décennies. La véritable voix spirituelle de l’elfe.

Il se mordit légèrement, un instant, la lèvre inférieure. Un vieux tic de gamin, quand il était gêné, et qui venait de ressurgir maintenant. Cette femme, qu’il ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam, et à qui il s’était confié, avait su toucher le point faible de sa carapace. Il ne savait comment réagir maintenant, ce qu’elle devait penser…Quoiqu’il en soit, même s’il n’avait pas totalement fini son deuil, il devait la remercier.



« Je sais que vous avez raison. Aujourd’hui, vous m’avez ouvert les yeux. Je ne peux encore oublier totalement cette peine, et nul doute qu’il me faudra encore un peu de temps, mais, grâce à vous, je peux… »


Je peux quoi ? Reprendre goût à la vie ? Ne plus vivre comme une liche ? Accepter la mort d’Elrélia, une fois pour toute, et conserver un souvenir heureux, sans avoir le cœur qui saigne ? Sans doute.
Anyn repoussa lentement la main de la jeune femme, et se leva. Il regarda vers l’ouest, là où le Soleil se couchait, puis vers l’Est, là où ce symbole d’espoir se levait tous les matins, chassant les monstres et les terreurs nocturnes. Son regard revint ensuite sur la jeune femme, et il s’inclina devant elle en utilisant le salut elfique. Dans ses yeux brillaient une nouvelle résolution, qui repoussait cette mélancolie lancinante, qui avait longtemps, trop longtemps, gouverné sa vie. Se souvenir était une bonne chose, mais il ne fallait pas vivre dans la passé.



« J’ignore votre nom, mademoiselle, et je vous dois beaucoup. Je me nomme Anynduil, fils de Nenduil Linwëlin. Je n’ai rien à vous offrir pour vous remercier pour le moment, mais veuillez accepter mes… Remerciements sincères. »


Et ces remerciements étaient bien peu, comparés à ce qu’elle lui avait fait. Oh bien sûr, il n’était pas totalement guéri, mais avec le temps, cette douleur qui le prenait à chaque fois qu’il pensait à elle perdrait en ampleur, et il pourrait s’en souvenir sans avoir l’impression que quelqu’un comprimait son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeLun 16 Aoû 2010 - 10:22

L'elfe inconnu régit d'une manière bien moins brutale que ce à quoi s'était attendu Eänlys. Il avait simplement compris et accepté ce qu'elle venait de lui dire. Elle était même étonnée d'être parvenue à le tirer de sa souffrance si vite. C'était agréable de se sentir utile à quelqu'un et de l'aider, même par de simples paroles, aussi futiles fussent-elles. Cela rompait la solitude de la vie à la lisière de la forêt.
Non pas que la jeune femme ne s'y plaisait pas! C'était par choix qu'elle s'était isolée ainsi, non pas par obligation et pour rien au monde elle ne retournerait en ville. Cependant, il était également vrai que de temps en temps cet isolement pesait comme un fardeau sur ses épaules, lui rappelant qu'elle avait perdu ceux à qui elle tenait. Les mauvais souvenirs ressurgissaient et l'amertume étreignait son coeur, l'enfermant dans un étau de haine et de violence que seul le souffle du vent et l'eau fraîche pouvait dissiper.
Mais en ce jour, ce qui empêchait l'elfe à la chevelure de feu de penser à ces vieilles blessures, c'était bel et bien la présence de son compatriote, blessé, lui aussi. Oublier sa douleur en se focalisant sur celle des autres, c'était un moyen de fuite comme un autre et il était bien moins dévastateur que se défouler sur des innocents.

« Je sais que vous avez raison. Aujourd’hui, vous m’avez ouvert les yeux. Je ne peux encore oublier totalement cette peine, et nul doute qu’il me faudra encore un peu de temps, mais, grâce à vous, je peux… »

C'était déjà cela de gagné. Elle hocha simplement la tête, ne se formalisant pas du fait qu'il laissât sa phrase en suspend. Même sans fin, l'intention était bien là, c'était suffisant pour comprendre.
L'elfe retira la main de son homologue qui n'insista pas et se releva en secouant le bas de son pantalon pour en enlever les brins d'herbes restés accrochés dessus.
Reculant un peu, Eänlys observa le jeune homme, sans dire un mot. Elle n'avait jamais été très bavarde et ne savait trop quoi dire. Autant elle n'hésitait pas à dire ce qu'elle pensait autant elle ne parlait pas pour ne rien dire, se contentant d'écouter les autres. Une habitude qu'elle avait prise à force d'écouter Shaylon, lors de ses leçons.

Sans qu'elle ne s'y attende vraiment, son interlocuteur finit par se présenter, il se nommait Anynduil, et il la remerciait. La jeune femme inclina la tête poliment, s'inclinant à son tour avant de lui répondre.

~ Je me nomme Eänlys Diansìn, guérisseuse à ses heures perdues.

Ramenant une mèche rousse derrière son oreille pointue, elle reprit, toujours sur un ton neutre, que certains pourraient qualifier d'hautain.

~ Je ne vous demande rien, savoir que j'ai pu être utile à quelqu'un m'est amplement suffisant, croyez-moi.

La jeune femme ne dit rien du fait qu'elle ne voyait pas souvent âme qui vive, cela ne le concernait pas après tout et cela aurait été déplacé dans la situation actuelle. Anynduil aurait pu croire qu'elle ne s'était intéressé à lui que pour tromper son ennui. Ce qui était bien sûr faux.

[désolée pour le temps de réponse et la taille du post =.=']
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeJeu 19 Aoû 2010 - 22:52

Après qu’il se soit présenté, ce fut elle qui s’inclina dans le salut elfique, en lui disant son nom, et sa profession. Eänlys Diansìn, une guérisseuse. Une guérisseuse de grand talent alors, car les meurtrissures de l’âme et du corps étaient les plus profondes, et les plus dures à soigner, plus dures même que celles physiques, même provoquées par de la magie.
Eänlys ramena une mèche de ses longs cheveux de la couleur du Soleil couchant derrière son oreille, et reprit en disant qu’elle ne souhaitait rien, et que la seule récompense qu’elle désirait était de se savoir utile envers les gens qui en avaient besoin. Anynduil la regarda, et éprouva un grand respect envers cette jeune femme si désintéressée. Rares étaient les personnes, elfes ou humaines, qui étaient comme tel. Généralement, tous espéraient, voire demandaient carrément quelque chose en retour, ce qui pouvait se transformer en une sorte de chantage.
Le Rôdeur leva la tête au ciel. Le jour baissait encore. Il avait perdu la notion du temps à cause de sa méprise, mais on devait être à peu près vers 18 heures. Le Soleil couchant donnait à la forêt une lumière dorée, assez orangée, et conférait à cette même forêt quelque chose d’irréel. Il y avait deux moments qu’Any appréciait dans une journée. Le lever du Soleil, qui symbolisait pour lui l’espoir et le renouveau, et le coucher du Soleil, tout simplement parce que c’était un spectacle magnifique. Oui, il adorait ces moments-là.
Il se tourna vers l’ouest, pour contempler le char de feu qui descendait à travers les arbres. Il descendait lentement, et il y avait encore un peu de temps avant qu’il atteigne son point de magnificence, selon Anynduil. Il s’adressa à l’Elfe :



« Puis-je vous inviter, au moins, à faire quelques pas avec moi, pour contempler ce sublime coucher de Soleil ? »


Avait-il dit en désignant, justement, la descente de l’astre de feu. L’Ombre Elfique avança ensuite, sans se presser, vers l’ouest, sans le quitter des yeux. Ce jour-là, il portait des chaussures très peu épaisses au niveau de la semelle, et très légère, différente de celles qu’il utilisait d’habitude pour ses missions. Il aimait sentir le sol sous ses pas, et celles-ci lui permettaient de sentir la moindre brindille. Une agréable sensation.

Il se sentait bizarrement bien. Etait-ce la présence des arbres, le coucher du Soleil ou bien… Ou bien le fait que cette Elfe, Eänlys, inconnue quelques minutes auparavant, qui, en quelques phrases, avait levé le poids qui lui pesait dessus depuis tant d’années. Sans doute était-ce la dernière solution, et en cet instant, l’Elfe pouvait lui demander ce qu’elle voulait. Any ne le savait pas encore, mais il venait de lui accorder sa pleine confiance, chose très rare envers les inconnus, et même les « connus ». Mais après tout, il s’était confié, certes en partie, mais les parties les plus importantes, à la jeune femme, alors son inconscient pouvait bien lui accorder cela. Et son conscient n’en serait que plus d’accord.
Comment expliquer cela ? Bonne question. Et de toute façon, le sentiment de bien-être ne devait pas s’expliquer. Il fallait le prendre comme il venait. Et pour la première fois depuis des années, il se sentait bien. Il vivait vraiment, dans le « ici et maintenant ». C’est comme si on effaçait les écritures sur un tableau, et qu’il redevienne propre et neuf. Pour lui, les écritures sur le tableau étaient la douleur qu’il avait ressenti si longtemps en pensant à Elrélia. Et maintenant, c’était fini. Il y pensait sans souffrir.



