Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Alford Gorder
Alford Gorder
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Left_bar_bleue5/10Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty_bar_bleue  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitimeVen 29 Nov 2013 - 16:37

Alford se dirigeait vers la muraille extérieur, ou la commandante Meyle était censée se trouver. Il était entrain de traverser les quartiers pauvres en compagnie du capitaine qui le devançait de deux mètres. Le mercenaire se dispensait de converser avec Matis, préférant restait silencieux pendant qu'il suivait l'officier. Il pouvait remarquer pendant sa traversée des quartiers pauvres, l'habituelle misère qui accablait ses habitants, mais aussi les dégâts qui avaient étaient causés à ceux-ci par les engins de sièges qu'avaient déployés les illuminés. Par-ci, par-là on pouvait voir une maison s'étant écroulé après qu'un projectile de catapulte ce soit abattue sur elle. Ou des gens en train de reconstruire ce qui n'était pas promis à durer au vue des conditions extrêmes de la situation. Mais au moins ceux-ci avaient encore un minimum d'espoir, ce que l'on ne pouvait malheureusement pas créditer à tous.

Il y a peine deux heure le capitaine, et lui s'étaient rencontrés dans le quartier marchand, et après que Alford lui ait demandé des nouvelles sur son ami Jerôme qui ne ce sont pas révélés bonne au final. Les deux hommes ont commencés à faire connaissance, puis à converser à propose de l'invasion, et d'éventuelles tactiques pour contrer celle-ci. Au final le mercenaire s'était engagé à apporter son aide à l'armée du mieux qu'il le pouvait, et les deux soldats se mirent d'accord sur son futur rôle, et le fait qu'il devrait rencontrer la commandante Meyle Hele qui au dire de Matis était plutôt apte à son rôle, et digne de commander les troupes. Du coup le mercenaire va rencontrer cette dernière pour la convaincre de sa future affectation en tant qu'entraîneur d'une unité spéciale de soldat.

Quand il y pensait cela était comique que Matis ait à un moment cru qu'il voulait demander rendez-vous à la commandante, après tout il n'avait même pas cette idée en tête, et puis il ne la connaissait pas. Mais en même temps vu l'indiscrétion de ses questions qui ont sans doute aidés à faire apparaître l'idée dans l'esprit du capitaine. Il ne pouvait pas le blâmer pour cela au final.

Puis les deux hommes arrivèrent enfin à la muraille extérieure, et il furent accueillis par 3 hommes qui gardent l'entrée, et après avoir salué ceux-ci et obtenir de pouvoir passé. iIs arrivèrent en haut du grand mur, et se retrouvèrent bientôt en face d'une jeune femme qui semblait légèrement plus vieille que lui si l'on l'on examinait attentivement ses traits. Elle a l'air par contre plus petite que le mercenaire, mais la taille ne fait pas tout après tout. Ses traits semble plutôt fin est soigné ce qui peut indiqué une éducation, ou une vie dans la bourgeoisie, ou dans un milieu assez aisée. Sans doute encore quelqu'un d'un niveau social supérieur à Alford comme le capitaine. Si l'on examiné bien sa musculature il pouvait observer qu'elle était légèrement plus musclée que le reste des femmes, ce qui peut montrer un entraînement militaire assez strict. Si l'on observait bien son visage l'on pouvait voir ses cheveux blond, et son regard bleu iris qui allaient plutôt bien ensemble. Constat fait elle était assez belle, et cela était un avantage.

Ensuite le mercenaire s’attarda quelques secondes sur l'observation de son équipement, il vit l'épée qui semblait bien petite par rapport à son espadon, mais devait être bien utile dans beaucoup de situation, et son bouclier triangulaire ce qui est plutôt originale qui devait avoir une bonne utilité pour les parades. Et une armure de plaque somme toute de bonne facture.

Ils se tenaient tous les trois en haut de la dernière muraille de Gloria. En bas se tenait la horde Alayenne, et ses machines de sièges qui essayaient d'entamer le mur qui semblait invincible face à leurs assauts impitoyables. De l'autre côtés l'on pouvait observer la cité, et discerner quelques grandes fumées par ci par-là. Sans doutes des incendies causés par un projectile.

Enfin il décida de débuter la présentation puisqu'il le fallait, après avoir étudié la jeune femme en face de lui. Il commença à parler d'une voix calme et rendu plus grave par le casque sur sa tête. Tout en se tenant droit et en regardant bien son interlocuteur respectueusement.

Salutations! Je m’appelle Alford Gorder je suis mercenaire, et suis venu m’entretenir avec vous, à propos de. J'espère le future rôle que je pourrais jouer pour renvoyer ces illuminés là d'ou ils viennent. Il finit sa phrase avec une note d'enthousiasme dans sa voix, presque indécelable.

La première impression du mercenaire en face de la commandante, était plutôt que celle-ci semblait bien correspondre a ce dont Matis lui a fait part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Re: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitimeSam 30 Nov 2013 - 21:26

Récemment les Alayens avaient tirés quelques pierres sur le rempart, juste de quoi démoraliser les défenseurs. Mais la commandante préféra se rendre sur les lieux afin de constater elle même les dégâts. Heureusement rien de fragiliser, mais deux hommes blessés par des éclats lors de la destruction du projectile à son impact.

Après avoir entendu le récit des deux hommes qui n'apportaient rien de nouveau, le contraire serait étonnant, la jeune femme s'éloigna de quelques pas sur les remparts. Elle fixait l'ennemi du haut des murailles, elle se demandait combien de ces armures noires elle avait déjà tuées et combien elle en tuerait encore. Beaucoup était la réponse raisonnant dans son esprit. C'est l'esprit guerrier qu'elle posa la main gauche sur le pommeau de sa fidèle épée. Le vent était frais et il apportait une odeur désagréable, celle de la guerre, de la poussières des décombres. Avec l'odeur venait le son, le bruit émanant du campement Alayen, les cris provenant de la cité, les bruits de pas de la déchéance prenant le contrôle de la ville. Avec un siège il y avait pas un mais deux ennemis. Le premier, mortel et impitoyable était l'armée assaillante. Le deuxième était la discorde, la peur du peuple et ses réactions imprévisibles. Meyhl trouva un troisième ennemi, les faiblesses de chacun. Ces faiblesses regroupées ensemble pouvaient donner lieu à une mutinerie au sein de l'armée. Certaines déserteurs avaient déjà rejoint auparavant l'armée adverse. Comment des hommes libres d'esprits préféraient se soumettre à une telle horreur plutôt que de mourir en la combattant ? Ce n'était pas dans ces habitudes, mais de haine elle cracha en bas des remparts du côtés de l'armée d'un métal sombre et malsain.


La commandante s'apprêtait à redescendre quand de la tour permettant d'accéder au haut des remparts, deux hommes en surgirent. Deux soldats identifiables par leurs équipements évidemment. Voyant la mine amicale de Matis Falkire, son nouveau capitaine depuis peu, elle fut ravie et ses pensées sombres s'en allèrent pour l'instant. Le deuxième homme lui était en revanche inconnu bien qu'il semblait faire parti de l'armée il n'en arborait pas les couleurs et un doute s'installa dans l'esprit de la jeune femme. Il était grand, pour sûr ! Du haut de ses un mètre soixante huit elle semblait naine, bon en exagérant un temps soit peu. Le bon côté des choses étaient qu'il ne semblait pas menaçant et Falkire semblait en confiance au vue de son visage ne trahissant aucunes craintes. Une fois au même niveau qu'elle, l'inconnu prit rapidement la parole.

