Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeVen 7 Juin 2013 - 18:53

Jeönyr redressa le capuchon de sa cape pour couvrir sa tête, ils approchaient de Gloria après tout et se dissimuler était la seule façon pour les loups de pénétrer dans la ville, c’était le prix à payer lorsque l’on est recherché par les autorités. Il se tourna vers la Louve, qui avait déjà couvert son visage depuis belle lurette. Elle semblait distante depuis les étranges évènements qui entouraient sa disparition, bien qu’elle se fût efforcée de se montrer en bon état devant ses loups, les blessures physiques qu’elle avait reçu ne paraissaient déjà presque plus mais il y avait un certain quelque chose qui avait changé dans le fond de ses yeux. Toutefois, Jeönyr n’arrivait pas à mettre le doigt dessus et cela le troublait. Elle qui lui avait toujours semblé si forte et qui avait mené sa horde depuis le tout début lui semblait maintenant…apeurée, inquiète? C’était possible, après ce qui s’était passé, Mélusine avait toutes les raisons du monde de l’être et d’autant plus que le poids de la horde lui pesait sur les épaules. La perte de leurs frères en ajoutait aussi davantage, le vampire qui avait causé leur mort devait être éliminé, heureusement que leurs alliés vampiriques étaient arrivés, si non la horde se serait retrouvée sans chef et avec trois vampires qui étaient jadis de leur famille. Le fait que Bastian et Eward soient maintenant des monstres assoiffés de sang l’enrageait, et si jamais il les retrouvait? Aurait-il le courage de les envoyer au trépas? Néanmoins, Jeönyr faisait tout son possible pour retirer ne serait-ce qu’une infime partie de cette charge à sa chef, dans l’espoir de pouvoir lui offrir un minimum de repos. Mais rien de ce qu’il faisait ne semblait faire effet, ainsi lorsque la Louve annonça qu’elle se rendait à Gloria pour affaire, Jeönyr se leva immédiatement pour l’accompagner et c’est ce qu’il fit. Les bandits traversèrent les portes de la ville sans grand tracas et en évitant quelques gardes de temps en temps, ils arrivèrent dans le quartier plus pauvre de celle-ci et Jeönyr suivit la Louve dans le méandre des ruelles qui composaient l’endroit. Elle souhaitait trouver Amelian, chef des lames rouges, pour l’informer de l’existence du monstre qui l’avait attaquée, c’était justifié puisque cette personne se trouvait être de la famille de Mélusine et tout comme elle protégeait ses loups, elle protégeait sa cousine. La rébellion contre la royauté semblait être de famille, deux cousines toutes deux à la tête des deux plus grandes organisations allant à l’encontre des Kohan. N’ayant jamais rencontré la cousine de Mélusine et ne sachant pas comment retrouver les lames rouges, Jeönyr se contenta de suivre la Louve, à l’affut de menaces potentielles, bien que la présence d’un vampire dans une aussi grande ville humaine l’étonnerait au plus haut point, il était toujours possible qu’un être vivant puisse leur poser problème. Heureusement, ou malheureusement, il y avait beaucoup de passants, les dissimulant des gardes mais rendant plus difficile sa tâche de veiller à ce que rien n’arrive à la Louve et les deux brigands devaient zigzaguer dans la masse humaine pour avancer vers leur objectif, ce qui les ralentissait.

Au bout de quelques instants, il aperçut un trio de garde qui poursuivait un gamin… Et ils venaient vers eux. Le petit voleur, car il en était un, transportait quelques miches de pains, prises à un boulanger un peu plus haut sur la rue qui devait maintenant être en rogne. Comme quoi l’histoire se répétait, cet enfant semblait avoir environ le même âge que lui lorsqu’il avait commencé sa vie de voleur. Le voleur de pain courrait vite, heureusement, et avait une certaine avance sur ses poursuivants, qui l’avait perdu de vue dans la foule. Ainsi, il agrippa doucement de la main Mélusine, qui avait tout autant que lui, si non plus, l’habitude d’éviter d’attirer l’attention, et prétexta d’être intéressé par l’étalage de fruits du marchand le plus près. À peine quelques secondes plus tard, Jeönyr attrapa le jeune voleur de l’autre main et l’amena à côté de lui, le cachant habilement de sa longue cape en lui faisant un bref clin d’œil accompagné d’un sourire qui se voulait rassurant, l’enfant ayant cru qu’il allait être remis aux gardes. En attendant que ces derniers s’éloignent, croyant toujours poursuivre le gamin, Jeönyr acheta une pomme au marchand et donna cette dernière au voleur de pain, qui semblait affamé, les côtes creuses et de profondes cernes sous les yeux. Lorsque les gardes furent plus loin, il ébouriffa gentiment les cheveux de l’enfant et lui adressa la parole.

- Maintenant, retourne tranquillement chez toi, évite de courir, cela attire les regards, d’autant plus que tu transporte de la nourriture. Mange bien et prends soin de toi, d’accord?

Le jeune voleur ne répondit rien, mais hocha la tête avec énergie et sans un mot, se fondit dans la foule, disparaissant rapidement aux yeux de Jeönyr qui se retourna vers Mélusine, l’air quelque peu gêné, il y avait un risque dans ce qu’il venait de faire, puisque cela aurait pu attirer l’attention sur eux, chose qu’il fallait éviter à tout prix, mais il n’avait pu s’en empêcher. Il s’excusa donc à la Louve, ne sachant pas trop comment elle réagirait à cet acte. Il la connaissait depuis longtemps, mais ils étaient rarement sortis en ville ensemble. Toutefois, Jeönyr ne pensa pas que cela lui dérangerait énormément, elle avait un bon cœur tout de même.


Dernière édition par Jeönyr Methus le Mar 18 Juin 2013 - 15:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeSam 8 Juin 2013 - 19:54

Les jours passaient, éloignant le souvenir de son agression mais n'en atténuant pas les séquelles morales pour autant. Physiquement elle allait bien, elle pouvait même dire qu'elle avait une meilleure forme que par le passé puisqu'elle y faisait encore plus attention, décidée à ne plus se retrouver dans un état de faiblesse comparable à celui qu'elle avait pu ressentir face à cet Ethan. Ethan Enäel... Elle connaissait son nom désormais grâce aux deux vampires qui l'avaient tirée d'affaire mais cela ne l'avançait pas pour autant, seule elle n'était pas de taille. Fort heureusement elle ne l'était pas ! Et elle avait même deux alliés vampirique bien qu'elle soit plus liée à Roëric qu'à Kylian et... Une Kohan ! Aussi étrange que cela puisse paraître... C'était d'ailleurs la raison de sa visite à Gloria, elle était en train d'imaginer un plan pour nuire aux vampires et la princesse en était un rouage important. Accepterait-elle de l'aider ? Elle n'en doutait pas, ayant lu dans ses yeux son désir d'être utile et d'agir contre les êtres répugnants qui massacraient son peuple. Mélusine allait donc devoir trouver le moyen de la joindre facilement et sans leur faire prendre trop de risques à tous les deux, pour cela elle devait étudier le terrain. Difficile d'expliquer à ses loups qu'elle avait la ferme intention de les allier à une Kohan pour mettre des bâtons dans les roues des vampires ! Aussi préféra-t-elle leur annoncer qu'elle se rendait à Gloria pour trouver Amelian, sa cousine. Ce n'était pas un mensonge de toutes façons, elle devait le faire aussi pour la mettre en garde contre l'espèce de sangsue qui se promenait dans cet univers et qui allait peut-être avoir envie de la retrouver, ou de trouver ceux à qui elle tenait afin d'ensuite s'en servir contre elle et donc contre Roëric. On était jamais trop prudent.
Jeönyr était du même avis apparement puisqu'il demanda à l'accompagner à la capitale. Cela n'étonna pas Mélusine qui était habitué au caractère hyperprotecteur de ses frères et qui en avait trop pris dans la figure dernièrement pour ne pas accepter le fait qu'elle avait effectivement besoin d'eux. Non pas que Jeo pourait grand chose si ils recroisaient cet Ethan mais il y avait peu de chance qu'il leur tombe dessus entre les murs de la cité, néanmoins les hommes pouvaient eux aussi s'avérer dangereux par moment. Surtout lorsqu'ils portaient une armure de garde... C'est ce à quoi elle songea en baissant la tête tandis que deux d'entre eux les croisaient sans accorder un seul regard au voile qui masquait son visage, bon... Ce n'était pas le moment d'attirer l'attention.

"ARRETEZ CE GOSSE !"

Zut... Voilà qui n'allait pas arranger leurs affaires, le petit voleur qui se faisait poursuivre par les gardes se dirigeait droit vers eux en plus. Que pouvait-elle pour lui ? Son coeur se serrait à l'idée de ce qui allait lui arriver si on l'attrapait mais elle-même risquait encore plus gros. Jeönyr régla le problème et mit un terme à ses hésitations en réagissant en une seule seconde. Sans comprendre ce qui lui arrivait le petit garçon se retrouva caché sous la cape du voleur et la louve en fut réduite à leur décerner à tout deux un regard sévère en se plaçant entre eux et les gardes dans l'espoir de mieux les cacher. Non mais il avait perdu la tête ? Pour peu qu'ils lui demandent de retirer son voile et ils oublieraient aussi sec le petit voleur de pain pour se féliciter d'être tombés sur une si belle prise ! Par miracle, ils passèrent leur chemin et Jeönyr pu libérer son nouveau camarade :

Maintenant, retourne tranquillement chez toi, évite de courir, cela attire les regards, d’autant plus que tu transporte de la nourriture. Mange bien et prends soin de toi, d’accord?

L'enfant opina avec énergie avant de se volatiliser, les laissant seuls. Mélusine secoua la tête en le fixant de son regard sombre :

"C'était une folie furieuse."

Elle appuya sa réprimande d'un court silence avant de reprendre sur un haussement d'épaule :

"Mais tu as bien fait... Continuons, je sais où nous pourrons trouver des amis d'Amelian presque à coup sur"

Elle parlait d'une maison non loin de l'endroit où ils se trouvaient et qu'elle connaissait pour être une planque des Lames Rouges. Ils y cachaient du matériel, des vivres et surtout ils s'en servaient comme boite aux lettres, y cachant des messages que leurs camarades venaient récupérer de façon régulière. Il leur suffirait d'attendre ce "facteur" pour entrer en contact avec la célèbre guilde rebelle. Rien de plus facile ensuite que de se faire guider jusqu'à sa cousine.

"Zut ! Stop, reculons !"

Trop tard... Trop emportés par leur élan et certains de tomber sur des Lames Rouges dans cette planque les deux loups n'avaient pas pris garde à ce qu'il se passait dans le coin. Apparemment les gardes étaient parvenu à trouver la planque et étaient occupés à la fouiller ! Les voyant approcher avec tant de conviction ils n'hésitèrent pas à se tourner vers eux :

"Par ici vous deux, alors on revient au bercail ?"

Douce ironie que celle-ci... Voici que les Lames Noires confondaient les loups de la Horde avec des Lames Rouges... Mélusine aurait sans doute le temps d'en rire plus tard, pour le moment elle était décidée à ne pas obtempérer à la demander de ceux là...

"Vite, fuyons !"

Et elle tourna les talons en poussant Jeönyr, ils étaient sur le point de s'enfuir malgré les vociférations des soldats quand un fracas énorme les fit se retourner, qu'est-ce que c'était que ce... Truc ???


