Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Empty
MessageSujet: Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Icon_minitimeDim 19 Juil 2015 - 17:31

An 05 d'Obsidienne : le 08 mai


Les plaines de l'Est, enfin... Jamais Korentin n'aurait cru qu'il serait un jour heureux d'arriver dans ce territoire morbide, dangereux et autrefois nauséabond. Oh ce n'était plus le cas bien sur, la zone s'était sérieusement asséchée ces dernières années et les marécages n'existaient quasiment plus. Quelques moustiques encore pullulaient dans la zone, quelques rares caïmans aussi aux endroits encore humides mais cela n'avait plus rien à voir avec ce qu'avait pu être ce lieu dans le passé. Les prédateurs qu'on y trouvaient étaient bien différents à présent, moins dangereux sans doute que les vampires qui se promenaient jadis dans ces zones mais tout autant à éviter pour les fugitifs qu'ils étaient. La présence des impériaux était forte en effet en cet endroit qui n'était autre que le front de la terrible guerre qui les opposait aux Protégés et leur ligne s'étalait sur des lieux et des lieux, trop bien établie pour que Korentin et ses compagnons se risquent à la traverser.

Las de cette interminable marche, l'empereur humain détacha son regard de l'horizon où il pouvait déjà apercevoir les frontières du désert pour le reposer sur les compagnons en question. L'officier grognon et la Lame Noire bien sur qui ne l'avaient pas quitté depuis Morneflamme, Veren ensuite qui l'avait retrouvé à la toute fin du mois de mars, Achroma aussi qui avait commencé par le traquer de loin puis qui avait disparu avant de revenir et de se rapprocher cette fois au point de parfois marcher presque avec lui. Ah et la dernière... Comment l'oublier ? Le regard perçant du Kohan s'adoucit en se posant sur les vertes écailles de celle qui ne le quittait désormais plus d'une semaine. Ashy... Leurs retrouvailles étaient toutes récentes, il en tremblait encore d'émotion parfois. Il avait tant guetté ce moment où il l'apercevrait enfin à l'horizon, et c'était arrivé, elle était venue. Comme elle avait grandit ! Et changé ! Comme lui en fait... Il avait dû batailler serré pour ne pas qu'elle l'emmène manu militari à l'abri derrière les lignes Protégées mais il ne pouvait abandonner ses compagnons. De négociations en négociations, de promesses en promesses, il avait obtenu d'elle qu'elle le laisse terminer sa longue cavale à pied et depuis ils marchaient ensembles mais leurs regards se séparaient rarement plus de quelques minutes. Et à présent il fallait qu'il négocie une nouvelle séparation... Courte d'accord, mais réelle. Il sentait déjà la désapprobation de la verte dans leur esprit de nouveau partagé. Mais tant pis, ils n'avaient pas le choix de toutes façons.

La discussion fut âpre, plus que cela même. Mais quoi d'étonnant ? Pas plus ses trois premiers compagnons que Veren et encore moins Ashy n'apprécièrent en premier lieu son idée. Néanmoins il n'y avait pas beaucoup d'autre choix. Ashy pouvait les transporter les uns après les autres bien sur mais elle s'épuiserait en volant très haut pour ne pas se faire tirer dessus par les archers. Non son idée à lui était bien plus prudente malgré les apparences, si il parvenait à faire ce qu'il voulait il passerait de l'autre côté de la ligne ennemie sans même que ceux-ci s'en aperçoivent. Veren et Ashy feraient une diversion de leur côté, lui, Achroma et les trois autres en profiteraient pour se glisser entre les lignes et tout ce joli monde se retrouverait de l'autre côté. Quoi de mieux ? Aucun d'entre eux n'auraient accepté qu'il soit celui qui s'occupe de la diversion, c'était son seul regret, mais c'est aussi ce qui permit à la pilule de passer plus facilement. La nuit suivante, ils passèrent à l'action.


************

Le soleil se leverait dans moins d'une heure, c'était suffisant pour qu'ils puissent traverser les lignes impériales en se dissimulant dans l'obscurité mais pas assez pour qu'ils arrivent jusqu'aux protégés toujours cachés par elle. Korentin y avait en effet réfléchit sérieusement, il ne tenait pas à ce que leurs alliés ne voient arriver que des ombres car certains pourraient bien leur tirer dessus avant de leur permettre de s'identifier, surtout si ils apercevaient un vampire dans le sillage des trois premiers... Si tout se passait bien, Ashy et Veren les rejoindraient avant cela, la verte serait facilement identifiable par les Protégés ce qui serait une aide appréciable. C'était cela le plan.

