Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeDim 26 Mai 2013 - 22:27


    Le temps semblait lui filer entre les griffes, suinter tel du sable entre ses écailles, tant Verith le sentait parsemer son corps et presser son esprit entre ses aguilles. Chaque seconde qui l’avait séparé de Skade avait été une chance de moins pour la retrouver, et ce jour-là, il en était de même avec Estelen. Cette dernière, fille adoptive de la Mère des tempêtes, avait été séparée de Verith lors de la tempête magique qui avait fait rage aux abords d’Armanda, et sa position actuelle, tout comme son état et sa situation, restaient inconnus au dragon. Aucun indice ne laissait à penser qu’elle était toujours en vie, si ce n’était l’assurance proéminente de son frère dans ces recherches, persuadé que la jeune dragonne ne pouvait se laisser abattre par quelques bourrasques de vent et trompes d’eau. Mais malgré cette sûreté d’esprit, il était évident que certains doutes persistaient, quoiqu’infimes. Cela faisait désormais quelques heures que Verith avait quitté Skade, tout juste recouvrée, qui l’avait elle-même chargé de retrouver Estelen. Quelques heures aussi que Klaus, le magicien arrogant et fier, était parti, appelé par un implicite devoir.

    Cette séparation, bien que prévisible, ennuyait Verith, qui n’appréciait guère se sentir redevable à quelqu’un, surtout lorsqu’il s’agissait d’un humain tel que Klaus. Elle fut amorcée de façon relativement brutale, nette, tranchante, comme un couperet, et le dragon, tout d’abord soulagé par ce départ, concédait aujourd’hui que l’aide du magicien pour retrouver Skade avait été précieuse, et que lui rendre l’équivalent de ses efforts ne serait pas chose oubliable. Toutefois, il était vite passé sur ces premiers jours sur Armanda en compagnie de Klaus, concentré le plus sérieusement du monde sur ses recherches. Bien qu’Estelen n’était pas sa véritable sœur, il l’aimait tout comme, malgré qu’il estimait cet amour comme une faiblesse et le dissimulait sous impassibilité et inattention à son égard. Il  ne faillirait donc pas à l’ordre promulgué par Skade, ainsi que par sa conscience, comme un devoir tacite ou une obligation morale.

    Somme toute logique, Verith s’était donc rendu là où la tempête avait élevé ses vents violents, soit les récifs d’Armanda où la mer régnait en maîtresse absolue. Rejoindre cet endroit avait été chose aisée, bien que relativement longue, étant donné qu’il avait fait la rencontre de Klaus près d’ici, dans les montagnes à quelques kilomètres, tout juste visible de sa position, et que les deux protagonistes étaient passés en vol près d’ici, à la recherche de Skade. Survolant plage et falaises, guidé par les souvenirs de son précédent passage avec le magicien, Verith harponnait du regard le paysage défilant en contrebas, saisissant parfois quelques brides d’espace houleux lorsque l’océan attirait son attention. Voyageant ainsi, il nota intérieurement l’immensité du continent qu’était Armanda, et la diversité de ses panorama et de sa flore. Si ce lieu n’avait pas été corrompu par les peuples archaïques, ignorants et inférieurs qui y demeuraient, à savoir les elfes, les vampires et surtout, les humains, ces terres auraient pu demeurer un havre de paix serein et accueillant.

    L’après-midi était déjà bien entamé lorsque Verith ressenti le besoin, poussé par un instinct presque animal, de se nourrir. Légèrement plus ingénieux que la fois précédente, où il s’était servi tout droit dans l’écurie d’une auberge, le dragon opta pour une méthode plus fiable et bien plus discrète. Les landes qui s’étendaient près de la mer, avant de se perdre dans maints bosquets et plaines, abritaient quelques chevaux sauvages et autres animaux errants de ce type. Ainsi, l’altitude de Verith lui permis de débusquer sans mal son repas et savoura son festin sous le soleil de fin d’après-midi, dont la course effrénée ne tarderait pas à rattraper l’horizon. L’air ambiant était frais, et une légère brise soufflait sur les landes, balayant l’herbe qui ployait sous cette entité supérieure. Les bourrasques caressèrent les écailles de Verith, qui ressentit soudainement l’envie de s’endormir ici, accueillit alors par un sommeil de plomb bien mérité. Mais il n’en fit rien, conscient du temps passager qui le narguait et de la primordialité de ses recherches. Estelen. Estelen. Estelen. Il se répéta maintes fois ce nom dans son esprit, se redonnant ainsi la force et la vigueur pour continuer. Il sentait qu’il touchait au but, toujours persuadé que sa sœur était en vie.

    Après une heure de vol, alors que l’après-midi touchait définitivement à sa fin, de hauts remparts, implacables et froids, se dessinèrent à l’horizon. Il s’agissait de la cité d’Elena la Robuste, que Klaus et Verith avait survolé la nuit dernière sans y trouver aucune trace de dragon. Décidé à passer la nuit près de cette ville fortifiée, pour à son réveil posséder une position concrète sur cet immense territoire, le dragon s’approcha des remparts, et jugea leur hauteur impressionnante d’un œil peu assuré. Il s’agissait sans doute là d’une cité guerrière, où ayant essuyé quelques guerres dans le passé, pour être protégée de la sorte. Verith dévisagea ces palissades de pierre s’élevant vers le ciel d’un air dédaigneux. Il s’agissait alors de tout le potentiel humain dans ces remparts ? Méditant cette question sans réponse, le dragon n’aperçut pas tout de suite la masse volumineuse à quelques centaines de mètres des fortifications, près d’un imposant rocher. Lorsqu’enfin il croisa les yeux de cette « chose », ses ailes cessèrent de battre durant un court instant.

    °Estelen !° s’exclama-t-il intérieurement.  

    Verith toucha le sol avait fracas, et s’élança vers sa sœur, à la fois ahuri et soulagé de la retrouver saine et sauve. Une fois devant elle, il la détailla sous tous les angles, s’assurant qu’elle n’avait rien, avant de se reprendre, affichant son masque d’impassibilité, et de commencer :

    °Estelen, je suis soulagé de te revoir en vie. Comment es-tu sortie indemne de cette tempête magique ? Comment es-tu arrivée ici ?°

    Verith l’accablait déjà de questions, mais le temps l’avait trop oppressé et tant de choses implicites se devaient d’être éclaircies.

