Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Empty
MessageSujet: Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Icon_minitimeLun 13 Juil 2015 - 17:57

12 Février de l'an 5 de l'âge d'obsidienne



C'était une occasion spéciale que celle-ci, car après tout, ce n'était pas tous les jours qu'il avait l'autorisation de quitter l'enceinte de la citadelle de Vraorg. Oh évidemment, il n'était pas seul, on allait le surveiller de près, mais ça ne le dérangeait pas à moitié. Il avait, sans doute de façon malheureuse, commencé à se faire à sa condition. Non, l'inventeur ne se faisait aucune illusion : Vraorg le voyait comme un jouet amusant. Il venait le voir pour se divertir et aimait ses créations parce qu'elles étaient tout aussi amusantes, en plus d'être militairement utiles. Il était loin, le temps où il ne pensait qu'à la création d'objets innocents, ou à but civil. Mais ça, il avait fallu s'en douter, et il n'était pas là pour questionner ce qu'on lui commandait, même s'il se permettait quelques traits d'esprit dans la limite de ce que le Voleur de Cœur acceptait de lui. Dans tous les cas, il n'était pas un haut dignitaire, même s'il était le petit favori du dragon albinos. Et donc, il n'allait pas tout seul. Pas seulement pour qu'on le surveille d'ailleurs, mais parce qu'il était un elfe et qu'il risquait d'être maltraité. Hors Vraorg ne voulait pas qu'on le maltraite, une chance inespérée pour lui et sa frêle condition physique. C'était donc accompagné de plusieurs gardes qu'il quitterait l'enceinte de pierres sombres.

Cependant, les gardes n'étaient pas les seuls qui allaient l'accompagner, il l'avait su un peu plus tôt. Il y avait également Firion Palardiel, haut-juge chargé, tout simplement, d'observer les créations et de juger de celles qu'il voudrait voir appliquées pour plaire à leur maître commun. Haut-Juge… un poste que Nomin aurait apprécié avoir, même s'il ne se plaignait nullement de pouvoir se noyer jusqu'à la lie dans ses créations. Il ne voulait pas rester indéfiniment un serviteur. Que le dragon apprécie son esprit et ses inventions était une chance et il devait l'exploiter convenablement, ce qu'il s'échinait à faire depuis déjà trois ans. Tout comme sa sœur, il voulait monter en grade, il voulait gravir les échelons et arriver jusqu'au sombre conseil entourant l'albinos. Après tout, il en avait les capacités ! Ses inventions étaient peut-être sa passion, mais il n'avait jamais été démuni sur le plan de la politique et des jeux de pouvoirs. Il était certain de parvenir à se creuser un trou. Et ensuite ? Il devrait le garder autant qu'en profiter, et peut-être chercherait-il quelque cheval de bataille pouvant le passionner… Si tant est qu'il s'ennui, ce qui n'était pas certain.

Pour le moment, cependant, il avait à cœur cette présentation. Vraorg n'avait pu être là lui-même, ce qui était dommage, mais il ne s'appliquerait pas moins pour autant. N'importe lequel des adultes présents serait capable d'effectuer un rapport complet pour le dragon, pas seulement Palardiel. Il y avait même à parier qu'en sachant son attention focalisée sur le haut-juge, il y aurait effectivement quelqu'un d'autre pour faire une analyse critique de ses actions. C'était la première fois qu'il présentait autre chose que des améliorations destinées au domaine purement militaire, il lui fallait absolument prouver que ses capacités s'étendaient bien au-delà de celui-ci. Peut-être alors pourrait-il avoir l'occasion de se rendre plus indispensable encore… car un serviteur indispensable, c'était un serviteur en sécurité et donc en position de force. Rien ne devait aller de travers pour aujourd'hui, ce qui signifiait également qu'il devrait supporter le Palardiel sans émettre trop de persiflages. Aucun, c'était sans doute trop demandé, mais le moins possible. Le mettre de son côté lui serait bénéfique pour la suite. Tout comme il s'était attaché Aegnor, il devrait s'attacher d'autres individus, en puissance en ces lieux.