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeDim 9 Juin 2013 - 19:34

Responsabilité, un mot qui ne rime pas vraiment avec les mœurs de Miranthe, celui-ci trouvait continuellement une excuse douteuse pour fuir ses obligations lorsque le besoin s'en faisait ressentir, c'est-à-dire très souvent, d'où ces petits voyages qu'il effectuait régulièrement à Glacern pour passer le temps ou plutôt se perfectionner dans le domaine physique et surtout pour pouvoir boire un bon petit coup sans que quelqu'un ne soit présent pour lui en tenir rigueur. D'ailleurs, il y avait très peu de personnes capables de lui faire de quelconques remontrances, à vrai dire, chaque sortie dans une taverne avait le don de le rendre merveilleusement insensible aux réprimandes, quoi qu'il en soit, il oubliait à chaque fois ce qu'il avait fait et ce qu'on avait pu lui dire. Heureusement pour lui, de temps à autre une bonne bagarre éclatait dans le but de le divertir un peu et surtout lui rappeler ses priorités. En parlant de devoir, il avait du prendre le relais de la Garnison des lames rouges en plein cœur de Gloria, Amelian était parti il y a peu pour... Pour... Après tout peu importe, il savait qu'elle était parti et c'était le principal, elle finirait tôt ou tard par revenir et en attendant ! Il y avait de quoi faire pour passer le temps ! Une agitation palpable et une atmosphère lourde prônaient au sein de la ville, il fallait donc y remédier et quoi de mieux que de commencer par une petite escale à la taverne du coin pour se mettre en condition et débuter les hostilités contre les troupes de l'Empereur Gregorist. Comme tout fanatique de l'Alcool qui se respecte et surtout n'allez pas le comparer à un ivrogne au risque de l'offenser, il avait un petit coin à lui, une taverne à laquelle il était extrêmement fidèle. Son entrée das cette dernière était toujours remarquée, sa carrure imposante passait difficilement les portes trop petite pour lui de la ville, mais depuis le temps il s'y était adapté et ne manquait pas une occasion de faire des courbettes pour aller boire un petit coup.

« Miranthe, ne devrions-nous pas d'abord nous occuper de la tournée de nos planques respectives avant d'entamer la tournée des tavernes ? » s'interrogea légitimement une des lames rouges l'accompagnant plus par obligation que par choix.

En guise de réponse il hérita tout simplement d'un grognement de mécontentement, Miranthe n'était visiblement pas décidé à travailler tout de suite, bien que l'envie de cogner sur ses fichus lames noires commençaient à le démanger de plus en plus depuis son retour au cœur de Gloria. Bien évidemment une chaise ne suffisait pas, la banquette du coin était la bienvenue pour savourer le tonnelet que lui apporta l'aubergiste sans trop tarder, ne connaissant que trop bien le caractère grognon de l'homme lorsqu'il n'avait pas de quoi se remplir le gosier rapidement. Bien sûr, il ne lui fallait pas bien longtemps pour vider le baril, ni même pour en commander un autre sous le regard dépité des siens qui eux ne savaient pas comment réagir face au Colosse et cette soif démesurée, habituellement, Amelian arrivait à gérer le soucis puisqu'il était son compagnon de beuverie et arrivait de temps à autre à l'écarter de la voie de l'alcool pour se tourner vers d'autres domaines tout aussi passionnant. De leur côté, les lames rouges se tournaient plus ou moins les pousses jetant un œil de temps à autre sur Miranthe qui n'était visiblement toujours pas décidé à s'arrêter, les autres clients eux ne s'en souciaient même plus et préférait faire abstraction de son imposante présence probablement par peur de croiser son regard et être confronté aux excès de violence perpétuelle dont il est à l'origine sans la moindre raison.

« Bien est-ce que nous allons pouvoir enfin y aller ? » Tenta l'une des lames rouges visiblement de plus en plus impatiente.

« Non. » Dit-il sur un ton catégorique.

« Mais... »

« J'ai dit non, j'ai soif. »

« Cela fait bien une bonne heure que tu ne cesses de boire encore et encore cette boisson aux effluves désagréables... » lança la lame rouge qui aussitôt fut reçu par un regard noir lancé par le Maître d'Arme qui plongea son regard bleuté dans celui de son interlocuteur qui visiblement venait purement et simplement de l'offenser. Pour le coup, l'insolent se contenta de déglutir alors qu'une petite goutte de sueur commençait à perler sur son front, il connaissait le sort réservé aux insolents qui avaient la fâcheuse tendance de l'interrompre dans son petit rituel. Néanmoins, l'irruption d'un homme essoufflé dans l'auberge vint couper le Faucheur dans son élan alors qu'il s'apprêtait à en découdre avec l'un des siens sans afficher la moindre hésitation. Pour en revenir à l'homme qui était entré, il s'agissait d'une lame rouge, une jeune recrue qui faisait la plupart du temps office d'éclaireur plutôt que de combattant, mais un brave homme d'après Miranthe, du moins... Peut-être. Ce dernier se dirigea droit vers le Colosse qui tentait de se concentrer pour savoir lequel des quatre hommes il fallait regarder.

« Arrête de bouger petit, tu me donnes mal à la tête. »

Bien trop essoufflé, le jeune homme ne prit pas la peine de relever la remarque en lui disant qu'il ne bougeait pas d'un pouce pour éviter toutes discussions stériles avec son supérieur.

« Miranthe... » Puis il reprit une grande inspiration pour poursuivre : « Une de nos planques a été découverte... Je... J'ai du fuir, ils étaient trop nombreux pour moi. »

Percevant tout juste les quelques sonorités des mots qu'il venait de prononcer Miranthe reprit une gorgée sans vraiment se soucier de ce que venait de lui dire la lame rouge, après tout, cela arrivait souvent qu'une de leur planque servant de boite aux lettres était découverte par tel ou tel personne, alors à quoi bon s'en soucier une fois de plus ?

« Allez poussez-vous et laissez-moi tranquille. » Rétorqua Miranthe en secouant la tête comme pour chasser les quatre lames rouges devant lui.

« Mais Miranthe... Les lames noires... » Il n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'une bourrasque vint le renverser pour le faire retomber sur les fesses tandis que des beuglements en tout genre fusaient dans tous les sens. « Vont tout détruire... » Finit-il plus pour lui-même qu'autre chose, Miranthe avait déjà déserté l'auberge laissant au soin des autres lames rouges de régler ses consommations, comme d'habitude d'ailleurs, il trouvait tout le temps le moyen de se défiler. Mais prononcer le mot magique déclenchait chez lui un état euphorique faisant redescendre « presque » instantanément son taux d'alcool. Il n'y avait plus une minute à perdre, bien qu'il ne savait pas du tout où chercher en premier lieu, il n'en avait que faire et préférait courir comme un dératé dans les ruelles de la ville renversant ou emportant sur son passage quelques malheureux habitants qui tentaient au mieux de se détacher du Géant. Sous chacun de ses pas le sol tremblait, soulevant par la même occasion une nuage de poussière relativement important, sa faux quitta rapidement son dos pour venir se loger dans sa main pour effectuer de grands moulinets dans les airs sans vraiment penser qu'il pourrait accidentellement blesser des innocents.

« Par ici. »

Heureusement pour Miranthe, les lames rouges connaissaient ses habitudes et sa mémoire relativement importante et sans faille... Ils s'étaient postés à différents endroits de la ville pour indiquer la bonne route à suivre afin qu'il ne se perde pas trop, d'ailleurs il était miraculeux de le voir réussir à prendre la bonne route, du haut de ses 2m30 il ne voyait pas beaucoup de monde et encore moins sous l'effet de l'alcool. D'ailleurs en parlant de voir, emporté par son élan et sa carrure il percuta de plein fouet la carcasse d'une lame noire sur son passage qu'il emmena avec lui à travers un mur ne laissant même pas le temps aux autres Soldats de réagir. Un fracas terrible s'en suivit tandis qu'il était encore possible de percevoir les débris de la bâtisse commencer à bouger. Finalement, les lames noires qui allaient probablement tout détruire de la planque n'auraient plus rien à faire, Miranthe avait réussi à lui seul à enfoncer le mur du bâtiment avec la vitesse et sa force. D'ailleurs lorsqu'il ressortit des débris tout poussiéreux en titubant légèrement il détacha le corps du garde qui avait eu le malheur de s'incruster contre son torse.

« Depuis quand il y a un mur ici. » Dit-il en laissant retomber la lame noire un peu plus loin. Il ramassa sa faux à la lame pourpre et avança de façon approximative en direction du restant de la garde. « Allez ! Venez ! » Hurla-t-il en réitérant de grands mouvements dans les airs avec son armes. Mais visiblement, cette intervention peu probable et le bordel monstre qu'il avait causé à lui seul suffisait à faire réaliser quelques pas en arrière aux soldats qui affichaient un air un peu hésitant à l'idée d'affronter le Maître d'Arme visiblement un peu éméché. De plus, son arrivée n'annonçait rien de bon puisqu'il était constamment suivit de ses lames rouges qui en dehors de ce reproche concernant l'alcool n'avait rien à dire sur la manière dont il dirigeait la garnison au combat.

« Par ici ! Ne courez pas ! » Dit-il en tentant de s'élancer dans la direction d'une lame noire qui venait de prendre ses jambes à son cou, mais il se prit les pieds dans les décombres et roula sur le sol en grognant tandis que le Soldat suivit de l'un de ses confrères se dirigeait vers les deux silhouettes que distinguait tout juste le Faucheur. Quand il se releva, les soldats qui avaient fuis étaient au sol, comment ? Il n'en savait rien, mais cette simple vision suffit à le mettre d'encore plus mauvaises humeurs, il tolérait que les lames rouges cognent sur des lames noires présente pour s'en débarrasser, mais que de parfait inconnu lui vole son passe-temps c'était une toute autre affaire.

« Mouarf » grogna-t-il en avançant dans la direction des deux silhouettes, le géant était dans un sale état, du moins plus poussiéreux qu'autre chose et le bâtiment qui faisait office de repaire n'était plus. De quoi faire plaisir à Amelian lors de son retour, mais d'ici là il trouverait bien un moyen comme un autre de réparer les dégâts. Une fois à hauteur des deux protagonistes, il perçut enfin une silhouette féminine qui ne lui disait absolument rien et celle d'un jeune homme qui semblait l'accompagner : « Attention les tourtereaux, les environs sont relativement dangereux. » Dit-il en tapotant délicatement la tête de la Jeune femme. (A noter que la délicatesse de la lame rouge laisse quelque peu à désirer bien entendu...) Puis il releva la tête vers l'un des siens qui avec ses bras lui faisait des grands signes en désignant la jeune femme. Visiblement, il devait y avoir une raison à cela, mais laquelle ? Il n'en savait rien ou ne s'en souvenait plus. Il se gratta la barbe lentement en dévisageant l'inconnue de la tête aux pieds.

« On se connaît ? » Demanda Miranthe en détournant la tête pour observer celui qui l'accompagnait : « Tu feras...Hic... attention avec ton cure-dent gamin ça peut être dange..hic...reux. » Envoya-t-il le tout accompagné d'un somptueux rôt.

