Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Pierrot Spataro [Humain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Pierrot Spataro [Humain] Empty
MessageSujet: Pierrot Spataro [Humain] Pierrot Spataro [Humain] Icon_minitimeMar 3 Aoû 2010 - 11:59

Pierrot Spataro [Humain] Fiche111

  • Nom : Spataro

  • Prénom : Pierrot

  • Surnom : L’ermite des dragons

  • Date de naissance : Née en l’an 689 de l'âge d'argent.

  • Age : 1061 ans

  • Race : humain

  • Caste : Dragonnier

  • Métier : Conteur

  • Lieu de résidence : Le croc du dragon

  • Arme principale : Une hache à deux mains nommée Cruoris Pierrot Spataro [Humain] Cruorisdi2. Propriétés magiques : Lame sanglante

  • Vêtement spécial: Une veille cape de voyage bordeaux sur laquelle l’enchantement armure végétal à était appliqué il y a fort longtemps.

  • Style de magie préféré : essentiellement Humaine

  • Alignement : bénéfique


Pierrot Spataro [Humain] Fiche210



  • Physique : Pierrot n’a pas un physique particulièrement différant des autres. D’une taille moyen, il se fond facilement dans le décore. Lorsqu’on le croise on le remarque à peine. Personne ne le connais vraiment et lorsqu’il est au milieu d’autre humain tous le monde le prend pour un simple vielle hommes entre cinquante et soixante ans. Sa carrure laisse croire qu’il a était charpentier ou tout autre métier physique bien qu‘il semble avoir perdu de sa vigueur dans temps. Si certaine personne regarde les traits son visage elle y verrait les marque d’une grande tristesse passer ainsi que les marques d’un temps joyeux longtemps révolu. Son regard respire une grande sagesse, une bonté d’âme et une tolérance qu’il est très rare de voir parmi les être humains.

  • Caractère : Le caractère de Pierre à bien évoluer avec les ans. S’il fut un temps où il était très impulsif et têtu. Les épreuves qu’il a traversé, au court de sa longue vie, l’on assagie et lui on enseignait la patience et la tolérance. Il sait écouter chaque être et trouver les mots juste pour les aider quelque soit leur problème. Il se mêle que très rarement aux trois autres espèces préférant se consacré à l’étude de chaque chose et au perfectionnement de ses capacités.
    Étant jeune, Pierrot avait un gout très prononcer pour l’aventure et une fierté un peu trop sur-développé qui lui avait causé bien des souci. Mais cela était plus une image qu’autre chose. Au font il était doux, timide et recherchait simplement sa place dans ce monde. Ces très de caractère ceux sont amoindris avec le temps bien qu’il reste tous de même assez fière, cette dernière caractéristique ne ressort plus autant qu’avant. De tous ce qui le compose une seul chose n’a pas changé ça curiosité pour toutes chose quel qu’elle soit.

  • Aime/déteste : Pierrot a appris à aimer toutes chose en ce monde, même certaine chose qui sont considéré comme mauvaise en se bas monde. Il aime fumé pour se détendre, et parfois il retourne sur les terre de l’empire pour savourer quelque bonne chopine dans des auberges. Bien que sont passé et ça condition d’être humain ne lui est pas facilité la tache, l’ex dragonnier a appris à apprécier les vampires dans une certaine mesure. La seule chose qui ne peut pas aimer sur Armanda, c’est la stupidité dont chacune des trois races fait preuve au fils des siècles.

  • Particularité : quelque chose de spécial dans le physique ou le caractère ?

  • Histoire :

    Enfance :


    Pierrot a passé son enfant sur les routes. Sa famille faisait parti d’une guilde nomade de marchant qui parcourait l’empire humain de ville en ville. Parfois mais en de très rare occasion ils allaient sur les terres elfique pour essayer d’obtenir des objets de leur artisanat qui pouvait leur rapporter des sommes assez conséquente une fois de retour sur les terres Humaines.

    Cette enfant lui donna le gout de l’aventure et de la découverte. Elle lui offrit aussi une grande tolérance car elle l’habitua à voir que chaque village et chaque race avait des coutumes qui lui était propre bien que l’essentielle soit identique pour tous.