Mercenaire, une blague ? Enfin bref, elle n'avait rien contre eux et en même temps, elle ne les aimaient pas plus que ça. Il pouvait boire un coup avec vous lors d'une petite nuit bien amusée au sein d'une taverne, et cela ne les empêcheraient pas de sortir une lame pour vous couper la langue le lendemain si quelqu'un leurs en donnaient quelques pièces d'or. Bref, Meyhl passa sur ce détail et écouta l'homme.

Au final, c'est presque tout sourire qu'elle lui répondit, il parlait d'un ton n'impliquant pas la gravité alors qu'ils discutaient de choses grave car avec le temps, Meyhl n'avait plus aucun humour concernant l'envahisseur. Ils était fréquent qu'une armée se raille de ses adversaires pour les tourner en ridicule, mais ces adversaires la n'étaient pas communs.

- Enchantée Alford, je pourrai croire que c'est vous l'illuminé avec votre façon de vous présenter. Vous voudriez servir l'empire ? Expliquez moi ce que vous avez en tête. plaisanta la commandante. Rapidement elle se tourna vers Matis pour le saluer comme il se doit.

- Je suis heureuse de vous revoir Capitaine, j'espère que vous arrivez à vous en sortir avec ces bleus ? Je n'ai pas eu de nouvelles concernant ma requête à propos de vos nouveaux quartiers. Sont ils décents ?

Finissant sa phrase, elle tourna rapidement la tête vers l'armée ennemie, et c'est maladroitement qu'elle ne réussit pas à cacher une expression de tristesse sur son visage. Car en voyant les deux hommes devant elle, elle se disait que du jour au lendemain ils ne seraient peut être plus. Depuis plusieurs jours d'ailleurs, elle évitait de croiser des gens sauf lorsque cela était nécessaire. Comme aujourd'hui il semblerait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Re: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitimeDim 1 Déc 2013 - 11:45

Finalement, et après avoir longuement cherché, on trouva la commandante Hele sur le mur extérieur de la cité. Matis fit la moue, il n'avait pas forcement envie de voir tout de suite le mur en question et l'endroit où il se trouvera en affectation deux jours plus tard. Mais pour le moment il n'avait pas forcement le temps d'y réfléchir, alors il fonçait droit vers les ennuis et l'ennemi. Comme pour changer.

Avec lui se trouvait Alford qui traînait un peu la pâte, peut être laissait il à Matis le soin d'ouvrir convenablement la marche ? Quoi qu'il en soit le capitaine avait prit avec lui six nouvelles recrues pour qu'elles servent d'éclaireur sur le mur extérieur. Là elles pourraient renseigner le reste des cent cinquante hommes de Matis, mais sans leur faire peur car ces recrues en questions avaient été sélectionnées car elles semblaient être parmi les plus fortes mentalement parlant. Pour le moment il faisait ce qu'il pouvait avec ses hommes et ça ne se passait pas si mal que cela. Surtout quand on voyait dans quelles conditions il devait réaliser un entrainement en bonne et due forme. Qu'aurait il donné pour que cette situation soit différente ? Tout.

Sur le mur on pouvait sentir la pression que mettaient les touristes, les hommes étaient exténués et leur relève serrait plus que nécessaire. Tout ce qu'espérait le jeune homme c'était que ses hommes sauraient faire face, il ne les lâcherait pas et il resterait avec eux comme il l'avait fait avant la guerre et comme il le ferait tant qu'on lui laissait la vie. Très rapidement Matis ordonna à ses recrues de se répartir sur le mur et de voir les points sensibles ainsi que les lieux importants à défendre. Le capitaine n'était jamais monté sur ce mur aussi ne savait il pas ce qu'il pouvait y trouver, et Matis n'aimait pas cela. Le nerf de la guerre n'était pas seulement l'argent, c'était aussi l'information. Et contre mauvaise fortune bon coeur, il ferait en sorte d'avoir un maximum de carte entre les mains avant de venir sur ce mur.

Rapidement le mercenaire et le capitaine, couple détonant s'il est besoin de le rappeler, se dirigèrent vers la commandante. Celle ci, menait avec poigne ses soldats, il n'y avait pas grand chose à y dire et Matis avait eu le bon avis quand il la vit pour la première fois. Et quand Alford, tout en restant naturel, se présenta Matis serrait les dents en espérant qu'il ne fasse pas de bourde. Et pour le moment tout se passe bien.

La jeune femme sembla, au début tout du moins, un peu réticiente mais rapidement elle sourit et comprit qu'il n'y avait rien à craindre du mercenaire. Malgré sa taille et l'épaisseur de son épée. Tout en continuant d'observer l'avancé ennemie la jeune femme demanda à Matis si tout se passait bien, elle semblait satisfait de le voir. L'homme hocha la tête avant de répondre.

Plaisir partagé commandante. Pour les bleus je peux dire que je m'en sors franchement pas mal compte tenu de la situation actuelle. Au final vous aurez cent cinquante bon soldat prêt à vous suivre dans le combat et qui viendront en relève dans deux jours sur le mur extérieur. Ainsi ils verront pour la première fois notre ennemi. Enfin peut être pas pour la première fois mais bon. C'est là qu'on les jugera apte ou pas, et je resterais là pour m'en occuper. Concernant les logements c'est pas mal, si un de ces quatre vous avez un moment je vous ferais visiter. On s'y croirait presque en permission si les cris des loubards de dehors ne nous cassait pas les oreilles dès l'aube.

Mais c'est pas pour cela qu'on est venu vous voir chef. En fait j'ai rencontrer Alford qui était un ami à un de mes frères d'armes fait prisonnier par les envahisseurs. L'homme se propose de nous filer un coup de main pour défendre la cité. Vous comprenez que je n'ai pas pu lui dire non n'est ce pas ?


Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
Alford Gorder
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Left_bar_bleue5/10Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty_bar_bleue  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Re: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitimeDim 1 Déc 2013 - 16:19

La commandant semblait le prendre bien pour l'instant, et le mercenaire était plutôt content de cela. Même si sans doute elle ne devait pas accorder beaucoup de confiance aux gens de sa profession, ce qui est plutôt sage, et prudent quand voit ce donc son capables certain mercenaire, pour quelques petites piécettes... Le fait que le capitaine ait confiance en lui avait dû concourir à la convaincre de sa fiabilité.

Et pour le confirmer la réponse de la jeune femme lui a fait décroché un sourire non visible pour eux derrière son casque de fer, mais il disparut aussi vite qu'il était apparu. Il fallait rester professionnel, et quand Matis eu expliqué à Meyle pourquoi Alford était là. Il appuya d'un ton toujours aussi sérieux, mais un peu plus détendu du coup.