« Avec le lever du Soleil, c’est un de mes moments préférés, et je ne les manque jamais, que je sois en mission ou pas. »


Ses yeux se perdirent dans la contemplation de ce spectacle, et il demanda :


« Et vous ? Quels sont les moments que vous préférez ? Si je puis me permettre de vous le demander. »


Avait-il ajouté dans un petit rire joyeux. Il n’était plus le même Anynduil que quand il était « entré » dans cette partie de la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeMar 24 Aoû 2010 - 10:27

Le soleil commençait à décliner, déployant sa parure d'or et de cuivre sur le sol, réchauffant une dernière fois avec douceur le monde sur lequel il veillait avant de céder la place à sa consoeur, reine de la nuit. Les yeux vers le ciel, le visage baigné de lumière, les deux elfes semblaient prendre autant de plaisir l'un que l'autre à observer ce spectacle splendide.
Ils restèrent silencieux quelques instants, profitant jalousement du coucher de soleil. Mais coucher de soleil disait nuit et ténèbres. La jeune femme ne devait pas s'éterniser si elle voulait regagner sa caverne. Ouvrant la bouche pour faire part de ce fait à Anynduil, elle se fit couper par ce dernier. Il lui proposa de faire une promenade vers le soleil couchant pour profiter du spectacle que l'astre leur offrait certainement. La jeune femme hésita quelques instants, il aurait été plus sage de rentrer chez elle, sans plus. Seulement, sa curiosité prit le dessus, elle ne savait encore rien sur cet elfe qui reprenait un peu de poil de la bête et il l'intriguait.

~ J'accepte votre invitation, lâcha-t-elle simplement.

Quelques instants après, alors que le jeune homme lui tournait le dos pour se diriger tranquillement vers l'ouest, Eänlys ajouta, bas, plus comme une réflexion tout haut qu'autre chose, bien qu'elle sache que les oreilles d'un elfe purent l'entendre sans peine:

~ Cela fait bien longtemps que je n'ai pas observer le soleil se coucher...

Un léger sourire étirant ses lèvres un dixième de seconde, la jeune femme emboîta le pas de sa nouvelle connaissance. Elle garda le silence pendant qu'ils déambulaient avec calme entre les troncs des arbres. Seul le bruit des feuilles frémissantes sous le vent était audible, ainsi que les autres bruissements causés par les animaux que les lieux abritaient. Mais les deux elfes ne troublaient en rien ce calme et cette quiétude. Ils faisaient partis de la forêt, ils se fondaient dans le décor, comme si la nature les acceptait et les protégeait grâce à son abondance de verdure, plantes et arbres, plus majestueux les uns que les autres.

Dans ce silence tranquille et apaisant, Eänlys sombra dans ses pensées, ne voyant plus que les images et les sons qui tournaient dans son esprit, des souvenirs. Des rires. Elle repensait aux légendes de Shaylon, celles qu'elle avait entendu étant petite quand elle posait des questions qu'elle était trop jeune pour comprendre le sens de la réponse. L'aveugle lui livrait alors la vérité sous forme de légendes, usant et abusant de métaphores, plus simples à comprendre pour un enfant et plus attrayantes à suivre et retenir.
Ce fut la voix du jeune homme qui la tira de ses songes éveillés. Elle tourna alors son regard émeraude vers lui, une pointe de curiosité y dansant subtilement. Les levers et couchers de soleil étaient les moment de la journée qu'il préférait selon ses dires. Ce ne fut pas ce qui interpella la jolie rousse pourtant. Mais le mot "mission" la fit tilter. Sa curiosité fut piquée et elle retient de justesse la question qui lui brûlait les lèvres.

~ Moi? commença-t-elle en réponse à sa question, surprise qu'on lui demande une telle chose. Je préfère la nuit, pour pouvoir observer les étoiles. Le manque de lumière est sécurisant et la lumière argenté de la lune me rappelle de bons souvenirs. Mais j'apprécie également le lever et coucher de soleil, comme un peu tout le monde je pense. C'est tellement majestueux...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeVen 27 Aoû 2010 - 9:44

Le Soleil entamait sa descente, colorant la forêt d’une chaude couleur or orangée. On aurait dit que les arbres eux-mêmes retenaient leur souffle pour admirer ce divin spectacle. L’envie prit à Anynduil de marcher en direction de l’Ouest, pour contempler le départ du Chariot de Feu, qui allait laisser la place à l’astre d’argent. Seulement, il ne pouvait pas planter là cette jeune Elfe, après ce qu’elle avait fait pour lui. Aussi, il lui proposa de l’accompagner. Elle eut un court temps d’hésitation, puis finit par accepter sa proposition.

Les deux Enfants de la Nature marchèrent donc en direction du Soleil couchant, et lorsqu’ils arrivèrent à un lieu d’où ils pourraient s’extasier devant cette merveilleuse vision, ils s’arrêtèrent. Tout en regardant l’astre de feu descendre, il expliqua que le coucher et le lever du Soleil étaient ses moments préférés, et qu’il ne les ratait jamais, même en mission. Bon certes, des fois, il ne pouvait faire autrement, mais la plupart du temps, il se débrouillait pour les voir. Voulant en savoir un peu plus sur cette jeune guérisseuse, qui lui avait été d’une aide encore plus grande qu’elle aurait pu imaginer, il lui demanda quels étaient ses moments préférés.

Eänlys sembla légèrement surprise, mais elle lui dit qu’elle préférait la nuit, pour pouvoir contempler la voûte étoilée. De plus, selon elle, le manque de lumière était sécurisant, et de bons souvenirs lui étaient rappelés, à la lumière argentée de la Lune.
La nuit, c’est vrai que les étoiles avaient un petit quelque chose de magique, qui plongeait tout être vivant dans de profondes réflexions. Lorsque l’on se rendait compte de l’immensité de tout cela, on se sentait petit, extrêmement petit. Un grain de sable sur une plage… Mais après tout, sans grain de sable, il n’y aurait pas de plage, non ? Les Elfes, les Hommes et les Vampires n’étaient que des grains de sable, qui ensemble formaient une plage.

Mais plongé dans ses réflexions, et les yeux perdus dans la contemplation de la Roue d’Or, tel un papillon attiré par la flamme d’une bougie, il ne se rendit pas immédiatement compte que la nuit était tombée. Il lui fallut un certain temps pour se reconnecter au monde, pour que son esprit quitte l’idéosphère et ces lieux de pensées, et réintègre son corps. Il lui fallut également un autre laps de temps pour se rappeler où il était, ce qu’il faisait, et qu’il n’était pas seul. Il se tourna vers la jeune rousse.



« Je suis navré. Il semblerait qu’il commence à se faire tard. »


En effet, il ne savait plus quelle heure il était. Comme à chaque fois, Any perdait la notion du temps. Lorsqu’il était seul, il n’y avait aucun problème, mais là… La jeune femme avait peut-être des obligations familiales, et lui la retenait ici. Bon, ils n’étaient pas perdus, car après tout, les forêts étaient le jardin des Elfes, et aucun d’eux n’aurait pu s’y perdre, et de toute façon, les arbres les auraient guidés, mais bon.


« J’espère que je ne vous ai pas dérangé. Puis-je vous raccompagner ? »


Inconsciemment, il se tenait l’arrière du coup avec la main droite, geste qu’il faisait toujours lorsqu’il était gêné, et il ne l’avait pas fait depuis très longtemps. Oui, il y avait longtemps aussi qu’il n’avait plus approché un ou une inconnu(e) comme ça. D’habitude, c’était les autres Rôdeurs, ses supérieurs, et les personnes qu’il croisait dans ses voyages. Mais il faut dire que généralement, il était assez distant avec ces derniers.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeLun 6 Sep 2010 - 23:02

Absorbés chacun dans leurs pensées, les deux elfes restèrent silencieux en regardant le soleil décliner lentement à l'horizon. Le temps n'avait plus d'emprise sur eux. Ils pouvait être là depuis quelques minutes seulement, ou bien quelques heures, impossible de le dire. Seul le soleil les intéressait, comme la lumière d'un foyer attirait les insectes. Eänlys était songeuse, elle fixait l'or du ciel avec détachement, tout en tortillant une mèche cuivrée autour de ses doigts. Elle ne pensait pas à grand chose pourtant, écoutant simplement le vent danser autour d'elle, rafraîchissant son visage chauffé par l'astre du jour.

« Je suis navré. Il semblerait qu’il commence à se faire tard. »

La jeune femme décrocha son regard du ciel pour le tourner vers Anynduil, son visage ne reflétant aucune émotion particulière. Avec son indifférence et sa nonchalance habituelles. Son regard vert perçant était peut-être le seul moyen de savoir ce qu'elle pensait mais sa couleur intense et la façon que l'elfe avait de planter son regard dans celui de son interlocuteur décourageait bien vite tout ceux qui souhaitaient y lire quoi que ce fut.

