Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeDim 17 Mar 2013 - 15:30

Délicieuse ironie des paradoxes. Avoir passé les derniers jours à se prétendre plus mal qu'il n'était pour paraître ce jour plus qu'il n'avait jamais été. L'image de son père, un emblème inébranlable, le symbole même de la puissance des humains. Parfois ébranlé, un genou à terre, mais se relevant toujours.

Sa gorge s'était nouée lorsqu'il avait quitté son repaire, laissant derrière lui manoir et jardin bien moins pérennes que le souvenir de l'entrevue d'avec la baptistrelle. En gravissant les marches du palais blanc, il se sentait un étranger à son peuple, à son empire, à sa famille. Il avait fallu l'apparition de Korentin, son sourire et ses mots chaleureux pour dissiper tout cela. Il aurait cru l'avoir quitté la veille, et que rien de plus grave ne lui était arrivé le mois dernier que d'avoir vidé ses étriers au cours d'une partie de chasse. Si l'existence avait été aussi simple.

Aldaria la Superbe. A bien y réfléchir - et voilà des jours de convalescence qu'il creusait la question - l'empereur se demandait parfois si la hargne dominatrice des hommes vis-à-vis du sexe faible, ne naissait pas dans cette obstination de nommer par des noms féminins ce qu'ils rêvaient de dominer sans jamais y parvenir vraiment. Aldaria, Gloria, la magie elle-même, toutes femmes insolentes et indomptables...

Grégorist regrettait d'imposer à son cousin la visite de l'impératrice elfique mais il se consolait de songer que si Korentin lui avait laissé libre champ en la matière c'était davantage en hommage à leur connivence d'antan qu'à des fins politiques. Nombre de petits seigneurs eurent été ravi de lui prêter leur toit pour ce faire, mais Grégorist ne pouvait pas non plus espérer recevoir la haute dignitaire des elfes dans une bourgade de moindre importance.

Llyïah Reivan était venue, elle. De lui dans son invitation ou d'elle par sa venue, il ne savait toujours pas lequel s'était montré dans ses actions le plus capricieux. Son père n'avait jamais sous-estimé ni les femmes, ni les elfes, mais il avait appris à son fils à éviter les unes et les autres, ou tout du moins à s'en défier, et le jeune empereur goûtait à présent toute la sagesse de cet enseignement.

Mais les temps avaient changé, et l'on ne pouvait plus se contenter de percevoir les elfes comme des divinités lointaines aux aspirations futiles. Si la guerre déclarée aux humains par les vampires semblaient stupide à Grégorist, en cela que les buveurs de sang ne pouvaient anéantir le peuple qui leur donnait progéniture et subsistance, celle qu'ils entendaient mener contre les elfes le laissait songeur. Quelques millénaires de haine et de rancoeur ne donneraient rien de bon. S'en trouvait-il parmi les elfes à pleurer encore le souvenir d'êtres chers transformé par le fiel et l'ivresse du sang ? S'en trouvait-il parmi les vampires à regretter le baiser d'un ciel d'été sur une clairière fleurie ? Lettres mortes que ces questions, faute d'interlocuteur à qui les poser.

« L'impératrice Galadrielle Evanealle et son escorte ont été aperçues aux portes de la cité, votre majesté impériale. »

L'empereur achevait d'ajuster sa mise. Plus richement vêtu qu'à l'accoutumé, il s'échinait à ajuster les manches de sa veste bordeaux sans que les broderies ne se prennent dans les boutons de manchette de sa chemise. Concentré sur son ouvrage, il faillit en oublier l'intendant qu'il libéra de ses obligations d'un geste agacé.

Quelques semaines loin des exigences protocolaires lui avaient fait oublié combien tout un chacun se montrait prompt à s'incliner devant lui et à nettoyer le sol de son antichambre avec les genoux. Toutefois, il savait qu'il mettrait autant de zèle à conserver ces palabres inutiles qu'il avait mis de dédain à les bafouer dans son exil. Ils étaient un mal nécessaire pour affirmer son pouvoir, lui conférait l'aura d'autorité que ses rivaux acquéraient par d'autres artifices.

L'intendant s'était montré efficace, préparant les appartements de leurs hôtes et dressant le buffet avant même que la liste complète des invités eut été établie. Il s'agissait d'une réception en petit comité, mais qui devait se montrer à la hauteur des plus grandes fêtes de Gloria. Chaque repas comporterait pas moins de douze plats, chaque pièce se voyait parfumée, fleurie et embellie de tapisseries raffinées. Plusieurs troupes d'artistes, de chant, de théâtre ou de jonglerie avaient fait halte à Aldaria pour l'occasion, et un tri drastique avait été fait pour ne pas risquer d'offenser leurs hôtes par des plaisanteries de mauvais goûts ou des bardes de seconde zone.

Déséspérément insatisfait de son apparence, la mine sévère tant ses cheveux noués ne permettaient guère d'adoucir son regard, l'empereur quitta ses appartements d'un pas altier, gagnant la grande salle où il serait malavisé de paraître après ses hôtes. S'il fallait cultiver le respect minutieux des convenances et des apparences, Grégorist n'avait jamais commis l'impudente imprudence d'attendre d'hôtes étrangers qu'ils s'y confortent sans ciller.

La salle en son entier avait été drapée de riches tapis. Les tentures sur les murs, narrant des histoires de dragons et de batailles lointaines, ne cédaient la place qu'à de larges fenêtres d'où se déversaient de paresseux rayons de soleil. L'enceinte de pierre imposait par chance une fraîcheur bienvenue, qui éviterait à l'empereur de dépérir au cours de la réception.

Il s'agirait avant tout d'une entrevue privée. L'empereur avait suffisamment à faire en ces temps de guerre pour ne pas risquer d'essuyer un refus publique. Et il ne pouvait pas non plus insulter la noblesse de Gloria en lui préférant ouvertement celle d'Aldaria sans déclencher une guerre civile. Les festivités seraient ouvertes au grand du royaume, mais l'entretien se ferait au seul bénéfice de la famille Kohan, de quelques gardes triés sur le volet, et de tous ceux que l'impératrice elfique aurait jugé bon d'emporter avec elle.

Trop nerveux pour s'installer sur son siège, l'empereur préféra laisser son regard errer sur la cité vibrante de magie, se demandant si cet ouvrage toucherait ou non les elfes, ou s'ils riraient des arts des humains, tout autant que de l'audace de sa proposition. Il balaya cette inquiétude de son esprit : il n'avait pas l'habitude de se torturer sur des sujets auxquels il ne pouvait rien changer.

Il redoutait que les festivités diplomatiques hébergent les embryons de querelles politiques. En retardant son retour à Gloria, il froissait ceux qui s'imaginaient avoir à gagner à ce qu'il reprenne au plus vite à sa sœur les rênes du pouvoir, ou qui trépignaient dans l'attente de ne pouvoir sceller leurs intrigues, qu'elles fussent politiques, militaires et commerciales, sous ce ciel incertain. Il s'en trouverait pour lui reprocher d'abuser de l'hospitalité de son cousin et le chasser au plus vite vers les hautes sphères dont il n'aurait alors plus aucune chance de réchapper.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeVen 22 Mar 2013 - 18:38

Où était donc ce satané galopin ?
C'était une question qui revenait souvent dans l'esprit de Korentin ces derniers temps, un peu trop souvent même. Non pas que cela l'étonne vraiment, le gamin tenait de lui et pas seulement physiquement, il était donc normal qu'il fasse courir et tempêter tous les adultes chargés de veiller sur lui, son père y compris. La mère ayant préféré lâcher complètement cette affaire-ci pour se concentrer plutôt sur l'éducation de sa fille bien aimée. Evidemment il était bien plus reposant de s'occuper de la sage et parfaite Victoria plutôt que de son ouragan de petit frère. Cela ne dérangeait pas Korentin, orgueilleusement fier de son fils il préférait rire de ses sottises plutôt qu'en pleurer, étant bien placé pour savoir que les l'innocence de l'enfance ne durait pas éternellement et que son héritier n'aurait que trop peu de temps à consacrer à ses bêtises d'enfance.

*Bon par contre le moment est peut-être un peu mal choisi là...*

Cette pensée désagréable lui fit froncer les sourcils, la dernière bêtise inventée par son fils consistait à se cacher et à laisser les serviteurs du palais le chercher pendant des heures pour au final réapparaitre dans les endroits les plus incongru et en faisant le plus de bruit possible. Rien de bien grave lorsque ledit palais était calme, mais c'était loin d'être le cas en ce moment. Quel chambardement cela avait été lorsqu'il avait apprit que l'empereur faisait route vers son fief ! Et le pire n'était même pas encore annoncé, il avait bien cru perdre son intendant lorsqu'il avait dû lui ordonner de tout préparer pour l'arrivée d'une délégation elfique, le visage de celui-ci avait prit une délicate teinte verdâtre et le duc avait été un deux doigt d'appeler les guérisseur. Malgré tout l'homme avait été à la hauteur de la tâche sauf en ce qui concernait toute les tentatives futiles qu'il avait pu déployer pour contrôler Nolan, mais ça c'était bien au dessus des forces d'un simple humain, Korentin devait bien en convenir...

Résigné, il soupira. Il n'avais plus le temps de passer en revue toutes les cachettes préférées de son fils ni même d'envoyer une cohorte de pages à sa recherche, le gamin réapparaitrait quand bon lui semblerait et son père n'aurait qu'à prier le Dracos qu'il ne choisisse pas de se cacher sous les jupes de tel ou tel dignitaire ou pire encore dans celles de l'impératrice Elfique. Certes les enfants étaient sacrées pour ce peuple mais tout de même, une telle situation pourrait s'avérer gênante.

"Advienne que pourra" marmonna-t-il pour lui-même

D'un pas vif et sans prêter la moindre attention à la porte qui se refermait seule derrière lui il quitta ses appartements. Le palais blanc était ancien et si profondément imprégné de magie que lui-même malgré toute une enfance passée dans ces couloirs ne pouvait se targuer d'en avoir percé tous les mystères. Il lui arrivait encore de découvrir par le plus grand des hasards tel ou tel passage secret protégé par tel ou tel sort à supposer qu'il ne s'agisse pas tout bonnement d'une arcane imprégnée d'une vieille malédiction sensée mettre le feu à la tunique de quiconque passerait en dessous. Son père lui même malgré son haut niveau de magie se plaisait à dire que son habitation recelait bien plus de puissance à elle seule que tous les mages Aldariens réuni, peut-être exagérait-il un peu... Encore que, parfois Korentin se posait la question.
Ruminant sur ce sujet il traversa un interminable couloir étincelant, poursuivi par les torches qui s'enflammaient d'elles même à son passage et par une cohorte de serviteurs, courtisans et autres jeunes pages tous armés de féroces revendications qu'il n'avait absolument pas le temps d'écouter en ce jour.

