Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Empty
MessageSujet: Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Icon_minitimeVen 8 Nov 2013 - 20:19


Falkire Matis


« Je n’ai pas fait tout ce chemin pour vous abandonner ici, Alors on se bouge le cul et on s’en sort vivant ! »



©️ Liste des avatars disponible. Merci d'ailleurs
Identité

Spoiler:
 
  • Race : Humain

  • Nom : Falkire

  • Prénom : Matis

  • Surnom(s) : Mat

  • Titre : à acheter si vous le souhaitez

  • Date de naissance : 1723

  • Age réel : 30

  • Age vampirique : NA

  • Lieu de naissance : Elena La Robuste

  • Lieu de vie :

  • Rang social : Noble

  • Poste/emploi : Capitaine dans l'armée Impériale

  • Guilde : Aucune


Compétences

Spoiler:
 
  • Alignement : Bénéfique

  • Arme principale : L’épée familiale hérité de son père qui lui-même l’avait hérité de son père. Il s’agit d’une épée possédant une longue lame en acier sans la moindre beauté, les artisans de l’époque mettaient en avant la capacité à tuer plutôt que la beauté de leurs créations. Le pommeau de l’arme est fait de lanière de cuir et d’une garde où est gravé le nom de la famille, seule chose faisant de cette épée autre chose qu’un simple bout de métal.

    La seconde particularité de cette lame est qu’elle n’est pas symétrique, un côté de la lame est lisse et tranchant, tandis que le second est ciselé et déchirant. Cette partie, formée en véritable dent de scie, permet un style de combat très particulier où frapper d’estoc prend tout son sens.


  • Autres objets : Epée courte : Attachée horizontalement dans le bas du dos, elle est basique et principalement constituée d’un acier robuste et d’un pommeau fait de lanières de cuir

    Boulier : Un simple assemblage d’acier forgé dans le but de défendre et d’encaisser les coups. Une lanière en cuir à été rajoutée pour permettre à son porteur de le porter au dos. Matis n’est pas un grand partisan du combat épée-bouclier, mais l’utilité d’un tel style est plus que prouvé dans certaine condition.

    Armure d’officier de l’armée : L’armure de Matis est celle de l’ensemble des officiers de l’armée même si celui-ci y a apporté quelques petites modification au fil des combats. Celle-ci recouvre les bras, les mains ainsi que les jambes du jeune homme par de longue plaque d’acier. Son corps est couvert par une cotte de maille ajouté à l’armure de plaque. Cette dernière est recouverte d’un tabard d’un bleu azur où se trouvent les armoiries de sa famille. Des épaulières d’acier sont présentes et un faucon est gravé sur l’épaulière de droite pour finaliser le tout.

    Chevalière familiale : Une bague représentant un faucon prenant son envol.

    Collier porte « chance » : Il s’agit d’un collier acheté par ses deux petites sœurs dans le but de protéger le jeune homme de la malchance. Bien entendu il ne s’agit que de croyance et le jeune homme ne pense pas que le collier ait un quelconque pouvoir. Mais l’avoir sur lui permet de ne pas oublier pourquoi il se bat.


  • Caractéristiques : : ici informations pour remplir cette partie

      Physique :
    • Force physique : Très bon
    • Agilité : Moyen
    • Furtivité : Catastrophique
    • Réflexes : Bon
    • Endurance : Très bon
    • Résistance : Bon
    • Beauté : Moyen

      Mental :
    • Force mentale : Très bon
    • Patience/self contrôle : Très faible
    • Perception : Faible
    • Intelligence : Bon
    • Arrogance : Catastrophique
    • Gentillesse : Très bon
    • Prestance/charisme : Bon
    • Mémoire : Moyen

      Combat :
    • Epée : Très bon
    • Dague doubles ou simple : Très faible
    • Poignard : Très faible
    • Lance : Très faible
    • Armes contondantes (bâtons, masses, ...) : Moyen
    • Hache : Moyen
    • Faux : Aucun niveau
    • Fouet : Aucun niveau
    • Art du lancé (poignard, petite hache...) : Moyen
    • Art de la parade (bouclier ou arme) : Bon
    • Arc : Très faible
    • Arbalète : Aucun niveau
    • Mains nues/pugilat : Bon
    • Equitation : Bon