Bien évidemment, il empestait l'alcool et ces deux là ne tarderaient pas à s'en rendre compte si ce n'était pas déjà fait puisqu'il se baissa de moitié pour pouvoir leur adresser la parole sans même prêter attention aux gestes de l'autre lame rouge qui n'en avait pas fini et semblait vouloir lui faire comprendre qu'il s'agissait de Mélusine la dirigeante de la Horde et cousine d'Amelian...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeLun 10 Juin 2013 - 5:16

Ce n’était pas si mal au fond, bien entendu son sauvetage n’avait pas plu à la Louve, mais elle savait tout autant que lui ce qu’il arrivait aux voleurs qui se faisait attraper en ville, d’autant plus qu’elle était une femme et que les hommes avaient tendance à les malmener davantage. Mélusine secoua sévèrement la tête et qualifia son acte de folie furieuse, c’était justifié, après tout s’il avait été vu, les gardes les auraient interpellés et ça en aurait été finit de leur escapade. Heureusement pour le brigand, sa chef haussa les épaules en ajoutant qu’il avait bien agit, ce n’était pas comme si elle pouvait véritablement le gronder après tout, ils n’avaient pas été repérés. Jeönyr se promit toutefois de faire attention à ne pas contrarier davantage la Louve, qui avançait résolument dans les ruelles, était-ce pour évacuer sa colère possiblement provoquée par l’agissement de son accompagnateur? Enfin, ce qui était fait ne pouvait être changé et la Louve ne pouvait le tenir en rogne, n’aurait-elle pas fait la même chose? À peine la question formulée dans sa tête, le voleur se dit que peut-être que non après tout, si les gardes n’avaient pas été aussi distants avec leur proie, Jeönyr n’aurait peut-être pas tenté le coup. Au risque que le voleur de pain passe un moment en prison, les deux loups n’auraient pas été remarqués et c’était cela qui importait le plus. Il fut arrêté dans sa réflexion qui tournait sans cesse en rond par l’ordre prononcé par Mélusine. Reculer. Il se déplaça d’un demi-pas sur le côté, histoire de voir clairement ce qui se passait au-devant sans être caché par la Louve. Des lames noires, cela n’annonçait rien qui vaille, ils fouillaient le bâtiment qui se trouvait devant eux, c’était là qu’ils devaient contacter les lames rouges? Probablement puisque les gardes les interrogèrent, une seule question qui en disait long. Deuxième ordre. Fuite. La Louve poussa Jeönyr, qui allait obtempérer, mais un fracas énorme arrêta les deux fuyards.

Ils se retournèrent pour apercevoir un nuage de poussière, peu importe ce que c’était, c’était assez pour attirer l’attention des soldats. Loups comme soldats restèrent paralysés quelques secondes alors que les débris qui composaient jadis le mur de la planque s’agitaient, il suffit de quelques instants de plus pour en voir émerger une grande silhouette. Véritable colosse, le nouvel arrivant tenait une faux proportionnelle à son corps et la carcasse d’une lame noire s’était empalée contre son torse. Il retira cette dernière et provoqua ses adversaires, qui semblaient réticents à l’affronter, même terrorisés. Toutefois, le géant ne leur causa pas plus de dégât, s’écroulant dans les débris, Jeönyr comprit rapidement que malgré cela, il y avait autre chose. En effet, une troupe de soldats ne tarda pas à poindre au coin de la ruelle. Des renforts? Non, ils étaient avec le colosse. Des lames rouges? Et pourquoi pas, ils avaient dû avoir vent de l’opération des lames noires et ils étaient venus les empêcher de causer trop de dommage. Ils entrèrent dans leur planque, mettant rapidement en déroute les lames noires, qui ne s’étaient pas attendu à une telle intervention. Les lames rouges étaient efficaces mais deux lames noires parvinrent à s’échapper de la mêlée. Malheureusement, leur espoir de sortie se trouvait à être dans la direction des deux membres de la horde. Ils auraient dû se retirer tandis que la confusion des soldats le leur permettait. Il était trop tard maintenant, ainsi le loup dégaina son arme et, profitant de la distance qui séparait encore les lames noires et les bandits, il se déplaça doucement entre la Louve et leurs assaillants. N’était-ce pas là l’occasion pour lui de racheter son acte stupide de tout à l’heure? Ou considérait-elle qu’il agissait encore de manière surprotectrice, ce qui l’énerverait de temps à autres. Enfin, les fuyards étaient à portée de sa lame. Jeönyr para le coup de son opposant à droite, tournant vers ce dernier en évitant l’arme de l’autre lame noire. Ils ne cherchaient pas à combattre les loups, seulement à s’éloigner de la furie des lames rouges, qui approchaient d’ailleurs. Continuant sur sa lancée, le bandit tournoya un peu plus et, maintenant derrière les deux soldats, il fit pivoter son épée, l’envoyant vers la nuque de son premier assaillant, la lame s’enfonçant profondément dans la chair, malheureusement pour lui, exposée de son adversaire. Une fois remis de cette attaque, Jeönyr chargea l’autre lame noire, fauchant ses jambes du plat de son épée, le faisant chuter avant qu’il n’ait pu atteindre Mélusine et alors qu’il se débattait pour se remettre sur pied, une flèche vint se ficher entre ses omoplates, rapidement suivie d’une autre, ce fut suffisant pour le dissuader de se lever, achevant du même coup son existence. Le voleur releva la tête, s’adressant à sa chef d’un ton poli comme à son habitude, la plupart des loups vouvoyaient leur meneuse, mais au fil du temps, Jeönyr avait pris l’habitude de la tutoyer gentiment, ayant comme objectif de se rapprocher un peu plus d’elle, pour que la Louve se sente un peu moins seule à la tête de la horde et qu’elle puisse ressentir un minimum de support.

- Tu n’as rien?

C’est à peu près à ce moment que le géant se réveilla, grommelant quelques mots incompréhensibles et s’approcha des bandits. Jeönyr se replaça instinctivement entre le colosse et Mélusine, mais voyant que le personnage ne leur voulait pas de mal, il rabaissa sa garde, se tournant vers la Louve en lui jetant un bref regard inquisiteur, le connaissait-elle? Le géant tapota la tête de Mélusine, sous le regard de Jeönyr, qui aurait bien voulu lui dire de se calmer, mais c’était assurément stupide. D’autant plus que sa main avait déjà quitté le crâne de la Louve, qui semblait avoir été reconnue par au moins une lame rouge qui s’évertuait à tenter de le montrer au géant, qui n’y comprenait rien. Jeönyr ne fit pas attention à la première remarque de ce dernier, assez étrange d’ailleurs. Puis ce fut vers le bandit que l’attention de l’ivrogne fut portée, lui indiquant que son << cure-dent >> pouvait être dangereux, achevant sa phrase d’un rôt qui fit froncer les sourcils du voleur. Quelle quantité d’alcool cet énergumène avait-il bien pu ingurgiter pour se retrouver dans un tel état? Il puait l’alcool à plein nez, ce qui déplairait assurément à la Louve, toutefois il était arrivé à un bon moment, leur permettant de ne pas avoir à semer les lames noires dans la ville. Ainsi, Jeönyr rengaina son épée, recula de quelques pas et se mit côte à côte avec sa chef, n’ayant aucune idée de la façon qu’il pourrait débuter un quelconque échange verbal avec le personnage qui se tenait devant eux et se contenta de murmurer doucement à la Louve, malgré le fait qu'elle sache déjà ce qu'il allait lui dire.

- Nous ne devrions pas rester ici longtemps. Avec tout ce tapage, les gardes débarqueront en un rien de temps...


Dernière édition par Jeönyr Methus le Lun 10 Juin 2013 - 17:46, édité 2 fois (Raison : Mot disparu dans les guillements ._.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeLun 10 Juin 2013 - 16:15

C'était un géant... Enfin un géant, elle exagérerait peut-être un peu, quoique... Ne venait-il pas de traverser carrément un mur ? C'était sans doute le bon moment pour s'éclipser, pour le moment il ne s'était intéressé qu'aux lames noires mais pour peu qu'il se retourne contre eux ils risquaient d'avoir pas mal de problèmes ! Son compagnon semblait lui aussi inquiet, elle le rassura d'une parole brève :

"Non je n'ai rien... On ferait sans doute mieux de partir d'ici..."

Pourtant elle ne bougea pas, gardant son regard fixé sur l'homme qui s'extirpait des débris en décollant le garde presque inscrusté dans son torse. Mais elle le connaissait au fait ! Ne s'agissait-il pas de ce gars qui traînait tout le temps avec Amelian ? Un certain Mirande, Mirange, ou quelque chose dans ce goût là... Si ses souvenirs étaient exacts il avait un grade assez élevé au sein des Lames Rouges et ce n'était pas un mauvais bougre bien que peut-être pas une lumière non plus... D'ailleurs c'était sans doute aussi l'avis des Lames Rouges qui l'accompagnaient et qui lui faisait à présent des signes frénétiques pour essayer de lui faire comprendre qui elle était... De toutes évidences il ne l'avait pas reconnu même si elle de son côté était à présent sure d'elle, il s'agissait bien de l'ami de sa cousine !

« Attention les tourtereaux, les environs sont relativement dangereux. »

Elle ne releva pas l'adjectif mais recula instinctivement lorsqu'il lui tapota familièrement la tête, quel étrange personnage... Cela ne semblait pas beaucoup plaisir à Jeönyr d'ailleurs mais il fut assez sage pour garder un silence prudent. Se remettant de son étonnement elle se décida à lui répondre :

"Oui nous avons cru le remarquer... Je n'étais pas venu dans le coin depuis longtemps, j'ignorai que cette planque avait été découverte."

L'autre semblait se poser des questions sur elle, il la détaillait désormais avec attention mais l'examen ne sembla pas concluant puisqu'il se termina par une question. Si ils se connaissaient ? Et bien pas tellement pour tout dire, Mélusine ne lui avait jamais véritablement parlé mais oui elle le connaissait de vue et il devait avoir une sacrée mauvaise mémoire pour ne pas la reconnaître malgré le voile qui masquait en partie son visage. Mais déjà l'homme s'était tourné vers Jeönyr et ses paroles embrumées accompagné d'un rot fort peu élégant rappela un détail d'importanceà la Louve. Zut... Elle avait presque oublié qu'elle l'avait plus souvent rencontré ivre mort que sobre... Voilà qui expliquait pourquoi il ne se souvenait pas d'elle ! Heureusement qu'elle avait l'habitude de ce genre de situation avec Erik... Au moins elle ne risquait pas de perdre patience, ce poivrot là ne pouvait pas être pire que celui de la horde, si ? Et puis il les avait tiré d'affaire en les débarrassant des lames noires et par dessus le marché c'était un ami d'Amelian, il allait peut-être pouvoir les renseigner mais avant tout, il fallait lui rafraichir la mémoire :

"Oui on se connaît, même si uniquement de vue. Je suis Mélusine, la cousine d'Amelian. C'est elle que je cherche, j'espérai trouver quelqu'un qui me renseignerait ici. C'est chose faite même si les circonstances sont un peu différentes de ce que j'avais imaginé..."

Elle échangea un regard avec le loup qui avait rangé son épée et se tenait patiemment à ses côtés :

"Voici Jeönyr, l'un des mes hommes. Et vous je crois que vous êtes Miranthe ?"

Pourvu qu'elle n'ai pas écorché son prénom... A la réflexion elle était quasi sure que ce n'était pas ça. Mirange donc ? Bon ne lui restait plus qu'à espérer qu'il ne s'en vexerait pas. Son compagnon de son côté semblait s'inquiéter plutôt des lames noires qui allaient sans doute débarquer en nombre sous peu. Il n'avait pas tort, ils allaient devoir se bouger rapidement. Le colosse en face d'eux était peut-être une arme de destruction massive tout à fait dissuasive et efficace mais nul doute que les fanatiques du roi ne reculeraient pas devant lui, d'autant plus qu'ils allaient venir nombreux. En plus les loups n'étaient pas du genre à chercher le combat quand ils pouvaient l'éviter, bien moins belliqueux que les lames rouges ils préféraient ne général la fuite et la ruse à la force et au fracas. Elle posa un regard critique sur leur interlocuteur, hésitante sur la conduite à suivre puis elle haussa les épaules en formulant sa proposition, après tout au point où il en était il n'était plus à un verre près...

"Jeo a raison, il vaut mieux partir d'ici. Voudriez vous venir avec nous pour nous renseigner au sujet de ma cousine ? Je connais une bonne auberge à l'autre bout de la ville, c'est loin mais les gardes ne nous y chercherons pas. Nous boirons un verre et vous nous direz ce que fait Amelian en ce moment, cela vous convient ?"

