Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Morgane Kohan [Humain] Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Morgane Kohan [Humain] Terminé Empty
MessageSujet: Morgane Kohan [Humain] Terminé Morgane Kohan [Humain] Terminé Icon_minitimeMar 8 Oct 2013 - 13:20


Kohan Morgane


Où peut-on être mieux qu’au sein de sa famille ?



© Merithyn
Identité

Spoiler:
 
  • Race : Humain

  • Nom : Kohan

  • Prénom : Morgane

  • Surnom(s) : Aucun

  • Titre : à acheter si vous le souhaitez

  • Date de naissance : 1719

  • Age réel : 34

  • Age vampirique : Non concerné

  • Lieu de naissance : Elena

  • Lieu de vie : Elena ou Gloria

  • Rang social : Noble

  • Poste/emploi : Princesse

  • Guilde : Aucune


Compétences

Spoiler:
 
  • Alignement : Très bénéfique

  • Arme principale : Aucune, elle n'a jamais manié une seule arme de toute sa vie

  • Autres objets : Anneau de lumière de Lianta'Ar ~
    Petit anneau d'or sur lequel est sertie un diamant en forme d'étoile. Son père lui a offert lorsqu'elle était jeune et de tout ce qu'elle peut posséder, elle y tient plus qu'à tout le reste. C'est un anneau de lumière semblable à tout les autres, mais béni par le pouvoir d'un Baptistrel des étoiles, son pouvoir est bien plus vif que celui des autres et peut éclairer comme une étoile même dans la nuit la plus sombre. Elle s'en servait souvent pour s'endormir et combattre sa peur du noir, et la prête à ses enfants à présent au même usage. C'est d'ailleurs les seuls instant où elle l'enlève. Même son alliance quitte plus souvent son doigt que cet anneau.


  • Caractéristiques : : ici informations pour remplir cette partie

      Physique :
    • Force physique : Très faible
    • Agilité : Moyen
    • Réflexes : Bon
    • Endurance : Bon
    • Résistance : Moyen
    • Beauté : Maître

      Mental :
    • Force mentale : Très bon
    • Patience/self contrôle : Maître
    • Intelligence : Bon
    • Arrogance : Très faible
    • Gentillesse : Maître
    • Prestance/charisme : Bon
    • Mémoire : Moyen

      Combat :
    • Epée : Aucun niveau
    • Dague doubles ou simple : Aucun niveau
    • Poignard : Aucun niveau
    • Lance : Aucun niveau
    • Bâton : Aucun niveau
    • Hache : Aucun niveau
    • Faux : Aucun niveau
    • Art du lancé (poignard, petite hache...) : Aucun niveau
    • Art de la parade (bouclier ou arme) : Aucun niveau
    • Arc : Aucun niveau
    • Arbalète : Aucun niveau
    • Mains nues/pugilat : Aucun niveau
    • Equitation : Très bon

  • Totem : totem et niveau, cette partie sera remplie par le staff

  • Style de magie principal : Humaine

  • Puissance magique innée : Correct

  • Niveau magique :A ne pas confondre avec la puissance magique innée, il s'agit ici du niveau de magie que possédera votre personnage au moment où vous allez commencer à jouer. Ce niveau est bien sur étroitement lié à la puissance magique innée (si vous avez un faible niveau de naissance vous ne serez forcément jamais un très bon mage). Ne remplissez pas cette partie, cette décision revient au staff mais notez bien que vous pourrez faire évoluer ce niveau au fil du jeu.





Physique et caractère

Spoiler:
 
  • Physique :Belle était un terme qui, dans la famille, était souvent accordé à sa cousine, Esmelda. Magnifique, merveilleuse, ou tout simplement elfique, étaient les mots qui s’échappaient des lippes de tous les hommes qui entrevoyaient sa belle-cousine Valentine. Quant à elle, on la qualifiait bien davantage de jolie, ou d’adorable… termes moindres très certainement mais qui lui faisait toujours plaisir et paraient ses joues pâles et douce d’une délicate teinte d’un rouge gêné. Elle ne s’est jamais trouvé particulièrement jolie, et ne prend soin de se vêtir en princesse qu’en présence de la cour. Oh ! Bien sûr qu’elle apprécie les belles robes et les bijoux, elle doit avouer être une femme tout ce qu’il y a de plus archétypal sur ce point, les perles en particulier sont son péché mignon. Des perles grises des mers du nord, comme les nordiques en vendaient souvent aux caravanes d’Elena faisant le voyage jusqu’en ces terres reculées… eux n’en avaient rien à faire, de ces richesses, mais elle ? Elle les adorait, les trouvant magnifique et s’amusant de les regarder scintiller dans leurs broderies compliquées. Ce n’était cependant pas du tout pratique lorsqu’elle désirait monter à cheval ou s’occuper de son jardin personnel, ce petit coin de paix que lui avait fait construire son père quand elle était plus jeune. Il lui fallait alors des tenues plus humbles et presque trop modestes qui lui attiraient des plaisanteries de la part de ses frères qui faisaient souvent semblant de la confondre avec une servante lorsqu’elle rentrait de ses excursion couverte de terre, des herbes dans les cheveux. Elle s’en amuse cependant plus qu’elle ne se vexe, et ne change pas ses habitudes pour autant. Après tout si elle s’en satisfaisait c’était le plus important non ? Et ce n’était guère qu’un détail sans importance, qui n’incluait en rien ce que la nature lui avait offert.