Mais évidemment et comme toujours, il ne se déroula pas tout à fait comme prévu. Si l'attention des impériaux fut bien attirée par la diversion d'Ashy et Veren, ils ne lancèrent toutefois pas toutes leurs forces à la poursuite de ces trois là et il fut difficile à Korentin et ses compagnons de traverser au lieu prévu. Un peu déporté au nord de l'endroit prévu, ils n'atteignirent pas le point de rendez vous et au lieu de la verte et de la vampiresse transformée en humaine, c'est directement sur les protégés qu'ils tombèrent. Le danger des impériaux était loin derrière, mais un autre se profilait droit devant. Et il ne tarda pas à s'exprimer :

"HALTE ! Identifiez vous !"

Le jour se levait, éclairant peu à peu la scène ce qui permit aux fugitif de constater qu'ils se trouvaient à quelques pas des lignes protégées, et entourés par eux... Quelques archers les visaient, amenant le dragonnier d'émeraude à s'exprimer rapidement :

"Sergent Eric Martin du corps des Lames noires, soldat Thomas Villamaux et lieutenant Brayden Allen de l'ex-empire, en escorte de Korentin Kohan. Nous avons voyagé jusque ici depuis Morneflamme."

Des noms à même de les rassurer, mais il fallait aussi nommer les autres :

"Ma dragonne Ashy va nous rejoindre, elle porte Veren Sarjaa qui s'est enfuit de Gloria et qui demande à être accueillie par le protectorat. De même qu'Achroma Seithvelj qui a besoin d'être rapidement libéré de sa marque."

Il y eut un instant de flottement en face. Il faisait encore un peu trop sombre pour vraiment parvenir à voir les traits de celui qui se revendiquait comme l'empereur humain et si le nom de Sarjaa ne leur disait sans doute pas grand chose pour la plupart d'entre eux, il n'empêchait qu'elle venait de Gloria et qu'elle était donc une potentielle ennemie. Elle serait sans doute vite interceptée... Une légère inquiétude traversa Korentin à cette pensée mais elle demeura fugitive, nul n'oserait s'en prendre à elle puisqu'elle était avec Ashy. Par contre ce n'était pas le cas d'Achroma...

"Approchez vous doucement tous les quatre, le vampire reste en arrière."

Le ton déplu immédiatement au Kohan qui fronça les sourcils, pas tout à fait convaincu que l'idée soit bonne. En s'avançant ainsi il s'exposerait, ce n'était pas bien grave quelque part car il n'imaginait pas que les protégés puissent gagner quelque chose à le tuer une fois qu'ils seraient sur de son identité. Par contre Achroma serait alors dans leur ligne de mire, et les arcs demeuraient tendus... Le vampire avait-il déjà capté la menace ? Si ce n'était pas le cas alors il ne tarderait sans doute pas à le faire en sentant l'approche des deux groupes protégés qui tentaient de les contourner discrètement. Le coeur du dragonnier bondit lorsqu'il en prit conscience et il alerta :

"Ne faites pas cela !"

Hélas, il était déjà trop tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Empty
MessageSujet: Re: Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Icon_minitimeLun 20 Juil 2015 - 16:15

Tout ne s’était pas passé comme ils l’avaient espéré… c’était le moins que l’on puisse dire. Lorsqu’il avait été décidé de ce plan, et qu’il les avait suivis, il s’était attendu à le voir mis à mal d’une façon ou d’une autre. Mais certainement pas de façon aussi radicale évidemment. Leur principal élément d’approche était non seulement absent, mais encore mieux, ils étaient… directement dans les lignes des protégés. A présent qu’il était si proche de Korentin, il devait faire très attention, et compter chaque pas plus encore que les précédents. Il fallait qu’il garde un certain état d’esprit, un certain rythme, une certaine discipline… qui ne concordait pas avec l’obligation soudaine de s’arrêter et d’observer les ennemis de son bourreau. Il était tout sauf en paix, en cet instant… et à chaque instant, il savait qu’il pouvait soudain basculer et ne plus se contrôler, et alors, que se passerait ? Beaucoup de choses sans doute, mais aucune agréable pour quiconque ici. Pour autant, il ne regrettait pas d’être venu. S’il obtenait le miracle auquel il aspirait, alors tous les risques pris auraient payés. Et il fallait que ce miracle est lieu, encore plus après ce qu’il s’était passé à Caladon et après qu’il ait été contraint de fausser compagnie à sa propre liée.