    Comme il n’y avait pas beaucoup d’enfant avec eux, Pierrot passa le plus claire de son temps à s’occuper de ses deux petites sœurs. Mais des qu’il le pouvait le jeune enfant aimait lire ou partir à en exploration dans les villes où ils faisaient une halte afin de commercer.

    Cette vie lui permit de devenir un jeune homme assez cultiver et bon vivant.

    Apprentissage :


    Lorsqu’il eu atteint sa majorité, Pierrot quitta sa grande famille qu’était cette guilde de marchant nomade. Son gout de l’aventure et sa soif de connaissance guida ses pas jusqu’à la capitale de l’empire. Sur tout les livres qu’il avait pu dévoré au court de son enfance tous ceux qui parlait de magie l’avait toujours émerveillé. Il avait essayé à plusieurs reprise d’apprendre en autodidacte à utiliser la magie mais il ne mit guère de temps à réaliser qu’il lui faudrait trouver un maitre s’il voulait un jour pouvoir utiliser la magie.

    Lorsqu’il arriva à la capitale, Pierrot ce mit rapidement à la recherche d’un maître. Malheureusement cela n’était pas aussi simple qu’il l’aurait crus. Il mit deux années avant d’obtenir un entretient avec la grande mage de l’époque et conseillère de l’empereur. Elle avait accepté de le prendre comme apprenti malgré le fait qu’elle en avait déjà plusieurs et que son emploi du temps était de plus chargé. Ce choix elle l’avait fait car, elle sentait que Pierrot était voué à un grand avenir. Pour tant elle savait pertinent qu’il était bien moins douer que ses autres élèves. Mais elle avait trouvé que sa bonté d’âme, sa timidité touchante et la ténacité avec laquelle il avait passé ses deux dernière années à essayer de devenir un de ses élèves comme étant suffisant comme raison pour lui accorder ce qu’il voulait.

    Pierrot pu donc commencer à suivre une formation pour devenir magicien. Bien qu’il soit intelligent, notre jeune homme n’était pas très doué et il lui fallait fournir deux fois plus de travaille pour réussir. De plus la grande mage était extrêmement strique et sévère mais elle était toujours juste dans chacune de ses décisions. Il passa, dix-huit années à suivre son enseignement sans jamais ce plaindre.

    Chaque année Pierrot avait le droit à une semaine de repos qu’il passait au prés de sa famille. Il eu le plaisir d’être le parrain de tout ses neveux et nièces. Et il pouvait se ressourcer au prés d’eux dans les moments de doutes.

    La découverte de sa destinée :


    Au début de sa dix-neuvième année son la formation, Pierrot qui était alors le dernier disciple de la grand mage eu enfin l’un des plus grand honneur qu’il avait rêvé d’obtenir. Son maître lui annonça qu’il avait enfin fini sa formation de base et était à présent un véritable mage. Cette reconnaissance remplis d’une grande fierté l’homme qu’il était devenu. Elle lui offra aussi un magnifique cape de voyage de couleur bordeaux qu’elle avait spécialement enchanter afin de lui transmettre un symbole qu’elle savait fort pour son ancien élève et ainsi marquer la fin de son apprentissage. L’annonce et son cadeau ne fut pas le seul événement qui marqua cette journée. En effet une réunion des plus grand mage allait avoir lieu sur les terres Elfiques et la grande mage qui commençait à sentir le poids des années, le convia à l’accompagner.

    Le voyage ce passa sans encombre et Pierrot retrouvait par la même occasion un plaisir qu’il avait finit par oublier au court du temps. Bien qu’il était déjà venu durant son enfance au royaume Elfique, il fut pour Pierrot impossible de cacher tout l’émerveillement qui l’habitait lorsqu’il regardait le magnifique paysage qui s’étendait sous ses yeux.

    Il connaissait les coutumes local mais le manque de pratique lui posait des problèmes pour communiqué. De plus même s’il avait été officiellement reconnu comme étant un mage à part entière tous les mages présent à cette réunion ainsi que la chef de l’époque des Elfes, étaient à un niveau largement supérieur au sien. Il était le seule mage au milieu d’une assembler composer uniquement des grands mages de l’époque dont certain dragonnier.