Certaine qu'il ne refuserait pas la perspective de boire un verre avec ou sans compagnie elle se tourna vers l'autre loup :

"Ouvres nous la route tu veux ? Je ne me jette jamais plus d'une fois par jour dans les bras des lames noires, question de standing."

Et sur cette plaisanterie, ils se mirent en route, tâchant d'éviter les gardes nerveux qui se dirigeaient tous vers ce qu'il restait dans le planque. Comment passèrent-ils inaperçu ? Mystère ! C'était d'autant plus difficile que la tête de ce Miranthe dépassait bien loin au dessus de la foule mais il fallait croire que le Dracos était avec eux puisqu'ils parvinrent tout de même sans trop d'encombre à leur but. Poussant la porte de cet établissement fréquenté la louve se dirigea sans hésiter vers sa table habituelle et s'y installa, regard dirigé vers la porte. Au moins il n'y aurait pas de surprise. Avisant d'une des lames rouge qui les avaient accompagnés jusque là elle lui jeta une bourse :

"Faites nous servir à boire"

L'homme acquiesça sans se faire prier et elle pu reporter son attention sur le géant et sur Jeönyr :

"Alors, quels sont les derniers exploits de ma cousine ces derniers jours ? Nous n'entendons pas beaucoup parler d'elle au sein de la horde, c'est étonnant..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeLun 10 Juin 2013 - 20:47

Bien ! Ils s'étaient débarrassés des lames noires qui avaient tenté d'investir la planque des lames rouges, malheureusement, ils allaient devoir en trouver une nouvelle et surtout ne pas manquer d'en informer Amelian lors de son retour, l'avantage dans tout cette histoire reste dans le simple fait que ces décentes de la Garde de l'Empereur restent éperdument courantes. Combien de fois avaient-ils changé de planque ? Il était difficile de donner une estimation puis cela n'aurait aucune influence sur le résultat final. Désormais s'ouvrait à lui une toute autre difficulté, à savoir, reconnaître cette personne qui se dressait devant lui sous cette importante masse de tissu sombre accompagné d'un compagnon visiblement bien armé et suffisamment réactif au vue des deux cadavres qui jonchaient le sol poussiéreux de la ruelle. Quand il tapota sur sa petite tête, cette dernière se recula laissant pousser un petit soupire au Faucheur qui croisa les bras par la suite dévoilant son imposante musculature tout en observant de ses yeux bleutés le petit homme à ses côtés, lui semblait déjà bien plus intéressant qu'elle pour le moment, il avait une arme et semblait savoir se battre, quelque peu alcoolisé il n'en oubliait pas moins sa passion première à savoir affronter divers adversaires pour s'occuper, mais celui-ci tiendrait-il la route ? Non pas que sa carrure n'était pas impressionnante, mais s'il le cassait trop rapidement il n'aurait pas l'occasion de s'amuser avec, ce qui serait tout de même dommage après tout. Visiblement, le petit homme n'avait pas apprécié la familiarité dont faisait preuve Miranthe, mais comment lui en tenir rigueur ? Après une entrée fracassante comme la sienne et surtout en sentant qu'il empestait l'alcool il était préférable d'en faire abstraction.

« Il est vrai que je l'ignorais moi aussi. » Dit-il en se grattant l'arrière de la tête qu'il détourna quelques secondes en direction de ce qui restait de la planque et où le reste des lames rouges présentes rassemblaient le matériel et ressources utilisables pour la prochaine planque. D'ailleurs concernant les siens ils semblaient tous plus ou moins dépités par le sort qu'avait connu le bâtiment, mais en y repensant, il n'était plus utilisable vue que l'emplacement avait été découvert alors à quoi bon se soucier du sort qu'il venait de connaître.

Pour en revenir à la question première, à savoir qui est-elle et bien Miranthe n'en savait toujours rien et même les grands signes que lui faisait l'un des membres des lames rouges depuis bien plusieurs minutes ne semblaient rien y faire, à vrai dire, il ne les voyait tout simplement pas donc à quoi bon s'acharner ? Toutefois, après ce qui semblait être une certaine réticence à l'idée de dialoguer avec le Colosse, cette dernière prit enfin la parole pour tenter de dénouer la situation qui semblait n'aboutir à rien jusque là. Elle alla droit au but en se présentant sans perdre une seconde, Mélusine ? Qu'est-ce que c'était que ça ? Est-ce que ça se mange ? Ah non, il s'agissait de son prénom. De sa hauteur, l'homme ouvrit grand les yeux comme pour signifier qu'il venait de la reconnaître, mais effaça rapidement l'exclamation flagrante sur son visage en réalisant qu'il ne la connaissait pas du tout. Mais heureusement l'indice plus qu'utile qu'elle vint lui fournir par la suite, lui rafraîchis plus ou moins cette mémoire qu'il avait de calamiteuse. N'écoutant plus du tout ce qu'elle était en train de lui dire, il écarta les bras tout heureux et attrapa la jeune femme nommée Mélusine sans lui laisser la moindre chance de s'échapper pour réaliser une accolade quelque peu brutale, mais remplit de bonne volonté :

« Mélusine ! Enchanté ! C'est un plaisir, les cousines de mes amis sont mes cousines... Euh... » Il marqua une pause hésitant pour tenter de réfléchir à la bêtise qu'il venait de proférer puis reprit : « les cousines de mes amis sont mes amis ? A moins que cela ne soit les amis de mes amis sont mes amis ? » Finit-il en relâchant aussitôt la jeune Femme qui avait quitté le sol un peu précipitamment. Tandis qu'elle poursuivait les présentations avec Jeönyr celui qui l'accompagnait et faisait preuve visiblement d'une attitude très ou peut-être trop protecteur envers cette Méluvine ou Mélusine il avait déjà un peu de mal avec son prénom, les choses s'annonçaient décidément bien. Pour conclure sur ses présentations, il tendit la main vers l'homme pour la lui serrer en souriant tout en reprenant : « Oui ! Miranthe Sombreacier ! C'est moi, tout à fait ! » Dit-il en relâchant la main de Jeönyr et en réalisant une petite courbette signe qu'il n'était pas tout à fait dans son état normal, l'alcool mettant un certain temps à redescendre il faudrait le temps qu'il faut pour que ce dernier soit de nouveau sobre.

Visiblement, ce petit homme semblait bien plus peureux qu'il n'y paraît à moins que cela ne s'appelle être prévoyant, une qualité qui échappait quelque peu au Colosse qui lui se reposait plus sur Amelian et les siens pour ce genre de détail. Il envisageait de quitter les lieux pour éviter de nouveau une décente de la garde royale, en guise de réponse Miranthe lui fournit une petite tape amicale au niveau de l'épaule sans même se soucier de la force qu'il aurait pu y mettre ou même s'il allait le toucher il ajouta :

« Pas de panique mon garçon, Tonton Miranthe vieille... Ou veille plutôt. » Envoya le Faucheur en observant de nouveau la jeune femme qui semblait un peu hésitante quant à la conduite à adopter envers l'homme à la carrure imposante qui lui faisait face. Maintenant, elle voulait qu'il la renseigne sur Amelian ? Et pourquoi faire ? En plus qu'allait-il pouvoir lui dire ? Bonne question, mais visiblement, elle avait cerné les mœurs de la lame rouge en lui proposant de se joindre à eux dans une auberge à l'autre bout de la ville, le prendre par les sentiments comme ça n'était pas du jeu, mais après tout pourquoi refuser une invitation si chaleureusement proposée, qui plus est par une Jeune femme à la silhouette agréable.

« Très bien ! Je ne refuse jamais une bonne boisson. » Rétorqua Miranthe en faisant un petit signe aux lames rouges de garder une bonne distance et pour les autres de poursuivre le déblayage. « Et pendant que j'y suis, arrête donc de me vouvoyez ! Pareil pour toi Gamin... » Dit-il en rotant une nouvelle fois : « Glurps, au temps pour moi. »

Au passage il interpella quelques lames rouges au passage lorsque la Jeune femme demanda à son compagnon d'ouvrir la voie pour éviter une nouvelle surprise en chemin pour leur ordonner d'accompagner Jeönyr pour servir d'éclaireur tandis que les deux protagonistes poursuivaient leur route côte à côte. Il est vrai que maintenant il fallait passer inaperçu vis-à-vis des autres gardes, mais quoi qu'il en soit, Jeönyr et les quelques lames rouges présentes étaient là pour s'assurer que la route se passe sans encombre après tout non ? Puis la réputation du Faucheur pourpre n'était plus à faire, la garde qui le recherchait ne s'en prendrait à lui que lorsqu'ils seraient sûr d'avoir le dessus sur cet adversaire plus qu'imprévisible de part son attitude et la puissance physique qu'il peut dégagé dans n'importe quel circonstance. Miranthe qui avait tout de même le sens pratique des choses et qui était lui aussi assez protecteur marchait un peu en retrait derrière Mélusine afin de surveiller ses arrières puisqu'elle ne semblait pas vouloir être confronté à la garde ce qui n'était pas le cas du Colosse qui lui aurait bien aimé en chemin distribuer quelques claques au peu de gardes qu'ils avaient croisé, mais visiblement plus raisonnable en présence de la cousine d'Amelian, il essayait de se tenir de mieux qu'il peut en titubant tout de même de temps à autre à cause du taux d'alcool encore présent dans ses vaines.

Après de longues minutes de marche à travers toute la ville, le petit groupe arriva enfin au lieu tant attendu par Miranthe qui affichait un air ravis à la simple idée de siphonner de nouveau toute la bière d'un établissement, celui-ci il ne l'aimait pas particulièrement, mais puisqu'il avait l'occasion de boire à quoi bon se plaindre. Quand il passa la porte les regards se tournèrent rapidement vers lui, surprit par la carrure de l'homme ou sa présence ici, son arrivée fut accompagné d'un sublime « Quoi » qu'il adressa à l'ensemble des clients qui rapidement tournèrent le regard pour éviter de s'attirer les foudres du colosse qui touchait déjà le plafond de la taverne et était obligé de se voûter encore un peu plus tout en évitant les lustres accrochés sur ce dernier. Ils regagnèrent visiblement une table que Mélusine semblait affectionner, ne laissant pas vraiment d'autre choix à Miranthe que de se laisser tomber sur ses fesses pour s'asseoir et ne pas être gêné par la taille de la bâtisse, il faut dire que même posé sur le sol il faisait la taille de ses interlocuteurs si ce n'est pas plus, mais soit ! Il s'en contenterait.

« A boire aubergiste ! Et que ça saute. » Beugla-t-il dans les oreilles de ses partenaires de beuverie.

Après quoi Mélusine reporta son attention sur les deux hommes l'entourant pour aborder le sujet tant attendu à savoir ce qu'il advenait en ce moment d'Amelian, elle le lui avait dit pourtant, mais comme d'habitude c'était un détail qui lui échappait de nouveau. Visiblement l'air niait qu'il affichait en écoutant cette question suffit à lui faire comprendre qu'il n'en savait rien ou avait tout simplement oublié. Il se mit alors à plisser les yeux tout en devenant de plus en plus rouge, en fait, il réfléchissait tout simplement ou plutôt il essayait, mais peu accoutumé à ce genre de chose, il semblait éprouver quelques difficultés.

« Bah... Euh... Je ne sais pas. Moi non plus je n'ai pas entendu parler d'elle depuis quelques jours... Peut-être qu'une bonne bière me rafraîchirait la mémoire ! Je crois qu'elle est en charmante compagnie ou quelque chose comme ça. » Dit-il en jetant un œil à l'aubergiste qui tardait relativement trop à son goût pour lui servir de quoi boire.