C’était avec tout cela en tête qu’il observait à présent la scène qui se déroulait, en retrait et prudent. Muet pour le moment, il préféra autant laisser l’empereur fugitif s’exprimer, sachant que les rebelles seraient certainement bien plus ravis de le voir qu’ils ne le seraient de constater sa présence à lui. Le jour se levait… la constatation, alors que Korentin prenait la parole, lui fit un instant froncer délicatement les sourcils. Des forces en moins pour lui, une bonne et une mauvaise chose. Cela amoindrirait les dégâts s’il devait en provoquer, même si pas de beaucoup, et d’un autre côté, il n’avait simplement pas envie de se sentir faible, même légèrement, face à eux. Tous ces hommes, ces mortels… ils avaient beau être des Protégés, ils avaient beau combattre Vraorg… ils n’en restaient pas moins de simples mortels, friables et à la volonté destructible. De faibles créatures en proie aux émois et aux vices, aux envies… Il n’arrivait pas à leur faire confiance. Il n’arrivait pas à s’ôter de l’esprit que chacun d’entre eux, confronté aux agents du Voleur de Cœur ou au dragon en personne, plierait immédiatement sans rémission.

La confiance était une chose qu’il ne risquerait plus avec de tels individus, et il souhaita un bref instant que ce fut Roëric et Isyndar qui soient là et tienne cette partie du front. En eux, au moins, il pouvait se reposer et avoir encore cette confiance qui lui faisait défaut. Et alors même qu’il se faisait pareille réflexion, les ordres donnés par l’officier Protégé virent le confirmer dans ses sentiments. Il reporta immédiatement son regard vers lui, ses yeux le clouant sur place. Etait-ce bien prudent de laisser Korentin s’approcher ? N’allaient-ils pas le trahir ? Après tout, Fabius faisait partie du Protectorat, n’aurait-il pu donner des ordres en ce sens ? Avec l’excuse d’avoir pris le dragonnier de Lapis pour un ennemi, dans le clair-obscur…. L’idée le hérissa profondément, viscéralement. Crispant les doigts, il combattit l’envie de dégainer sa faux et de se placer entre Korentin et les soldats. Le ton utilisé par l’humain armé titillait tous ses instincts de prédateurs autant que de guerrier. Les cœurs qui approchaient ne firent que le renforcer dans son hypothèse et la tension atteignit son apogée…

Fous que vous êtes

Sifflement dégoûté alors qu’il dressait soudain la barrière de sa magie autant que de sa volonté autours d’eux. Dénué de douceur excessive mais ne désirant pas pour autant les tuer, il se contenta de les déstabiliser et de les envoyer au sol d’une onde de choc propagée dans le sol. Cette fois, il dégaina, et sa faux, qui étincela dans la lumière montante. Il ne fallait pas qu’ils approchent ! Il ne fallait pas qu’ils approchent de lui ! De lui ou de…

Korentin…

Il étendit le champ protecteur pour englober les trois humains qui avaient voyagé avec lui. Ils ne devaient pas en souffrir non plus. Korentin surtout, il fallait qu’il reste sain et sauf. Tout cela ressemblait de plus en plus à une tentative de traquenard et il n’aimait pas ça du tout. Ils n’auraient pas dû venir, du moins pas ensemble pas comme ça. Mais puisqu’ils étaient là, alors mieux valait encore tenter de limiter la casse !

N’approchez pas !

Un ordre, ni plus ni moins. Il refusait qu’autant de guerriers approchent d’eux. Ça allait mal finir, et encore plus tant qu’ils ne donnaient pas une bonne raison pour ça…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Empty
MessageSujet: Re: Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Icon_minitimeMar 4 Aoû 2015 - 15:47

C'est à la faveur de la nuit qu'il était arrivé sur les lieux de ce petit avant-poste établi par les Protégés. Niché à proximité d'un ancien bosquet désormais desséché, le campement était particulièrement sommaire : en tout et pour tout, on y dénombrait guère plus de quelques tentes alignées autour d'un puits creusé là par l'un de ces mages chanteurs affin de la terre. L'endroit servait essentiellement de refuge temporaire aux patrouilles Protégées chargées de surveiller cette région particulièrement fréquentée par les éclaireurs des deux camps du fait de sa proximité avec la frontière qui séparait Théocratie et Protectorat. Ces mêmes patrouilles qui avaient aujourd'hui retenu l'attention de rien moins que l'un des Huit Supérieurs.

