Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Kylian Wallam (Vampire) [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Kylian Wallam (Vampire) [fini] Empty
MessageSujet: Kylian Wallam (Vampire) [fini] Kylian Wallam (Vampire) [fini] Icon_minitimeMer 16 Juin 2010 - 5:04

Kylian Wallam (Vampire) [fini] Fiche111

  • Nom : Wallam

  • Prénom : Kylian

  • Surnom : /

  • Date de naissance : An 1530, quelque part en Automne

  • Age : 220 ans

  • Race : Vampire

  • Caste : Je suppose: politicien, magicien et à la limite dirigent futur Laughing

  • Métier : Politicien, prétendant au rôle de chef.

  • Lieu de résidence : Royaume Vampirique

  • Arme principale : L'épée que porte Kylian à la ceinture, et ce quasiment à toutes les heures du quotidien n'a rien de très particulier si ce n'est de sa lame qui semble refuser de s'effiler au cours des ans. Il l'a manie de la main droite.

    N'oublions pas non plus les dagues en argent qu'il cache dans ses bottes ou sous ses tuniques.

  • Style de magie préféré : Magie des ténèbres (apprenti avec la magie humaine, peut-être?)

  • Alignement : Bénéfique?


Kylian Wallam (Vampire) [fini] Fiche210

  • Physique : Kylian est un être aux allures plutôt communes. Il se montre relativement grand, dans sa droiture, fier mais pas excentrique. Sobre, même, il a un style tout à lui et se différencie, sans faire dans le marginal. Il dégage simplement la différence et ne se le cache pas. Vestimentaire, il porte généralement tunique aux teintes plus pâles, blanche, malgré la noirceur dont il aurait dû apprécier. Ça ne l’empêche pas d’être plus à l’aise dans le noir. Plutôt ténébreux, dans son mystère, il garde une préférence à laisse son visage un peu camouflé par une capuche, pratiquement en permanence. De carrure assez carré, il ne démord pas moins de l’apparence féline, à la limite de l’irréel du vampire. Il a toujours été considéré comme un homme plutôt charmant. Et bien qu’il ne se considère pas lui-même comme étant nécessairement très beau, elle se situe relativement haute malgré tout.

    S’il fut toujours brun dans tout les sens, la transformation en vampire eut sur lui l’effet de changer sa couleur d’yeux. Noisette au par avant, ils tirent à présent sur le vert émeraude. Mis à part ce léger détail, le physique de Kylian n’a pas trop semblé changer face au venin. Certes, il a une démarche des plus silencieuses, discrètes, un peu comme les pattes d’un chat chassant sa proie. Quand il marche, il donne l’impression d’être à ce point pont plume que l’on n’aura qu’à souffler dessus pour qu’il s’envole.

    Ce qu’il dégage est un mélange de chaleur et de froideur. S’il se montre très sérieux est sans humour, ou du moins, lorsqu’il tente d’en faire, c’est plutôt de l’humour noir, il impressionne de sa droiture. Et même s’il n’est pas puissant, il se montre digne de l’être. Ou du moins donne-t-il le sentiment qu’il l’est… Il y a à dire, il a encore énormément à apprendre… Mais chaque chose en son temps, après tout.

    Pour reprendre au niveau du physique, l’hérité Wallam ne se montre relativement bien en muscle et en forme. Sa main droite se trouvant à être sa plus forte, il manie l’épée avec cette dernière. Vif, il est toutefois un peu maladroit. Il manque de précision et n’est certainement pas le plus doué à l’escrime. Il est, à ce propos, plus habile en combat à main nue qu’avec une arme quelconque avec lesquelles il se débrouille que plus ou moins bien.

  • Caractère : Qui a dit qu'être un sang froid donnait obligatoirement un caractère cruel, sanguinaire, sans gentillesse? Pas lui. Ce n'était pas lui qui l'avait dit. Il démontrait tout le contraire par son unique existence. Kylian à un bon fond. Plus que n'importe quel autre vampire, probablement. Tout le côté sanglant n'apparait pas chez lui, sauf en cas de nécessité absolue. N'oublions pas qu'un vampire reste tout de même un vampire. Il obtient sur lui un contrôle presque parfait, à présent, même s'il doit avouer que cela lui est difficile, par moment. Du moins un contrôle sur sa faim, son besoin de se nourrir.

    Il se montre d'une patience sans limite, sauf cas extrême. Quoi que même avec ses ennemis, il se montre extrêmement patient envers eux. Il ne porte pas non plus de préjugé... Sauf peut-être sur Lorenz et ses acolytes... Il n'est pas nécessairement un très grand parleur mais semble posséder une influences sur certains. Mais il sait se montrer convainquant et ne démordra jamais de ses idéaux, aussi difficiles et absurdes puissent-ils être réellement. Il le sait et s'en contre fiche. Kylian à aussi l'étrange capacité de compatir avec tout être vivant. Peut-être dû à son éducation antérieur de la première époque? À vrai dire, il n'en a jamais parlé à quiconque. Serein, c'est, au final, un grand rêveur qui veut changer le monde. Il crois dur comme fer que tout peuple puisse vivre en harmonie les uns avec les autres. Il connait aussi toutes les difficultés qu'on l'un l'autre à s'accepter et désir plus que tout briser ces barrières inaccessible, faire tomber les visions, faire flamber les préjudices. Il croit aussi en la nécessiter de coopérer avec les autres races et peuples pour que le leur puisque aussi survivre, puisque, comme il en est présentement, la race vampirique ne fera que s'éliminer elle-même. Ce qui fait, finalement, de lui un être particulièrement ouvert d'esprit.

