Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Aaron Dessay [humain] > en cours VALIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Aaron Dessay [humain] > en cours VALIDE Empty
MessageSujet: Aaron Dessay [humain] > en cours VALIDE Aaron Dessay [humain] > en cours VALIDE Icon_minitimeLun 7 Oct 2013 - 17:42


Dessay Aaron


Une phrase représentant le personnage...



© Merithyn
Identité

Spoiler:
 
  • Race : Humain

  • Nom : Dessay

  • Prénom : Aaron

  • Surnom(s) :

  • Titre : à acheter si vous le souhaitez

  • Date de naissance : 1706 âge d'argent

  • Age réel : 48 ans

  • Age vampirique : non concerné

  • Lieu de naissance : Elena la Robuste

  • Lieu de vie : Gloria la Magnifique

  • Rang social : Petit peuple

  • Poste/emploi : Grand-maître des Lames Noires

  • Guilde : Les Lames Noires


Compétences

Spoiler:
 
  • Alignement : Neutre

  • Arme principale : Magnifique épée bâtarde pouvant se manier à une ou deux mains. Fidélité lui a été offerte par l'empereur Rodrick en même temps que le commandement des Lames Noires. La couleur de son ordre s'étale de son pommeau finement ouvragé jusqu'à la pointe de sa lame en passant par l'onyx parfait dont elle est sertie. Elle possède deux enchantements :

    Loyauté : Nul hormis l'empereur ne peut utiliser fidélité pour verser le sang d'Aaron. De plus elle est capable de reconnaître le souverain légitime d'Armanda (selon les lois de primogéniture masculine) contre qui elle ne peut en aucun cas se lever.

    Brise sort : placée sur la trajectoire d'un sort offensif elle peut le bloquer (fonctionne sur les sorts jusqu'au niveau correct) voir même le renvoyer (règle aléatoire en 50/50).


  • Autres objets : Equipement habituel de son ordre (tenue noire, armure noire...)
    Une collection impressionnante d'armes et d'armures en tout genre (non enchantées)

    L'onyx qu'il porte en collier, cadeau de l'ancienne impératrice (mère de Gregorist) à qui il a sauvé la vie. Lui permet de localiser Gregorist à tout moment où qu'il se trouve et de ressentir les dangers qu'il pourrait courir (sensation diffuse, il sait simplement qu'un danger le menace).


  • Caractéristiques : : ici informations pour remplir cette partie

      Physique :
    • Force physique : moyen
    • Agilité : Moyen
    • Réflexes : Très bon
    • Endurance : moyen
    • Résistance : Bon
    • Beauté : Moyen

      Mental :
    • Force mentale : Très bon
    • Patience/self contrôle : Bon
    • Intelligence : Très bon
    • Arrogance : Bon
    • Gentillesse : Faible
    • Prestance/charisme : Très bon
    • Mémoire : Moyen

      Combat :
    • Epée : Exceptionnel
    • Dague doubles ou simple : Bon
    • Poignard : Bon
    • Lance : bon
    • Bâton : Très bon
    • Hache : Bon
    • Faux : très faible
    • Art du lancé (poignard, petite hache...) : Très bon
    • Art de la parade (bouclier ou arme) : Grand Maître
    • Arc : Bon
    • Arbalète : Moyen
    • Mains nues/pugilat : Très bon
    • Equitation : Très bon

  • Totem : totem et niveau, cette partie sera remplie par le staff

  • Style de magie principal : Humaine

  • Puissance magique innée : Impuissant

  • Niveau magique :A ne pas confondre avec la puissance magique innée, il s'agit ici du niveau de magie que possédera votre personnage au moment où vous allez commencer à jouer. Ce niveau est bien sur étroitement lié à la puissance magique innée (si vous avez un faible niveau de naissance vous ne serez forcément jamais un très bon mage). Ne remplissez pas cette partie, cette décision revient au staff mais notez bien que vous pourrez faire évoluer ce niveau au fil du jeu.





Physique et caractère

Spoiler:
 
  • Physique : Une statue de marbre noir dressée en permanence au coeur de l'ombre de l'empereur. Voici ce qu'est Aaron. Par choix et par serment il porte l'armure noire et la lame tout aussi sombre de l'ordre dont il a la charge depuis maintenant bien des années. Luxueuse sans être tape à l'oeil sa tenue déploie l'élégance discrète des vêtements taillés sur mesure et bien entendu le noir prédomine des bottes jusqu'au capuchon qui cache ses cheveux gris en passant par la cape de velours qui lui couvre les épaules. Une chaîne en argent retient l'onyx taillé qui constitue sa seule parure à l'exception de Fidélité qui tout épée qu'elle soit constitue un ouvrage si parfait qu'elle est sans doute son plus précieux trésor. L'empereur Rodrick ne transigeait pas lorsqu'il faisait des cadeaux à ses sujets...

    Grand et plutôt bien taillé ce n'est pourtant pas un colosse. Sa naturelle stature militaire contribue sans doute à donner cette impression qu'il est plus grand qu'en vérité. Sportif compulsif il possède des muscles secs et noueux et bien que l'âge lui ai fait perdre en souplesse sa forme physique est encore plus qu'honorable comme il se plait à le rappeler sans aucune fausse modestie. Ce qu'il a perdu en atouts physiques il le compense largement par sa technique affutée et par la ruse, les jeunes lames noires ne l'ignorent pas et rares sont les jeunes hommes de la cour à ne pas avoir tâté du plat de son épée ou de la pointe de sa botte. Soyons clair, il n'adore rien de plus que de faire mordre la poussière à ceux qui ont l'impudence d'afficher leurs vingts ou trente ans de moins. Et à ceux qui ne l'affichent pas aussi d'ailleurs...

    Son âge tiens, parlons en.. Mais pas trop fort malheureux si vous voulez survivre ! Il a fait son oeuvre et n'est pas décidé à ralentir sa course au grand dam du concerné. Ses cheveux rasés très courts pour masquer l'exécrable habitude qu'ils ont prit de tomber à toute allure ont perdu leur couleur brune pour passer à un gris tirant presque sur le blanc. Il les cache sous un ample capuchon le plus souvent lorsqu'il ne porte pas tout simplement un heaume mais paradoxalement il ne s'est jamais fait à l'idée de raser la barbe parfaitement taillée qu'il porte depuis qu'il a atteint l'âge d'homme. Elle est grise donc, et alors ? Osez donc le lui faire remarquer pour voir !

    C'est assez logiquement que nous continuerons en précisant que son visage est buriné par l'âge. Hâlé de peau, ce n'est pas un homme laid, mais pas un bel homme non plus. Il porte les stigmates d'un être qui a voué sa vie à une existence militaire particulièrement rigoureuse. Ses traits sont très fin, comme taillés à la serpe. Il possède un front haut et un menton volontaire ainsi que des lèvres minces très souvent pincées sur une moue renfrognée. Ce n'est pas un homme souriant et sous ses sourcils arqués brillent des yeux d'un bleu cristallin où règne en permanence une flamme attentive, patiente et circonspecte. Il n'a réellement confiance en rien ni en personne et voit le danger partout, cela se lit facilement dans son regard perçant que beaucoup décrivent comme difficilement soutenable. Une légère cicatrice vestige d'un vieux souvenir incluant la mise à mort de son arcade sourcilière achève le tableau de même que son nez cassé à plusieurs reprises et donc forcément plus tout à fait droit. Nous vous avions prévenu n'est-ce pas ?