« Ou alors je crois qu'elle est partit... Mais où ! C'est une bonne question. » Commençant à s'impatienter il laissait son mécontentement apparaître de plus en plus par l'intermédiaire de long soupire et de grognement. « Mais d'ailleurs tu lui veux quoi à mon Amelian petite ? S'il faut lui transmettre un message, ne cherche pas plus loin ! Je suis ton homme ! » Dit-il en souriant tout en accompagnant ce geste d'un petit clin d'oeil en direction de Jeönyr. Il avait parfaitement conscience qu'il était le plus minable des messagers, mais un peu d'humour pour détendre encore un peu plus l'atmosphère ne ferait pas de mal.

« Et qu'est-ce que fait la cousine d'Amelian dans la vie ? » Questionna Miranthe qui visiblement ne savait vraiment plus rien de cette dernière : « Je suppose donc que celui là n'est pas du tout ton compagnon de... de... n'est pas ton amoureux ou je ne sais quoi de ce type hein ! Sa saute aux yeux après tout, il est à l'air bien trop frêle ! » Envoya-t-il en contractant le biceps « Tâte-moi ça gamin tu vas voir ! Un véritable roc ! Et toutes mes dents ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeMer 12 Juin 2013 - 3:14

Mélusine, une fois remise de son étonnement face au comportement si familier du faucheur, discuta peu de temps avec ce dernier. Il n’avait pas l’air mauvais ce bougre, il semblait même très enthousiaste, probablement l’effet de l’alcool, car une fois les présentations faites, il se jeta sur la Louve et entama une brutale accolade avec la demoiselle. Après le sort qu’avait connu le mur, le cœur de Jeönyr s’emballa à la vue de la mère de la horde entre les bras du géant et le bandit avança promptement, posant sa main sur le bras de l’homme ivre, l’incitant à la relâcher. Bien qu’il n’ait possiblement même pas ressentit ce contact contre son bras, le colosse libéra Mélusine de son étreinte avant de se lancer dans quelques phrases confuses avant de lui serrer la main en se présentant à son tour. La main du voleur fut écrasée dans la poigne d’acier du géant, cet homme possédait une force incroyable et en constatant par lui-même cette chose, son regard alla vers Mélusine, qui avait subi une telle chose sur l’ensemble de son être, la questionnant. C’était une bonne chose que ce Miranthe soit de leur côté, enfin qu’il ne soit pas dans le camp adverse. Il l’observa, amusé, effectuer une courbette, qui faillit bien l’envoyer au plancher, la faute revenant encore à l’alcool, assurément. Boisson qui lui fut offerte à nouveau par Mélusine, qui agréait à son idée de quitter l’endroit, malgré le fait que leur nouvelle connaissance lui assura qu’elle veillait, se trompant dans ses mots et lui donnant une tape amicale sur l’épaule. Mélusine lui demanda donc d’ouvrir le chemin en lançant une plaisanterie, le loup eut un sourire à la farce et hocha la tête, mais en voyant quelques lames rouges les dépasser, il pensa que sa tâche serait relativement aisée.

Le groupe aurait normalement attiré l’attention, après tout, leurs deux silhouettes encapuchonnées et le colosse qui les suivait n’était assurément pas ce qu’il y avait de moins louche en ville, d’autant plus que quelques lames rouges les accompagnaient. Au final, Jeönyr n’eut pas grand-chose à faire pour s’assurer qu’ils ne tombent pas face à face avec des gardes, simplement en empruntant quelques ruelles moins communes, ils échappèrent à la vue de plusieurs soldats. Bien entendu, quelques-uns les aperçurent, mais ils ne s’en soucièrent pas ou semblèrent ne pas s’en soucier. Après quelques minutes, leur destination se trouvant assez loin, d’autant plus qu’ils passaient par de nombreux détours et passages plus ou moins secrets, ils mirent un peu plus de temps à s’y rendre, les hors-la-loi arrivèrent sans encombre à l’auberge. À peine entré, Miranthe attirait déjà tous les regards, ce qui fit passer les loups inaperçus alors qu’ils prenaient place, sans hésiter, à la table habituelle de Mélusine. Après tout, Jeönyr ne l’y avait-il pas rejoint à quelques reprises? La Louve commanda à boire et débuta la discussion avec le géant, qui ne lui répondit pas grand-chose en fait, il semblait perdu dans ses mots, tout comme dans son contenu, ce qui n’avançait pas tellement les loups dans leur quête, mais le géant, dans son état encore assez avancé, poursuivit en lançant une blague en faisant un clin d’œil au voleur. Il laissa Mélusine répondre aux questions qui la concernaient, après tout, c’était elle la chef et c’était à elle que Miranthe s’adressait.

Il était sympathique sommes toutes ce faucheur, enfin il ne pourrait en avoir une opinion assurée que lorsqu’il le verrait sobre, la chose ne risquant pas d’arriver de sitôt, Jeönyr se garda de pousser son appréciation trop loin, mais pour l’instant, cet être lui faisait bonne impression. Après tout, s’il était parvenu à apprécier un vampire, Miranthe pouvait difficilement faire pire, n’est-ce pas? Et comme si le faucheur avait lu dans sa tête, il demanda à la Louve s’il était son amant, enfin cette question était plutôt une plaisanterie, car il le jugea immédiatement trop frêle pour combler ce poste. Ce qui devait être partiellement vrai, après tout, la Louve n’aimait-elle pas Roëric? Un vampire, qui n’était définitivement pas frêle, si seulement Miranthe savait, Jeönyr eut un rire alors que ce dernier lui montrait ses biceps, très développés, il se devait de l’admettre. Il secoua doucement la tête, amusé par le géant, en lui répondant, emporté par sa familiarité, il fut aisé de suivre sa commande et de le tutoyer.

- Vous… Tu possèdes effectivement des muscles imposants. Et tu ne te trompes pas, Mélusine et moi-même ne sommes pas en… couple ou quoi que ce soit du même genre. Je…

Le bandit cherchait une quelconque manière de poursuivre cette phrase, mais alors qu’il cherchait ses mots, les boissons commandées parvinrent à leur table. Le loup observa le géant réagir à cette arrivée, qui semblait miraculeuse pour lui, le sourire aux lèvres, et regarda Mélusine.

- Tu sais que cette discussion risque de te ruiner?

Pour suivre ses compagnons, pourquoi ne pas lancer une petite farce lui aussi? De plus, cette dernière influencerait peut-être le faucheur à boire plus modérément, bien que le loup n’y cru pas vraiment, mais comme Miranthe l’avait dit un peu plus tôt, l’alcool lui rafraichirait peut-être la mémoire, après tout, il n’y avait-il pas un dicton qui disait que ce breuvage déliait les langues? En espérant que ce soit le cas avec cet individu, si non leur visite en ville n’aurait pas servi à grand-chose. Bien qu’il devait y avoir plus à cette escapade que prévenir Amelian, la Louve n’aurait pas pris un tel risque seulement pour un avertissement, leur autre tâche ne le concernait probablement pas vraiment, mais Jeönyr espérait toutefois que Mélusine l’en informerait en temps voulu, elle devait bien se douter qu’il se doutait de quelque chose, non? Enfin, ne sachant rien de cet objectif mystère, il la laissa poursuivre la discussion avec le géant et non pas qu’il n’était pas intéressé, il balaya l’auberge du regard. Comme à l’habitude, la pièce était bondée et le bruit ambiant était assez élevé, permettant aux groupe d’échanger sans avoir à vraiment se soucier d’être entendus, de toute manière, peu de gens en ce lieu serait en état de retenir quelconque information, ivres qu’ils étaient. D’autant plus qu’une petite bagarre entre deux saoulons avait éclaté à l’autre bout de la pièce, attirant l’attention des buveurs. Les hors-la-loi seraient en paix pour autant qu’ils n’agissent pas de manière stupide. Il reporta son attention sur la Louve et le faucheur, se calmant quelque peu, après leur rencontre surprise avec les lames noires, Jeönyr ne désirait pas répéter l’expérience.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeJeu 13 Juin 2013 - 23:11

Dracos ce qu'elle avait mal aux côtes... Et à l'épaule aussi... L'enthousiasme de Miranthe au moment où il l'avait serré dans ses bras était si touchant qu'elle n'avait pas eu le coeur de lui crier dessus mais n'importe qui d'autre l'aurait entendu chanter c'était certain ! Elle était parfois trop gentille... Et puis que lui avait-il racontait avec son histoire d'amie et de cousine ou elle ne savait pas trop quoi ? Sans doute ferait-elle mieux de ne même pas y réfléchir, et de ne pas penser non plus au taux d'alcool qu'il avait dans le sang, il avait été sacrément dangereux pendant leur marche à cause de cela ! Imaginez un peu un colosse pareil qui vous rentre dedans sans même vous voir... Un vrai danger public ! Mélusine n'était pas trop du genre à aimer les lois mais il faudrait peut-être tout de même que quelqu'un propose à l'empereur d'établir des règles en terme d'alcool... Avec des petits sorts pour savoir combien de verre chaque passant avait bu peut-être ? Quelque chose qui changerait de couleur lorsqu'on souffle dessus ? Cette idée l'amusa, jamais on ne verrait cela en Armanda ! Il fallait qu'elle cesse de penser à ces bêtises et qu'elle se concentre sur ce qu'il lui disait, d'autant qu'il ne semblait pas avoir les idées très claires...

"En charmante compagnie ?"

Voilà qui était étonnant... Amelian ne lui avait pas du tout dit qu'elle fréquentait qui que ce soit, et puis l'homme ne semblait pas vraiment sur de lui en disant cela, plutôt concentré qu'il était sur l'éventualité d'être bientôt servi en alcool.

« Ou alors je crois qu'elle est partit... Mais où ! C'est une bonne question. » 

Une lueur d'impatience passa dans le regard sombre de la louve, avait-elle vraiment du temps à perdre avec un ivrogne pareil ? Certes il était sympathique comme tout mais chaque minute qu'elle passait sans la capitale augmentait les risques d'êtres repérés et donc arrêté, de plus c'était plutôt mal parti pour qu'il la renseigne sur Amelian apparemment vu sa mémoire défaillante ! Et par dessus le marché Mélusine avait aussi d'autres choses à faire après cela... Elle ouvrit la bouche pour le dire mais il la coupa en l'interrogeant, la laissant perplexe... Comment pouvait-elle lui demander de transmettre un message alors qu'il ne semblait même pas capable de se souvenir de son nom ? Elle répondit avec une certaine impatience :

"Je travaille à mon compte."

Consciente d'avoir été un peu vive, elle chercha un moyen diplomatique de lui faire comprendre qu'elle ne voulait pas lui confier de message sans pour autant le vexer :

"Eh bien heu... Merci beaucoup mais... J'aurai préféré la voir... C'est ma cousine après tout !"

Bon pas fameux comme excuse mais elle n'avait pas mieux à lui servir pour le coup et il devait bien comprendre qu'il n'inspirait pas vraiment confiance vu son comportement ! Enfin... Elle avait confiance dans le sens où elle l'imaginait très mal courant raconter aux lames noires ce qu'elle venait de lui dire mais par contre elle était à peu près certaine qu'il déformerait involontairement ses propos ou bien les oublierait purement et simplement. Elle pouvait évidemment se fier aux autres lames rouges pour relayer l'information mais sa curiosité était piquée aussi interrogea-t-elle :

"Cette charmante compagnie, quelle est-elle ? C'est sérieux ?"

Eh bien quoi ? Elle avait le droit d'être curieuse quand même en ce qui concernant sa cousine ! Toutefois Miranthe semblait trop occupé pour lui répondre  tout de suite, il montrait ses biceps à Jeönyr qui semblait s'en amuser...