    °J’ai retrouvé notre mère, elle aussi est saine et sauve.°


Dernière édition par Verith le Dim 28 Juil 2013 - 11:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeSam 1 Juin 2013 - 14:01

La dragonne bleue se délectait de ce sentiment de toute puissance qui prenait vie en elle à chaque vol. Cela faisait quelques instants qu'elle avait laissé Lyroë Tuwiel rejoindre sa monture. Il était convenu qu'elle accompagnerait l'Elfe jusqu'à Elena la Robuste pour qu'elle rende le cheval de l'empereur. Ce ne serait qu'une fois cela fait qu'elles pourraient se mettre en quête de Skade. Estelen avait d'abord pensé commencer ses recherches tout de suite, mais elle s'était bien vite rendu à l'évidence : l'aide de l'archère lui était nécessaire si elle ne voulait pas perdre inutilement du temps. L'idée de devoir suivre l'allure réduite que le destrier de sa sauveuse lui imposerait ne lui plaisait pas, mais avait-elle vraiment le choix? Elle avait regardé Lyroë s'éloignait et lui avait concédée une légère avance. Puis, ses pattes puissantes lui avaient permis de défier les lois de la gravité.

Désormais, la dragonne sentait le vent contre ses écailles et les courants d'air ascendant sous ses ailes déployées. Le paysage défilait sous celles-ci. Elle ne tarda pas repérer la minuscule forme de la cavalière aux cheveux de feu. Repliant ses ailes, Estelen descendit en piquet vers l'Elfe et plana à plus faible altitude. La vitesse très modérée qu'elle devait suivre lui permit de se laisser porter par le vent, donnant seulement un battement d'aile de temps à autre. Bien vite cependant, ses muscles devinrent douloureux, peu habitués à soutenir une telle allure. Elle reprit alors de la hauteur et observa le paysage qui s'offrait à elle. Au loin, elle repéra ce qu'elle cherchait. Une tache grise était visible non loin de là. La dragonne jeta un regard vers sa sauveuse et finit par laisser libre court à sa puissance trop longtemps contenue. Il ne lui fallut pas très longtemps pour qu'elle arrive au-dessus de la ville fortifiée. Avant leur départ, il avait été convenu qu'Estelen attendrait l'archère à l'extérieur de la ville, non loin de la porte principale, mais à l'abri des regards. Il ne s'agissait pas que tous les armandéens apprennent sa venue trop rapidement.

La dragonne bleue se posa donc à l'ombre de l'imposante muraille qui protégeait Elena la Robuste. Elle trouva étonnant que des gens dotés de magie aient besoin de se cacher derrière des murs. Mais, son attention fut bien vite détourné par un gargouillis qui trouva son origine dans son ventre vide. Le gibier offert par Lyroë n'était déjà plus qu'un lointain souvenir... Si elle avait pu sourire, elle l'aurait fait. Mais un dragon peut-il vraiment sourire ? Aussi préféra-t-elle choisir la voie des airs pour chasser. Une nouvelle fois, elle défia les lois de la gravité et se dirigea vers les plaines qu'elle avait repéré en arrivant. Bientôt, elle aperçut un troupeau de chevaux sauvages. Son instinct de prédateur prit instantanément le dessus et elle fondit sur ses proies. Elle ne redéploya ses ailes qu'au tout dernier instant et frôla le sol. Avant de reprendre de l'altitude, ses pattes avant saisirent l'un des herbivores et l'entraina dans le ciel. L'animal qui n'était pas habitué à craindre un danger venu d'en-haut n'avait pas eu la moindre chance.

La dragonne se posa à l'endroit qu'elle avait quitté quelques instants plus tôt. Aussitôt, elle commença son repas. Elle avait l'impression de ne pas avoir mangé depuis des jours. Moins d'une heure plus tard, la carcasse de l'équidé était propre, Estelen s'étant appliquée à ne rien laisser dessus. Une fois ce festin terminé, elle alla s'allonger à l'ombre et s'endormit au moment précis où sa tête se posa sur le sol.

Ce fut le son d'un battement d'aile qui la tira de son sommeil. L'ombre des remparts s'était allongée et le soleil était dissimulé par la masse de la cité. Elle leva la tête et aperçut une silhouette rouge qu'elle aurait reconnu entre mille. Verith. Son frère regarda dans sa direction et leurs regards se croisèrent. Estelen sut qu'il l'avait lui aussi reconnue. Son atterrissage fut loin d'être aussi délicat que ceux de sa demie-soeur mais elle n'y prêta pas attention, se préparant à l'impassibilité dont ferait preuve le dragon rouge. Depuis le temps, elle s'était habituée à ce qu'il dissimule ses sentiments. Une faiblesse pensait-il. Elle n'était pas tout à fait d'accord, mais se gardait de le lui dire. Arrivé près d'elle, il l'inspecta, comme pour s'assurer qu'elle allait bien. Puis, ce masque neutre qu'elle avait si souvent eu l'occasion de voir réapparut. Les questions fusèrent. La dragonne bleue se contenta de répondre par un simple "C'est une longue histoire...". Mais déjà son frère avait repris. Il avait retrouvé Skade ! Et elle était saine et sauve ! Un poids se retira des épaules d'Estelen et elle retint un soupir de soulagement. Ensuite, avant qu'il n'ait eu le temps d'ajouter quelque chose, elle reprit la parole, d'un ton décidé où pointait la tristesse, :

-Cymbor, le fils de notre mère est mort.

Phrase courte, mais elle n'avait pas besoin d'être plus longue pour exprimer la situation. Elle savait que le dragon rouge ne broncherait pas à cette annonce. Mais il fallait qu'elle le dise. Et maintenant que c'était fait, elle comprit l'ampleur que cela avait. Son esprit divergea vers Skade. Comment réagirait la vénérable dragonne en apprenant la nouvelle ? Estelen préféra ne plus y penser...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeDim 2 Juin 2013 - 14:53

    Verith dilata les narines comme seul et unique témoignage de son écoute, lorsqu’Estelen lui affirma que cette histoire était trop longue. La curiosité naturelle du dragon rouge l’aurait, en temps normal, poussé à demander quelques explications plus explicites, une poignée de renseignements lui permettant de faire le lien avec la situation de sa sœur en cet instant, mais il ne fit rien, pressentant un aveu sur les lèvres de la jeune dragonne. Il nota tout de même dans son esprit que, à en juger par la carrure d’Estelen, cette dernière semblait fatiguée, ou tout juste extirpée d’un profond sommeil. De par ce fait, elle venait certainement de parcourir une relativement longue distance, et l’hypothèse qu’elle aurait pu se trouver près des récifs, là où la tempête s’était levée, n’était pas à exclure, et Verith se félicitait d’y avoir pensé avant toute chose. La modestie le connaissait bien pour son sens de l’empathie à son égard. Estelen soupira de soulagement en apprenant que Skade était bel et bien vivante. Au moins, quoi qu’il fût arrivé à sa sœur, Verith pensait être parvenu à la réconforter quelque peu.

