Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Roëric Alokor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Amyelenor Farkstein
Amyelenor Farkstein
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Très faible mage
Expérience:
Roëric Alokor Left_bar_bleue8/10Roëric Alokor Empty_bar_bleue  (8/10)
Xp disponibles: 4


Roëric Alokor Empty
MessageSujet: Roëric Alokor Roëric Alokor Icon_minitimeLun 15 Avr 2013 - 19:24


Alokor Roëric


"L'honneur est mon guide."



©
Compétences
    Caractéristiques (clic) :

    Physique :
  • Force physique : Maître
  • Agilité : Maître
  • Réflexes : Maître
  • Furtivité : bon
  • Endurance : Très bon
  • Résistance : Très bon
  • Beauté : Moyen

    Mental :
  • Force mentale : Bon
  • Patience/self contrôle : Bon
  • Perception : moyen
  • Intelligence : Bon
  • Arrogance : Moyen
  • Gentillesse : Moyen
  • Prestance/charisme : Très bon
  • Mémoire : Moyen

    Combat :
  • Epée : Exceptionnel
  • Dague doubles ou simple : Moyen
  • Poignard : Moyen
  • Lance : Moyen
  • Armes contondantes : Faible
  • Hache : Moyen
  • Faux : Moyen
  • Fouet : moyen
  • Art du lancé (poignard, petite hache...) : Moyen
  • Art de la parade (bouclier ou arme) : Très bon
  • Arc : Moyen
  • Arbalète : Faible
  • Mains nues/pugilat : Très bon
  • Equitation : Très bon

Identité


  • Race : Vampire

  • Nom : Alokor

  • Prénom : Roëric

  • Surnom(s) : /

  • Titre : à acheter si vous le souhaitez

  • Date de naissance : An 1507 de l’âge d’Argent, par une nuit d’hiver.

  • Age réel : 246 ans

  • Age vampirique : 221 ans

  • Lieu de naissance : Empire Humain, Gloria

  • Lieu de vie : Voyageur

  • Rang social : Petit peuple

  • Poste/emploi : Mercenaire, guerrier et mage libre

  • Guilde : Aucune


Equipement et Magie


  • Alignement : Neutre tendance maléfique

  • Arme principale : Une épée à la lame sombre, il la manie suivant les circonstances, mais généralement à deux mains.

  • Autres objets :

  • Totem : totem et niveau, cette partie sera remplie par le staff

  • Style de magie principal : Ténèbres

  • Puissance magique innée : Faible

  • Niveau magique :A ne pas confondre avec la puissance magique innée, il s'agit ici du niveau de magie que possédera votre personnage au moment où vous allez commencer à jouer. Ce niveau est bien sur étroitement lié à la puissance magique innée (si vous avez un faible niveau de naissance vous ne serez forcément jamais un très bon mage). Ne remplissez pas cette partie, cette décision revient au staff mais notez bien que vous pourrez faire évoluer ce niveau au fil du jeu.





Physique et caractère


  • Physique : Guerrier dans l’âme, y compris lorsque son cœur battait encore, Roëric est élancé, svelte, d’une musculature certaine bien qu’étant taillé pour la course plutôt que pour les épreuves de force pure. D’une démarche féline et assurée, il se déplace toujours d’un pas souple mais prompt à l’affrontement. Bien qu’en apparence d’un calme déroutant, il est sans arrêt sur ses gardes, décryptant et analysant tout ce qui lui passe sous les yeux. Son visage est lisse, imberbe, de forme ovale avec un teint mat et composé d’un front large, d’un nez aquilin, d’une bouche mince, de joues creusées et d’un menton rond. Possédant des jambes puissantes accouplées à un torse et des épaules minces, il passerait inaperçu ne serait-ce ses vêtements colorés et sa longue crinière rousse.

    Après sa transformation en vampire, les capacités physiques de Roëric se décupleront au-delà de ses rêves les plus fous. Naturellement agile et ayant acquis une grande endurance grâce à une longue expérience guerrière, son entrée dans la famille des vampires lui ajoutera la force qui lui avait toujours fait défaut, faisant de lui un combattant extrêmement redoutable, même pour les membres de son espèce. Roëric changera alors ses habitudes vestimentaires pour quelque chose de plus sobre et de plus sombre, appartenant dorénavant au royaume de la nuit, devenant chasseur au lieu de guerrier. Ses cheveux deviendront blanc comme la neige remplaçant sa crinière de feu, personnifiant le monstre qui est maintenant en lui.