Ce fut sur cette pensée qu'ils rejoignirent le parvis intérieur de la citadelle, où attendaient le reste du groupe. Encadré par deux sombres gardes, le jeune inventeur s'approcha du vieil elfe, sur lequel il posa un regard froid. Pas qu'il veuille se montrer particulièrement désagréable, mais il était ainsi fait, protégé du cobra. Il ne le faisait pas exprès, comme il ne faisait pas exprès de ne jamais ciller. Souvent, ses yeux le piquaient, parce qu'il ne les humectait pas suffisamment et qu'il travaillait beaucoup trop, même pendant ses pauses. Il salua le haut-juge sans en faire trop, de la même façon qu'il s'était toujours comporté, en laissant sa touche personnelle même dans les moments où il devait forcer sa courtoisie pour le bien commun. Palardiel le savait déjà, ça ne le surprendrait certainement pas beaucoup. Néanmoins, parce qu'il se sentait de le faire, il ajouta, aux salutations " Je vous remercie d'avoir décidé de m'accompagner" Il ne savait absolument pas s'il avait vraiment décidé de cela, Vraorg pouvait l'avoir forcé, mais il préférait autant que ce soit cet elfe, qu'il 'connaissait' plutôt qu'un vampire… Il avait du mal avec les vampires.

" Le seigneur blanc m'a alloué un terrain pour les essais de mes créations, j'ai demandé que les modèles soient montés là-bas, ils nous attendent. Nous pouvons partir quand vous le voudrez"


@Firion Palardiel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Empty
MessageSujet: Re: Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Icon_minitimeVen 17 Juil 2015 - 23:43

Que cette rencontre était étrange et étonnante. Oui étrange... Etrange de voir que, à quelques jours à peine de la rencontre qu'il avait planifiée pour entrer en contact avec un certain elfe, le Voleur de Coeur lui ordonnât d'accompagner ce même elfe pour quelque expérience. Non, vraiment étrange, surtout si l'on songeait qu'en trois années à vivre en la même ville, au sein du même palais, les deux elfes n'avaient que rarement eu l'occasion de se croiser, encore moins de s'entretenir réellement ensemble, calmement, paisiblement. Oui étrange. A croire, non en fait à penser de façon assurée, que le Voleur de Coeur avait lu en lui et... l'approuvait ? le poussait dans cette voie ? L'enjoignait à mettre ses projets, du moins ceux concernant cet elfe-là, en oeuvre ?

Voilà qui laissait le vieil elfe dubitatif et quelque peu perplexe. Même si en même temps il se trouvait conforté dans ses convictions, dans les ambitions qu'il pouvait nourrir pour les elfes, et pour ce jeune talent en particulier. Mais quand on songeait que le Fléau des Mondes avait toujours une idée précise derrière chacune de ses actions, que chacun de ses gestes, que chacune de ses décisions, se trouvaient justifiés par une raison précise, un but, un objectif défini.... il y avait de quoi se poser des questions. Et la principale était : pourquoi ? Pourquoi, oui, et surtout pourquoi maintenant ? Parce que Firion avait enfin trouvé une possible occasion ?

Non, le vieil elfe doutait que ce ne soit que cela. Ce ne pouvait être que cela. Il y avait autre chose, il ne pouvait y avoir qu'autre chose derrière tout cela. Et...

