Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

[ Monologue, Flashback ] Tout un périple...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

[ Monologue, Flashback ] Tout un périple...  Empty
MessageSujet: [ Monologue, Flashback ] Tout un périple... [ Monologue, Flashback ] Tout un périple...  Icon_minitimeVen 13 Sep 2013 - 22:58

[ HJ : Ceci est un monologue qui décrit le voyage de Callie vers Aldaria. Il s'agit donc de la suite directe de son histoire. De plus, bien que je les posterais avec un intervale de temps, notez que d'autres jours sont à suivre, pour un total de 9 ou 10 (Je suis un peu incertaine). Bonne lecture Smile ]

Jour 1, la préparation.

Ce matin était différent, il était vide. Et si seulement il n’était pas précurseur d’autres similaires, ce n’aurait pas été aussi difficile pour Callie-Anne. La veille, Fion et Annaë avaient quitté la chaumière pour s’engouffrer dans la forêt. C’était un effort d’autruche, et la demoiselle le savait bien qu’elle refusait d’y croire. Après tout, l’elfe ne serait pas admis au sein de la barrière elfique, pas après ce qu’il commit, et sans cette protection magique, quelles étaient les chances de survie du couple ? D’un secouement de tête, la jeune femme chassa ses pensées noires de son esprit. Elle ne voulait pas croire au pire. Elle voulait croire que tout irait pour le mieux, et ce, dans le meilleur des mondes.

Ainsi donc, c’est seule qu’elle entreprit de se préparer pour son départ vers Aldaria. Elle était déçue que ses parents l’eussent forcée à les quitter. Malgré les risques imminents, Callie aurait voulu rester avec ces derniers. Qu’importait si elle y laissait sa peau, ils seraient en famille. Elle n’aurait pas cette douleur tiraillant son frêle cœur. Elle n’aurait pas cette envie de se recroqueviller au sol et pleurer toutes les larmes que son corps puisse produire, quitte en mourir de déshydratation. D’ailleurs, il y avait longtemps que l’humaine ne s’était pas sentie aussi seule. Cela remontait à son enfance, lorsqu’elle avait été bannie, selon les dires de sa maternelle, pour avoir sympathisé avec un elfe, Fion.

Ce sentiment de solitude, d’abandon, elle aurait voulu ne jamais le ressentir encore. Enfin, qu’importait. Elle pourrait pleurer toute la journée, mais elle avait à faire. La journée d’avant, ses parents avaient amassé leurs nécessaires pour survivre dans la forêt, maintenant c’était à son tour. Callie devait se trouver de la nourriture, de l’eau, des vêtements, des armes ( son arc et des flèches ), de quoi nourrir Ai et sûrement quelques plantes afin d’avoir un peu de revenu à son arriver dans la grande ville. Par ailleurs, parlons de la ville. La demoiselle avait une certaine envie de se rendre en Aldaria. Certes, elle avait peur. Il était peu dangereux pour elle de se rendre en Gloria, comme elle avait habitude de le faire, car personne ne pouvait la reconnaître. Mais en Aldaria, elle n’ignorait pas qu’il était possible qu’elle y croise son paternel. Elle devrait faire attention. Sauf que tous ses endroits qu’elle aimait quand elle était petite, elle pourrait y retourner.

Après tout, Callie avait été « arrachée » à cette vie de ville. Son accord n’avait pas été requis. Elle s’était habituée à la vie dans le vieux bois, mais cela ne voulait pas dire qu’elle aimait. Non, elle s’ennuyait même de la vieille dame qui vendait des roses au coin de la rue. Ou encore de la pâtisserie qui offrait du pain chaud le matin. Peut-importe quelle boulangerie elle avait fréquentée en Gloria, aucune n’avait le goût de ses souvenirs. Aldaria, sa ville natale. La nostalgie était là. La preuve qu’il y avait du positif dans tout, non ? Mais ça ne changeait pas qu’elle avait erré amplement dans ses souvenirs pour une journée.

Le soleil marquait l’aube, elle prit donc son sac de cuir, ses gants et le couteau puis elle s’aventura dans la forêt. Elle laissa Ai à la maison, voulant qu’il se repose. Elle n’avait pas l’intention de se rendre très creux dans le boisé et donc, elle n’avait pas besoin de la monture. Elle prit aussi son arc et son carquois, après tout, on ne sait jamais. Le ciel était clair, l’air frais et le soleil bien brillant. Bref, c’était une température belle et clémente.