  • Caractère : Roëric est quelqu’un de fier. D’excessivement fier. Il est de ces hommes qui pensent valoir quelque chose et qu’on ne peut traiter de manière injuste ou ingrate, sans en payer le prix. Ne pas répondre à une insulte ou une provocation aurait été pour lui une preuve de faiblesse, ce qu’il ne peut permettre. C’est là ce qui le définit, ça plus autre chose ; un autre trait de caractère, tout aussi omniprésent dans personnalité et pourtant opposé au premier. En effet Roëric est un homme flegmatique, toujours calme et réfléchit, il n’a rien de ces individus emportés qui défendent leur honneur à grand coups de crachats, d’insultes fleuries, et de noms d’oiseaux. On peut évidemment croire qu’un homme réfléchit ne s’abaisserait pas à ce genre de chose, mais Roëric pense différemment d’autrui, d’une manière qui lui appartient et qui est, il faut bien l’avouer, complètement tordue.

    De haute naissance, il disposa d’une éducation complète qui en fit un être instruit et cultivé. Et bien que médiocre dans la plupart des domaines d’étude, il fut un élève brillant dans l’art du combat, de la guerre et de la stratégie. Loyal en toute circonstance, il ne ment jamais et est toujours franc. Cette particularité lui ayant causé beaucoup de problème, il préfère de manière générale se taire, tout simplement. L’éducation paternel a considérablement forgé sa personnalité : ainsi, suivant les préceptes de sa famille, il a acquit un sens de l’honneur extrêmement développé ainsi qu’un esprit chevaleresque. Mais son naturel froid et distant envers ses congénères l’empêche d’en faire usage et lui donne une mauvaise réputation. Laquelle n’est pas entièrement immérité car Roëric n’a rien d’un saint ; pessimiste en toute circonstance, il est sarcastique et n’a aucune foi en l’espèce humaine.

    Après sa transformation en vampire, Roëric perdit toute identité. Il devint un sauvage, un tueur sans pitié, un être sans foi ni loi et surtout d’une futilité sans pareille. Il lui fallut des décennies d’existence en tant que sangsue pour retrouver -à défaut de ses souvenirs, son ancienne personnalité ou tout du moins ce qu’il en reste… Car il est difficile d’avoir un esprit chevaleresque lorsqu’on se nourrit d’humain trois fois par jour.

    En tant que vampire, il reste malheureusement peu de passion en dehors de celle qui les consume tous : la soif. Cependant Roëric est un inconditionnel guerrier et attache beaucoup d’importance à tout ce qui touche de près ou de loin au combat. Il lit de temps à autre des traités de stratégie mais aussi beaucoup de philosophie. Il aime exercer son corps dès qu’il en a le temps et repousser sans cesse ses limites.

    Il supporte de plus en plus mal l’idée de devoir se nourrir d’être humain, mais le monstre qui l’habite l’emporte à chaque joute. Et c’est les yeux écarquillés de plaisir qu’il consume chaque jour un peu plus son âme. Si tant est qu’il lui en reste une.



Mes liens


Peut-être quelques descendants humains...



Derrière l'écran


  • Petite présentation :

  • Rythme rp :

  • Particularités rp :

  • Comment avez vous découvert le forum :

  • Le code du règlement :









  • Naissance
    Gloria la Magnifique. An 1507 de l’âge d’Argent. Par une nuit d’hiver.