Et pour tout avouer, il craignait de deviner ce quelque chose. Vraorg préparait le terrain, très certainement. Il souhaitait que le jeune elfe, si prometteur, si intelligent, si talentueux, se trouve pris en main dignement par un autre elfe des plus expérimentés, qui s'était montré assez doué pour devenir Haut Juge. Qu'il soit formé à toute la complexité de cette société politique et surtout théocrate, qu'il apprenne oui, tout et plus encore, qu'il comprenne tout ce gigantesque écheveau, qu'il manie avec l'un de ses paires tous les fils inextricables de ce somptueux tableau... pour mieux ensuite couper ceux de son mentor. Pour le remplacer, lui usurper sa place, son rôle, et mieux l'évincer de ce dangereux plateau de jeu. Oui, Firion redoutait de comprendre que ses heures étaient comptés. Que l'on cherchait à l'évincer, le faire remplacer, pour quelque obscure raison. Peut-être à cause de son âge trop avancé, de sa faiblesse physique de plus en plus prononcée, et qu'il peinait de plus en plus à cacher... Oui, très certainement il y avait de cela. Ou pas loin.

Mais loin de redouter d'être écarté, ce qu'il redoutait surtout c'est de ne pouvoir achever l'oeuvre qu'il s'était fixée. Une oeuvre, qu'il savait, sans parvenir à sa l'avouer réellement, impossible à réaliser de son vivant. Du peu de vivant qu'il lui restait du moins.

Mais qu'importait, se morigéna-t-il. En l'instant, peu importait. Tout ce qu'il devait retenir pour le moment, c'était qu'il obtenait ce qu'il voulait. Une rencontre réelle avec le jeune Nomin. une occasion de l'approcher, l'appâter... et d'effectivement le former. Qu'importaient ensuite les sombres manoeuvres du Blanc, il ne tenait qu'à lui de tirer profit du peu de temps qui lui serait imparti. Tel était un de ses traits particuliers : ne jamais se laisser abattre, ne jamais se laisser évincer, sans avoir lui-même profiter du peu de temps qu'il avait, pouvait avoir, devant lui. Il avait toujours agi ainsi, et cela lui avait toujours, plus ou moins, réussi.

C'est sur ces pensées qu'il arriva sur le parvis de la citadelle, avec la petite escorte de Sombres Gardes qu'on lui avait assignée. Et c'est là qu'il attendit. Guère longtemps, fort heureusement. A peine commençait-il à s'impatienter en son for intérieur, que déjà le jeune prodige arrivait, escorté lui aussi. Regard polaire, salut à la limite du protocolaire, port hautain, voix neutre détachée... Si en temps ordinaire, cela n'aurait rien présagé de bon, quant aux coutumes des elfes, il dut avouer plutôt apprécier cette attitude. Dans leur société actuelle, c'était là une des meilleures attitudes qu'un elfe puisse garder. Sans se montrer toutefois outrancier par une quelconque impolitesse, se montrer distant, détaché, pour ne rien laisser paraitre. Faire croire que rien ne pouvait les atteindre. Faire croire qu'ils étaient bien au dessus de toute brimade, de toute.... Oui, mieux valait réagir ainsi.

Lui-même avait adopté une attitude assez similaire. C'était certes déjà quelque peu ancré dans son caractère que de paraitre tout de marbre poli. Il n'avait eu alors qu'à forcer un peu plus son naturel. Et il semblerait bien que ce jeune elfe soit doté de mêmes caractéristiques. Peut-être en un peu plus exacerbées, toutefois, nota-t-il pour lui-même, alors qu'il se contenta de rendre un rapide salut elfique au jeune Nomin. Sans un mot, sans une parole, son moineau préférant pour l'instant se taire. Mieux valait économiser sa voix et ne chanter que lorsque le moment serait venu. Ses orbes pâles sondèrent sans aucune gêne le jeune elfe devant lui, avant que ce dernier ne reprenne la parole.

"Les modèles". Qu'il trouvait détestable ce mot-là, quand on songeait de quels modèles il pouvait bien s'agir. Si le vieil elfe tiqua à cette mention-là, il n'en laissa rien paraitre toutefois. Il se contenta de poser un regard froid, bien peu amènes, éclatant de cette étincelle d'autorité qui avait toujours été sienne, même dans les situations les plus extrêmes, sur les Sombres Gardes.

- Nous pouvons partir dès à présent, je pense, répondit-il enfin d'une voix calme et posée.

Sans quitter du regard les Sombres Gardes.