Oui mon ami Jerôme avait servit aux côtés du capitaine Matis. Cela fait environ 4 ans que je ne l'ai pas vu, depuis que j'ai débuté ma carrière de mercenaire de mon côté en fait. Et quand j'ai appris au début de l'invasion, que l'armée s'était repliée à Gloria, et dans les autres grandes cités. Je pensais peut-être pouvoir le revoir, cela aurait au moins fait une bonne nouvelle, au milieu de toute cette pagailles. Le capitaine m'a informé qu'il avait été capturé, et du coup sa m'a convaincue de proposer mes services gratuitement à l'armée. Jusqu’à ce que nous ayons repoussés l’invasion du moins. Quand à ce rôle je pense que le capitaine l'expliquera mieux que moi...

Il vit ensuite la jeune femme regardait vers l'armée ennemi, et il devina sans grand problèmes qu'elle devait ressentir un peu de regret face à ce que tout l'Empire a subit. Effectivement lui non plus ne pouvait pas avoir de joyeuses pensées en voyant ces fanatiques, et tout les massacres, et immondices que ces derniers avaient causés. La guerre, le culte du néant, et le génocide des elfes, et vampires n'étaient sans doute qu'une partie des innombrables horreurs qu'ont causés les Alayens. Mais néanmoins il dit de manière un peu plus enjoué, tentant de sortir la commandante de ses sombres pensées.

Je ne pense pas vraiment être un illuminé. je n'ai jamais été un grand croyant de toute façon, j'ai toujours préférer suivre mes propre idéaux. Je ne suis pas le mieux qualifier pour juger la façon de penser quelqu'un, mais ces touristes comme le dit Matis ne m'ont pas l'air d'être des gens particulièrement recommandables.

Le mercenaire espérer de ne pas en avoir trop dit, car il se rendit compte qu'il avait encore parler sans réfléchir, mais au final cela avait peu de chance de choquer, et le commandant ne semblait pas être intolérante du point de vue de laïcité du mercenaire. Mais néanmoins cela démontrait encore qu'il se montrait trop honnête dans ces moments... Cela généralement ne tournait pas souvent en sa défaveur, heureusement d'ailleurs, car au vu de sa susceptibilité. Il était autant capable de dire des choses gentilles en temps normal, que d'envoyer des piques cassantes qu'en il était de mauvais poil. Mais ce moment il était de bonne humeurs, et avait pour l'instant une bonne opinion des deux personnes présentes, donc cela avait peu de chance d'arrivé, et il n'avait pas besoin de s'en inquiéter.

Mais néanmoins il s'intéressait à autres choses, et regardait lui aussi la gigantesque légion juste en dessous de manière calme, et une multitude de pensées plus ou moins inquiètes se trimbalés dans son tête. Ils avaient l'air bien décidés après tout... Et lorsqu'il arriverait l'heure de l'assaut ce sera le destin de tout L'empire qui sa jouera sans doute sur le courage, et la ruse, ou le sens stratégie de quelques-uns. Et si jamais il venaient à perdre...

Cela risque de ne pas être gagné d'avance qu'en j'y pense... dit-il avec une légère pointe de tristesse dans sa voix.

Il jetait un léger coup d’œil à Matis et voyait que celui-ci semblait surveiller ce qu'il disait, sans doute par peur de se faire ensuite taper sur les doigts, si le mercenaire venait à faire une bourde devant la commandante. Il voulait sans doute aussi ne pas la décevoir peut-être. Alford ne sait pas ce qui se trame dans la tête du capitaine, il pouvait par contre facilement se l'imaginer. Mais d'abord il fallait revenir sur un sujet moins susceptibles de faire dégénéré le conversation.

Et il dit, alors à la commandant avec un peu d'optimisme dans la voix.

Enfin bon ce n'est pas en se lamentant que l'on gagne une guerre, après tout. Que prévoyez vous de faire, pour inverser la situations de préférence. Car d'après ce que ma dit Matis, l'on peut compter sur vous pour dirigez vos hommes même dans ce genre de situation. Dit-il franchement à la commandante

Il ne s'attendait pas à une vague d'optimisme de la part de Meyle, mais néanmoins tant que la guerre n'était pas perdu. Il était toujours possible de renverser la tendance au final, et elle devait bien avoir un plan pour arranger cela, ou du moins une petite idée de la marche à suivre, pour s'en sortir de la manière la moins douloureuse.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Ulodap7ed3f

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Merith11

Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Re: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitimeDim 1 Déc 2013 - 17:57

Bien, rien de moins qu'une nouvelle recrue finalement. C'était un peu grandiose de venir voir Meyhl pour un seul homme quand bien même Matis aurait pu prendre cette décision tout seul. Maintenant qu'ils étaient là il fallait en apprendre plus sur ce nouvel individu, qu'avait il fait de fantastique ? Par miracle était ce un très grand guerriers inconnus de nos poèmes et autres fables ? La jeune femme espérait qu'il s'agisse d'un atout non négligeable, n'importe quel facteur pouvait renverser le cours des choses à présent.

Histoire de ne pas ignorer la réponse de Matis, Meyhl se concentra sur lui.
Il semblait avoir fait du bon travail d'après ces dires. Il était fort probable qu'il dise la vérité et n'enjolive pas les résultats qu'il obtenait avec ces nouveaux hommes. Faire visiter les logements de son unité ? Une drôle d'idée, enfin la commandante en prit note tout de même. C'était la première fois qu'elle pourrait faire quelque chose d'anodin qui sortait de l'esprit de la guerre, enfin à peu près car cela restait tout de même un baraquement qui serait emplit d'armes en tout genre.

- J'entends bien me détendre un peu, si se détendre revient à visiter vos locaux, alors pourquoi pas.
Enfin pardonnez moi et je ne voudrai pas vexer votre ami. Mais pourquoi me le présenter plus qu'un autre soldat ? Avait vous une idée derrière la tête le concernant ?


Au moment ou Meyhl finissait sa phrase, Alford commença à répondre aux questions de la guerrière.
Le pauvre bougre cherchait un de ses amis, Meyhl ne pouvait l'aider. Des Jerôme il y en avait plusieurs centaines et encore plus très certainement, sans compter que le siens était peut être mort, surtout si il avait servit sous les ordres de Matis qui avait perdu beaucoup d'hommes. Ces pensées furent interrompues lorsqu'Alford expliqua que son ami était prisonnier des Alayens. Meyhl eut un peu de peine pour cet homme, mais elle doutait plus que fortement de l'état de santé de ce Jerôme. Elle était sûr qu'il s'était fait tué ou convertir de force, mais les Alayens n'étaient pas connus pour être tolérants. Elfes, vampire, ils étaient exécutés. Ensuite les humains ne se soumettants pas à leurs volontés subissaient généralement le même sort.

Pour conclure, Meyhl se garda d'expliquer tout cela à Alford. Si retrouver son ami lui donnait de l'espoir et de la combativité, alors qu'il y croit. Enfin il confirmait la question que la commandante avait posée à Matis, il avait une idée derrière la tête vu que même Alford parlait d'un "rôle". Meyhl en eut un pressentiment mais elle le garda pour elle, la réponse de Matis mettrait fin à ses idées de toute façon.