    La nuit est froide et sombre, la lune étant cachée par des énormes nuages d’un noir inquiétant. Les hommes, que quelques décennies d’existence avaient convaincu de tout connaître, se recroquevillent dans leur lit, les uns contre les autres, le sommeil agité… Pour ceux qui ont eu le chance de le trouver. Un nuit particulière s’il en est. Promesse d’une vie et d’une mort. Rencontre de deux Grand Esprits, de deux frères.
    Une grande maison dans un quartier aisé. Des cris s’élèvent, brisant le silence que s’était imposé la cité. Soupir collectif. Les gens respirent de nouveau normalement, et s’endorment. Ou pas suivant les activités de tout un chacun.
    Le moment est passé. Une vie s’est enfuie, soufflée comme l’on souffle une chandelle, s’éteignant abruptement, dans la douleur et la joie. Une autre est née. Elle est forte, elle vivra.
    Il vivra.

  • Enseignements 1/2
    Manoir des Alokor. An 1517 de l’âge d’Argent. Par un printemps consommé.

    Les bruits de combat retentissaient dans l’arrière-cour du vieux manoir plusieurs fois centenaire. Sous les yeux de ses ancêtres, le jeune rejeton Alokor prenait une véritable correction. A dix ans seulement, contre un grand-frère deux fois plus âgé, cela n’avait en soi rien d’étonnant. Cependant, ce dernier prenait soin de lui indiquer les erreurs qu’il commettait et la manière dont il pouvait les corriger ou les éviter. Transformant ainsi une punition en leçon. Quoique certains diraient qu’une punition a toujours un but éducatif.
    Mais l’enfant Roëric en doutait, et il était reconnaissant envers son aîné pour cette conduite charitable. Plus tôt dans la journée, il avait rosé un jeune gamin des environs qui l’avait insulté. Il avait pensé s’en sortir à bon compte, mais les parents étaient venu s’en plaindre à son père et ça avait chauffé pour son matricule. Pas de cri, pas de coup. Non. Juste de la déception. L’enfant aux cheveux de feu se rappellerait jusqu’à la fin de sa vie de l’expression de son père…

    Pourquoi ?

    Je suis un noble, je vaux mieux que lui. Il n’a pas à m’insulter.

    La déception perdura puis fit place à de la résignation.

    Toute ta vie fils, tu devras être fier de toi et de ta naissance. Mais sans jamais tomber dans l’arrogance.

    Deux simples phrases, que Roëric avait mis des années à saisir et encore plus à comprendre. Son père avait ensuite fait venir son frère, et la leçon-punition avait commencé.

    Une fois achevée, il avait poursuivit sa journée : lecture, écriture, escrime, monte, sciences, musique, chant… Son sang lui permettait une éducation irréprochable qui durait depuis quatre ans et durerait encore six ans.

  • Enseignements 2/2
    École militaire. An 1525 de l’âge d’Argent. Par une journée pluvieuse.

    Ils couraient. Sous la pluie incessante et à travers la boue. Ils couraient, sans jamais s’arrêter car l’instructeur regardait. Face à lui, peu importait le sang, les origines, le nom de ton père. Seul comptait ta force, tes mérites, ce que tu obtenais par toi-même. Ces deux années à l’école militaire avait appris à Roëric une partie de ce que signifiait la fierté, de ce qu’elle signifiait réellement.
    Il était l’adjoint de son chef d’escouade, en d’autre terme, il se chargeait de casser les doigts de ceux qui remettaient en cause son autorité. Il était les muscles et s’accommodait très bien de cette situation.
    Ce fut donc juste derrière son supérieur qu’il se mit au garde à vous, alors que l’instructeur leur gueulait dessus encore plus fort que d’habitude, pour se faire entendre à travers le mauvais temps.

    Une révolte à éclaté au nord d’ici, bande d’excréments malodorants ! Je vous veux tous en tenu dans dix minutes ! Vous partez vous battre !

    Plus tard Roëric se demanderait pourquoi. Pourquoi des novices ? Quelle rébellion ? Comment allons-nous battre ? Avec quelle stratégie ? Mais un soldat ne savait rien, il se contentait de trancher celui qui l’attaquait, indéfiniment, en se demandant sans cesse si le monde était devenu fou. Mais pour l’heure, tous les jeunes étaient surexcités, ils allaient participer à une vraie bataille et tuer de vrais ennemis, en chair et en os.