    La réunion concernait deux sujets de la plus haute importance. La disparition des tout dernier dragon sauvage et l’affaiblissement de la magie sur Armanda et les derniers œuf de dragons découvert il y a maintenant quatre ans.
    Tout au long de cette réunion qui s’étala sur plusieurs jours, Pierrot n’osa à aucun moment intervenir. Il ne pratiquait la magie que depuis peu par rapport aux autres membres et il ne voulait en aucun cas mettre son maître dans l’embarra. Il écouta avec attention et sérieux toute les conversation qui ce déroula alors. Il n’aurait jamais crus à lors que le monde dans lequel il vivait était si mal en point.
    Lorsque le deuxième sujet fut abordé quelque chose au quel jamais Pierrot n’aurait ce produisit. En effet il y avait quatre ans de cela le peuple Elfique avait reçu cinq œuf de dragon. Pour leur reine et tous ses sujets, il était évidant que ces œufs seraient les derniers dragons qui fouleront le sol Armanda et donc leur derniers espoirs d’inverser la situation. Sur les cinq œuf tous sauf un avaient éclot. Cela inquiétait les elfes il ne voyait que trois raison possible au fait que ce dernier dragonnier ne soit pas encore apparu. L’hypothèse la plus probable mais qui déplaisait fortement à ce peuple était que le dragonnier de ce dragon ne soit pas destiné à être un Elfe. Ce cas signifiait alors qu’il devait soit être humain soit être un vampire. Évidemment, aucun d’entre eux ne pouvait accepter de remettre cette œuf à un vampire. Mais l’idée de le laisser à leur allier les humain ne leur plaisait pas non plus.
    Tout fois, contenu de la situation qui était déjà considérée comment étant critique par le peuple elfique la troisième possibilité ne leur paressait pas non plus acceptable. Cette dernière hypothèse était que le futur dragonnier était bien destiné aux elfes mais qu’il n’était pas encore née. Sachant combien il fallait de temps pour un couple d’elfe à réussir à avoir un enfant cela ne leur paraissait pas non plus être une bonne solution. Ce fut le maitre de Pierrot qui proposa une solution acceptable au gout de leurs confrères. Elle proposa comme solution de passer un accord avec l’empire Humain. Celui-ci était assez simple le peuple elfique permettait au peuple humain de voir s’il s’avérait que le dragonnier était de leur race et si cela était le cas, le dit dragonnier devait juré allégeance à l’actuelle reine des elfes. En échange un des dragonnier sous les ordres de sa majesté devrai aller servir l’empire ce qui par la même occasion permettait de renouveler l’alliance qui unissait les deux races. Pour appuyer l’offre qu’elle faisait, elle donna à la reine le traiter signer de la main de l’empereur montrant toute l’officialité de cette proposition.

    Cette annonce surprit toute l’assembler à l’exception de la reine qui semblait être déjà au courant. Mais cela n’intimida nullement la conseillère de l’empereur qui argumenta toute la nuit jusqu’à ce que tous finisse par accepter la proposition de l’empire. Lorsque la reine des elfes accepta officiellement cette accord. Pierrot, qui n’arrivait pas à croire qu’il était vraiment entrain d’assisté à un des événement les plus important de son époque, reçut un choc supplémentaire, lorsque sa maîtresse lui expliqua qu’il serait le premier humain à passer le teste pour savoir s’il serait le nouveau dragonnier.

    Lorsqu’il récupéra enfin ses esprits, il accepta malgré lui de tenté sa chance. Il ne pensait pas qu’il en avait, c’était juste qu’il ne voulait pas déshonoré son maître en refusant cette chance. Il prêta donc serment de servir l’actuel reine du peuple elfique s’il devait être l’élu et on le conduisit dans la salle où l’œuf était gardé. Les choses allaient extrêmement vite pour le pauvre Pierrot et lorsqu’il rentra dans la pièce où ce trouvait le dernier œuf à la disposition du peuple elfique et qu’il posa ses yeux dessus son cœur rata un battement.