- J'ose espérer que nos escortes auront la décence de se montrer discrète et de n'entraver en rien les expériences à venir, qui, selon les mots même de notre Maître à tous, sont d'importance.

Le moineau avait chanté. Les Gardes opinèrent sobrement de la tête en un bel ensemble. Ils avaient certainement reçu eux aussi quelque consigne. Bien, fort bien. Même si cela les empêcherait très certainement de parler librement. Mais ce moment-là viendrait plus tard, sans aucun doute. Ou il le provoquerait. Chaque chose en son temps.

Et se disant, il grimpa sur son propre destrier avec une aisance presque déconcertante pour un vieil elfe tel que lui. S'il était peu doué en bien des arts militaires, voilà bien au moins un de ces domaines de prédilection. L'équitation. Lui qui avait tant aimé chevaucher il fut un temps.... Il flatta rapidement l'encolure de son cheval, l'encourageant à ne pas s'effaroucher de la proximité de vampires prédateurs, et le talonna calmement, l'enjoignant à se mettre au petit trot.

- Allez jeune elfe, guidez-nous jusqu'à ce terrain. Nous vous suivons. Et peut-être en chemin pourriez-vous nous expliquer quelque peu en quoi consistent ses expériences à venir ?



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Empty
MessageSujet: Re: Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Icon_minitimeSam 18 Juil 2015 - 16:07


Bien, au moins ils ne traînaient pas. Sortir ne lui faisait guère envie, encore moins sortir de la ville elle-même… Alors autant faire ce qu’il y avait à faire le plus rapidement possible puis rentrer. Il n’y avait rien à l’extérieur qui justifia qu’il s’y attarde alors qu’il avait du travail et aucune envie de subir le reste du monde. Plus le temps passait et plus il se sentait parfaitement à son aise dans son atelier. Pourquoi, alors, aurait-il prit le risque d’en sortir ? Il ne répondit que d’un sec hochement de tête, satisfait de cette décision, et ignora quelque peu l’échange avec les Sombres Gardes. Cela ne le regardait guère, après tout. S’il avait le moindre doute au sujet des gardes, il ferait en sorte de les transformer en matériaux, ou en sujets pour ses expériences, voilà tout… Il ne fallait pas trop s’en faire à ce propos. Ce n’était que des guerriers, des choses tout à fait dispensable et que la théocratie possédait en surnombre. Plutôt que de s’y intéressé, il préféra se tourner vers son destrier, Acharn. Cela faisait longtemps qu’il n’avait eu l’occasion de le monter, aussi tendit-il prudemment la main, afin de renouer quelque peu le lien qu’il entretenait avec lui avant d’espérer monter sur son dos. Il lui caressa l’encolure et le museau un moment, avant de passer à son dos et d’enfin se hisser dessus, une fois certain qu’ils étaient de nouveau en cohésion tous les deux. Une fois bien juché sur le dos de son compagnon quadrupède, il lui intima d’avancer et de suivre la procession qui se mettait en marche, alors que la porte s’ouvrait pour les laisser passer.

Cependant, alors qu’il allait se contenter d’un cheminement en silence, on l’interpela. Se tournant donc naturellement vers celui qui se voulait être son interlocuteur, il répondit d’une voix paisible : « Il s’agit principalement d’un passage de la théorie à la pratique pour mes créations. Nous ne pouvons-nous permettre de les faire fonctionner à l’intérieur de l’atelier, car elles causeraient de nombreuses destructions. Aussi nous les faisons transporter sur notre terrain d’essai et nous les mettons en marche. Nous constatons leur efficacité, les réglages ou les changements à leur apporter… » Ils quittèrent l’ombre de la citadelle pour les quartiers riches « Pour cette fois, il s’agira surtout de constater les performances de chaque modèle, et de répertorier les améliorations à effectuer ainsi que les conditions dans lesquelles chacun des modèles en question devra fonctionner. Si les résultats sont concluants et ne nécessitent que des reprises mineurs, et que nous en avons le temps, nous ferons en sorte de noter les procédures d’usage de chacun afin qu’ils puissent être utilisés par d’autres sans avoir besoin de la présence d’un de mes assistants » Parce que des assistants, il n’en avait pas assez pour tout le monde et leur rôle principal était… et bien de l’assister, lui, pas les autres. Donc il n’avait pas envie de les partager. Et puis, pour l’efficacité de l’utilisation de ses créations, mieux valait sans doute que ceux à qui elles étaient destinées sachant comment les utiliser.