    Rapidement, l’adolescent aux cheveux roux apprit que le véritable boulot d’un soldat c’était de marcher. Marcher encore et toujours, quelque soit le temps ou le sol. Les journées défilaient, et il en vint remercier les esprits pour toute l’endurance que leur avait fait gagner l’instructeur
    Puis vint le jour de la bataille.
    Il ne comprit rien, parce qu’il n’y avait rien à comprendre, dû moins pour la chair à canon. On avançait, on mourait, on avançait, on mourrait.
    Tel une sinistre farce divine.

    Le temps passa, puis vint son tour. Il tua un homme, presque mécaniquement sans même s’en rendre compte. Son bras avait bougé de lui-même. D’un simple réflexe il était devenu tueur. Et très bientôt ce n’eu plus grande importance, tant le sang qu’il avait fait coulé aurait pu remplir un étang. Mais c’était ça ou mourir. Et Roëric ne voulait surtout pas mourir. Pas de cette façon. Pas… pour rien. Inconnu dans une guerre futile.
    Un cor sonna. Des cris retentirent. Et soudain, tout fut terminé. Le jeune Alokor retrouva ce qui restait de ses amis et ils se blottirent les uns contre les autres, à l’approche de la nuit.

  • Conséquences
    Nord du Royaume Humain. An 1530 de l’âge d’Argent. Par une journée ensoleillé.

    Âgé de vingt-trois ans, Roëric Alokor était maintenant un jeune homme plein d’avenir. On le disait brillant et talentueux. Un officier émérite et un futur stratège hors pair. Il remplissait toutes les missions qu’on lui confiait, avec célérité et diligence qui plus est.
    Le jeune homme en question était alors dans la tente du général, en compagnie du reste du conseil de guerre.

    Nous sommes coincés dans une forteresse en ruine, avec des réserves qui tiendront seulement trois jours et des renforts à deux semaines d’ici…

    L’adjudant se tut et personne dans la tente n’osa seulement respirer. La situation avait été énoncé avec clarté et tous savaient qu’il y avait seulement deux solutions au problème actuel. Deux solutions aux conséquences funestes et que seul le général pouvait prendre.

    Nous tiendrons.

    L’assemblée blêmit. Ça allait être un massacre, mais l’honneur serait sauf… Son père lui avait enseigné l’importance d’une telle notion, et Roëric ne broncha pas. Mais au fond de lui quelques doutes subsistaient.

    Le siège commença. Le mur sud lui avait été confié et le jeune officier faisait de son mieux. Il n’était plus le petit garçon punit ni même l’adolescent faisant office de marionnette. Non, les années aidant, il était devenu guerrier. Un combattant à la fois calme et réfléchit, fier et enflammé. Un danseur, avec pour compagne la mort elle-même. Et il fauchait, infatigable, encore et toujours. Sans état d’âme, il parcourait le champ de bataille. C’était les règles de la guerre. On s’y pliait, ou on succombait. Il n’y avait rien d’autre à dire.

    Les jours passèrent et finalement, le général tomba. Le commandement revint à l’officier roux qui du s’occuper du fort dans son intégralité. Il réalisa alors à quelle folie il avait pris part. il avait su que ce serait un massacre… Mais c’était autre chose que de le voir en vrai.

    C’était des enfants, des gamins d’une quinzaine de printemps… Ses enfants qui crevaient la bouche ouverte, les uns après les autres, là, dehors. L’honneur ? Non son père lui avait enseigné l’honneur, et cela n’avait rien à voir avec ça…

    La nuit tombée, ils cesseront l’attaque. Nous utiliseront les tunnels pour battre en retraite.

    Le conseil regarda le jeune homme, un garçon devenu homme bien trop tôt, avec des yeux d’un gris métallique, des yeux qui avaient vu bien trop de chose.

    J’en prends la responsabilité.

    Les ordres furent donnés et la vie revint sur les visage des soldats, qui avaient depuis longtemps abandonnés tout espoir de s’en sortir vivant. Le plan fonctionna bien et la nuit leur donna l’avance nécessaire.

    Et les ennemis investirent la place forte…

  • Plus dure sera la chute
    Sud-Est du Royaume Humain. An 1532 de l’âge d’Argent. Par une nuit nuageuse.