    Une vie :


    Plus rien existait au tour de lui, pas un son. Il n’y avait que cette œuf cuivré qui s’emblait l’appeler et cette force mystérieuse qui le poussait à avancer vers cette être. Il voulait courir mais il en était incapable. Il marchait d’un pas lent et calme. Lorsqu’il posa enfin sa main sur l’œuf, il eu l’impression que tous s’arrêtait autour de lui jusqu’à l’écoulement même du temps. Il est complètement incapable de dire combien de temps il est resté ainsi la main poser sur cette coquille. Tous ce dont il se souvient, c’est des bruit de craquement suivit de la dislocation de l’œuf libérant ce petit être de cette race si noble que sont les dragons.

    La petite dragonne cuivré, oui c’était une femelle, regarda attentivement Pierrot comme si elle ce demandait qu’il pouvait bien être. Enfin elle décida de s’approcher de notre cher mage puis s’arrêta comme si elle attendait quelque chose. Le nouveau dragonnier, tendit alors doucement ses mains pour porter la dragonne. Cette dernière se laissa faire et pendant qu’ils échangeaient le premier d’une longue série de câlin , leur esprit se mêlèrent pour la première fois et tous deux apprirent le nom de l’autre.

    Le prénom de la petit dragonne qui a la plus grande place dans le cœur de Pierrot était Johara. Une magnifique dragonne cuivré, une des plus belle de l’époque et c’était peu dire. Elle était extrêmement joviale et ils passèrent les deux première années de sa vie chef les elfes a joué et à apprendre à se connaitre l’un l’autre. Sous la surveillance des déférant dragonnier qui savait combien il était important pour leur avenir que leur lien soit fort.

    Au terme de ses deux années de joie, la reine des elfes décida qu’il était tant pour eux d’apprendre à se battre. Elle confia leur formation à son meilleur dragonnier et se dernier ne se fit pas prié. Chacun des deux compagnons avaient des entrainements en commun et d’autre séparé. L’entrainement en commun était basé sur leur communication et sur leur capacité à voler ensemble puis à se battre ensemble dans les aires. Pierrot n’assista jamais à un seul des entrainements qu’avait reçu Johara pendant que lui-même était formé loin d’elle. Son mentor l’aida à ce perfectionner dans la magie humaine et lui enseigna les base de la magie elfique. De plus il lui apprit l’art du combat au corps à corps et à distance mais Pierrot ne réussi jamais à atteindre un niveau moyen dans le maniement des armes sauf pour le tire à l’arc et le combat à mains nue. Leur quotidiens fut ainsi durant sept ans.
    C’est au terme de c’est sept année que la reine les jugea apte au combat. Certes, Pierrot n’était toujours pas un guerrier excellent mais sa maitrise de la magie compensait largement. C’était un mage accomplit en magie elfique et un véritable maitre magie en magie humaine. De plus, Johara et lui formait un duo excellent. Il était rare de voir une dragonne et son dragonnier voler avec une telle maitrise. Ils étaient parfaitement complémentaire. La jeune dragonne était tailler pour le vole et le combat, Pierrot était un mage des plus redoutable.

    C’était avec une immense fierté, qu’ils partirent au combat lorsqu’enfin le moment fut venu. Depuis l’arriver de Johara dans sa vie, les elfes avaient passé leur temps à leur faire l’éloge des preux dragonnier qui combattaient avec honneur et pour la justice et la paix les créature des ténèbres appeler Vampire. Ils étaient convaincus, que s’étaient leur destiné de mettre fin au fléau que représentait cette corruption.

    Lorsqu’ils prirent enfin par à leur première bataille quelque chose en eux se brisa. Où étaient ses créatures maléfiques, assoiffer de sang ? Ses assassins sans nul autre pareil ? Tous ce qu’ils virent ce jours là était très loin de se qu’on leur avait dit. Ce n’étaient que des hommes et des elfes avec le teint d’une blancheur peu commune. Mais qu’avaient-ils de si monstrueux? Ils croyaient vivre une bataille épique mais en réalité, tous ce qu’ils vus c’étaient des être terrorisé, prenant la fuite pour survivre. Espérant vainement échapper à une mort certaine qu’ils étaient venu leur apporter. Cela n’avait pas été une bataille pour le bien ou la justice. Cela n’avait été qu’un massacre sans véritable sens.