Encore heureux que ces services étaient gratuits ! Il pourrait aller voir ailleurs si il n'en avait pas été ainsi. De toute façon il n'avait pas le choix, en tant que guerrier la seule option possible aujourd'hui était de se battre lors d'une attaque. Tout ceux restants cachés dans la ville seraient pendus, enfin non c'était faux, mais si cela ne tenait qu'a Meyhl cela se passerait comme ça. Un soldat ne faisant pas face à l'ennemi de son peuple mérite le plus impitoyable des châtiments. Elle avait beau être douce, ce genre d'action la rebutait car il y avait une différence entre mourir en fuyant à cause d'un ordre de retraite, et mourir en fuyant ou en se cachant tel un lâche. Dans le premier cas, c'était souvent la meilleur chose à faire pour préserver le plus de vies et frapper plus fort plus tard.

Meyhl sourit néanmoins lorsque le mercenaire parlait de croyances, un homme capable de penser par lui même valait mieux que beaucoup de choses, et si il pouvait prendre seul, de bonnes décisions c'était un atout.

- Je vous répondrez simplement Alford. Dans tous les cas je vous accepte dans les rangs, un soldat de plus, sa ne pèse pas lourd mais c'est toujours ça de pris. Qui plus est je vous mets en garde tout de suite, vous ne tirerez pas un sous de cette guerre. En tout cas pas en tant que mercenaire, vous bénéficierai d'une solde comme n'importe quel soldat encore en vie à la fin du conflit. Vous vous doutez bien qu'il reste dur de payer son armée lorsque l'économie est morte. Aujourd'hui nous ne nous battons plus que par métier, mais pour l'honneur, pour la victoire et pour la survie. Cette victoire sera le meilleur salaire de votre vie.

Se rendant compte de qu'elle fût un peu agressive, elle racla sa gorge afin d'essayer de reprendre un ton plus neutre.

- Je partage assez votre avis quand à suivre ces idéaux Alford, quand bien même j'aimerai que vous suiviez les miens si vous êtes toujours partant pour cette grande aventure si l'on peut l'appeler ainsi.

Que comptais faire la commandante ? Une bonne question. Elle s'approcha un peu plus des deux hommes et leurs dit de regarder. Ainsi elle sortit de sa ceinture un petit rouleau de tissu qu'elle déplia, il faisait finalement un mètre sur un un mètre et c'était une carte de la ville calligraphiée il y a déjà quelques années, pleins d'annotations étaient présente sur la carte. Meyhl y avait travaillée toute la nuit depuis la visite de la princesse Morgane dans ces quartiers accompagnée de Hanz la forteresse.
Elle désigna ces objectifs sur la carte.

- Vous voyez, rien de bien compliqué pour la première phase. Nous tiendrons les murs le maximum de temps qu'il faudra. Au passage, a partir d'aujourd'hui, Matis, vous désignerez des responsables qui prendront avec eux autant de gens que possibles, même parmi les civils. Je veux que toutes les artères de la ville soit bouchées par des barricades faites avec ce que vous trouvez. Condamnez toutes les maisons proches des murs. Quand ceux ci cèderons je veux que la ville ait une "deuxième muraille". Elle ne tiendra guère plus d'une journée, mais cela sera suffisant. Car si les murailles tombent il nous faudra du temps pour réunir les dernières forces restante dans le Palais qui sera plus défendable que n'importe où ailleurs dans cette ville. Il faudrait aussi que vous fassiez s'effondrer les maison touchées par des tirs de trébuchets, et ne déblayez pas, le terrain doit être impraticable au maximum pour l'ennemi. Voila le plan pour l'instant. Beaucoup de choses reposent sur la capacité de chacun au combat. J'ai fais une moyenne des pertes quotidiennes que nous auront une fois qu'ils commenceront le siège avec de vrais assauts.

J'estime les pertes à un peu moins de deux cents morts par jour et la moitié moins de blessés utilisable. N'oubliez pas que eux perdront énormément d'hommes en escaladant nos murs, apprenez à vos hommes à faire glisser les échelles et à se défendre contre de potentielles tours de sièges.


Meyhl se remit debout s'appuyant légèrement sur l'épaule d'Alford pour aider son mouvement, elle resta là à fixer les deux hommes pour entendre leurs avis. Elle savait que les hommes sous ces ordres lui faisaient confiance, mais elle n'avait que trop rarement l'occasion de recevoir des avis sur ces plans. Normalement elle se confiait à Perten ou Adecas, mais ces derniers n'avaient plus une minute à eux avec tous les préparatifs d'urgences, car personnes ne pouvaient prédire le jour et l'heure de l'attaque.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Re: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitimeLun 2 Déc 2013 - 18:44

Bon, pour le moment il n'y avait pas péril en demeure et tout semblait rouler comme sur des roulettes ou tout autre expression inutile et connue de tous. Mais la jeune commandante semblait quand même réticente à l'utilisation d'un mercenaire et il comprenait sa crainte. En tant que soldats ils avaient tout deux du mal avec une personne offrant son épée au plus offrant mais cela ne semblait pas être le cas d'Alford, ou alors c'était un sacré menteur. Bref, quoi qu'il en soit la jeune femme voulait savoir pourquoi il le présentait aujourd'hui. Et elle voulu savoir s'il y avait un plan derrière tout cela.

Evidemment qu'il y avait un plan! Cette réaction vexa quelque peu Matis qui suportait mal qu'on le prenne pour un bleu écervelé à peine capable de suivre un ordre. Mais il passa outre, cela ne servait à rien de s'énerver maintenant. Il ira calmer ses nerfs sur les mannequins d'entrainement. Souriant quand même en hochant la tête il dévoila son idée.

Commandante, jamais je ne viendrais à vous sans idée à moins pour vous soutirer une augmentation.Il la regarda et soupira tristement. Mais je pense que c'est mort pour ça non ? Bref voici mon plan.

Comme vous le savez nous ne faisons clairement pas le poids dans un combat classique contre nos ennemis. J'ai donc essayer de réfléchir à une méthode nous permettant de profiter de la force de notre ennemi et de la retourner contre lui. Sa force ? Le nombre. Y'a pas à tergiverser sur ce point on est clairement en infériorité numérique et ce qu'il nous reste de soldat est principalement composé de recrue sans formation.

Après moult heures de réflexion j'ai tenté de trouver ce moyen, et ce n'est qu'en me rappelant les premiers mois de la guerres contre les Vampires que j'ai fini par comprendre. Au début ils nous fuyaient, n'attaquaient qu'en petit nombre. Il frappaient vite et fort et repartaient sans qu'on est le temps de comprendre. Dans la situation actuelle cette méthode peut être employé contre nos ennemis et la ville sera un piège diabolique pour leur faire comprendre le plaisir qu'on a de les recevoir.


Matis croisa les bras tout en observant l'armée ennemie. Elle était nombreuse et composé de fanatique n'ayant qu'une envie : répandre leur religion dans ce monde. Quitte à tuer tous les êtres vivants s'y trouvant. Et ça Matis ne pouvait pas le laisser faire.