    La patrouille avançait avec précaution. Ils étaient treize, tous des vétérans endurcis. Le genre de type pas bavard pour un sous, couturés de cicatrices et bardés de médailles inutiles (mais qu’ils gardaient quand même en souvenir d’un passé plus ensoleillé). On les avait sélectionné pour leurs capacités militaires mais aussi et surtout parce qu’ils étaient indésirables dans les armées impériales. Et lorsque l’on était pas apprécié de l’empereur, on finissait soit au bout d’une corde, soit le long des frontières vampires. Ce qui était sûrement pire.

    La troupe fit halte et installa le camp. Trois prirent le premier tour de garde et les dix autres se rassemblèrent autour du feu.

    Faire une promenade dans le coin… la nuit en plus… si vous voulez mon avis,

    On n’en veut pas !

    Bien dit, boucle là et garde tes malédictions pour toi, tu vas nous filer la poisse !

    A qui tu crois parler là ?! Enflure !

    Hein !?

    Silence !

    La voix était aussi sèche que froide et tous se turent pour regarder l’importun qui gênait leur petite dispute amicale. C’était un homme svelte mais musclé, flegmatique, les cheveux de feu sans oublier l’étincelle de fierté qui brillait dans les prunelles de ses yeux métalliques.

    T’es plus commandant de quoi que ce soit soldat Alokor !

    Ouais, t’es juste un raté comme nous autre !

    T’veux p’t’être nous dire de fuir c’est ça ?

    Ils éclatèrent de rire. D’un geste aussi gracieux que mortel, Roëric se leva, l’épée à la main. Les autres suivirent prêt à l’affrontement, mais quelque chose les dissuada d’attaquer. Ce n’était pas eux que l’homme roux regardait mais les environs. Les vieux réflexes ont la vie dure et les vétérans se mirent tous dos à dos, prêt à l’affrontement.

    Ils sont là, murmura le soldat aux cheveux de feu.

    Un autre jura suivit par ses congénères. L’air puait le sang et la mort. Les hommes de garde étaient morts. Le calme envahit la petite clairière…

    Puis tout ne fut plus que chaos. Les soldats humains ne pouvaient rien faire d’autre que mourir, mais ils le faisaient l’épée à la main, comme on le leur avait enseigné. La rage au ventre et la fierté au cœur.

    L’obscurité ne tarda pas à envahir Roëic mais juste avant de s’éteindre, il cru entendre.

    Tu me plais toi.

  • Renaissance
    Sud du Royaume Humain. An 1540 de l’âge d’Argent. Pleine lune.

    L’homme ne se rappelait pas. Il ne se rappelait plus. Qui était-il ? D’où venait-il ?
    Et puis elle venait, royale et implacable, triomphante et irrésistible. La soif.

    Il se nourrissait, encore et toujours. Et alors il savait, savait qu’il n’était pas humain. Qu’il n’était pas comme les autres, ceux-là même qui marchent le jour.

    Il était le chasseur, eux n’étaient que des proies. Il n’avait rien à leur envier car il n’y avait pas de monde plus merveilleux que le sien. Les autres n’existaient que son plaisir… et pour assouvir sa faim.

  • Souvenirs refoulés
    Manoir des Alokor. An 1578 de l’âge d’Argent. Nouvelle lune.

    Le vampire errait ça et là dans les ruines du vieux manoir. Ce dernier était comme lui : mort. Il aura survécu au passages des ans, puis des siècles, mais pas aux caprices des têtes couronnés.

    Il souffrait comme jamais. Sa tête était envahi de visions, de souvenirs, de sentiments. Mais il ne comprenait pas. Ne pouvait pas comprendre. Ne pourrait plus jamais comprendre.

    Pathétique créature.

    Néanmoins sa personnalité, longtemps refoulé, s’imposait à nouveau, refaisait surface, composait avec cet irrépressible besoin de sang.
    D’homme il était devenu vampire, de vampire il était maintenant Roëric Alokor.
    Identité à peine retrouvé… Juste une pauvre chose, un tueur fou et sanguinaire, avec le sang et les pleurs pour seul passé…

  • Rencontre
    Elena la Robuste. An 1614 de l’âge d’Argent. Lune gibbeuse.