Elle passa son avant-midi à ramasser des herbes, feuilles et fleurs, puis s’arrêta et se fit un repas de fruits. Puis elle consacra son après-midi pour préparer de la nourriture. Elle cueillit des fruits, et des racines comestibles, elle savait qu’elle avait quelques morceaux de viande séchée à la chaumière. Elle finit par couper de l’herbe haute pour Ai. Elle n’oublia pas de remplir un baril d’eau, qui fut d’ailleurs pénible à trimbaler jusqu’à la demeure. Après avoir soupé un peu de porc rôti sur le feu, elle entreprit de tout installer dans la charrette. Sa malle était emplie de vêtements, et elle y ajouta les plantes. Elle y mit aussi l’eau et ses vivres. Le soleil n’était pas encore couché qu’elle se glissa au lit. Le lendemain, elle quitterai dès le levé du soleil, peut-être plus tôt.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

[ Monologue, Flashback ] Tout un périple...  Empty
MessageSujet: Re: [ Monologue, Flashback ] Tout un périple... [ Monologue, Flashback ] Tout un périple...  Icon_minitimeJeu 19 Sep 2013 - 4:11

Jour 2, le soleil brille... Trop.

Un autre matin difficile. Après tout, elle le savait qu’il le serait, comme les autres. Il lui faudrait probablement un bon moment, quelques mois, avant de s’y faire. Elle se tira du lit et puis se vêtis. Callie-Anne prit ses couvertures et les déposa sur la charrette, afin de camoufler le contenu de ce dernier. Elle attacha grossièrement le tout avec des cordes. Elle passa son arc à son torse, son carquois en place. Elle avait ses six flèches avec elle. Oui, que six. Ce n’était pas beaucoup, mais elle n’avait pas l’intention de réellement les utiliser. Elle attela Ai et enfourcha le cheval. Le chariot ne venait pas avec un banc, et par ailleurs la monture n’avait pas de selle.

Callie avait l’intention de se concentrer sur la journée devant elle. Si elle cessait de penser à ce qu’elle devait faire, elle penserait à se sentiment qu’elle refoulait. Elle ne voulait pas. Non, car elle ne voulait pas souffrir. C’était encore une belle journée. Ensoleillé, température agréable et petite brise délicate. Elle aimait le vent, le sentiment de ce dernier contre sa joue. Bref, une bonne journée qui commençait, c’est ce qu’elle crut ( ou espérait ? ).

Sortir du vieux bois était facile pour la jeune femme. Mais par après, ce ne l’était pas. Elle ne connaissait pas le chemin. Fion lui avait néanmoins dessiné une carte grossière et lui avait expliqué ce qu’elle avait faire. En somme, elle suivrait la rivière, la traversant dès que possible, pendant quelques jours puis se dirigerait au sud. Un voyage de quelques jours, six ou sept, selon l’elfe. Rien de plus simple non ?

Ainsi donc, elle dirigea le cheval vers le cours d’eau et commença son périple. Le tout sembla très banal au début. Elle passa pratiquement toute la journée à longer, simplement, le Wylorel. Néanmoins, elle se devait d’admettre que la température n’était pas idéale. Certes, il faisait très ensoleillé, et c’était bien là le problème. Il faisait trop chaud, beaucoup trop chaud. Lors du zénith, elle avait dû s’arrêter et s’abreuver amplement, aisni qu’Ai, et pourtant elle était encore sous couvert des arbres de la forêt. Callie comprit bien vite que voyager de jour serait trop difficile. La nuit était plus fraîche, elle y verrait moins bien, mais elle y serait plus à l’aise.

De toute sa journée, elle tenta de garder son esprit sur avancer. Déjà, moins de 48 heures après avoir été séparée de Fion et Annaë, elle se sentait seule. Elle n’était pas non plus idiote. Elle savait que le sentiment ne disparaîtrait pas. Elle savait qu’il s’amplifierait. Elle avait envie de rebrousser chemin, de retourner à la chaumière. Et si ses parents avaient fait de même ? Peut-être serait-il là, à l’attendre avec un souper bien chaud. C’était possible non ? Non. Peut-importe ce qu’elle ferait, elle ne retournerait pas à la maison. Elle l’avait promis, elle n’avait plus le choix. Elle devait avancer.

C’est ainsi que, la nuit venue, la jeune femme tenta du mieux qu’elle pouvait de rester éveillée. Il va de même pour la monture de cette dernière. Elle devait faire de son mieux pour briser leurs cycles de sommeil, quitte à le repousser de quelques heures. Il devait être trois heures du matin lorsque Morphée gagna contre la demoiselle. Elle et sa bête étaient couvertes d’une des couvertures de laine. Callie voulait simplement faire une sieste, à leurs réveils, ils reprendraient chemin. Ils quitteraient le vieux bois dès l’aube.
Revenir en haut Aller en bas

[ Monologue, Flashback ] Tout un périple...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La politique du « tout va mal »...
» Tout le monde s'en fout...
» Nath, tout simplement
» Colos, dessin ... un peu de tout ! =)
» Ils auront réussi à mater, à endiguer tout élan d'insurrection en Haïti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-