    Tout un personnage donc, du genre qui attirerait l'oeil si sa longue expérience du métier de garde royal ne l'avait pas habitué à passer aussi inaperçu que possible. Ce n'est pas vers lui que les regards se tournent et pourtant il veille à chaque instant et analyse chaque visage dans l'attente de la seconde glorieuse où il pourra sacrifier sa vie pour celui qu'il a juré de protéger...

  • Caractère : Le fanatisme. Si un seul et unique mot devait être utilisé pour décrire Aaron il ne serait pas possible d'en choisir un autre. Né pour servir, il a toujours considéré qu'il marcherait sur les pas de son père et qu'il serait soldat, garde pour être exact. Il ne se voyait absolument pas dans une vie autre que militaire et l'idée de servir et protéger lui plaisait plus que tout. Très tôt il décida que l'objectif de devenir un garde ne lui suffira pas et qu'il serait donc lame noire. Ambitieux notre homme ? Peut-être un peu... Quoique c'est très loin d'être son trait principal, ce qui le pousse c'est sa dévotion presque exclusivement et le profond et total attachement qu'il ressent pour l'empire. Nationaliste convaincu il considère que rien n'est plus précieux au monde que l'unité du royaume humain et pour cela il se doit de garder à sa tête la famille royale qui en a bâti les fondations. Plus que de simples empereurs, les Kohan sont à ses yeux le ciment indispensable à la survie de l'empire, des dieux vivants.

    Dévotion donc, jusqu'à la mort et même au delà il s'est entièrement voué à sa mission et c'est sans doute une chance car sans cela il n'est plus rien. Aaron sait diriger, c'est un bon commandant et un tacticien de talent toutefois il n'est efficace que sous les ordres d'un bon roi. Il ne peut s'imaginer vivre autrement que sous les ordres d'un Kohan et se sent le plus souvent mal à l'aise lorsque les circonstances lui offrent une marge de manoeuvre qu'il estime trop large. N'allez pas croire qu'il est dépourvu du moindre esprit d'iniative bien sur, mais il reconnaît lui-même avoir besoin de la voix et de l'appui de son roi pour bien faire les choses. Meneur hors pair oui, on parle souvent de lui en ces termes mais à condition de ne pas être tout en haut de la chaîne...

    Tout ceci est fort intéressant mais sans doute voulez vous en savoir plus, une lame noire fanatique et dévoué il n'y a là rien de bien croustillant n'est-ce pas ? Nous pouvons continuer en précisant qu'Aaron est un homme peu bavard, très réfléchit et extrêmement prudent. Il n'accorde que très rarement sa confiance et jamais entièrement, certains le considèrent même comme quelque peu paranoïaque mais d'autres leurs rétorquent que cela fait partie de son métier et que c'est ce qui le rend si efficace comme protecteur de l'empereur. Honnête et droit dans ses bottes, il respecte un code de l'honneur uniquement si cela ne dessert pas les Kohan. Autant dire qu'il est parfaitement capable d'exécuter sans sourciller tout ordre aussi abject soit-il et qu'il ne montrera pas ses pensées.

    Car oui, ne nous voilons pas la face. Aaron est un homme dur. Intransigeant, d'une sévérité exemplaire en ce qui concerne ses hommes et d'une férocité sans borne en ce qui concerne les ennemis de son roi. Clémence et pitié ne font pas partie de son vocabulaire, il ne pardonne jamais et ne vous fera pas non plus la grâce d'oublier vos manquements. Il se forge très rapidement une opinion sur chacun et ne classe ses connaissances qu'en deux groupes bien distincts, les serviteurs des Kohan et les autres... Hommes, femmes, enfants... Ses autres ne sont à ses yeux que des dangers potentiels qu'il se ferait un devoir d'éliminer si cela devenait nécessaire. On ne compte d'ailleurs plus les fois où la voix seule de Rodrick ou même de Gregorist ont arrêté la lame du commandant juste avant qu'elle ne tranche un cou par trop indélicat...

    Une lame... Deux faces... Aaron a ses qualités et ses défauts, en homme extrême il est même parfaitement capable de transformer les premières en second et vice versa... Peut-il changer ? Difficile à croire... Homme de fer et d'acier il a toujours maintenu le même cap et nul doute que les ennemis de l'empire trembleront encore longtemps devant l'ombre de l'empereur...




Mes liens

Spoiler:
 
  • Rodrick Kohan : le roi qui l'a propulsé à la tête des lames noires. Les deux hommes s'appréciaient énormément malgré la distance imposée par leurs rangs respectif. Le seul point de discorde était la dureté dans Aaron pouvait faire preuve et qui lui a valu quelques sèches remises en place qui ne l'ont pas amendé pour autant.

  • Rachèle Kohan : sa "Dame", sa "Reine", sa "Déesse". Elle est la perfection incarnée à ses yeux, il respecte tous les Kohan mais Rachèle tient une place particulière dans son coeur. On murmure parfois qu'il nourrit peut-être des sentiments pour cette grande dame mais il ne lui viendrait en réalité jamais à l'idée de se poser sur un pied d'égalité avec elle. Elle lui fait parfois l'insigne honneur de se confier à lui, et il recueille religieusement ses paroles, véritable tombeau qui se trancherait la gorge sur l'heure plutôt que de trahir ses confidences. Si il apprécie Rachèle Kohan ? Ouvrez les yeux malheureux, il l'idôlatre.

  • Gregorist Kohan : le fils de Rachèle, le roi maintenant que son père est mort. Aaron l'a sauvé d'un assassinat avant même sa naissance et a juré à Rachèle de veiller sur lui quoi qu'il arrive. Il l'a donc connu dès le berceau et s'est attaché peu à peu à lui. Il l'a formé dans les arts guerriers et l'a vu grandir peu à peu pour enfin hériter et porter avec valeur la couronne de son père. Comme avec Rodrick Aaron se force à garder une certaine distance avec lui mais ne peut cacher l'étincelle de fierté qui brille dans ses yeux lorsqu'il les pose sur l'enfant qu'il n'est plus...

  • Esmelda Kohan : la soeur de Gregorist, elle aussi il l'a vue toute petite. Le jour de sa naissance en fait car l'impératrice Rachèle n'a rien eu de plus pressé à faire que de lui présenter son trésor... Aaron l'aime beaucoup, il apprécie sa douceur et son sens des réalités. Aussi lié qu'il soit à Gregorist il protégerait la jeune femme de son corps et de son sang si le besoin s'en faisait sentir.

  • Korentin Kohan : un sale gosse... Il lui a assez couru derrière à travers le palais pour le savoir ! Néanmoins il appréciait cet enfant plein de vie et il apprécie plus encore l'homme qu'il est devenu. Un pur Kohan, héritier du trône de surcroit ! Il le respecte donc entièrement.

  • Fabius Kohan : l'autre cousin, lui aussi a été élevé avec Korentin et Gregorist mais il était beaucoup plus calme. Observateur, Aaron n'est absolument pas dupe du côté quelque peu calculateur et des travers du comte borgne mais il est un Kohan. En tant que tel et tant qu'il reste fidèle au roi, Aaron le met sur le même piédestal que les autres.