    Non, Morgane ne s’estimait pas particulièrement jolie, bien qu’elle aima le compliment, trop beau pour elle cela allait sans dire. Malgré ses atouts elle n’était guère fière d’elle-même, et se montrait très peu encline à concourir auprès des autres dames d’Elena quand bien même elle les dépassait souvent en prestance. Car après tout, elle avait grandement hérité de sa famille. Impériale Kohan, elle en avait le maintien irréprochable, dos droit et épaules en arrière, marchant à petits pas délicats et précautionneux, en particulier vêtues des lourdes robes de bals et d’apparat. Gracieuse colombe, elle virevoltait, même dans cette stricte éthique, avec une énergie et une joie de vivre singulières et contagieuses, allant et venant tant dans le palais qu’au dehors sans jamais montrer un quelconque signe de fatigue et ce y compris quand elle l’est effectivement. Tous ses gestes doux et aimants, dosé comme sa mère le lui avait enseigné, se dissipaient cependant, lorsqu’elle était trop enthousiaste, sous une envolée joyeuse et désordonnée. De même que sa voix agréable et chantante s’envole en trilles allègres dès qu’elle s’emporte sur un sujet lui tenant à cœur, et qu’elle gratifie sa victime d’une sourire à faire fondre le plus glacé des cœurs, toujours sincère, parfois timide, parfois malicieux, et parfois simplement plein de joie de vivre, comme son regard bleu très clair souvent pétillant, une lueur d’intelligence à la fois douce et friponne. Sous le soleil, ses prunelles prennent des teintes légères d’anthracite, un brin plus sombre, alors qu’elles paraissent tel un ciel azuré dans la demi-obscurité. Loin d’être fermés, les orbes de la demoiselle sont franches, et agréables bien qu’elle n’est pas, et de loin, le regard magnétique d’une Valentine. Elle couve souvent son entourage d’un coup d’œil affectueux et légèrement inquiet, toujours à l’écoute des autres…

    Des coups d’œil qu’elle n’hésite pas à cacher derrière les longues mèches de ses cheveux. Une chevelure qui constitue sa plus grande fierté, en comparaison des autres dames. D’un blond argenté extrêmement clair, ses boucles opulentes scintillent admirablement dans la lumière, l’entourant d’un voile doux. Opulente, elle l’attache souvent en de nombreuses tresses afin de ne pas être gênée, et l’entretient avec plaisir, se faisant une joie de les brosser avec ardeur et attention. Elle n’hésite que rarement à les parer, lorsqu’elle prend place à la cour, mais apprécie également de les laisser couvrir sa nuque et sa gorge gracile à la peau délicate au possible, comme une fine tenture de la meilleure soie. Un inconvénient autant qu’un critère de beauté, car elle marque très facilement, lui laissant au moindre cognement des bleus plus que criants. Une pâleur et une délicatesse qui accentuent encore son apparence de phalène éphémère, tout comme sa petite taille, héritée de sa mère, et qui l’oblige bien souvent à lever le nez pour s’adresser à ses interlocuteurs. Elle ne fait qu’un mètre cinquante-cinq, mais bien loin d’en faire un sujet de dérision, elle en profite d’autant plus pour croquer la vie à pleines dents…

  • Caractère :Ce qu’elle ne possède pas en apparence, Morgane le compense en esprit et en cœur. Un cœur qu’elle a énorme, énorme et ouvert. Icône de douceur et de prévenance, elle s’inquiète aisément pour tout un chacun, non seulement les personnes qu’elle apprécie, mais également les illustres inconnu qu’elle n’a même jamais vu. Soucieuse du bien-être de chacun bien avant le sien, elle se montre à la fois altruiste et serviable, donnant de sa personne pour que tout le monde y trouve son compte. Sa famille est son joyau le plus précieux, et même si elle n’aime guère son mari, elle adore véritablement ses enfants, ses petits trésors qui ne manquent pas de la faire jouer de patience et d’endurance pour les tenir mais qu’elle n’échangerait pour rien au monde. Les deux garçons, mais également son père et ses trois frères, qui partageaient le même esprit taquin… Pour eux, elle était prête à toutes les folies, les aimant de tout son cœur et même au-delà. Pourtant, ils n’étaient pas les seuls qu’elle aimait beaucoup. En fait il aurait été bien plus simple de demander qui elle n’aimait pas, la liste étant beaucoup moins longue. Tous ceux qui n’étaient pas classé dans cette catégorie étaient forcément dans la première ou presque. Gentille, elle l’est assurément, souvent trop pour son propre bien, elle a parfois du mal à voir la méchanceté et le mal autour d’elle… peut-être également parce que son entourage la cajole et la chouchoute outrageusement (si l’on omet une fois de plus son mari). On ne récolte que ce que l’on sème, dit-on, aussi ne sème-t-elle que la joie de vivre sur son passage. Il n’y a donc pas à douter de l’aura de bonheur qu’elle traîne habituellement après elle comme la queue d’une comète…