    Puis vint l’aveu tant attendu, l’apogée de cette retrouvaille. Cymbor, le fils que Skade avait laissé sur Armanda, était en réalité mort. Le dragon rouge recula soudainement, asservit par cette surprise macabre et funèbre. La haine qu’il portait aux peuples de ce continent et qui suintait dans ses veines depuis toujours venait de prendre une ampleur considérable suite à cette affirmation. Estelen semblait tellement peinée que Verith en resta démuni, sans pour autant se départir de sa froide impassibilité. Le périple jusqu’à Armanda, voyage long et éprouvant, l’arrivée catastrophique sur ces terres hostiles, etc. repèrent en boucle dans l’esprit du dragon rouge. La base même de cette venue venait de s’étioler. Tout cette quête fondamentale perdait alors son sens, plus rien ne paraissait cohérent dans la présence des trois dragons sur ce continent. Plus que tout, comment réagirait Skade à cette annonce ? Une dragonne aussi sage et vénérable, respectable de par son savoir incommensurable, comment verrait-elle cet affront ?

    La colère monta en Verith comme autant de pics acérés qui l’écorchaient au plus profond de son être. Comme un feu ardent et dévastateur qui calcinait son esprit, jusqu’ici à petites doses, mais désormais avec une violence et une vélocité inouïe. Instinctivement, il montra les dents, et ses yeux se voilèrent d’un halo de haine qu’il ne tenta pas de dissimuler. Cette métamorphose psychique pouvait se résumer aisément à affirmation : « C’en était trop. » En si peu de temps, seulement quelques jours, les habitants d’Armanda semblaient déjà parvenus à ruiner en lui toute once de compréhension à leur égard, qu’il s’était contraint à forger avant d’arriver sur ce continent, conscient qu’il aurait de tout point besoin de cette carapace d’indulgence une fois à terre. Son intuition avait une nouvelle fois été respectable, mais la tournure que prenaient soudainement les évènements n’en avait que faire. Ces derniers, par ailleurs, paraissaient s’être considérablement accélérés, dans un cycle rapide et tranchant, inéluctablement vif.

    °C’est impossible. Comment des peuples aussi archaïques et inférieurs ont-ils pu commettre un tel crime !° explosa brusquement Verith avec un grognement de rage.

    Estelen était consciente, et ce depuis toujours, de la sous-estimation de Verith vis-à-vis des Armandéens. Elle ne serait donc certainement pas surprise par de tels propos acerbes. Pourtant, la violence des gestes que le dragon rouge exécutait désormais avec ses pattes et les dents qu’il ne cessait de dévoiler témoignaient de sa colère, pas futile du tout. Le mastodonte se sentait capable de raser toute forme de vie à des kilomètres à la ronde tant la tension avait atteint son paroxysme en lui. En réalité, Verith n’avait jamais vraiment connu Cymbor, mais Skade, malgré son abandon, semblait tellement attachée à ce dragonnet qu’il était difficile de ne pas se sentir atteint par une telle déchéance. Comment les Armandéens avaient pu être aussi stupides pour assassiner un dragon, seul être encore capable de ramener la magie vacillante sur ce continent. Même si Verith était loin d’être un fin stratège, et encore moins quelqu’un de brillant, jamais, dans la peau d’un Armandéen, il n’aurait commis un tel crime. Pas avec les maintes privations magiques que cela apporterait.

    °Estelen, dis-moi qui t’a avoué cela.° son ton était ferme et déterminé.

    Le dragon rouge semblait prêt à aller dévorer le porteur ou la porteuse de ce funeste message. Toutefois, il n’ajouta rien. Le soleil avait quitté le ciel pour s’engouffrer sous la tonnelle de l’horizon, irréversiblement happé vers cet obscur destin. Les étoiles irisaient dès lors la nuit ambiante, et seule la vue développée des dragons leur permettait de distinguer leur fasciés et leurs expressions faciales.

    °Je tuerai l’assassin de Cymbor, quoi que m’en coûte cet affront. Le Dracos Honoris me pardonnera cet acte, j’en suis certain.°
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeLun 3 Juin 2013 - 21:17

L'explosion de rage de son frère surprit la dragonne bleue. C'était très étonnant qu'il réagisse ainsi. Surtout pour un être qu'il ne connaissait pas. Le regard qu'elle portait sur lui changea, tout comme son opinion à son sujet. Peut-être n'était-il pas aussi froid et impassible qu'il semblait l'être? Cette idée réchauffa le coeur d'Estelen. Puis, alors que le dragon rouge reprenait la parole d'un ton ferme, elle hésita. Lui dire que son informateur était Lyroë Tuwiel mettrait celle-ci en grand danger. Mais, d'un autre côté, elle rechignait à mentir à Verith. Déchirée par ce choix difficile, son regard de la couleur de l'océan se perdit dans la contemplation des étoiles. Puis, les ténèbres qui avait déposé leur voile sur le ciel lui rappelèrent les eaux déchainées. Elle se remémora sa lutte désespérée, l'espoir qu'avait fait naitre l'Elfe en elle, son aide... L'image de ce visage aux traits fins, aux yeux d'un bleu pur et auréolé de cheveux couleur des flammes s'imposa à son esprit. Alors, sa décision fut prise. Elle mentit sans honte :

-Un homme qui git maintenant au fond de l'océan du nord.

Verith reprit la parole pour promettre la mort de l'assassin de ce frère inconnu. Soudain, en entendant ces mots, un sentiment peu habituel pour la dragonne d'ordinaire calme et réfléchie naquit dans son être tout entier. Un rugissement menaçant s'éleva. Elle ouvrit la bouche et se prépara à cracher le feu qui brûlait en elle sur le dragon rouge. Elle garda jalousement l'image de ce vampire qui était à l'origine d'un tel crime. Cette vengeance lui appartenait et elle était prête à tout pour le faire comprendre à Verith. Savoix claqua, dure et inflexible, menaçante :

-Il est à moi! C'est moi qui le tuerait! C'est entre mes crocs qu'il périra et non entre les miens. Je l'ai juré sur la mémoire de Cymbor. La mort de cet être malfaisant m'appartient et je suis prête à tout pour honorer ma promesse.


Tout son corps était tendu par la colère. Jamais, un sentiment d'une telle puissance ne l'avait touchée. Ses muscles étaient près à la propulser dans les airs. Non pour fuir, mais pour combattre dans son élément. Elle avait provoqué son frère et elle savait qu'il lui répondrait avec violence. Elle n'attendit pas plus longtemps et s'envola. Elle se stabilisa avant de reporter son attention sur le dragon rouge. En vol, elle avait une chance de le dominer. Elle ne prêta pas attention aux habitants d'Elena qui levaient la tête pour observer la dragonne bleue. Celle-ci poussa un nouveau rugissement de colère et dit :

-Ose défier mon droit et je n'hésiterais pas à te combattre, mon frère ! Réfléchis et réfléchis bien à ce que tu vas faire. Je regretterais de devoir te blesser ou même te tuer. Skade m'en voudrait, mais elle finirait par comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeVen 7 Juin 2013 - 19:12