Ils avancèrent au rythme des claquements de sabots sur les pavés et Nomin dédia au vieil elfe un regard acéré et inquisiteur « Vous avez été mis au courant de la nature des modèles que vous aurez à jauger, n’est-ce pas ? » Il en doutait subitement, mieux valait demander, car cela pouvait être une bien mauvaise surprise s’il les découvrait sur le tas, et cela fausserai son jugement. Qu’il soit choqué, ce n’était pas grave, qu’il ne jauge pas tout cela à sa juste valeur l’ennuierait davantage en revanche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Empty
MessageSujet: Re: Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Icon_minitimeLun 20 Juil 2015 - 23:50

Un passage de la théorie à la pratique... Hum. Voilà bien ce qu'il avait redouté, pour tout avouer. Il n'avait pu en apprendre beaucoup sur les inventions que le jeune Terendul devaient présenter en ce jour, pris de court par le temps, alors qu'on l'avait averti de cette "sortie" inopinée, ou plutôt qu'on la lui avait ordonnée, la veille à peine. Il avait bien entendu lancé quelques informateurs garder un oeil sur ce petit génie inventeur, depuis bien longtemps, bien des mois, et avait suivi ses inventions et son évolution de loin. Mais...

De loin. Tout était dit. Il n'avait jamais songé s'y pencher de si près, y être presque impliqué. Il avait eu certes l'idée de prendre le jeune elfe sous son aile, de l'embrigader dans ses plans, de tisser une toile avec lui, voire de lui apprendre à tisser lui aussi, à en diriger quelques fils... mais de là à clairement, pleinement, prendre part de quelque manière que ce soit à ses inventions étranges et déroutantes ? Non, cela n'était pas entré dans ses plans principaux.

Il devait d'ailleurs avouer que ce qu'il avait appris de ces inventions n'avait guère été du genre à le réjouir. Qu'une telle intelligence, qu'un tel génie inventeur, qu'un tel esprit innovant, soit utilisé ainsi pour de si barbares inventions, pour de si triviale, si militaires et si sanglantes avancées... Qu'un elfe enfin participe enfin à toute cette mascarade sanglante...

Mais n'était-ce pas là aussi hypocrisie de sa part ? Ne participait-il pas, plus encore même, à sa façon, à cette sombre valse de violence ? N'était-il pas plus impliqué encore que le jeune Nomin dans cette guerre, dans ce pouvoir exubérant qu'imposait leur tyran, et, pire même, dans la désolante affliction qui avait frappé leur peuple, lui, Haut Juge, bien souvent obligé de condamner aussi l'un de leurs anciens paires ? Oui, hypocrisie pure ce serait alors de condamner pareilles inventions.

Mais, quand bien même il était prêt à taire l'hypocrisie lâche qui le titillait, il n'était pas plus enclin à accepter pleinement, en son âme, ce genre de projets. Si seulement il parvenait à prendre ce jeune elfe sous son aile et à le pousser vers des sentiers plus constructifs pour lui, pour eux, et pour leur peuple aussi... mais en serait-il réellement capable ? Lui en laisserait-on seulement l'occasion ?

Il écouta donc d'une oreille presque distraite les fastidieuses explications du jeune prodige. Se retenant de peu de lui répondre une de ses réparties les plus incisives. Tout jeune prodige qu'il était, il ne répondait pas à sa question. Pas réellement... Et tout ce qu'il lui servait là semblait au vieil elfe pure évidence. Des expériences servaient effectivement à tester, doser, préciser certains points, recalibrer, permettre de définir un protocole reproductible pour des profanes... Oui, tout cela lui paraissait évidence, même pour lui total inapte en pareille matière d'inventions.