Sortant de ses pensées, Eänlys finit par jeter un coup d'oeil autour d'elle et constata que la nuit allait les surprendre d'un moment à l'autre. C'était prévisible... Plus le choix maintenant, il allait falloir rentrer de nuit, en espérant ne croiser personne de mal intentionné sur le chemin du retour. Se battre en pleine nuit n'étant pas sa tasse de thé, déjà qu'elle préférait éviter en pleine journée...
Mais tant pis, elle avait accepté la petite balade en compagnie de son semblable, elle savait bien que cela finirait ainsi.

~ Il semblerait en effet mais ne vous excusez pas, je savais que je serai pas rentrée avant la nuit, ce n'est pas grave.

Le jeune homme lui proposa par la suite de la raccompagner. Il ne devait pas se douter qu'elle n'habitait pas dans les clairières où leurs congénères avaient élu domicile mais plus loin, là où les arbres se faisaient moins denses et où la forêt touchait à sa fin. Il parut gêné, Eänlys hésita quelques instants. Devait-elle l'entraîner si loin? Ou bien rentrer seule chez elle, alors qu'au fond, elle n'avait pas envie que cette rencontre ne prenne fin maintenant? Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait pas profité de la compagnie d'un elfe qui ne portait sur elle aucun jugement.

~ Je n'habite pas dans un village des alentours, mais plus loin au sud, proche de la lisière. D'ici, il faut bien une à deux heures de marche. Je ne veux pas vous imposer un tel chemin, surtout de nuit...

Impulsivement, à la dernière minute, elle changea d'avis et s'exprima plus avec son coeur qu'avec sa tête, non sans une pointe d'appréhension dans la voix.

~ Mais cela me ferai plaisir de vous faire partager le moment que je préfère puisque vous m'avez offert le votre.

Une invitation à regarder les étoiles autour d'un feu. Rien de plus, rien de moins. En espérant que la distance ou la proposition ne le dérange pas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeDim 12 Sep 2010 - 17:31

Contemplant le ciel embrasé par le coucher de l’astre solaire, aucun des deux Elfes ne vit le temps passer, et la nuit les prit au dépourvu. Etant brutalement tiré de ses pensée par cette soudaine chute de lumière, Anynduil s’excusa envers son amie qu’il commence à faire tard. Il ne savait pas où elle habitait, mais dans l’hypothèse où elle habitait dans la Clairière, ce n’était pas la porte d’à côté non plus. Sa réponse le surprit quelque peu, n’ayant pas l’habitude du contact avec les gens, il s’était attendu à ce qu’elle soit courroucée, ou au moins contrariée, et qu’elle lui dise ce qu’elle pense. Mais cela se passa autrement. Elle lui répondit qu’elle savait qu’elle ne rentrerait en aucune façon de jour chez elle, et lui dit de ne pas s’excuser. Il acquiesça, et lui proposa de la raccompagner chez elle. C’était la moindre des choses après tout. Toutefois, il se sentait gêné, et sa main droite était allée reposer sur l’arrière de son cou, comme il le faisait dans ces cas-là.

Eänlys sembla hésiter un instant, avant de déclarer que non, elle ne voulait pas l’obliger à faire un long chemin, car elle ne résidait pas dans les quartiers d’habitations habituels des Elfes, mais plus loin au Sud, à environ une, deux heures de marche. Certes, ce n’était pas la porte à côté, mais il désirait vraiment faire le chemin jusque chez elle, avec elle forcément, pour être sûr que rien ne lui arriverait sur le retour, à cause de son invitation à admirer le spectacle du crépuscule. Il eut envie d’insister, mais cela passerait peut-être mal. Après tout, même s’il lui faisait confiance et qu’il la considérait comme une précieuse amie, comment prendrait-elle que quelqu’un d’encore inconnu quelques heures auparavant insiste pour la raccompagner ?

Mais l’Elfe aux cheveux de cuivre ne lui laissa pas le temps de répondre, car elle changea très rapidement d’avis, et lui dit alors que cela lui ferait plaisir qu’elle partage avec lui son moment préféré, comme il avait fait il y a peu. Anyn sentit ses lèvres dessiner un sourire, alors qu’il allait répondre à cette invitation, qui venait cette fois-ci de son interlocutrice.



« Ce sera avec une grande joie, que j’accepterais cela. Et je vous en remercie. »


Il la regarda dans ses yeux d’un vert profond, et tenta de lui exprimer par le regard toute la gratitude qu’il ressentait envers cette femme qui l’avait aidé à faire son deuil, plus efficacement encore que le temps. Et ces choses-là, qu’il tentait de lui transmettre ainsi, étaient plus faciles à dire sans se parler. Quelquefois, il valait mieux ne rien dire, car plus e paroles passaient dans le silence que dans les sons oraux. Ce contact, cependant, ne dura que quelques secondes, bien que le Rôdeur ait l’impression qu’il ait duré des heures. Ce fut lui qui, d’ailleurs, brisa ce lien visuel.


« On… On y va ? »


Vérifiant que ses deux épées étaient en place, car l’on n’était jamais trop prudent, il se tourna vers le Sud, prêt à suivre Eänlys. Comme la forêt était calme, si ce n’était le bruit des animaux diurnes qui rentraient chez eux, et ceux, nocturnes, qui en sortaient. Au loin, il entendit le ululement d’une chouette, et plus près d’eux, le bruissement de l’herbe sous les pattes d’un animal, peut-être la famille de renards près de laquelle ils étaient tout à l’heure ? Oui, la nuit, avec tous ses petits bruits, étaient un moment fantastique lui aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeSam 18 Sep 2010 - 23:41

La situation était amusante. Les deux elfes se connaissaient à peine, ne s'étant vu la première fois que quelques heures auparavant, et pourtant Eänlys avait l'impression de connaître le jeune homme depuis des années. Elle lui proposait de venir jusqu'à chez elle, chose qu'elle n'avait à ce jour jamais fait. Elle tenait à sa tranquillité et à l'harmonie de son "petit coin de paradis". Une petite caverne, une petite clairière, peu de monde passait par là, étant donné qu'il y avait des reliefs un peu abrupts dans le coin et que les sentiers passaient relativement loin. Elle gardait d'ailleurs ce lieu le plus secret possible, aidée par son lien avec la nature environnante, conservant cette petite parcelle jalousement. Même Shaylon ne connaissait qu'approximativement l'endroit où vivait son ancienne élève.
Mais là, alors que la nuit reprenait doucement ses droits, elle invitait un parfait un inconnu à s'y rendre, pour faire ce qu'elle faisait quasiment tout les soirs avant d'aller prendre du repos.

L'elfe secoua légèrement la tête, chassant les questions qui commençait à fuser dans son esprit. Pourquoi lui? Pourquoi lui accordait-elle sa confiance? N'était-ce pas dangereux? Elle les rejeta dans un coin de son esprit, sans les oublier mais pour une fois, elle voulait essayer sans avoir tout à calculer à l'avance, juste se laisser porter par l'instant présent.

« On… On y va ? »

La voix de son interlocuteur verrouilla définitivement son esprit calculateur. Son visage n'exprimait pas grande émotion, comme toujours mais à l'instar d'Anynduil dont les yeux reflétait la gratitude, les siens souriaient à la place de ses lèvres. Comme beaucoup de ses sentiments, faute de se lire sur ses traits, figés dans une beauté glaciale, passaient dans le flot vert de ses prunelles.

Eänlys répondit d'un hochement de tête avant de se tourner vers le sud, pour se diriger d'un bond pas en direction de son "logement". La jeune femme marchait vraiment vite, mais d'une manière plus lourde que les autres elfes, comme si des poids pesaient à ses chevilles. Elle, n'y prêtait plus attention, y étant habituée mais cela pouvait surprendre, voir gêner. Lors de ses brèves visites dans les villages elfiques, quelques personnes lui avait fait la réflexion, c'était seulement à partir de là qu'elle s'en était elle-même rendue compte. En effet, en faisant attention, elle avait constaté que tout ses congénères se mouvaient en effleurant à peine le sol, dansant presque plus qu'ils ne marchaient. Elle n'avait jamais compris pourquoi elle était différente...

Les deux elfes déambulaient entre les arbres, protégés par le noir de la nuit, avançant comme deux ombres parmi les ombres, rôle qui convenait parfaitement à Eänlys, pour diverses raisons. Cette dernière levait de temps en temps la tête vers les étoiles, essayant de les voir à travers les branches. Elles lui permettaient, avec l'aide de la nature environnante, de s'assurer qu'elle ne déviait pas du trajet.

Après à peu près une demi heure de marche, ce ne fut pas une vérification de route qui fit se stopper l'elfe rousse. Quelque chose avait attiré son attention sur leur gauche. Il y avait quelqu'un, ou quelque chose qui les épiait dans la nuit. Déjà deux fois, elle avait eu cette désagréable sensation d'être observée mais jusqu'à maintenant, elle avait réussi à se persuader qu'il ne s'agissait que de la présence d'Anynduil. Mais désormais, il était clair qu'il y avait une troisième personne à les suivre, ou peut-être un animal, un prédateur.