    Affectueuse, elle se montre parfois aussi tendre avec ses serviteurs qu’avec sa famille, n’hésitant pas à se lier d’amitié avec des individus n’atteignant pas son rang, telle que la lame noire Swetsein ou encore les nourrices de ses fils, et les jardiniers d’Elena avec qui elle passait beaucoup de temps lorsqu’elle était plus jeune. Patiente et respectueuse, optimiste, elle est toujours prompte à voir les choses du bon côté et à surestimer nombre de personnes, à ses dépens évidements… Cela ne l’empêche pourtant pas de garder pour elle ce qu’elle pense, ne plaçant jamais un mot plus haut que l’autre et se préservant de la médisance quand bien même elle aurait parfois beaucoup à dire. Cependant ce n’est pas parce qu’elle se montre inoffensive et sensible au possible qu’elle ne peut pas se faire entendre lorsqu’il le faut et si elle reste calme, elle n’hésite toutefois pas à s’imposer quand on tente de casser du sucre sur le dos des siens. Voilà bien quelque chose qu’elle n’apprécie pas, la médisance et l’hypocrisie… ce n’était vraiment pas digne, et vraiment pas nécessaire. Quitte à avoir des critiques autant les faire en face, franchement, c’était bien plus constructif. Elle se montrait elle-même franche et droite, et si elle taisait volontairement les actes de Logan, elle ne mentait pas non plus à son sujet, par choix mais aussi pour que cela n’entache pas la lignée des Kohans…

    Elevée avec les valeurs de la famille impériale et tenant son rang avec brio malgré son caractère tendre et rêveur, elle faisait toujours passé l’image de sa famille et de son couple d’abord, pour éviter de nombreuses complications dont la réaction sans aucun doute violente qu’aurait Darius et ses frères. Plutôt que de se lamenter nuit et jour sur ses malheurs, elle fait contre mauvaise fortune bon cœur en croquant la vie à pleines dents, appréciant tous ces petits plaisirs sans restrictions, et se permettant de profiter de ce que la vie lui avait offert. Ainsi elle s’adonnait quotidiennement à sa passion des plantes, de l’herboristerie et de la préparation de remèdes divers… Ce n’était pas une activité commune pour une princesse, certes, mais c’était là son plus grand centre d’intérêt. Les secrets des plantes la font rêver depuis longtemps, et elle trouve dans ses jardins une petite liberté lui permettant de fuir l’enfermement parfois pesant que lui impose son rat d’époux contre son grès. Femme d’extérieur, de grand air et d’activité, elle aime se dépenser, monter à cheval, et parcourir les jardins florissants de la cité ainsi que ses champs… étudiant avec constance et attention, elle n’hésite pas à discuter d’égal à égal avec les herboristes et les mages, notamment lorsqu’elle voyage avec sa famille jusqu’à Gloria ou Aldaria, campant même parfois dans les boutiques de potion jusqu’à en inquiéter les lames noires chargées de sa sécurité. Chose qu’elle se reproche hautement en vérité car elle ne voudrait pour rien au monde causer de soucis à qui que ce soit et surtout pas ces braves soldats. Elle n’y peut rien, cependant, car elle est d’un naturel extrêmement bavard, et même lorsqu’elle tente de se juguler, elle finit inévitablement par babiller joyeusement dans les premières oreilles assez prévenantes pour l’écouter. Parler de tout et de rien est presque un tic chez cette femme énergique comme un rayon de soleil, tic qu’elle a toujours apprit à contrôler, parfois avec brio et parfois de façon catastrophique…

    Très pacifiste et craignant la violence plus que tout, du moins la violence physique, elle se peine de voir des afflictions et des inimités autours d’elle, en souffrant souvent, c’est pourquoi elle se fait volontiers voix de conciliation lorsqu’elle le peut, ayant développé un don pour les mots si non pour quoi que ce soit d’autre. Elle n’en est pas plus une politicienne, n’aimant pas ces jeux de cours et en étant relativement loin puisque femme et non héritière.