  • Darius Kohan : certainement l'un des Kohan qu'il connait le moins bien, pourtant Aaron est originaire d'Elena mais il n'avait pas ses entrées au palais à cette époque. Il l'a quand même rencontré à quelques reprises et lui offre la même dévotion qu'à tous les autres Kohan d'autant que le vieil homme lui semble malin comme un singe...

  • Morgane Kohan : une petite fleur bien fragile qui semble avoir bien besoin de protection. Aaron la connait encore mal, mais elle est une Kohan, fille de Darius et descendante en droite ligne de la lignée qu'il vénère ! Aucun doute donc, il lui est tout dévoué.

  • Logan Kohan : un kohan par alliance... Aaron est mal à l'aise avec ce concept. Il ne peut s'empêcher de se méfier de cet homme et ne pliera devant lui que par respect pour le nom qu'il s'est accaparé à condition qu'il ne l'ai pas fait dans de mauvaises intentions...

  • Valentine Kohan : deuxième Kohan par alliance mais moins grave à ses yeux puisque c'est une femme. Il ne la connait quasiment pas mais sait que Korentin est fou d'elle, il la protégera si le besoin s'en fait sentir mais ne la vénère pas au même titre que les autres.

  • Eliane Dessay : sa femme ! Elle l'est encore aux yeux de la loi même si elle l'a quitté. Il ne l'a jamais aimée véritablement, à peine s'y est-il attaché mais il la respecte beaucoup et continue de lui envoyer de quoi vivre décemment.

  • Leanne Dessay : sa fille. Père maladroit, pour ne pas dire inexistant il est très mal à l'aise avec elle. Le seul domaine où il parvient à échanger plus de quelques minutes avec Leanne c'est dans le domaine de l'épée. Le reste du temps il se contente de la couver d'un regard insondable et de ne surtout, mais alors surtout pas laisser entendre qu'il puisse l'aimer. Il l'aime de loin en réalité, et fort mal mais il ne sait comment faire mieux.

  • Les lames noires : il les connait toutes sans la plus petite exception. Des capitaines aux simples lames en passant par les lieutenants et les aspirants il se fait un devoir de connaître le prénom et la petite histoire de chacun. Chef intransigeant, il est très dur avec eux mais peut aussi s'avérer assez protecteur surtout envers ceux qu'il connait depuis très longtemps, Hanz par exemple...



Derrière l'écran

Spoiler:
 
  • Petite présentation : Cf fiche de Shay

  • Rythme rp : Y'a pas moyen de l'accélérer un peu non ?

  • Particularités rp : //

  • Comment avez vous découvert le forum : //

  • Le code du règlement :






Dernière édition par Aaron Dessay le Jeu 17 Oct 2013 - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Aaron Dessay [humain] > en cours VALIDE Empty
MessageSujet: Re: Aaron Dessay [humain] > en cours VALIDE Aaron Dessay [humain] > en cours VALIDE Icon_minitimeSam 12 Oct 2013 - 16:34




officier a écrit:
Relevez vous, Lames Noires. Vous venez de prononcer le serment qui lie votre sang et votre âme à celui de notre empereur et de sa famille. Désormais, vous êtes son bras armé et son bouclier, désormais vous n'êtes plus qu'un avec le reste de votre ordre. Que les esprits veillent sur vous.


Ce serment, c'était le ciment de son existence. La voute même de son moi profond, c'était ce qui faisait de lui ce qu'il était, sans lui il n'était plus rien.

Une température glaciale régnait sur Elena en cet hiver de l'année 1706 qui vit sa naissance. On avait pas vu de climat si froid depuis bien des années et les gardes des portes ne pouvaient que battre du pied en jurant, frigorifiés.
Par chance, Leanne n'avait jamais été très frileuse. Fière et robuste jeune femme elle traversait la vie avec le sourire sans s'irriter des malheurs qui étaient venu durcir son existence. Presque seule au monde depuis la mort violente de son mari elle travaillait dans une fabrique textile et par peur de perdre l'emploi qui lui permettait de vivre elle s'était fait violence pour travailler jusqu'au dernier moment malgré sa grossesse.

Car elle était enceinte Leanne, dernier cadeau de son mari elle savait au plus profond d'elle qu'elle ne pourrait avoir qu'un fils. Et qu'il serait garde comme son père, peut-être chef de la garde qui sait ? Il irait loin, il le fallait ! Elle s'était trop battu pour qu'il puisse vivre et le petit pécule qu'elle avait mis de côté à force de privation lui permettrait sans doute de lui offrir une éducation acceptable. Le reste ce serait à lui de jouer mais elle ne s'inquiétait pas, si il tenait de ses parents il aurait le caractère suffisamment borné pour être capable d'aller jusqu'au bout du monde.

C'est toute seule dans la petite chaumière qu'elle occupait qu'elle le mit au monde. Elle n'avait pas vraiment les moyens de se payer les services d'une sage femme et l'argent qu'elle avait économisé ne devait pas être dépensé ainsi. Sa mère l'avait bien mise au monde de la même façon, pas de raison de changer donc ! L'accouchement se passa bien par chance, sans la moindre complication comme si le petit Aaron avait compris que le moment était important et qu'il ne devait pas faire des siennes. Ainsi commença sa vie, nul ne plaça de cuillère d'argent dans sa bouche et rêches furent les draps qui le bordèrent mais il possédait ce que bien des enfants de riches ne pouvaient connaître. L'amour d'une mère.

Enfance, adolescence et enrôlement

Aaron ne fut pas un enfant très bavard, on aurait même pu le qualifier de calme si il ne s'était pas révélé aussi bagarreur et maître dans l'art de s'attirer les pires ennuis. La raison ? L'orgueil ! Le gigantesque et terrible orgueil qu'il traînait avec lui depuis qu'il avait passé l'âge de se bâtir son propre égo. Fier jusqu'aux pires extrémités il était absolument incapable de laisser passer un défi sans s'y jeter tête baissée et si il ne s'estimait pas provoqué en duel à peu près huit fois par jour c'était que très certainement il couvait quelque chose. Une même constante se vérifia donc pendant toute son enfance et son adolescence, il rentrait chaque soir couvert d'écorchures et de bleus lorsque ce n'était pas tout simplement en plusieurs morceaux.

Car comprenons le bien, le fils d'employé qu'il était n'avait bien évidemment pas les moyens de se payer le moindre cours d'auto-défense et encore moins des leçons d'escrime. Il se battait comme il le pouvait dans cette explosion de violence qu'était les combats de rues et en guise d'arme il utilisait le plus souvent un simple bâton lorsque ce n'était pas des briques ou tout autre objet qui pouvait lui tomber sous la main à l'instant crucial.

Si il n'était pas formé aux arts du combat excepté par sa propre pratique intensive au détriment des nombreux fils de son voisin il suivait par contre des cours intensifs dans les domaines théoriques sélectionnés par sa mère. Elle avait été très clair sur ce point, il était absolument hors de question que son fils grandisse sans savoir lire, écrire et compter. L'enfant se révéla un élève doué sans plus, il avait l'intelligence nécessaire pour assimiler ces leçons mais certainement pas la fibre de l'apprentissage. Tout ceci l'ennuyait assez et il fallu quelques corrections et les leçons de morale de sa mère pour qu'il parvienne à un niveau confortable dans ces trois domaines ainsi que dans tout ce que son professeur décréta lui apprendre. Ainsi se passèrent les années pour Aaron, entre leçons ennuyeuses, bagarres en série et rêves éveillés. Car il rêvait...