"Faites circuler tout ces gens, les audiences ne reprendront pas avant le départ de nos invités. Et bonté divine arrangez-vous pour que l'empereur ne soit pas dérangé, il a largement assez des courtisans Gloriens sans qu'on lui inflige en plus ceux de chez nous !"

Les deux Lames Noires attachées à sa personne échangèrent un regard furtif avant d'obéir, plutôt mécontent de devoir lui lâcher la grappe ne serait-ce que quelques minutes. Ils étaient encore plus nerveux que d'habitude avec tout ce qu'il s'était passé, ce qui n'était pas peu dire... Korentin ne détestait rien de plus que d'avoir une paire, pour ne pas dire un escadron d'hommes collés à ses chausses, c'était malheureusement l'un des inconvénients lorsqu'on était un Kohan. Et encore il n'avait pas trop à son plaindre à côté de ce que l'on infligeait à son cousin... Le jeune homme n'avait jamais trop bien compris quelle folie pouvait pousser les hommes à lorgner le pouvoir au point de jalouser Gregorist, lui-même remerciait très régulièrement le Dracos de lui avoir épargné un tel calvaire, être duc était déjà assez compliqué comme cela, il ne tenait absolument pas à aller voir les nouveaux inconvénients créés spécialement pour le rang au dessus. Et puis de toutes façons ce ne pouvait être une place pour lui, il aimait bien trop la vie et ses plaisirs et il avait eu bien assez de mal à s'assagir assez pour faire un duc convenable, au grand soulagement de tout son entourage par ailleurs qui en avait vu de toutes les couleurs dans sa tendre jeunesse.
Souriant à cette pensée, il passa le seuil de la salle de réception. Approbateur, son regard sombre balaya la décoration soignée et inondée de soleil. Un rayon vint chatouiller son cou tandis qu'il traversait la salle d'un pas souple, il en savoura la chaleur agréable comme il savourait chaque instant de sa vie, n'était-elle pas belle après tout ? Il ralentit le pas en se rapprochant de l'empereur, conscient que l'incorrigible optimiste qu'il était n'avait pas forcément déteint sur son cousin et que celui-ci était plutôt du genre à se faire du mourron à peu près 23h55 sur 24, ce qui remarquez le bien était une bonne chose, le boulot d'un empereur était bel et bien de s'inquiéter... Encore une raison pour laquelle Korentin ne voulait absolument pas de ce poste.

Impeccable dans ses riches atours de la couleur bleue de sa maison il le salua de façon tout aussi impeccable, un genou à terre et la tête baissée. Au fourreau reposait la vieille lame de sa famille, Ondine eau-dormante qu'il ne gardait que par une faveur spéciale de l'empereur lui même, peu d'hommes étaient autorisés à garder leurs armes en sa présence de l'empereur et Korentin lui en était gré. L'or qui mouchetait ses prunelles brilla lorsqu'il releva la tête, lui conférant cet air éternellement amusé et bon enfant dont il ne se départissait qu'à grande peine et seulement dans les cas les plus extrêmes. D'un seul coup d'oeil il nota la légère nervosité de son roi ainsi que sa tenue sévère, Gregorist était toujours Gregorist... Bien que ça ai souvent désespéré le gamin qu'il avait été et qui ne rêvait que de le décoincer un peu il devait dire que c'était assez rassurant, encore une fois un roi ne pouvait pas se permettre de paraître trop détendu... Quelle vie décidemment...

"Bien le bonjour à vous Sire, de ma part et de la part de ma femme et de ma fille Victoria qui ne pourront êtres présentes pendant votre séjour. Leur absence était prévue de longue date et nous avons été prévenu trop tard de votre arrivée, elles vous prient de les en excuser."

Il avait omit son fils Nolan dans les explications, n'aimant pas mentir et ne souhaitant en aucun cas expliquer à son souverain qu'il avait purement et simplement égaré l'enfant dans les méandres du château mais que, ne lui en déplaise, il finirait très certainement par réapparaitre sous peu comme il le faisait très souvent. Gregorist comprendrait, il n'ignorait rien de l'enfance chaotique de son père et devait bien se douter que le fils ne serait pas beaucoup moins remuant. C'était sans la moindre importance de toutes manières, ce qui comptait c'était cette réception et les projets que l'empereur avait en tête. Lequels était-ce, Korentin n'en avait absolument aucune idée mais il n'était pas assez bête pour ne pas se douter que quelque chose se préparait. Qu'il en soit ainsi en ce cas, bien qu'il ai grandit au beau milieu des intrigues il n'avait jamais été très porté là dessus et préférait mille fois se contenter de suivre Gregorist les yeux fermés quitte à se prendre un mur ou deux de temps à autre, après tout même un empereur avait le droit de parfois se tromper pour peu que ça n'ai pas trop d'incidence sur le royaume. Simple de coeur et loyal jusqu'à l'extrême Korentin était du genre à fermer étroitement les paupières et à foncer à toute vitesse dans la direction indiquée par son cousin, peut-être était-ce tout simplement là le secret de son bonheur...

"Bien que rapide nos préparatifs ont été soignés, je n'espère plus à présent qu'ils vous conviennent à vous et à nos invités. Peut-être même si le Dracos est bon vous permettront-ils de vous sentir à l'aise et de qui sait, vous reposer et vous détendre un peu avant de replonger un jour dans le tourbillon Glorien..."

"Un jour... Le plus tard possible" soufflaient ses yeux rieurs tandis qu'il les posait sur son cousin en ce mélange subtil de respect protocolaire et de taquinerie cousinale que lui seul savait doser avec suffisamment de talent pour ne pas glisser dans une pure et indélicate impolitesse. Déjà impatient d'en avoir terminé avec les ennuyeuses palabres qui allaient très certainement se tenir ici il attendit qu'on lui permette de se relever, rêvant déjà au moment béni où tout cela se terminerait et où il pourrait retrouver les brûlants rayons de soleil qui inondaient la cour extérieure. Il en profiterait pour s'accorder un petit entrainement à l'épée et peut-être à mains nues, peut-être même parviendrait-il à persuader Gregorist de se joindre à lui, les deux cousins pourraient tâter mutuellement de leurs talents respectifs comme au bon vieux temps, oh bien sur l'empereur se ferait prier mais cela faisait parti du jeu depuis qu'ils étaient enfants. Ces pensées défilaient librement sur son visage ouvert tandis qu'il observait le roi, voyant qu'il avait parfaitement compris à quoi son jeune cousin rêvait, Korentin ne chercha même pas à cacher le pur sourire épanouit qui s'afficha sur ses lèvres, au diable donc les conventions et les cérémonies !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeDim 24 Mar 2013 - 16:55

Le cri de l’homme retenti : hurlement déchirant dans une bicoque toute moisie. L’atmopshère était des plus macabres, d’autant plus si l’on considérait sa femme, assise non loin, qui pleurait toutes les larmes de son corps devant le calvaire de son mari. Une histoire des plus tragiques. Malheureusement pour lui, ce pauvre bougre avait volé le mauvais pigeon et qui plus est, il l'avait fait un mauvais jour. Cette citée, ce qu’elle représentait, et surtout qui la dirigeait, avait le don de mettre Fabius sur les nerfs. D’ordinaire peu porté sur les notions telles que le pardon et la mansuétude, il devenait alors des plus épouvantables.

Ce n’était pas de sa faute en fait. Non pas du tout. Tout était de la faute de Korentin. N’était-ce pas lui, après tout, qui l’avait injustement privé d’un œil ? Et n’était-ce pas cette vieille cicatrice, qui le faisait souffrir dès qu’il pensait un peu trop à cet abominable faux-jeton ? Bien sûr que si. Aussi vrai qu'un et un font deux, ce fichu voleur n’avait qu’à se plaindre à son maudit duc. Certes, tout son visage ressemblait à présent à une tarte aux pommes qui aurait passée beaucoup trop de temps à cuire. Et alors ? Fabius n’avait voulu que lui crever un œil, juste histoire de lui apprendre les bonnes manières. Ça arrivait à tout le monde de faire une petite erreur de dosage…

Tous ces cris, tous ces pleurs… Ne pouvaient-ils donc pas la boucler deux minutes ? Entouré de trois gros bras, des rufians qu’ils avaient ramenés de Gloria, histoire de les avoir sur le coude, juste au cas où… (un certain cousin pouvait toujours décider d’aller se balader avec une escorte réduite en ville par exemple… sait-on jamais) Il soupira bruyamment. L’un de ses bouledogues, pardon, subordonné en profita pour prendre la parole.


Que fait-on chef ?

"Votre grâce pauvre demeuré..."

Non, c’était mieux qu’ils ne connaissent pas son identité véritable. Pour eux il n’était rien d’autre que le Borgne, un ruffian doublé d’un enfant de vampire qui contrôlait une partie des pires immondices de la capitale. Rien de plus.

On va devoir le tuer.

La femme poussa un cri tandis que l’homme se mit à gesticuler. Indifférent, le comte poursuivit :

Un œil, il aurait compris la leçon… mais le visage… tôt ou tard il voudra se venger…

Non, monsieur je vous assure que…


Un dague vint arrêter là tous ces atermoiements. Alors que les déchets humains l’entourant lorgnaient sur la femme avec une lubricité qui faisait peur à voir, Fabius décida qu’il était temps de mettre les voiles. S’il assistait à un spectacle pareil il ne pourrait plus rien avaler ce soir.

"Ce qui serait dommage, une si belle réception..."

Mettant une ample capuche ainsi qu’un voile, il sortit de ce que les gens du peuple appellerait sûrement une « maison » et marcha d’un pas vif. De ruelles en ruelles, il fit bien attention à semer tout éventuel poursuivant, puis il rejoignit finalement la rue commerçante. Il entra par la porte arrière de la boutique, jeta à peine un coup d’œil au malheureux vendeur assommé bien comme il faut, prit un article au hasard puis ressortit par devant cette fois. Une diligence l’attendait, conduite par un domestique.

Avez-vous trouvé votre bonheur, messire ?

Le choix fut difficile, mais oui mon brave, voici pour ta peine.


Il lui lança une pièce, laquelle fut saisie au vol. Étonné, le servant ne pu s’empêcher de répliquer.

Je croyais qu’on vous avait volé votre bourse !

Ah. Oui c’est vrai, mais ce pauvre homme est venu me la restituer. Ainsi le vendeur de cette boutique n’a pas eu à me faire crédit. Tout est bien qui finit bien.