Vous… Tu possèdes effectivement des muscles imposants. Et tu ne te trompes pas, Mélusine et moi-même ne sommes pas en… couple ou quoi que ce soit du même genre. Je…

Je quoi ? Elle darda un regard curieux vers le jeune homme, Jeönyr n'était pas toujours du genre bavard et c'était intéressant de l'entendre parler de lui-même pour une fois. Il ne reprit pas sa phrase pourtant, préférant lui envoyer une plaisanterie qui la fit sourire et hausser les épaules :

"C'est l'empereur qui paye..."

Elle disait vrai, la bourse qu'elle avait envoyée pour payer leurs consommations avait appartenu à une lame noire jadis, qui était forcément rémunérée par son roi, charmante ironie... Surtout qu'elle risquait de se vider très vite vu l'enthousiasme du colosse face à ce qu'on venait de leur servir ! Sans pouvoir s'empêcher de sourire devant son air réjouit elle chercha à reprendre la conversation dans le bon sens :

"Vous ne vous souvenez vraiment pas où elle se trouve en ce moment ? Faites un petit effort... S'il te plait Miranthe..."

Elle prit un air enjôleur, appuyée par le pouvoir de charisme de son totem et par son soudain tutoiement. Au moins il ne serait pas dit qu'elle n'avait pas tout tenté ! Elle n'eut pas le loisir de se concentrer tout à fait sur le succès ou l'échec de sa tentative néanmoins, un raffut terrible venait de lui parvenir aux oreilles et de lui faire détourner la tête. Une bagarre ? Mais elle était maudite avec les auberges !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeVen 14 Juin 2013 - 11:48

Tout ceux ne connaissant pas suffisamment bien Miranthe ne pouvait pas s'en rendre vraiment compte, du moins tout de suite, il posait un tas de questions non pas pour éluder le sujet de base à savoir ce que faisait la cousine de Mélusine, mais tout simplement parce qu'il essayait de gagner du temps et espérait vainement et vraiment que sa mémoire refasse surface subitement et qu'il serait en mesure de répondre à toutes ses questions sans le moindre soucis, après tout rêver ne fait pas de mal non ? Visiblement, le Colosse savait que Amelian était partie, ce qui était en somme une bonne chose, mais où ? Il n'était apparemment pas en mesure de le dire, il savait que ce départ incognito avait pour but de suivre on ne sait trop quel homme, mais pareil ! Impossible de mettre un nom, d'ailleurs est-ce qu'elle lui avait donné le nom de ce dernier au cours de leur dernière discussion ? Sceptique, il tentait tout de même de percer le mystère qui planait sur toute cette affaire, non pas sans mal. Miranthe avait posé quelques questions à Mélusine pour s'y intéresser, l'homme plutôt sociable aimait bien faire la conversation avec le premier ou la première venue, de toute façon, après une bonne nuit de sommeil il oubliait souvent tout ce qui avait pu se dire ou se faire, alors cela ne le dérangeait pas vraiment d'être aussi ouvert. Une réponse peu satisfaisante de la part de cette dernière fit échapper un grognement au Géant, travailler à son compte ? Cela ne signifiait pas grand-chose pour lui, toutefois, il savait ce que cela signifiait contrairement à de simple expression lui échappant régulièrement.

« Oh je vois... Tu travailles à ton compte gamine ! » Dit-il en faisant un clin d'oeil tout sauf discret. Avait-il ne serait-ce qu'une fois comprit qu'il s'agissait de la Dirigeante de la Horde ? Allez savoir, cela ne semblait pas lui avoir traversé l'esprit, à moins qu'il ne s'en soucis pas le moins du monde, ce qui était tout aussi probable que toutes autres hypothèses. Quelque peu ronchon et un peu déçu d'avoir été expédié un peu trop expressément, il tourna la tête pour regarder au loin cherchant du regard le serveur pour le fusiller de ses yeux bleutés et lui faire part de son impatience grandissante au fil de la discussion. Et Tandis qu'elle se rattrapait un peu à sa façon, l'homme rétorqua tout aussi rapidement et sans le moindre intérêt : « Oui, oui, c'est bon ça va, je sais que c'est ta cousine petite... »

Il était relativement compliqué de ne pas voir qu'il était quelque peu vexé, il prenait de son temps pour tenter de lui expliquer les choses et accessoirement boire un coup et voilà qu'elle apparaissait expéditive, si elle ne voulait pas perdre son temps pourquoi avoir invité le plus alcoolique de l'Empire humain au cœur d'un Taverne ? Pour se changer les idées il préféra reporter son attention sur le petit Jeönyr, quelque peu vexé par sa supérieur, il préférait passer à autre chose, dévoilant fièrement sa musculature au petit homme qui plus amusé par la situation qu'autre chose se laissa emporté par la familiarité que lui avait ouverte Miranthe en acquiesçant sagement aux dires de son interlocuteur qui tel un enfant s'amusait lui-même à appuyer sur son biceps qui ne bougeait pas, fait entièrement de muscles, le doigt boudiné de l'homme ne s'enfonça pas d'un millimètre. Bien qu'un peu simple d'esprit, la phrase que l'homme n'avait pas terminé n'échappa pas à Miranthe qui plissa les yeux comme pour le sonder en laissant échapper un petit son étrange du fin fond de sa bouche, à moins que cela ne soit un simple rot ? Quand enfin ! Miracle ! Il fut servit d'une formidable boisson qui pourrait rapidement lui faire oublier ce mauvais moment qu'il venait de passer, et bien oui ! On peut être un grand colosse et être à la fois sensible non ? Bon d'accord, pas totalement, mais il doit bien y avoir quelques exceptions non ? Une gigantesque bière lui fut servit dans un petit tonnelet afin que l'homme soit en mesure de boire convenablement ou du moins presque, sans même se soucier de quelconques convenances, il attrapa cette dernière d'une main et inclina la tête en arrière la bouche béante pour recevoir la substance tant attendu, bien entendu et pour respecter la tradition Nordique... A moins que cela ne soit sa propre tradition, Miranthe avala le tout d'un seul trait sous les regards stupéfaits de quelques clients plus ou moins outré par les manières du Faucheur. Et lorsqu'il eut fini d'ingurgité son « verre » il reporta son attention sur la demoiselle à ses côtés qui était toute souriante, probablement devait-elle se moquer de lui intérieurement, il en avait l'habitude après tout, puis rapidement il vint s'essuyer la barbe avec sa manche en prenant un air un peu gêné de se comporter de la sorte en sa présence...

Rapidement, il fut interpellé par Mélusine qui insistait un peu plus sur le fait de savoir ce que faisait Amelian à présent, tout était fait dans son comportement pour attendrir le Colosse qui il devait bien l'admettre était un peu touché par cet instant, il se pencha en avant pour scruter cette dernière de ses yeux clairs puis plissa les yeux de nouveau et commença à devenir tout rouge, cette fois-ci il semblait s'être mis au travail, il cherchait à se concentrer du mieux qu'il peut, ces instants étaient rares et mémorables chez lui ! Il fallait en profiter voir immortaliser ce moment, mais de là à savoir si cela allait fonctionner... C'était une toute autre histoire. D'ailleurs, la seule chose qui sortie de cet instant fut un énorme pet que le Géant ne prit pas la peine de dissimuler affichant un immense sourire à son interlocutrice qui ne tarderait pas à comprendre qu'il s'était tout simplement concentré pour évacuer ce gaz qui lui retournait l'estomac depuis belle lurette.

« Aaaaaaah ! Bah enfin ! Je me sens plus léger d'un coup ! » Beugla-t-il en faisant signe au Serveur de venir de nouveau lui rapporter de quoi boire un petit coup. Puis il s'approcha un peu plus de Mélusine qui lui faisait de l'oeil usant d'il ne sait trop quel subterfuge pour obtenir les informations tant désirées, s'arrêtant à quelques centimètres d'elle il répliqua : « Tu as de beaux yeux tu sais ? Ahahahahah » Puis il vint bousculer cette fois-ci le plus faiblement possible la jeune femme pour ne pas lui faire traverser toute l'auberge en volant.

Et alors qu'il s'apprêtait à ouvrir la bouche pour tenter de répondre quelque chose à Mélusine, une bagarre qui avait éclaté un peu plus loin vint attirer son attention, son œil brilla à la simple idée de se ruer dans l'affrontement qui avait eu lieu, même s'il savait pertinemment qu'il ne ferait qu'une bouchée de ses ivrognes au loin qui ne lui arrivaient pas à la cheville ! Rapidement il regarde Jeönyr et afficha un étrange sourire qui n'annonçait rien de bon.

« Allez mon garçon ! Montre-nous de quoi tu es capable ! » Hurla-t-il et sans dire un mot, il attrape le membre de la Horde qu'il propulsa sans même recevoir son consentement en plein cœur de la bataille qui venait de débuter, au bas mot, une dizaine d'hommes, mais il devrait pouvoir s'en sortir après tout non ? Non ? Et bien... Euh... Pas grave, Miranthe se joindrait à lui tôt ou tard, en espérérant que cela se fasse plus tôt que trop tard n'est-ce pas ? Au loin des noms d'oiseaux fusaient dans tous les sens, puis soudain le mot magique fut prononcé de la part d'un client « Vil canard ! » Cet insulte n'avait aucun sens pour Miranthe, mais dans sa petite tête il y eut comme un déclic et sous la surprise il attrapa Mélusine dans ses bras en la serrant et en hurlant « Ca y est ! Je me souviens ! Un canard! C'est ça ! Elle a été voir un canard ! » Puis il marqua une pause ayant un léger doute sur ce qu'il était en train d'insinuer, pourquoi serait-elle allez voir un canard ? Quand enfin l'information lui revint pour de bon. « Bouah ! Ca y est ! Elle est avec un conna... Un Konan ou Kanoh ! Non Kohan ! C'est ça ! Pouah ! » Puis il cracha par terre en réponse au nom de la famille impériale qu'il venait de prononcer. Après quoi il fit un bisou des plus baveux sur la joue de Mélusine bien trop heureux de s'être souvenu de cette information et la relâcha tandis qu'au loin l'affrontement semblait tourner au vinaigre.

Et sans même laisser le temps à la louve de se remettre de ses émotions et tenter de pousser l’interrogatoire plus loin il se releva brusquement en beuglant oubliant qu'il était bien trop grand pour l'établissement, sa tête traversa le plancher en bois de la taverne l'expédiant à l'étage supérieur. Cet instant était mémorable, d'autant plus que Miranthe afficha une mine déçu en voyant qu'il n'y avait plus rien devant lui. Et bien oui, la bagarre était fini il n'avait même pas pu distribuer quelques coups... Bien loin de percuter qu'il avait tout simplement traverser le bois en se relevant trop enthousiaste à l'idée de se castagner... Il sentit toutefois quelque chose le tirer vers le bas retrouvant le bon étage de la taverne il s'élança un peu sonné dans la masse volumineuse de clients qui se tapaient dessus sans relâche. Derrière son comptoir l'aubergiste alla se cacher en priant tout ce qu'il pouvait pour que rien n'arrive à son établissement en voyant le Colosse charger sans la moindre pitié sur ses malheureuses victimes qu'il alla percuter de plein fouet.