Drapé des sombres plumes du corbeau dont il avait choisi d'emprunter l'apparence pour faire le déplacement, invisible dans l'obscurité de la nuit, l'Esprit de la Mort s'était posé sur la branche asséchée d'un arbre mort. Il eut une brève pensée pour son frère Végétal tandis que ses pattes ténébreuses se refermaient sur le bois fragilisé : le pauvre avait désormais fort à faire pour faire croître ses dons au monde. Toutefois, la vue d'une jeune pousse émergente entre les pierres promettait déjà de venir remplacer l'arbre défunt et suffit à le rasséréner : l'éternel cycle du renouveau ne se laissait pas si facilement briser. Les sombres pupilles du volatile-esprit se tournèrent ensuite vers l'horizon assombri tandis qu'il se remémorait le message qu'était venu lui remettre son petit visiteur félin. Un charmant serval qui, par l'un de ces caprices si chers aux coeurs des félins, avait accepté de s'enticher d'un elfe devenu vampire au point de se laisser lier à lui. Mort avait souri devant cette touchante particularité, conscient que son jumeau adoré ne devait pour sa part pas beaucoup apprécier qu'un bipède se fut octroyé quelque influence que ce fut sur l'un de ses protégés animaux. Son sourire s'était cependant rapidement effacé lorsque le petit félidé lui eut confié son message : menés par Korentin Kohan, des prisonniers évadés de Morneflamme attendraient bientôt le Protectorat. Réjouissante nouvelle pour les peuples protégés, assurément, mais non moins alarmante pour autant. Car à en croire les dires du félin, et le Supérieur n'avait aucune raison de remettre en cause son honnêteté, Korentin avait été accompagné d'un autre genre de prisonnier. Un prisonnier que Mort connaissait bien : non seulement, il était plutôt rare qu'une âme demeura incarnée plus d'un millénaire dans un corps de bipède, fut-il un vampire, mais tout au long de son existence, le bipède en question avait également régulièrement eu l'opportunité d'écourter le séjour d'âmes moins chanceuses. Aussi la perspective de le voir directement confronté aux troupes Protégées avait-elle alerté l'inquiétude du Supérieur : ils n'avaient certainement pas besoin d'un massacre aussi parfaitement inutile, la vie dont son frère aimé les avait gratifié était par trop précieuse pour cela.

Ainsi, après avoir remercié le serval et celui auquel celui-ci était lié, Mort s'était sans tarder mis en route, suivant fidèlement les indications du félin pour être certain de ne pas manquer son rendez-vous. Quelques heures plus tard, alors que dans l'est se laissaient deviner les premiers rayons du jour naissant, l'Esprit-Corbeau toujours perché au sommet de son arbre avait entendu et écouté les paroles de cet éclaireur Protégé venu alerter ses compagnons au sujet d'un petit groupe d'individus se dirigeant dans leur direction. C'étaient ceux qu'il était venu attendre, sans l'ombre d'un doute, aussi le sombre volatile s'était-il envolé dans le silence de l'aube pour accompagner discrètement les soldats. S'il en avait la possibilité, il demeurerait observateur muet de la scène, conservant encore et toujours une certaine réticence à l'idée d'intervenir dans l'existence des créations de ses frères. S'incarner pour combattre une engeance telle que Vraorg était une chose, altérer les rapports que les simples mortels ou non entretenaient entre eux en était une autre. Malheureusement, il s'était avéré que cette première affirmation ne pourrait se réaliser sans la seconde.

Le vol silencieux du corbeau était jusqu'à présent demeuré parfaitement inaperçu, laissant l'Esprit de la Mort guetter le fil des événements. Il identifia sans mal chacun des intervenants, et plus particulièrement encore l'Ancien qui avait éveillé ses craintes. Une puissante magie l'auréolait, l'enserrait plutôt, et le Supérieur ne faisait alors nullement référence à l'habileté avec laquelle le dragonnier avait appris à manipuler la trame Armandéenne. C'était la magie de Vraorg, la marque que le Dragon Blanc avait apposé sur son serviteur captif, qui interpellait l'Esprit de la Mort. Une grande tension s'empara bientôt de ceux que ce dernier survolait encore, les armes furent dégainées, les avertissements s'échangèrent, la méfiance s'exacerba. Dans quelques instants, ils comprendraient que tous appartenaient au même camps et qu'il ne serait pas nécessaire de faire couler le sang. Du moins était-ce l'espoir que Mort caressait encore, il avait foi en eux tous. Peut-être un peu trop d'ailleurs, n'en déplaise à Vie.

