Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Esmelda Kohan
Esmelda Kohan
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Left_bar_bleue0/10L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 3


L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty
MessageSujet: L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Icon_minitimeDim 24 Aoû 2014 - 20:48

Mi mars de l'an II:

« -Korentin, quand tu liras cette lettre, je serai loin.
Ne soupire pas, ne te fâche pas. Et comprend moi, s'il te plaît. Rester ici devient pour moi une torture, je n'arrive plus à respirer, je n'arrive plus à garder la tête hors de l'eau. Je sombre doucement et le fond s'approche de moi comme une évidence inévitable. Et plus les nouvelles de l'extérieur nous parviennent apportant son lot de nouvelles souffrances, ces nouvelles tortures qu'ils imposent à notre peuple, plus je me sens mourir à petit feu. Je ne peux réagir en restant me morfondre au fond de cette caverne, protégée et me sentant inutile, encore plus inutile que les parois de notre demeure de fortune. Je ne peux rester à attendre que la guerre cesse, attendre et rester figée dans la douleur de mon cœur meurtri par la haine et la destruction qu'à apporter les alayens. A attendre que tu me pardonnes d'avoir aimé, qu'il me pardonne d'avoir voulu le protéger. Je me dois de soutenir les nôtres, de leur montrer que nous sommes là, qu'il existe encore une voie pour se sauver d'une pensée unique et arbitraire, qui prône l'abandon de ce que en quoi nous croyons. La magie n'est pas en cause, ce qui l'est c'est l'indifférence et le mépris de la différence. Cela ne changera peut être rien, je me trompe peut être, mais j'aurai essayé, au lieu de me demander à ce que je pourrai faire pour soulager la souffrance des personnes qui nous rejoignent chaque jour.
Je suis désolée de ne pas être cette femme que tu voudrais que je sois, une bonne épouse, une bonne mère pérennisant le nom de nos ancêtres et s'inquiétant en silence de savoir si mon époux reviendra le soir de ces batailles. C'est à moi de mener les miennes. Et c’est ce que je vais faire. Prend soin de toi . D'Ashy. Je t'aime. »


La princesse referma son parchemin et y apposa son sceaux avant de le confier à sa servante.

«-Demain apporter cela à mon cousin à son réveil. Vous pouvez aller vous coucher, cela ira pour ce soir. »

La princesse lui sourit et la laissa quitter la pièce, cherchant absolument la solitude. La jeune femme s'approcha de sa grande malle et sortit sa sacoche, qu'elle avait préparé avec minutie pour le départ.

La veille, un de ses gardes lui avait rapporté la boite qu'elle avait confié au baptisrel quelques jours auparavant. Esmelda regarda la boite avec tristesse en la prenant des mains du jeune homme. Ce qu'il y avait dedans n'était plus mais avait causé de nombreux malheurs et continuait en n'étant plus. La princesse ferma les yeux dans un soupire triste et décida de se séparer de ce qui faisait son malheur, choisissant comme gardien de ce silence, le lac. Gardien qu'il avait été depuis des mois de la bague du Néant. Elle pouvait clore définitivement le départ qu'elle s’apprêtait à faire. Plus rien la retenait.

La princesse se changea, quittant ses habits de jeune femme de la noblesse pour devenir une femme du peuple en mettant une tunique laissant de côté ses corsets et autre lacets, ôtant son diadème qui couronnait sa chevelure coiffée en tresses complexes, travail de ses dames de compagnie. En enlevant tout ceci, la jeune femme cherchait à redevenir juste Esmelda. Une simple tresse deviendrait plus utile en dehors, plus discret, plus pratique. Et la jeune femme attendit que Neverick, son capitaine de garde, et complice aiderait à rejoindre ceux qui avec elle quitteraient cette nuit Aigue la cachée. Esmelda usa de magie afin de ne pas être reconnue, on ne dupait pas les gardes de son cousin de la sorte, et encore moins depuis qu'elle avait été poignardée, encore moins depuis que Devoreuse avait été détruite. Le soldat l'accompagnerait. Il avait menacé la princesse de tout révéler à son cousin, il avait négocié qu'elle reste, supplier presque puis il avait abdiqué en lui faisant promettre de ne pas partir sans elle, sans une bonne garde. Même si à ses yeux, se retrouver avec un dragonnier, son lié, Matis et Ninna, rien ne pouvait lui arriver.

La nuit complice leur permis de sortir sans craindre d'attirer l'attention. Deux femmes, quatre guerriers et un dragon, il y avait plus discret.

Un dernier regard sur la cité qu'il quittait au loin, à peine éclairée par une lune nuageuse, la petite troupe partit en silence vers l'ouest.
L'envie d'agir, l'envie de lutter, d'aider, de comprendre, de vaincre, de changer avaient poussé sur la petite route de terre le petit groupe et l'énergie, l'envie, l’inquiétude, et l'espoir les accompagnait comme une banderole accrochée fièrement sur leur torse.

Le premier jour se passa à tenter de se fondre dans le paysage, de rompre avec leur vie d'hier et à ne pas regretter et faire demi-tour.

Puis vint la réalité d'une vie de nomade. La chaleur des derniers jours, la nuit à la belle étoile, trouver de la nourriture et ne pas se faire remarquer par l'armée et les troupes alayennes. Et une autre réalité vint à eux quelques jours plus tard en traversant un gros bourg, ville paysanne afin de racheter quelques ingrédients. Les alayens avaient plus qu'envahit la vie quotidienne, elle en imposait le rythme. Fabius ne pouvait avoir permis une telle chose. La magie bannit, le Néant comme culte obligatoire. Pour un maître mage cela ne collait pas. Il devait avoir reçu un coup de bâton non attendu. De voir une population résistante mais brimée se voyant spolier de certains objets de famille, d'objets de la vie quotidienne, des objets qui avaient pour eux une utilité, un souvenir, les voir ainsi regrouper pour se faire détruire avaient quelque chose de poignant. La princesse eut envie de descendre et de crier de lutter et rendre les objets à chaque personne, mais un regard à Ninna lui fit comprendre que se serait la pire des stupidités.