  • Totem : totem et niveau, cette partie sera remplie par le staff

  • Style de magie principal : Humaine

  • Puissance magique innée : Faible

  • Niveau magique :A ne pas confondre avec la puissance magique innée, il s'agit ici du niveau de magie que possédera votre personnage au moment où vous allez commencer à jouer. Ce niveau est bien sur étroitement lié à la puissance magique innée (si vous avez un faible niveau de naissance vous ne serez forcément jamais un très bon mage). Ne remplissez pas cette partie, cette décision revient au staff mais notez bien que vous pourrez faire évoluer ce niveau au fil du jeu.





Physique et caractère

Spoiler:
 
  • Physique : Matis, même s’il est un homme relativement grand, mesurant un peu plus d’un mètre quatre vingt pour quatre vingt kilo, garde une silhouette foncièrement commune. Ses cheveux, de couleur marron -châtaigne sont relativement longs et ne sont jamais coiffé. L’art de la coiffure n’étant pas quelque chose d’important pour lui, il ne prête que bien peu d’importance à cela. C’est donc son lit qui s’occupe de le coiffer chaque matin et durant chaque nuit.

    Son visage, où se trouve quelques cicatrices dues à des entrainements ou à la guerre, est celui d’un homme ayant vu et vécu des horreurs durant sa carrière. Il possède des yeux marron qui semblent inspirer la confiance aux soldats sous ses ordres mais ne sont pas très particulier ni d’une extravagante beauté. Une large barbe qu’il taille, étrangement, avec beaucoup d’application et de patience agrémente son visage martial. Mais, dans son ensemble, son visage est tout ce qu’il y a de plus banal, rien ne sortant de l’ordinaire, rien d’extravaguant.

    D’un physique somme toutes banales, il n’en reste pas moins musclé. Ses années d’entrainement et une constitution relativement robuste en font un véritable combattant. De ci de là on trouve des cicatrices qui, comme celles de son visage, son principalement dues à son métier qu’est la Guerre. L’un des rares traits qui le représente serrait son tatouage sur la main droite. Celui-ci, comme sa chevalière, représente un faucon. L’animal, qui tient entre ses griffes une longue épée, est le symbole même de sa famille et c’est pour cela qu’on le retrouver tatoué sur son corps.

    Ayant été « préparé » durant toute sa jeunesse pour rejoindre l’armée impériale, Matis possède une excellente forme physique. Les nombreuses randonnées et entrainement dans toutes les conditions possibles et par tous les temps on forgé son esprit et son physique. En le mettant régulièrement à l’épreuve, son père a fait en sorte que le jeune homme se fabrique des automatismes de défenses. Premièrement pour survivre, mais aussi pour montrer l’exemple aux autres soldats.


  • Caractère :
    Matis est d’un tempérament très peu patient pour plusieurs raisons. La première étant qu’il est extrêmement exige envers lui-même ou les hommes sous son commandement. De fait il supporte très mal d’attendre ou de faire attendre les gens, avec lui tout doit être fait dans les temps et rien d’autre. Cette patience, qui lui fait défaut, l’empêche parfois d’être crédible auprès de ses supérieurs ou officier du même rang, voire même avec sa propre famille. Néanmoins il reste assez ouvert d’esprit et écoute chaque proposition provenant de ses subalternes pour voir si cela pourrait servir l’Empire.

    S’il y a bien une chose que Matis tient à cœur c’est le bien être de ses hommes. Il veille à ce qu’ils ne manquent de rien, qu’ils s’entrainent assidument. Il ne connaît peut être pas les noms de tous, mais il prend comme un devoir de connaitre le nom de l’ensemble des officiers et sous-officier de sa compagnie. Cela lui prend un temps fou, mais son credo est de prouver à ses hommes qu’il est capable de les mener à la victoire, et pour cela il doit se montrer comme un père pour eux. Certains peuvent le prendre pour un fou, mais il pense foncièrement que cela aide ses hommes dans les heures les plus sombres.