En contrebas, il semblait bel et bien que la prédiction du Supérieur ne se réaliserait pas : encouragés par la peur et la méfiance qu'ils avaient appris à manifester vis-à-vis des personnages influents de la Théocratie, les soldats protégés renouvelaient leurs sommations. Chacun campait sur ses positions et pas un ne semblait prêt à faire le premier pas, ou plutôt pas dans la bonne direction ! L'oeil sombre du corbeau put en effet rapidement observer une poignée d'hommes qui s'étaient discrètement séparés du reste de la troupe et entamaient un mouvement de tenaille, dans l'espoir évident de surprendre le mage vampire. Naïf, pour ne pas dire proprement stupide, mais courageux de la part de soldats qui se savaient pourtant dépassés par leur adversaire.

Finalement, l'oiseau au plumage de cendre décrivit une courbe et descendit vers le sol, l'Esprit contemplant comme au ralenti la scène du carnage à venir. D'ici peut-être deux ou trois secondes, Seithvelj perdrait patience et mettrait sa menace à exécution, les soldats protégés qui ne seraient pas tués immédiatement s'efforceraient de répliquer et le dragonnier serait contraint de tous les exterminer. Pas vraiment la meilleure façon de se présenter à ses alliés. Alors, lorsqu'il fut parvenu à moins d'un mètre du sol, Mort abandonna sa forme de corbeau pour reprendre une apparence plus à même de mettre les bipèdes à l'aise. Ses pattes se firent jambes, ses ailes devinrent bras, son bec se mua en un visage d'une parfaite pureté tandis que ses plumes le drapèrent d'une toge aussi sombre que la longue chevelure d'ébène qui lui retombait à présent sur les épaules, en un subtil contraste avec la pâleur de sa peau. Son pied n'avait pas encore touché terre qu'il levait la main en direction du porteur de la marque de Vraorg, usant de la magie supérieure pour enserrer avec autant de douceur que de fermeté le pouvoir du millénaire. Dans le même temps, sa voix s'éleva, plus calme et paisible qu'on put l'imaginer :

« Ce ne sera pas nécessaire, Achroma. Je concède qu'ils ont une bien étrange façon de le démontrer, mais tes compagnons et toi n'avez ici que des amis. Korentin n'a rien à craindre, vous êtes à présent en sécurité. »

Du moins le seraient-ils aussi longtemps que le Supérieur conserverait les faits et gestes du dragonnier sous étroite surveillance : si tel n'était pas déjà le cas, la marque de Vraorg ne manquerait pas faire bouillir son porteur dans de très brefs délais. Le regard absolu du Supérieur s'attarda brièvement sur les visages des quatre humains évadés, concluant son inspection en s'adressant cette fois au Kohan :

« Soyez les bienvenus. »

Enfin, son visage se tourna vers le gradé responsable de la patrouille qui avait intercepté les nouveaux arrivants et il reprit :

« Capitaine, ces hommes ont effectué un long et éprouvant voyage pour arriver jusqu'à nous, peut-être serait-il adéquat de leur proposer un peu d'eau et de nourriture. »

Et à en juger par les traits de leurs visages, un lieu sûr où se reposer ne serait pas un luxe mais le sommeil était un privilège que le Supérieur ne pouvait pas encore se permettre de leur offrir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Empty
MessageSujet: Re: Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Icon_minitimeSam 8 Aoû 2015 - 11:46

Dès le début de son évasion de Morneflamme il avait su qu'à moins de mourir, il serait bientôt confronté aux Esprits. Et même en mourrant d'ailleurs quand il y pensait, mais il n'en avait pas eu l'intention et donc au moment où on lui avait remit le joyau de la part d'Océan il avait su qu'il devrait un jour ou l'autre se tenir devant lui, pour son bien ou son malheur. Pourtant et malgré cette certitude, la vision qui s'offrit alors à lui ne pu que l'éberluer. Les Armandéens s'habitueraient-ils jamais à cette nouvelle forme d'existence des Esprits ?