    Prenant lentement conscience, mais avec calme et sûreté, que l’homme ayant affirmé à haute voix la mort de Cymbor était mort, Verith sembla se détendre quelque peu. Toutefois, Estelen ne maîtrisait pas le mensonge, et cette teneur particulière dans sa voix le prouvait aisément. Un détail mal formulé trompait ses paroles, une expression faciale dénaturait son faciès aux allures pourtant si sereines, un mort dérapant dans son esprit lui faisait alors perdre toute crédibilité. Pourtant, Verith n’ajouta, notant intérieurement de se renseigner davantage plus tard, lorsque sa sœur serait plus à même de lui avouer une certaine vérité consciemment laissée sous silence. Le dragon rouge trouvait hautain de la part d’Estelen, et très peu respectable de son peuple et de la famille l’ayant accueilli, de mentir ainsi, peut-être sans scrupule, peut-être sans remord. Presque satisfaite d’avoir ainsi épargnée la vie d’un quelconque Armandéen, qui n’aurait été que de la chair à pâté lorsque Verith aurait mis la griffe dessus. Il comprit alors aisément que la personne que tentait de protéger sa sœur lui était certainement chère, ou du moins symbolique, malgré le peu de temps qu’ils avaient passé sur Armanda depuis leur arrivée fracassante, et qu’il ne serait pas étonnant de retrouver ce mystérieux messager funeste avec Estelen dans les prochains temps.

    Soudainement, Verith, adepte de l’ire et de toute forme de colère, aussi variées furent-elles, pressentit monter en sa sœur cette décharge presque électrique et si significative. La dragonne ouvrit la gueule comme pour déchaîner un flot dru et puissant de flammes vives, mais finalement ne fit rien. Son frère grogna sourdement. Estelen dépassait peu à peu les bornes, si sa colère ne se tarissait pas et la menait à une altercation physique avec lui, qui n’avait d’ailleurs pas lieu d’être, il n’hésiterait en rien à la repousser sauvagement, si impulsif était-il. D’un ton menaçant et dur, presque déformé par sa colère, comme un animal enragé défendant une proie, la dragonne sembla décréter que l’assassin de Cymbor lui appartenait, et qu’elle seule pourrait lui ôter la vie et avoir le plaisir de l’entendre souffrir, hurler, gémir de cette souffrance délectable pour tout sadique. Les yeux de Verith lancèrent des éclairs, et ses crocs acérés de dévoilèrent instinctivement sous cet ordre implicite que sa sœur venait de lui lancer, l’obligeant ainsi à rester à l’arrière de ce meurtre. Pour qui donc se prenait-elle ? Concédant qu’Estelen avait de loin dépassé les frontières de l’acceptable dans ces propos, Verith intervint :

    °Estelen, tu ne comprends pas qu’il ne s’agit pas là d’une quelconque vengeance personnelle, ni même d’une promesse promulguée à tout va. Il était notre frère. Mon frère !°

    Consciemment, le dragon rouge appuya sur le « mon », rappelant ainsi douloureusement à sa sœur que Cymbor était avant tout son frère à lui, étant donné que la dragonne ne partageait pas le même sang qu’eux deux, bien qu’elle fut adoptée par Skade et vivait avec cette nouvelle famille désormais. Bien qu’Estelen le prétendait, elle ne possédait aucun droit sur cette affaire, du moins pas plus que Verith. Ce dernier n’appréciait guère être ainsi provoqué, en particulier par un membre de son espèce, en particulier de nouveau par sa sœur. Ce comportement lui échappait d’ailleurs, elle d’habitude si calme et sereine, si généreuse dans les mots, en approuvant toute pensée grégaire. Cette soudaine colère confirmait la gravité de la situation, qui n’avait de toute évidence pas besoin d’être clarifier. Les dernières paroles d’Estelen laissèrent ébahi Verith. Ces mots étaient tout simplement impensables, et d’une profonde honte pour la race dragonne. Comment, par simple désir de vengeance, sans avoir laissé le temps au dragon rouge de s’expliquer, sa sœur pouvait-elle ainsi quitter ses gongs et menacer si sauvagement –il s’agissait tout de même d’une menace de mort- son frère ?

    Et puis cette affirmation perdait tout son sens dans la situation précise d’Estelen. Cette dernière, bien que plus âge que Verith de quelques siècles, en restait tout de même bien moins robuste. Toute son enfance, le dragon rouge avait combattu, user de crocs et de griffes pour parvenir à ses fins, avait assis sa supériorité sur bon nombre de dragonnets, si ce n’est tous au final. Sa sœur, bien qu’ainée, n’éveillait en lui aucune once de crainte, même lorsqu’elle s’éleva dans les airs et observa de haut son frère, supérieure dans la hauteur mais peu dans ses paroles si inconsciente. Dépourvu de patience, Verith laissa échapper de sa gueule béante un long jet de flammes, non destiné à l’intention de sa sœur, mais simplement pour évacuer une once de se rage et démontrer ainsi à sa « provocatrice » que le mettre dans un tel état n’était pas la meilleure des choses à faire, surtout depuis qu’ils étaient parvenus à Armanda. Il ne comptait pas se battre, et si Estelen tentait quoi que ce soit, il restait certaine que Skade lui ferait payer, qu’elle soit sa fille ou non. La dragonne ancestrale n’accepterait jamais un tel comportement puérile de la part d’un dragon, encore moins s’il s’agissait d’un membre de sa famille.

    °Cesse donc de me provoquer, tu fais honte à notre race dans ces propos démesurés de colère !° gronda Verith. °Me combattre ne te mènera à rien, si ce n’est à une cuisante défaite, et tu en es consciente !°

    Il s’éleva à son tour dans les cieux, suite à de puissants battements, et fit face à son interlocutrice, la fusillant du regard. Son dédain, son assurance et sa colère l’asservissait de plein fouet, peu habitué à voir sa sœur dans cette état, mais ne faisait aussi qu’attiser l’ire cuisant progressant avidement dans ses viscères.

    °Je ne te pensais pas si puérile, Estelen. Désirer l’affrontement ne fera que souiller davantage le souvenir de Cymbor, et sa vengeance ne t’appartient pas !° Il rugissait de colère désormais. °Plus que tout, protéger ainsi celui ou celle, cet être misérable, qui t’a avoué le trépas de mon frère, mon frère tu entends, ne fera que me dresser contre toi, tu le sais !°
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeMar 11 Juin 2013 - 16:44

Les mots du dragon rouge se plantèrent tels des aiguilles d'acier dans le coeur d'Estelen. Elle savait que le tempérament enflammé de son "frère" pouvait le pousser à cela. Cependant, jamais elle n'aurait pu imaginer la souffrance qui s'en suivrait. Elle sentit ses ailes devenir lourdes, pesantes. Ainsi, ce fut à peine si elle vit le jet de flammes qui échappa à Verith. Elle repensa à ce jour lointain où elle avait découvert qu'un oeuf écarlate avait pris sa place dans la caverne de Skade, au jour où elle revint et découvrit un dragonnet déjà téméraire. Elle l'avait vu grandir, supportant son caractère colérique et guerrier sans broncher. Parce qu'elle le considérait comme son véritable frère. Un frère qui venait de lui porter un coup terrible, une blessure qui aurait été moins douloureuse si elle avait été physique. Cette plaie-ci mettrait du temps à cicatriser, si elle le faisait un jour...