Mes liens

Spoiler:
 
Darius Kohan – Son père, qu’elle aime de tout son cœur et avec lequel elle est très complice. Ils passent beaucoup de temps ensemble car même si elle n’est pas un homme et héritier, elle prend de son temps pour l’accompagner dans ses tâches de ducs, l’observant et apprenant près de lui. Elle adore sa façon de plaisanter, et son coté protecteur. Elle adore aussi le chouchouter.

Logan Kohan – Son mari et ses sept plaies. Ils ne sont vraiment pas assortit et son comportement en privé lui a attiré l’inimité de Morgane, chose rare. Elle lui est loyale et ne le trompe pas, ne dit pas de mal de lui et s’efforce d’être une bonne épouse. Elle n’hésite cependant pas à jouer de son hydrophobie lorsqu’il le faut.

Hakon et Valen – Ses fils, ses trésors adorés. Elles les couvrent d’attention et en prend grand soin, y tenant comme à la prunelle de ses yeux. Elle passe autant de temps que possible avec eux et les regarde grandir avec tendresse. Elle pourrait tout sacrifier pour eux, y compris sa propre vie, et espère les voir devenir de beaux jeunes hommes et des ducs justes comme son père.

Les triplets ( Alderick, Ferwyn, Thero ) – Ses frères. Ils tiennent rarement en place, ils ont un humour ressemblant souvent à celui de leur père, ils sont fiers comme des coqs. Mais malgré tout, ils ont un bon fond et elle les aime beaucoup. Ensemble, ils partent souvent battre la campagne environnante, permettant à Morgane de savourer la cueillette de ses plantes en paix.

Gregorist Kohan – L’empereur. Il l’intimide grandement, elle se comporte comme il faut en sa présence mais ne cherche pas trop à l’approcher, le poids de la couronne sans doute.

Esmelda Kohan – Sa cousine, et sa plus proche confidente. Elles entretiennent une confiance absolue l’une en l’autre et passe beaucoup de temps ensemble. Morgane lui a même avoué la vérité au sujet de Logan, en la suppliant de n’en parler à personne. Elle admire beaucoup Esmelda, et la traite comme une sœur.

Korentin Kohan – Son cousin et Duc d’Aldaria, elle s’amusait de ses frasques lorsqu’ils étaient plus jeunes et elle garde toujours beaucoup d’affection pour lui-même si ils se voient un peu moins souvent. Elle adore passer du temps avec lui, le trouvant charmant.

Valentine Kohan – La femme de Korentin et une presque idole pour Morgane. Elle est belle, magnifique même, impériale et charismatique. Elle adorerait être comme elle et pouvoir en imposer autant, mais ne l’approche pas trop car très timide.

Fabius Kohan – Elle s’en méfie suite à ce que lui en a dit Esmelda mais le connaît un peu moins que les autres.

Aaron Dessay – Le commandant des lames noirs, un homme de confiance qu’elle apprécie mais à qui elle n’a jamais vraiment eut l’occasion de trop parler.

Hanz Swetsein – Lame noire détaché à sa sécurité plus d’une fois et qui l’a protégée à de nombreuses reprises. Elle le considère comme un ami et a une totale confiance en lui, c’est son préféré de toute la guilde. Elle se sent bien mieux en sa présence, notamment en rapport avec Logan dont il connait les travers.

Emeril Celeas - Son premier amour dont elle est encore éperdue à l'heure actuelle. Elle sait qu'il est probablement marié et qu'il protège l'Empereur, et n'ose pas lui parler



Derrière l'écran

Spoiler:
 
  • Petite présentation : Cf Fiche de Meri & Co'

  • Rythme rp : Bien comprit, suivit depuis longtemps

  • Particularités rp : Je suis un tordu sadique et masochiste, ça ne change toujours pas.

  • Comment avez vous découvert le forum : Moi et moi-même me l'avons montré

  • Le code du règlement :










CHAPITRE I : Le pouvoir ne se donne pas...

Elle riait. Petite fille aux boucles déjà grises qui courait comme une folle sous la pluie diluvienne, dans l’immense jardin du palais d’Elena, trempée jusqu’aux os mais bien trop émerveillée pour y prêter attention, trop prit dans son rêve pour noter le froid qui sans nul doute pourrait lui valoir un séjour prolongé au lit. Elle n’entendait qu’à peine les protestations de sa nourrice paniquée qui lui courrait après en lui demandant de cesser et de se comporter correctement. Le bruit de l’eau coulant sur les toits, sur les plantes, et tout autour d’elle noyait les paroles de la femme inquiète dans une joyeuse mélopée entrainante qui faisait briller ses yeux, sourire ses lèvres, et rire son cœur… Elle riait aux éclats, pieds nus dans l’herbe tendre, dans la terre meuble, ses vêtements trempés alors qu’elle courrait un peu partout, saluant l’arrivée de l’automne. Le ciel était gris et sombre, aussi gris que sa chevelure étrange, et la pluie caressait son visage encore poupin alors qu’elle ouvrait de grands yeux sur le magnifique paysage qui s’offrait à elle. La jeune princesse prenait un malin plaisir à faire courir sa nourrice, malicieuse petite chose qui se dissimulait dans les fougères et grimpait maladroitement sur les murets pour pouvoir continuer de profiter de la pluie en paix… mais plus que tout c’était ce contact avec la nature qu’elle adorait. Cela lui mettait un réel baume au cœur, en particulier lorsqu’elle était triste et que sa mère absente ne pouvait la consoler. Une fois de plus, elle s’était éclipsée dans le jardin pour s’y ébattre en paix et l’arrivée de la pluie avait été un cadeau pour elle… Elle aimait la pluie, aussi froide soit-elle et en particulier à cette période de l’année. C’était une pluie pure et fraîche, qui venait des montagnes et de l’océan, une pluie qui la faisait rêver, lui rappelant les contes de sa mère et de ses servantes…