Quelques heures plus tard, Fabius Kohan pénétrait dans la salle où se trouvait ses cousins. Un peu par hasard d’ailleurs. Il posa son regard borgne sur l’empereur, rassuré de le voir en bonne santé. Non pas qu’il eut quelques affections pour lui, mais au moins Grégorist ne le traitait pas comme le peste bubonique en personne, à l’inverse de son « adorable » petite sœur. Il s’inclina, sans cérémonie, car il savait que cela agaçait le monarque, mais avec respect.

Toujours aussi ravi de vous voir en meilleur santé, Excellence.

Tournant la tête vers l’autre, son œil se fit plus froid, et il eut pendant une bref seconde la pulsion idiote mais bien réelle de lui sauter à la gorge. Il se reprit très vite, en tant que comte ce fichu cré… hum, son très cher cousin avait la préséance.

Cher Duc, c’est honneur que d’être accueillit sous votre toit.

Son sourire faisait un peu faux, mais il faudrait faire avec. Même lui, malgré tout ses talents en matières de mensonges, de faux-semblants et d’hypocrisie, avait un point faible.

Je vous dérange, peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeMar 26 Mar 2013 - 15:31

Grâce au ciel, l'impératrice et mère des elfes pu réussir à s'asseoir un instant pour reprendre son souffle, repoussant d'un geste ampli de lassitude une de ces coquines de mèches qui refusait de rester en place comme elle le devrait. Mais ce n'était pas ça qui allait l'emplir d'énergie et d'entreprendre de cajoler sa chevelure pour qu'elle soit bien comme il fallait en place, Galadrielle semblait vider de toutes forces, reposant de toute sa masse de poids plume sur le fauteuil en velours verts bouteille des appartements qu'on lui avait octroyé durant son séjour à Gloria. L'épidémie avait été si forte et si répandu, tant de morts puis de souffrances quand ils avaient seulement réussit à la contenir : elle n'avait jamais cru que le royaume humain puisse contenir autant de monde... Heureusement qu'elle n'avait pas eu le temps de faire ça pour les vampires sinon elle y aurait laissé toute sa magie dans cette quête impressionnante pour soigner le plus d'être. Sans compter qu'à Gloria elle avait pu compter sur maître Llyäh et sire Eliwyr sinon ce n'était pas que ça magie qu'elle aurait vidé mais son essence vitale...

En tout cas, ils venaient de traiter les derniers cas aujourd'hui alors elle était sûr de pouvoir profiter comme il se devait le lit qu'on lui avait prêté pour son séjour, certes pas aussi délicieux que son propre nid au royaume elfique mais tout de même agréable pour son corps endolorit et fatigué. Plus d'une personne lui avait demandé d'arrêter, de ne pas en faire trop tant sa blancheur naturelle en était accentué au moins qu'on puisse apercevoir le bleu de ses veines sous sa peau, lui conférant une allure spectrale à crever le cœur. Mais en ce jour, en cette douce soirée qui s'annonçait, ce problème gigantesque venait de prendre fin, lui laissant un goût de victoire amère et une intense envie de dormir pendant au moins une semaine afin de se recharger complètement, ressemblant pour l'instant et depuis quelques temps à une plante qui tirait la tête faute d'eau et de soleil. Pour faire simple, l'impératrice Galadrielle, mère des elfes, faisait pitié. En même temps, ce n'était pas parce qu'on était un elfe et une grande reine que forcément on incarnait la perfection quoi ?! Parfois, il arrivait à ces intouchables de ressembler à un chiffon encore plus chiffonner que chiffonner, de faire preuve de faiblesse et de craquer un bon coup parce qu'ils n'en pouvaient plus ! Et c'était le cas pour la blonde elfe, avachi (certes gracieusement mais avachi quand même) sur le fauteuil, le regard papillonnant alors qu'elle pouvait sentir les portes du sommeil s'ouvrir à elle pour l'engloutir dans les ténèbres réparatrices.

Somnolente, complètement au radar, elle laissa l'une de ses suivantes l'aider à retirer ses apparats et se laissa couler avec volupté et ravissement dans le lit bien chaud et moelleux, s'endormant comme une souche d'arbre sylvain, sa blonde chevelure coulant sur la soie des oreillers comme une cascade d'or pur ternit par la nuit.

Demain il fera jour.

Quand le soleil se leva, elle s'étira avec plaisir dans la douceur des draps et regarda quelques hirondelles danser leur bonheur devant son balcon, ses oreilles résonnant agréablement des trilles de leur chant empli de joie de vivre. Même si elle savait qu'elle ne pourrait se reposer davantage aujourd'hui, elle était néanmoins un minimum requinqué pour affronter le voyage du jour : les elfes rentraient dans leur patrie retrouver le calme de leurs bois et la chaleur de leur famille. Elle laissa ses suivantes faire ses bagages et alla discuter avec les nobles et autres hauts dignitaires pour être au courant des derniers potins de la vie à la cour, ce qu'il se disait sur le roi et sa gérance, etc... Entendant des propos tout à fait intéressant et assez alarmiste, ainsi donc le roi faisait n'importe quoi, perdant la confiance du peuple et de sa cour ? Hmmmm si ça continuait comme cela, elle allait devoir mettre son délicat petit nez dans cette histoire : il n'était pas question qu'à cause d'un seul, tout un jeune royaume meurt alors qu'il était encore en croissance !

Plissant les yeux d'un air préoccupé, Galadrielle cogita ce qu'elle venait d'apprendre pendant que le convoi des elfes prenaient tranquillement la route vers le royaume sylvains, tournant dans tous les sens possibles ses réflexions avant de se faire interrompre par un jeune écuyer humain, tout rougissant et intimidé, porteur d'un message des plus urgents. Tiens ? Qui cela pouvait-il être ? Interloquée mais lui offrant un sourire éblouissant qui lui fait sûrement tourner le cœur au vu de son couinement de souris, l'impératrice demanda à une de ses suivantes de s'occuper de lui avant d'entreprendre de lui la missive. Hmm elle venait de l'empereur Grégoriste, que lui voulait-il ? Discuter d'un mariage ? Et puis quoi encore ? Ne savait-il donc pas que c'était extrêmement mal vu même s'il s'agissait de sa sœur et de l'un de ses enfants ? Apparemment, ce qu'elle avait entendu était tout à fait justifié apparemment... Soupirant, la blonde impératrice se recomposa un masque de sérénité absolue et donna ses nouveaux ordres, l'escorte tournant presque paresseusement vers Aldara la Superbe, lieu de séjour actuel du père des hommes.

Sans se presser, ils finirent néanmoins par apparaître aux portes de la ville où ils furent accueillis avec respect et conduit avec distinction jusqu'au palais où les attendait les hauts dignitaires qu'on venait de prévenir. Les regardant sans juger dans le gris de ses yeux, Galadrielle attendit que tous ses elfes prirent place autour d'elle avant d'incliner sa tête d'un geste aussi gracieux et délicat qu'un cygne, mais très respectueux puisqu'ils étaient hauts placés eux aussi.

- Bonjour à vous messires Kohan et empereur Grégorist, je vous remercie de cet accueil chaleureux, dit-elle d'une voix douce et musicale, les regardant avec un regard calme et sage, un léger sourire rêveur aux lèvres. J'ai eu votre message et puisque votre agréable cité se trouvait sur le chemin, j'ai consentit à vous rejoindre, rajouta-t-elle avant de faire un geste pour descendre de son cheval, toujours aussi aérienne qu'une danseuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeJeu 28 Mar 2013 - 20:15

Maudissant intérieurement le zèle de Korentin, Grégorist se soumit aux règles d'usage et remercia son cousin de son salut.

Quelle sorte de pouvoir était-ce donc, ce dogme protocolaire, pour qu'il en soit esclave tout autant que ses sujets ? Si les messes basses ne suscitaient pas tant de rumeurs, l'Empereur aurait mille fois préféré se contenter de ses seuls cousins pour rencontrer la reine elfe, et faire tomber les masques une fois pour toutes. Il avait à faire à Gloria, retarder plus longtemps son retour ne rimerait à rien. Il n'avait pas invité Galadrielle pour que les nobles d'Aldaria s'amusent à lancer des paris pour savoir si l'élégante dame ploierait ou non le genou au moment de le saluer, et moins encore pour entendre Korentin l'appeler Sire.

Douce consolation, ce même cousin ne risquait pas de créer d'esclandre avec les elfes. Naturellement chaleureux, Korentin était un hôte jovial là où Grégorist, même avec les efforts de sa cour au complet n'offrait qu'une impression mitigée, celle d'un homme trop courtois pour ne pas brider ses sentiments, même les plus sincères. Et les derniers événements n'avaient rien arrangé à l'affaire...

« Je ne saurai leur tenir rigueur pour leur absence, si d'autres engagments les retiennent loin d'ici. Elles demeurent les bienvenues à Gloria. »


La réponse polie de l'Empereur s'accompagnait d'un regard entendu à son cousin. De toute évidence, c'était Valentine et non lui qui l'emportait sur certains aspects de leur ménage, et qui le menait par le bout du nez. Grégorist s'abstiendrait de s'offusquer de l'absence de ces dames, il n'insinuerait pas qu'elle eut pu l'avoir fait exprès - la chose ne l'aurait étonné qu'à moitié, Valentine avait toujours eu un caractère des plus... affirmés -, il ferait mine d'oublier jusqu'à l'existence de son petit cousin encore fourré le Dracos savait où... En échange de quoi, il espérait que Korentin aurait le bon sens de ne pas prendre son invitation à la lettre.

L'Empereur n'appréciait pas spécialement Valentine. Grégorist avait suffisamment à faire à Gloria pour ne pas souhaiter y subir dès son retour la compagnie de Valentine. Ou jamais, à la vérité. Mais il laissait à Korentinle soin de lire entre les lignes.

« Vous êtes un hôte formidable doublé d'un parent admirable, mais je crains de devoir faire honte à votre accueil. Dès que l'impératrice Evanealle s'en retournera vers ses bois bénis, il me faudra vous faussez compagnie. Tant de choses m'attendent à Gloria, que j'ai laissé trop longtemps en repos. »

Son coeur se serra en une pensée pour Esmelda, seule aux prises d'une horde de conseillers hostiles, guettant le moindre de ses faux pas, cherchant à la briser. Pourtant, il aurait aimé remonter le temps, redevenir le prince insouciant d'un royaume florissant. Même si cela signifiait aussi de manquer de peu de se faire encastrer dans le sol par les coups puissants de Korentin sur le terrain d'entraînement, le revoir mener la plus bredouillante des demandes en mariage -pourquoi diantre Valentine avait-elle dit oui ? - et le voir se chamailler sans cesse avec Fabius.