En mettant en place de petite équipe de soldat mobile pour combattre en "liberté" sur le champ de bataille et accomplissant des missions clefs et très ciblées on peut arriver à obtenir quelque chose de bon et d'utile pour le gros de l'armée. Ces soldats devront traquer les officiers et les personnalités des envahisseurs et les tuer tandis que le gros de leur force serra concentré sur nous. Ce sera chaud à mettre en place et je ne sais même pas si ça marchera. L'idée est là et je pense qu'on peut en faire quelque chose.

L'avantage d'avoir de nouvelles recrues c'est qu'ils ne sont pas embarrassés par des années d'entrainement et d'obéissance. J'ai déjà quelques noms en tête mais je pense qu'on peut faire de certain d'entre eux de véritable traqueur et pour ça les entrainements doivent être impitoyable. Le but est d'instaurer la peur dans les rangs adverses et dans ceux des officiers.

Quand et où vont ils frapper ? Qui veulent ils tuer ?

Toutes ces questions que nous nous posons actuellement nous les utiliseront contre eux. Et c'est là qu'Alford entre en jeux. Vous conviendrez du fait que nous avons peu de vétéran, il n'est peut être pas le meilleur des guerriers ou le plus brillant des officiers mais il fait son métier et tien à notre civilisation. ça me suffit pour lui confier cette mission. Je lui ai demander de monter un groupe test qui me permettra de me faire une idée de la capacité opérationnelle de cette technique, ensuite j'aviserais de la suite à donner.


Il tenait à cette idée, et quand la jeune femme lui indiqua de prendre contact avec des gens pour créer des barricades il hocha la tête approuvant les paroles de la jeune femme. Tout ce qu'elle disait avait du sens, sa stratégie était plus globale et elle tenait la route. Matis ne savait pas combien il y avait de commandant encore en activité dans l'armée Impériale, mais si tous réfléchissaient ainsi ils avaient bel et bien une chance de s'en sortir.

Elle et Alford auraient peut être du mal à bosser ensemble et c'était pour cela que Matis garderait le jeune homme sous ses ordres, laissant à la jeune femme des soldats de métiers. Il sentait que quelque chose clochait avec son rapport au mercenaire, en tout cas quand elle parla de ses gages il sourit avant de répondre.

Vous inquiétez pas commandante, j'ai fais en sorte qu'il comprenne cette partie là du "contrat". Il n'y aura aucun problème.

Et la jeune femme finit par présenter ses estimations, ses craintes et ses plans. Dans tout cela elle tablait sur deux cents morts par jour. Matis craignait de devoir revoir le chiffre à la hausse, certes les Alayiens perdraient beaucoup d'hommes sur les murs, mais en face il n'y avait, presque, que des bleus. Tandis qu'eux... Enfin c'était comme faire combattre un loup et un chat... Sur le papier l'armée et la garnison étaient clairement défavorisées. Mais le moral pouvait jouer son office et faire en sorte que les frêles soldats de l'armée impériale explosent littéralement les envahisseurs. Les chances étaient maigres, mais elle étaient là.

Je vois... Dans cette situation je sais pas si on aura beaucoup de chance de s'en sortir vivant mais qu'importe. Si on peut retarder suffisamment les Alyiens pour permettre à la Famille Impériale de se sauver ainsi qu'à une majorité des civils de faire de même on aura réussi. Les Hommes ne sont rien tant que l'Empire et notre civilisation survivent, mais on va faire en sorte de s'en sortir vivant. Pas vrai commandante ?

En tout cas vous pouvez compter sur moi et mes gars. On verra bien si les Alyiens sont de si féroces guerriers quand ils se frotteront à notre unité.


Tous devront être prêt. La fin approche. Et tout les acteurs devront jouer leur rôle au sein de cette histoire qui pourrait tant bien devenir une légende ou une tragédie. Matis fera en sorte que l'armée Impériale se couvre de gloire en repoussant les Alyiens contre tout attente, et si lui même pouvait envoyer une grande partie de ces fanatiques vers le Néant, alors il n'en sera que plus ravi.
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
Alford Gorder
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Left_bar_bleue5/10Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty_bar_bleue  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Re: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitimeLun 2 Déc 2013 - 20:36

Le fait que la commandante demanda ce que Alford faisait, et qu'est-ce qu'il avait de si spécial fit décrocher un sourire au mercenaire qui bien entendu laissera Matis faire cela, après tout il n'était pas là pour se faire une édification de sa personne, il était bien trop modeste pour cela après tout, et puis il tenait aussi à ne pas brusquer Meyle.

Mais d'ailleurs qu'avait t-il d'exceptionnel au final, a part ses idéaux plutôt marqué pour un mercenaire? Il était un plutôt bon tacticien dans le magnifique art de la guérilla, et de le guerre par les petits affrontements, mais rien n'était pas non plus l'un des meilleurs dans ce domaine. Sinon il était aussi un bon tireur à l'arbalète, et un très bon duelliste, mais les deux personnes à ses côtés devaient avoir un niveau à peu près égal au siens, et il devait y avoir meilleurs chez les Alayens, ou dans l'armée. Non il n'était peu être pas vraiment exceptionnel au final, mais néanmoins il était déterminné, et cela serait principal force en ses temps troublés.

Le capitaine lui au contraire semblait un peu vexé de cette remarque, et parla sans aucun sérieux d'une augmentation, cela fit décrocher un petit rire à Alford qui appréciait bien ce genre d'ironie.

Ensuite l'officier résuma le petit plan que les deux hommes avaient échafaudés toute à l'heure, heureusement qu'il ne parlait pas de la charge héroïque des chariots, qui auraient pu pourfendre Néant d'après une blague du capitaine...

Oui ce genre de tactiques est plus originales, et plutôt nouvelles, et vu que l'ennemi ne s'y attend pas forcément, cela pourrait facilement tourner en notre faveur au moment décisif. Ce sont des tactiques de guérilla que j'avait expérimenté auparavant, mais pas contre ce genre d'ennemis, ni avec de telles objectifs en jeu, mais elles s'avéraient efficaces et j'essayerais de faire de mon mieux.

Effectivement il faudra faire d'eux des tueurs expérimentés, et plus autonomes que les troupes conventionnels, et ce genre d'entraînement risque d'être un peu rude et de devoir demander des soldats à l'esprit plus ouverts que ceux qui sont déjà formés aux us et coutumes habituelle de l'armée. Il faudra aussi privilégier des tirailleurs avec des arbalètes, des arcs, et des guerriers capables de se replier avant la riposte de l'adversaire. Cela sera dur à mettre en place, mais je suis sûr que au final sa paiera, et nous mettra entre les mains une arme à la fois matérielle, et psychologique.

Pour cette unité je ferais mon choix dans deux jours des volontaires qui entreront dedans. Enfin si vous acceptez nôtre idée. Et le capitaine me confiera un vétéran pour pouvoir m'assister dans cet entraînement éventuellement.