Accroupie derrière un arbre, rejetant en arrière les boucles de ses cheveux, elle jeta un coup d’œil polisson par le coté du tronc puis s’adossa à l’ancêtre végétal et se mit à regarder la ramure magnifique qu’il présentait, haute et élancée, le dôme de feuilles d’un vert roux tirant vers le rouge, annonciateur d’automne. Des glands tombaient parfois ça et là, et elle gloussa en en sentant un frapper son crâne, le massant quelque peu avant de se mettre dans l’idée de se faire une collection. Prenant sa robe en tenture, elle fourra de ses petites mains les glands qu’elle trouvait pour les garder, remplissant bientôt le tissu sans mal et, tout à son jeu, elle ne remarqua même pas qu’elle sortait de l’abri du grand arbre et retournait en pleine lumière, là où tous pouvaient la voir et l’approcher. Son regard d’un bleu tendre azuré posé sur le sol, elle dévorait les glands des yeux, prise dans sa joie de la cueillette. Ce ne fut qu’en entendant une voix la héler, lançant son prénom d’une voix grondante et profonde, qu’elle daigna enfin lever le nez. Ce n’était pas la voix de sa nourrice, haut perchée, qu’elle aurait prit plaisir à faire courir de nouveau pour peu qu’elle n’ai pas abandonné l’idée de la faire rentrer, ce n’était pas un garder non plus car les lames noires n’appelaient jamais les siens par leurs prénoms… Non, c’était son père, que l’on avait apparemment prévenu de ses agissements. Et ce fut un sourire encore plus éclatant qu’elle lui offrit, toute heureuse de le voir là et pensant qu’il allait jouer avec elle. Elle s’approcha de ses petites jambes et lui présenta sa toute nouvelle collection, non sans une grande fierté…

Ah ! Elle devait avoir l’air belle la princesse ! Trempée jusqu’aux os, salie de terre et de feuillages, la robe pleine de glands… Mais son père, sous le regard brillant qu’elle lui lançait, finit par sourire et la prit dans ses bras pour la retourner à l’intérieur. Et cette fois elle resta bien sagement là où il faisait bon vivre…

CHAPITRE II : Il se mérite.

Un coup discret frappé à la porte du bureau, un coup délicat avant que le grincement n’indique qu’elle entrait sans attendre de réponse. C’était davantage la politesse qu’autre chose qui la faisait agir ainsi, mais avec son propre père, elle finissait toujours par en revenir aux bonnes vieilles habitudes. Passant le nez au travers de l’entrebâillement, elle jeta un coup d’œil curieux et sourit en voyant la mine de son père. Elle entra finalement dans un tourbillon de robe et referma avec application la porte derrière elle, en lui décochant un sourire à faire fondre les glaciers. Elle avait bien grandit, la princesse d’Elena, depuis ses premières frasques. Jeune femme de seize ans, elle restait petite pour son âge, et d’une délicatesse qui semblait inquiéter son père et sa mère, ainsi que les guérisseurs qui préconisaient de la garder à l’intérieur sans même savoir qu’il n’existait pas un seul être capable de l’y obliger dans toute la ville… pas même son père qu’elle aimait tendrement. Elle était tout simplement incapable de rester enfermer plus d’une journée à l’intérieur, finissant invariablement par déprimer si elle ne pouvait s’occuper de ‘ son ‘ jardin… à savoir, le jardin du palais, qu’elle avait fait sien si tôt qu’elle était assez grande pour tenir une pelle et un couteau à couper les feuilles.. Et puis, personne ne pouvait réellement dire non quand elle se mettait en tête de les gagner à sa cause… un seul de ses sourires suffisait et elle le savait, chipie qu’elle était encore. Sa peau, très pâle malgré le soleil, avait un lustre argenté dans la demi-luminosité de l’intérieur du palais, et sa longue chevelure tressée pour l’occasion était d’un blond argenté singulier, qui renforçait encore son air éthéré de douce phalène. Entre ses mains trônait un plateau contenant une collation qu’elle avait préparé elle-même, pour l’apporter au duc qui s’était, depuis quelques jours, enfermé dans son bureau pour y préparer il ne savait quoi avec plusieurs représentants des familles de la cité et même parfois d’ailleurs.