    Kylian est la volonté à l'état pur. S'il ne peut atteindre son but par ce chemin, il en empruntera un autre. Et lorsqu'on lui dira qu'il n'y a plus de solution, il répondra que ça ne veut rien dire, que l'on meurt uniquement lorsqu'on cesse de croire et de chercher. Il n'est pas non plus celui qui se laissera abattre sans rien faire. Bien décidé à accomplir ses tâches, et connaissant parfaitement le caractère des vampire, il se montre confiant envers eux, mais pas naïf. Il ne leur laissera simplement pas l'occasion de le poignarder alors qu'il a le dos tourné.

    S'il doit prendre des risques, il le fera... Sur conditions, bien sûr. Avant toute chose, il se verra à calculer à l'avance tout ce qu'il devra courir pour éviter le maximum de surprises. Très prudent, il planifie donc beaucoup à l'avance plusieurs plans de manière à pouvoir changer en cours de route, s'il y a erreur ou contre temps quelque part. Sachant aussi que ce qu'il fait peut très bien être gênant, il se garde continuellement une marge de sécurité dans ses actes. S'il advenait qu'il soit tué, chose qu'il n'envisage pas, il n'y aurait tout simplement plus personne pour prendre son relais.

  • Aime/déteste : Il aime l'apprentissage des autres peuples. Tout ce qu'il peut savoir d'eux pourrait très bien lui servir. Leur coutume, principalement, ainsi que leur politesse, lui permettant ainsi de pouvoir communiquer avec eux. Malheureusement, il n'a pas encore exactement trouvé l'occasion de le faire avec le peuple elfe, ces derniers se sentant bien trop facile à atteindre, se terrent dans leur forêt.

    Il ne peut pas dire qu'il éprouve une haine profonde pour Lorenz. C'est plutôt pour ses idées, ses projets qu'il rejette de toutes ses forces. Contre. Il est contre tous ces délires d'asservir le monde à ses pieds.

    Il aimerait probablement pouvoir rencontrer la race ancestrale lorsque le moment sera venu. Non seulement pour accomplir son but ultime mais pour voir et sentir lui-même Armanda renaitre de ses cendres. Et s'il peut se rallier des Dragonniers à sa cause, pourquoi pas? Comme dit, il est prêt à tout...

  • Particularité : Rien d'apparent extérieurement. Ressemble même très, voir presque parfaitement, à un humain normal, si ce n'est de ses capacités physiques.

  • Liens familiaux : Plus le moindre, ils sont tous morts depuis longtemps.

  • Autres liens :

    Cir: On ne sait pas grand chose du vampire. Si ce n'est que ce fut lui qui guida Kylian et le transforma.

    La petite Esclave: Remonte au temps où il était encore humain. Il n'a jamais su son nom. Amour de jeunesse, probablement... Il n'y pense, toutefois, plus que très rarement, et dans l'occasion d'un sentiment d'injustice, quand ça arrive.

    Esmelda: Princesse, sang noble et héritière de la famille Kohan, son second amour. Humaine, il doit partager avec elle une correspondance qui le fatigue mais qu'il sait nécessaire. En est fou amoureux.

  • Code du règlement : (encore xd) Ok by Lorenz

Kylian Wallam (Vampire) [fini] Fiche311

  • Petite présentation : Voir fiche de Cym' Razz

  • Nombre de connexions par semaine : Bien, autant que possible.

  • Particularité RP : /

  • Comment avez-vous découvert le forum ? : DC


Dernière édition par Kylian Wallam le Jeu 17 Juin 2010 - 3:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Kylian Wallam (Vampire) [fini] Empty
MessageSujet: Re: Kylian Wallam (Vampire) [fini] Kylian Wallam (Vampire) [fini] Icon_minitimeMer 16 Juin 2010 - 5:10

  • Histoire


    Si sa douceur ne pouvait jamais durer éternellement, il l’a gardait encré en lui jusqu’à la fin, jusqu’à la sienne, jusqu’à celle de ce monde. Il garderait la caresse en son âme. Il garderait le toucher de ses doigts glissant sur sa peau et le contacte doux en sa mémoire. Le parfum resterait encré dans son cœur et il s’en irait léger. L’homme a gardé en lui cette histoire d’antan et n’oubli pas. Il n’oubli pas ceux qui ont trépassés. Il sourit à leur mémoire et garde précieusement leurs visages derrière ses paupières closent la nuit. Et lorsqu’il s’éveille, le matin et contemple le silence des ténèbres, il se demande… Son histoire? Laquelle? Avant sa mort ou après? Pourquoi pas les deux…

    La première époque : enfance et adulte.


    La petite main attrape la balle. Il sourit. Un éclat de rire près de lui. Kylian releva les yeux vers le jeune garçon et rougit. Ce n’était pas différent de voir un enfant se moquer d’un autre. Et l’hérité Wallam n’échappait certainement pas à cette règle. Bien qu’il ait souvent été considéré comme un mini leader entre ceux qu’il côtoyait à cet âge. Déjà à cette époque, le gamin d’une dizaine d’années démontrait certaines capacités à conduire et mener un groupe à une idée précise qu’il convoitait.