C'était... Un corbeau. Il avait été bien trop concentré sur la scène dangereuse qui se déroulait en bas pour le voir tout de suite mais il n'avait pas pu le louper quand il avait foncé vers le sol. Et moins encore quand il avait commencé sa transformation... Rapide, apparemment facile voir même complétement naturelle, elle ne prit qu'une seconde et là où il y avait l'instant d'avant un oiseau sur le point de se cogner contre le sol il y eu tout à coup une pâle et altière créature aux traits plus fin que le plus magnifique elfe au monde et dont les veinules parcourant la peau chariaient de discrets reflets d'or qui n'étaient pas sans rappeller au dragonnier d'émeraude les lueurs argentées qui avaient symbolisé le pouvoir d'Edwyn lorsqu'il était encore en vie. Pas de doute possible, d'ailleurs si il y en avait eu la soudaine atmosphère mystique se serait chargée de les effacer. Il avait devant lui un Esprit. Il n'était pas franchement certain d'être prêt et armé pour une telle rencontre...

« Soyez les bienvenus. »

Il cligna des yeux, conscient qu'il venait d'occulter complétement les premières paroles de leur illustre interlocuteur. Qu'avait-il dit ? Il avait prononcé le prénom d'Achroma et avait levé la main vers lui, ça Korentin en était presque sur. Est-ce qu'il le... Retenait ? Ce n'était pas plus mal il fallait bien l'avouer car nul autre à ce moment n'aurait pu retenir l'Ancien si les choses avaient dû dégénérer comme elles étaient en voie de le faire. Pourtant l'empereur humain demeura crispé, ses propres lueurs dorées habituelles demeurant parfaitement absentes dans son regard sombre. Il était sur la défensive, encore inquiet pour son ami vampire et très peu à l'aise dans cette rencontre. Mort n'était pas Océan c'était vrai, mais il demeurait son frère. Et Océan avait détruit Lyssa et précipité la mort de centaines de prisonniers dans le but de ne faire sortir qu'un seul homme, lui. D'autres l'auraient remercié à deux genoux pour un tel honneur, mais il n'était pas les autres. C'est donc avec une courtoisie plus distante qu'il n'en avait jamais démontré qu'il répondit :

"Merci. Je suppose..."

Et encore ne supposait-il qu'avec beaucoup de méfiance, ou plutôt de malaise. Se méfier des Esprits n'était de toutes façons pas très utile à son propre avis puisqu'on ne pouvait rien contre eux, mais il était simplement incapable de profiter simplement de cette sécurité qu'on lui présentait. De lourdes questions tournaient dans sa tête, qu'il ne pouvait pas poser sous peine de paraître ingrat, ou impoli, voir agressif. Presque avec désespoir, il tenta d'éteindre l'étincelle de colère qui brûlait dans son coeur comme une braise amère prête à enflammer toute une grange mais c'était impossible. Elle était là et il devait faire avec au point que les réactions qu'il aurait pu avoir par le passé, à savoir courber docilement l'échine et le genou devant ce Créateur qui lui faisait l'honneur de lui apparaître, cette réaction là n'était plus possible. Elle aurait pourtant été plus facile, moins culpabilisante même... Il se sentait presque honteux de cette froideur orgueilleuse qu'il ressentait à l'égart de l'être qui était venu jusque là pour les aider mais c'était ainsi. Il leur en voulait... Tout en demeurant parfaitement conscient qu'il était bien peu de chose et qu'il était présemptueux de sa part que de prétendre leur reprocher quoi que ce puisse être. Sauf que voilà, c'était tout simplement plus fort que lui...

"Est-ce que ça ira ?"

Il s'était tourné vers Achroma en désespoir de cause et après un rapide coup d'oeil à ses compagnons apparemment enchantés d'être enfin arrivés à bon port et complétement captivés par la présence de l'Esprit. Eux au moins ne se posaient pas de questions... Korentin pouvait donc ne s'inquiéter que sur le vampire et sur les réactions qu'il pouvait avoir pris qu'il était entre la marque et le pouvoir implacable de Mort. Dans l'intervalle on vint leur proposer nourriture et rafraichissement, ce dont ils avaient desespèremet besoin depuis des lustres, et il ne pu bien évidemment qu'accepter. Que lui prenait-il après tout de réagir ainsi après avoir tant traversé pour rejoindre le protectorat ? Il était heureux pour les autres c'était certain, soulagé de les savoir enfin hors de portée de Vraorg, mais il n'était plus tout à fait sur de vouloir être là lui-même. Pas comme si il avait le choix ceci-dit.