Le soir, tous autour d'un feu qui servait plus pour cuire les quelques lapins chassés que réchauffer un air bien pesant pour la saison, la petite troupe prenait un repos bien mérité. Silencieux un moment, la princesse brisa le silence du repas :

« -Je sais que vous allez me dire que vous avez pleinement conscience de votre présence ici, mais... n'est-ce pas folie au final. »

La princesse se tut un instant pour se tourner en particulier vers Atalos et Amyelenor.

« -Les choses ont dû changé à Gloria. Les serviteurs du Néant et mon cousin ont renforcé et modifié leurs accords. Vous étiez déjà des ennemis à abattre mais avec ce redoublement des patrouilles à fureter à la moindre traces de magie, n'est-ce pas se jeter dans la gueule des alayens ? Ce qu'on a vu cet après-midi me fait prendre conscience qu'ils sont prêt à tout pour nous imposer leur façon de voir, que le pacifisme dont ils disaient faire preuve est que poudre aux yeux. Même si certains crachaient sur la magie et sur ses effets actuels, d'autres semblaient résigner et sans vie.»



L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] 1450384496-esme

L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninna Galliang
Ninna Galliang
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Faible mage
Expérience:
L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Left_bar_bleue0/10L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty
MessageSujet: Re: L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Icon_minitimeVen 5 Sep 2014 - 15:40

Enfin un peu d'action! Enfin, Ninna allait pouvoir quitter ces fichues grottes qui, sans aucun doute, allaient finir par la rendre claustrophobe incessamment sous peu! Mais cette fois, elle ne partirait pas seule non, cette fois elle pourrait à nouveau accompagner sa princesse! Aussi, quand cette dernière lui avait confié ses envies secrètes de partir aider le peuple d'Armanda en cachette et de parcourir le pays pour s'y rendre utile de quelques manières que ce soit, la guerrière n'avait pas songé un instant à la faire changer d'avis en lui rappelant les conséquences de ses actes ainsi que la dangerosité d'un tel périple non, bien au contraire! Elle s'était seulement empressée de lui imposer une seule condition non négociable : qu'elle l'accompagne à nouveau où qu'elle aille!

Toute fois, elle n'en fut pas moins toute aussi excitée et enthousiasmée quand elle su qu'Amy et Atalos avait accepté d'être du voyage! Elle ne savait pas si elle aurait supporté une fois de plus de devoir choisir entre lui et son devoir et d'être séparés pendant encore des années alors qu'ils venaient juste de se retrouver... Bref, une raison de plus qui l'encouragea à préparer ses valises en moins de temps qu'il ne faut pour le dire!
Elle prit bien sûr plus de temps pour dire au revoir à la petite Luna qui les auraient volontiers accompagné, à son grand regret...
Mais elle s'assura qu'elle restait entre de bonnes mains et qu'elle aurait la possibilité de conserver un minimum de liberté de mouvements, et surtout de pouvoir continuer à s'entrainer! Elle lui promit également que dés que les choses se seraient tassé et que le conflit serait réglé, et que si possible elle ait pu botter elle-même les fesses de cet imbécile d'empereur à la noix et de ses fanatiques, elle reviendrait la retrouver pour constater ses progrès et la prendre complétement sous son aile et, pourquoi pas, la faire entrer au service de la protection de la princesse! La relève serait assurée....

Leur départ d'Aigue fut discret, furtif et rapide, les plongeant directement dans le bain, pour la plus grande joie de Ninna! Le retour à la vie aventureuse se passa tant bien que mal, mais si Ninna regrettait parfois un bon lit et la sécurité des murs de la cité, elle ne versa pas une larme pour les vilains légumes bleus! La vie s'organisa petit à petit, chacun trouvant facilement sa place et son rôle dans la petite troupe , et elle en profita même pour faire un peu plus ample connaissance avec Matis.

Un soir pourtant, après avoir traversé un village qui subissait le joug des persécuteurs de Néant, elle ne put s’empêcher de remarquer cette lueur triste dans le regard de sa princesse. Elle se doutait bien de ce qui la rongeait intérieurement : voir tant de peine et de souffrance chez son peuple sans qu’elle ne puisse intervenir la rendait malade... Mais tendis que Ninna cherchait les mots qu'il fallait pour lui remonter le moral, Esmelda prit la parole, brisant le court silence qui s'était installé entre eux.

"Non, la folie c'est ce que fait subir votre cousin à ce peuple qui en a déjà tant bavé... La folie serait de ne rien faire pour tenter de changer cela!" dit-elle avec une conviction non feinte
"Et il serait encore plus fou d'imaginer me priver d'une occasion de planter le bout de mes nouvelles bottes dans le postérieur de ces adorateurs de rien du tout, et de Néant lui même enfin, si il en possède un!" ajouta-t-elle avec un sourire presque carnassier pour détendre atmosphère.



L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] 284600Ninnakitsigna

L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Images?q=tbn:ANd9GcQNOISFHn7oB95lgOxH3C0yLri2dwFF6Hc5fEEcCpwYUBbJ3-BsfQ
¤ Attention, rpgiste lente ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amyelenor Farkstein
Amyelenor Farkstein
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Left_bar_bleue8/10L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty_bar_bleue  (8/10)
Xp disponibles: 4


L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty
MessageSujet: Re: L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Icon_minitimeDim 7 Sep 2014 - 15:56

Lorsque la Princesse lui avait fait part de son projet de partir sillonner l’Empire conquis, Amyelenor n’avait pas hésité un seul instant pour l’accompagner. Il avait secrètement passé le commandement de ses troupes à deux de ses Capitaines, dont Fridrik Amoenr. Ces deux jeunes gens étaient tous deux prometteurs, et cette première expérience en duo ne pourrait que leur être profitable, du moins si l’Empereur entérinait ce choix lorsqu’il prendrait connaissance de l’escapade sa jeune cousine.