    On hurla son nom à la fenêtre et il fila directement, gêné, sans s’interroger plus qu’il ne le fallait. Il y avait de ces jours comme ça où il ne comprenait pas toujours très bien la raison des rires à son égard. En vérité, le seul fait pour lequel le jeune était plus ou moins soumis à certaines moqueries découlait du fait que sa mère était une courtisane. Il n’en avait jamais vu le mal, à l’époque, mais plus il grandissait, plus il en comprenait la signification et plus les mauvaises blagues commençaient à l’atteindre. Il ne la voyait pourtant pas comme tel. La délicatesse avec laquelle elle caressait ses cheveux le soir en le bordant, en sachant les cauchemars auxquels il était constamment en prise. Cauchemar probablement dû à la trop grande imagination de l’enfant. Elle était belle, tout simplement. Il avait hérité de son regard intense et brillant. Elle était intelligente et son grand cœur enseignait à son unique fils le respect d’autrui. Et même si on lui faisait du mal, qu’il ne pouvait pas juger ainsi. Il ne savait jamais ce que les autres avait au cœur et à l’âme et donc qu’on ne pouvait pas les considéré différemment. Aimer ses proches. Aimer ceux qu’on ne connait pas. Aimer les voisins. Les aider s’il le faut et quand le besoin s’en fait sentir. C’était son éducation… Suite à quoi, on lui enseigna tout le nécessaire. Sa mère aimait l’écriture et la calligraphie et l’y montra avec grande passion. Passion qu’il ne gagna pas nécessairement mais l’écriture fine et la patience qu’il mettait à cet apprentissage la faisait sourire. Il apprenait à lire, mais ne semblait pas en être particulièrement fier. Cela semblait accentuer le sentiment de différence dans lequel il vivait au quotidien.

    Et il ne dit jamais rien, se contentant de croire que ce n’était que le naturel des choses et qu’il en était ainsi. Sans plus. Et en grandissant, atteignant les environ de sa majorité au moment ou le jeune homme commençait à se prendre en main lui-même, il demeura ainsi, dans tout son naturel de douceur, influence qu’avait et qu’aurait probablement toujours sa mère sur lui. À cet âge, la femme était devenue propriétaire d’une maison, hébergeant autre prostituée, en ayant fait une affaire. Toutefois, le respect y régnait et elle ne laissait jamais n’importe qui approcher de ses filles. Elle les enveloppait sous son aile comme si elles avaient été de son propre sang. L’homme que devenait Kylian faisait tourner les têtes, bien souvent. Grand, de carrure carrée, à la musculation saillante, il ne passait habituellement pas inaperçu. Son regard de braise enflammait les cœurs sans qu’il ne le veuille véritablement. Mais ses yeux noisette ne s’étaient posé que sur une seule de ces créatures féminines. Une longue chevelure à la limite de l’ébène coulant en cascades ondulées dans le dos brulant et blessé. Une esclave. Elle était en fuite au moment où il était tombé sur elle. Il n’avait alors que treize ans, lors de leur première vue. Il l’avait cachée quelques jours, tout au plus, en tentant de prendre soin d’elle du mieux qu’il pouvait. Évidemment, sa mère se doutait de quelque chose, mais sans plus. Elle le considérait comme étant suffisamment responsable, après tout. Et du jour au lendemain, elle disparut, tout simplement. Il su, un peu plus tard, qu’elle avait été retrouvé et retourné à son ‘’propriétaire’’. Battue, évidemment, comme punition à sa fuite. Mais il continua de garder contacte avec elle… Et même à seize ans, il la voyait toujours plus resplendissante et belle, malgré les bleus, malgré les ecchymoses qui lui semblaient tant souffrant sur son corps frêle.

    Au cours de la même année, se fut son premier sentiment d’abandon, de solitude. Le syndrome du cœur brisé le gagna lorsqu’il su la mort de la brune. Il y eut ce moment d’incompréhension, de désir d’impossible réalité avant qu’il ne retombe brutalement les deux pieds sur terre et n’en souffre en silence. Il ne s’en remit pas vraiment, même s’il ne disait rien. Aussi put-il défouler les sentiments d’atrocité et d’injustice qui l’envahissait en forgeant le fer et le métal. Assistant forgeron était toujours fatiguant et, bien heureux, il se retournait chez lui constamment épuisé.

    Son cœur se pensa de lui-même au cours des ans. Véritable amour? Il ne savait pas. Il n’avait jamais osé lui toucher ou lui dire ce qu’il pensait d’elle. Elle était morte en l’imaginant simplement comme étant son confident, sans connaître l’amour, sans connaître la douceur ou la protection de quelqu’un veillant sur elle. Il s’en était toujours sentit fautif et ne pourrait que vivre avec cette pensée.

    Ses vingt ans furent de l’année qui le fit le plus évoluer en tant qu’être à part. Un Armandien. Un vrai. Un fier. Prêt à tout. À sacrifier sa propre vie pour cet univers qu’il aimait tant. Ce fut aussi cette année là qu’il rencontra Cir. Kylian ne su pas immédiatement de quoi il en retournait, jusqu’à ce qu’il surprenne l’homme à tuer un chien. Le vider de son sang, plus précisément… Un vampire… Si l’homme s’était montré très sympathique au Wallam, lui enseignant l’art de manier la lame, il prit peur, cette fois. Cir le poursuivit dans les ténèbres et le rattrapa. Il le supplia… Méfiant, toutefois, Kylian ne pu s’empêcher de le craindre désormais. Il mit un certain à se réadapter à lui. En fait, il comprenait le vampire, aussi étrange que cela puisse être. Il apprit ce qu’il tentait de faire… Faire cohabiter leurs deux peuples et ainsi éviter de se condamner l’un l’autre. Cela pris du temps, mais le jeune humain fini par céder et appuya cette pensée. Pensée qu’il commença tranquillement à encrer en son esprit.