    Son style de combat va de paire avec son manque flagrant de patience et de contrôle, et les cicatrices qui couvrent son corps le prouvent une fois de plus. Certains officiers commandent de loin, d’autre d’un peu plus près, d’autres encore courent sur la ligne de front pour donner leurs ordres. Matis, quant à lui, mène ses hommes au combat, il s’est débrouiller pour mettre en place une chaine de commandement compacte et efficace pour faire passer ses ordres d’un front à l’autre tout en restant face à l’ennemi. Mais, souvent, son aide de camp est obligé de le sortir du front pour commander d’une manière plus « globale ». Son intellect, affuté par les nombreux problèmes et exercices que lui imposait son père, lui permet d’étudier en détail une stratégie avant la bataille. Et c’est bien le seul moment où le jeune homme arrive à rester suffisamment calme et patient avant une bataille. Peut être que le fait de devoir mettre en place un plan pour perdre le moins d’homme possible prend le dessus sur son comportement.

    L’ensemble des combats qu’il a vécu et les nombreuses morts ont fini de forger l’esprit, déjà bien préparé, du jeune homme. Il fonctionne parfois comme une machine et n’abandonne le combat uniquement quant il n’y a plus le choix. En combattant quoi qu’il arrive, à faire ce qu’il faut pour ses hommes et pour atteindre ses objectifs, le jeune homme se veut une source de motivation pour ses soldats. Etre réputé ou être bien vu par ses supérieurs est loin d’être sa priorité, ce qui compte c’est d’être suivi par ses soldats. Car généralement on ne charge pas avec un général ou avec un commandant. Mais bien avec ses soldats. Les nombreux tués, que ce soit contre les vampires ou contre les envahisseurs, on souder les survivants et chacun compte désormais sur l’autre. Les promotions sont tombés rapidement car le manque d’effectif vétéran était largement visible, et même s’il ne souhaitait pas devenir capitaine, du moins pas de cette façon, il fera ce qu’il faut pour faire honneur à ses hommes.

    Dans la vie de tous les jours il est hyperactif, il n’arrive pas à rester quelque part à ne rien faire. Il n’arrive pas, ou très rarement, à se calmer et profiter d’un paysage. Il trouve toujours des excuses pour ne pas se reposer, prétextant d’étudier des plans ou des cartes. Mais, malgré tout cela, il n’est pas contre des discussions longues et enflammés sur des sujets variés et différent de l’armée. Néanmoins les derniers mois de guerre ont commencés à altérer le comportement du jeune homme. Là où Matis faisait valoir un humour léger et décalé, il met en avant un humour nettement plus noires et crues. Les nombreux cauchemars issus principalement de la bataille de Feusacré et de la traque des vampires finissent d’altérer ses nuits déjà courtes. Mais il est loin d’être le seul dans ce cas…

    Matis n’a pas de problème avec les gens dit de « classes inférieures », lui-même ne faisant partie que d’une famille noble de second rang a parfois subis les mots et les moqueries des familles nobles plus importantes. Quoi qu’il en soit et quelque soit les origines de chacun, une fois dans le feu de l’action, dans la boue et l’horreur des combats les hommes sont égaux. Son père lui a toujours apprit à apprécier les gens non pas pour leur statut social mais pour ce qu’ils sont véritablement. Et depuis il fonctionne ainsi, il n’est donc pas rare de le voir partager un verre avec des soldats de base. L’armée et la proximité avec la mort rapproche les gens parait il.

    Depuis le début des combats contre les envahisseurs et les défaites successives, il s’est encore plus rapproché de ses hommes. Beaucoup ont perdus la vie durant ces dernières semaines, et de nouvelles recrues ont prit leurs places. Parmi les braves qui ont données leurs vies, il y avait des amis, des frères d’armes, des gens qu’il avait connu dès son entrée dans l’armée. Aujourd’hui ils ne sont plus que des noms sur des feuillets venant agrandir jour après jour l’interminable liste des morts de l’Empire.