Il y en avait pour tous les goûts. Des barons, des seigneurs, des chevaliers… elle avait même eut la chance de voir un fils des glaces du nord, un homme de haute taille, presque un géant comparé à elle qui était si ridiculement faible et délicate. Emeril, qu’il s’appelait, un bel homme, homme fait, déjà, bien qu’encore jeune selon tous les critères. Il lui ressemblait quelque peu, étrangement, avec ses cheveux blonds argentés et sa peau pâle… c’était d’ailleurs la première fois qu’elle rencontrait quelqu’un qui lui ressemblait autant. Et il était tout ce qu’elle ne pouvait être… un fabuleux guerrier, un compagnon agréable quoi qu’extrêmement silencieux, un homme libre également. Il appartenait à la maison Elusis, lignée de haute noblesse du nord, et il avait pour lui maint succès contre les vampires, des histoires qui la fraisait frémir et dont elle raffolait malgré leurs dangerosités. Il allait également, et venait plus souvent que la plupart des guerriers nordiques en mission, passant la voir régulièrement, comme un ami autant, elle l’avait appris récemment, qu’un possible soupirant. Lorsqu’elle lui avait posé la question, il avait semblé n’y accordé que peu d’importance, mais elle espérait secrètement que son père le choisirait lui, car un lien s’était clairement établit entre eux. Un lien ténu, fragile, car Emeril était quelqu’un de naturellement renfermé, mais un lien qu’elle chérissait d’autant plus. Elle conservait d’ailleurs toujours son dernier présent, une rose bleu des glaces du nord, qui ne poussait que dans les vergers gelés de la maison régnante. Un cadeau qui l’émerveillait chaque fois qu’elle posait les yeux sur lui. Oui, elle espérait sincèrement qu’Emeril serait son prince charmant.

Mais en attendant, elle prenait grand soin de son père, en plus d’essayer d’en savoir davantage sur ce potentiel futur mariage. La vision d’un mariage ne lui faisait pas peur, on l’avait toujours habitué à l’idée et elle s’y était faite naturellement, aidée en cela par l’espoir de voir le nordique à son bras. Elle n’osait cependant pas ouvrir le débat, préférant que son père le lui dise ouvertement, et se contentait de grappiller quelques espoirs. Posant le plateau sur la table, elle lui servit une tasse d’infusion chaude, discutant avec lui de tout et de rien. Elle avait tout préparé elle-même, dans un moment où elle le pouvait au milieu de ses nombreuses leçons. Elle adorait apprendre, mais les sujets digne d’une princesse n’étaient pas ses favoris, et de loin. Elle aimait plus que tout rester auprès de son père, pour apprendre à diriger le duché et à prendre soin de son peuple. Elle savait qu’elle n’aurait jamais vraiment le pouvoir, son mari serait duc, et dirigiste, mais cela ne lui faisait rien, sa place ne lui était pas acquise de naissance quoi qu’on en dise, c’était par sa volonté de bien faire qu’elle méritait tout cet amour, méritait que l’on l’appelle princesse….

CHAPITRE III : Ils vécurent heureux....

Elle ne lui en voulait pas. Pas vraiment. Il était son père et il savait bien mieux qu’elle ce qu’il fallait faire ou ne pas faire. Avec qui la marier également. Un mariage de convenance se devait d’être fructueux, il devait donc y avoir de quoi faire avec ce… Logan ? Oui Logan s’était bien ça. Cela aurait dû être le frère ainé, dont elle ne se souvenait plus du nom, mais il avait subi un accident malencontreux et était décédé. Pauvre jeune homme. Elle ne lui en voulait pas à lui non plus, ni à ce Logan d’ailleurs quoi qu’il soit… Elle ne l’avait pas encore rencontré, cela devait advenir en cette journée, mais elle n’était guère pressée pour autant. Son cœur, encore lourd de tout ce qu’elle avait appris ces dernières semaines, se serrait chaque fois qu’elle posait les yeux ailleurs que sur la rose bleu de ses appartements, maintenue en vie par une cloche de verre fabriquée par les mages d’Aldaria pour elle, une commande de son père, soucieux de la voir si déprimée. La rose… le dernier reste de son premier amour d’enfance, de son coup de foudre aveugle. Emeril n’avait pas été choisi, certes, bien qu’elle n’eut pu obtenir les détails, ni de Darius ni de lui. Il était venu la voir, seul, lors d’une promenade, et il avait dissipé ses espoirs. Une autre femme avait pris de l’importance dans sa vie, et elle imaginait qu’ils allaient se marier… Il n’avait pas réellement cherché à la courtiser, mais plutôt à établir un lien durable avec elle en vue de son entrée chez les lames noires. Entrée qui ne s’effectuerait pas, sur son choix. Elle en avait été très triste, et il s’ne était excusé, sans pouvoir alléger sa peine, puis l’avait quitté. Elle était persuadée qu’elle ne le reverrait jamais.. et peut-être était-ce pour le mieux, elle ne pouvait le revoir sans regretter, et cela risquait fort d’influencer son mariage.