Le soir, lorsqu’Amyelenor terminait ses tâches d’Officier, il se mettait à préparer, en concertation avec Atalos, leur départ d’Aigue-Royale. Outre ce qu’ils devraient emporter, se posait la question de comment cacher le Dragon des yeux indiscrets. Même si son armure possédait un enchantement qui le ferait se fondre dans son environnement, un être d’une telle envergure restait assez facilement repérable, au sol, et surtout en l’air. Et si leur compagnie était assez réduite pour être discrète, elle ne pourrait pas résister à une bataille, malgré la présence d’un Dragon dans leurs rangs. La furtivité était leur seule chance de rester en vie, dans un territoire hostile tel que l’Empire était devenu. Cela, jamais Amyelenor n’y aurait cru. Devenir un paria dans sa propre nation.

Il avait été extrêmement surpris en voyant Esmelda vêtue autrement que comme une Princesse. Lorsque certains Nobles se livraient à ce jeu, en des temps plus anciens, afin d’errer dans des quartiers que la bienséance leur interdirait d’ordinaire, ils restaient malgré tout reconnaissables par leur port altier et par un air hautain dont il ne parvenait pas à se défaire. Mais la Princesse… Non, son humilité faisait qu’elle pouvait apparaître comme une femme du peuple. Elle gardait toujours une fière allure, mais ceux qui ne la connaissaient pas de visu ne pouvaient pas se douter de son ascendance.

L'autre compagnon était Neverick, le Capitaine de la Garde Princière, et une jeune Officier du nom de Matis Falkire. Si au début, le jeune homme – Neverick – lui avait tenu rigueur d’avoir blessé Esmelda, il commençait désormais à un peu plus apprécier le Général, ayant fini par accepter l’existence de la Malédiction. Il s’était révélé comme aimant autant la Princesse que lui, et était quelqu’un d’extrêmement appréciable. Quant à Matis, Amyelenor ne l’avait jamais eu sous ses ordres, mais n’avait entendu que du bien de ce jeune guerrier. Il avait été pris sous l’aile du Seigneur Svenn. Ces quelques jours passés ensemble avaient montré à Amy que sa réputation n’était pas usurpée.

Enfin, venait Ninna. Savoir qu’ils allaient passer du temps ensemble, même si beaucoup de dangers les attendraient, lui avait fait bien plus que plaisir. Cette fois-ci, les deux jeune gens, quoiqu’encore un peu timides, feraient face ensemble à l’adversité. Et puis, quelques fois, au cours des marches, leurs mains se joignaient un court instant, un simple contact, bref mais empli de signification. Et lorsqu’Atalos s’en rendait compte, Amy pouvait l’entendre ronchonner dans son esprit. Son lié ne prenait que modérément bien le fait que son Dragonnier soit amoureux. Son Dragon était mignon quand il était jaloux.

Les rapports qu’il recevait de l’extérieur étaient bien en-deçà de la réalité. Des mots sur du parchemin ne parvenaient pas à retranscrire l’horreur qui recouvrait désormais l’Empire. Il n’y avait plus à se leurrer, les Alayiens contrôlaient désormais entièrement les Hommes d’Armanda, et l’Usurpateur n’était plus qu’un simple pantin entre les mains des conquérants, un moyen pour eux de se légitimer. Et au vu de l’évolution des choses, ils n’en auraient peut-être plus besoin d’ici peu de temps. Ces pensées que tous devaient ruminer, sous une forme ou une autre, furent prononcées par la Princesse, un soir que leur repas cuisait lentement devant eux, dégageant un délicieux fumet, qui leur manquait depuis bien trop longtemps à Aigue.


*C’est sûr qu’ils seraient content d’accrocher tes écailles au-dessus de leurs cheminées, Atalos, mais notre raison d’être est de les combattre, pas de nous terrer. Qu’en penses-tu ?*


Amyelenor se gratta la joue d’un air pensif. Visiblement, Esmelda avait véritablement été troublée par le spectacle de cet après-midi, dans le village. Et en un sens, Amyelenor la comprenait. Tant de choses avaient changées, et si rapidement, lorsque l’on y regardait. Ninna fut la plus rapide à répondre, et sa dernière réplique arracha un sourire au Dragonnier. Mais en dépit de sa plaisanterie, elle avait raison. Les seuls fous étaient ceux qui n’agissaient pas.



« Depuis le début, les Alayiens rêvent de nous abattre, mais jusqu’à présent, ils n’y sont pas parvenus, et nous ne comptons pas les laisser faire. Nous savions tous ce que nous risquions en rejoignant la Rébellion, mais qu’aurions-nous pu faire d’autres ? Altesse, nous ne pouvons pas rester assis sans rien faire en regardant notre nation se faire détruire. Ces gens, ces villageois, étaient résignés, mais si nous leur donnions l’espoir de vaincre l’envahisseur, si nous suscitions en eux ne serait-ce qu’une étincelle d’espérance, alors ils se lèveront et nous rejoindront.
L’Alliance Rebelle est une bien belle chose, mais nous manquons d’actions d’éclat, nous… Oui, nous manquons de victoires. Ceux qui ne nous rejettent pas, ne voient en nous qu’un groupe armé dont le temps est compté. Et nous, nous sommes ici pour changer cela ! Imaginez un peu, le Néant avec une botte dans les fesses, quelle propagande ce serait !
reprit le jeune homme en adressant un clin d’œil à Ninna. »


Thème musical d'Amy

Invité, souviens-toi de ceux qui ont payés de leur sang le prix de ta vie et de ta liberté...