Eänlys se tourna vers le jeune homme, les sens en alerte, plutôt inquiète.

~ Vous aussi vous l'avez remarqué? murmura-t-elle en jetant un coup d'oeil sur le côté.

Elle n'était une bretteuse d'exception, loin de là, et n'avait aucune idée des compétences guerrières de son compagnon de route, cette situation l'inquiétait donc à juste titre. La soirée avait pourtant bien commencé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeDim 26 Sep 2010 - 10:17

Les deux Elfes faisaient tranquillement route vers le Sud. De temps en temps, Ean levait les yeux pour regarder les étoiles, et ainsi mieux s’orienter. La forêt était silencieuse, mis à part les quelques bruits d’animaux nocturnes. Mais dans l’ensemble, elle était plongé dans un calme légendaire, le calme d’une forêt Elfique en somme.

Il avait remarqué que la jeune femme ne marchait pas comme le commun des Elfes. C’était une démarche moins légère, bien que tout aussi silencieuse, que celle habituelle. Mais après tout, on était tous différents, et la façon dont elle marchait n’importait pas du tout pour le sentiment d’amitié grandissant qu’il éprouvait envers elle. Anynduil se rendit alors compte qu’il avait ralenti en étant plongé dans ses pensées. Il rattrapa son léger retard, et vint se mettre à la droite de l’Elfe, légèrement en retrait.

Cependant, plus les minutes s’écoulaient, plus une étrange sensation, désagréable, grandissait en lui. De plus, il lui semblait entendre des bruits de pas, quasiment imperceptibles, mais qui étaient là toutefois. Peut-être un animal ? Un loup, ou l’un des renards qu’elle avait soigné tout à l’heure…Non, c’était des renardeaux, et la mère ne se déplacerait pas en laissant ses petits seuls et sans défense. Mais il ne voyait rien d’autre, les forêts Elfiques étaient des lieux sacrés, et qui viendrait s’en prendre à elle et à ses habitants ? Bon certes, il y avait les Vampires, mais il les voyait mal se pointer directement ici. Remarquez…



*Arrêtes de te faire peur, espèce d’imbécile, va.*


Puis qu’est-ce qui ne lui prouvait pas que c’était son imagination qui avait un léger problème temporaire de dysfonctionnement ? Mais ce sentiment en lui… Bon sang, s’il avait survécu jusqu’à ce jour, c’était précisément parce qu’il s’était fié à lui dans ces cas-là. Quelque chose, ou quelqu’un, les suivait, et ne leur voulait pas sans doute que du bien, car sinon, il aurait marché plus bruyamment et se serait signalé aux deux Elfes. Et ce qui le confirma dans sa supposition, fut lorsque Eänlys se tourna vers lui, et lui demanda s’il l’avait remarqué également. Elle était sur le qui-vive. Anynduil la regarda, et hocha la tête. Il le sentait, il était là, tout près. Bon sang, et dire qu’il n’avait pas pris son arc avec lui. Encore heureux qu’il ait ses deux épées courtes, mais il aurait préféré son arme de prédilection. Tant pis, le talent d’un combattant était de savoir s’adapter au champ de bataille. Son attention se reporta sur la rousse, et il lui chuchota :


« Mets-toi à couvert, on ne sait jamais, je vais voir de quoi il s’agit. Prépares-toi à partir, ou à combattre dans le pire des cas. »


Le Rôdeur dégaina ses deux épées, et se tourna dans la direction où l’Autre devait se tapir. Il devait les observer, c’était certain, et il le sentait là, quelque part, une menace planante. Il se mit ensuite quarante-cinq degrés sur sa gauche, et s’enfonça dans la pénombre du bois. Anyn avançait aussi silencieusement que possible, et faisait tout pour ne trahir ni sa position, ni ses mouvements.

Le bruit d’une corde sous tension qui se relâchait claqua comme le tonnerre dans le silence de ce lieu de beauté. Any sentit un déplacement d’air du côté de sa joue droite, et entendit quelque chose se ficher sourdement dans l’écorce d’un arbre. Il se tourna, et aperçut une petite fléchette… Non, un carreau d’arbalète. Mince, l’Autre était un arbalétrier, et lui n’avait pas son arc. Par les Esprits, qu’il soit maudit de ne pas l’avoir prit avec lui aujourd’hui.

Un craquement derrière lui. L’Elfe se retourna immédiatement, et aperçut une ombre noire se ruer de là où il venait. Mince, il se dirigeait vers Ean. Il se lança à sa poursuite, et se maudit de l’avoir laissée seule. Il ne se le pardonnerait jamais si quelque chose lui arrivait.



« Eänlyyyyys !! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeLun 4 Oct 2010 - 21:10

Anynduil l'avait aussi remarqué. Ce frémissement dans les buissons, cette personne qui les observait. Cela n'avait rien de réjouissant, c'était même plutôt effrayant. La nuit était le repère des vampires et si jamais c'était l'un d'eux... Les deux elfes auraient bien du mal à se défaire d'un tel adversaire même dans leur très chère forêt. A moins que les deux sylvains ne jouent de ruse pour prendre l'avantage.

Le jeune homme intima à Eänlys de se mettre hors de portée de leur mystérieux invité. L'elfe sembla hésiter, elle n'avait aucune envie de fuir et laisser son compagnon de route seul contre leur étrange adversaire. En même temps, elle n'était pas une très bonne bretteuse, elle savait manier une arme mais n'ayant pas beaucoup de pratique, il était simple de trouver des failles dans sa garde et parer ses attaques. En somme, elle avait très peu de chance de victoire contre un adversaire un tantinet expérimenté.

Anynduil avait quant à lui déjà dégainé deux épées et un coup d'oeil suffisait pour comprendre qu'il n'en était plus à son premier combat. La jeune femme n'eut d'autre choix que de se retirer. Mais avant de s'effacer derrière le voile d'ombre qu'avait tissé la nuit sur la forêt, elle adressa quelques murmures au sylvain qui l'accompagnait.

~ Faites attentions à vous.

*"Je m'en voudrais s'il vous arrivait quelque chose..."* pensa-t-elle au moment où elle le quittait du regard.

Eänlys ne s'éloigna pas énormément à vrai dire, elle se contente de mettre quelques mètres de distance seulement entre Anynduil et elle et grimpa avec habileté dans un arbre, se recroquevillant sur une branche, camouflée par les feuilles. De là haut, elle pouvait observer sans être vu et pouvait profiter d'un certain effet de surprise si jamais un combat s'engageait et que les deux adversaires reculaient jusqu'à elle car faute de savoir se battre, elle maîtrisait la magie elfique avec brio et pouvait sans conteste neutraliser quelqu'un si on lui en laissait le temps.

A peine la jeune femme s'était-elle juchée sur la branche qu'elle entendit son invité hurler son nom. Elle fronça les sourcils et retint un frémissement nerveux. Si jamais ce type avait touché ne serait-ce qu'un cheveu de l'elfe, il le payerait cher, très cher... Personne ne faisait couler le sang dans sa forêt sans en payer le prix, surtout s'il s'agissait du sang d'un être connu.

Un homme débarqua bientôt, il portait une arbalète et semblait chercher quelque chose, sans doute elle. Il était temps d'agir, elle ne pouvait pas le laisser s'enfuir impunément, après la gêne qu'il avait occasionné, sans compter qu'il portait une arme dangereuse, aussi bien pour elle que pour les animaux. Un petit sort pouvait rendre sa fuite bien plus difficile...
Tendant son bras devant elle et repliant les doigts à moitié, la jeune elfe lança sa prison végétale sur l'inconnu. Des racines sortirent alors du sol avec rapidité, venant entourer les jambes de l'arbalestrier. Ce dernier sembla surpris et tenta vainement de se dégager alors que les plantes gagnaient du terrain et finirent par lui bloquer un bras le long du corps. Pris de panique, ou agacé par la situation, l'homme tira un carreau dans une direction aléatoire, visant seulement les arbres car le magicien qui l'avait emprisonné ne pouvait se trouver que là-haut.

Manque de chance, il avait visé l'arbre où était cachée Eänlys, obligeant celle-ci à se laisser tomber pour éviter d'être blessée. Elle se réceptionna sans trop de mal, se relevant promptement pour prévoir une quelconque autre attaque. Le prisonnier fut plus rapide qu'elle et la toucha à l'épaule suite à un admirable lancer de couteau. l'elfe étouffa une plainte de douleur en retirant l'arme et la jetant au sol rageusement, foudroyant l'inconnu du regard.

D'autres bruits de pas se firent entendre, très légers, ceux d'un elfe. Sans doute Anynduil. Ces pas sauvèrent sûrement l'imprudent du courroux de la jeune femme dont la fierté venait d'être honteusement bafouée. Contenant sa rancune, elle se contenta de vérifier que le nouvel arrivant était bien le jeune homme qu'elle connaissait depuis peu.