Il n'avait pas attendu bien longtemps pour interroger Leanne au sujet de son père et de ce qu'il avait été. Elle ne lui avait rien caché de sa vie de garde et de la mort violente qui l'avait saisit alors qu'il séparait deux ivrognes en pleine bagarre. De cette scène racontée avec simplicité le petit garçon avait tiré une véritable épopée qu'il se repassait dans sa tête avec toujours l'image d'un père courageux et magnifique dans son armure complète de garde Eleneen. C'est tout naturellement donc et très tôt qu'il forma le voeux d'endosser lui aussi cette armure et dès lors il ne se passa plus une seule seconde sans qu'il ne couve les gardes de la cité d'un regard émerveillé qui ne changea que bien des années plus tard lorsqu'il croisa la route du détachement de Lames Noires chargées de veiller à la sécurité de Darius Kohan. Dès lors, il n'en démordit plus. Il serait l'un des leurs ! Mais puisqu'il fallait bien commencer par quelque part il s'engagea dès l'âge de 16 ans dans la garde d'Elena.

Les années dans la garde, l'aboutissement d'un rêve.

Leanne ne fut pas surprise lorsque son fils lui annonça son enrolement datant du matin même. Il ne lui avait même pas demandé son avis mais n'avait-elle pas deviné dès sa naissance qu'il suivrait le chemin de son père ? Elle ne croyait pas vraiment qu'il parviendrait à se hisser aussi haut qu'il le souhaitait, les Lames Noires était une élite certainement au dessus des pouvoirs d'un simple garçon du petit peuple. D'autant plus qu'il possédait un handicap de taille ! Aaron n'avait en effet fait montre d'aucune prédisposition pour la magie et les années passant elle n'avait pu que s'en inquiéter. C'était parfaitement anormal d'arriver à sa quatrième ou cinquième année et de ne pas avoir lancé le moindre sort inconscient quitte à provoquer une catastrophe ! De nombreuses heures supplémentaires plus tard elle avait pu mettre de côté la somme nécessaire pour se rendre chez un guérisseur mais la dépense fut bien mal calculée.
Le guérisseur en question prit bien l'argent avant de lui expliquer avec le sourire qu'il ne pouvait en aucun cas guérir son fils puisqu'il n'était pas malade. Aussi rares que soit les impuissants magiques, il ne s'agissait pas d'une maladie.

Quelque peu abasourdie, la mère n'avait pu qu'accepter cet état de fait et puisque Aaron ne semblait pas en souffrir plus que cela elle fini par ne plus y penser. Sauf lorsqu'il manifesta le désir de devenir garde et même de prononcer le serment des lames noires bien sur... Y parviendrait-il malgré son incapacité à lancer le moindre sort ? Elle ne pouvait que prier les esprits...

Son inquiétude n'était pourtant pas fondée. La garde avait du mal à recruter ce qui évita qu'il ne se fasse recaler à cause de son handicap. Bien sur il eut quelques problèmes pendant ses classes mais ce fut oublié dès lors qu'on lui placa une épée entre les mains. Don des esprits ? Erreur de la nature ? Réincarnation guerrière ? On murmura bien des choses sur ce jeune homme au talent inouit qui jurait sur tout ce qu'il connaissait que non, il n'avait jamais tenue une épée de sa vie ! Difficile à croire bien entendu car dès lors qu'il se débarrassa des quelques erreurs de parfait débutant qu'il était il se montra terrible. Tout en finesse et en rapidité son style était celui des plus grands et bien qu'encore maladroit il ne fallu pas plus de quelques jours pour qu'on l'expédie casser des os dans une classe supérieure.

Cette découverte de son talent à l'épée fut une véritable révélation pour Aaron. Lui qui avait passé les premières années de sa vie à s'ennuyer venait de trouver sa voie, son âme, son amour. Si il se montra aussi plutôt doué avec toute sorte d'arme ce fut celle-ci qui garda sa prédilection. Il s'entraînait nuit et jour sans jamais se lasser, hantant la petite cour d'entrainement qu'on lui laissait bien volontier. Et non content de se révéler un véritable prodige dans ce domaine il se précipita alors sur tous les ouvrages traitant de l'art de l'épée qui purent lui tomber sous la main, bénissant à chaque instant sa mère et l'insistance qu'elle avait mise à le forcer à apprendre à lire. Pratique et théorie se mêlèrent harmonieusement en lui et il poussa le vice jusqu'à s'intéresser de très près au métier de forgeron qui ne l'attirait pourtant pas mais qui le fascinait au même titre que les armes et surtout les épées qui naissaient au coeur de la forge. Passionné lui ? Le mot était bien trop faible !

Dans ces conditions et si on ajoute qu'il se révéla aussi un meneur hors pair (aidé en cela par son totem) il n'est pas difficile de deviner qu'il monta rapidement en grade et ceci malgré son jeune âge. Les classes expédiée, il devint garde à part entière et assura la sécurité d'Elena pendant quatre ans. Il se montra un garde intrépide et parfaitement incorruptible pour ne pas dire intraitable.

Les pots de vins et autres menus services étaient en effet monnaie courante au sein de la garde d'Elena, et de partout d'ailleurs... La faute à un salaire souvent bien bas même si suffisant pour faire vivre une famille. Paradoxalement ce fut ce petit travers de l'armée impériale qui lui offrit l'occasion dont il rêvait. Darius Kohan en personne avait ordonné un grand nettoyage parmi les gardes de la cité et confié cette mission au chef de sa propre garde. Loin d'être un imbécile celui-ci n'avait pas commit l'erreur de mener l'enquête par lui-même, sachant très bien que son statut de Lame-Noire rendrait toute discrétion impossible. A la place, il étudia soigneusement les états de service de tous les officiers supérieurs de la garde de la cité et sélectionna celui qui lui semblait le plus digne de confiance. Ce fut Aaron.

Leur rencontre se fit dans la discrétion la plus totale. Enveloppé dans une cape grise miteuse qu'il avait sans doute empruntée on ne savait où l'homme ne payait pas de mine lorsqu'il arriva au point de rendez vous mais sa démarche altière et la bravoure fanatique qu'il lisait dans ses yeux suffisait à Aaron. Les instructions furent données rapidement, sa mission était très claire de toutes façons. Il devait enquêter sur la fidélité des gardes et repérer ceux à qui on graissait la patte. Intelligent, Darius ne souhaitait pas cette fois que l'on perdre du temps à essayer de remonter jusqu'aux payeurs et donc certainement jusqu'aux guildes illégales. Son but était plus de frapper un grand coup en destabilisant brusquement tout le système et en remplaçant les gardes "influençable". C'était une stratégie simple, efficace, comme Aaron les aimaient. Il accepta sans hésitation.

Son enquête dura 6 mois. 6 mois pendant lesquels il renonça à toute vie en dehors de son travail, il passait ses journées et ses nuits dehors ou dans les corps de garde où ils pouvaient se mêler à ses collègues. Il enchaîna les filatures, risqua sa vie plus que de raison et trempa contre son gré dans des affaires pas nettes qui menaçèrent de le rendre malade de fureur. Néanmoins il persévéra, conscient de l'importance de sa tâche et enfin le grand jour arriva. La gigantesque opération qui fut menée se basa principalement sur son enquête et si beaucoup lui en voulurent d'être à l'origine de leurs malheurs d'autres applaudirent à tout rompre ce coup de maître qui permit un tel nettoyage parmi ceux qui étaient sensé garantir la justice. Sa réputation était faite, le lendemain il entrait en formation comme aspirant Lame Noire.