    Aujourd’hui, alors que l’Empire est envahit et qu’il vit ses heures les plus sombres, il a le devoir sacré de défendre sa famille, sa civilisation et faire en sorte que ses hommes s’en sortent en vie. Mais il sait que tous ces objectifs ne seront pas remplit, et le cela le remplit de haine et de tristesse.




Mes liens

Spoiler:
 
Famille Falkire :

Andrei Falkire (Père de Matis) : Andrei est un homme exigent, surtout avec son ainé. C’est lui qui a tout apprit à Matis et qui lui a offert son épée car il est devenu trop âgé pour combattre au nom de l’Empire. Matis et lui entretienne une relation très soudée qui s’est renforcée à la mort de la mère du jeune homme et ce malgré le fait qu’il se soit remarié.

Violette Falkire (Mère de Matis / Décédée) : La mère de Matis est morte de maladie durant la jeunesse du jeune homme. Malgré que sa mort ait attristé l’homme, il garde de sa mère de doux souvenirs. Ceux d’une mère aimante qui fut toujours là pour lui.

Julia Falkire (Belle Mère de Matis) : Julia est à peine plus âgée que Matis et à épousée son père au il y a quinze ans. Il ne sait pas trop quoi penser de cette femme qui tente de prendre la place de sa mère. Il ne la déteste pas, mais l’indifférence marque leur relation. Ce qui le dérange surtout c’est qu’elle soit entrée dans la vie de son père quelques mois à peine après la mort de sa mère.

Raphael Falkire (Frère de Matis / Disparu) : Cadet de sept ans de Matis, le jeune homme s’est lancé dans le commerce avant de disparaitre brutalement lors de l’invasion des Alayiens. Très proche de son frère cadet, il fait tout ce qu’il peut pour avoir des informations à son sujet mais ne doute pas qu’il soit tombé sous le contrôle des envahisseurs.

Yolande et Satie Falkire (Demi-sœurs de Matis et Sœurs jumelles) : Ces deux sœurs de quinze ans sont les enfants de son père et de sa belle mère. Mais contrairement à cette dernière, il éprouve plus d’amour à leur égard. Peut être est-ce due au fait de les avoir vu grandir. Quoi qu’il en soit il essaye d’être présent à chacun de leurs anniversaires, surtout depuis la disparition de son frère.

Autres :

Thomas Andersi (Lieutenant / Aide de camp) : Thomas et Matis se connaissent depuis leur enfance, leurs parents étant amis très rapidement les deux enfants se mirent à jouer ensemble. Au fil des années, et alors que les deux semblaient prendre la voie militaire, une amitié solide et durable s’installa entre les deux jeunes hommes. Aujourd’hui, Matis ne se déplace plus sans Thomas devenu son aide de camp et premier lieutenant.



Derrière l'écran

Spoiler:
 
  • Petite présentation : Yop à tous et à toutes votre (futur ?) serviteur va se présenter plus en détail. J’m’appelle Anthony, j’ai 22 ans et je suis de Toulon. Je suis un lecteur assidu de SF et de fantaisie et un amateur de série dans le même style. La musique est aussi une passion, mais n’arrivant pas à utiliser mes dix doigts correctement je me suis résous à l’écouter. (C’est déjà pas mal non ? :p)

    Sinon je suis un tout doux petit nounours et je ne mords pas, ou presque. Donc voila j’espère RP avec vous et contribuer à cet univers par ma modeste plus (ou plutôt clavier).

    Voila voila j'espère avoir tout bien respecté, pas déformé la réalité du forum et que je ne fais pas de bêtise dans mon histoire et tout ce qui va avec. Voili voulou.

  • Rythme rp : Connexion une fois par jour minimum et réponse sous deux jours après réponse. (Quatre au plus tard) Grossièrement je peux prétendre à trois – quatre réponses par semaine. En général j’aime bien répondre dès que c’est à moi, mais je n’en ai pas toujours le temps. Hélas.