Estelen se laissa descendre lentement, un faible battement d'aile donné de temps à autre ralentissant sa vitesse. Elle se posa tout de même avec lourdeur dans une prairie où paissaient des moutons. Ceux-ci se dispersèrent en poussant des bêlements emplis de terreur. Pourtant, la dragonne bleue ne leur prêta aucune attention. Elle s'allongea, ou plutôt s'effondra, sur le sol herbeux. Ainsi, celui qu'elle supportait depuis deux cents ans comme son frère venait de lui lancer son "adoption" en pleine tête. Elle ne vint à se demander pourquoi Skade avait recueilli cet oeuf couleur de glace et aux nervures violacées, pourquoi cette vénérable dragonne avait pris sous son aile l'abandonnée qu'elle était, pourquoi sa mère, sa véritable mère, l'avait-elle laissé ainsi. Autant de questions sans vraies réponses.

Son regard se perdit dans la contemplation des nuages. Elle comprenait tout juste ce qui avait failli advenir. Honteuse, Estelen se demandait ce qui lui avait pris pour qu'elle se mette dans une telle colère. Elle regrettait ses paroles et son attitude maintenant, cependant elle savait pertinemment que la honte n'était pas seulement sur elle mais aussi sur le reste de sa famille. Elle pensa aux habitants d'Elena la Robuste qui avait assisté à la scène. Que penseraient-ils désormais des dragons? Avait-elle sali par son ire incontrôlée l'image de sa race? Son souffle inquiet fit ployer les herbes hautes devant elle. Dans son esprit se dessina l'image de sa mère adoptive en furie. Elle comprit alors que la vengeance ne lui appartenait pas. Skade, elle seule, pouvait y prétendre. Elle devait des excuses à Verith, mais jamais elle ne laisserait paraître une telle faiblesse. Elle se redressa et battit deux fois de ses puissantes ailes. Elle allait parler à son frère et lui faire comprendre -gentiment et poliment- qu'elle l'empêcherait de toucher un cheveu de l'archère qui lui avait appris la nouvelle. Mais cette fois, peut-être lui donnerait-elle l'image de l'assassin de Cymbor, ce visage ancré dans sa mémoire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeMer 12 Juin 2013 - 14:01


    Non sans grand étonnement, la colère d’Estelen se tapie vélocement, et ne parut plus sur son visage qu’une profonde déception. Cette dragonne ne maîtrisait pas l’ire, et ce soudain élan de rage n’était simplement dû au sujet encore sensible pour elle qu’était celui de Cymbor. Verith tentait, de son côté, de ne pas s’arrêter davantage sur ce genre d’actes reprochables, conscient qu’une telle faiblesse ne l’aiderait en rien dans ses objectifs et ceux, plus globalement, des siens, qui pour l’instant se résumaient à survivre sur un monde où une infâme entité maléfique était prête à tout pour dérober la pure essence des dragons. Estelen sembla soudainement mal en point, le regard perdu dans le vide, comme si elle cherchait les mots qu’elle n’avait pas pour contrer son impétueux de frère. Depuis le temps, n’était-elle pas habituée à ce genre d’excès et de manque d’égard de sa part ? N’avait-elle pas conscience que ses paroles colériques possédaient bien moins de profondeur que la normale –quoique… ? Verith soupira bruyamment par les narines, exaspéré par ce genre de situations. Comme il l’affirmait souvent lorsque les discussions à tirelarigot prenaient le dessus : il détestait perdre son temps dans de vaines paroles. Cette affirmation pouvait paraître bien présomptueuse, car l’acte ne justifiait pas tout, mais il était fort compréhensible que Verith se sente plus utile au cœur même de l’action que sur la touche intellectuelle. Et il en avait expressément conscience.

    Estelen finit par se poser à terre, s’effondra de tout son corps reptilien au beau milieu des plaines, pensive et troublée. Le dragon rouge semblait avoir implanté en elle un doute des plus désagréables. Son frère, quant à lui, s’était quelque peu éloigné, conscient qu’il avait tout avoué à sa sœur, et qu’une nouvelle démonstration de colère de sa part n’était pas nécessaire. Il se sentait pitoyable. Misérablement pitoyable. Les deux dragons ressemblaient soudainement à deux enfants puériles et immatures, venant d’essuyer une quelconque dispute pour un jouet qu’il désirait en commun mais qui demeurait en un seul exemplaire : l’assassin de Cymbor. Quelle honte à son souvenir. Dès lors, ces deux gamins avaient pris conscience qu’aucun d’eux n’aurait le plaisir de venger leur frère, et ainsi ils semblaient bouder chacun dans leur coin, dos tourné à l’autre. Verith soupira de nouveau. Il était finalement bien pratique que Skade ne l’ait pas accompagné dans ses recherches d’Estelen, car si c’était pour assister à ce genre d’engueulades futiles, ce n’était pas nécessaire.

    Le dragon rouge jeta un coup d’œil à sa sœur, non loin d’ici, et l’empressement se fit ressentir dans son être. Après son, la charge que lui avait incombé Skade était de retrouver Estelen, et maintenant que c’était chose faite, il lui tardait de commencer la traque du mystérieux assassin de Cymbor. La colère en lui n’était pas du tout tapie, au contraire de celle de sa sœur qui semblait s’être dissipée, et il se contenait du mieux possible pour ne pas laisser libre cours à sa rage. Les deux reptiles géants avaient déjà assez attiré l’attention comme cela. Enfin, Estelen s’éleva de nouveau dans les airs et vint le rejoindre. Son visage indiquait qu’elle venait de prendre une décision. De quel ordre ? Verith l’ignorait pour l’instant. Toutefois, il prit le parti de prendre le premier la parole, non pas pour s’excuser –il ne manquait plus que cela, ce serait le comble- mais pour ramener au cœur de cette conversation subitement interrompue le sujet de Skade :

    °Quel que soit la teneur de nos avis divergents, Skade doit en être informée.°

    Alors que Verith s’apprêtait à continuer, éloignant davantage la précédente dispute, de petites lueurs jaunâtres se firent percevoir au seuil de la cité d’Elena la Robuste, et quelques ordres fusèrent de-ci, de-là. Les habitants, certainement alertés par le vacarme, quittaient leurs demeures, malgré la nuit tombée, pour s’enquérir de la source de ce tohu-bohu tonitruant, et certainement aussi, pour les plus avisés, de cette source magique abondante aux alentours des dragons. Verith grogna, la vue de ces potentiels ennemis ou du moins gêneurs ne l’enchantant pas du tout. Il fallait à Estelen et lui qu’ils s’éloignent davantage et atteignent un lieu plus tranquille pour discuter sur le sujet de Cymbor. À moins qu’Estelen ne soit d’une quelconque manière retenue ici, disons, par une certaine connaissance ? Les réflexions ne Verith ne portaient pas si loin, et il ne se doutait pas que sa sœur avait fait la rencontre d’un autre Armandéen. Les lueurs s’avancèrent davantage, et il était désormais certain que ces voyeurs malhabiles avaient découvert la source du précédent vacarme, étant donné qu’ils se dirigeaient alors dans la direction des deux dragons. Verith poussa un grondement sourd.