Le Dracos devait prêter l'oreille, car il eut le caprice d'accéder à ce souhait-ci, et sitôt celui-ci eut-il achevé les salutations d'usage - qu'il fut de bon ton d'abréger - qu'il eut pour Korentin quelque ironie que Grégorist feignit de ne pas remarquer. L'empereur ne formalisait plus des rivalités qui pouvaient subsister entre les deux cousins. A ses yeux, c'était un héritage des ans, tel les disputes inévitables d'une fratrie. Il ne voyait là nulle malice, et moins encore l'hostilité évidente qu'il eut pu y déceler s'il avait regardé la scène avec des yeux neufs ou s'il eut s'agit de parfaits étrangers.

« Nos hôtes ne devraient pas tarder à arriver, nous allions nous porter à leur hauteur aux portes du palais. Joignez-vous donc à nous. » proposa obligeamment Grégorist, cherchant à couper court à toute chamaillerie.

Si ses cousins voulaient se voler dans les plumes, le temps des festivités y suffirait amplement, Grégorist ne souhaitait pas pour l'heure se laisser distraire.

D'un pas décidé, le jeune homme s'apprêtait à quitter la salle lorsqu'il s'adressa à Korentin :
« Pourriez-vous, mon cousin, laissez ce jour votre lame en lieu sûr ? Je ne voudrais pas prendre le risque d'offenser davantage nos hôtes que par mes seuls mots. »

Il agissait bien à regret, savoir son cousin doté de sa lame fétiche avait quelque chose de rassurant, mais s'il avait agi pour sa sauvegarde, il n'aurait jamais quitté le manoir d'Aldaria sinon pour fuir plus loin encore.

L'empereur se formalisa bien peu de l'attente. Le jour se fanait sans perdre tout à fait la douce tiédeur des heures passées. La délégation elfe ne tarda pas à paraître, Galadrielle à sa tête, et il rendit à l'impératrice la politesse de son salut.

La dame avait l'élégance raffinée des elfes, et indéniablement la beauté intemporelle que l'on prêtait à ceux de son peuple. Grégorist fut surpris des mots mélodieux qu'elle leur adressa. De sa rencontre avec la baptistrelle Llyïah, l'empereur avait finalement retenu que la musique elfique, sous son vernis fabuleux avait l'aprêté du verre pilé.

« Puissiez-vous et les vôtres avoir fait bon voyage, impératrice Evanealle. »

L'Empereur s'était gardé de l'appeler par son prénom. L'impératrice se permettait peut-être d'étranges familiarités ou suivait peut-être des us elfiques dont Grégorist ignorait l'existence, mais lui-même n'avait pas coutume d'user des prénoms en public pour qui n'était pas son parent.

Il lui rendit son sourire avec politesse sans se garder d'en rien conclure. Llyïah avait insisté tant et tant qu'elle faisait de l'insistance même un doux euphémisme pour sa tentative de bourrage de crâne forcené. Elle-même, et a fortiori son impératrice et les plus hauts dignitaires elfes seraient certainement opposé à l'idée même du mariage.

Mais en rester là, c'était nier la valeur des avis de l'impératrice, ou nier ses capacités de jugement. A bien y réfléchir, l'Empereur n'aurait guère apprécier de voir quelque affaire du royaume réglée par un autre, même par un parent, sinon Esmelda. Mais la baptistrelle ne partageait pas avec l'impératrice la moindre parenté décelable, aussi était-il imprudent d'imaginer que l'une pouvait parler pour l'autre.

« J'espère qu'Aldaria se montrera à la hauteur de vos attentes. »

La baptistrelle n'avait guère été séduite par l'étalage de puissance des mages. Grégorist, quant à lui, demeurait convaincu que la cité conservait un charme unique pour qui savait creuser sous la surface et faire fi des apparences.

« Mais rendez pour cela grâce à mon cousin, c'est à lui que nous devons la pérennité de ce havre. Quant à l'affaire qui nous concerne, mieux vaudrait s'en entretenir à l'intérieur. A moins que nous préfériez commencer par prendre une collation ? »

Egal à lui-même, Grégorist redevenait le prince courtois qu'avait forgé son père. Que Galadrielle s'avère d'agréable ou d'exécrable compagnie - ce qui ne cadrait guère avec son aura doucereuse - il s'en accomoderait sans rien en laisser paraître. L'Empereut avait mis en garde à maintes reprises contre les enchantements que produisaient les êtres du peuple elfique, il n'aurait pas la sottise de céder à leur charme.

Même si, plus le temps allait, plus il craignait de comprendre pourquoi son père avait toujours côtoyé les elfes le moins possible et continué à creuser le gouffre qui séparait les deux peuples.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeDim 31 Mar 2013 - 13:23

Le changement d'expression de l'empereur alors qu'il sacrifiait aux lois de l'étiquette fit pétiller ses yeux. L'agacement que celui-ci avait toujours ressentit envers les protocoles et autres formes de politesse l'avait toujours amusé, sans doute parce que son roi n'avait d'autre choix que de s'y plier à tout instant et d'y accorder une importance qui lui semblait pourtant exagérée. Korentin lui ne s'inclinait devant l'étiquette que par un choix qu'il savait pouvoir révoquer à tout instant, si la fantaisie lui prenait demain de ne plus s'y plier il se savait parfaitement capable de le faire, rien ni personne n'avait jamais su le faire obéir lorsqu'il n'y tenait pas, cela n'allait pas commencer aujourd'hui. Mais bien sur ce n'était pas dans ses intentions immédiates ni même lointain d'envoyer bouler les conventions, s'incliner devant Gregorist lui semblait d'autant plus naturel qu'il l'avait toujours considéré comme son roi et même bien avant qu'il ne monte sur le trône. Celui-ci avait cette prestance et cette stature royale que rien ne pouvait lui enlever, couronne ou pas il était de ceux devant qui on courbe l'échine sans pour autant se sentir rabaissé, et tant pis si il ne l'acceptait pas.

Ne sachant trop si il devait rire ou s'offusquer de la réponse qu'il obtint, il leva un sourcil. Le regard entendu de l'empereur ne lui avait pas échappé et même si celui-ci ne s'était jamais vraiment opposé à son mariage ni n'avait même pris la liberté de le juger il savait fort bien qu'il n'appréciait pas Valentine. Qu'est-ce qui pouvait bien lui déplaire chez elle ? Elle était plus belle que le plus beau des joyaux impériaux, plus élégante et agréable (toujours... Enfin... Oui bon d'accord, quand elle le voulait !) que le plus noble des courtisans, plus intelligente enfin que tout les membres de la cour réunis, et Korentin n'avait pas la fausse assurance et l'orgueil imbécile de ne pas s'en remettre à elle sur certains points. C'était là sans nul doute que cela pêchait, une femme avait rarement l'occasion d'accéder à de telles prérogatives et la liberté qu'il donnait à la sienne était souvent très mal vue. Qu'il en soit ainsi donc, et tant pis pour ce que chacun pouvait bien en penser ! Quand à l'idée que Valentine puisse rendre visite à Gregorist à Gloria il préférait mille fois ne pas trop y penser, c'était une très mauvaise idée, et il avait la très forte impression que son cousin était du même avis, aussi répondit-il prudemment :

"Ma Dame sera enchantée de le savoir, majesté."

La suite était déplaisante et le fit se rembrunir, ainsi donc il comptait partir si vite ? Ses plans glorieux de grandes chasses endiablées, de joutes furieuses, de repas gras à souhait et de fêtes grandioses s'évanouirent instantanément tandis qu'il fronçait les sourcils, réprobateur. A peine remit de cette odieuse tentative d'assassinat son cousin n'avait-il donc le droit de récupérer quelque peu et de s'accorder un minimum de loisir ? En aurait-il eu le pouvoir qu'il lui aurait accordé ce droit, dusse-t-il le royaume s'écrouler sur le champ ! Ne l'ayant pas il se contenta de s'incliner de fort mauvaise grâce non sans marmonner comme pour lui même, mais suffisament fort pour être entendu :

"Le repos n'a jamais fait de mal à personne, que je sache..."

C'est à cet instant que Fabius entra
Son arrivée jeta un froid, brisant d'un seul coup l'atmosphère chaleureuse et bienveillante qui était si souvent de mise entre les deux cousins. Fabius avait toujours eu ce pouvoir, apporter le ressentiment et la discorde là où elle n'avait aucune place. Dans leur enfance déjà sa présence était synonyme de disputes et de discussions houleuses, Korentin ne pouvait pas lui en vouloir vraiment toutefois étant donné qu'il avait été très souvent celui qui lançait les hostilités. Mais pouvait-il vraiment appeler cela des hostilités ? Lui n'avait toujours vu tout cela que comme un jeu particulièrement amusant, une façon de passer le temps, de mettre un peu de piment au beau milieu d'une leçon ennuyeuse et d'avoir le plaisir de voir des éclairs dans les yeux de leurs nombreux percepteurs. L'occasion de tenter de faire rire Gregorist aussi, combien de fois avait-il tenté de l'embarquer dans ses taquineries ? En pure perte d'ailleurs, le futur roi était déjà bien trop avisé pour s'amuser à se faire des ennemis juste pour le plaisir Un ennemi... C'était ce qu'il était devenu au fil des années et à sa décharge Korentin pouvait dire sans mentir qu'il n'avait jamais eu l'intention de le faire basculer ainsi dans la haine. Fabius était son sang, son cousin au même titre que Gregorist malgré tout ce qui les séparaient, on ne peut haïr son sang non ? Aimer sa famille était une question de principes. C'était en tout cas ce que pensait Korentin et même si Fabius ne partageait de toute évidence pas son avis il ne laisserait pas les sarcasmes acérés et les remarques acides détruire ce lien du sang qui existait, que l'autre le veuille ou non. Hais-moi autant que tu veux songeait-il souvent, j'ai suffisamment de patience et d'amour filial pour nous deux. Ces deux qualités lui furent particulièrement utiles pour ignorer le sarcasme à peine voilé qu'on lui servit sans égard :

"Cher Duc, c’est honneur que d’être accueillit sous votre toit."

Tout en se composant un visage qui se voulait impénétrable, chose qu'il n'avait par ailleurs jamais réussi à faire, il le salua courtoisement.

"Et c'est une joie sans égale que de vous avoir pour invité, une joie si rare qu'elle s'en fait précieuse."