  • Particularités rp : Rien de particulier, Je fais du RP depuis deux – trois ans, j’ai testé plusieurs univers et j’adore cela. Je fais tout ce que je peux pour m’améliorer jour après jour et j’espère produire une qualité qui n’altérera en rien celui du forum.

  • Comment avez vous découvert le forum : Google est mon ami ! Very Happy

  • Le code du règlement :








Matis vit le jour dans une petite famille de noble dans la grande ville d’Elena. Nommée la Robuste, cette ville fut le berceau de son enfance, et c’est là que son père lui apprit ce qu’appartenir à la noblesse voulait dire. Malgré tout ce qu’on pouvait croire, les nobles n’étaient pas tous des gens hautains qui n’aimaient qu’eux même. Son paternel et ses instructeurs apprirent à Matis à manier les armes dès qu’il eu dix ans. Epée en bois en main, ils commençaient déjà à faire son éducation. Mais il ne fut pas qu’entrainé à manier les armes, sa mère lui apprit à parler et à écrire comme quelqu’un de son rang. Son père l’emmenait dans les forêts et dans les terres bordant la ville pour l’endurcir et le former à sa future vie de soldat. Dès son plus jeune âge, son père le préparait à suivre ses pas car dans la famille, l’ainé donnait toujours sa vie pour l’Empire au travers de l’armée. Matis accepta sans broncher car c’était son devoir et celui de sa famille, et il ne couvrirait pas de honte sa famille. Son paternel le testait continuellement, tant physiquement que psychologiquement, sa mère n’aimait pas cela, mais elle comprenait.

Son enfance fut bercé par son amitié naissante avec Thomas, la naissance de son petit frère sur qui il veillait mais aussi la mort de sa mère et l’arrivé de sa belle mère.

A cette époque, il avait déjà quinze ans, sa mère venait de mourir de maladie et elle laissait derrière elle un grand vide qu’il aurait du mal à combler. Mais il ne se laissa pas abattre car elle n’aurait pas voulue le voir ainsi. Il se lança donc à corps perdu dans les entrainements et les formations pour intégrer l’armée impériale comme son père avant lui. Malgré le temps qu’il passait à s’entrainer et le fait qu’il n’appréciait pas sa belle mère, il voulait rester proche de son père. Celui-ci, père de deux nouvelles petites filles, lui montrait toujours son amour et le poussait à se surpasser. Mais ce qui était difficile pour le jeune garçon, c’était de montrer du respect pour une femme qui n’avait que quelques années de plus que lui. Elle était devenue sa belle mère, mais malgré tout cela elle ne représentait rien pour lui. Et aujourd’hui encore ce sentiment n’a que peu évolué.

Finalement il parvint à intégrer l’armée et à se lancer dans une carrière militaire. Il commença doucement en tant que sous-officier, ne tentant pas de mettre en avant ses origines, mais comptant uniquement sur ses capacités. De toute façon, sa famille étant si petite dans le vaste Empire, il n’aurait pu que très peu compter sur elle. Là il se lia d’amitié avec des soldats de tout rang et gravit peut à peu les échelons en finissant lieutenant après cinq longues années de service. Il n’y avait, en ce temps, pas grand-chose à craindre pour les vastes armées de l’Empire.

Mais tout changea dès l’année 1750.

Durant cette année les problèmes commencèrent. Des rumeurs faisaient états d’un retour des Dragons des légendes et la magie, qui faiblissait chaque jour un peu plus, retrouva une puissance perdue. Au fond de lui, et surtout après quelques petits soucis, Matis sentis la puissance en lui. Elle n’était pas énorme, mais elle était bien là, tapie en lui. Attendant son heure. Il ne comprenait pas tout cela mais tenta quand même d’appréhender puis de maitriser cette force qui sommeillait en lui. Mais comment un soldat, sans formation particulière, pouvait maitriser une chose pareille ? Ce fut extrêmement compliqué, mais des connaissances de son père, plus érudites, partagèrent leurs savoirs. Et aujourd’hui il possède une maitrise limité de ce qu’on appelle la magie. S’il souhaite améliorer sa maitrise il n’y aura pas trente six solutions. Il devra aller voir un véritable mage…