Là réponse abrupte de celle-ci par contre quand au fait que le mercenaire ne serait pas payer le fit légèrement tiquer, car il lui avait bien expliqué qu'il ne comptait pas l'être, mais au final la réponse de la jeune femme fut en partie satisfaisante quoique un peu agressive. Il répondit quand même, après que Matis est un peu déblayer le terrain.

Bien, cela est dit au moins, et comme le dit le capitaine Matis nous en avons déjà parlé. Et cela ne vous coûtera pas un sous, et recevoir une solde ou pas m'indiffère totalement pour l'instant. Il y a des choses plus importantes en jeux que le contenu de ma bourse, et de toute façon elle est déjà bien remplie en ce moment, et je ne compte pas la vider trop vite non plus.

Il fut néanmoins content que celle-ci voit en bien le fait que le mercenaire préférait suivre ses idéaux, et il lui dit.

Je ne suis pas sûr d'avoir les mêmes idéaux que vous mademoiselle, mais néanmoins je pense que les vôtres aussi sont respectables, et je tâcherai de vous aidez du mieux que je peux, et effectivement je suis plus que partant pour cette grande aventure comme vous le dîtes, cela promet d'être intéressant, et après tout qu'est-ce qu'on a à perdre au final. Dit il avec un humour noir assez marqué, et un peu de tristesse dans la voix. Mais je me battrais tant qu'il restera quelque chose à défendre dans cette cité, et ce foutue continent, j'espère juste que cela aura plus de succès que ma vie amoureuse. Même si il n'avait pas vraiment essayé d'en avoir vu qu'il ne s'attendait pas à grande chose de ce dernier point.

Il n'appréciait généralement pas de voir des massacres, et il espérait que cette guerre ferait le moins de victimes possibles, à la fois civiles, et militaires. D'ailleurs si on le voyait d'une vue assez professionnel cela pourrait lui faire une bonne petite réputation, ce qui éventuellement serait très appréciable pour décrocher des contrats. Même si avec cette existence de mercenaire il avait notablement plus de moyens que ce que lui promettait la vie de fermier à lequel il aurait pu aspirer, même si cette dernière au final aurait était moins périlleuses, mais il avait envie de découvrir le monde, et surtout de se trouver une voie à suivre donc ne pouvait décemment pas se contenter de cela.

Ensuite Meyle expliqua son plan de transformer le quartier pauvre en une sorte de ralentissement, et de deuxième mur pour la cité, une bonne idée dans l'ensemble. Le nombre de pertes qu'estimés la commandant était elle par contre un tantinet optimiste selon lui, mais qui était-il pour la remettre en question... Lui était plus adepte des combats tactiques à quelques dizaines soldats près, que des grandes batailles, ou des milliers s'entre-tue dans la joie, et la bonne humeur.

Cela pourrait aussi être une bonne idée de placer des tireurs sur les toits, et les hauteurs pour faire pleuvoir les flèche sur leurs têtes. Et ce sera un bon cadre pour pouvoir organiser de multiples embuscades bien ficelés, grâce à de faux objectifs, des appâts, ou même des diversions multiples, et plus vicieuses les une que les autres. Nous pourrions aussi nous arranger pour foutre le feu aux bâtiments inflammables au dernier moment, pour pouvoir gêner le plus possible la progression ennemi comme vous le dîtes, après tout nous sommes maître de ce terrain, et connaissons la ville dans ces moindres retranchements. En tout cas vous oui, donc vous êtes apte à savoir mieux en tirer parti que nos adversaires. En plus nous pourrions si la tactique marche à merveilles embourber l'ennemi dans une sorte de deuxième sièges qui ne lui serait pas du tout profitable au final, mais je ne suis pas sûr que nous ayons les vivres pour tenir aussi longtemps à ce rythme.


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Ulodap7ed3f

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Merith11

Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Re: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitimeDim 15 Déc 2013 - 18:54

Bien bien, Meyhl essayait de s'imaginer à quoi pourrait ressembler l'idée des deux hommes lors d'un cas concret. Ce genre d'équipes étaient une très bonne idée, elle serait même redoutablement efficace, mais un point restait à éclaircir.. comment leurs assurer une bonne mobilité et donc une bonne efficacité quand nous allions combattre sur les murs d'enceinte, ils n'étaient pas assez épais pour servir de vrai front, et manoeuvrer de gauche à droite présentait plus de risque de faire une chute qu'autre chose.

Cette tactique, encore une fois semblait bonne, mais elle avait l'air tout aussi irréalisable dans notre configuration, une vrai bataille rangée serait un meilleur endroit, d'ailleurs, Meyhl pensait avec regret qu'elle avait été trop bête pour y penser plus tôt lorsque l'armée n'était pas si décimée qu'aujourd'hui.

- Matis, l'idée que vous avez eu vous et Alford est forte intéressante. Je me vois malgré tout obligée de souligner un gros point noir. Comment vos équipes bougeront elles ? Nous allons nous battre sur des murs, et je ne suis pas vraiment d'avis d'ouvrir nos portes. Même lorsqu'il n'y a pas d'assaut, quelles seraient les chances de survies d'une équipe "spéciale" une fois à l'extérieur ? Ma foi, je pense que vous pouvez surtout entraîner quelques archers à ce job, reconnaître les uniformes d'officiers et leurs décocher un trait mortel.

Meyhl pensait malgré tout que les deux hommes devaient forcément s'être préparés à ce qu'elle leur réponde ainsi, cela semblait évident, c'est pourquoi la guerrière restait intriguée par ce que risquait de dire Alford ou Matis.
Enfin la jeune femme s'approcha de Matis et posa une main sur son épaule comme pour le rassurer sur ces questions de survie. Ce n'était pas dans ses habitudes, la dernière fois qu'elle avait agit ainsi c'était à feusacré la veille où l'avant veille de la bataille.

- Vous savais Matis, je pense que la famille royale se battra à nos côtés jusqu'à la fin, en tout cas j'ai l'impression que c'est le souhait de la princesse Morgane. Elle est en ce moment même au chevet de nos blessés en aidant les guérisseurs, nous les protègeront du mieux que nous pouvons, mais leur choix devra être respecté si ils veulent se battre. Nous pouvons être fier de servir une telle nation que cet Empire Capitaine.

"On va faire en sorte de s'en sortir vivant ?" Bien sûr qu'elle aurait hurlé OUI à n'importe qui, qu'ils allaient s'en sortirent vivants, la aussi elle le voulait, mais elle n'y arrivait pas et c'était une erreur d’hésiter ainsi devant deux guerriers. Finalement elle essaya de se rattraper au moyen d'un trait d'humour.

- Je pense que nous nous en sortirons, enfin faites attention, un cas comme vous risque d'attirer plus de flèches et de lame que la moyenne ! Pour bien montrer qu'elle ne l'insultait bien évidemment pas, elle renforça ses mots d'un sourire plutôt sincère.

Enfin, Alford attendit que la commandante ait elle même arrêtée de parler pour reprendre.
Il appuyait les dires de matis et il avait raison, mais la réponse à la question n'était toujours pas là et le problème restait le même.
Oui, Meyhl avait peut être un peu trop insisté sur les rémunérations d'Alford, enfin elle comptait quand même qu'il le soit, c'était la moindre des choses, chaque soldats l'étaient, aucunes raisons n'étaient présentes pour que notre nouvel ami guerrier soit délaissé, de plus un peu d'argent servait toujours quel que soit la fortune d'une personne. Le seul point à régler, c'était de survivre évidemment.