    Lorsqu’ils furent de retour, c’était en héros qu’on les accueilli. Ne sachant pas quoi faire, l’un comme l’autre décidèrent de mettre leur doutes de coté et pour ne pas choquer ce peuple qui les acclamait, ils mirent un masque de fierté et d’honneur sur leur honte. Rapidement cette situation devin leur quotidien. Ils partaient massacrer des vampires, on les acclamait à leur retour et leur cœur se brisait en silence, dans une souffrance commune qu’ils partageaient l’un l’autre.

    Les années s’écoulaient et trois ans plus tard une série de décès affecta beaucoup Pierrot son maitre qui lui avait appris la magie était morte de vieillesse au printemps puis ses parents moururent au court de l’automne de la même année. Ce n’est qu’avec le soutient de Johara et la compassion de la reine elfique que Pierrot réussi à remonter la pente. Puis leur quotidien macabre repris. Et une douzaine d’année après ses deux petite sœur furent happées par une terrible grippe. Il passait de temps en temps voir comment évoluait ses neveux et nièces mais petit à petit tous finissaient par mourir jusqu’à ce que plus aucun des humains qu’il avait connue avant d’aller vivre avec les elfes n’existe. Il surveillait tout de même de loin les descendants de sa famille qui l’avait depuis longtemps oublier.

    Puis vint cette terrible nuit de l’an 902 de l’âge d’argent. Un raid vampirique mener par un de leur dernier dragonnier lança une frappe chirurgicale sur le royaume elfique. Leur bute était simple tué toute la famille royal sans exception. Heureusement pour les elfes qui n’avaient pas réussi à anticiper cette attaque. Un vampire encore trop jeune et manquant de discipline attaqua un civile afin de ce nourrir. Malheureusement il se fit repérer et l’alerte fut donné à temps une rude bataille s’engagea alors entre Johara et Pierrot, qui étaient les seuls dragon et dragonnier présent ce soir là, et leur confrère vampirique. Si on oubliait la présence des deux dragonnier, la troupe de vampire étaient peu nombreuse à peine de quoi qualifier cette bataille comme étant une petite escarmouche.
    Mais la bataille aérienne que les deux dragonnier se livrait était un véritable combat à mort. Le vampire n’était absolument pas doué pour la magie, cependant lui et son dragon noir excellaient dans le combat au corps à corps. Si bien qu’ils étaient tous à égalité. Et ce qui devait arriver de produisis. Dans une dernière attaque simultané les deux dragons s’élancèrent l’un sur l’autre mais malheureusement Johara fut moins rapide que son adversaire dont les crocs transperça avec une violence inouï son torse lui infligeant une blessure mortel. Pierrot qui avait été complètement déséquilibré par le choc, n’évita que de justesse d’être décapité par son confère qui avait profité de la situation pour sauté sur Johara afin de le tuer. Par réflexe, l’humain ouvrit sa main vers le vampire le pouce rentré et la paume vers ses yeux. Une lumière vive aveugla alors le vampire, Pierrot enchaina en refermant son point ce qui eu pour effet de projeter son ennemi dans le vide. Le dragon noir voyant son dragonnier allait s’écraser au sol lâcha prise pour tenter de le sauver mais à peine avait-il rendu sa liberté à Johara qu’une lumière vive l’aveugla à son tour. La seconde qui suivit la dragonne cuivré planta ses croc dans la gorge de son adversaire. Ce dernier ce débattis avec rage et déchira les ailes de la dragonne mais cette dernière ne lâcha pas prise et arracha avec toute les force qu’elle avait les trois quart du cou du dragon. Mortellement blesser les deux dragons et Pierrot firent alors une chute vertigineuse et rejoignirent le vampire depuis longtemps à terre.
    Pierrot serait mort si la bataille n’avait pas eu lieu aussi proche du palais elfique mais pourtant il fut sauvé. Au porte de la mort Johara adressa un dernier message à à son petit frère comme elle l’appelait :

    « Je n’ai qu’un seul regret, petit frère, lui dit elle par le lien qui les unissait. C’est d’avoir commit tous ses crimes. Tu es la meilleur chose qu’il m’a été donné de connaitre dans ce monde Pierrot. Je sais que ce que je vais te demander et pire que la mort mais j’espère que tu me pardonnera ce sursaut d’égoïsme. Tu dois vivre petit frère, car il y en a d’autre, je n’était pas la dernière. Vie, et veille à ce que les erreurs de ce qui les ont précédé, nos erreurs ne soit pas reproduit. Je t’aime petit frère. »