Mais avant qu’il n’ait le temps d’aller voir un expert magique pour apprendre, les mauvaises impressions qu’il avait se confirmèrent durant les mois qui suivirent. La guerre, dans sa brutalité la plus bestiale, reprit ses droits avec l’attaque d’un village côtier par les forces vampiriques. Cette année, 1751, fut l’une des plus dure qu’il eu jamais connue, et pourtant ce n’était qu’un avant goût de ce qui allait suivre. Le Seigneur Vampirique tenta d’assassiner un conseiller de l’Empire pour mettre à bas l’alliance entre Hommes et Elfes puis il lança ses troupes dans une guerre de terreur. Des villages entiers réduits en cendres, des centaines de personnes retrouvées mortes sans qu’on sache réellement ce qu’il s’était passé. L’horreur commençait à prendre vaguement forme.

Mais l’Empire ne se laissa pas faire si facilement.

L’armée, qui se lança à la poursuite des créatures de la nuit, avait du mal à protéger l’ensemble des terres de l’Empire. Cette organisation qui faisait la fierté de l’Empire était tournée en ridicule par une bande de suceur de sang mal luné, s’était du moins ce que pensait Matis. Les nuits étaient terribles et la peur se trouvait en chaque cœur, nul ne savait s’il passerait la nuit et s’il serait toujours en vie au matin. Dans cet état d’esprit la guerre et le sang furent présent en quantité, et malgré toutes les bonnes volontés, l’armée ne parvenait pas à forcer les vampires à une confrontation directe. Matis, quant à lui, faisait ce qu’il pouvait pour sauver ses hommes et sa propre vie, et à de nombreuses reprises il ne fut pas loin d’y rester. Cette année là lui offrit une expérience de la guerre qu’il ne souhaitait à personne de connaitre…

Mais l’horreur prit clairement son visage lors de la bataille de feusacré en 1752. L’armée impériale s’y massa et affronta les vampires. Vampires qui, pour une fois, ne s’enfuient pas à la vue de l’armée de l’Empire. Matis s’y trouvait, comme de nombreux autres soldats, mais il aurait souhaité se trouver ailleurs. Soldat anonyme dans cette vaste confrontation qui prit rapidement des allures dantesque avec les dragons et toute la magie qui en découlait.

Il ne sut pas combien de temps la bataille dura, mais les centaines de morts qui en résulta prouvèrent à eux seuls de la violence des combats. Les vampires étaient de dangereux combattants , et ne parlons pas de leur magie. Les dragons, qui malgré leur faible taille et leurs cavaliers s’affrontaient dans un balais aussi beau que mortel, et leurs puissances faisaient de Matis et des autres rien de plus qu’un amas d’insecte. Bon il est vrai qu'ils n'étaient que de petite taille mais tout même. Voler sur une créature avec de si grosses dents semblait vraiment dangereux... Surtout que ces créatures savaient pertinemment s'en servir de leurs dents.

Ce jour là l’homme vit de nombreux amis mourir dans des formes abjectes et incroyables. Mais tous ces morts n’entrainèrent qu’une chose : le repli de l’armée. Une bonne partie de cette armée avait été massée dans ce village pour combattre les créatures de la nuit. On leurs avait parlé de courage, de rage et tout autre chose susceptible de les rendre plus confiant et volontaire. Et tout ça pour quoi ? Pour finalement se replier en quatrième vitesse. Pendant un temps il fut habité par la colère à cause de cette bataille dont les origines et les raisons lui échappaient. Il n’avait pas toutes les cartes en main et n’avait pas de vision d’ensemble de la guerre. Pour lui on avait simplement envoyé à la mort des centaines de soldat dans le but d’obtenir quelque chose ou de défaire l’armée adverse. Mais rien de tout cela n’avait été réalisé d’après ce qu’il avait vu. Et ce n’est qu’à cause de son Capitaine qu’il ne se rebella ouvertement pour obtenir des réponses. « Les ordres étaient les ordres, l’empereur nous envois remplir des missions dont nous ne sommes pas au courant. Et nous n’avons pas besoin de tout savoir pour faire notre boulot. Et si notre boulot et de mourir pour défendre l’Empire alors qu’il en soit ainsi. » Voila ce qu’il lui dit. Après tout il devait se considérer chanceux d’avoir survécu à pareille bataille…