~ Vous n'avez rien? s'enquit-elle en voyant sa silhouette apparaître entre les ombres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeDim 10 Oct 2010 - 10:55

Avec effroi, alors qu’il remontait la piste vers l’endroit où il avait laissé Eänlys, il entendit à nouveau le son de la corde d’une arbalète qui se relâchait. Bon sang, que le chemin lui semblait long à présent. Mais lorsqu’il revint à son lieu de départ, il vit l’agresseur emprisonné par des racines, et son amie non loin de lui. Heureusement, le carreau qu’il avait entendu être tiré ne l’avait pas touché. Il poussa un soupir de soulagement, qui s’arrêta brusquement lorsque ses yeux se posèrent sur l’épaule de l’Elfe.


« Là n’est pas la question, souciez-vous plutôt de votre blessure. »


Il avait pris un ton bourru, dans lequel perçait cependant une certaine inquiétude. Passant devant le prisonnier en l’ignorant. Anynduil posa ensuite ses affaires au sol et quitta sa longue veste. Prenant le bras de son amie, il examina la plaie. Oh bien sûr, il ne doutait pas que, comme tous les Elfes, elle savait se servir des plantes et autres pour se soigner, mais là, elle était blessée, et il était de son devoir de s’occuper d’elle. D’autant plus que c’était de sa faute si elle était blessée : il n’avait pas arrêté l’homme en noir, et l’avait de par son action laissé passé. Pour en revenir à la plaie, elle était relativement profonde, l’arme s’était enfoncée dans la douce peau de la femme aux cheveux de feu.


« Asseyez-vous, je vais chercher un désinfectant. »


Jetant quand même un regard vers l’homme, qui n’avait pas lâché un mot depuis sa capture, Anynduil partit chercher une plante. Il se rappelait les cours de base que lui avait prodigué son Maître, lorsque tous deux allaient s’entraîner en forêt. Iseriand avait fait apprendre à son élève toutes les plantes bénéfiques pour la santé. Car lorsque l’on opère seul sur le continent, il faut savoir se débrouiller, sinon, c’est la mort. Bien que ses connaissances ne rivalisaient pas du tout avec celles d’un herboriste, le Rôdeur savait se servir des végétaux. Son regard fut soudain attiré par de la menthe. Sa main se tendit et, doucement, il prit de jeunes feuilles, qu’il mit dans une de ses poches. Se relevant, Anynduil ramassa au passage une grosse pierre, qui servirait efficacement de mortier. Il y avait également une branche de bois sec, tombé d’un arbre sans doute quelques semaines auparavant, avec une face un peu plus plate. Il fallait croire que la chance était avec lui. Mais c’était l’avantage de la Nature, tout était à portée de main, à condition de savoir quoi chercher.


« Il a parlé ? »


Ce fut la première chose qu’Any demanda lorsqu’il revint, et qu’il se mettait à écraser les feuilles sur la branche. Plus il en broyait, plus une forte odeur de menthe, très agréable, se répandait autour d’eux. Lorsqu’il obtint un jus pâteux, l’Ombre Elfique en prit sur ses doigts, et l’étala sur sa plaie. Il rougit légèrement car il n’était pas habitué à de tels contacts avec les autres, plus depuis ce funeste jour où il s’était quelque peu renfermé sur lui-même. La blessure enfin recouverte de désinfectant, l’Elfe déchira une bande de sa chemise verte pour en faire un bandage. Il serra de manière à ce qu’il tienne sans aucun problème, mais également pas trop fort pour ne pas lui faire mal et ne pas bloquer la circulation. Puis il se tourna vers l’autre, toujours aussi silencieux qu’une huitre.


« Que peut donc bien faire un assassin en ce lieu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeSam 23 Oct 2010 - 23:22

Un prisonnier et une blessée. La soirée virait au drame. Mais bon sang, pourquoi étaient-ils attaqués juste maintenant, alors que les étoiles et un bon feu de camps les attendaient? L'agacement de la jeune femme était nettement perceptible. Elle n'aimait pas recourir à la force, c'était... contre nature de tuer un autre être vivant autrement que pour se nourrir. Une vie ne pouvait jamais être rachetée, personne ne pouvait renaître, et tout recommencer comme si la mort était illusoire. Cependant... Eänlys n'hésitait pas à ôter une vie lorsqu'elle le jugeait nécessaire car sa tolérance aux attaques étaient proches du zéro. Notamment quand elle avait prévu quelque chose.

L'invité de la rouquine sembla soulager de voir que l'arbalestrier soit emprisonné et incapable de prendre la fuite ou même d'agir. En revanche, lorsqu'il aperçut le sang sur les vêtements de la jeune femme, son expression changea brusquement, prenant un air plutôt inquiet. Son ton surprit Eänlys et l'amusa, en vérité. Cela faisait bien longtemps que personne n'avait réagi comme ça lorsqu'elle se blessait. Il fallait dire aussi qu'en étant seule à longueur de temps, elle ne risquait pas d'inquiéter grand monde.

~ Ce n'est pas la peine de vous inquiéter pour ça. C'est douloureux mais pas si grave que ça...

C'était peine perdu, le jeune homme était fixé sur son idée de la soigner maintenant et il ne semblait pas vouloir en démordre. Tant pis, son sort maintiendrait l'importun autant de temps qu'il le faudrait. Eänlys s'assit sans un mot de protestation pendant qu'Anynduil cherchait de quoi panser sa plaie. Elle défit les liens de cuir du haut de sa chemise pour la tirer par-dessus son épaule et constater que la lame du braconnier -s'il en était bien un- avait laissé un trou dans sa chair, d'où le sang coulait encore.
En attendant que l'elfe revienne, elle tira une petite gourde de sa besace, et laissa couler l'eau froide sur sa plaie, pour la nettoyer et ôter un peu de sang. Elle se mordait l'intérieur de la joue en même temps car c'était loin d'être agréable, malgré tout.

L'elfe fit son retour peu après et commença à préparer un genre de pommade à base de menthe, après avoir demandé si le prisonnier avait ouvert la bouche. A cela Eänlys répondit par un simple hochement de tête négatif. Son regard s'était endurci, son visage n'était plus qu'une surface froide et sans expression. Encore plus qu'en temps normal et cela n'annonçait rien de bon. Du moins, lorsqu'elle était seule face à quelqu'un et qu'elle le perçait avec ce regard de buse, cette dite personne n'en ressortait jamais indemne.

En outre, la jeune femme se laissa soigner sans broncher, bien que cette situation ne l'enchantait guère. Non pas qu'elle soit réfractaire à tout contact avec autrui mais elle n'avait plus l'habitude qu'on s'occupe d'elle. Shaylon avait été la seule... Shaylon... Eänlys ferma les yeux quelques instants, chassant ces amères pensées de son esprit. Ce n'était pas le moment de ressasser le passé. Une infime grimace s'afficha sur son visage, témoin de la douleur que lui procurait la menthe en contact avec la plaie. L'onguant appliqué, l'elfe se releva prestement et rajusta sa chemise correctement.

~ Merci, mais vous n'auriez pas du déchirer votre chemise. Je vous donnerais de quoi vous en repayer une, tout à l'heure, déclara la jeune femme. Nous allons bien vite savoir ce qu'il nous voulait...

S'approchant du prisonnier, la jeune femme l'attrapa sans ménagement à la gorge, le forçant simplement à la regarder dans les yeux. L'homme avait les yeux sombres, il était difficile d'y lire ses émotions, tant pis pour la persuasion, il faudrait employer les menaces. C'en était déprimant. Trouver des personnes assez stupides pour préférer le langage des armes à la parole. C'était même répugnant. Et il était du devoir collectif que d'éliminer la mauvaise herbe qui empêchait la fleur de pousser.

~ Je serais brève. Dites nous qui vous êtes et la raison de votre attaque, immédiatement.

L'homme resta silencieux, défiant la jeune femme du regard. Il se moquait d'elle clairement, ce n'était qu'une femme après tout et de plus, elle était blessée, que pouvait-elle bien faire d'autre?
Parfait, il le prenait comme ça... Eänlys resserra ses doigts sur le cou de l'insolent. Se faisant, elle sortit une dague de sa botte et planta froidement la lame dans l'épaule du prisonnier qui laissa échapper une plainte mêlée de surprise et de douleur.

~ Enfin nous pouvons entendre votre voix. La prochaine fois, c'est votre coeur que je toucherais. Ne m'obligez pas à me répéter... A trois, vous êtes mort.

Elle retira la lame de la blessure d'un mouvement sec et posa la pointe contre le torse de l'inconnu.

Un.

Il ne parlait toujours pas. L'elfe rousse ne semblait pas plaisanter, elle allait vraiment le tuer, presque de sang froid.

Deux.

Toujours le silence pour réponse. Il ne voulait pas le croire, elle n'aurait pas le cran de le faire.

Trois.