    Alors que Pierrot était à la limite de l’inconscience, il sentit la dragonne utiliser ce qui lui restait de force et de magie pour lui administrer les premiers essentielle à sa survit. Enfin Johara mourut afin qu’il survive. Dans un dernier sursaut de tristesse et de rage Pierrot se releva et ce dirigea ver le vampire encore agonisant à coté du cadavre de son dragon. Il ramassa l’arme du dragonnier, une hache à deux main que le vampire avait appelé à plusieurs reprise durant leur combat Cruoris. Et l’utilisa dans un dernier cris de souffrance pour décapiter celui qui était la cause de la mort de sa compagne.

    Le temps de la souffrance et de la renaissance :


    Pierrot resta un mois dans le coma, tirailler par sa triste et son envie de mourir mais la reine des elfes faisait tous ce qui était en son pouvoir pour le faire revenir parmi les vivants et il finit par revenir. Bien que de nouveau conscient le peuple Elfique savait parfaitement que s’il le laissait seul il finirait par se suicidé. Il passa les trois années muré dans un profond silence, refusant de ce nourrir mais à force de persévérance l’ex dragonnier finit par remonter petit à petit la pante. Il commença par se nourrir sans qu’on ne fut forcé de l’y obliger. Puis il reparla petit à petit mais personne n'osai reparler de cette nuit tragique.

    Vingt ans plus tard, Pierrot demanda un entretient priver avec la reine. Il lui expliqua qu’il allait partir, Johara lui avait confié une dernière tache à accomplir mais il était impossible pour lui de révélé la tache qui était la sien à sa reine. Il lui demanda de lui faire confiance, il lui jugera qu’il ne mettrait pas fin à ses jours dès qu’il en aurai l’occasion. Enfin il fit lui demanda, le droit de partir avec l’arme du dragonnier qu’il avait affronté cette nuit tragique. Voyant combien cette requête était sincère au cœur de son fidele dragonnier. La reine nu pas la volonté de lui dire non. Et le soir même Pierrot quittait le royaume elfique et tournais la page à une vie révolu.

    Durant le demi siècle qui suivit, Pierrot allait de ville en ville s’arrêtant à chaque auberge et monnayant ses consommations contre une prestation en tant que conteur. Il racontait essentiellement ses combat avec Johara mais en plus romancer ainsi que les histoires qu’il avait appris au prés des elfes.

    Voyant ce qu’il était devenu, Pierrot décida de se reprendre en mains et se mis en routes vers le croc du dragon. Il prit tous son temps pour se rendre là bas. Il restait encore des dragons sur Armanda et son instinct lui disait que plusieurs générations d’humain séparerai la mort du dernier dragon, avant que les nouveaux dragonnier apparaissent. Il prit donc son temps admirant toute chose avec toujours au fond de lui une penser pour celle qui avait été toute sa vie.

    Lorsqu’il fut enfin arrivé à destination soixante ans c’était écoulé depuis son départ du royaume elfique. Soixante années d’errances qui lui avaient permit de renaître avec un but à atteindre. Un jour, une nouvelle génération de dragonnier arrivera et entre leur mains le destin d’Armanda reposera. Il devra être prêt, afin que les erreurs passé ne se reproduise plus jamais. Mais Pierrot n’était pas naïf même s’il parvenait à obtenir de ceux qui lui succéderont de ne pas reproduire les erreurs passé, la haine que se voue chaque race sera sans doutes sont plus gros problème.