La guerrière écouta jusqu'au bout sans broncher, Alford semblait optimiste et cela fit plaisir à Meyhl.
Il avait raison lui aussi pour le combat intra muros, le seul problème était la rapidité, les "fortifications" de fortunes que les hommes pourraient ériger dans l'enceinte de la ville ne tiendrai guère plus qu'une journée, et cela coûterait peu chère à l'ennemi pensait la commandante.

- Vous avez bien raison Alford, sachez néanmoins que nous ne pourrons tenir guère plus d'une journée dans la ville une fois les murs tombés. Il faudrait rejoindre le plus rapidement le palais, cela nous sera plus économe en soldats et nous seront prêt plus rapidement à les accueillir.
Sachez que je suis heureuse de l'apprendre, lorsque vous parlez de restait jusqu'au bout, de toute façon il n'y a pas vraiment d'autres solutions. Et si notre victoire dépend de vos relations amoureuse, alors dépêchez vous de vous trouver une femme !
conclut Meyhl de manière à garder une atmosphère des plus détendues possible.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Re: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitimeLun 16 Déc 2013 - 11:37

La commandante était septique quoi de plus normal ? Mais c’était à Matis de défendre son affaire et il avait déjà tout prévu, l’argumentaire il l’avait travaillé des heures durant. Et, bien avant de rencontrer Alford, il était arrivé à mettre en ordre l’ensemble de ses idées. Pour réfléchir et se donner un peu de contenance il se tint le menton et gardant le regard dans le vide l’espace d’un instant. L’organisation de son esprit prenait place alors que la commandante discutait avec le mercenaire.

Mais finalement il arriva à attraper un moment de répit pour répondre à son officier supérieur, clarifier son idée était une nécessité. Et donner l’ensemble des informations à sa mise en place était essentiel pour la commandante qui devait avoir une vision globale du champ de bataille. La guerre était maintenant totale, le commandement devait l’être tout autant.

Ces équipes ne seront pas sur les murs. Pour les murs j’entraine des archers et des équipes armées de longue hallebarde et lance pour repousser les échelles. Ces équipes seront équipées de ce qui se fait de mieux parmi les porteurs de bouclier et autres armoires à glace. J’entraine mes archers à reconnaitre les meneurs, mais je ne pense pas qu’ils se montreront. A moins qu’ils n’aient trop confiance, mais ce serait sacrément stupide de leur part.

Se tournant pour embrasser la situation du regard, il place ses mains dans le dos et poursuivi ses explications.

Le mur tombera, cela ne fait aucun doute dans mon esprit, le but pour moi se serra de le tenir le plus longtemps possible. Mais quand il tombera je devrais organiser la retraite sur les autres murs le plus rapidement possible, et c’est là qu’interviennent les équipes spéciales. Le quartier pauvre est un terrain de jeu parmi les plus favorable que nous avons à notre disposition, le saccage dont à fait preuve l’ennemi nous servira. Les ruelles tortueuses nous serviront, les moindres recoins d’ombre nous seront utile.

Les unités en question devront harceler l’ennemi sur les barricades, dans les ruelles et partout où il leur serra possible. Le tout est de garde un objectif clair en tête, permettre au gros de nos forces de se replier sur de bonnes position défendable. Le second mur puis le troisième sont les rares positions que je qualifierais de presque parfaite.

Je sais que ce discours n’est pas très glorieux ni encourageant, mais soyons réaliste. Je ne veux pas perdre des hommes inutilement sur des barricades alors qu’on peut les mettre en position sur les murs.


La jeune femme lui parla de la famille impériale, un membre de celle-ci se trouvait sur le mur à soigner les soldats blessés. Matis était impressionné car jamais il n’avait vu de noble sur le mur ou proche des soldats. Il ne dit rien mais hocha la tête pour montrer à sa commandante qu’il approuvait totalement la volonté de la princesse Morgane. Ce serait peut être même une occasion de rencontrer enfin un membre de la famille impériale ? Non il ne devait pas faire perdre le temps précieux de la princesse. Sa place était avec ses hommes et non pas avec une des personnes les plus influentes de l’empire.

Sentir son contact le réconforta quelque peu et lui-même posa sa main ferme sur sa chef. Elle accentua ses dires avec un humour bien senti et Matis fit semblant de se sentir offusqué par ce qu’elle venait de dire.

Bha, j’imagine que c’est vous qui êtes allez demander aux Alayens de me viser n’est ce pas ? Tout cela pour pas vous en prendre une ? Je ne vous en veux pas chef, après tout c’est vous le chef ! Mais je me vengerais, vous le savez pertinemment.Matis inspira profondément pour redevenir sérieux, les yeux profondément plongés dans ceux de sa chef, presque il en oublierait Alford. Blagues à part, je vous suivrais et je ferais en sorte de pas vous perdre tout de suite. On a trop besoin d’un bon officier comme vous chef. Et puis vous êtes plus agréable à suivre que les précédents que j’ai eu.

Le reste de la conversion prit une tournure un peu bizarre, surtout quand Alford parla de sa situation personnelle du mercenaire. L’officier serra les dents mains la jeune femme répondit d’un air humoristique. Du coup il se détendit un instant et se tenta à une petite phrase.

Oui et bien qu’il trouve femme ou pas on devra le défendre ce mur. Mais j’ai entendu parler d’une très belle femme qui dansait divinement bien dans une taverne du quartier marchand. Qui a tout tenté et une fois qu’on aura défoncer l’armée dehors tu pourra aller chercher de ce côté-là.

Pour revenir sur un sujet plus sérieux. Commandante on en est où des réserves de munitions et de vivre ? Doit-on commencer un rationnement ? J’aimerais autant que possible éviter de le faire mais si on n’a pas le choix je le ferais.

Et je voudrais vous parler d’un autre sujet disons un peu plus délicat.
Il regarda autour de lui histoire de vérifier qu’aucune oreille indiscrète ne trainait, puis reprit sa phrase. Vous n’êtes pas sans savoir que certaines villes et villages se sont rendu et on accepter la doctrine de l’envahisseur. Personnellement je me sens moyennement me battre tout en ayant cette épée de Damoclès au dessus de la tête. Quels sont vos ordres si des troubles civils intervenaient d’ici à la fin du siège ? J’aimerais ne pas en arriver à cette extrémité mais devon nous utiliser la force létale pour contrer une insurrection de probable converti ? Je ne pense pas que cela soit possible mais j’aime être préparé à toute éventualité. Et celle là est probable car je l’ai déjà vu se réaliser dans d’autres villes.

Matis se tourna pour observer ses deux interlocuteurs avant de prendre un regard dur et plus que sérieux.