Il ne fut pas non plus mis au courant de toutes les actions qui découlèrent directement ou indirectement de cette bataille, mais des rumeurs circulaient. Pendant ce temps, et alors que les gouvernants et les Héros menaient leurs quêtes, lui retrouvait le front pour continuer à combattre les vampires et protéger la population.

C’est à peut près à ce moment là que les cauchemars commencèrent. Il se revoyait sur le champ de bataille, à tuer ennemi après ennemi mais ne pouvant rien faire pour sauver sa patrie. Chaque nuit ce spectacle recommençait encore et encore, sous des formes différentes, mais sans jamais changer de sens. C’est aussi à ce moment là que son père lui offrit sa lame, l’épée de la famille. Il ne l’avait qu’aperçue dans la maison sans jamais avoir l’autorisation de la toucher. Visiblement son père avait été fier, et heureux, de ses capacités de survivants et de soldat car il ne voyait aucune autre raison poussant son paternel à se séparer de sa lame.

Mais en cette 1753e année, une nouvelle menace fit son apparition sur le continent. Une de plus, comme si les vampires ne suffisaient pas… Et de la plus violente des façons qu’il soit possible d’imaginer. Cette nouvelle menace prit la forme d’une invasion dictée par le fanatisme religieux et une fois de plus l’Empire y envoya son armée. Hélas, contrairement à la guerre contre les vampires où l’armée arrivait à tenir bon, elle fut littéralement anéantie. Le groupe de Matis avait été envoyé avec tant d’autre combattre cette nouvelle invasion, mais ils ne purent rien faire à part compter les morts dans leurs rangs et le nombre de ville qui se rendait ou qui était rasée.

Défaites après déroutes, retraites après replis, nul n’arrivait à contenir le fanatisme des nouveaux arrivants vénérant le Néant. Ces gens ne faisaient que peu de prisonnier et uniquement humain, ils massacraient elfes et vampires sans distinction. Si l’on résistait ils se montraient sans pitié et brulaient des villes entières. Les combats faisaient rage, et Matis faisait ce qu’il pouvait pour contenir cette menace, mais lors d’une escarmouche tout tourna au drame.

Son groupe fut prit en tenaille par l’envahisseur, et tandis que son capitaine faisait ce qu’il pouvait pour permettre à ses hommes de se replier une nouvelle fois il fut tué. Un bon nombre de vaillant soldat le suivit dans la tombe ainsi qu’une bonne partie des officiers du corps. Assez rapidement il entendit sonner la retraite et dû utiliser le sacrifice de certain pour permettre au plus grand nombre de rester en vie. Ce fut la rage au cœur que ce qu’il restait de son groupe dû se retirer une nouvelle fois du combat. Et durant ce nouveau repli, nombreux furent ceux à se demander ce qu’ils pouvaient encore faire. Matis essaya de les remotiver, mais même lui n’y croyait plus vraiment. Néanmoins il parvint à se ressaisir quand il pensa à la vie de tous ces soldats qui étaient encore sous ses ordres.

Plusieurs jours après, et alors qu’il se trouvait à Gloria, il apprit qu’il venait d’être promut Capitaine. Mais qu’est ce que ce grade lui apportait ? Des honneurs ? De la gloire ? Une augmentation ? Il n’en avait que faire… Sa famille était loin et bloquée en pleine ville d’Elena. Son frère avait disparu et était peut être mort. Une grande partie de son groupe avait été tué par l’envahisseur. Néanmoins il comprit qu’il devait se calmer, il avait maintenant la vie de nombreux soldats entre ses mains et une volonté de fer pour sauver l’Empire. Sans attendre il demanda des renforts de conscrit pour reformer son groupe et se mit à attendre les ordres de son commandant ou d’un de ses supérieurs, direct ou non.