    Il entama alors ce qui allait être sa plus longue formation. Des siècles durant, il s’entraina au maniement de Cruoris, à l’étude de chaque chose en ce monde. Il perfectionna sa magie humaine jusqu’à atteindre l’excellent. Et il observa la race vampirique afin d’apprendre à les connaitre pour trouver un moyen de réunir les trois races avec l’aide du Dracos. Tous les dix à quinze ans Pierrot retourner dans les villes de l'empire pour suivre l'évolution de sa race. Durant ses courts séjour il remettait sa casquette de conteur mais durant l'année 1128 de l'age d'argent, il rencontra un frère de la confrérie dragon blanc. Une guilde dont la principale caractéristique était l'étude et la recherche de la connaissance, ainsi que l'adoration de tous les esprit supérieur comme inférieur et l'adoration du Dracos. Leur façons de voir le monde correspondait, à quelque détaille près, à sa propre vision du monde et rapidement Pierrot intégra la confrérie où il gravit petit à petit les échelons et au près de laquelle il s'engagea à ne jamais utiliser ses connaissant pour nuire à qui que se soit même les vampires. Les membres de la confrérie étaient presque comme une troisième famille pour lui et il ne leur avait pas cacher son passer même si toute fois seul les hauts placer de la confrérie étaient au courant. Depuis cette époque, lorsqu'il n'était pas dans les montagnes à étudier et à s'entrainer, il se trouvait remplissait pleinement son rôle au sien de la confrérie et continuait des temps en temps à conter quelques histoire.


  • Liens familiaux : Cela fait bien des années que tous les parents de Pierrot sont mort et bien qu’il soit lui-même officiellement mort, il a toujours gardé un œil sur les descendant de ses petites sœurs.

  • Autres liens : Ils sont tous mort il y a des siècles de cela.


  • Code du règlement : ok by Lorenz


Pierrot Spataro [Humain] Fiche311

  • Voir Sarash

  • [b]Nombre de connexions par semaine : une à deux fois par jour ^^

  • Particularité RP : mauvais en français ^^

  • Comment avez-vous découvert le forum ? : Voir Sarash




  • Physique :

    • Force physique : moyen
    • Agilité : catastrophique
    • Réflexes : supérieur
    • Endurance :inférieur
    • Résistance : inférieur
    • Beauté :moyen


  • Mental :

    • Force mentale: excellent
    • Patience / Self contrôle : Excellent
    • Intelligence : Supérieur
    • Arrogance :catastrophique
    • Gentillesse : Excellente
    • Prestance/Charisme : moyen
    • Mémoire : Supérieur




  • Niveau guerrier :

    • Épée : catastrophique
    • Lance : catastrophique
    • Hache à deux main: Supérieur
    • Arc : moyen
    • Poignard :catastrophique
    • Combat à mains nues : moyen
    • Équitation : Excellente


  • Niveau magique : Grand maître (magie humaine)
  • Aucun niveau magique ? Encore en apprentissage ? Magicien accompli ? Maître magicien ? Grand maître ? Cette partie n'est là qu'a titre indicatif : ce que vous répondrez n'influencera pas forcément la décision finale de l'admin qui vous donnera votre rang magique, mais cela peut l'aider. A noter qu'il s'appuiera surtout sur votre fiche de présentation et aussi sur vos autres caractéristique (si vous êtes un excellent guerrier, il y a de grandes chances que vous soyez un peu moins bon en magie).

Revenir en haut Aller en bas
Lorenz Wintel
Lorenz Wintel
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage exceptionnel
Expérience:
Pierrot Spataro [Humain] Left_bar_bleue0/10Pierrot Spataro [Humain] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 9

Fondatrice

Pierrot Spataro [Humain] Empty
MessageSujet: Re: Pierrot Spataro [Humain] Pierrot Spataro [Humain] Icon_minitimeMar 3 Aoû 2010 - 14:09

Les différents détails ont été vu sur box et par mp, les éditions ont été faites. Je valide donc ce personnage qui sera l'archimage de la confrérie du dragon blanc et qui devra rester pacifique.

Bon jeu à toi !


Salut à toi , crois-tu pouvoir te cacher à mes yeux ? Je sais tout sur toi, tu es inscrit depuis le , ta dernière visite date du , et tu as 366 messages. Ne cherche pas à m'échapper...



Pierrot Spataro [Humain] Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pierrot Spataro [Humain]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Database : Humain
» Fruit de l'Humain
» • Yūki Yamanaka - le piège humain. [Dc - Zitch Fumetsu]
» Manger un humain n'est pas obligatoire. [Cours pour les vampires]
» Inhumain ... Méta-humain ? Je ne sais pas trop - Jemma ~ Barry

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: Fiches de personnages supprimés-