Elle avait dix-sept ans, le cœur brisé d’une première déception, aussi galante fut-elle. Et elle allait rencontré son futur mari, alors qu’elle aurait préféré s’enfermer dans son jardin pour s’occuper de ses plantes et ne plus jamais en ressortir. Darius pensait-il vraiment que voir son futur époux lui rendrait le moral ? C’était un pari risqué. Il n’était pas le bienvenue en cette journée. Et pourtant, malgré tout, elle n’avait rien dit de tout cela, elle était restée silencieuse et souriante, docile, s’ne allant se préparer pour recevoir le jeune homme avec qui elle devait passer la journée. Elle s’était parée de ses plus beaux vêtements, profitant de la douceur de la journée pour s’habiller moins chaudement… Sa tenue venait tout droit d’Aldaria, une magnificence digne de son rang de Kohan, à fait pâlir de jalousie les femmes d’Elena. Sa chevelure avait été lavée, ointe, peignée, puis tressée et arrangée afin de paraître sage et douce, comme un voile auréolé d’argent étincelant. Ses yeux avaient été soulignés d’un trait de khôl, et ses lèvres peintes d’un léger lustre. Elle était belle, lui disait sa mère, des étoiles dans les yeux, et Logan ne pourrait que l’aimer en la voyant. N’importe quel homme ayant des yeux et un cœur l’aimerait en la voyant. Mais ces compliments ne lui avait guère tiré qu’un triste sourire et le regret au fond de son cœur avait flambé de plus belle. Emeril l’aurait-elle trouvé jolie ? L’aurait-il aimé, lui ? Elle ne le saurait sans doute jamais. Mieux valait oublier, se concentrer sur l’avenir plutôt que de rester seule à regretter, alors que tous allaient de l’avant….

Son seul caprice, pour cette rencontre, avait été de pouvoir prendre le thé dans le patio gigantesque face au jardin, face à son univers favori. Installée dans un siège confortable, une tasse à la main, profitant du soleil, elle observait le jeu des oiseaux dans le ciel en attendant sagement l’arrivé de son ‘ heureux élu ‘. Lorsqu’enfin son père arriva, à grands renforts d’exclamation, elle se releva et se tourna vers eux, juchant un sourire délicat sur ses lèvres…

Aller de l’avant...

CHAPITRE 4 : ... et eurent beaucoup d'enfants.

Elle tenait le nourrisson avec délicatesse, avec grande précaution, admirant le poupon avec tendresse et amour. Il était magnifique, son petit Valen, et pourtant, elle avait craint, longtemps avant sa naissance. Sa santé était précaire, avec cette seconde grossesse et l’inattention de Logan n’arrangeait en rien les choses… Non seulement elle avait été contrainte de rester à l’intérieur, déprimant de ne pouvoir s’occuper de son jardin, mais elle n’avait pu participer à la réunion de ses cousins et cousines à Gloria. Son père était occupé, ses frères n’étaient que peu présent, bien qu’Alderick vint lui tenir compagnie quand il le pouvait, lui offrant des montagnes de fleurs et lui racontant ce qu’ils faisaient de leurs journées… Logan lui la laissait tranquille la majorité du temps, ce qui n’était pas un luxe, bien qu’elle garda toujours une carafe pleine d’eau à proximité. Le travail avait été difficile, Valen était un beau bébé, comme son entourage le lui avait fait remarquer. Ils s’étaient tous attendrit de voir ce petit bout d’homme, et elle-même était très fière, maintenant qu’elle ne le portait plus en elle. La sensation de légèreté lui était aussi douce que les rayons du soleil, bien qu’elle soit encore fatiguée de tout cela. Valen était encore très jeune et avait souvent besoin de sa présence, ne serait-ce que pour le nourrir. Elle était fatiguée, oui, mais elle le prenait du bon côté… Et puis aujourd’hui, elle allait pouvoir l’emmener avec elle, puisqu’ils partaient en voyage vers Gloria. Gloria… la capitale. Elle adorait la ville, quoi qu’elle ne soit pas assez verte à son goût… Elle préférait Aldaria, en cela. Mais elle aurait surtout l’occasion de pouvoir voir sa cousine, Esmelda, avec qui elle entretenait une relation plus que cordiale, de revoir Korentin, peut-être, son turbulent cousin qui prenait toutes les occasions de faire des bêtises lorsqu’il était plus jeune…