L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty
MessageSujet: Re: L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Icon_minitimeVen 12 Sep 2014 - 19:25

Cette épopée à travers les terres impériales ne l'enchantait pas. Pas du tout même, et la seule raison pour laquelle le dragon d'or avait finalement accepté d'y participer tenait en un seul mot, ou plutôt devrait-il dire un seul nom : Amyelenor. La jeune lame noire, encore ébranlée par son involontaire tentative de meurtre à l'encontre de la princesse Esmelda, s'était faite un devoir d'accompagner la jeune femme dans cette aventure pour le moins rocambolesque. Bon gré mal gré, le dragon d'or leur avait donc emboîté le pas mais à l'exception de la présence de son lié, absolument rien ne lui plaisait dans ce projet. Pire encore, absolument tout lui déplaisait et pour commencer le caractère pour le moins ridicule du petit groupe qu'ils avaient formé : une princesse, sa garde du corps et une poignée de soldats, voilà tout ce qui composait la troupe. Certainement pas une armée ou une division, pas même un régiment, trop peu même pour parler d'un détachement. Certes, un groupe réduit passait plus facilement inaperçu, mais il n'en était également que plus vulnérable s'il venait à être découvert, et le dragon d'or avait vu ses capacités combattantes considérablement réduites depuis l'épisode de la tornade, quelques dix jours auparavant. Son propre dragonnier n'était pas encore remonté en selle depuis, l'impact physique autant que psychologique de leur dernière chute s'opposant encore à une telle chevauchée. Si les évènements devaient prendre une mauvaise tournure, et l'expérience avait depuis longtemps enseigné au dragon d'or la célèbre loi selon laquelle tout ce qui peut mal tourner va mal tourner, il y aurait des morts et foi d'Atalos, son dragonnier n'apparaîtrait certainement pas dans leur nombre. L'autre point qui dérangeait considérablement le colosse doré n'était ni plus ni moins que la nourriture. Les menus de campagne auprès de l'armée impériale lui déplaisaient déjà fortement, mais lorsqu'il n'y avait pas même un régiment de chasseurs et cantiniers qualifiés affectés à son nourrissage, son humeur était à la hauteur de ses portions alimentaires : considérablement amoindrie. Et ce n'était pourtant là qu'un avant-goût, encore restait-il à saupoudrer le tout de la présence d'une humaine qui tournait autour de son dragonnier d'un peu trop près à son goût et dont il ne savait pas encore exactement que penser. Enfin, la cerise sur le gâteau comme aimaient à le dire les humains : le dragon pouvait nettement reconnaître le bonheur du jeune homme lorsqu'il se trouvait auprès de celle qui faisait soupirer son coeur, et s'il pouvait apprécier voir son lié heureux, il ne s'en agaçait pas moins et pour cause : lui-même en était privé ! Car Silarae était pour sa part restée à Aigue-Royale, et le dragon d'or s'imaginait très mal accomplir constamment l'aller-retour entre la citadelle souterraine et le petit groupe d'aventuriers auquel s'était joins son lié.

Ainsi donc, d'autant plus grognon qu'il était affamé, Atalos s'était allongé derrière son lié, installé avec leurs compagnons autour du feu, et laissait son crâne massif surplomber la silhouette de la lame noire. Son regard flamboyant ne quittait pas les braises rougeoyantes au dessus desquelles rôtissaient les quelques lapins qui composaient le repas de toute la troupe. Toute la troupe, alors qu'il n'y avait là qu'à peine de quoi constituer un en-cas selon les critères habituels du dragon. Dracos lui en soit témoin, pour l'attirer dans un tel périple, son dragonnier devait avoir auguré de la possibilité de le tuer.
Beaucoup plus concentré sur la cuisson de son futur repas que sur la discussion des bipèdes, le dragon d'or avait discrètement avancé la gueule en direction du feu. Après tout, ce Matis lui semblait déjà bien dodu sous son armure, ce n'était que lui rendre service en le débarrassant de sa portion de viande du jour, pas vrai ? Profitant de ce que la princesse et sa garde du corps s'étaient accaparées l'attention générale, l'écailleux avança la langue vers le lapin destiné au jeune humain mais fut interrompu dans son larcin geste de bonté par la voix de son lié venue résonner dans son esprit. Pris sur le fait, le dragon rangea hâtivement sa langue et redressa innocemment la tête tandis qu'il répondait à son lié :

* J'en pense que la cheminée qui accueillera mes écailles n'est pas encore construite, mais je m'inquiète plutôt pour toi. Cette petite escapade n'est pas prudente... *

D'ailleurs, lorsqu'il eut pris conscience que la conversation les concernait, son lié et lui, son regard d'or abandonna non sans regret les lapins roussis pour considérer l'échantillon pour le moins hétéroclite d'aventuriers présents. Son esprit s'ouvrit alors pour englober les leurs et lui permettre de se faire entendre de tous. Son museau s'avança d'abord vers la jeune femme dont s'était entichée son dragonnier, celle-là même qui s'était vantée un peu plus tôt de souhaiter pouvoir enfoncer sa botte dans le derrière de l'Esprit du Néant. Peu délicat, le dragon la bouscula peut-être plus sèchement qu'il ne l'aurait souhaité mais sans violence exagérée :

* Garde toi de proférer d'aussi ridicules menaces, petite, car la seule folie que je vois ici est celle d'une humaine qui souhaite affronter une entité qui mit à mal pas moins de quatre dragons et leurs liés. Néant n'est pas un adversaire qu'il faut nous envier : le moquer et le sous-estimer comme tu le fais équivaut à manquer de respect aux huit sauveurs. *

Dont il faisait partie d'ailleurs, mais qu'il se garderait bien de préciser. A moins d'avoir vécu reclus dans une grotte ces derniers mois, personne ici ne devait l'ignorer et ce quand bien même la formulation n'était peut-être pas la plus pertinente qui fut.
Il n'attendit guère les probables remontrances de son dragonnier pour tourner sa tête massive en direction de la princesse, poursuivant toujours en se laissant entendre de tous :

* Il est bien temps que tu prennes conscience des risques que cette petite escapade font peser sur mon lié, humaine. Il a trop d'amour et de respect pour toi pour refuser de te suivre, mais je ne m'embarrasse pas des chaînes qui sont les siennes. *

La hiérarchie qu'affectionnaient tant les humains et dont son dragonnier dépendait beaucoup trop selon lui ne le concernait en effet aucunement, puisque le simple fait d'être ce qu'il était, un dragon, suffisait à le placer au dessus de tout bipède, fut-il qualifié d'empereur ou de princesse par ses pairs.