Une ascension fulgurante (année 1726, Aaron a 20 ans)

Là encore, son talent à l'épée fit merveille et parvint presque à faire oublier son incompétence notoire dans l'art de la magie. Dispensé des leçons dans ce domaine il pu se consacrer entièrement et uniquement à son entraînement physique. Courses, sauts, parcours d'obstacles, combats à l'épée, à la hache, au bâton, à mains nues même ! Tout ceci rythma son existence et il impressionna tant et si bien l'un des instructeur, ou plutôt l'une des instructrices que celle-ci décida de le prendre complétement sous son aile. A l'heure où ses camarades s'entraînaient à mettre le feu à des mannequins lui croisait le fer avec cette femme de caractère et lorsque ce n'était pas le cas il écoutait religieusement ses paroles sur ce que devait être une lame noire.

"La loyauté, c'est aussi d'être fidèle à soit-même" disait-elle en manquant l'assommer du plat de la hache d'arme qu'elle utilisait. "Tu es né pour être une Lame Noire, je l'ai vu dès notre première rencontre. Ton serment sera ta vie, ta raison d'être." Il buvait ses paroles en parant de moins en moins difficilement ses coups. Bien sur elle était très douée avec son arme, comme tout les gardes d'élite mais lui gagnait peu à peu en expérience et étoffait sa technique qui n'avait à présent plus rien à envier aux meilleures lames y compris celles des instructeurs. Le jour vint rapidement où elle n'eut plus rien à lui apprendre, il prononça son serment parmi les premiers de sa promotion et commença sa vie au service des Kohan.

Sa première affectation l'éloigna d'Elena, mais il n'avait pas compté y rester de toutes façons bien que la séparation d'avec sa mère fut douloureuse. Aldaria fut sa première destination, on l'affecta à un groupe chargé de veiller sur la sécurité de la femme d'un obscur Kohan. Frère du cousin du fils d'il ne savait trop qui. Très éloigné de la branche royale donc mais un Kohan restait un Kohan et il se concentra sur sa tâche avec beaucoup de sérieux. Tout jeune qu'il soit, il inspira confiance et c'est encore une fois à toute allure qu'il monta en grade. Sans doute aurait-il fini par remplacer le chef de la garde de ce Kohan là si on ne l'avait pas envoyé ailleurs. Il roula sa bosse un bon moment, enchaînant des remplacements auprès de membres de la famille royale plus ou moins importants. Aldaria, Gloria, Elena même... Il visita les trois villes de fond en comble et appris à se fondre dans le décor des palais plus ou moins luxueux à mesure qu'il visitait d'autres domaines et gardaient aussi bien les duc que les comtes ou autre barons. Des annés passèrent ainsi et les vampires jusque là bien désorganisés commencèrent à se faire plus agressifs. Le corps d'élite qu'était les Lames Noires fut donc mis à contribution et Aaron envoyé à la tête d'un détachement pour sécuriser les villages les plus souvent pris pour cible.

L'expérience fut étrange pour Aaron mais bénéfique. Il avait passé sa vie comme garde du corps et il s'aperçu très vite que le métier de soldat était tout à fait différent. Il s'y adapta sans mal néanmoins, et en profita pour peaufiner encore ses talents. Les vampires étaient des créatures abjectes mais il ne pouvait que leur concéder leur talent dans les arts guerriers. Ils s'avérèrent des adversaires redoutables à la force et à la vitesse si supérieure à celle des humains que les lames devaient le plus souvent compter sur leur magie pour s'en sortir et ne surtout pas combattre de nuit. Aaron lui, n'avait pas cette arme et c'est peut-être ce qui le força à travailler encore et encore jusqu'à devenir l'une des plus fines lames du royaume. De geste d'éclat en action héroïque, il se fit un nom et la sentence tomba. Désormais, il serait le capitaine de la garde royale de l'impératrice Rachèle. Un honneur absolument incomparable, point d'orgue de sa fulgurante ascension au sein de l'élite...

Au service de la reine (année 1729, Aaron a 23 ans)

Il n'oublierait jamais sa première rencontre avec celle qui deviendrait "Sa Dame". La seule femme au monde qu'il eut jamais aimé même si d'un amour protocolaire, cérémonieux, distant. Une relation à sens unique où elle pouvait tout lui demander et où sur simple demande formulée ou non il aurait sauté dans le vide. Elle était tout pour lui, et il la gardait comme un objet précieux, fragile, capable de se briser au moindre courant d'air.

De ses hommes, il exigeait tout et plus encore. Intransigeant, il ne tolérait pas le moindre écart ni la moindre incartade. C'était de la sécurité de la reine qu'ils étaient responsables ! Nulle erreur n'était permise. Il les sélectionna avec une effroyable rigueur, écartant sans pitié ceux qui ne lui semblaient pas digne d'un tel honneur. Les autres durent subir sa discipline de fer et ses entrainements interminables. Ils en sortaient épuisés, couverts de bleus, mais assuré de leurs progrès fulgurants. Aaron savait repérer les talents, et était doué pour les faire éclore. On ne l'adora pas, mais une flamme respectueuse s'allumait dans les prunelles de ses hommes lorsqu'il les passait en revue. C'était tout ce qu'il demandait.

Quelques mois à peine lui avaient été nécessaires pour en arriver là, son côté protecteur s'affirmait plus encore à mesure que la grossesse de l'impératrice approchait de son terme. Car l'héritier de la couronne dormait déjà en son sein, la simple idée d'être responsable de sa protection rendant Aaron à moitié fou. Gregorist... L'impératrice Rachèle lui avait soufflé le nom qu'elle destinait à son petit garçon, car elle savait que c'était un garçon et Aaron n'osait absolument pas en douter. Si la reine en disait ainsi alors il en serait ainsi ! Il aurait provoqué l'esprit de la vie en duel sans la moindre hésitation si celui-ci avait pu décevoir Sa Dame. Un petit Gregorist se préparait à venir au monde et une petite Esmelda le suivrait plus tard, aucune contestation possible c'était comme ça ! L'événement qui vint faire basculer son existence se déroula le matin du jour choisit par le petit prince pour venir au monde...


Citation :
Année 1730 de l'âge d'argent. Palais impérial, appartement royaux.

Le jour se levait à peine sur l'empire. La garde d'Aaron ne devait pas commencer avant le début d'après midi, en réalité à cette heure-ci il aurait dû être en train de se prendre un peu de repos. Mais c'était un mot qui lui était inconnu depuis bien des années et il s'était éveillé avec un pressentiment désagréable. Il avait trop l'habitude de se fier à son instinct pour l'ignorer. C'est donc d'un pas vif qu'il se dirigeait dès à présent vers les appartement royaux.

Il comprit qu'il y avait quelque chose d'anormal à l'instant même où il posa le pied dans le palais. Un seul garde était à sa place à la grande porte au lieu des deux qui devaient s'y trouver et il ne le connaissait pas, ce qui était pour le moins étrange. Un sentiment d'urgence s'empara de lui et il renonça à l'interroger, préférant se précipiter vers l'aile des appartements de la reine. Pas de gardes, le désert... Du sang. Il dégaina et se mit à courir.