Son interlocuteur dut d'ailleurs s'en apercevoir quelque peu, quand il cessa ce babillage et lui posa une question cruciale, fatidique, déterminante. Qui ne se faisait, finalement, que l'écho de la réelle question du vieux moineau.

« Vous avez été mis au courant de la nature des modèles que vous aurez à jauger, n’est-ce pas ? »

Non, pas réellement. Pas totalement. En fait, il n'avait été mis au courant de rien directement. On lui avait intimé d'accompagner le jeune elfe sur le terrain de ses expériences, et d'observer, de jauger de leurs intérêts, de choisir aussi... dé décider quel serait le meilleur choix, qui obtiendrait le meilleur résultat... mais on avait refusé lui en dire davantage. Il avait alors certes envoyé ses limiers pour s'informer... mais en si peu de temps, pas même une journée...

Il n'avait donc obtenu que bien peu d'informations concluantes et avait donc dû se plier aux ordres sans en savoir plus que ce peu qu'il avait appris. Il avait dû se rendre à cette rencontre à l'inconnu, presque à l'aveugle. Et s'il y avait bien une chose qu'il détestait, c'était d'être ainsi aveugle ou presque.

- Pas tout à fait. Il m'a été murmuré que vous alliez proposer de nouvelles améliorations... d'exécutions.

Il répugna quelque peu à ce dernier mot, même si ces traits lisses ne se départirent en rien de leur marbre poli. Sa voix n'avait d'ailleurs pas tressailli pour autant et l'hésitation sur ce mot avait été sciemment volontaire, soulignant son scepticisme en de tels domaines.

- Il s'agissait là d'ailleurs de l'objet réel de ma question.

La voix se fit un peu plus dure, un peu plus abrupte, sur le mot réel, le Haut Juge montrant là son peu de patience à qui ne répondait pas à ses questions. Non pas de mécontentement, pas réellement, ni même d'agacement. Juste un état de fait, bien trop souvent rencontré, de ne pas voir ses questions trouver réponses claires, précises et concises.

Ils avançaient dans les ruelles et déjà les portes de la muraille grise se rapprochaient. Bientôt grisailles bouseuses et sordides tout de taudis malodorants les incommoderaient, songea-t-il non sans grimacer intérieurement.

- Mais je vous en prie, jeune elfe, éclairez donc mon esprit en la matière. De quels modèles voulez-vous donc parler ? De quoi s'agit-il exactement ? Je pense en avoir une vague idée, mais on m'a si souvent vanté le génie de vos inventions que j'ai bien peur que mes extravagantes songeries ne soient finalement que pâles ombres face à ce qui nous attend.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Empty
MessageSujet: Re: Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Icon_minitimeVen 24 Juil 2015 - 20:16


Pas tout à fait. Oui, donc en fait il ne savait fichtrement pas ce qu’ils allaient faire. La pensée lui fit arquer un sourcil, sévère, alors qu’il l’observait de son regard qui ne cillait jamais. Il avait été convoqué pour être témoin et juge de ces essaies et n’avait même pas pris la peine de s’informer à leur sujet ? Que voilà un sens du devoir fort… développé. Amusant sans doute… en un sens. Cela dit, il aurait été plus enclin à s’en vexer qu’à s’en amuser, du moins s’il avait encore eu la faiblesse de se laisser atteindre par de telles choses. Mais, même si effectivement il n’allait pas le prendre personnellement, il trouvait tout de même très forte l’attitude de son interlocuteur. Ainsi, le grand Firion Palardiel était adepte des tâches à moitiés faites ? « Pas exactement » Son regard luisit un bref instant à la suite. L’objet réel de sa question… un léger rictus ourla un bref instant le coin de ses lèvres, mais il se reprit bien vite et ne fit aucun commentaire. Ah oui, trop fier pour avouer sa faiblesse et son ignorance à voix haute, alors on posait une question détournée. Ça ne lui donnait qu’envie de jouer l’obtus histoire de le forcer, mais ce ne serait pas intelligent du tout, bien au contraire. Il y avait bien meilleur coup à jouer.