    °Il nous faut partir, nous nous sommes montrés trop bruyants. Nous tâcherons de nous expliquer plus tard aux sujet de Cymbor.°


Dernière édition par Verith le Mar 18 Juin 2013 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeDim 16 Juin 2013 - 20:00

La dragonne bleue prit son envol et chercha la silhouette rouge de son frère. Elle ne tarda pas à l'apercevoir et elle alla se poser près de lui. Sa décision était prise. Toutefois, elle savait que la colère était toujours présente dans le coeur de Verith. Elle sentit son envie de parler et le laissa faire. Elle jugea ingénieux la façon dont il ramena le sujet délicat de Skade dans la conversation. Cependant, Estelen ne put qu'acquiescer en entendant ses mots. Il s'interrompit et son regard se porta vers Elena la Robuste. La dragonne le suivit et elle perçut aussitôt les lueurs des flambeaux et les voix des hommes attirés par le bruit de leur dispute. Ils avaient connaissance de leur présence puisqu'ils se dirigèrent d'un pas décidé dans la direction des deux êtres mythiques. Elle n'avait pas peur de ces humains, quelque soit leur nombre. Elle s'apprêtait à pousser un grondement puissant afin d'effrayer les téméraires quand un grognement sourd du dragon rouge la coupa. Elle s'étonna de ses paroles. S'expliquer plus tard à propos de Cymbor ? Mais il n'y avait plus rien à dire. Partir ? En délaissant l'Elfe qui lui avait sauvé la vie ? Etrangement, cette idée qui ne l'aurait pas dérangée avant sa rencontre avec l'archère rousse lui paraissait répugnante maintenant, si tant est que ce mot est une signification pour un dragon. Alors, elle posa son regard azur sur son frère et lui dit, d'un ton calme et assurée :

-Je ne peux partir maintenant, Verith. Si je suis ici, ce n'est pas grâce au hasard. Une armandéenne m'a conduite jusqu'à cette cité. Et elle ne s'est pas contentée de cela. Tu ne peux peut-être pas saisir l'intérêt que je lui porte, mais sache toutefois qu'elle était la liée de Cymbor. Je lui dois la vie car c'est ensemble que nous avons vaincu la tempête et les flots déchainés qui ont tenté de me faire disparaitre. C'est à son esprit, à sa présence que je me suis accrochée alors que tout espoir semblait avoir disparu. J'ai honte d'avouer cette faiblesse, cependant, sache que je ne la laisserai pas.

Dans son regard, une lueur de reconnaissance brillait. Reconnaissance envers cet être si frêle qui avait été son point d'amarrage pour lutter contre des éléments dévastateurs. Reconnaissance envers cet être qui lui avait ouvert un autre monde, une nouvelle perspective. Elle reprit d'une voix où la force de cette ouverture vibrait :

-Alors, je ne pars pas. Libre à toi de rejoindre notre mère parce que, en ce qui me concerne, je ne bougerai pas, même si je dois combattre ces hommes.


La dragonne bleue se détourna alors de son frère pour faire face à la cohorte d'humains qui avançait, déterminée. Un grondement monta en elle, puissant. Il retentit avec force, faisant trembler les plus braves. Les rangs se resserrèrent. Un jet de flamme passa au-dessus des têtes telle une menace silencieuse et brûlante. La plupart des hommes fit volte-face et se dispersa. Certains, sous la poussée de leur témérité, continuèrent d'approcher. Alors, Estelen se prépara à l'affrontement imminent...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeMar 18 Juin 2013 - 19:07


    Les paroles d’Estelen coupèrent net Verith dans ses mouvements. Alors qu’il s’apprêtait à tourner les talons et s’envoler pour retrouver Skade, sa sœur affirmait, fière et déterminée, qu’elle ne comptait pas quitter ce lieu avant d’avoir elle-même revu une certaine humaine. Le dragon rouge ignorait encore son identité, jusqu’à son nom, mais une chose l’interpella et le fit se retourner en direction d’Estelen : cette femme était la liée de Cymbor. Dans les mots de Skade, Verith avait déjà découvert cette appellation pour un Armandéen dont l’esprit partagerait celui d’un dragon, et vice versa. Cette « pratique », cette étrange méthode, ce lien indéfectible qui unissait alors deux êtres si différents échappait encore grandement au dragon rouge, que cette notion repoussait quelque peu. Toutefois, il se jura intérieurement d’acquérir davantage d’informations à ce sujet auprès de Skade dès que possible. Cette dernière serait d’ailleurs certainement fort intéressée de constater à qui avait éclot son œuf. Pour que Cymbor ait choisi de se lier à cette humaine, cette dernière devait posséder un bon fond, peut-être, où simplement être plus maligne que les autres. Mais Verith ne parvenait pas à lui accorder une quelconque place au-dessus du grade « humain », ou même « Armandéen » qu’il sous-estimait grandement. Ceci étant un euphémisme. Il reporta son attention sur Estelen.

    Cette dernière continua de conter le véritable déroulement de ses péripéties, et l’aide précieuse sans laquelle la dragonne ne serait plus en vie. Alors cette humaine l’avait, en quelque sorte, « sauvée » ? Verith ne put rien contrer, ni même ajouter une remarque sarcastique sur une potentielle démonstration de faiblesse, comme l’affirmait sa sœur, car il avait lui aussi eu recourt à l’aide bienvenue de Klaus. Il ne dit donc rien à ce sujet. Toutefois, la lueur évidente de reconnaissance brillant dans le regard d’Estelen le rebuta. Il ne pouvait concevoir que sa sœur restait aussi redevable à une piètre humaine, bien que cette dernière ait été la liée de Cymbor. D’après le dragon rouge, il s’agissait d’un devoir de la part des Armandéens que celui de respecter et de venir en aide aux dragons lorsque ces derniers, par le plus grand des hasards, en avait besoin. Alors pourquoi demeurer ici à attendre cette prétendue « sauveuse », qui n’en avait certainement pas la carrure ? Et ce, de plus, en désapprobation de retrouver Skade en priorité ? Tout portait à croire qu’Estelen ne semblait pas envieuse de revoir sa mère et que l’attente de cette humaine l’importait plus. Verith chassa cette pensée, persuadé que sa sœur ne s’abaisserait pas si bas.

    °Le temps presse, ne l’oublie pas. Je suis d'accord pour t’attendre quelque peu, toi et cette fameuse humaine, mais si les minutes se font trop pressantes, je partirai sans toi.° Le dragon rouge lâcha ces paroles d’un ton froid.