    La première épreuve… : mourir et revivre.

    « C’est assez! » hurla l’adulte. Kylian frappa des points sur la table. Son cri avait été si surprenant que son maître d’arme en sursauta. Cir froncis les sourcils et garda le silence. Il comprenait son jeune protégé, à défaut que lui n’explosait pas de la sorte…

    « Ils ne voudront jamais comprendre! Et la race des vampires ne fait qu’empirer son cas! Si seulement… Si seulement il y avait moyen de… Je ne sais pas! De démontrer que nos deux races peuvent cohabiter l’une avec l’autre! »

    Le vampire ne disait toujours pas mot, contemplant l’homme dans son mutisme. Lorsqu’il se leva pour s’approcher de lui, Kylian fut surpris et décontenancé par le regard que la créature des ténèbres lui offrait cette fois là. «Il y a un moyen… », qu’il dit, doucement, sur un ton mis inquiet, mi amusé, mais particulièrement sérieux. Mais il n’en ajouta pas… Il l’invita à le suivre dans les ténèbres souterrains et, aveuglément, il lui fit confiance, comme toujours, par habitude, désormais… Après neuf ans, que risquait-il comme trahison? Il n’y croyait pas. Lorsqu’enfin il fut assuré qu’aucune oreille indiscrète ne l’entendrait, il s’arrêta et se décapuchonna pour le jeune humain.

    « Kylian… Pour réunir deux peuples, il faut toujours des sacrifices. Je ne peux le faire pour moi, mais… »

    « Soyez plus clair, Cir. De quoi parlez-vous? »

    « Serais-tu prêt à sacrifier ton existence actuelle pour prouver a ton peuple et au mien que l’on peut s’entendre? »

    Cette fois, l’homme ne répondit rien… La conversation continua ainsi, le laissant quelque peu incertain, douteux. Était-il entrain de dire qu’il voulait le… le…? Le tuer? Non, qu’il disait, nonchalamment. Il lui expliqua tout le processus, l’avantage d’être vampire, la différence et la ressemblance entre les deux races. Enfin, jusqu’à ce qu’il ne réussisse à le convaincre… Il mit plusieurs jours à assimiler les conséquences de ses décisions. Devenir lui-même vampire. C’était ce que la créature lui demandait. Non… Il le suppliait presque… Sentait-il sa propre fin venir à lui? Il en avait l’impression… Se fut donc une semaine plus tard qu’il revint le voir pour lui en donner la réponse… Oui. Oui, il ferait en sorte de relier les peuples. Oui, s’il en avait l’occasion, même, il raccrocherait le Beau et fier peuple Elfique à ses rêves et volontés. Oui, il montrerait qu’un vampire pu être respectable d’humain et vis versa. Il appuya la pensée du vieux vampire… S’y accrochait solidement. Cir lui expliqua donc ce qui allait arriver au cours des heures qui suivraient et le danger auquel ferait face ses proches. Et il comprenait parfaitement… Juste avant, il lui demanda encore du temps, qui lui fut évidemment offert… Le prenant, il retourna voir sa mère… Il lui expliqua qu’il partait, tout simplement. Qu’il ne reviendrait pas. Qu’il ne reviendrait plus, même. Elle lui demanda pourquoi. Il n’expliqua pas. Il l’embrassa sur la joue et partie, simplement, plus déterminé que jamais. Il lui laissa simplement dans une lettre merveilleusement bien écrite dans son style qu’il voulait lui offrir une terre bonne. Qu’un jour viendra ou tout Armanda comprendrait ses décisions et l’appuierait. Qu’il la changerait, peut importe le prix à payer. Ce que Kylian ignora fut que sa mère se donna la mort de chagrin, quelques temps après.

    De retour au près du vieux vampire, il le laissa, tout bonnement, s’approcher de lui, sans peur ou crainte. Il était prêt, plus que jamais. Le vieux vampire se glissa en prédateur près de l’homme. Dans un sens, il y avait ce désir de sang trop présent chez lui, mais cette retenu qu’il se devait face à Kylian. Le tuer, sans vraiment le faire, était, en vérité, beaucoup plus ardu que ce que l’on pourrait le croire. Il fit simplement glissa le côté gauche de l’épaule du jeune homme, arrivant à présent à sa trentaine dans, maximum, quelque semaines. Vingt-neuf ans et des poussières, donc… Date fatidique. Il laissa la créature l gouter, sans sourciller… Et oublia. Il tomba dans les ténèbres. Tout se passa exactement comme il lui avait expliqué. Et si l’hérité Wallam n’avait qu’à demi conscience de ce qu’il lui arrivait, son corps, quant à lui, assimilait le venin. Cela dura très exactement vingt-sept heures en tout et pour tout. En ouvrant les yeux, en se redressant brutalement dans la noirceur, il paniqua, tout simplement. Se fut sa première réaction. Il paniqua. Il ne se sentait plus. Il ne s’entendait plus réfléchir. Il avait peur sans craindre en même temps. Ça ne s’expliquait pas. Il fuit. Tout simplement. Cir voulu le rattraper et le perdit. Si la soif qui l’étreignait et l’étouffait le poussait à courir de la sorte, une larme ne l’empêcha pas de tuer une première fois. Il ne fit pas que tuer l’homme totalement inconnu comme Cir lui avait fait… Il le vida de son sens, tout simplement. Lorsque le vieux vampire le retrouva, Kylian était dans un état second, entre la panique et le nirvana. Calme mais nerveux à la fois, il réagissait au quart de tour. Il le ramena avec lui et tous deux quittèrent la ville… Il fallait juste qu’il s’habitue, lui disait-il… Ainsi commença sa nouvelle vie…


    La deuxième épreuve : L’éducation d’un vampire.