« Je vois… » fit-il, traînant sur la fin et avec une certaine lourdeur sur le terme de voir. Oh, il voyait sans aucun doute. Mais était-ce bien, était-ce réellement lui qui avait été coupable d’un tel manquement ? Tout de même, ça ne collait pas bien à l’image de cet ancêtre. Il aurait pu penser à de nombreux qualificatifs pour Palardiel mais certainement pas à paresseux. Alors quoi ? Vraorg lui avait ordonné de ne rien savoir avant aujourd’hui ? Cela se pouvait effectivement, mais quel intérêt à cela ? Le seul qu’il voyait, c’était de s’amuser aux dépends du haut-juge… une activité plaisante certainement, mais était-elle pertinente, ça, c’était un tout autre sujet, bien moins aisé à clarifier. Sans doute pas tout à fait pertinent effectivement. Mais pour le reste, ils verraient bien immédiatement, car de toute façon, puisqu’il avait tant envie d’une réponse à sa réelle question, il allait en avoir une, peut-être pas vraiment à son goût. En fait non, certainement pas à son goût. Et là était tout le burlesque de l’affaire.

« Ai-je vraiment besoin de vous conseiller la défiance quand à de telles vantardises ? Non… je ne le pense pas » Il détourna le regard, comme si cela n’avait absolument aucune espèce d’importance, mais poursuivit « Mes inventions ne sont novatrices que parce que ce qui existe manque cruellement d’avancée et de nouveautés… comparé à un grand vide, même une maigre pousse paraîtrait exceptionnelle » Et puis il doutait qu’on le vante tant que ça, même si on égo appréciait la manœuvre. Peut-être serait-il déçu, en vérité ? « Mais peu importe, je ne travaille pas pour satisfaire vantardise ou songerie si ce n’est celle de sa radiance, Vraorg. Quand à mes modèles… » Et il se mit en devoir de décrire certains des modèles en question. Pas tous, car il y en avait réellement une flopée. Créer une nouvelle torture n’était pas vraiment difficile, en vérité, mais en trouver une qui puisse réellement avoir de l’avenir était autrement plus ardu.

Il ne fit donc mention que d’une petite minorité parmi ceux qu’il jugeait le plus à-même d’être adoptés. Et il y avait de tout. Notamment un assemblage de colonnes de métaux forgés dans un alliage indestructible, que l’on chauffait de l’intérieur jusqu’à la température d’un feu de dragon. Simple et efficace, il suffisait de pousser le condamné contre l’un des piliers pour obtenir une combustion immédiate et totale. Un autre modèle intéressant mais plus subtile était un procédé permettant de creuser dans les os d’une victime et de mêler à la moelle du sel, le résultat était une souffrance profonde de l’intérieur alors que le sel rongeait le condamné. Un autre encore était une boite dans laquelle était placée le condamné, sur lequel on refermait des battants à aiguilles, les aiguilles saignant l’individu lentement jusqu’à la mort….
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Empty
MessageSujet: Re: Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Icon_minitimeDim 2 Aoû 2015 - 23:08

Firion se contenta d'offrir un regard polaire, dénué de toute expression, si ce n'est un sourcil se courbant avec grâce marquant son sérieux scepticisme, en réponse à ce "je vois" un brin cynique. Si le jeune elfe voulait jouer les cyniques avec lui, il serait fort servi, songea Firion. S'il décidait finalement que le génie n'en valait guère la peine et manquait par trop d'intelligence politique, civique et diplomatique pour entrer dans le cercle qu'il cherchait à former, il serait bien capable de laisser son venin acide s'exprimer. C'est que, tout séculaire qu'il était, il n'était pas dénué de piquant quand il le jugeait nécessaire et que ses interlocuteurs se révélaient tout juste bons à s'empoisonner à ses aiguilles aiguisées.