« Prend ça ! Et ça ! Et toi là ! Puis encore toi ! J'aime pas ta tête à toi ! Et toi ! Prend ç... » Il s'arrêta dans son geste percutant qu'il tenait par le col le petit Jeönyr le poing levé, il observa brusquement Mélusine au loin, alternant son homme et elle, il savait qu'il y avait un lien entre eux, mais lequel ? Il avait déjà oublié ? Ce n'était pas possible d'avoir une mémoire aussi défaillante ! Quoi qu'il en soit il n'eut pas le temps de réagir sur quoi que ce soit qu'il fut accueillit par une table qu'il se prit en pleine tête, l'alcool et la surprise faisant bien les choses, il relâcha le petit homme en s'écroulant sur le sol qui trembla sous l'effet du choc tandis que le coupable faisait encore le coq un peu plus loin hurlant :

« K.O le Groooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooos »

Et voilà que Miranthe était parti pour un long dodo dans le pays des rêves loin de se douter de ce qui se tramait autour de lui, le Colosse divaguait un peu trop alcoolisé, il attrapa la première personne se trouvant dans un rayon convenable pour s'en servir de peluche et la serra de toutes ses forces contre lui.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeVen 14 Juin 2013 - 18:21

La Louve poursuivit son interrogatoire avec le faucheur, qui au final, malgré les yeux doux de Mélusine, ne lui fournit pas les informations qu’elle cherchait. Le géant venait tout juste d’engloutir sa boisson, malgré le format monstrueux qui lui avait été remis, ce qui n’aiderait peut-être pas sa mémoire. Enfin, cela ne pouvait pas être pire que son état précédent.  Au loin, la bagarre prenait de l’ampleur, ajoutant au vacarme ambiant des injures et des bruits de bouteilles brisées. Chose que le géant remarqua après quelques temps, ce dernier regarda le loup d’un œil mauvais et le sourire aux lèvres, l’agrippa et le jeta dans la mêlée.

-          Allez mon garçon ! Montre-nous de quoi tu es capable !

Jeönyr fut rapidement engloutit dans l’affrontement, il crut entendre Miranthe raconter quelque chose, mais il n’y compris rien. Le brigand évita une bouteille dirigée vers sa tempe en reculant d’un pas, l’objet allant se fracasser sur le front d’un autre individu tandis que le voleur  tombait dos à dos avec un autre homme. Empoignant ce dernier, ils changèrent de place, l’inconnu recevant un coup de poing au visage au lieu de Jeönyr, qui se baissa abruptement, évitant une chaise qui éclata en morceaux coutre le dos de son bouclier humain, qui s’affala sur le sol, inconscient. En se redressant, Jeönyr faucha les jambes de son adversaire le plus près, le faisant tomber et lâcher la patte de table qu’il employait comme arme. Le bandit s’en empara, bloquant de cette dernière une bouteille qui y explosa, envoyant des morceaux de verre aux alentours. Trop emporté par la bataille, le loup ne put éviter la poigne de Miranthe, qui le souleva, prêt à lui fracasser le crâne de son poing. Heureusement, il s’arrêta, le reconnaissant… Le reconnaissait-il? Le géant semblait concentré, allant de Jeönyr à Mélusine, son hésitation donna assez de temps à un des bagarreurs de lui lancer une table en plein visage.

L’effet fut immédiat, la loup fut relâché, ce dernier se dépêchant, dès qu’il fut au sol, de rouler un peu plus loin, évitant de peu la masse de Miranthe qui s’écroulait. Voyant le poids mort approcher, Jeönyr bondit sur ses pieds, se jetant à nouveau dans la mêlée, Miranthe ayant créé un relatif secteur de sécurité autour de lui, et Jeönyr fut rapidement amené au loin au fur et à mesure qu’il échangeait des coups avec les ivrognes. Fort heureusement pour le voleur, la majorité de ces hommes avaient bu, ils n’avaient pas beaucoup d’équilibre et le simple fait de mettre un pied devant l’autre leur demandait un effort considérable, ce qui facilitait la tâche à Jeönyr, qui ne cherchait qu’à retrouver Mélusine. Une bagarre du genre c’était bien la dernière chose qui leur fallait. Bien que l’auberge ne soit pas sur la liste des rondes courantes des gardes, tout ce boucan finirait bien par attirer l’attention. Les membres de la horde ne devaient pas être là à ce moment. Poussé par un des saoulons, le bandit tituba sur un individu assez grand, moins que Miranthe, mais il était plus grand que la moyenne, peut-être que c’était son sauveur?

Cela ne l’étonnerai pas, bien que la table qui ait atteint le colosse ne soit pas parmi les plus grandes, l’objet possédait une masse considérable pour le commun des mortels. Le bonhomme le repoussa un peu plus loin. Enfin, le bandit était accoudé à un mur, il n’avait plus à se soucier de ses arrières, se déplaçant à l’opposé de la baston, toujours en longeant le mur, le voleur observa l’auberge, mais de son point de vue actuel, il ne voyait pas grand-chose, hormis la bataille. Toutefois, comme un ilot au milieu d’un océan déchainé, le brigand vu le comptoir de l’auberge. Il y monta, évitant quelques mains qui voulurent attraper ses tibias pour le ramener dans la chaos de l’affrontement,  et tenta de repérer Mélusine. S’était-elle déjà éclipsée? Il espéra seulement qu’elle ne s’était pas jetée dans la mêlée à sa recherche, il ne doutait pas qu’elle s’y débrouillerait, mais ce serait ardu de la retrouver si jamais elle était dans la baston. Tous ces hommes ivres n’oseraient pas frapper une si jolie demoiselle, si? Jeönyr se décala un peu sur le comptoir, écrasant de son pied  la main d’un autre bagarreur qui s’approchait un peu trop. Après quelques instants, il l’aperçut au loin, ne voulant pas la perdre de vue, il sauta dans sa direction, utilisant les têtes de ses opposants pour s’approcher un peu plus, mais ces derniers n’étant pas très stables sur leurs pieds, le plan du bandit tomba rapidement à l’eau alors que s’écrasait sous lui le lanceur de table. Il utilisa toutefois l’élan qu’il avait acquis et sauta de sur son sauveur pour passer par-dessus un autre ivrogne, mettant ses mains sur ses épaules en se propulsant au-dessus. Il voltigea une seconde avant de tomber sur un gaillard, qui sous l’assaut inattendu, tomba à la renverse, emportant Jeönyr avec lui. Le bandit se libéra de ce personnage en lui assénant un coup de talon au visage et une fois remis sur pied, il attrapa la main de Mélusine…

-          Il faut partir d’ici, les gardes ne tarderont pas… Ce n’est définitivement pas notre jour de chance…


(Hrp: Un peu plus court ^^' Et la fin n'est pas vraiment claire, mais étant donné la confusion qui règne dans l'auberge, j'ai cru que cela pouvait être une bonne idée de laisser Mélusine réagir avant de m'aventurer ._.)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeLun 17 Juin 2013 - 0:40

Il était désespérant... Elle ne pouvait pas trouver d'autre mot pour le décrire. Alors qu'elle pensait qu'il allait enfin lui répondre il se contentait d'évacuer un pet sonore et nauséabond qui ne pu que tirer une grimace dégoûtée à la jeune femme au visage caché. Bon, elle avait vu bien pire néanmoins, on ne vivait pas pendant des années avec une troupe de brigands sans en garder quelques séquelles aussi fut elle plus agacée de ne pas avoir la réponse à sa question que réellement outrée par son impolitesse. Elle leva les yeux au ciel lorsqu'il la complimenta justement sur eux, il avait une drôle de façon de s'adresser aux demoiselles... Elle s'amusa un instant à imaginer ce qu'aurait donner une rencontre entre lui et Esmelda Kohan, quelque chose de d'étonnant sans doute, voir même de détonant ! Aussi détonant que la bourrade qu'il lui donna et qui devait être douce selon lui... En réalité la frêle jeune femme manqua perdre l'équilibre sous cet assaut et parvint tout juste à se rattraper à la table ! Ah mais ils commençaient à l'énerver tout ces gens qui passaient leur temps à essayer de lui briser les os !

"Dites donc..."

Elle était sur le point de lui dire le fond de sa pensée plus ou moins grossièrement (après tout, elle ne pouvait pas faire pire que lui, si ?) mais il avait déjà tourné la tête vers le vacarme qui l'avait déjà interpellée. La dispute qui avait semblé se calmer était apparemment décidée à dégénérer... Elle allait donc bel et bien avoir le droit à une bagarre, avec tous les risques que cela comportait y compris celui de se recevoir des coups et de voir débarquer toute la garde de la ville... Cette pensée lui tira un énorme soupir, bon... Il était temps qu'ils fichent le camp d'ici, elle ne tirerait rien de plus de ce Miranthe c'était certain. Il allait sans doute se ruer dans la bagarre, et les deux loups en profiteraient pour filer. Ah si elle avait su...

« Allez mon garçon ! Montre-nous de quoi tu es capable ! »
"Mais qu'est-ce que ?"

Stupéfaite, la louve ne pu qu'observer le colosse qui envoyait Jeönyr au beau milieu de l'affrontement. Alors là les choses allaient définitivement mal se passer... Un éclair de fureur passa dans son regard sombre, l'éclair particulier qu'elle réservait à ceux qui mettaient sa horde en danger. Colosse ou pas, la Lame Rouge avait intérêt à se tenir loin de la jeune femme pendant la bagarre parce qu'il risquait de ne pas le voir venir ce danger là ! Un seul regard vers Jeönyr, bon il semblait capable de tenir quelques minutes ! Et elle se dirigea droit vers le géant dans l'intention bien arrêtée de lui balancer un sort dont il se souviendrait très longtemps en même temps sans doute qu'une longue tirades enflammée sur la sécurité de ses hommes mais il trouva encore le moyen de la surprendre.

"Hein ? Quel canard ???"

Complétement perdue elle en oublia un moment la bagarre qui continuait dans un boucan terrible et observa les efforts du géant qu'il balbutiait jusqu'à arriver au nom honni. Quoi ?? Un Kohan ? Il ne pouvait que se tromper, Amelian n'avait strictement rien à faire avec un Kohan... Dracos... Pourvu qu'elle ne soit pas en train d'essayer d'en tuer un... Mélusine ne tenait absolument pas à retrouver sa cousine sur l'échafaud ! Avant qu'elle ne puisse demander plus de détail elle se retrouva bloquée dans une empoignade si violente qu'elle se demanda une seconde si il ne l'avait pas propulsée dans la bagarre à son tour, le contact baveux qui suivi lui prouva que non... Esprits tout puissants... Il était complètement fou ce type !

Titubante au moment où il la relacha, elle le vit repartir aussi sec directement au coeur du combat, enfin avec un petit passage par l'étage du dessus quand même en passant... Un coup pareil ne l'avait même pas assommé ? C'était un boeuf plutôt qu'un homme ce garçon... Mais malheureusement ce n'était pas le cas de Jeönyr... Arg ! Elle avait presque oublié Jeönyr ! Il fallait le tirer de là ! Sans plus de réflexion, elle se jeta dans la mêlée

"Jeö ??"

Son appel au lieu d'attirer le loup fit se retourner un horrible personnage à qui il manquait plusieurs dents. Ce n'était pas une lame rouge, ce n'était pas Miranthe, ce n'était pas non plus Jeo, c'était donc un ennemi. Le cerveau de la louve analysa tout cela en un quart de seconde et l'instant suivant la dernière dent restante s'envolait sous son coup de poing. Eh quoi ? Elle n'avait pas les biceps de l'autre andouille mais elle était née dans les quartiers pauvres. Un autre visage se tourna vers elle et ramassa un coup de coude bien placé, des mains se saisirent de sa personne et elle se retrouva collée contre un corps, les yeux plongés dans un oeil clair qui la regardait avec convoitise, mais pas longtemps ! Elle y enfonça le doigt sans plus de sentiment avant de balancer son pied dans elle ne savait quel membre appartenant à elle ne savait qui. Une tempête de corps s'envolant attira son regard vers la gauche, bon... Miranthe était par là... Grand bien lui en fasse ! Mais où donc était Jeönyr ? Les gardes allaient rappliquer, il fallait absolument qu'ils filent...

"Je suis là !"