    Une voix susurrait à son oreille. Il fut contraint d’ouvrir les yeux. Perdu et perturbé, il ne savait plus du tout où il se trouvait. Il tourna la tête et les posa sur le vieux. Il était toujours là. Il l’avait toujours été. Dans un sens, il en fut autant soulagé qu’inquiété. Est-ce que ça avait été son seul but depuis le début?

    Après la confusion, vint les questions. Il ne semblait pas très bien se souvenir de la suite de la transformation et Cir s’en tint que c’était tant mieux. Il lui expliqua donc l’endroit où il se trouvait… Dans les souterrains, plus exactement, sous terre. Si Kylian avait encore du mal à assimiler ce qu’il lui expliquait, il le guida. Les premiers jours furent plutôt pénibles mais il apprit rapidement. Il se rendit compte de la différence d’avant. Physique, du moins. Si une force accentuée, une agilité augmentée, il avait constaté que son visage n’avait pas changé. Aucune trace. Peut-être seulement cette froideur évidente à son contacte, mais c’était vraiment tout. À le regarder, comme ça, il ressemblait vraiment à un humain tout à fait normal. Son regard se montrait beaucoup plus pétillant, mais restait bon vivant de toujours.

    Cir voulu commencer son entrainement en tant que vampire, désormais, et non plus comme un homme. Il devrait peaufiner ses techniques en combats et commencer la pratique de la magie. La magie des ténèbres en soit n’était pas difficile à comprendre. Kylian sembla même y développer certains talents et l’apprentissage rapide se fit sans difficulté. Évidemment, devenir magicien prenait des années et des années d’entrainement. Il maitrisait mais manquait de puissance. C’était ce qui lui faisait le plus défaut, sans doute.

    Lorsqu’il sentit son élève prêt, le vieux vampire apporta au jeune sa première véritable épée. Rien de particulier. Elle n’était pas tremper dans la magie à proprement parlé. Seulement son métal avait la propriété de ne jamais s’effilé. Kylian ne connaissait pas sa provenance, et même s’il l’avait demandé, on ne lui avait jamais répondu, ou simplement en lui disant de se contenter de ce qu’il avait sans chercher plus lui à savoir. Renfrogné, il avait insisté encore un peu jusqu’à mettre le vampire en colère. Et la conversation s’arrêta là. Kylian se dit qu’un de ces jours, il saurait bien de toute façon. Que pour l’instant, ça n’avait pas d’importance (même si ça n’en aurait probablement jamais.) La lame était tout simplement d’argent en couleur, comme la poignée et le fourreau. Pas très original, peut-être, mais il s’en fichait. Il en était admiratif. Si bien qu’il se mit à se demander la raison de ce présent.

    Lorsqu’enfin il fut considéré que Kylian en savait suffisamment, Cir l’entraina avec lui vers le royaume vampire. Il lui expliqua donc brièvement leur coutume… Il n’y en avait pas. C’était la loi du plus fort. Il devrait monter en échelons lui-même et faire face à toutes épreuves ou vampires se dressant contre lui. Rien ne devrait l’arrêter et sa détermination sans faille l’y aiderait.

    À cette époque, il faisait près des quatre-vingt-dix ans et ne le paraissait pas du tout. Il en avait oublié ses anniversaires et on ne pouvait donc plus dire avec exactitude son âge. On ne faisait que dire des hypothèses à ce sujet. Ce fut donc à ce moment qu’il entra dans le royaume vampirique pour la première fois… Et y découvrit son horreur et sa splendeur.

    Si autrefois Kylian avait été un jeune homme particulièrement enclin à aider son prochain, le venin infusé l’avait quelque peu changé. Et ce qui suivrait ne ferait qu’accentuer ce fait.

    Ses débuts furent difficiles. Une intégration parmi eux impliquait un énorme travail sur sa propre conscience, sur sa propre évolution. Mais il apprenait. Autant en allant d’échec en échec, il comprit très rapidement le système. Assez du moins pours s’y adapter. La loin du plus fort. C’était aussi simple que ça. Complètement puéril, à son propre avis, mais nécessaire dans son cas. Il devrait donc grimper d’échelon en échelon, en écrasant ceux plus faibles que lui. Et il savait… ho oui, il savait qu’il n’en avait pas le choix de toute façon et que c’était son unique solution. Pour avoir de l’influence, mieux valait être craint dans cet univers. Même si pour lui l’intérêt de faire peur au premier venu n’était pas… Il savait qu’il devrait apprendre à savoir tenir les autres en respect face à lui, leur montrer sa propre force sans toutefois chercher à les écraser comme de la vulgaire vermine. Ce n’était pas ce qu’ils étaient… Et s’il voulait pouvoir accomplir sa propre destinée, choisi et dessinée de sa main, il ne devrait jamais au grand jamais réduire sa propre race, désormais, au niveau inférieur. S’il pouvait leur apprendre à s’égalé, s’il pouvait leur montrer que c’était le meilleur moyen de faire survivre un peuple, peut-être réussirait-il plus de miracle qu’il ne l’aurait cru au départ… Mais tant de travail encore s’ouvrait devant lui…


    Faire ses preuves.