Seul Anynduil pouvait s'interposer. S'il décidait de laisser Eänlys faire, l'étranger finirait sans vie, souillant le sol de leur belle forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeSam 30 Oct 2010 - 9:14

Anynduil venait de terminer le nœud, et s’était relevé pour remettre sa chemise déchirée en place. Il devait avoir un drôle d’air, avec un tel bout de vêtement qui manquait, mais à vrai dire, il s’en fichait. Il se souciait beaucoup plus d’Eänlys que d’un simple morceau de tissu. C’est pourquoi, lorsqu’elle lui dit qu’elle lui donnerait de quoi le rembourser, il secoua la tête et répondit en ayant un fin sourire sur ses lèvres :


« Non, laissez. Ce n’est qu’une chemise, et votre bras était bien plus important. »


Mais aussitôt, la jeune femme se réintéressa au prisonnier, toujours enraciné, et toujours la bouche fermé. On aurait pu croire qu’il était muet. Mais bien sûr, il était loin de l’être. Disons plutôt qu’il était d’une obstination qui, en d’autres lieux, lui auraient coûté la vie. Toutes les questions de l’Elfe de feu restaient sans réponse. Mais… Avait-il pensé « en d’autres lieux » il y avait quelque secondes ? Oui, mais pourtant… Elle venait de sortir une arme, une dague de sa botte, dont elle appliqua la pointe sur l’omoplate de l’humain. Eänlys lui posa aussitôt un ultimatum, et mit alors la dague contre la poitrine de l’Homme. Son cœur serait transpercé sur un simple mouvement du bras de la jeune Elfe.

Anyn tentait de voir si elle était sérieuse, et l’expression de son visage lui confirma cela. Ce n’était plus la même Elfe que celle avec laquelle il avait regardé le coucher du Soleil. Elle était comme… Métamorphosée. Soit l’Homme avait véritablement un problème mental, soit il jouait à un jeu dangereux. Lentement, les chiffres du compte à rebours s’égrenaient… Un… Il essayait encore d’imposer son jeu… Deux… Il attendrait sans doute le dernier moment… Trois… Était-elle vraiment sérieuse ?...



« Attends. »


Sa voix résonna, claire, dans la clairière. L’Homme n’avait certes pas de circonstances atténuantes ou d’autres choses dans ce même genre, mais il voulait à tout prix savoir pourquoi les avait-il attaqué, eux. Ce n’était clairement pas par pitié, mais plutôt… Par curiosité. Et aussi parce que… Certes, il ignorait l’histoire de son amie, et il ne savait pas si elle avait déjà tué auparavant ou pas… Mais quoi qu’il en fût, il se refusait à la voir rougir ses mains cette nuit.

Conscient qu’il ne devait pas rester planté comme ça à regarder d’un air absent la scène, Anyn s’approcha des deux êtres vivants présents dans cette pure clairière des forêts Elfiques. Tout était silencieux, et immobile. Arrivé à leur hauteur, il posa délicatement sa main sur le poignet d’Eänlys, pour lui faire retirer sa dague de la poitrine de l’Assassin.



« Eänlys, attends. Ne durcis pas tes yeux, ce serait si… Triste ? »


D’aucun auraient pu croire qu’il se moquait, mais le ton de sa voix démentait cela. Ensuite, il regarda à son tour l’inconnu dans ses yeux, tentant de percevoir une once d’explication, qui aurait pu l’éclairer sur ses actes, ses raisons… Mais tout ce qu’il voyait était une étincelle moqueuse. Bon sang, ce type se fichait de mourir, la menace d’Eänlys l’ayant laissé de marbre. Il fallait jouer, avec lui, sur des cordes psychologiques beaucoup plus profondes. La mort ne l’intimidait pas, et il n’en savait pas assez sur lui pour utiliser ses proches comme raison pour le faire parler, même si ce n’était que du bluff évidemment. Peut-être pouvait-il user d’une probable psychose ? Une sorte d’arachnophobie ou quelque chose comme ça.

Faisant les gestes nécessaires à l’invocation, et rassemblant son énergie, le Rôdeur fit apparaître une vipère, qu’il ramassa et déposa sur les épaules du prisonnier, avant de s’éloigner.



« Nous allons te laisser réfléchir pendant une heure avec ta nouvelle… Amie. »


Il adressa un mouvement de tête imperceptible à Eänlys, comme pour lui proposer de le suivre ou de rester, et alla disparaître derrière les arbres. Là, il grimpa sur eux et s’assit sur une branche d’où il pouvait voir sans être vu. Et visiblement, l’homme était très mal à l’aise avec la vipère qui se tortillait autour de son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeMer 3 Nov 2010 - 10:16

Le décompte était terminé et l'inconnu ne disait toujours rien. Eänlys n'aimait pas vraiment que l'on se moque d'elle ainsi, avec sûreté, elle resserra son emprise sur la dague et s'apprêta à la planter froidement dans le coeur du type. Cependant, elle suspendit son geste au dernier moment, Anynduil venait de lui demander d'attendre. Attendre? Il devait avoir trouvé un moyen de le faire parler.

La jeune femme fusilla du regard le prisonnier, il ne méritait pas qu'on lui accorde de la clémence, son regard était empli de haine et de rage, dans de telles conditions, les hommes étaient incontrôlables, presque déments, toute discussion était veine. Il venait d'ailleurs de le prouver.
L'expression de l'elfe s'adoucit légèrement quand Anynduil s'approcha et prit son poignet pour l'éloigner. Eänlys le laissa faire sans rechigner, ce n'était pas plaisir, ni envie qu'elle recourait à de telles menaces, bien au contraire, alors s'il avait trouvé une autre fourberie pour faire parler l'assassin...

« Eänlys, attends. Ne durcis pas tes yeux, ce serait si… Triste ? »

Elle arqua un sourcil, décontenancée. C'était bien la première fois qu'on lui disait cela... Elle resta quelques instants à le dévisager, sans doute avait-elle l'air bête de le fixer comme si elle avait vu un revenant. Secouant finalement la tête pour chasser cet air stupide de son visage, elle revint au sujet principal, lui accordant un coup d'oeil froid. Elle recula ensuite de quelques pas, laissant au jeune homme le soin de le cuisiner pendant qu'elle essuyait sa dague et la rangeait.

Elle suivait l'échange, encore une fois à sens unique, des deux hommes, ne pouvant se sortir de la tête la remarque de l'elfe. Voilà bien une situation qui la mettait mal à l'aise, elle ne s'était pas attendu le moins du monde à une réflexion de ce genre, surtout dans un tel moment.
Relayant ceci au second plan en voyant Anynduil invoquer une vipère, la jeune femme se demandait ce qu'il mijotait avec cet animal. Intéressant, il voulait jouer avec les nerfs de leur prisonnier. Cela pouvait effectivement marcher, elle n'y avait pas pensé. Il fallait dire qu'elle s'était laissée emporter par son mépris et la douleur que lui procurait sa blessure à l'épaule, à cause du carreau de l'arbalète.

Le serpent sur les épaules, l'assassin faisait beaucoup moins le malin. Eänlys crut même apercevoir une lueur d'effroi dans ses yeux quand l'elfe tourna les talons. Elle lui emboita immédiatement le pas, allant s'installer non loin, derrière un arbre, mais elle n'y grimpa pas, ménageant son bras.

A peine quelques minutes plus tard, l'homme rappelait déjà Anynduil, pour qu'il le débarrasse de la vipère. Eänlys leva les yeux du côté de l'elfe, pour voir ce qu'il faisait. Elle se releva finalement et alla se planter devant le prisonnier à nouveau.

~ Vous êtes enfin décidé à nous parler? lança-t-elle sur un ton neutre.

Il sembla hésiter quelques secondes mais finit par lancer:

- Enlevez-moi ce... cette chose et je répondrais! Mais vite!

Ce fut au tour de l'elfe d'hésiter, n'ayant aucune confiance en ce type. Elle appela cependant la vipère, la faisant monter sur son bras.

~ Pourquoi nous avoir pris en chasse?

- Je ne vous ai pas pris en chasse, dit-il sur un ton méprisant. Je dois juste voler du sang d'elfe.

La jeune femme fronça les sourcils et se tourna vers Anynduil, le questionnant du regard. L'assassin était-il un mercenaire payé pour récolter du sang d'elfe pour un quelconque original ou bien mentait-il?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeDim 7 Nov 2010 - 15:02

Le serpent faisait son œuvre. Le coup de dé du Rôdeur avait marché, il ne restait plus qu’à récolter la mise. Alors que l’assassin l’appelait pour qu’il vienne lui enlever le reptile, Anynduil préféra attendre encore un peu, histoire de bien marquer le coup. Et puis aussi, raison moins avouable, il n’avait pas envie de redescendre si peu de temps après être monté dans l’arbre. Cette branche était si confortable…

Mais ce n’était pas le moment de penser à cela. Eänlys s’était dirigée vers l’inconnu, et lui avait demandé fermement s’il s’était enfin décidé à parler. Après quelques hésitations, il répondit d’une voix où perçait quelque peu de la panique qu’il leur répondrait, seulement si on lui enlevait rapidement l’animal de ses épaules. Il y eut un petit temps de latence, mais finalement, l’Elfe prit la décision de prendre la vipère sur elle. Pendant cet échange, Any avait quitté son perchoir et était revenu dans la clairière, en restant toutefois à l’extrémité.