La chaude lueur or de ses yeux enveloppa le nouvel arrivant tandis qu'il répondait :

"Ne soyez pas sot, cousin. Notre vieux trio n'est complet qu'en votre présence."

Ou comment rappeler en quelques phrases adroites qu'ils étaient du même sang, du même giron, fruits de la même éducation et qu'il ne l'oublierait pas quelque soit les efforts que pourraient faire le fier comte pour l'inciter à cracher sur ces anciens liens. Tu es des nôtres songeait-il alors, que tu le veuilles ou non et quelque soit les coups de griffes que tu pourra m'envoyer.

La conversation aurait sans doute continué, et à un moment ou à un autre Fabius serait parvenu à le faire sortir de ses gonds comme souvent, à moins que ce ne soit tout simplement lui qui finisse par céder à ses vieux démons et à tenter de le faire tourner en ridicule. Gregorist connaissait ce cheminement toutefois, depuis fort longtemps d'ailleurs aussi ne laissa-t-il pas les choses en arriver là et les invita à le suivre afin d'accueillir leurs hôtes aux portes. Content d'en rester là il s'apprêta à lui emboîter aussitôt le pas lorsque l'empereur s'adressa à lui au sujet de sa lame. Voilà une demande qu'il pouvait comprendre, peut-être aurait-il même dû y penser lui même mais il devait avouer n'avoir que très peu de connaissance des moeurs elfiques. Détachant promptement le fourreau, il claqua des doigts ce qui eut pour effet de faire aussitôt apparaître un page jusque là caché derrière une alcôve. Il présenta l'arme au gamin qui en resta bêat, les yeux fixés pleins d'adoration sur le célèbre Ondine et la main déjà tendue pour la recevoir. Voyant cela, le Duc suspendit son geste :

"Tu ira la ranger sans délai, et ne t'amuses pas à la sortir de son fourreau car tu ne pourrai ensuite plus la saisir."

Le gamin se rembruni tandis qu'il la lui mettait dans les mains, le souffle court il osa tout de même demander dans un murmure :

"Même pour la nettoyer messire ? Pour l'affuter ?"

Croisant son regard plein d'espoir, Korentin ne pu s'empêcher de lui ébourrifer les cheveux en riant.

"Non petit, même pour cela Ondine eau-dormante ne transige pas. Tu m'en vois désolé car cela m'aurait épargné une corvée."

Hochant la tête d'un air pas tout à fait convaincu le gamin salua avant de s'éloigner, serrant son trésor avec un soin maniaque et la couvant d'un regard révérent. Secouant la tête, le Duc n'eut d'autre choix que d'accélérer le pas pour rattraper ses cousins qui s'étaient alors éloignés. Il arriva vite à leur hauteur, et moins longue encore fut l'attente lorsqu'ils arrivèrent aux portes, les elfes étaient pour le moins ponctuels voilà déjà une chose qu'il aurait apprit sur eux.

Bien sur il avait déjà vu des elfes, sa position importante au sein de l'empire ne permettait pas qu'il en soit autrement mais malgré tout c'était autre chose que de se retrouver en présence de l'impératrice Elfique. D'une beauté à couper le souffle, elle se déplaçait avec une grace irréelle et parfaitement inhumaine que même Valentine ne possédait pas. Cette idée amusa quelque peu Korentin qui se demanda un instant si sa femme aurait apprécié cette rencontre, sans doute pas... Elle détestait fermement tout ce qui pouvait mettre une ombre sur sa propre beauté, ce qui était particulièrement inutile selon Korentin puisque à ses yeux il n'y avait qu'elle et que toute impératrice qu'elle puisse être la magnifique créature qui se trouvait devant ses yeux n'était pas sa Valentine. Cela ne l'empêcha pas de baisser courtoisement les yeux lorsqu'elle le salua, comme ébloui par sa beauté. Poli, il laissa l'empereur faire les salutations d'usage, se contentant d'observer la suite de la reine avec une curiosité discrète.

« J'espère qu'Aldaria se montrera à la hauteur de vos attentes. »

Pour le coup il ne pouvait que l'espérer aussi, en tant que propriétaire de ce château il restait leur hôte principal et toute disgrâce qui pourrait advenir ne manquerait pas de lui retomber instantanément dessus. Il eut une pensée quelque peu inquiète pour son fils caché quelque part et contrôla de justesse un soudain mouvement d'agitation. Il n'avait pour pour habitude de s'en faire mais tout de même...

La courtoisie sans faille de son roi le rassura, les choses allaient sans doute se dérouler parfaitement bien et il reviendrait vite à sa tranquillité habituelle. Et puis l'amitié entre les elfes et les hommes était particulièrement précieuse alors il pouvait bien supporter un petit peu de stress si cela pouvait permettre à leur relation de s'affermir, il connaissait assez bien Gregorist pour remarquer la réserve polie que celui-ci affichait et ne pouvait qu'espérer que celui-ci trouverait l'équilibre nécessaire pour établir de bonnes relations avec eux tout en ne tombant pas sous leur charme comme il semblait en avoir la ferme intention.

Attentif il attendit la réponse de l'elfe, prêt à ordonner qu'on apporte douceurs et moyen de se désaltérer dans la grande salle si tel était son plaisir, il ne savait pas très bien comment il allait pouvoir aider son cousin à réussir ce qu'il ignorait par ailleurs qu'il avait l'intention de faire, quoi qu'il en soit il ferait ce qu'il pourrait pour la mettre dans les meilleurs dispositions possibles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeMer 3 Avr 2013 - 20:30

Était-il sincère ? Non bien sûr que non. C’était tout simplement impossible. Quand bien même en avait-il l’air, Fabius préférait croire qu’il ne s’agissait que de sarcasme dissimulé. Et même si c’était le cas, même si Korentin voulait vraiment qu’ils fassent la paix, alors ça faisait de lui un fichu hypocrite, dû moins selon le Borgne. C’était lui qui avait commencé… lui qui l’avait mutilé par simple jeu pervers. Et maintenant voilà qu’il jouait le rôle du cousin aimant. C’en était trop.

En vérité Fabius ne pouvait croire son cousin. C’était pour lui aussi impossible que d’arrêter de respirer. Tout un pan de sa vie s’était bâti sur cette haine, sur la leçon que Korentin lui avait apprise bien malgré lui. Ne croire qu’en soi-même, s’accaparer ce que l’on veut par tous les moyens possibles. Aucune pitié, aucune miséricorde. Pour personne.

Cette froideur en lui était cependant contrebalancée par l’envie d’être pleinement accepté par sa propre famille. Envie qui avait longtemps été contrecarrée par la supériorité de ses cousins dans les domaines physiques (très importants pour un adolescent) mais aussi par les blagues parfois cruelles faites à ses dépends.


Eh bien… merci.

Avant qu’il n’ait le temps de trouver quelque répartie acide, l’empereur coupa court à toute dispute potentielle. Le trio devait aller accueillir leurs hôtes.

Les elfes étaient aussi magnifiques que dans les écrits, il fallait leur concéder cela. Néanmoins Fabius n’oubliait pas qu’ils étaient aussi retors que la Nature qu’il servait. Leurs complots et leurs intrigues se situaient à un tout autre niveau que les cours humaines et le comte était un peu inquiet quant à la suite des évènements. Quoique veuille Grégorist, il prenait un gros risque, lequel avait peu de chance de s’avérer payant.

Il s’inclina devant eux, laissant les présentation à l’empereur.

"Cette ville ? Peu probable. Je sais qu’il aime bien Aladaria, mais personnellement, même si ce n’était pas la cité de l’autre imbécile, je ne l’aimerai toujours pas. Elle manque de simplicité, et ses mages sont d’affreux donneurs de leçon. Gloria avec sa partie sombre parfois sclérosée est bien plus humaine… Quoiqu’il en soit je doute que les elfes apprécient tout cet étalage de magie. L’orgueil des hommes, pour des créatures aussi vielles… doit paraître presque ridicule."

Mais ce n’était pas son problème. L’empereur faisait tout sorte de chose étrange ces temps-ci, Fabius avait dû mal à le suivre par moment et il craignait un peu que cette histoire de régence ne se poursuive. Ce qui serait des plus ennuyeux étant donné qu’Esmelda ne pouvait pas le voir en peinture.

"Il faudra que je la neutralise. Tôt ou tard. Pas par le meurtre, non, ce serait idiot et beaucoup trop difficile. Mais un bon vieux chantage pourrait s’avérer utile. On a tous des secrets, des cadavres dans le placard… c’est une jeune fille, elle a probablement pris un amant. Oui, je devrais demander à mes espions de suivre cette piste..."

Quant au duc… Eh bien il ne posait pas de problème pour l’instant. Un cocu regardant son entourage du haut de son rang et de son lignage. Une vision des plus amusantes.

Fabius revint finalement sur terre, et attendit avec ses cousins la réponse de l’impératrice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeDim 7 Avr 2013 - 16:31

{hrp: désolée de cette petite réponse mais je ne voyais pas quoi dire :S du coup j'ai un peu avancée ^^'}



Lui souriant tranquillement en acceptant la main de l'un de ses gardes pour l'aider à descendre, Galadrielle atterrit gracieusement à terre, sa robe laissant un chuintement soyeux en se repositionnant autour de ses jambes galbées. Repositionnant coquettement sa cape, l'impératrice finit par marcher tranquillement vers eux, les regardant avec une tendresse maternelle avant de s'incliner devant eux : ils étaient jeunes comparés à elle et, la fatigue faisant, la blonde avait appelé l'empereur par son prénom sans y faire attention. Le protocole serait peut-être un peu froissé mais pour si peu il en ferait quand même l'affaire, elle n'allait pas s'attarder en platitude pour reprendre sa parole.

- Je vous remercie votre Majesté, le voyage fut tranquille depuis votre capitale, dit-elle tranquillement en retirant ses gants avec grâce avant de repousser l'une de ses boucles qui avait eu l'audace de quitter le maintien de sa coiffure du jour. Votre cité est très élégante, je suis convaincue que moi et mes enfants seront comblée en ces lieux le temps de notre séjour en vos murs, lui répondit-elle sereinement en penchant la tête sur le côté, un sourire doux aux lèvres.

Regardant brièvement les siens puis sa tenue, elle esquissa une légère moue sur son visage avant d'hocher la tête.

- Si cela ne dérange pas votre Altesse, je pense que nous aimerions tous faire un brin de toilette avant de commencer cette collation si gentiment proposée et de parler du pourquoi de notre venue ici, dit-elle en serrant ses bras autour d'elle, toujours douce.