    Il se montra vite digne de son sang vampirique. Il n’inspirait étrangement pas à la peur comme certain. C’était tout autre. Il se montrait particulièrement fier et solide. Et si on cherchait à l’affronter, bien souvent ses mots étaient plus puissants que ses gestes. Il serait porteur de message. Bon parleur? Difficile à dire… Il semblait seulement arriver à influer son alentour avec ses pensées qu’il ne cachait absolument pas.

    Très rapidement donc, au fur et à mesure ou lui-même commençait à très bien comprendre le sens et la signification d’être un vampire, il se vit au dessus des autres en hiérarchie. Évidemment, il n’en était pas le plus haut, mais pas plus bas. Il y avait toujours l’autre… Plus il avançait, plus il comprenait ce que ce second vampire des ténèbres cherchait… et Kylian s’y opposa. À quelques reprises, il se dressa contre le vampire… Mais en vain. Il n’était tout simplement pas encore apte à affronté Lorenz… Et pour ce il lui fallait devenir encore plus fort…

    En ce qui concernait Lorenz, malgré le fait qu’il n’était pas encore prêt pour lui, il l’observait à distance. Il espérait trouver la cause à ce comportement, ma foi, particulièrement déplacé. Il ne comprenait tout simplement pas ce qui pouvait pousser un être à tant de haine et de mépris pour toutes races, même pour la sienne, ceux qui côtoyaient son environnement, ceux qui respiraient le même être que lui. Mais il avait beau vouloir comprendre le vampire ancestral, rien n’en sortait jamais de bon… Et il finissait toujours par la conclusion que ça ne servait à rien de chercher des poux là où il n’y en a pas. En bref, ceci lui disait simplement qu’il ne changerait pas ce vampire là.

    Ce fut donc sa quête personnelle, sa destinée qu’il eut choisit lui-même. Et s’il pouvait faire tomber le vampire ancestral, il le ferait. Seul, toutefois, il se voyait moins bien y arriver. Aussi songea-t-il durant un long moment… Et une simple phrase lui revenait constamment à l’esprit : ‘’Diviser pour régner.’’ Ce n’est que plus tard qu’il réalisa le double sens cacher de cette pourtant si simple maxime. S’il ne pouvait remonter le peuple vampire contre son propre ennemi, alors il irait voir ailleurs pour le pousser dans le vide. Il savait la réputation des sangs froids aux autres peuples, mais s’il arrivait à leur prouver que lui, au moins lui, était différent, peut-être arriverait-il à leur faire comprendre, à leur demandé de l’aide. Diviser pour régner… Assembler pour réussir. Pourquoi pas… ça pourrait fonctionner…

    Bien qu’il sache que ce n’était pas aussi évident que cette simple pensée, il voulait tenter le tout pour le tout.


    La quête, ou comment atteindre la raison du monde.

    La faim le tenaillait. Il était fatigué. Vidé. Épuisé. Son corps entier refusait de céder à ses ordres. Il avait fait vœux de ne plus faire souffrir la race humaine. Mais en souffrait lui-même, de ce fait. Il ne possédait plus d’énergie et dépérissait à vu d’œil, autant physiquement que mentalement. Ses forces le quittaient peu à peu. Il n’en avait même plus pour daigner lever sa plume et écrire à sa douce… Ses pensées étaient confuses. Il était tout simplement incapable de réfléchir. Il passait à présent ses journées entières couché, immobile dans la noirceur. Il refusait de se résoudre à prendre du sang humain pour se nourrir, même si c’était ce qu’il y avait de mieux. Aussi c’était-il mis au régime forcé. Sans le consentement des autres qui le considérait plus que bizarroïde, sur ce coup.

    Ce fut à ce moment là qu’il apprit… Au plus bas de son état, on lui renseigna sur l’existence de certains êtres, certains humains, qui ne pouvaient pas être contaminé par la morsure d’un vampire. Curieux, Kylian voulu en savoir plus… Ce n’est que lorsqu’il en rencontra un, alors il était à sa limite, se sentant tout simplement sur le point de se laisser mourir, qu’il réalisa vraiment ce que ça signifiait. L’homme en question n’était pas impressionnant, mais particulièrement sympathique. Il aperçu rapidement l’état de défaillance du Wallam et l’invita à se reposer. Il ne se doutait même pas de ce qu’il était… Craquage, Kylian avoua sa présence. Il expliqua que les vautours tournaient sournoisement autour de lui, attendant sa chute patiemment. Et il lui demanda… Avec tout le respect qu’il lui devait, toute la bonté de cœur dont il avait fait face au vampire, il lui demanda son sang. Sans force, au non, il en aurait été incapable. Simplement, comme ça… Il lui dit qu’en échange, il lui offrirait sa protection, ou ce qu’il voulait. L’homme accepta, au plus grand étonnement du vampire qui en fut, ainsi donc, sauvé.