Sa première question fut cella à laquelle ils tenaient le plus à savoir la réponse. Il ne savait pas encore que ladite réponse apporterait encore d’autres questions. L’Elfe aux cheveux de feu lui demanda pourquoi les avait-il poursuivi. Et Any ne s’attendait pas à cette réponse. Son but était de voler du sang de son peuple, quelle que soit la personne qui aurait servi à sa « cause ».

Silencieusement, par un regard, son amie l’interrogea. Il n’était pas difficile de deviner ce qu’elle lui demandait, car lui-même se posait les mêmes questions. Mensonge, ou exécution d’un ordre ? Il y avait des rumeurs, dans les villages, originaires des tavernes de « bas étage », comme quoi des mages corrompus se livraient à des expériences sur le sang des Elfes. Personnellement, Anynduil n’y croyait pas, cela lui semblait tout simplement trop gros, et aucun Elfe n’en avait entendu parler, sauf certains Rôdeurs, mais dans les mêmes conditions que lui. Au final, cette information avait été classée dans les élucubrations de vieux ivrognes. Toutefois, comme pour tout, cela était possible. Anyn s’approcha à son tour du prisonnier, et vint se placer aux côtés de la jeune femme.



« Écoutes-moi bien, l’ami, si jamais j’ai le soupçon que tu ment, ce n’est pas avec une vipère que je te laisse, c’est avec toute une famille jusqu’à ce qu’une d’entre elles éprouve une petite faim, compris ? »


Une nouvelle lueur d’effroi s’alluma dans les yeux de l’humain. Cette seule menace suffirait sans doute à le convaincre de dire la vérité. Mais intérieurement, Any se dégoûtait de lui-même. Il n’aimait pas le chantage, ni même la torture, tant physique que psychologique. Mais cet individu était un danger pour ses frères et ses sœurs, et par conséquent, il devait être traité comme tel.


« Je ne répéterais ma question qu’une fois. Qui t’as payé pour ça ? Son nom… je veux son nom, son âge, le lieu de résidence, tout… C’est clair ? »


Un regard de défi, rapidement « adouci » par le souvenir de la menace. Mais il se débattait encore intérieurement, sans doute entre sa fierté, et sa peur. Mais la crainte fut plus puissante, et il se mit à parler :


« C’est… J’ai été engagé par Yalt Supym. C’est un mage résidant à Silica, une ville à trois jours de marche au nord-est d’Elena. »


Vu la peur que lui provoquait l’idée de rester seul avec des vipères, Any avait envie de le croire. Mais il était possible que l’autre se joue encore d’eux. Si seulement ils avaient quelque chose pour savoir s’il disait la vérité. Hélas, ils allaient devoir se fier à leur instinct. Any prit le bras d’Eänlys pour l’amener à l’écart, qu’ils puissent parler sans être entendu.


« Je serais d’avis de dire qu’il dit la vérité. Mais dans ce cas, ce n’est pas plus rassurant pour autant et… On vient. »


L’Ombre Elfique avait cru entendre un bruit de pas, mais le plus étrange était que ce dernier était léger, comme celui d’un Elfe. Mais il faisait nuit, et rares étaient ceux de son peuple à s’aventurer aussi « loin » de la Clairière lorsque le Soleil était couché. Lentement, et car on ne savait jamais à quoi s’attendre, Anynduil s’écarta et alla se mettre près d’un arbre, la main sur la poignée d’Hélith.



[HRP : Si quelque chose te dérange, dis-le moi et je reprend ma réponse ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeDim 7 Nov 2010 - 22:11

Anynduil prit le relais après la question silencieuse de la jeune femme. Cette dernière replia son bras blessé contre elle, car elle n'avait pas de quoi se faire une écharpe et devait éviter de trop le bouger pour ne pas aggraver l'état de son épaule. Ce idiot ne l'avait pas loupé, elle mettrait du temps avant de guérir totalement, même avec l'aide de la magie...

Eänlys dut retenir un soupir agacé, il leur faisait perdre leur temps avec ces histoires farfelues. Jetant un rapide coup à la voie lactée avec une lueur capricieuse dans le regard, elle finit par abandonner l'idée de rentrer rapidement jusqu'à chez elle et se concentra sur la situation actuelle. Anynduil menait "l'interrogatoire" d'une main de fer, ne laissant rien passer à leur prisonnier. La jeune femme aurait eu du mal à le croire l'elfe capable d'un tel comportement si elle ne l'avait pas vu de ces propres yeux. Lui qui à peine quelques heures auparavant semblait si perdu, faisait preuve d'une grande assurance et menaçait froidement le mercenaire.

L'elfe, après avoir livré ses menaces et écouté la réponse du prisonnier, attrapa Eänlys par le bras pour l'attirer plus loin et lui faire part de ses observations. Il pensait pouvoir faire confiance aux dires du mercenaire. Il fallait dire qu'il l'avait traumatisé avec ses serpents. Mais au moins, ça avait calmé leur invité et lui avait fait passer l'envie de jouer les durs. S'il disait vrai, Eänlys irait faire prochainement un tour du côté des hommes et de leur empire pour se renseigner sur cette affaire "d'étude de sang elfique". Cela n'annonçait rien de bon, et elle n'avait pas vraiment envie de devoir être sur ses gardes en permanence, au coeur des bois, à se demander si un fou à lier allait vouloir la tuer pour lui voler du sang...

Un frisson la parcourut, quelqu'un approchait. Réagissant par réflexe, elle lança un sort de mutisme sur le mercenaire et se glissa derrière un arbre à l'instar d'Anynduil. Elle ferma les yeux, écoutant plus attentivement les bruits à peine perceptibles de pas. Un elfe? Qu'est-ce qu'un elfe pouvait-il bien faire là au beau milieu de la nuit? Ce coin des bois était pourtant tranquille d'ordinaire. Un humain n'avancerait pas aussi silencieusement en pleine nuit et en pleine forêt. Il restait encore l'hypothèse d'un vampire car après tout, ils n'étaient pas si loin de la lisière... Non, c'était impensable! Un vampire n'oserait pas s'aventurer ici, même... en pleine nuit?

De toute façon, ils seraient bientôt fixé, quand l'inconnu entrerait dans leur champs de vision et s'intéresserait à l'otage réduit au silence, les deux elfes pourraient s'accorder sur la marche à suivre. Il y avait des situations où les regards étaient plus clairs que de longs discours.

~*Par tous les esprits, faites que ce ne soit que l'un des nôtres...*~ ne put s'empêcher de penser Eänlys alors que les pas se rapprochaient lentement.

Blessée à son bras dominant, appeler son épée n'aurait été d'aucune utilité, du moins contre un adversaire avec un temps soit peu de niveau. Elle était plus lente en utilisant son bras gauche, donc inefficace face à un elfe ou une créature des ténèbres. Si jamais il y avait combat, elle ne pourrait que compter sur sa magie pour aider Anynduil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeDim 28 Nov 2010 - 14:53

L’attente était insupportable, d’autant plus que les deux Elfes n’avaient aucune idée de ce qu’ils allaient voir arriver. Un Elfe ? Un Homme ? Un Vampire ? Un ami ? Un ennemi ? Cette absence d’information était plus que gênante. C’était comme de devenir subitement aveugle durant un combat.

Anynduil avait ses deux épées en main, et s’était caché derrière un arbre. La personne se dirigeait vers la clairière, ainsi, il pourrait avoir, durant un temps très court à cause du prisonnier en plein milieu, l’effet de surprise. Seulement, suivant la personne sur laquelle ils tombaient, cet effet-là pouvait bien ne leur apporter aucun avantage. Surtout s’il s’agissait d’un Vampire, en pleine nuit, le moment de la journée où leur puissance est à son maximum. Dans ce cas… Eh bien, dans ce cas, ils devraient se débrouiller pour le mettre hors d’état de nuire. Ah bon sang, si au moins il avait eu l’idée de prendre son arc ce matin. Any était assez bon à l’épée, mais il excellait à l’arc, et pouvait prétendre au rang des meilleurs archers de l’Empire Elfique, s’il avait conscience que ce rang existait. Mais bon, tant que cet art lui servait lors de ses missions, cela lui allait.

Les pas se rapprochaient, petit à petit. Et dans le même temps, la tension augmentait. Un point qui pouvait paraître rassurant était le fait que la personne ne se cache pas vraiment, mais d’un autre côté, il pouvait s’agir de quelqu’un tellement sûr de lui et de sa force qu’il n’en éprouvait pas le besoin, car il savait qu’il était une menace, et non une « proie » possible.