Finalement le crâne de l'écailleux se redressa de telle sorte que son regard d'or put de nouveau parcourir les visages de chacun des membres du petit groupe, avant qu'un grondement sourd ne se fasse entendre depuis les profondeurs de sa gueule garnie de crocs.

* Bien sûr que cette expédition est folie, qu'espériez vous découvrir ? Quelle victoire pensiez vous obtenir en agissant de la sorte ? Une poignée de femmes et d'hommes, accompagnée d'un dragon aussi puissant soit-il, pour redonner l'espoir à un empire entier ? Sans logistique, sans une stratégie de campagne, sans supériorité d'aucune sorte, face à une armée entière solidement implantée et qui a déjà prouvé sa valeur par le passé. Vaste plaisanterie que tout cela, ce ne serait pas même une histoire à raconter aux enfants pour les endormir. *

Boudeur, le dragon dirigea son museau vers le feu et la viande qui achevait d'y cuire. Il s'empara de sa trop maigre portion et l'engloutit sans plus de cérémonie, avant de replier le cou vers son corps pour conclure :

* Nous ferions tout aussi bien de rentrer à Aigue-Royale, Dracos sait que que je n'aime pas ces galeries mais j'ai la clairvoyance nécessaire pour admettre que c'est là qu'Amyelenor et moi sommes les plus utiles, à travailler avec le reste de l'état-major sur l'élaboration et l'accomplissement d'opérations dignes de ce nom. *

D'ailleurs, s'il n'en tenait qu'à lui, il s'accaparerait volontiers son lié pour entamer le voyage retour mais il connaissait suffisamment bien sa jeune lame noire pour savoir que celle-ci ne le tolèrerait pas.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty
MessageSujet: Re: L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Icon_minitimeVen 12 Sep 2014 - 20:50

Il lui avait pourtant dit de ne pas venir, mais elle n’en avait fait qu’à sa tête et elle l’avait envoyé sur les roses. Mais en même temps, pouvait-il se passer d’elle désormais ? Depuis que son totem avait gagné en force et qu’il ne pouvait plus se séparer des siens, avait-il réellement le choix ? Depuis qu’elle avait pris de plus en plus d’importance dans sa vie, pouvait-il réellement se passer de Julia ? Sa nouvelle aide de camp, celle qui lui rappelait encore qu’il y avait eu une vie avant cette guerre, était désormais une personne bien plus proche de lui qu’il ne l’aurait jamais cru. Jamais elle ne se laisserait abandonner ici par le capitaine, cela lui était insupportable et elle lui avait clairement fait comprendre. Alors il avait rendu les armes et s’était rangé à son avis malgré tout ce qu’il en pensait.

La princesse Kohan, Esmelda pour les intimes, avait envoyé son fidèle garde du corps pour prévenir le trentenaire de ce qu’il se préparait. Il avait cru comprendre que la jeune femme tenterait quelque chose dans ce style là, mais jamais il n’aurait cru que tout cela aurait lieux si vite dans l’année. Mais, en y réfléchissant, c’était maintenant qu’il fallait en profiter pour tenter quelque chose. Alors il avait vaguement hoché la tête en écoutant les paroles du soldat et était partit se préparer pour l’occasion. Il s’était préparé une cotte de maille magique très légère et ultra résistante qu’il porterait par-dessous une chemise de forestier et son éternel manteau de cuir en piteux état. Mais s’il voulait passer pour un vagabond il ne pouvait et ne devait pas se comporter autrement ni s’habiller richement. Et il espérait que les autres membres de l’aventure allaient faire de même. Bien entendu il se doutait qu’il ne serait pas les seuls à partir avec elle, mais il ne savait pas qui viendrait au final… Et ça, ça le mettait quelque peu mal à l’aise.

Mais ce qui le mit encore plus mal à l’aise ce fut de voir débarquer Julia en tenue de mercenaire, purement et simplement. La coupe de cheveux refaite avec une sorte de dégradé dont il ne connaissait pas le terme technique, une tenue de forestier avec la manche de sa chemise gauche arrachée. Cette tenue laissait son immense tatouage visible aux yeux de tous, comme si elle voulait bien marquer sa présence en ces lieux. Rien qu’en voyant cela Matis sourit. Lui qui s’était tatoué des provocations bien crasse avait sous les yeux un tatouage noir et bleu d’une rare beauté. Il ne comprenait pas bien sa forme, c’était un ensemble de traits géométrique se regroupant autour d’un cercle tout aussi symétrique. Il ne savait pas qui avait réalisé ce travail, mais c’était réellement une œuvre d’art.

Peu de temps après ils se retrouvèrent avec les autres membres de l’équipée fantastique. Un dragonnier, un dragon, la princesse, une autre femme guerrière dont il ne connaissait pas le nom et le garde du corps de la princesse. Une véritable équipe de choc d’après ce qu’il pensait et, à vrai dire il s’était attendu à voir l’amant de la jeune femme. Ce vampire aurait eu sa place ici, mais peut-être n’acceptait elle pas de le voir. Au vu de leur dernier échange ce n’était pas impossible….