    Il ne le tua pas. Il ne prit que le nécessaire, dans ce parfait contrôle qu’il avait désormais. En échange, Kylian chassa de la ferme de l’homme les bêtes sauvages qui dévoraient son troupeau un peu plus à chaque nuit. Un lien étrange se forma entre eux. D’un côté, l’homme préservait la vie d’un sang froid, et d’un autre, il semblait l’apprécier. Cela semblait lui faire plaisir. Et plus ce lien se renforçait, plus Kylian se disait qu’il ne pouvait pas être le seul à penser ainsi. C’était réconfortant de voir les choses de cette manière et il en fit part à son ‘’sauveur’’. Ce dernier l’appuya, mais soupira en insinuant que les hommes sont cupides, qu’ils prendront place dans une guerre de manière sournoise. Que s’ils cherchent la puissance, ils cherchent aussi constamment les ennuis. Mais ils ont ce don étrange de réellement aimer. Ce don de changer du tout au tout lorsqu’on leur montre le droit chemin ou qu’on leur en donne l’occasion.

    Et s’il y avait un humain comme ça, il était probable qu’il y en ait d’autres. La question maintenant était : qu’était-il prêt à faire pour ces êtres? Il était convaincu que si d’autres vampires que lui en apprenait à leur sujet, ils tenteraient de se les appropriés comme s’il garde manger public ou personnel. Il devait à tout prix évite que ça n’arrive. En ce cas, les trouver lui-même et faire en sorte de pouvoir les protéger? S’il pouvait seulement les prévenir…

    D’un autre côté, s’il pouvait se faire allié d’eux, cela lui permettrait aussi de réellement prouver à quel point il tient à ses promesses, à ses choix et surtout, surtout, à ses ambitions plus grandes que n’importe quoi d’autre. Et les elfes aussi, à la limite, puisqu’ils étaient, à cette époque, complètement immunisé contre le venin vampirique. Il trouva cette solution des plus merveilleuses… Ne restait donc plus qu’à la mettre à l’œuvre.


    Sang chaud et sang froid

    Les 217 ans du vampire furent célébrés de façon originale. Il sortit. Pour la première fois, véritablement, du moins, de jour. C’était un sentiment nostalgique qui faisait que ses pensées ordonnées s’égaraient et on lui avait conseillé de sortir, tout simplement. Il approuva la théorie et, s’assurant que nul ne le suivait, ne le découvrait, il disparu dans les ténèbres des galeries souterraines pour prendre l’une d’entre elle qui le conduirait à la surface. Il ne savait pas quand il reviendrait. Il sortait et ne prévoyait pas un retour. Depuis ses toutes premières aventures, depuis Gloria, sa ville natale, il cherchait à y retourner… Les gens qu’il avait connu avaient tous trépassé et obligatoirement qu’on ne le replacerait donc pas comme étant connu. De plus, il pouvait aisément se faire passer pour un humain tout à fait ordinaire. Sauf magicien très puissant, il ne se ferait donc pas détecter si facilement.

    Il quitta donc le royaume pour errer dans les terres. À pieds était probablement le moyen le plus sur de ne pas attirer l’attention sur lui, il opta donc pour cette voie. Toutefois, en jetant un coup d’œil à la carte, il se dit qu’il était mieux de s’équiper de toute la volonté du monde s’il voulait atteindre sa destination comme bon lui semblait.

    Il mit du temps. Plus qu’il ne l’aurait cru, même. Évitant soigneusement les routes de jours, il se permettait tout de même de les emprunter la nuit, sachant que les hommes ne s’aventuraient pas dans la nature lorsqu’arrivait la tomber du jour. Et lorsque le soleil tapait, il en profitait pour se terrer quelque part, sous un roche, sous un arbre, n’importe où loin de la civilisation. Lorsque le ciel, de jour, était couvert, nuageux ou qu’il pleuvait, il se permettait de continuer d’avancé, étant beaucoup moins attaqué par la lumière, ainsi. C’était véritablement ce qu’il y avait de plus simple pour lui. Ce fut donc ainsi qu’il se traina, lentement mais surement, jusqu’à la magnifique et si terrible, à la fois, ville de Gloria la Magnifique. Ce fut un soulagement d’y arriver… Le problème était maintenant de se glisser à l’intérieur… Mouais… Pas si évident que ça, en fait. Il se montra donc aussi patient que nécessaire fallait et lorsqu’un important nombre de personnes s’apprêta à entrer dans la ville, il se faufila tout simplement entre elle, se fondant dans le décor, se mêlant à eux comme s’il était identique. Un parfait rôle.

    Une fois à l’intérieur des murs, il s’avança dans l’ombre, furtivement, sans un bruit. Aucun regard ne se posa sur lui. Pas une seule fois. Et si le voyage avait duré un peu plus d’un mois, il ne semblait pas encore en ressentir complètement la fatigue ou l’épuisement. Ça le fit sourire. Il retourna à sa toute première demeure et découvrit qu’elle avait été complètement rénovée en bibliothèque, à présent. Il en ressentit un mélange de joie refoulée et de nostalgie.

    Il en resta là un moment dans le silence de sa propre contemplation de la ville. Il devait s’avouer que, depuis, elle avait grandement changée… En bien ou en mal, il ne saurait trop dire… Ce fut là… Il ne savait pas qui elle était. Il ne savait pas ce qu’elle représentait, mais il ne put que darder ses yeux d’émeraude sur elle avec un cruel coup dans la tête et dans le ventre. La fine silhouette se glissait étrangement, comme si elle cherchait à ne pas être vue. C’était plutôt rater, devait-il s’avouer. Et lorsqu’il vit un garde passer, il se précipita à l’avant. D’un pas sec mais doux et fantomatique, il tendit le bras. Sa main gantée saisis celle de la jeune fille, sans qu’elle ne puisse jamais deviner d’où il venait exactement, il la força à se retourner de manière à ce qu’on ne voie pas son visage et lui échappa ainsi d’être repérée.