Son cri se perdit dans le vacarme, Jeönyr n'avait pas dû l'entendre mais peu importait, elle l'avait repéré grâce au bref instant où il était monté sur le comptoir et lui aussi l'avait sans doute vu car il avait à nouveau disparu, ne lui restait plus qu'à espérer qu'il se dirigeait vers elle...  Elle évita un coup de justesse puis vacilla lorsqu'on la bouscula, sa situation devenait critique, elle avait beau être habituée à ce genre de situation elle n'avait pas vraiment la carrure pour ! Lui restait tout de même une dernière ressource qu'elle utilisa sans vergogne, soufflant dans ses mains en un juste clé qui eu pour effet d'invoquer un nuage de vapeur extrêmement irritant. Des quintes de toux secouèrent bientôt tous les occupants de l'auberge, mettant un terme à la plupart des combats et beaucoup durent sortir, les yeux larmoyants. A travers ce brouillard qui avait pour inconvénient de la faire tousser aussi Mélusine aperçu enfin l'objet de ses recherches :

"Je crois... que tu as raison... Fichons le camp" répondit-elle entre deux quintes de toux

Un dernier regard circulaire dans la pièce lui montra Miranthe qui résistait apparemment de son mieux à l'effet du sort pour continuer de se battre. Mais cet idiot allait périr étouffé ! Elle grogna pour elle-même, mécontente de devoir perdre du temps mais répugnant à laisser le pauvre géant dans une situation pareille :

"Miranthe ! Cessez ! Il faut sortir !"

Bon voilà elle avait fait ce qu'elle avait pu, si il était trop têtu pour obéir alors elle n'y serait pour rien. Collant son voile contre sa bouche et son nez elle se précipita vers la porte avec Jeönyr, elle savait maintenant qu'Amelian n'était pas à Gloria même si elle ne comprenait pas très bien ce qu'elle fabriquait avec un Kohan, il ne lui restait plus qu'à... Aller voir une Kohan aussi ! Quelle vie...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitimeLun 17 Juin 2013 - 15:22

Retombant lourdement sur le sol Miranthe souleva un important nuage de poussière et brisa au passage quelques planches de bois déjà dans un piteux état et cela bien avant son passage dessus. Il était énorme physiquement, lourd, mais ce n'était pas non plus la cause de tous les problèmes de construction après tout hein. Quoi qu'il en soit, lorsqu'il retomba sur le sol l'homme qui visiblement se laissait emporter par un sommeil profond en profita pour alpaguer une malheureuse victime qui n'était autre qu'une des serveuses de l'établissement et s'en servir comme peluche grandeur nature. Cette malheureuse jeune femme n'avait pas d'autres choix que de se faire plus petite qu'elle ne l'était déjà en subissant l'étreinte de plus en plus pesante de la part du Colosse qui lui commençait à émettre de léger ronflement digne de coup de tonnerre. De son côté, la serveuse tentait un peu tout et n'importe quoi pour se dégager de la bête, pincements, coups de poing et autres ne donnèrent absolument rien, puis de son point de vue à elle, ces coups devaient être comparable à de vulgaires piqûres d'insectes sur le corps imposant de l'homme. Utilisant sa tête en profitant que le sang continu encore de circuler dans cette dernière pour le moment, la serveuse eut une idée de génie. Dans un mouvement digne d'une véritable contorsionniste, elle glissa son bras sous celui de Miranthe manquant tout juste de se déboîter l'épaule pour atteindre son objectif et empoignant à l'aide de ses ongles un récipient qui avait roulé sur le sol dans l'affrontement. Cette dernière pria de toutes ses forces le Dracos pour qu'il reste à l'intérieur du récipient suffisamment de boisson pour venir titiller les narines de la lame rouge et le faire sortir de son petit sommeil récupérateur.

« Snif ? Snif ? »

Miracle, les narines de l'homme se mirent à réagir sous l'odeur que dégageait la boisson, il n'y avait plus grand-chose à l'intérieur, mais apparemment cela avait été nettement suffisant pour le faire réagir. Il n'avait pas encore ouvert les yeux que le nez du Géant se mit à humer de plus en plus intensément l'odeur de l'alcool. Quand enfin les yeux bleutés de l'homme firent leur apparition, il relâcha brusquement l'étreinte dans laquelle il avait embarqué la malheureuse avant de se redresser sur les fesses à la recherche du doux nectar qui l'avait éveillé. Pour le coup, il en avait même oublié l'affrontement qui avait débuté dans l'auberge, même celui qui venait de lui envoyer une table lui était désormais inconnu, le coup l'avait visiblement bien sonné. Il regarda d'un air intrigué la serveuse brune à ses côtés, il lui glissa un petit sourire idiot en la voyant tenir dans ses mains une chope de bière, il tenta même de papillonner des yeux avant d'attraper la chope d'un mouvement brusque sans même demander son reste à la jeune femme. D'une traite il engloutit le fond de bière qui restait à l'intérieur affichant une mine boudeuse en s'apercevant qu'il ne restait plus rien à l'intérieur, du moins plus assez de quoi le rassasier. Plissant les yeux et prenant un air menaçant il regarda la jeune femme qui n'y était pour rien la pauvre, mais fut rapidement accueillit par un somptueux coup de poing qui se logea droit dans sa mâchoire. Un coup bien trop faible pour le faire broncher, mais qui ne manqua pas de lui remettre les idées en place.

« Espèce d'enfoiré » Beugla Miranthe en répliquant aussitôt d'un coup de poing propulsant la victime sur quelques mètres. Vraisemblablement agacé de subir un réveil aussi brutal, l'homme se voulait quelque peu bougon et pour preuve il marmonna on ne sait trop quoi dans sa barbe en voyant qu'autour de lui tout le monde s'agitait, puis il tilta de nouveau : « Oh chouette ! Une bagarre. »

Fidèle à lui-même, il en avait déjà oublié le combat de la taverne et se redressa difficilement manquant de retomber sur le sol, il se redressa en grognant faisant craquer un à un les os de sa colonne vertébrale. Avant de s'élancer une fois de plus dans la masse qu'il ne manqua pas de faire tressaillir lorsqu'ils s'aperçurent que la plaie pourpre était de retour. Un impact violent se fit ressentir tandis que Miranthe distribuait de grosses paires de claques à ses opposants riant de plus belle à chaque fois que l'une de ses mains entrait en contact avec le pauvre visage d'un ivrogne.

Soudain, une étrange sensation vint envahir le Colosse, sa gorge commençait à le démanger de plus en plus, affichant une baisse respiratoire, sa vue se troubla encore un peu plus que sous l'effet de l'alcool, mais comme il ne savait pas d'où cela pouvait provenir, il préféra mettre ça sur le dos de sa boisson alcoolisée et poursuivre le carnage qu'il effectuait dans la Taverne, oubliant encore une fois qu'il était ici en présence de deux personnes, Mélusine, la cousine d'Amelian et Jeönyr un petit homme qui accompagnait cette dernière un peu partout dans ses déplacements visiblement. Bien loin de se douter qu'il s'agissait là de magie, Miranthe ne comprenait pas que tout le monde commence à tousser, montrant des signes de gênes de plus en plus importantes face à ce nuage toxique qui avait envahit l'établissement. Quelques cris de désespoir vinrent retentir de la bouche du Faucheur qui ne comprenait pas pourquoi tout le monde fuyait les lieux alors que la bagarre n'était pas fini, lui voulait encore s'amuser ! Il n'avait pas distribué assez de claques visiblement.

« Revenez ! Je vous payerais à boire ! Allez ! » Dit-il réagissant tel un enfant désirant une sucrerie. Il sautait sur place s'agitant dans tous les sens, devenant de plus en plus rouge affichant une mine boudeuse de ne pas pouvoir jouer. Il croisa les bras et s'arrêta net de taper sur tout ce qui bougeait non loin de lui. Quelques secondes s'écoulèrent avant qu'il ne succombe de nouveau à la tentation de distribuer quelques coups aux malheureux qui prient par la quinte de toux n'étaient plus du tout apte à se battre comme il faut, mais d'ailleurs, avaient-ils déjà été en mesure de se battre convenablement avant cela ? Miranthe n'en savait fichtre rien du moment qu'il pouvait leur taper un peu dessus, il ne se plaindrait certainement pas. Et alors qu'il continuait de distribuer des coups à tout va, une voix familière attira son attention, elle ne lui était pas inconnue et pourtant, il ne savait pas vraiment de qui il pouvait s'agir. Se redressant de tout son long, le Colosse chercha dans cette purée de pois la provenance de cette voix féminine, mais sa vision bien trop réduite l'empêcha de voir comme il faut cette inconnue, une lumière intense était visible au loin probablement la sortie de la taverne, à moins qu'il ne soit mort ? Cette lumière semblait bien trop blanche à son goût et cette voix qui résonnait encore dans sa tête lui disant de sortir...

« Non ! Vous ne m'aurez pas ! Je ne traverserais pas la lumière bande d'incapable ! Jamais ! Vous m'entendez ! Jamais ! » Hurla-t-il en direction de la lumière.

Et pour cause, les Guerriers de Glacern plaisantaient toujours à ce sujet lorsqu'ils affrontaient Miranthe au combat le laissant encore et toujours à deux doigts de la mort, ces derniers s'amusaient à se pencher sur son corps en lui mettant de grande claques pour le réveiller en lui indiquant de ne surtout pas suivre la lumière s'il en voyait une. Pour une fois ! Il suivait volontiers le conseil qu'on lui avait donné ! D'autant plus qu'il s'en souvenait, chose prouvant à quel point s'était important pour lui. Mais tôt ou tard, la crédulité du Colosse à moins que cela ne soit simplement sa stupidité finirait par causer sa perte.

Réfléchissant tout de même, il s'arrêta en gardant dans sa main le col d'un ivrogne qu'il tenait fermement prêt à le cogner lui aussi. Ce dernier ne touchait même plus le sol et gesticulait dans tous les sens pour tenter vainement de faire lâcher prise au Faucheur qui était visiblement absorbé par ses propres pensées, « Miranthe ? » « Cessez ? » « Il faut sortir ? » cette simple phrase pleine de familiarité lui mit enfin la puce à l'oreille. D'un mouvement vif il envoya valser l'homme qu'il tenait avec sa main gauche pour enfin réaliser qu'il s'agissait certainement de Mélusine lui indiquant qu'il fallait fuir la Taverne sous peine de se retrouver dans une situation plus que dérangeante en présence de la Garde Royale qui ne tarderait pas à montrer le bout de son nez.

« Mélusine ? Bouge pas ma Grande ! J'arrive ! » Envoya l'homme avant de s'élancer dans une course impressionnante, attrapant au passage le corps d'une jeune femme qu'il pensait être Mélusine et le corps d'un homme assez ressemblant à l'image qu'il se faisait de Jeönyr, bien loin de se douter qu'il avait en fait ramasser un pauvre ivrogne et la serveuse précédemment alpaguée par ses soins. Évitant tout de même de se résoudre à traverser la lumière, il préféra opter pour le mur le plus proche quitte à détruire une partie de l'établissement qui normalement aurait été une chose impensable, mais il ne voulait pas mourir ! Alors il fallait bien sauver sa misérable vie d'alcoolique non ? Avec force et violence il traversa le mur avec sous les bras ceux qu'il pensait être les deux membres de la Horde et s'élança à toute vitesse dans Gloria pour rejoindre la planque la plus proche et mettre ses deux là en sécurité.


RP Terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Empty
MessageSujet: Re: On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé) On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe]  (Terminé) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

On ne trouve jamais ce que l'on cherche [Mélusine et Miranthe] (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» En fait, elle ne nous a jamais quittés.
» le plus grand virus jamais connu
» Règle #1 - Ne jamais trahir son partenaire [JENNY]
» On ne change jamais les bonnes habitudes... [open]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-