La capitale ne doit pas tomber, aucun membre de la famille impériale ne doit mourir. Sans cela la situation deviendrait intenable voire même désespérée. Nous devons, quoi qu’il en soit rester confiant en nos capacités, ne pas nous sous-estimer ni surestimer l’ennemi. Mais par-dessus tout nous devons nous faire confiance entre nous. Nous sommes des officiers de front, commandante même si vous êtes un officier supérieur vous n’êtes pas de ceux qui se planquent et commandent de loin. Ça comptera pour les hommes et pour moi. Nous avons les capacités de sauver la situation, et nous devons tout faire pour que ça marche. J’ai dis que le mur tomberait, j’espère me tromper et je ferais tout pour. Je sais que vous en ferez autant.

La vérité, rien que la vérité et uniquement la vérité. La situation était plus que délicate, mais rien n’était perdu. Tout est permit, le futur n’est pas encore écrit, et c’était à des personnes comme Meyhl, Alford et Matis de l’écrire.
Revenir en haut Aller en bas
Alford Gorder
Alford Gorder
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Left_bar_bleue5/10Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty_bar_bleue  (5/10)
Xp disponibles: 2

Modérateur
Mercenaire

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Re: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitimeLun 16 Déc 2013 - 17:19

Meyle établissait un bon point! Ce plan serait très dur à mettre en place, et il faudrait se battre sur les murs en premier lieu, mais soyons réalistes après le combat sur les murs. Les Alayens ont de fortes chances de rentrer dans la cité, et c'est là que les tactiques d'embuscade, d'harcèlement, et d'éliminations des officiers révéleront leurs vrai utilités. Alford était lui aussi sûr de la véracité, et de l’utilisation de ce plan, mais avant d'argumenter en la faveur de celui-ci il laissa la commandante finir de parler, et Matis confirmer ses futures dires. Il reprit alors après que celui-ci est finit.

Ce genre d'unité comme le dit la capitaine seront entraînés pour le combat urbain, et la guérilla, car soyons un peu réalistes. Je ne pense pas que les murs tiendront éternellement, et il faudra alors combattre dans la ville, et il nous faudra des soldats agiles, et entraînés. Oui nous devrons faire en sorte de tenir la muraille de nôtre mieux, mais il faut se préparer à l'éventualité que celle-ci finisse par tomber! Après tout il vaut mieux toujours se préparer au pire. C'est cela la voie de la survie, et du combat... S'adapter, sinon nous devenons trop prévisibles, et une armée trop prévisible est une armée déjà décimée. Je pense d'ailleurs que nôtre ennemi le sait lui, et c'est pour cela qu'il a l'avantage. Pour l'instant du moins!

Le mercenaire avait dit cela franchement, et honnêtement il espérait juste de na pas avoir était trop directe, mais il valait mieux dire ce qu'il pensait. L'Empire n'était pas bien partie pour gagner cette guerre. Si les tactiques actuels se révèlent inefficaces cela est juste le signal qu'il faut les changer. Il espérait que ses interlocuteurs sois du même avis que lui, ou du moins soient ouverts d'esprits à ses propositions.

Je pense que si nous avons une tactique vraiment élaborée, nous pourrions gagner du temps grâce a la stratégie de guérilla! Et du temps gagné n'est jamais de trop quand on en manque, surtout si on veut on élaborer un autre! Pendant que les équipes opéreront à affaiblir à l'ennemi petit à petit. Nous pourrions rassembler des troupes pour organiser une meilleurs défense, ou mener une contre-attaque dévastatrice si jamais nous en avions l'opportunité... En tout cas même si cela ne nous fait que gagner du temps, il nous permettra d'apprendre à ses touristes ce donc sont capables les hommes de L'empire. Et de toute façon nous ne pouvons pas perdre! Je serais prêt à affronter tout seul néant en personne, et je suis sûr que vous aussi si il fallait le faire... Finit-il d'un air déterminé.

Il écouta ensuite avec une grande attention ce que ses deux interlocuteurs répondirent à ses propositions.

Il fit ensuite part de son impression sur le fait que la princesse Morgane aille soigner les soldats sur la première muraille. Quel acte de générosité, cela l'émouvait et il l'approuvait entièrement. Quelle risque sa vie pour aider ceux qui en ont besoin prouve que c'est une dame d'une grande compassion, et noblesse d'esprit. Et cela ne pouvait qu'attirer le respect de la part d'Alford, surtout qu'il n'était pas habitué à ce genre d'acte de la part de la noblesse, enfin a ce qu'il avait vu, sauf de la part de Korentin Kohan qu'il avait haute dans son estime.

Quelle noblesse, et quelle générosité de la part de la princesse Morgane! Cela doit être une noble dame, et je pense qu'elle mérite sa position, dommage que tous les membres de la noblesse ne soit pas aussi juste, et ne fasse pas preuve d'autant de charité.

Il fit part de son impression avec une amertume vivace de la voix.

Mais cela n'est pas étonnant elle est de la même famille que Korentin Kohan qui est un homme d'un grande perspicacité a ce que j'ai vu. Mais je ne préfère pas en parler, et je n'aurais pas dû désolé....

Il prononça cela avec un peu de gêne dans la voix effectivement il se rappelait du procès qu'il avait du subir, après s'être attiré l’ire d'un comte, mais c'était une autre histoire, et il n'allait pas déblatérait sur sa vie cela n'était pas très poli.

Ensuite il rigola à la remarque de la commandant sur la cible que représente le capitaine, et il ne put s'empêcher de dire.

Au pire je me mettrais sur la trajectoire des flèches, ensuite vous ferez peut-être une statue de moi. En fait non je suis sûr qu'ils auront trop peur pour ne serait-ce que penser à vous visez. Jovialement toujours il reprit, après quelques instants. Moi aussi je vous suivrai jusqu'au bout de cette guerre, ensuite j'espère que nous pourrons discuter, et rire de tout cela au milieu d'un repas chaud, et d'une choppe de bière.

Ensuite ils parla de sa vie personnelle pour blaguer, et les deux allèrent dans ce sens, cela lui fit plaisir, mais il ne put que répondre.

Tant ce cas là nous sommes mal partit commandante, mais je note t'as proposition Matis. Même si je ne me fais pas faux espoir, qui sait? En tout cas je m'étonne que toi tu ne sois pas encore marié.

A la suite du discours de Matis, Alford ne put que acquiescer, et répondre calmement, et sérieusement.

Cela est dit, au moins la situation est claire. Vaincre, ou mourir, nous ne nous convertirons pas! En tout cas je fais le serment que je ferais tout pour que nous vainquions, et sortions vivants de cela tous les trois, surtout que c'est Matis qui paiera la tournée, et le repas j'espère...


Voix d'Alford

Comme avant de commander il faut apprendre à obéir. Avant de juger les autres, il faut savoir se juger soi-même, et se soumettre au jugement des autres.

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Ulodap7ed3f

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Merith11

Code couleur texte alf : 33CCFF

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Empty
MessageSujet: Re: Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Une réunion intéressante (pv Matis & Meyle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une organisation intéressante(Pv Zunder D taker)
» [UN ARTICLE DE PRESSE] Les univers parallèles, une théorie intéressante !
» Une jument plutôt intéressante...
» Une découverte bien intéressante (pv Merlin)
» Une technique intéressante, Poinglace [MC]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-