Si la sortie de la ville se fit dans le plus grand calme, et pour le coup il se demandait bien comment ils allaient faire pour planquer le dragon, le reste fut plus mouvementé. Il ne savait pas bien quoi en penser de la situation et de la troupe qui l’entourait, alors, comme à chaque fois dans ce cas, il se tut et se contenta d’observer ses compagnons d’infortune. Le premier d’entre eux fut Amyelenor, personnage oh combien important dans la rébellion. Et puis il y avait son dragon, Atalos, une créature fantastique et très puissante pour laquelle Matis avait beaucoup de respect. Et il faudrait mieux puisqu’elle serait sans doute capable de lui arracher la tête d’un simple coup de griffe. Enfin il y avait Nina, personne dont il essaya de se rapprocher pour en apprendre plus sur son cas sous le regard lourd de Julia qui n’aimait pas le voir s’approcher d’une autre femme. Mais il n’essayait rien dans ce sens-là, pour le coup il avait bien vu les nombreux regards et petits gestes qu’il y avait entre elle et Amyelenor. Il y avait bien quelque chose entre ces deux-là, devait-il le dire plus fort ? Non sans doute pas, beaucoup avait déjà dû le remarquer, et puis un peu de tendresse dans ce monde de brute ne faisait pas de mal, bien au contraire. Lui-même était très mal placé pour les juger, non pas qu’il courait la gueuse ou les aventures, mais qu’il avait toujours eu une pensée bucolique pour ce genre de situation. Pourquoi ? Bonne question…

Ils passèrent du temps dans la forêt, l’Ouest était grand, vaste, complexe et complet mais ils durent rapidement arriver dans une ville pour voir les nouvelles choses. Et les nouvelles choses qu’ils virent… Disons juste qu’il s’en serait très bien passé. De voir les gens sous la coupe des Alayiens, pardon, de la garde d’Obsidienne, cela lui sortait des yeux, c’était juste insupportable. Dire qu’il s’était littéralement arraché la peau des fesses à la pince pour eux, et que maintenant ils se tenaient là sans rien faire devant les Alayiens… Il prit Julia avec lui et lui passa un bras autour des épaules pour la soutenir et l’empécher de faire des bêtises, depuis son… Depuis sa mésaventure avec les Alayiens, elle ne pouvait plus se tenir tranquille quand il y en avait dans les parages mais là il ne pouvait pas se permettre de la voir péter un câble. La princesse était là, et elle ne devait pas la mettre en danger.

D’aucun aurait pu dire qu’ils formaient un couple, et pour passer inaperçue ce n’était pas la moins bonnes des solutions ou des méthodes. Mais tandis qu’il écoutait sa jeune comparse discuter avec les locaux il ne pouvait s’empêcher de penser à ce qu’il avait appris avant de partir. Ce qu’il craignait était arrivé, certains d’entre eux les avaient quitté et avait rejoint l’ennemi. Alford, Havard. Son meilleur ami, ou ce qui s’en approchait le plus, et son chef, son patron comme il aimait l’appeler en privé. A quoi avaient ils donc pensés à quittant de ce fait la rébellion ! Et Alford qui avait failli tuer Korentin ! La discussion qu’ils avaient eut avant cet étrange évènement en était elle la cause ? Il en doutait, mais comme il n’était au courant de rien hormis les détails que tous connaissait… Comment allait-il pouvoir faire pour la suite … Continuer à se battre en sachant que d’autres avaient abandonné ? Ce ne serait pas la première fois et encore moins la dernière… Mais que ce soit ces personnes-là… Il secoua la tête pour essayer de penser à autre chose et s’en alla chercher des provisions pour la soirée. Prendre un peu de temps pour cuisiner allait lui faire du bien et pourrait peut être lui faire oublier toute cette tristesse. Mais c’était sans compter le dragon.

Déjà que le dragon essayait de s’en prendre à son lapin, qui finissait de cuir en plus, voila qu’il minait littéralement l’ambiance. Alors oui, il n’avait sans doute pas prévu quelle serait la quantité adéquate de viande pour ce monstre, mais quand même. Il ne s’attendait pas à ce que le dragon s’en prenne pour cette raison, quoi qu’en y réfléchissant ce ne devait pas être la seule raison. Surtout si l’on écoutait ce que les deux tourtereaux venaient de dire, le capitaine ne dit rien et continua de s’occuper de la cuisson et de l’assaisonnement de la viande. Malheureusement il n’avait pas plus faim que cela, alors il offrit avec un sourire son lapin au dragon accompagné d’une petite phrase. Demande moi la prochaine fois, et je me ferais un plaisir de partager. En attendant profite en bien, tu en as plus besoin que moi. Ce n’était pas forcement vrai mais là n’était pas la question.

Il prit le temps d’observer l’assemblée en face de lui tandis que chacun se servait et profitait du calme du feu pour manger enfin. Julia l’observait et discutait avec le capitaine de la garde de la princesse. Nina et Amy n’hésitait pas à se jetter des regards, à se chercher et à se trouver. C’était beau, c’était mignon tout plein et cela ne dérangeait pas plus que ça le jeune capitaine. Si cela pouvait leur donner une raison de plus de se battre.. Le dragon se la jouait briseur de rêve tandis que la jeune princesse essayait de ne pas perdre espoir. C’est là que Nina et son amoureux transit, qui essayait de le cacher aux autres mais bon…, essayèrent de remotiver tout le monde. Oui, botter le cul du néant n’était pas une chose qui lui déplairait mais tout de même, fallait être réaliste.

Mais ce qui fit sortir le jeune trentenaire de ses réflexions s’était la fin de la phrase du dragon. Retourner à Aigue, élaborer des plans que personnes ne mettraient en place ou si peu. Mais il n’eut rien le temps de dire, Julia s’était levée et, dans sa fougue habituelle, avait prit la parole. Pour ce que vous en faite des plans vous faite aussi bien d’être ici. Après c’est à nous de les mener à bien et pour ce que ça marche… Autant être ici à essayer de faire quelque chose d’autre, quelque chose qui pourrait au moins nous redonner un peu plus d’espoir que tous vos plans ne pourraient jamais en offrir. Matis savait qu’elle n’avait pas tord, et lui montrait bien, mais ce n’était pas à elle de dire cela, c’était à lui. Quand elle chercha son soutient, elle vit bien qu’elle l’avait, mais il fit ce qu’il fallait pour la calmer.

Il ne fit pas attention aux remarques du dragon, ni à celle des autres. Peut-être avait elle dit ce que certains pensaient tout bas, ou pas. Il posa sa main sur son épaule et la laissa se calmer avant de la laisser se rasseoir. Matis fit face à l’ensemble de l’assemblée et demanda un peu de calme avant de prendre la parole.