    Alors que cet échange se poursuivait encore, les hommes armés, eux, se rapprochaient peu à peu, sûr de leur acte. Lorsqu’ils parvinrent à seulement quelques mètres des deux dragons, Estelen poussa un grondement sourd pour tenter de les effrayer et démontrer son mécontentement à leur égard. Certains cillèrent quelque peu, mais aucun ne fit demi-tour. Finalement, la dragonne lança un puissant jet de flammes qui survola de seulement quelques centimètres les têtes des soldats. Ces derniers, effrayés, commencèrent à se disperser peu à peu, mais les plus braves –ou les plus inconscients- continuèrent farouchement de progresser, à l’allure de plus en plus hostile vis-à-vis des deux dragons. Verith, tout comme sa sœur, banda ses muscles, prêt à un quelconque affrontement physique, bien que cette alternative ne soit certainement pas bien vue pour une première rencontre avec les peuples Armandéens. Tant pis. Mais pour l’instant, Verith, tout comme Estelen, n’était pas certain de l’hostilité des soldats. Peut-être qu’effrayés et alertés par le vacarme, ils désiraient seulement en savoir plus ? Et qui sait, peut-être que la fameuse humaine à laquelle s’était attachée Estelen se trouvait elle aussi au cœur de cette masse humaine grouillante et fumante ?

    °Reculez, bipèdes, le vacarme a cessé, vous n’avez plus aucune raison de venir nous quérir.° gronda Verith, que la témérité farouche des soldats agaçait au plus au point et lui semblait hautaine. °Rien ici ne vous concerne, déguerpissez !°

    Et cela était vrai, quoique peut-être légèrement brutalement dit pour des humains inconscients de la situation. Verith n’avait que faire de la mesure qu’il pourrait adopter dans ses paroles pour une once de plus en diplomatie. Tout ce qui l’importait était que ces soldats quittent les lieux aussi vite qu’ils étaient apparus. Ces derniers ralentir quelque peu, soudain moins agressifs et davantage curieux devant ces deux mastodontes reptiliens. Les quelques armes levées par pure défense s’abaissèrent dans les rangs irréguliers des humains, qui finirent par stopper définitivement leur marche, abasourdis et hésitants.

    °Estelen, j’espère que ton humaine ne va pas tarder, que l’on quitte ce lieu en vitesse. Je déteste être ainsi occulter comme un animal par ces êtres inférieurs.° lâcha Verith à l’intention de sa sœur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeLun 24 Juin 2013 - 20:06

Lyroë était une femme d'honneur et de paroles. Et quand on lui confiait un bien, elle se faisait un point d'orgue de le ramener en état. Surtout quand on lui confiait la vie d'un animal. Pour l'elfe, chaque animal avait autant de droit de vie, de respect que n'importe quel autre elfe. La vie dans les forêts elfiques au milieu de la nature apportait ce pointillisme pour la dragonnière. On était elfe ou vampire. La vie avait de l'importance ou pas.

La jeune femme avait aussi un sens du devoir, elle avait dit qu'elle ferait au plus vite pour permettre à la dragonne venue d'au delà des océans à retrouver les siens, alors elle faisait au plus vite. Passée le choc de savoir qu'il y avait une terre au delà où des dragons y vivaient, Lyroë se questionnaient sur leurs venues. Cymbor en était une des raisons. Mais maintenant ? Maintenant que Lyroë avait eut la très lourde charge d'annoncer la mort du dragon blanc ? Allaient-ils repartir ? L'elfe avait encore des questions à leurs poser. Une tonne. Surtout qu'ils étaient la famille de son lié blanc. Sa mère semblait être là. Et même si elle ne l'avait pas connue, cette dragonne était une partie de Cymbor. Une trace réelle de son existence.

L'elfe sortit de la ville à grands pas, ses bottes laissant des traces sur le chemins de pierres devenu de terre quelques mètres après les portes de la ville. Elle se dirigea les yeux dans le vague et l'esprit tournant à cent mille à l'heure vers le lieux de rendez-vous promis à la dragonne. Après quelques minutes de marche, Lyroë aperçut une masse de personne devant elle, armée, en armure, hésitante, piétinante sur place, dont un échos murmurait à ses longues oreilles qu'ils percevaient la peur. Bon la dragonnière put comprendre quand peu à peu ses pas lui permirent de voir deux masses imposantes. La dragonne d'ailleurs avait au moins retrouvé un de ses congénères perdus. Les yeux émerveillés par la présence d'un autre dragon de cette envergure, la jeune femme traversa la foule, les poussant avec une grande délicatesse... L'elfe comprit que y'a peu un des dragons marqua son désaprouvement de voir une armée les accueillir. Le feu sacré avait fendu l'air et on sentait encore son odeur âpre dans cette air remplie d'inquiétude humaine. Arrivant en première ligne, elle se retourna et avec une arrogance typique chez la dragonnière.

« - Humains, rentrez chez vous. Ces dragons ne sont pas les esprits de la mort ni de la vengeance. Mais la prochaine fois, ne leur faites pas l'affront de venir et nombres et armés comme si vous étiez en guerre contre eux. Vous mourriez dans la seconde. »

Puis elle se retourna vers Estelen en lui souriant avec politesse. Puis se tournant vers le nouveau venu, elle inclina la tête avec courtoisie et se permit de parler à haute voix.

« - Me voilà, en m'excusant de ce retard. Je me présente Lyroë Tuwiel, elfe et dragonnière. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeMer 26 Juin 2013 - 14:52

C'est la force de ses convictions qui avait toujours guidé les pas d'Estelen. C'est cette même force qui l'avait poussée à faire face à ces humains pour tenir une promesse silencieuse faite à Lyroë. Malgré cela, elle fut contente de voir son frère la soutenir et calmer les ardeurs des habitants d'Elena la Robuste. Cependant, il s'impatientait et la dragonne bleue savait que son frère ne l'attendrait plus longtemps. Ce fut en scrutant les visages des hommes armés qu'elle aperçut celui qu'elle cherchait. La silhouette élancée de l'Elfe fendit la foule amassée devant les deux dragons et se plaça face à eux. Elle leur parla alors et Estelen ne put s'empêcher de remarquer la légère arrogance dans sa voix. Toutefois, elle préféra retenir ses paroles et, pour appuyer celles-ci, elle émit un grognement affirmatif et porteur d'une menace à peine voilée. Si elle aimait bien la dragonnière, elle était loin d'avoir changer d'avis sur les autres Armandéens.

Quand Lyroë Tuwiel se tourna vers elle et lui sourit, elle lui adressa un signe de tête amical. Puis, Estelen porta toute son attention sur Verith, craignant quelque peu sa réaction. Elle ne jeta même pas un coup d'oeil aux hommes qui s'en retournaient dans leur cité. Lorsque l'Elfe eut terminé de se présenter, la dragonne répondit à la place de son frère, plus par empressement que par réelles craintes de la colère du dragon rouge, :

-Tu es excusée, Lyroë Tuwiel. Je te présente Verith, mon frère. Toutefois, je propose que vous fassiez plus ample connaissance une prochaine fois. Il ne faudrait pas que ces Armandéens changent d'avis et ne reviennent nous déranger.