    « Que fuyez-vous? » murmura-t-il de sa voix grave et ténébreuse. « Ou plutôt, devrais-je dire que faites-vous ici? »

    Ce fut leur première rencontre… Il s’en suivit une déclaration d’amour après les prochaines qui suivirent. Mais qui dit amour dit aussi vérité. Mais elle ne le prit pas mal. Il souriait de son âme morte. Une humaine caressait du bout des doigts la peau d’un vampire. Et il n’avait pas envie. Du moins, secrètement, le sang continuait toujours de le tirailler. Mais… Il ne pouvait pas… Sa tête lui disait le contraire que ce que sont corps voudrait. Mais lui, sur le coup, avait un peu de mal à comprendre… à se comprendre lui-même, en fait. Comment un être mort pouvait ressentir quelque chose pour quelqu’un, véritablement et sincèrement?

    Leur histoire commença ainsi… Jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il ne pourrait pas constamment lui rendre visite comme il le faisait, Esmelda impliqua une jeune femme dans leur relation. Ninna était la confiante de sa douce et si elle lui faisait confiance, il en ferait de même. Il appuya l’idée… Se serait donc par correspondance, pour éviter de mettre la princesse dans la boue et lui-même, par la même occasion. De sa vie qu’il risquerait pour elle, il se montrait prêt à tout, quitte à faire le voyagement six fois par année, allé retour, pour la voir.

    Et au final, la mort n’a aucune signification particulière. Elle est là, tout simplement. C’est une chose que l’on se doit d’affronter. C’est un fait. On ne peut y échapper. Et si l’on apprend à vivre avec, on devient tout bonnement plus puissant. Parce qu’on n’en a pas peur. Même si la peur n’est pas nécessairement une bonne chose en soit… Et le bien vaincra… Même s'il me faut mourir pour lui, je fais ce que je crois juste.


On ne sait de quoi se réjouir, ni de quoi s'affliger dans la vie. Le bien amène le mal, le mal amène le bien.
[Denis Diderot]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Kylian Wallam (Vampire) [fini] Empty
MessageSujet: Re: Kylian Wallam (Vampire) [fini] Kylian Wallam (Vampire) [fini] Icon_minitimeJeu 17 Juin 2010 - 3:48

  • Physique :

    • Force physique : Supérieur à la moyenne
    • Agilité : Supérieur à la moyenne
    • Réflexes : Moyen
    • Endurance : Moyen
    • Résistance : Moyen
    • Beauté : Supérieur à la moyenne


  • Mental : Moyen? Oo

    • Force mentale:
    • Patience / Self contrôle : Supérieur à la moyenne
    • Intelligence: Supérieur à la moyenne
    • Arrogance : inférieur à la moyenne
    • Gentillesse : Supérieur à la moyenne
    • Prestance/Charisme : Supérieur à la moyenne
    • Mémoire :
    Moyen



  • Niveau guerrier :

    • Epée : Supérieur à la moyenne
    • Lance : Catastrophique
    • Arc : Un peu en dessous de l'inférieur *baffe*
    • Poignard : (dague? ça compte?) Supérieur à la moyenne
    • Combat à mains nues : Excellent
    • Equitation : Moyen


  • Niveau magique : Magicien


(Est-ce que c'est exagéré? Oo)


Dernière édition par Kylian Wallam le Jeu 17 Juin 2010 - 14:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Kylian Wallam (Vampire) [fini] Empty
MessageSujet: Re: Kylian Wallam (Vampire) [fini] Kylian Wallam (Vampire) [fini] Icon_minitimeJeu 17 Juin 2010 - 12:14

Je ne te re-souhaiterait pas encore la bienvenue, sinon on va dire que je radote lol donc :

Concernant la première partie de ta fiche (ton premier topic) je n'ai rien à redire dessus, tout me semble parfait.

Sur l'histoire en elle même je pense n'avoir rien loupé, ce personnage était très libre et ce que tu as inventé est très crédible. Je n'aurais pas forcément tout vu comme ça mais j'aime beaucoup ta façon de voir les choses ^^

Ensuite pour la fiche de caractéristiques, je suis presque étonné de voir à quel point tu es sévère avec toi même lol. Kylian est un personnage extrêmement important qui sera amené à s'opposer à Lorenz (qui n'est pas n'importe qui quand même xD) donc je t'autorise à augmenter d'un rang l'un des domaine suivant : force, agilité, réflexe, ou bien endurance.
Pense aussi à rajouter la force mentale, tu l'as oubliée ^^


Voilà voilà, pas grand chose à redire en fait comme d'hab Laughing bravo à toi pour cette superbe fiche et bonne édition Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Kylian Wallam (Vampire) [fini] Empty
MessageSujet: Re: Kylian Wallam (Vampire) [fini] Kylian Wallam (Vampire) [fini] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Kylian Wallam (Vampire) [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Buffy the vampire slayer et le spin-off Angel
» T'as fini de me laisser sans nouvelles !
» Sa première souris et sa première cérémonie du partage [Libre] (FINI)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: Fiches de personnages supprimés-