L'observant donner les ordres nécessaire, l'impératrice lui offrit un sourire éblouissant avant de se retirer dans les appartements qu'on lui avait attribué, laissant avec complaisance ses suivantes l'apprêter comme il se devait pour une réunions de haut dignitaires. Son diadème en or blanc luisant piqueté de petites émeraudes formant de petites fleurs sur ses cheveux, des perles en forme de goutte pendant à ses oreilles, Galadrielle était en train de s'occuper de sa longue chevelure qu'elle brossait pour en faire une lourde tresse avant d'enfiler une de ses robes d'un gris pâle avec des broderies couleur argent.

- Vous êtes prêtes majesté... Murmuraient ses suivantes en lui souriant, rangeant les accessoires.

Lui souriant à son tour, Galadrielle demanda à se faire conduire là où les dignitaires humains attendaient sa présence et elle prit tranquillement la route en restant digne. La collation et la conversation risqueraient d'être épique.

- Messieurs, je suis là, leur sourit-elle en s'inclinant gracieusement devant eux, un petit air malicieux pétillant dans ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeDim 14 Avr 2013 - 13:14

[HRP/ Désolé du retard. Astreinte oblige, j'ai eu un petit contretemps imprévisible... /HRP]

Galadrielle était belle à en mourir. Une simple certitude que l'Empereur chercha à balayer de son esprit aussi sûrement que le ciel était bleu. Pourquoi n'avait-il pas eu la sagesse de son père, de se tenir à l'écart de créatures de cet acabit ? Il n'avait pas cédé au désir de s'abreuver de leur magnificence, pas plus qu'il n'avait perdu tout espoir en la force brute de son propre peuple, de son propre sang qui rugissait dans ses veines, et de la hargne qu'il mettrait à mener son existence comme il lui plairait avec d'autant plus d'obstination qu'elle serait brève.

Peut-être aurait-il souhaité qu'Esmelda soit là, qu'elle se moque à mi-mot d'un jouvenceau confronté au regard d'une grande dame. Et pourtant cette rêverie-là était un leurre elle aussi, Galadrielle allait, nimbée d'une aura fascinante, qui ne devait que peu à sa féminité. L'impératrice des elfes évoluait avec une grâce aérienne, et s'exprimait avec une désinvolture déconcertante à laquelle Grégorist s'interdisait de croire.

« Comme il plaira à votre majesté impériale. »

L'empereur lui accorda congé sans s'offenser de sa fantaisie. Qu'elle fut lasse du voyage, il n'en doutait pas. Ses yeux avaient déjà trop vus pour n'être pas écoeuré du spectacle de la monotonie des temps... Et pourtant, il se dégageait d'elle la fraîcheur éphémère de la fleur à peine éclose, et bien moins de cette distante froideur dont étaient empreints les mots de Llÿiah lorsque la magie qui les baignait tangait.

Les Elfes s'en furent, et pourtant, pour avoir côtoyé à maintes reprises, escortes, émissaires, et nobles attelages, l'Empereur n'eut trouvé personne à qui il eut sommé sans détour de prendre un bain d'urgence, bien qu'il eut des critères d'hygiène plus élevés que nombre de ses pairs.

Bien qu'il n'ait jamais été suffisamment intime des dames de la cour (sinon dans un âge trop jeune pour qu'il en garda le moindre souvenir), Grégorist comprenait sans peine que les atours de ses dames nécessitassent préparatifs précautionneux et application minutieuse. Il prit son mal en patience, regagnant avec ses cousins la salle où ils se tenaient précédemment, espérant par devers lui que ses parents n'y reprendraient pas la querelle qu'ils y avaient laissé tantôt.

Il eut pu se montrer offenser d'être relégué au second plan au profit de mousseline et soierie, de rubans et de pierrerie, mais l'Empereur était trop occupé en son fort intérieur à remercier le Dracos de l'avoir fait mâle et de n'avoir pas fait son lot quotidien toutes ces futilités.

~°~


Lorsque l'impératrice reparut, elle s'était fait dame d'hiver à la mante de givre, aux heures où cède la morte saison, à en croire les corolles scintillantes qui naissaient sur son front. Moins ostentatoire que certaines des parures qu'il avait été donné de voir à l'Empereur, la mise de Galadrielle lui évoquait la puissance dissimulée d'une épée laissée au fourreau. Sûrement eut-elle pu émerveiller davantage l'assemblée présente, mais tel n'était sûrement pas son dessein, ou tout du moins ne jugeait-elle pas nécessaire d'en faire plus. Ou peut-être n'avait-il simplement pas l'oeil assez averti pour juger du standard des moeurs elfique en matière d'habillement impérial.

Toutefois, songer à ces histoires de chiffons lui permettait de demeurer suffisamment impassible tandis qu'il rendait son regard à l'impératrice, l'invitant par des mots polis à se joindre à leur petite assemblée restreinte - ses cousins, lui-même, quelques gardes triés sur le volet, et tous ceux que l'impératrice avait jugé bon d'apporter à sa suite - .

Contrairement à son habitude, Grégorist s'abstint de détailler l'impératrice du regard. Cette mauvaise manie eut pu paraître malséante en pareille compagnie, bien que Galadrielle fut de toute évidence des plus ravissantes. Il laissa filer les minutes, échangeant les politesses d'usage et laissant à chacun le temps de savourer les mets préparés par les meilleurs cuisiniers d'Aldaria, avant d'aborder ouvertement l'affaire pour laquelle il avait convié l'impératrice à le rejoindre à Aldaria.

« Impératrice Evanealle, je ne désirerais pas abuser de votre temps. »

Douce ironie que celle-ci, à bien y réfléchir, le temps de l'Empereur était certainement plus précieux que le sien. Mais le pragmatisme de Grégorist cédait volontiers le pas aux politesses d'usage.

« Les vampires se rient des distances qui séparent nos deux peuples. Aux yeux de mon peuple, les vôtres ont le regard sournois des dieux lointains, bien aises d'être en partie déchargé de la menace qui plane sur mon peuple. »

Aux yeux du beau peuple, les humains n'étaient peut-être que des proies faciles ou des complices avides de goûter une feinte immortalité. Mais l'on ne grandissait pas fils d'empereur sans apprendre à éviter de présager des pensées d'autrui à voix haute.

« Nous pouvons lutter, espérer que notre nombre nous sauve autant qu'il nourrira nos ennemis, espérer que le Dracos nous offre l'immunité qu'ont développé les vôtres face à pareil assaut, mais je me défie de cet avenir qui divisera nos peuples. Les vampires, nés des nôtres ou des vôtres avaient jusqu'alors caché leur désir de marcher contre nous, de s'emparer de nos terres et d'asservir nos existences. Que les loups restent au bois, cela m'est bien égal, nous ne pouvons incendier tous les bois d'Armanda. Qu'ils s'invitent dans nos maisons et dévorent nos enfants, c'est une menace que je ne saurais tolérer. »

Il y avait un avenir effrayant pour qui savait lire entre les lignes. Les vampires avaient pour eux tant de force et d'atout, comment ne pourraient-ils pas survivre ? Si les humains gonflaient leur rang, qu'adviendrait-il des survivants ? Certains d'entre eux accepteraient-ils cette mutation contre-nature si le choix leur était offert ? Grégorist repoussa ces sombres pensées de ses préoccupations. L'heure ne s'y prêtait pas.

« Ma proposition vous aura offensé dans une certaine mesure, et je vous prie de m'en excuser. Sachez que je n'entends remettre en cause ni les anciens usages, ni leur sagesse. Je veux lier nos peuples par un symbole fort qui marquera les esprits. L'union que je propose à votre consentement est celle de deux nations par l'entremise d'êtres qui sont chers au coeur de nos peuples, en rien celle de la chair que nos us blament. »

Il s'abstint de mentionner combien cette proposition lui coûtait. Même le plus illustre des princes n'eut été à ses yeux digne de sa chère soeur, qu'il fut acclamé par ses sujets ou suivi par mille bras armés, à moins qu'elle l'eut désigné comme l'élu de son coeur.

Il eut fallu que son père vive assez pour sceller ces fiancailles. Grégorist eut pu se résoudre à appliquer ses directives. Au lieu de quoi, il avait pris son temps, préservé la princesse de l'avidité des nobles de la cour. A quel dessein ? Grégorist n'aurait su le dire.

Sur certains points, il ne serait jamais l'égal de feu son père. Pis encore, il n'était pas certain de le vouloir.

Au lieu de quoi, il attendait patiemment l'aval ou les foudres de l'impératrice, avec cette même lassitude qu'il avait éprouvé lors de sa confrontation d'avec Llÿiah, et qui lui donnait l'impression d'avoir vieilli avant d'en avoir l'âge. Il était l'égal des portraits figés des empereurs des temps passés, regards féroces piégés sur des visages intemporels, qui suivaient les invités dans les couloirs du palais de Gloria. A demeurer de la sorte, imperturbable, il se demandait parfois, si le sort lui donnerait jamais le droit de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeMer 17 Avr 2013 - 17:23

HJ : dans le doute je suis parti du principe que mon perso n'était pas au courant des projets de Greg, si je me suis planté alors j'éditerai ^^"


Le temps passait lentement dans la salle de cérémonie où les cousins étaient retournés afin d'y attendre la délégation Elfique occupée à se rafraîchir. Seigneur... Pourvu que ses gens se montrent à la hauteur de la tâche et accueillent dignement leurs invités ! Korentin avait beau savoir qu'ils étaient formés et même parfaitement formés à ce genre de chose il ne pouvait s'empêcher de ruminer. Il n'était pas fait pour les longues attente et pour l'inaction et il réprimait avec peine son caractère agité sans pour autant s'empêcher de jeter quelques longs regards de convoitise vers la fenêtre et la liberté ensoleillée qu'elle gardait. A quand donc la fin de ces froufrouterie et l'heure bénie où il pourrait aller s'entraîner un peu à l'extérieur ? S'apercevant tout à coup que son mortel ennui ne passait pas inaperçu il se fit violence pour se discipliner et tourner un regard un peu plus concentré sur son empereur.

Fort heureusement pour lui l'attente fini par prendre fin avec l'entrée de l'impératrice. Dracos ce qu'elle était belle ! Ce n'était pas sa Valentine non, bien sur, mais il ne pouvait pas pour autant nier sa splendeur. Gregorist fidèle à lui-même n'y jeta qu'un coup d'oeil, le visage impassible et Korentin s'empressa de détourner le sien, peu désireux d'offenser quiconque en un jour si important. Important en quoi d'ailleurs ? Il ne doutait pas que les palabres qui allaient avoir lieu ici seraient capitales, les elfes ne se déplaçaient pas pour rien mais de quoi s'agirait-il exactement ? Il l'ignorait encore.