Elle s'était adressée à la fois au dragon rouge et à celle qui l'avait aidé à surmonter la tempête mais les mots qui suivirent n'étaient plus destinés qu'à cette dernière.

-Tu n'as plus de destrier et je suis pressée de retrouver ma mère. Je n'ai jamais fait cela mais je ne vois pas d'autre solution. Monte sur mon dos, chère Elfe.

Proposer cela avait coûté à Estelen. Toutefois, elle devait admettre que cette Armandéenne n'était pas comme ceux qui les avaient dérangés plus tôt et c'était la dragonnière de Cymbor. Si le dragon blanc s'était lié à elle, c'était qu'elle ne pouvait qu'être spéciale. La dragonne bleue se baissa un peu pour permettre à Lyroë de prendre place sur son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitimeSam 29 Juin 2013 - 16:06


    Enfin, après cette attente riche en hésitation pour les soldats et en colère pour Verith –il ne savait trop quoi penser de l’attitude actuelle de sa sœur Estelen- la fameuse humaine convoitée de la jeune dragonne apparue enfin, se frayant un chemin de manière relativement gracile entre les hommes attroupés autour des deux reptiles géants. Elle semblait frêle, comme toutes les carrures elfiques, mais ses yeux fusillèrent avec une arrogance insoupçonnée les soldats, symbole d’une certaine fermeté d’esprit. Ses cheveux, longs et lisses, tombaient en cascade sur ses épaules, et ses yeux d’un bleu envoûtant trônaient sur ce tableau tel deux joyaux exhibés ainsi. La froide beauté des elfes restaient de même caractéristique de ce peuple ambigu. Bien que la première impression que se faisait Verith de cette Armandéenne ne soit pas négative, il ne parvenait pas à concevoir le fait qu’Estelen se soit éprise d’amitié pour elle, ou simplement se sente redevable de son aide.  Ainsi, le dragon rouge ne quittait pas des yeux la nouvelle venue, s’attardant sur chaque détail de son corps avec une indécision et une arrogance toujours plus grandissante. Comment une piètre femme telle qu’elle –il n’y avait dans cette pensée aucune envergure sexiste- pouvait avoir sauvée sa sœur ?

    Les paroles qu’elle adressa à l’égard des humains sonnaient claires et opiniâtres, et Verith crut retrouver dans ces mots l’assurance et la sûreté d’esprit de Klaus. Ces hommes restaient donc tous aussi déterminés, jusqu’à l’excès ? Armanda n’était donc peuplée seulement de ces allégories solitaires et assurée à un tel point ? Finalement, la jeune elfe se tourna vers Estelen, alors que les soldats rebroussaient prudemment chemin, rengainant leurs armes en signe de respect, sans pourtant se départir de leur crainte et de leur hésitation. Elle lui sourit d’une esquisse de lèvres presque imperceptible, mais bien présente, et, faisant ensuite face à Verith, elle inclina respectueusement la tête à son égard. Lorsqu’elle reprit la parole, sa voix n’avait pas perdue de son assurance, mais ses mots semblaient pesés, certainement consciente qu’elle s’adressait là à deux dragons d’âge mâtures et capable, du moins pour Verith qui n’éprouvait aucun attachement à son égard, de la déchiqueter d’un coup de griffe véloce. Lyroë Tuwiel, tel était son nom, à la connotation elfique évidente, une fois de plus. Peuple fascinant ? Peut-être. S’excuser de son retard n’avait alors plus lieu d’être, car pour le dragon rouge, le temps de quitter sa sœur approchait. La colère en lui suite à la mort de Cymbor ne s’était pas tarie, bien que quelque peu tapie, et il lui tardait de commettre le meurtre de son assassin –aussi paradoxale soit cette affirmation.

    Estelen se chargea des présentations et, au plus grand désarroi de Verith, proposa à la jeune elfe de monter sur son dos pour progresser plus vite et retrouver Skade. Le dragon rouge resta abasourdi par cet acte, même si son fasciés ne dévoila pas cet étourdissement. Comment pouvait-elle proposer cela à une elfe qu’elle connaissait à peine ? Dans cette surprise, Verith se contenta bien de passer sous silence le fait que lui aussi avait porté sur son dos un Armandéen, et ce pas plus tard que la veille, pour ensuite retrouver Skade. Certainement qu’en cet instant, il le regrettait. Ou peut-être pas, peu importe. Une chose était tout de même certaine : ce geste continuait de le rebuter quelque peu. Estelen s’inclina légèrement pour permettre à l’elfe de monter sur son dos, et cette dernière s’exécuta. Sans un mot, Verith prit de l’altitude, bientôt suivi par sa sœur. Ils parcoururent un bout de chemin ensemble, mais la localisation de Skade était bien incertaine. Peu après leur départ, et après avoir préalablement salué Estelen, Verith quitta donc les deux compagnes sans leur avoir davantage adressé la parole. L’attachement qu’elles se portaient visiblement mutuellement le repoussait. Il ne demanda rien à Lyroë sur la mort de Cymbor, sa sœur lui ayant déjà fournie d’amples informations à ce sujet.

    Désormais, il lui tardait de mettre un terme à ces maux ravageurs qui peuplaient son esprit. Colère ? Haine ? Désespoir ? Non, il s’agissait de quelque chose de bien plus grand, de bien plus dévastateur. Quelque chose indicible, et porteur d’une profonde ire vis-à-vis des peuples d’Armanda. Ire qu’il ne connaissait jusqu’ici que trop bien. Lorsqu’il fut certain que sa sœur et la jeune elfe était déjà loin, il s’éleva d’autant plus haut, encore plus rapidement, et sa vitesse laissa siffler ses écailles dans la teneur du ciel. Il s’éleva et rugit. Rugit toute la souffrance qu’avait dû endurer Cymbor en abandonnant la vie sur ces terres souillées, mêlant à cette douleur sa propre colère, sa propre rage. Il imaginait la peine innommable de Skade en apprenant le décès de son fils. Sa sagesse dissimulerait toute once de tristesse sur son visage, mais l’aiderait-elle pour autant à se remettre de ce gouffre béant ? Le rugissement de Verith se perdit entre les nuages, comme un ultime glas, réponse à cette question muette.

    HRP : C’en est fini pour moi dans ce RP Wink Merci à vous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La quiétude d’une retrouvaille {Pv Estelen} [TERMINE]
» Un moment de quiétude dérangé [Jordan & Emily]
» [PV Lydia & Inferno] Londres : Tendre Quiétude
» A une petite chose, l'inquiétude donne une grande ombre [Cynoë] TERMINE
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-