Alors que la guerre fait rage dans tout le continent il apprit qu’une tentative de trêve allait peut être trouvée entre les trois races pour défaire les envahisseurs. Il ne savait pas trop quoi attendre de cela, mais il restait à l’affut de nouveaux ordres. « Les ordres sont les ordres, et nous devons tout faire pour mener à bien nos objectifs et protéger l’Empire. » Voila ce qu’aurait dit son Capitaine, et voila ce qu’il pensait au fond de lui.


Dernière édition par Matis Falkire le Ven 8 Nov 2013 - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Icon_minitimeVen 8 Nov 2013 - 21:04

Bienvenu à toi Matis ^^ J’espère que tu trouveras de quoi t’amuser en notre compagnie !
Je serais ton interlocuteur pour la correction de ta fiche, dont voici l’analyse ^^

Info personnelles : ok
Alignement : ok
Arme : ok, tu as le droit à un enchantement si tu le désirs, ou tu pourras la faire enchanter en jeu par une quête
Objets secondaires : ok

Niveau magique : je prends en compte ton choix et t’accorde d’ors et déjà le niveau faible ^^
Physique : ok, aucun soucis
Caractère : ok, idem
Liens : ok

Code : ok !

Histoire : Quelques menus détails. D’abord la répétition du mot ‘ démoniaque ‘ c’est surtout une métaphore je m’en doute bien, mais puisque les démons n’existent pas en Armanda, pourrais-tu trouver un autre terme ?

Autre détail, durant la bataille de Feusacré les dragons étaient des dragonnets, donc leurs dragonniers ne les montaient pas. Peu d’entre-deux ont véritablement combattu. Parmi ceux-là tu trouves le général humain, Amyelenor, ainsi que moi-même. Roëric et Elrond eux ont surtout essayés de s’extraire de la bataille.

Voilà ce n’est pas grand-chose. Très jolie fiche, très agréable à lire je trouve, un plaisir. Merci beaucoup ^^
Je te laisse éditer et je te validerais
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Icon_minitimeVen 8 Nov 2013 - 21:40

Voila qui devrait être mieux je pense. Quelques petits ajustements de vocabulaire et tout ce qui va avec. Pour l'enchantement je trouve plus drôle de le faire par quête (après je suis un peu maso donc bon...)

Sinon merci pour ton compliment. Tant que je ne te fais pas saigner les yeux, ni à toi ni à ceux qui la liront. :p

S'il y a quoi que ce soit je me ferais un plaisir de résoudre le ou les problèmes rencontrés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Icon_minitimeVen 8 Nov 2013 - 22:16

dragon

Sois la bienvenue sur ses terres, fils d'Armanda
Tu es né(e) avec une puissance magique innée de Faible et ton entraînement dans le domaine magique t'a permis d'atteindre un niveau Faible Tu as d'ailleurs été choisi(e) par le totem Chien dont tu as atteint le niveau /.

Tes compétences ont été validées, tu pourras les faire évoluer tout au long de ton aventure. Tu as aussi un profil déjà bénéfique, neutre ou mauvais matérialisé par ton alignement de 550/1000.

Pour tenir l'état de tes aventures à jour, tu possèdes une fiche de suivi de personnage qui se trouve en ce lieu. Tu peux y ajouter tes liens, ton inventaire, ton histoire personnelle et ce que tu souhaiteras. Tu peux aussi adresser tes questions ici.

image
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Matis Falkire (Humain / Fini) VALIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Josh M. Neuer • Fini [VALIDE]
» Database : Humain
» T'as fini de me laisser sans nouvelles !
» Sa première souris et sa première cérémonie du partage [Libre] (FINI)
» [FB1622]Dans les rouages de l'homme poisson [FINI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Présentations de vos personnages :: Fiches validées-