Dix mètres, puis neuf, puis cinq. Un mètre, et quelques pas de plus, et l’inconnu pénétra dans la clairière. Et il s’agissait… D’un Elfe ?! Mais que venait faire un Elfe si loin de la Clairière en pleine nuit ? Bon d’accord, c’est bien ce que faisait Eänlys et lui-même, mais ce n’était pas une raison. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’il ne s’agissait pas d’un traître. La méfiance était de mise, surtout en cette nuit.

L’Elfe était vêtu de la tenue des éclaireurs : un pantalon, une tunique ainsi qu’une veste, et des bottes vertes et marrons, pour mieux se camoufler dans les forêts et les plaines. Dans son dos, il portait un arc court, et il avait une rapière à sa hanche. Sa capuche était dans son dos, ce qui permettait de voir son visage. Il avait les cheveux blonds, comme beaucoup d’Elfes, et des yeux gris. Et il lui disait quelque chose. Anynduil avait comme une impression de déjà vu à son égard. Tenant toujours ses épées en main, il sortit des ombres.



« Étoiles ? »

« Chêne. »



Le Rôdeur souffla et rengaina ses épées. Le mot de passe changeait toutes les semaines, et servait à différencier les alliés des ennemis dans la forêt Elfique, et parfois ailleurs. Le nouvel arrivant se tourna vers lui et sourit.


« Vous êtes sur les nerfs on dirait. Ce mot de passe est rarement utilisé, même ici. »

« Regardez donc ce qu’on a trouvé, vous comprendrez. »



Il fit un signe de tête à Eänlys pour qu’elle le rejoigne.


« Il est des nôtres. Nous devrions continuer notre interrogatoire, ce sujet étant des plus sensibles. »



[HRP : désolé du retard :sad: Et si ça ne te convient pas, ou qu'il faut que je rallonge, signales-le moi ^^"]


Dernière édition par Anynduil Linwëlin le Dim 16 Jan 2011 - 17:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeDim 12 Déc 2010 - 18:07

Se laissant guider par son ouïe fine, capacité bien pratique et commune à tout elfe, la jeune femme cherchait à se faire une idée de l'emplacement et du déplacement des étrangers, repérés peu avant par Anynduil. Eänlys ferma les yeux, les pas des étrangers étaient aussi légers que les feuilles des arbres les entourant. Il était difficile de se faire une idée précise de leur nombre et de leur position, les yeux clos, elle espérait décupler son ouïe.

C'était peine perdu cependant. Rouvrant les yeux, elle eut juste le temps d'apercevoir son compagnon de route et de mésaventures sortir de l'ombre où il était tapis pour lâcher une partie d'un mot de code. Du moins, ce fut l'interprétation qu'en fit la jeune femme en entendant l'autre répondre.

Anynduil fit signe à l'elfe qu'elle pouvait se montrer, les deux hommes semblaient se connaître plus ou moins, ils étaient donc en sécurité pour le moment. Eänlys sortit à son tour de derrière l'arbre où elle était, son bras replié contre elle. Un bref coup d'oeil du côté de l'inconnu lui fit comprendre que la réputation de son mentor la précédait.
En effet, il la détaillait avec réserve, se demandant sans doute ce qu'elle faisait ici, et de surcroit avec un autre elfe, elle qui vivait en ermite près de la lisière.

Il avait donc entendu parlé de Shaylon, la "sorcière" des bois. Cette dernière vivait en effet en ermite et manque de popularité retombait fréquemment de cette manière sur sa protégée, qu'elle avait en effet instruite et influencée dans son mode de vie.
L'image de l'aveugle s'imposa à son esprit et des souvenirs amers ressurgirent comme des flashs désagréables. La jeune femme ne montra rien de son malaise et salua simplement d'un signe de tête l'inconnu qui détourna le regard pour s'intéresser au prisonnier.

Eänlys s'avança vers ce dernier et ôta le sort qui le réduisait au silence.

~ En effet, plus vite nous saurons de quoi il retourne, mieux ça vaudra pour tout le monde.

Le nouvel arrivant lança un regard intrigué aux deux autres. Il ne devait pas comprendre grand chose de la situation actuelle et c'était plus que compréhensible.
Eänlys devança sa question et lui résuma brièvement les évènements précédents, l'altercation avec l'humain puis le début d'interrogatoire qui soulevait désormais d'autres questions. Sans doute aurait-il mieux valu emmener cet homme jusqu'au village le plus proche pour l'interroger comme il se devait mais tant que personne n'évoquait cette possibilité, la curiosité de la jeune femme prenait le dessus.

~ Nous disions donc que vous nous avez attaquer pour nous voler du sang pour un humain... Vous pouvez peut-être être plus précis? Dites-nous tout ce que vous savez sur votre employeur et peut-être que nous pourrons trouver un arrangement.

[j'ai eu des gros gros problèmes de co', j'ai pas pu répondre plus tôt, désolée T.T]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitimeDim 23 Jan 2011 - 15:17

Les trois Elfes faisaient face au prisonnier, dans la forêt redevenue silencieuse. La jeune femme fut la première à reprendre l’interrogatoire, en proposant un probable marché à l’Homme si ce dernier acceptait de tout leur dévoiler. Anynduil sentit le nouvel arrivantse tendre à ces mots, mais cela dura si peu de temps qu’il pouvait très bien l’avoir imaginé. Mais quel Elfe resterait impassible en apprenant qu’un humain en avait envoyé un autre pour les tuer dans le but de leur prendre du sang ?

L’assassin semblait réfléchir intensément, tiraillé entre parler et être libéré, ou au moins avoir de très grandes chances, ou bien ne rien dire pour rester fidèle à l’employeur, et risquer de rencontrer une lame. Ses lèvres se pinçaient, se détendaient, se repinçaient. Ses paupières étaient closes, mais on devinait que ses yeux bougeaient en dessous. Ses mâchoires étaient crispées, tout comme ses muscles… Il était visiblement en proie à un état d’agitation intérieure extrême. En un sens, Any le comprenait, mais après tout, l’homme l’avait cherché.

Une question le tiraillait toutefois. Eänlys et lui avaient-ils été ses premières cibles, ou bien certains de leurs Sœurs et Frères l’avaient-ils déjà rencontré ? Et dans ce cas, puisqu’il était encore en vie, cela voulait-il dire que…Non, non, cela se serait su, forcément. Un Rôdeur, un éclaireur, un gardien des frontières aurait forcément trouvé le corps, dans le pire des cas, non ?

L’Elfe se secoua la tête pour chasser cela de ses pensées. Il ne devait pas perdre le fil de la situation présente, en partant dans de si sombres conjectures. Il devait se concentrer sur le moment présent, pas sur des choses qui ont très bien pu ne pas arriver.



« D’accord… Je… Je parlerai… »


Anynduil regarda les deux Elfes à côté de lui, pour savoir si l’un d’entre eux allait prendre la parole. A vrai dire, il ne savait pas par où commencer. Les interrogatoires n’avaient jamais été pour lui, et il y avait tellement de choses à savoir. Par où commencer ? Par le plus simple évidemment, mais qu’était le plus simple dans cette histoire ? Plus que cet homme, il y avait derrière tout ça un mage beaucoup plus dangereux que lui, et qui pouvait très bien avoir envoyé plus qu’un seul assassin. Et qui pouvait aussi s’être assuré que ceux-ci ne soient pas en mesure de divulguer des informations. A première vue, puisqu’il avait déjà dit le nom et la ville de résidence de son employeur, non, mais qui pouvait confirmer qu’il avait dit la vérité ? Voire même que la « punition » de sa trahison ne se déclenchait pas en disant certaines choses sensibles ?


« Je ne suis pas tranquille. Nous sommes trop à découvert ici. Nous devrions bouger, et se diriger vers un poste avancé. Nous y serons plus tranquille pour l’interroger. »


Paranoïa ? Peut-être, mais celui qui n’a jamais peur est un imbécile. Son instinct lui soufflait qu’ils aillent se mettre à l’abri pour questionner leur prisonnier, et il ne comptait plus les fois où son instinct l’avait tiré d’un mauvais pas.


« Eänlys ? Peux-tu maintenir ton sort tout en lui permettant de marcher ? Je vais partir en avant, et… »

« Eriol… Eriol Meässe, fils d’Enwyn Meässe. »

« Et Eriol, donc, s’occupera de nos arrières. »



Il ne fallut pas lui dire deux fois. Le jeune Elfe se dirigea immédiatement vers les directions opposées d’où il devrait se diriger. Anynduil regarda alors la rousse.


« N’aies crainte d’avancer, s’il y a le moindre souci, nous reviendrons vers toi. Et… Surtout, sois prudente. »


[HRP : Un "désolé pour mon retard" n'est pas suffisant, mais je le suis vraiment. Néanmoins, tu as tous les droits de me fouetter si tu le veux]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Empty
MessageSujet: Re: Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Les fantômes du passé [PV Eänlys Diansìn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» Hortense ♣ Fantôme du passé [TERMINE]
» Les fantômes du passé... [Pv Sonja - Peter]
» Les fantômes du passé - PV AnaCoeur
» Fantôme du passé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-