"Je préfère de l'eau si cela ne vous ennuie pas. Et du pain."

On les avaient mené à quelques mètres de là, à l'abri d'un des rares bosquets d'arbres qui existaient dans ces grandes plaines. Refusant ainsi l'outre de vin qu'un officier lui tendait, il but goulument l'eau fraîche qu'on lui présenta à la place. Non pas qu'il dédaigne de goûter la piquette de soldat qui avait de toutes façons le même goût partout mais il avait un furieux besoin de garder les idées claires et après trois ans d'abtinence plus un tel voyage il doutait de pouvoir les garder si il ne buvait ne serait-ce que quelques gorgées du moindre alcool. Le pain suivit naturellement et il se servit pensivement tout en fixant de nouveau son ex poursuivant volontaire. Depuis quand Achroma ne s'était-il pas nourrit ? La question le perturba un bon moment avant qu'il ne revienne à l'Esprit qui était apparemment resté patiemment près d'eux. Dracos... Il cassait la croûte en compagnie d'un Supérieur. Si on lui avait confié ça quelques temps plus tôt...

"Le délivrerez vous ?"

La question avait franchit ses lèvres en traitre, trop tard pour être rattrapée ou pour s'étonner de la formulation qui lui était venu naturellement. Il ne lui demandait pas de le délivrer, ne lui demandait même pas si c'était magiquement possible, il voulait savoir si il daignerait ou non le faire. C'était là une démonstration parfaite des doutes qu'il ressentait vis à vis des Esprits depuis quelques années, et plus particulièrement vis à vis de leurs intentions. Oui il pouvait le délivrer, Korentin ne doutait pas de leur puissance, mais le voudrait-il ? Ses intentions étaient-elles bonnes vis à vis des Armandéens où causerait-il autant de malheurs et de destructions que son frère aîné ? Après tout aux yeux du dragonnier il était aussi responsable du sort de Lyssa et des prisonniers de Morneflamme qu'Océan, la mort avait frappé durement dans les deux cas... Et puis il y avait Edwyn aussi. Certes il semblait que Mort l'ai moins accablé que les autres, le Tarenth avait même démontré une certain attachement pour cet Esprit particulier mais il n'en avait pas moins eu une vie de malheurs et de souffrances. Si Mort avait voulu le bien du Tarenth, pourquoi ne s'était-il pas opposé avec plus de vigueur à ses frères ? Avec lassitude, le Kohan baissa les yeux sur la miche de pain qu'il tenait encore puis la reposa presque avec dégoût. Il n'avait vraiment plus faim...

"Pourquoi être venu à notre rencontre ?"

Oui pourquoi ? Là encore il avait du mal à croire qu'un Esprit puisse simplement leur vouloir du bien et n'avoir aucun autre objectif pour le pousser à daigner poser son regard sur eux. Obstinément, il se repassait les paroles d'Edwyn dans sa tête, celui-ci avait beaucoup insisté sur le fait que chaque Esprit avait son propre caractère et qu'ils ne semblait pas toujours poursuivre les mêmes buts mais malgré cela il ne parvenait pas tout à fait à se rassurer par rapport à Mort. Il était... Eh bien il était la mort, et la mort, ça faisait mal. Korentin en avait par dessus la tête d'avoir mal et il était presque sur qu'Achroma aussi. A nouveau, il tourna la tête vers l'Ancien, curieux de voir comment celui-ci prenait tout cela. Lui aussi avait été proche d'Edwyn, lui aussi l'avait aimé comme le père Fondateur qu'il était, et lui aussi avait terriblement souffert ces dernières années. Dans ces conditions, que pouvait-il penser de Mort, et de ses frères ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Empty
MessageSujet: Re: Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Fin de la cavale, mais pas des ennuis... [PV Achroma et Mort]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Aristide : « Sélection mais pas d’élections ! »
» ca pue mais ca pue
» Je te connais. Mais toi, voudras tu me connaitres ? [Pépite d'Or & Shiki & Odyssée]
» Quand on cherche les ennuis, on les trouve ! (pv)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-