Ce n’est pas une folie de se battre pour nos opinions. Si nous sommes ici, hormis peut être Atalos, c’est parce que nous vous devons quelque chose et parce que nous croyons en vous. Et que nous avons envie de faire quelque chose pour les autres.

Alors oui tout le monde à raison. Atalos quand il dit que nous devons rester les pieds sur terre et que nous sommes peut être partit à l’arrache. Amyelenor à raison aussi en parlant de la rébellion et du manque de reconnaissance. Nina aussi, tout le monde sait à quel point je prend plaisir à botter des culs de fanatiques. Nous avons tous beaucoup perdu, des êtres chers, des postures sociales… Les temps d’insouciances sont loin, mais ce n’est pas pour autant que nous devons nous laisser abattre, ni croire que tout sera facile.

Mais ne pensez-vous pas que nous avons assez d’ennemis pour nous empoigner de la sorte ?


Le capitaine se passa la main derrière la tête et commença à se gratter la tête. Il n’aimait pas être au centre de l’attention, mais pour le coup s’était le cas.

Esmelda, Il s’interdirait le mot de princesse tant qu’elle ne serait pas en sécurité, nous devons tous faire pour que les choses changent, nous devons gagner les cœurs avant de gagner la guerre. C’est la première des batailles que nous devons mener, bien avant la destruction des temples et l’élimination des éléments séditieux. Je sais de quoi je parle concernant ce dernier point.

Alors ne pourrions-nous pas profiter de ce temps, essayé de manger un bon coup et d’éviter de nous broyer le cœur et le cerveau avec toutes ses noires pensées ?


S’ils voulaient faire quelque chose ensemble il faudrait bien qu’ils comprennent qu’il faudrait travailler ensemble sinon ça ne serait pas du tout facile et tous en pâtirait… Et il ne voulait pas mourir ici, pas pour des raisons aussi stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Esmelda Kohan
Esmelda Kohan
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Maître mage
Expérience:
L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Left_bar_bleue0/10L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 3


L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty
MessageSujet: Re: L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Icon_minitimeDim 14 Sep 2014 - 12:54

Aux yeux de la princesse, il était nécessaire de parler à cœur ouvert en cette douce soirée au clair de lune, auprès d'un feu presque inutile pour se chauffer mais salvateur pour leur maigre repas, afin de savoir vers quel chemin ils avançaient ensemble. Mais surtout comment y parvenir. Il n'était pas des plus aisés d'arriver et de vouloir changer les choses, mais avec du cœur et de la volonté, si.

« -Et je vois que nous pourrons y parvenir. Je pense comme vous. La rébellion est pour l'essentiel des nobles, riches, quelques personnes du peuple mais venant plus des villes autour d'Althaia ou bien ayant suivi les nobles de leurs villes. Mais peu ceux des villages reclus, des villes lointaines, proche de Gloria. Tout c'est joué là bas et tout se rejouera là bas. Si nous parvenons à faire entendre qu'il existe une autre voie alors peut être que tout ne sera pas perdu, ne serait-ce que si un village se soulève, ou bien une botte finisse bien placée. Que cela s'entende. »

La princesse leur confia aussi quelque chose pas des plus simples et un peu délicat pour une princesse, mais nécessaire. Elle faisait aussi preuve de confiance et d’honnêteté avec les personnes qui l'accompagnait. Même si Ninna le savait déjà, ce n'était pas le cas des autres membres de cette équipés.

« -Il y a des personnes qui déjà le font. Ils le faisaient déjà bien avant l'arrivée des alayens, même si leurs façon de faire était parfois discutable. J'ai rencontré la Horde et leur chef de l'époque, Melusine. Nous avons un peu discuté, du moins établis certains liens, dont celui de m'aider, à aider le peuple. C'est leur but aussi. Mais Melusine est morte... »

La voix de la princesse se brisa un instant, la tristesse la laissant l'envahir une fraction de seconde avant de reprendre, laissant de côté les morts pour le moment.

« -J'aimerai rencontré leur nouveau chef, afin de voir et de continuer ce que j'avais construit avec elle. Je sais pour beaucoup la Horde ne sont que des voleurs et des pilleurs de chemins, mais ils ne le font qu'auprès des riches dont ils estiment que l'argent devrait revenir un peu plus au peuple. Je ne peux les contredire mais si je condamne certaines de leurs méthodes, trop violentes à mon goût. Mais ils connaissent les bois, les chemins, le terrain et ont une habitude de la vie cachée. Leurs conseils nous seront peut être précieux. »

Il fallait aussi montrer qu'ils avaient des allies en place sur le terrain, auprès de qui ils pourraient venir en aide, apprendre, soutenir, bref grossir leur désir de frapper fort dans la fourmilière, de montrer qu'ils existent et qu'ils refusent cette vie de contrainte.
S'adressant au dragon boudeur, la princesse lui parla de sa douce voix.

« -La folie est parfois une bonne chose. Je veux m'assurer qu'ici tous ont pleinement conscience de ce qui pourrait arriver. Et ton lié est une personne de valeur et de courage bien avant d'être quelqu'un attaché à ma personne. Il était pleinement en droit de dire non et de vouloir mener le front d'Aigue, je ne lui en aurai point tenu rigueur. Il n'est nul lâcheté dans le fait de rester à Aigue mener de front la lutte de là-bas. Inquiète toi de ton lié, tout comme je le suis, mais ne me reproche pas ses choix. Ni à lui ni à quiconque ici. »

Avec un sourire un peu moins discret, elle ajouta.