Il avait toujours détesté ces couloirs interminables et pleins de coudes qui rendaient la progression difficile. C'est dans l'un de ces virages qu'il manqua percuter la reine. Alourdie par sa grossesse, elle courait en sens inverse, pieds nues et vêtue d'une simple chemise de nuit tâchée de sang. Ce détail aurait dû le rendre fou de rage, pourtant il ne ressentait qu'une froide concentration à l'instant où il se saisit d'elle d'une poigne irrésistible pour la propulser derrière lui et faire face à ses poursuivants. Ils étaient trois, déguisés en Lame Noire mais il était certain de ne pas les connaître. Des imposteurs donc... Ils avaient accomplit un coup de maître en parvenant à se glisser dans la peau de ces soldats fanatiques sans éveiller les soupçons ! Surs de leur avantage, ils foncèrent. Leur arrêt de mort avait déjà été signé à l'instant où ils avaient osé s'attaquer à la reine, ils ne firent que précipiter leur chute.

La mort frappa à quelques secondes d'intervalle. Tel un danseur à l'inestimable talent il se régla sur leur mouvement sans leur laisser la plus petite possibilité de s'approcher de la reine. Il se fendit une fois, deux fois et les deux premiers s'écroulèrent. Le troisième jeta son arme, demandant grâce, et sa tête vola. Tout ceci n'avait pas duré plus de vingt secondes. Déjà, il se retournait vers l'impératrice :

"Majesté ! Vous êtes blessée ? Je vais convoquer un guérisseur !"

Il hésita un seconde, répugnant à la laisser là et ne souhaitant pas non plus la déplacer mais malgré ses tremblements elle secoua la tête :

"Je vais bien Aaron... Ce sang n'est... Ce n'est pas le mien..."

Un silence passa entre eux, compréhensif. Aaron savait ce que l'ont pouvait ressentir à tuer pour la première fois même pour se défendre et il n'en haïssait que plus les hommes qui avaient souillé les blanches mains de sa reine. Avec une infinie douceur il se pencha sur elle et détacha sa cape afin qu'elle puisse s'en envelopper. Elle bégaya :

"Je... Ils en voulaient à mon fils... Je n'ai pas réfléchit. J'avais un poignard dans ma table de chevet, j'ai frappé le premier et il a été si surprit qu'il n'a rien pu faire... Les seconds m'ont poursuivit et ... Et..."

En pleurs, elle s'était jeté à son cou et il l'a réconforta maladroitement

"Vous avez fait ce qu'il fallait Majesté, ils vous auraient tués tous les deux. Vous et... Gregorist."

Le nom du prince résonna dans le couloir désert. Quelques heures plus tard, il naissait.

L'affaire fit grand bruit dans tout le royaume, que des assassins aient pu se glisser dans le palais et même jusqu'aux appartements royaux paraissaient difficilement concevable et pourtant les corps parlaient. Trois dans le couloirs, un autre dans la chambre même de la reine sans compter la petite femme de chambre qui avait eu le malheur de se trouver là. Par quel miracle la reine avait-elle pu s'en sortir ? Le nom d'Aaron Dessay ne tarda pas à être prononcé et à courir à travers l'empire en une folle rumeur confirmée très vite par sa convocation auprès du roi.

L'empereur Rodrick était un homme impressionnant, si bien taillé pour le rôle qui lui avait été confié qu'on peinait à l'imaginer dans un autre. Aaron avait eu plusieurs fois l'occasion de le rencontrer dans le cadre de son poste auprès de la reine mais jamais il n'avait senti l'attention du souverain se concentrer ainsi entièrement sur lui. Cela le mettait mal à l'aise, affreusement mal à l'aise même ! Il était un garde, les regards n'étaient pas sensés s'arrêter sur lui mais plutôt sur ceux qu'il protégeait. Il n'eut d'autre choix que de se soumettre à cet entretion malgré tout, et genou à terre devant son roi il lui réitéra toute l'étendue de sa loyauté en jurant devant les esprits qu'il n'avait fait que son devoir et qu'il était le plus heureux des hommes d'avoir pu sauver à la fois la reine et son fils, héritier de l'empire. Il ne désirait rien, aucune récompense mais il en reçu tout de même deux.

Du roi, il obtient Fidélité. L'épée qui le suivrait ensuite tout au long de sa vie et qui était si belle qu'il fallu toute l'autorité de l'empereur pour qu'il ose la prendre en main lorsqu'on la lui tendit. Le roi Rodrick n'ignorait rien de son impuissance magique et si il fit apposer un premier enchantement de loyauté sur l'arme il s'arrangea aussi pour que le second soit pour lui le bouclier qu'il lui manquait contre les agressions magique. De ce jour jusqu'à aujourd'hui, elle demeure son plus précieux trésor.

De la reine, il obtint un collier. Simple chaîne d'argent au bout de laquelle pendait une pierre noire magnifiquement taillée. Un onyx lui révéla-t-on, la reine ayant décidé que ce joyaux lui siérait. Enchanté lui aussi, cet objet avait été lié au nouveau-né reposant dans son berceau. Et au moment de passer la chaîne autour de son cou le capitaine Lame Noire dû jurer à son souveraine que son avenir serait consacré à protéger l'héritier du trône. Un crève coeur pour un homme qui ne désirait que rester auprès de la reine, mais il ne se déroba pas. Il serait l'épée et le bouclier de Gregorist Kohan, il en faisait le serment et le cadeau qu'elle lui faisait l'aiderait dans cette tâche. A nouveau, sa vie prit un tournant...

Les premiers pas d'un prince et l'avènement d'un commandant

Il n'était plus en charge de la garde de la reine. Si l'honneur d'être le responsable de la sécurité de l'héritier de l'empire le comblait d'aise la perspective de paser les seize prochaines années à veiller sur les pas hésitants d'un bébé roi l'emplissait de doute. Bien sur cela devait être fait, il avait juré à la reine déjà d'une et Gregorist aussi petit qu'il soit avait déjà bien des ennemis vu la tentative avortée qui avait bien failli l'empêcher de voir le jour. Mais tout de même... Aaron n'était pas très à l'aise avec les enfants et sans doute allait-il devoir adapter sa façon de faire... Après hésitation il décida qu'il valait mieux prendre cela comme un nouveau défi dans sa vie et se jeta à corps perdu dans ce nouvel objectif.

Des années plus tard il se demandait encore si il aurait fait la même chose en sachant ce qui l'attendait... Des heures et des heures passées les yeux fixé sur le berceau imaculé du petit prince qui n'attendait que l'instant où ses nourrices se détourneraient de lui pour se mettre à piailler de toute la force de ses petits poumons. Ces cris rendaient Aaron à moitié fou, il terminait ses gardes avec une tête grosse comme une citrouille et des migraines à se jeter dans le lac noir. Le seul point positif à cette histoire était qu'il passait tout son temps avec l'impératrice Rachèle qui ne quittait pas son premier fils. Mais Dracos... Ce qu'il en avait marre des hurlements !