« Impératrice Evanealle, je ne désirerais pas abuser de votre temps. »

Là pour le coup le duc haussa un sourcil, il était mieux placé que quiconque pour savoir que son cousin courait après les heures pour ne pas dire les secondes avec un terrible acharnement et qu'il n'avait jamais assez de minutes en sa possession pour accomplir toutes ses tâches. La belle Elfe était-elle dans le même cas ? Il n'aurait su le dire, elle semblait beaucoup plus détendue que l'humain qui s'adressait à elle mais avait-on jamais vu un elfe stressé ou surmené ? Ils semblaient toujours si paisibles... Masque ou simple vérité ? C'était là l'une des nombreuses énigmes qui les concernaient.

Les vampires... On en venait au coeur du sujet. Subitement beaucoup plus concentré Korentin fronça les sourcils rien qu'à cette évocation. Aldaria était un peu en retrait du centre de l'empire et donc moins concernée que Gloria et ses alentours mais il n'était pas assez sot pour croire ses terres à l'abri, d'ailleurs il ressentait bien la peur sournoise qui tenaillait le coeur de ses sujets. Il n'aimait pas cette peur, et il n'aimait pas du tout l'idée qu'on puisse venir se repaitre du sang de ceux dont il avait la charge. Bon par contre de là à comparer les elfes à des dieux loitains et à prétendre qu'ils étaient heureux de ne pas être concernés... Mal à l'aise il s'agita de nouveau quelque peu en observant les deux personnages royaux, sacrebleu il n'était pas fait pour l'art de la diplomatie !

« Ma proposition vous aura offensé dans une certaine mesure, et je vous prie de m'en excuser. Sachez que je n'entends remettre en cause ni les anciens usages, ni leur sagesse. Je veux lier nos peuples par un symbole fort qui marquera les esprits. L'union que je propose à votre consentement est celle de deux nations par l'entremise d'êtres qui sont chers au coeur de nos peuples, en rien celle de la chair que nos us blament. »

Il avait loupé quelque chose... Perplexe il pencha un instant la tête avant de se décider enfin à intervenir :

"Une union ? Pardonnez moi mon roi, mais puis-je demander ce que vous entendez par là ? Pas... Un mariage ?"

Il avait du mal à y croire, il avait très certainement mal compris la chose... Furtivement il observa Fabius, avait-il comprit comme lui ? En savait-il plus ? Et surtout, surtout ! De quel mariage parlait-on exactement ? Korentin était tranquille de ce côté là c'était certain, et il ne pensait pas que l'empereur aurait fait tout cette cérémonie si cela ne devait concerner qu'un noble moins important. Non... Il s'agissait forcément d'un Kohan... Fabius ? Gregorist lui-même ? Hmm... Il n'y croyait pas trop... Alors... Esmelda ? Il se décomposa à cette idée, Esmelda chez les elfes ? Et à qui irait-il se confier dans les moments difficiles hein ? Il se fichait totalement du scandale que cela pourrait faire chez les elfes mais il ne voulait pas non plus que sa cousine soit malheureuse et il était à peu près sur qu'elle ne verrait pas cette union d'un bon oeil. D'un oeil résigné oui très certainement, elle avait autant de sens du devoir que son frère mais heureux... Evidemment que non.

Mâchoire durcie, il fixait Gregorist sans plus accorder la moindre attention à l'impératrice. Qu'en était-il exactement, avait-il deviné juste ? Si c'était le cas il voyait mal comment il allait pouvoir s'opposer à son empereur sur une telle question et il se doutait bien que ses plaintes ne seraient pas très bien reçues mais il devait bien cela à Esmelda. Toutefois il devait avant tout prendre son mal en patience et attendre de connaître toute l'affaire, d'ailleurs l'elfe semblait sur le point de répondre... Absurdement il espéra qu'elle refuserait tout net cette union, il y avait forcément un autre moyen de lier leurs peuples ! Par les esprits, Esmelda n'était pas un bien qu'on pouvait acheter ou vendre selon sa fantaisie ! Et Fabius dans tout cela ? Qu'en penserait-il ? Korentin n'espérait pas vraiment un appui de sa part mais il pourrait au moins protester un minimum pour la forme non ? En fait non, sans doute pas... Tant pis, lui ne laisserait pas les choses se dérouler ainsi sans rien dire. Il soutint le regard de Gregorist un instant, l'oeil plein de reproches anticipés et ne détourna la tête que lorsque Galadrielle prit à son tour la parole...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeDim 28 Avr 2013 - 0:53

hrp : vraiment désolé pour mon retard... Embarassed

***

Allons bon, il avait un rendez-vous important, puisqu’avec rien de moins que ses cousins -l'un duc et l’autre empereur- et en compagnie de l’impératrice des elfes. Pourtant cela ne semblait qu’intéresser moyennement les courtisanes qui l’entouraient. Non, le nom de son tailleur, le couleur de son pourpoint et les derniers ragots venus de Gloria étaient en tête de liste de leurs priorités. On aurait pu croire que l’arrivée des elfes eue poussée les hommes à plus de dignité, mais c’eut été surestimer cette bande de charognards vicieux. Non que les elfes fussent différents pour le Borgne : lui n’avait que des adversaires, et pour allié seulement lui-même.

Il réussit finalement à se dégager de ces oies faussement blanches pour rejoindre ses cousins. Après une courbette pour l’un et un signe de tête pour l’autre, il se tint à leurs cotés juste à temps pour l’arrivée de la Dame. Car dame elle était, sans nulle doute possible. Sa grâce et sa beauté rendaient toutes ses « concurrentes » aussi désirables que des canards boiteux. Non pas que Fabius tombât dans la piège d’un amour impossible et qui plus est à sens unique, il était bien trop meurtrit par la vie pour céder devant un beau regard et même devant des yeux pareils.


« Impératrice Evanealle, je ne désirerais pas abuser de votre temps. »

Sans blague. Un politicien moins chevronné que lui aurait volontiers sourit devant l’ironie de son suzerain, mais il demeura impassible. Et pour cause : ils allaient enfin savoir ce que leur estimé cousin mijotait. S’en suivit donc un discours bien ficelé, flatteur mais à dose raisonnable. C’était nécessaire cependant, étant donné la proposition totalement inouïe de Grégorist.

"Grégorist… amusant, dès lors que j’ai entendu ce discours, j’ai cessé de le considérer comme l’empereur. Il faut dire que c’est là une sacré faute politique. Cet imbécile a trouvé le moyen de se décrédibiliser aux yeux de toute la noblesse tout en offensant les elfes. Le Dracos sait à quel point ces sauvages tiennent à leurs fichues coutumes."

Du coup il se demanda un bref instant s’il n’y avait pas un piège derrière tout ça, s’il ne s’agissait pas en fait d’un habile jeu politique que même lui avait dû mal à discerner. Malheureusement pour l’empire ça n’avait pas l’air d’être le cas.

"S’agit-il de moi ?.. Si c’est le cas c’est un coup de maître. Il éloigne un potentiel adversaire et fauteur de trouble tout en me condamnant à mort et ce sans même se salir les mains. Mais j’en doute, il est persuadé que je suis son loyal cousin. Non, il doit s’agir de l’autre peste. Avec son sale caractère elle n’acceptera jamais. Voudra t-elle rendre les pouvoirs à son frère alors ? Quoiqu’il en soit, cette histoire ne sent pas bon pour moi, non, pas bon du tout."

Intérieurement il fulminait, tout en gardant le contrôle de son faciès. Autant laisser croire qu’il était au courant de longue date. Pour la forme, il afficha un bref instant une expression peinée, message subtil à l'attention des nobles de l’empire : non, il n’était pas favorable à cette folie.

"Une union ? Pardonnez moi mon roi, mais puis-je demander ce que vous entendez par là ? Pas... Un mariage ?"

Fabius leva les yeux au ciel. L’une des premières choses que l’on apprenait en politique était de ne jamais discuter son suzerain devant une délégation étrangère. Il comprenait le désarroi de Korentin mais par les Esprits ! Qu’il se tienne un peu !

Le mariage est la base de toute alliance. Vous le savez fort bien cher duc.

Il avait prononcé cette phrase d’une voix totalement neutre, refusant qu’on lui attribue un rôle quelconque dans cette tragi-comédie. Il s’agissait d’un fait et d‘un avertissement, que le duc en fasse selon son bon vouloir. D’ailleurs cela ne lui ressemblait guère de vouloir aider cette tête d’œuf, mais bon, en l’occurrence il s’agissait surtout d’aider les Kohan. Déjà que cette proposition était insensée, inutile en plus de faire comprendre aux elfes qu’ils étaient divisés sur la question.

"Cela étant dit, les elfes ont beaucoup travaillés avec Esmelda durant la Régence… Grégorist ne sait vraiment pas où il met les pieds. Si cette idiote décide d’être marionnettiste plutôt que marionnette, il pourrait très bien se retrouver à la rue."

Il se souvint alors qu’elle ne le portait guère dans son cœur.

"Et moi avec… Que le Dracos me garde."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeJeu 2 Mai 2013 - 23:02

Le silence prit place quand Galadrielle franchit les grandes portes de la salle où le conseil se tenait, les laissant l'admirer sans dire un mot alors qu'elle s'avançait jusqu'à sa place autour de la table. C'était un comportement assez typique de la part des autres, elle était donc assez habituée mais dans le fond, cela continuait à flatter son petit égo de femme coquette malgré le poids des années. Dégustant avec un plaisir retenu les mets fins et savoureux puis les boissons légères et parfumées, la blonde impératrice les détailla d'un œil qui pouvait paraître vague et rêveur mais cela ne l'était en rien. Dire qu'elle les avait connu quand ils étaient en culotte courte, courant en brassant l'air avec des épées en bois contre vampires et dragons imaginaires, ou encore studieux et scrupuleux dans leur envie de savoir pourquoi telle ou telle chose... Aujourd'hui ils étaient bien plus âgés que dans ses souvenirs, c'était dans ces moments-là qu'elle constatait à quel point elle n'était plus toute jeune.