Il garda toutefois silence, attendant calmement les réponses de son jeune interlocuteur. Réponses qui ne manquèrent pas d'enfin se faire entendre.

Oui, il avait certes raison, face au vide infini quelconque création paraitrait géniale invention. Certes oui. Encore fallait-il l'esprit pour y penser, l'intelligence pour imaginer de telles conceptions, le souffle créatif, l'inspiration, l'impulsive audace enfin, pour leur donner vie contre vents et marées qui ne manqueraient pas de les critiquer. Et, quand bien même le vieil elfe n'appréciait guère l'objet réel des inventions actuelles, son esprit pragmatique et objectif ne pouvait que leur concéder le côté évolutif. Révolutionnaire même en un certain sens. A croire qu'il n'y aurait qu'en temps de guerre que les plus fortes inventions verraient le jour...

Il déplorait l'usage actuel d'un tel talent oui. Mais cela n'enlevait rien audit talent toutefois.

Il tut cependant cette pensée, songeant que son cadet n'en aurait cure et ne croirait qu'en vils compliments destinés à l'amadouer. Ce n'aurait d'ailleurs été que pure vérité. Même si en l’occurrence ces viles flatteries auraient été sincères et réellement pensées.

Il écouta donc, et écouta encore, tout le long du long exposé que lui servit le plus jeune. Avec forces détails ajoutés. Tout cela lui donnait la nausée pour tout avouer. Mais il n'en laissa rien paraitre, droit et altier sur son elfique destrier, offrant à quiconque un visage lisse, totalement imperméable, de toute expression dénuée. A tout sentiment fermé. Luttant en son for intérieur ne pour rien trahir, pour ne pas là, sur le bas côté, toutes ses tripes vomir.

- Je vois, finit-il par répondre, faussement nonchalant, d'une voix trainante.

Reprenant là, volontairement, les mots du jeune Terendul, quelques instants auparavant.

Avec force cynisme faisant montre, par là-même aussi, d'une certaine auto-dérision.

- C'est bien là ce à quoi je pensais.

Sa voix se fit sombre, glaciale, polaire.

Qu'il détestait ça. Vraiment. Viscéralement. Pas seulement le fait qu'il doive assister à quelque exécution ou subir nombre d'heure de torture à regarder quelques mécréants se faire inventivement torturer... Non, pas seulement. Mais aussi, et surtout, le fait qu'il devait s'agir là d'un message de la part de leur maitre. Un message destiné à qui ? Lui ? Au plus jeune ? Aux deux ? Et si oui lequel ?

Il détestait ne pas comprendre, ne pas savoir, ne pas détenir toutes les ficelles. Ce n'était là guère.... guère Palardiel.

Ils arrivaient alors enfin sur les lieux du crime. Firion arrêta gracieusement sa monture, et la tourna d'un quart de tour vers le chef d'orchestre du moment.

- Voilà en tout cas qui est fort intéressant.

Parlait-il des inventions ? Ou de ce que pouvait receler pareille rencontre si savamment orchestrée ? Peut-être bien les deux, finalement.

- Je suis curieux de savoir comment vous est venu l'idée de tourner vos inventions vers pareille optique. En aviez-vous assez d'objets guerroyants et d'inventions militaires par trop fracassantes ?

Et se disant, il posa pied à terre, tout en tentant de masquer la douleur qui lui vrilla le corps à ce geste.

- Et sur quels sujets pensez-vous tester vos... modèles, jeune sylphe prometteuse ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Empty
MessageSujet: Re: Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Ce que l'on ne pensait jamais faire - PV Firion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ça n'aurait jamais pu marcher entre nous, chérie ! [Remy]
» Faire des arbres?
» G20, des mesures adoptées pour faire face à la crise
» Faire disparaitre des traces de feutre permanent
» Mais qu'est-on allé faire dans cette galère ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-