Les mois passèrent pourtant ainsi, modèle de patience et d'abnégation notre Lame Noire se faisait tout doucement à l'idée de passer le restant de sa vie à veiller sur le petit braillard qui s'assierait un jour ou l'autre sur le trône. Bon il était relativement mignon, il ne pouvait pas dire le contraire mais... Il criait trop. Oui voilà. Ce n'était pas digne d'un prince. Et quoi il n'avait même pas un an ? Il n'était jamais trop tôt pour bien faire ! A sa grande joie le garçon s'avéra toutefois plutôt précoce et fit ses premiers pas assez rapidement sans oublier de balbutier triomphalement ses premiers mots. Bon... Le temps finirait bien par venir où il serait capable de tenir une épée, fusse-t-elle de bois ! Et là les choses deviendraient sans doute plus intéressantes.

En attendant il se concentrait avec constance sur ce qu'il considérait comme une mission des plus vitale. En tant que capitaine de la garde de l'héritier c'était lui qui était responsable de la mise en place de cette garde justement. Il avait reçu tous pouvoirs de la part de l'empereur Rodrick et du commandant des Lames Noires pour recruter jusqu'à vingts hommes sélectionné parmi tous les corps de Lames Noires du royaume et sa sélection fut des plus draconiennes. Il privilégia de jeunes hommes sans famille et sans autre but dans la vie que le fanatisme à toute épreuve qu'il comptait bien faire grandir encore dans leurs têtes. Il les testa sans la moindre pitié, vérifiant leur niveau avec toute sorte d'arme même parmi les plus invraissemblables. Il les poussa jusqu'à leurs derniers retranchements, poussa plus loin encore jusqu'à ce que certains quittent les lieux avec des larmes dans les yeux. Il en piéga plusieurs, vérifiant leur loyauté et la mettant en balance avec leur vie. La magie elle même ne fut pas en reste et il alla jusqu'à engager un maître mage pour vérifier le niveau de ses candidats. Enfin et après des mois et des mois d'un travail acharné il sélectionna vingts hommes de dix-neuf à vingt-huit ans tous choisi avec un soin maniaque dans l'idée d'en faire un groupe harmonieux qui pourrait se compléter à tout moment et assurer une sécurité parfaite au profit du prince Gregorist. Les noms des élus tombèrent, et dans l'heure suivante ils commençaient l'entrainement.

Ses choix avaient apparemment été les bons au sujet de ceux qu'il avait recruté et si il fallu en remplacer un ou deux qui ne faisaient décidemment pas l'affaire Aaron était plutôt satisfait de ses recrues. Ils étaient tous très bons et avec du travail ils deviendraient parfaits. Il s'y acharna chaque jour tout en continuant à garder l'oeil sur son petit protégé qui galopait à présent à travers tout le château en compagnie de ses cousins. Encore d'autres Kohan sur qui il fallait garder l'oeil ! Le fils du comte, un certain Fabius ne posait pas trop problème mais l'héritier d'Aldaria était d'une toute autre paire de manche... Korentin... Korentin Kohan. Peste soit de ce gamin qu'il fallait parfois poursuivre pendant des heures à travers le château tout entier ! Les journées d'Aaron s'enchaînaient et ne se ressemblaient pas si ce n'était l'épuisement total qu'il ressentait à la fin de chacune, même la période qu'il avait passé à traquer les vampires avait été moins épuisante ! Pourtant et malgré tout, il en pouvait nier qu'il s'attachait de plus en plus aux petits Kohan et plus encore à Gregorist...

Trois années passèrent à l'issue desquelles l'impératrice Rachèle mit au monde un deuxième enfant, le dernier qu'elle aurait d'ailleurs mais à voir le bonheur qui illuminait son visage lorsqu'elle lui présenta la petite Esmelda Aaron comprit que la femme était comblée et qu'elle n'en demandait pas plus aux esprits. Fort de l'expérience qu'il avait à présent avec les nourrissons il se pencha sur le petit visage, s'attendant à ce qu'elle se mette à hurler comme son frère aimait tant le faire mais elle demeura silencieuse, fixant un grand regard curieux sur lui. Il ne pu s'empêcher de sourire en voyant ses traits. C'était Rachèle tout craché... Il aimait déjà cette enfant tout comme il aimait son frère et si il n'était affecté qu'à la garde de l'héritier il était certain qu'il n'hésiterait pas non plus à donner sa vie pour la petite fille le jour où le besoin s'en ferait sentir.

25 ans, c'est l'âge qu'il avait lorsque Esmelda vit le jour. Et cinq ans plus tard, le roi lui offrait le commandement de la guilde entière des Lames Noires.

Le commandant : les deux faces d'une lame. (1736 > 1749)

Il était arrivé loin, bien plus loin que ce qu'il avait lui-même prévu. Rejoindre les Lames Noires avait été un doux rêve et sa mère elle-même avait attendu de le voir vêtu de cet uniforme prestigieux avant de vraiment le croire. Que penserait-elle à présent, alors qu'à 30 ans il prenait la tête de ce corps légendaire ? Il ne le saurait jamais maintenant qu'elle avait rejoint l'esprit de la mort, mais il sentait sa fierté peser sur ses épaules.

Le petit prince grandissait à toute allure, sa soeur aussi ainsi que ses cousins. Aaron passait à présent plusieurs heures chaque jour à enseigner aux garçons l'art de tenir une épée aussi peu tranchante soit-elle. En tant que commandant il n'était pas obligé d'assurer d'aussi longues gardes et pouvait déléguer cette responsabilité à ses hommes afin d'avoir plus de temps pour la gestion de la guilde mais il s'y refusait, menant toujours une vie d'enfer à courir sans discontinuer après le temps qui lui manquait toujours. Il aimait cela, et il aimait voir les progrés des garçons qu'il avait engagé quelques années plus tôt pour veiller sur Gregorist. Leur corps était parmi les plus efficaces après celui du roi.

Gloria était sa ville à présent, et le palais impérial sa maison. Il s'y sentait bien, il y connaissait tout le monde et si il ne se liait pas facilement il en venait pourtant à se faire apprécier de pas mal de personnes y compris parmi les plus puissants. Le petit gars du peuple qu'il avait été avait fait bien du chemin. Apprécié par le roi, il lui arrivait de passer des heures à ses côtés et celui-ci semblait bel et bien décidé à l'anoblir avec ou sans son accord et à le marier par desus le marché ! L'idée de se faire passer la corde au cou ne l'enchantait pas véritablement, on lui sereinait sur tout les tons qu'à trente ans il devrait déjà être marié et père au moins deux ou trois fois mais pourquoi l'aurait-il dû ? N'avait-il pas déjà assez de responsabilité comme ça ? Responsable des petits Kohan et particulièrement de Gregorist, il était un homme comblé. Il céda finalement tout de même plus pour avoir la paix que par amour véritable mais la femme était belle et loin d'être sotte. Au moins lui réchaufferait-elle son lit...

Un mariage arrangé donc, elle se nommait Eliane et faisait partie de la petite bourgeoisie. Le roi aurait aimé qu'il jette son dévolu plutôt sur une femme noble quitte à ne viser que la plus basse noblesse mais il leur préféra la jeune femme au caractère bien trempé à laquelle il s'attacha finalement peu à peu. En 1732 une petite fille vit le jour, la sienne... Comme c'était étrange de poser les yeux sur un enfant et de s'apercevoir que celui là était le votre ! Leanne, c'est comme ça qu'ils décidèrent de l'appeler. Mal à l'aise, le jeune père préféra se réfugier dans son travail et se consacrer presque exclusivement à Gregorist. Lâcheté dirait sa femme, devoir répondrait-il.