    Quatre-vingt deux ans. C’était son âge. Bien du temps avait passé, mais Roëric se sentait maintenant autant maître de lui-même qu’il fut possible avec une telle malédiction. Il avait visité les coins le plus éloignés du monde, mais revenait toujours vers le royaume des humains. Tant qu’il mangeait à sa faim, il pouvait éviter de tuer ses proies. Mais dès qu'il s’alimentait un peu moins, une frénésie sanguinaire s’emparait de lui et sa personnalité était relégué au second plan. Ne subsistait que le monstre.
    Rien qu’au souvenir de ce qui s’était produit la dernière fois, le vampire frémit. Comment pouvait-il autant vouloir vivre alors qu’il était mort ? Et pour qu’alimenter l’illusion de son existence il lui fallu prendre tant de vie ?
    En passant près d’une flaque, Roëric se regarda. Les cheveux blancs comme la glace... Oui, il n’avait décidément plus rien d’humain…

    Eh bien, eh bien !

    Maudissant son étourderie, le vampire se retourna d’un bond d’une agilité féline. Celui qui lui faisait face était comme lui : un marchand de mort. Non, il semblait même pire. Qu’une abomination pire que lui puisse exister le réconforta étrangement, tout en lui conférant un désagréable sentiment de malaise.

    Vous êtes ?

    Oh ! Parfait ! Tu as tout de suite compris que tu avais affaire à plus fort que toi et tu as réagit en conséquence !



    Qui je suis importe peu… Suis-moi.

    C’était un ordre. Et Roëric ne se risqua pas un seul instant à le contredire. Désormais son sort ne reposait plus entre ses seuls mains.

  • Destinée
    Royaume vampirique. An 1695 de l’âge d’Argent. Dans des cavernes sombres et humides.

    Ici, la vie était d’une lenteur et d’un ennui presque insupportable. Même si il devait admettre qu’il avait beaucoup appris. Comment vivait les vampires ? Très simplement ; le fort écrase le plus faible. Ici tout n’était que rapport entre dominant et dominé, et malheureusement, le vampire aux cheveux de glace était très loin dans la hiérarchie. De ce fait, beaucoup voulait l’écraser ou l’humilier et sa fierté l’empêchait d’encaisser les coups sans rien dire. Il devint alors de plus en plus réputé pour les duels qu’il menait et surtout pour les cadavres qui semblaient suivre ses traces comme des vautours affamés...

    L’heureux élu de cette nuit était un morceau de choix : un escrimeur redoutable, réputé pour son efficacité. On disait qu’il avait tellement fait couler de sang que sa lame en était devenue noire.

    Les duellistes attaquèrent de concert et la danse mortelle commença. Attaque et parade s’enchaînèrent, ponctués de ruses et de bottes toutes plus ardues les unes que les autres. Ils se battaient comme des vampires, à une allure et avec une grâce telle que des humains en seraient mort de jalousie.
    Les minutes s’écoulèrent et la sueur commença à perler du front des combattants. L’endurance de Roëric lui fut salutaire et il poussa à son avantage, blessant l’ennemi une fois, puis deux. L’épuisant petit à petit, pour finalement le cueillir. L’escrimeur à l’épée noire tomba à genoux, et implora pitié.

    Le duel fini, le vampire, étrangement attiré par l’épée, s’en saisit et décida qu’elle serait sienne.
    Ou qu’il serait sien.

  • Pour un service rendu
    Royaume vampirique. An 1710 de l’âge d’Argent. Dans un coin perdu et malfamé.

    Ils étaient dix. Tous bien armés et bien décidés à lui casser du sucre sur le dos. Il ne s’agissait pas de dix faiblards d’humains ou encore de dix elfes à la conscience trop gênante. Non. Il s’agissait de dix tueurs sans pitié dont toutes les caractéristiques avaient été améliorés en vu d’une seul et unique objectif : faire couler le sang. Autant dire que Roëric s’était mis dans une fichue situation. Tout cela parce que sa fierté lui avait interdit de ne pas répondre à un imbécile. Oh ! Il avait répondu, et comment ! Il avait massacré cette vermine, l’humiliant dans un duel devant toutes les personnes qu’il connaissait. Ce qui n’était pas une idée si brillante que cela en y repensant… Sans compter que pour finir, il n’avait même pas voulu s’abaisser à lui offrir la mort.