« -Et il suffit parfois d'une étincelle pour faire un vaste feu. La force du Néant vient de la force des prières de ses adorateurs. Sans ça, Néant est affaiblit. Sans cette force, les alayens sont une armée tout comme la notre, en frappant dans cette faiblesse nous pouvons faire la différence. Et là nul besoin d'une armée pour redonner espoir ou faire changer les mentalités, juste les bonnes paroles. Alors quoi de mieux que la princesse d'un peuple, une jeune fille issu des quartiers de Gloria, d'un dragon vénéré, d'une lame noire respectée, et de soldats de l'empire qui se battent pour le sauver. »


oui, ils pouvaient la faire la différence. Nons, ils n'étaient pas une armée et la princesse ne cherchait pas à aller affronter celle des alayens, bien au contraire. La force n'avait servi à rien. Il fallait une autre solution et celle-ci en était une. Peut être pas la meilleure, mais s'ils n'essayaient pas, autant aller se livrer de suite et abdiquer.

« -Ces pensées noires Matis, nous devons les exprimer maintenant. Car nous aurons mis à plat nos cœurs et nos craintes, nos volontés et nos peines, nous seront sur le même chemins et côte à côte sur pour avancer. Et Atalos a raison d'exprimer ainsi sa volonté, même si elle paraît bien sombre. Ses mots sont tout aussi juste et emprunt de vérité que les vôtres. Ils nous faut les dire pour ne pas le regretter plus tard, quand il sera trop tard pour faire marche arrière. »


L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] 1450384496-esme

L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninna Galliang
Ninna Galliang
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Faible mage
Expérience:
L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Left_bar_bleue0/10L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty
MessageSujet: Re: L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Icon_minitimeSam 27 Sep 2014 - 19:05

Ninna les regardait, chacun son tour assurant leur soutient et leur dévotion sans faille pour leur princesse et la cause qu'elle entendait défendre à sa façon. Tous, sauf un bien sur... Apparemment l'image d'une paire de botte bien placée avait séduit tout le monde, sauf Mônsieur le Dragon... Pourquoi fallait-il toujours qu'il vienne écraser la moindre étincelle d'espoir et d'harmonie avec ses grosses pattes ?

« J'avais oublié que les dragons ont un formidable sens de l'humour.... » maugréa-t-elle en soupirant.
Mais sa remarque l'avait réellement piqué au vif, alors qu'elle ne voulait que remonter le moral de sa princesse, la voilà accusée de traiter de minable incapable les dragonniers et leurs liés qui avaient combattu Néant , dont l'homme qu'elle aimait... Elle était vexée, et même blessée, de savoir qu'il puisse imaginer qu'elle avait pu penser ça, même une seconde... S'il n'avait pas fait trois mètres et quelques tonnes de plus qu'elle, et qu'il n'avait pas autant de dents, elle aurait volontiers changé les plans de vols de sa botte...

Oui mais voilà, depuis qu'elle fréquentait le dragon, de nouveaux mots avaient du s'inscrire dans son vocabulaire : humilité et patience ! Aussi regretta-t-elle de ne pas avoir à nouveau su tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant d'avoir parler quelques secondes plus tôt et s'empressa de ne pas lui laisser attraper la perche qu'elle venait de lui tendre.
Respirant un bon coup, elle prit un air aussi détendu que possible pour lui répondre calmement et tenter de lui expliquer :

« Ce n'est pas parce que je rêve de pouvoir en finir avec cette guerre seule et armée d'une paire de botte en évitant tout autre perte inutile que je manque de respect envers toi et tes compagnons ! J'ai bien conscience de mes limites et de mes capacités, mais au moins je ne baisse pas les bras ! Nous n'avons peut-être pas encore de plan précis, mais au moins nous ne nous cacherons pas sous terre en attendant que des décisions soient prises au lieu de tergiverser pendant des mois ! » ne put-elle s'empêcher d'ajouter, malgré son envie de ne pas vouloir envenimer les choses encore plus qu'elles ne l'étaient entre eux.
Mais il faut croire que c'était plus fort qu'elle... Elle ne pouvait concevoir de retourner se terrer comme des lapins au fond des cavernes d'Aigues, attendant patiemment que les Alayiens les retrouvent et leurs tombent dessus, une fois qu'ils se seront fait la main sur le reste de la population locale...

Elle se sentit soutenu par la jeune Julia, qui semblait partager son point et de vue et sa fougue. Heureusement que Matis était là pour tempérer les choses auprès d'elle, tout comme Esmelda le fit pour Ninna. Des paroles sages furent prononcées, ramenant un temps soit peu le calme dans le cœur de la jeune femme. Désireuse d'enterrer la hache de guerre et de retrouver une parfaite unité au sein du groupe, et ne voulant pas qu'Amy se retrouve coincé entre deux feux, elle prit sur elle pour s'adresser au dragon :

« Je suis désolée si tu as pu penser que mes mots désinvoltes avaient pour but de dénigrer les huits » s'excusa-t-elle sincèrement. « Cela n'était nullement mon intention , je ne voulait que détendre l’atmosphère et remonter un temps soit peu le moral des troupes... » ajouta-t-elle, espérant ainsi se rattraper un minimum si elle avait offensé le dragon, pour autant que les mots d'une petite humaine puissent le toucher... Ils avaient assez d'ennemis comme ça pour ne pas en plus s'entre déchirer entre eux ! Voilà qui ferait bien rire les Alayiens... ! Et si pour ça la jeune guerrière devait ravaler sa fierté, et bien, qu'il en soit ainsi, elle n'aurait plus qu'à ronger son frein et espérer que la situation s'arrange!



L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] 284600Ninnakitsigna

L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Images?q=tbn:ANd9GcQNOISFHn7oB95lgOxH3C0yLri2dwFF6Hc5fEEcCpwYUBbJ3-BsfQ
¤ Attention, rpgiste lente ¤
Je fais partie du groupe des légendes, mon rythme de rpg est un peu particulier, attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Empty
MessageSujet: Re: L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

L'équipée sauvage [Ninna, Amy, Atalos, Matis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» L’équipée sauvage [PV] Sighild Arnbjorn, Harthea Thaidforodren
» A vendre Iveco turbo daily 120 cv full équipée motocross
» Uruk-Haï sauvage
» Mon père fut un animal sauvage;je le suis aussi.
» la nuit est chaude, elle est sauvage ♫ 31.03.11 à 01h42

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-