Dans ces conditions il n'est pas difficile d'imaginer que son mariage ne tarda pas à battre de l'aile voir même à carrément prendre l'eau. Un cercle vicieux commença à s'établir, sa femme passait son temps à lui reprocher ses absences tandis qu'il s'ingéniait à ne la voir que le moins possible pour justement éviter ces reproches. En homme droit et honnête il reconnaissait sans mal à quel point il pouvait être un mauvais mari et un mauvais père mais pour rien au monde il n'aurait mis son travail de côté pour se consacrer plus à sa famille. Les Lames Noires étaient sa famille, et le petit Gregorist était la prunelle de ses yeux. Par pour autant qu'il n'aimait pas sa fille mais... Ce n'était que sa fille... Et ce qui devait arriver arriva

Citation :
1739 de l'âge d'argent, lendemain du 7ème anniversaire de Leanne

"Tu es un monstre d'égoïsme Aaron, elle ne te demande jamais rien. Elle t'adore quoi que tu fasses et sans même s'apercevoir que tu ne mérites que sa haine ! Elle s'était fait une joie de cette journée."

Silence. Aaron n'avait jamais été du genre bavard et ce genre de situation explosive avait plus tendance à le faire se renfermer plus encore dans sa coquille qu'autre chose. Droit comme un I, il observait Eliane sans sembler vraiment s'impressionner de sa colère. Une dispute de plus ou une dispute de moins, ce n'était pas comme si il n'en avait pas l'habitude hein ? Elle finissait toujours par se calmer. D'ailleurs elle finirait bien par être obligée de comprendre que son travail passait avant tout le reste. Il en allait de la sécurité du prince héritier ! Sa fille ne risquait pas de se faire assassiner à tous les coins de rues, elle. Quoique...

"Mais parles un peu ! Dis quelque chose pour changer ! N'as-tu donc une langue que pour tes Kohan ? A moins qu'ils ne te l'ai coupée dans leur folie ?"

Là elle allait trop loin, et la flamme ardente qui s'alluma dans les yeux du commandant le prouva bien de même que son ton lorsqu'il gronda :

"Prends garde à ce que tu dis, Eliane..."

Sentant qu'elle avait trouvé un angle d'attaque la femme ne se démonta pas pour autant et attaqua traitreusement :

"Et bien quoi ? Avec l'impact qu'ils ont sur ma famille je ne peux pas dire tout haut ce que je pense de la leur ? J'en ai assez des Kohan, assez de ton empereur, de ton impératrice et de ton prince qui prend tout l'amour que tu devrais avoir pour ta fille ! Tu vas m'arrêter ? Fais toi plaisir ! Mais ai au moins la grâce de tuer ta fille parce que si elle doit compter uniquement sur son père pour veiller sur elle autant dire qu'elle n'a aucune chance !"

Hystérique... Elle était hystérique... Il avait ouvert la bouche et même fait un pas en avant vers elle lorsqu'elle avait osé prononcer le nom des Kohan mais la suite l'avait simplement cloué sur place. Une lueur de souffrance s'alluma dans ses yeux clairs lorsqu'il protesta :

"Tu ne sais pas ce que tu dis..."

Elle secoua la tête, féroce

"Je sais parfaitement ce que je dis. Regardes moi dans les yeux Aaron et oses prétendre le contraire de ce que je vais t'affirmer. Entre la vie de ta fille ou celle de ton prince, tu sacrifierai Leanne sans la plus petite hésitation. Va tu le nier ?"

Un nouveau silence passa. Soufflé, le soldat ne pu soutenir que quelques secondes le regard impitoyable de sa femme. Elle n'attendit pas bien longtemps, ayant déjà lu en lui ce qu'il était incapable de reconnaître. D'un pas digne et irrévocable, elle quitta la pièce. Et sa vie.

Elle ne revint jamais. Il n'ignorait pas où elle se trouvait bien sur, pas bien loin puisqu'elle avait tout simplement rejoint ses parents dans le quartier riche de Gloria. Avec constance il veilla à ce qu'elle puisse vivre dignement et en ne manquant de rien. De temps à autre il venait même voir sa fille et partageait avec elle sur le seul sujet où il était à l'aise, l'art du combat. Il lui apprit à se défendre et fit d'elle une guerrière plus que correcte mais à aucun moment il ne cherchera à revoir Eliane. Un fossé terrible s'était creusé entre eux, elle restait sa femme au yeux de la loi et encore aujourd'hui il veille sur elle et sur son bien être, à distance respectueuse...

Le roi est mort, longue vie au roi Gregorist ! (1749 >> maintenant)

Ainsi libéré d'une vie de famille qui n'était vraiment pas faite pour lui il pu continuer à se consacrer à ce pour quoi il était né. Gregorist grandissait, et ce qu'il devenait plaisait à Aaron. Un jeune homme intelligent, dévoué à son royaume, courageux et doué avec une épée. Sa soeur n'était pas en reste et promettait d'être aussi belle et intelligente que leur mère au grand plaisir de l'empereur Rodrick qui de plus en plus sollicitait la présence du commandant des Lames Noires que ce soit pour connaître son avis sur divers sujet ou simplement pour échanger quelques paroles courtoises. Ils n'étaient pas toujours en accord, Aaron avait le tort d'être bien trop intransigeant et le roi riait souvent de ses durs conseils. L'aurait-il écouté que l'empire tout entier aurait marché au pas militaire ! Mais n'était-il pas un commandant ? C'était son travail d'être dur, sans pitié même, envers les ennemis de la couronne.

Rodrick était un bon roi, ni trop sévère ni trop tendre non plus. Pourtant, la dureté de son commandant semblait parfois lui poser problème et il n'hésita jamais à cadrer l'officier lorsque des épisodes trop litigieux lui arrivaient aux oreilles. Plus d'une fois il trancha en défaveur d'Aaron et par deux fois même il le sanctionna pour avoir été trop loin. Discipliné, l'homme prit note de ces remises en cause mais ne parvint jamais à vraiment mettre de l'eau dans son vin. Mélange d'ombre et de lumière, il était capable du pire et du meilleur pourvu que cela serve ses maîtres. A la mort de Rodrick il comprit qu'un épisode de sa vie venait de prendre fin et soutint de son mieux Gregorist qui devait à présent prendre ses responsabilités. Une ère sombre commençait, la guerre avec les vampires n'était plus évitable et malgré le rayon d'espoir que l'éclosion des dragons faisait briller sur Armanda il était à peu près certain que les choses allaient devenir de plus en plus compliquée...

Aujourd'hui, les rides ont creusés son visage. Ses cheveux et sa barbe grise témoignent du poids des ans qui commence à faire fléchir ses épaules. Nombreux sont ceux qui voudraient le voir raccrocher dans l'espoir de prendre sa place mais il demeure intraitable. Fier et impérial, il veille dans l'ombre du roi qu'il a vu grandir et la même flamme fanatique brille dans ses prunelles vigilantes...


Revenir en haut Aller en bas

Aaron Dessay [humain] > en cours VALIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Cessez de regarder ma lingerie et ouvrez cette satanée porte! {PV Aaron Dessay}
» Manger un humain n'est pas obligatoire. [Cours pour les vampires]
» The third temptation [Aaron]
» Cynthia
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: Fiches de personnages supprimés-