Soupirant à l’idée de retrouver enfin les siens, elle se redressa et sortit de son fauteuil, reposant son fils dans sa couveuse avant de sortir de la pièce, lui jetant un dernier regard attendrit. Une fois seule, elle se hâta vers les cuisines, demanda un plateau et y déposa de quoi faire une collation, comme elle en avait toujours eut l’habitude. Son père s’entretenait avec ses liges, à la sortie de cette réunion il aurait certainement envie de grignoter un petit quelque chose. Et ainsi, elle pourrait passer du temps en sa compagnie et discuter avec lui. De choses et d’autres, mais également des dernières nouvelles qu’elle avait put entendre de la bouche de ses frères et qui ferait un très bon sujet pour une des fameuses leçons de Darius. Elle monta rapidement vers le bureau du Duc et entra avec un sourire alors que le dernier des seigneurs se retirait… Posant le plateau sur le bureau, comme à son habitude, elle vint s’installer près de son père, et vint lui raconter sa matinée en compagnie de son petit dernier…

CHAPITRE 5 : Impuissance

La guerre. Elle avait éclatée voilà quatre ans, l’inquiétant, l’angoissant, pauvre petite princesse dans son château, alors qu’on ne parlait plus que des villages massacrés, des troupes combattant des monstres venu des profondeurs de la nuit… Les vampires. Ils étaient une plaie pour leur peuple, une plaie qui devrait cesser. Ils ne pouvaient laisser leur peuple se faire dévorer impunément. Il y avait eut tellement de tensions, des noms venant jusqu’à elle comme des échos de morts. Océane, Chantebrume, Feusacré, Gloria… les humains tombaient sous les coups des vampires comme des fleurs en hivers. Pourquoi ? Pourquoi tant de haine et de malheur ? Parce qu’ils étaient des proies ? Et qui donc avait décidé qu’ils étaient des proies ? Ils avaient emménagés à Gloria quelque temps après l’intrusion dans le palais, pour être plus proches de la cour, pour être plus proche de sa famille également. Elle pouvait voir Esmelda tous les jours. Mes ses frères et son père lui manquait… elle s’angoissait de les savoirs au front. Elle avait la crainte d’entendre chaque jour un héraut lui apprendre leurs morts… et pourtant elle ne venait jamais, la guerre allait. Et elle était impuissante à l’arrêter. Elle ne pouvait même pas utiliser son savoir des plantes pour aider la population de la capitale, ce n’était pas digne de son rang qu’on lui rétorquait. Etait-il indigne de vouloir aider les siens ? Apparemment oui lorsqu’on s’appelait Morgane. Elle aurait voulut n’être qu’une fille de basse naissance en ces instants, et plus encore lorsque les Alayiens mirent le royaume à feu et à sang. Même Esmelda était plus utile qu’elle. Elle la pauvre petite chose délicate qui risquait de se briser si on la secouait trop fort. Elle ne pouvait qu’attendre, le cœur étreint de peur, à l’intérieur du palais…
Attendre l’arrivée de la marée…


Revenir en haut Aller en bas
Amyelenor Farkstein
Amyelenor Farkstein
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
Morgane Kohan [Humain] Terminé Left_bar_bleue8/10Morgane Kohan [Humain] Terminé Empty_bar_bleue  (8/10)
Xp disponibles: 4


Morgane Kohan [Humain] Terminé Empty
MessageSujet: Re: Morgane Kohan [Humain] Terminé Morgane Kohan [Humain] Terminé Icon_minitimeDim 20 Oct 2013 - 15:05

dragon

Sois le bienvenu sur tes terres, fils d'Armanda.
Tu es né(e) avec une puissance magique innée de mage correct et ton entraînement dans le domaine magique t'a permis d'atteindre un niveau correct Tu as d'ailleurs été choisi(e) par le totem Écureuil dont tu as atteint le niveau 2.

Tes compétences ont été validées, tu pourras les faire évoluer tout au long de ton aventure. Tu as aussi un profil déjà bénéfique, neutre ou mauvais matérialisé par ton alignement de 700/1000.

Pour tenir l'état de tes aventures à jour, tu possèdes une fiche de suivi de personnage qui se trouve en ce lieu. Tu peux y ajouter tes liens, ton inventaire, ton histoire personnelle et ce que tu souhaiteras. Tu peux aussi adresser tes questions ici.

image


Thème musical d'Amy

Invité, souviens-toi de ceux qui ont payés de leur sang le prix de ta vie et de ta liberté...

Morgane Kohan [Humain] Terminé Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Morgane Kohan [Humain] Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Morgane Kohan [Humain] Terminé
» Serenity Gontier, un véritable paradoxe humain. ~ [Terminée !]
» Elric Edwards le polygraphe humain TERMINÉ !
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: Fiches de personnages supprimés-