    *Ma Belle mérite bien mieux que le sang de ce porc insolent… N’empêche que maintenant, c’est une dizaine de porc que j’vais devoir saigner…*

    Et la bataille commença… ou plutôt la correction, car aussi bon épéiste qu’il fut, une dizaine d’adversaire en même temps dans un lieu qu’il n’avait même pas choisit, c’était du suicide. Mais il n’avait pas le choix, alors il utilisa tout son art pour rester en vie. Il esquivait et parait à une vitesse affolante, frôlant la mort à chaque passe d’arme, toujours contraint de reculer, pour éviter l’encerclement… C’était une fichue situation. D’autant plus que Roëric refusait de rendre l’âme face à des minables dans leur genre.

    Ce dilemme serait bien resté sans réponse si un inconnu ne s’en était pas mêlé. Caché par sa capuche, il pénétra dans la mêlé, en tuant deux par surprise et en en blessant un troisième. Profitant de l’occasion, le vampire et sa belle oublièrent la posture défensive pour contre-attaquer, il trancha une jugulaire, coupa une main, mis un direct du gauche, changea son arme de main, attrapa une dague de la droite et para une attaque tout en enfonçant l’épée noire dans un estomac. L’inconnu en avait tué deux autres, pendant que Roëric achevait les blessés. Il n’en restait que deux. Puis aucun.

    L’homme à la capuche se présenta. Le vampire aux cheveux blanc lui dit son nom. Un temps passa. Puis il s’agenouilla devant lui.

    Je te servirai, aujourd’hui et à jamais.



Thème musical d'Amy

Invité, souviens-toi de ceux qui ont payés de leur sang le prix de ta vie et de ta liberté...

Roëric Alokor Paresseux
! Personnage appartenant au Groupe Légende !
Mon rythme de rp est donc aléatoire et peut se trouver ralenti.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Roëric Alokor Left_bar_bleue0/10Roëric Alokor Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


Roëric Alokor Empty
MessageSujet: Re: Roëric Alokor Roëric Alokor Icon_minitimeMer 17 Avr 2013 - 19:19

Equipement


Arme équipée :
L'Épée noire, Sophia, portée à la ceinture et dotée de quatre enchantements :

  • Lame sanglante (une lame qui se nourrit du sang de ses proies, elle gagne en puissance à chaque fois qu'elle est plongée dans le sang).
  • Lame d'énergie (donne la propriété d'engranger de l'énergie et donc d'être beaucoup plus puissante et coupante).
  • Épée aqueuse (la lame peut se transformer en eau sur l'ordre de son porteur contre un peu de son énergie).
  • Solidité (Rends une épée incassable et fait qu'elle ne s'émousse plus).

Et d'un alliage, l'Ithildin :
  • Résistance augmentée (grande).
  • Dureté augmentée (grande).
  • Inaltérable.


Armes en réserve :
Sai : Dague à trois lames utilisée lors des attaques coup de poing, forgée dans un alliage très résistant et dont les lames peuvent être enduites de poison. Poison actuel : Vitis Puere (ronge les plaies comme le plus violent des acides). Portée à la ceinture.
Épée de justice : Une épée flamboyante qui instille la peur dans l'esprit de personnage à alignement mauvais. Portée dans le dos.

Armure portée :
Armure du Traqueur Noir
  • Enchanté - Gardevie : apposé sur une armure permet de renvoyer un sort lorsque le porteur est en danger.
  • Cuir et mailles légères.
  • Permet au porteur de se fondre dans les ombres.
  • Absorbe les sorts de bas niveaux.


Ceinture à couteaux : une ceinture en cuir pouvant se porter à la taille, ou au buste sur laquelle l'on peut accrocher plusieurs dagues de lancer, et permettre ainsi de les prendre rapidement en main pour les lancer sur ses ennemis. Portée à la taille.

Cape des Ombres : Belle cape en soie raffinée de couleur noire, de longue taille se terminant en très légère traîne, et possédant une capuche souple, fermée sur le devant par une fibule d'or en forme de mains. Cette cape permet à son porteur, en s'y emmitouflant complètement, de se fondre dans les ombres s'il y en a (+1 furtivité jusqu'au niveau bon max). Portée dans le dos.

Anneau bélier : décoré en métal sombre, orné d’une tête de bélier. Le porteur de l’anneau peut l’utiliser pour générer une force soudaine prenant la forme d’une tête de bélier, projetée contre son adversaire ou sa cible, en pointant l'anneau, poing fermé, vers celle-ci. Porté au doigt.

Sac :

Cor de Glacern : un cor fait du bois d'un cerf ancien, cerclé d'argent et poli avec attention. Produit un son singulier, ressemblant au grondement d'une montagne. Fortifie le moral.

Verroterie du sang vénérable : collier sur lequel pend une gemme couleur de carmin profond semblant presque liquide et qui est montée sur un socle d'argent vieillit. La gemme contient du sang, si le porteur la remplit il peut ensuite se servir de ce sang pour d'autre usages, se nourrir par exemple (repas frugal cependant).

Lumos : un minerais translucide, gros comme un petit poing. Apporte une douce lumière quand on la frotte.


Fiche du Personnage
Roëric Alokor Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer


Dernière édition par Roëric Alokor le Dim 26 Avr 2015 - 18:25, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Roëric Alokor Left_bar_bleue0/10Roëric Alokor Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


Roëric Alokor Empty
MessageSujet: Re: Roëric Alokor Roëric Alokor Icon_minitimeMer 17 Avr 2013 - 19:21


Roëric Alokor Comman27


VAMPIRE


Flashback :

Spoiler:
 

Année 1752 de l'âge d'Argent :

Spoiler:
 

DRAGONNIER


Année 1752 de l'âge d'Argent :

Spoiler:
 

Année 1753 de l'âge d'Argent :

Spoiler:
 

An Un de l'ère Obsidienne :

Spoiler:
 

An Deux de l'ère Obsidienne :

Spoiler:
 

An 5 de l'ère Obsidienne :




Fiche du Personnage
Roëric Alokor Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer


Dernière édition par Roëric Alokor le Dim 26 Avr 2015 - 18:17, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Roëric Alokor Left_bar_bleue0/10Roëric Alokor Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


Roëric Alokor Empty
MessageSujet: Re: Roëric Alokor Roëric Alokor Icon_minitimeMer 17 Avr 2013 - 19:45


Roëric Alokor Comman16







ISYNDAR Sa liée il ferait n'importe quoi pour elle. 


ACHROMA SEITHVELJ Le chef de la Caste des dragonniers, ensorcelé par l'ennemi.


KYLIAN WALLAM Son ancien maître est aujourd'hui au service de l'ennemi.


KEDRILDAN MARALAWË Un étrange individu, mais un dragonnier et le protégé d'Achroma.


ELIOWIR SERILLËIEL Un un autre protégé d'Achroma, quelqu'un d'intéressant.


CHRISTAN WEREN Un adversaire appréciable quoiqu'un peu barbare sur les bords.




Fiche du Personnage
Roëric Alokor Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer


Dernière édition par Roëric Alokor le Dim 26 Avr 2015 - 17:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
Roëric Alokor Left_bar_bleue0/10Roëric Alokor Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


Roëric Alokor Empty
MessageSujet: Re: Roëric Alokor Roëric Alokor Icon_minitimeDim 3 Aoû 2014 - 16:49

Récompenses :

AWARDS 2013

Roëric Alokor 218448persomasctouchant
Roëric Alokor 723400awardsargentviolenteff
Roëric Alokor 581115bestpredef
Roëric Alokor 194234awardbronzephare


AWARDS 2014




AWARDS 2015

Roëric Alokor 6f99
Meilleure implication de trame RP (hors intrigue) : La Caste des dragonniers [...]
Meilleure prise de risque en RP (hors intrigues)

Roëric Alokor 9a5c
/
Roëric Alokor G2cm
/


Fiche du Personnage
Roëric Alokor Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Roëric Alokor Empty
MessageSujet: Re: Roëric Alokor Roëric Alokor Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Roëric Alokor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: Fiches de personnages supprimés-