Entendant son nom, Galadrielle quitta les méandres de ses pensées et de ses souvenirs pour se tourner vers eux trois, plissant légèrement le nez alors que toute son attention se focalisa sur le sujet de leur réunion fort peu commune. Ainsi, elle finira bien par savoir si ses yeux lui avaient joué des tours ou non à cause de la fatigue... C'était une plaisanterie ? Il n'était quand même pas sérieux par Dracos tout puissant ! Il ne désirait quand même pas une union maritale entre sa noble sœur et un de ses enfants dragonnier quand même ?! Et bien si... Peut-être qu'il avait été touché par cette étrange maladie après tout. Émettant un infime soupire de frustration, l'impératrice croisa ses longs doigts et les fixa tour à tour en gardant un léger coup d’œil sur ses gens qui frémissaient d'indignation face à une telle proposition, rien que d'émettre cette possibilité pouvait choquer le moins prude des humains ou des elfes. Écoutant les réactions des deux autres Kohan face au discours de l'empereur, Galadrielle médita longuement sur ce qu'elle devait faire de cela, accepter ? Refuser ? C'était si compliqué... Et son peuple qui piquera une crise en apprenant cela... Il risquait tout bonnement d'avoir une guerre civile sur les bras avec un comportement pareil !

Fermant son doux visage sous le poids de la réflexion, l'esprit de l'impératrice tournait à pleine vitesse au contraire du mouvement lent, presque paresseux, qu'elle exerçait sur la cuillère dans sa tasse de thé. Peu à peu, à mesure que son regard se perdait dans les tourbillon du liquide chaud, une solution vint à elle. Oui, après tout... Cela pourrait être jouable si elle faisait ainsi... Mais cela risquait d'être serré... Cependant les bénéfices n'en seront que plus grands... Surtout si... Hmmm... Affichant un masque de nouveau serein et rêveur, Galadrielle releva le regard pour les toiser un par un afin qu'il comprenne le poids que ses propos impliquerait et bu une longue gorgée de thé.

- Je dois tout d'abord vous faire savoir que ce projet et tout simplement aberrant messieurs : proposer une telle union entre deux races vous conduira sans aucun doute vers une guerre contre votre peuple, dit-elle doucement. Aussi ouvert d'esprit peuvent être les gens, une telle chose n'est pas tolérée ni tolérable et des exemples par le passé ne cesse de nous conforter dans cette thèse, rajouta-t-elle toujours aussi calmement mais surtout fermement. Cependant... Avec toute cette insécurité, cette instabilité, cette incertitude qui rôde autour de nous comme une bête enragée et affamée nous pousse à faire des choix qui paraissent hors-norme pour le bien de toutes les communautés. C'est pourquoi... J'accepte d'unir la princesse Esmelda à l'un des miens, le dragonnier Elrond Amarië qui acceptera avec plaisir cet honneur... Finit-elle par conclure en finissant sa tasse de thé en une gorgée.

Se plongeant dans le silence, Galadrielle attendit les commentaires qui s'ensuivrait d'une telle décision, curieuse de savoir ce qu'ils pourraient bien dire pour essayer que le contraire naisse...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeDim 5 Mai 2013 - 14:41

Ah... La famille...

Grégorist avait beau être empereur, il était de toute évidence trop proche de ses cousins, pour que l'usage seul ne suffise à imposer le silence à Korentin. Mais prendre ses distances étaient plus qu'il ne pouvait, c'était franchir le gouffre invisible qui séparait son enfance insouciante d'un avenir sombre et solitaire, où il n'aurait plus famille mais sujets, des conseillers en lieu et place de confidents, et pour seule descendance s'il se mariait jamais que des pions à placer au plus juste.

En succédant à son perte, il avait accepté la charge et les contraintes que son rang lui imposait, comme on dépose son sceau sur un édit officiel, mais c'était autre chose que de voir la réalité s'altérer sous cet ordre nouveau. L'empereur soupira intérieurement. Quoi qu'il lui en coûte, il lui faudrait mieux choisir ses témoins lorsque l'idée lui viendrait d'organiser une autre de ces réceptions en petit comité. Il y avait certainement des tas de bougres ennuyeux et désespérément trop sérieux pour n'oser piper mot en présence d'une impératrice elfe, et ils se sentiraient certainement honoré d'être choisi par l'empereur pour complété la délégation humaine d'une occasion solennelle.

L'oeil vif, Grégorist n'adressa pour seule réponse à son cousin qu'un regard acéré, sourcil froncé, telle une écharde de glace destinée à clouer le bec à l'impudent cousin que le Dracos lui avait accordé.

° Si j'avais voulu qu'un pinaille au moindre de mes mots, j'aurais mandé mère, cousin. Par le Dracos, avale ta maudite langue et garde toi d'offenser nos hôtes... °

Korentin ne céderait pas, il lisait le reproche dans les yeux du duc d'Aldaria, et il en était bien aise. Une juste décision ne satisfait jamais personne...

Le sort en ayant décidé ainsi, Grégorist dut se rendre à l'évidence que, malgré tout le sérieux et la tenue qu'il lui connaissait, Fabius ne valait pas mieux que Korentin. Il ne pouvait toléré d'être en reste sur un bon mot, fusse pour enfoncer des portes ouvertes. L'empereur eut un autre regard en biais pour son cousin, non moins venimeux, lui intimant le silence que l'occasion requérait.

Par chance, en dépit de l'impertinence de la famille Kohan, l'impératrice elfe parvint à prendre la parole pour leur faire part de son avis - qui était à la vérité le seul qui intéressa Grégorist.

Elle partageait la retenue de Llyïah, et cela n'étonna pas le moins du monde l'empereur : la baptistrelle ne l'avait-elle point mis en garde ? De manière plus surprenante, elle évoquait les tumultes que la décision engendrerait chez les humains... Grégorist attendait davantage de protestation de la part des elfes, d'autant plus attachés aux us qu'ils les avaient vu naître, que de la part de son propre peuple, lequel, en situation de crise, agripperait la première main tendue vers un avenir plus radieux.

Les humains étaient un peuple changeant, ils faisaient leur quotidien des interdits du passé, et feraient l'ordalie de demain d'un acquis de ce jour. Toutefois, à titre personnel, Grégorist était touché que Galadrielle s'en soucie, bien que l'ingérence implicite de cette remarque frôlait l'outrecuidance. L'empereur n'en avait cure, peut-être était-il écrit qu'ils rivaliseraient ce jour d'insolence et d'affronts polis.

Eut égard aux paroles de la baptistrelle dans le jardin d'Aldaria, il y a des lunes, eut égard à l'insistance qu'elle avait eu pour le détourner de son projet, Grégorist fut le premier surpris de voir Galadrielle consentir à l'union. Si elle ne lui coûtait pas directement, Elrond n'étant pas son parent comme Esmelda l'était à Grégorist, l'empereur acquit la certitude que l'affaire amenait d'une manière ou d'une autre de l'eau à son moulin.

Il se désintéressa aussitôt de l'affaire : s'il se ruinait la santé pour déjouer les complots de ses adversaires et pour voir clair dans leur jeu, il se passerait de démêler les cachoteries de prétendus alliés, laissant ce jeu malsain à ses conseillers. Les elfes attiraient suffisamment de défiance au sein de quelques familles anciennes du royaume pour qu'ils se tordent l'esprit des nuits durant pour accuser l'impératrice de tous les maux, autant de temps qu'ils ne passeraient pas à ruiner l'union à venir.

« Impératrice Evanealle, je gage que nos deux peuples se souviendront de ce jour et du mariage qui s'ensuivra. »
conclut à son tour Grégorist, peu désireux de voir ses cousins se chamailler des heures durant pour une affaire qui les concernait si peu.

En dépit des jeux de cour qu'il fréquentait au quotidien, l'empereur n'affectionnait pas les mensonges et il était réellement reconnaissant à Galadrielle, non d'avoir accepté, mais de l'avoir écouté et d'avoir pu voir au-delà des protestations qu'une telle décision lèverait. La sincérité de la dame l'avait touché, et le comportement exaspérant de ses cousins avait suffi à l'agacer suffisamment pour que Grégorist survive sans difficulté au charme insidieux de l'impératrice elfe.

L'affaire entendue, Grégorist ne retiendrait pas plus que nécessaire l'impératrice hors de ses terres, d'autant plus qu'un voyage l'attendait, ce retour redouté en son palais où il ne se sentirait guère en sécurité... Et bien qu'il eut peu de temps pour de telles considérations, Grégorist se languissait de la compagnie de femmes qui ne vous clouaient pas sur place d'un simple regard, et que l'on pouvait trouver belles ou charmantes sans qu'elles soient nécessairement nimbées d'une aura de magnificence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeLun 6 Mai 2013 - 18:20

HJ : voilà ! bon du coup en ce qui concerne mon perso c'est une conclusion, je voyais pas comment le faire réagir autrement ^^" et Greg, j'vais te bouffer à la première occasion prends garde à tes plumes
satan



C'était fou comme on pouvait être mal vu dès lors qu'on sortait un temps soit peu du chemin pré-établi par l'étiquette de la cour... Cela lui avait toujours déplu mais il n'avait eut aucun mal à s'y conformer,grâce à la force de l'habitude bien entendu et surtout parce qu'il respectait son cousin plus que tout. Autant dire que là cela allait sérieusement se compliquer pour lui, il n'avait jamais su obéir simplement pour obéir et les leçons cinglantes de Fabius n'étaient certainement pas pour lui plaire comme il le lui fit comprendre d'un regard froid qui ne lui ressemblait guère. On l'avait sonné lui peut-être ? Si il n'était pas assez attaché à Esmelda pour vouloir la protéger d'un tel destin il pourrait au moins avoir la décence de se taire ! Il le lui aurait bien dit vertement mais l'impératrice Elfique semblait décider à prendre la parole. Elle allait tout régler, les elfes n'acceptaient pas ce genre de pacte et cela n'allait certainement pas commencer maintenant. Elle refuserait, partirait d'un air plus ou moins vexé et lui aurait tout le loisir de tenter d'assommer son roi quitte à finir ses jours au fond d'une geole, ou d'une retraite pour aliénés...
Malheureusement pour lui, la suite vint fracasser tout ses espoirs.

Comment... Comment pouvait-elle accepter ?
Atterré, le Duc ne pu que détailler le magnifique visage de la souveraine avec stupéfaction. Quelques mots, un choix hors-normes, une histoire d'honneur et paf ! Voilà qu'on réglait l'avenir de sa cousine en un claquement de doigt... A son âge et vu son éducation il était bien sur au fait de ce genre de transactions plus ou moins sournoises et de cette propension qu'avaient les souverains à user des femmes comme de marchandises précieuses à placer mais là c'était tout de même un peu trop fort... Esmelda aurait fini mariée dans tous les cas mais à aucun moment il n'aurait imaginé qu'on puisse choisir un elfe, un être qui la condamnerait à passer sa vie au beau milieu d'une sauvage forêt et loin des siens, un être qui ne pourrait jamais lui offrir la joie d'être mère, un être qui ne pourrait en aucun cas la défendre contre les préjugés et les mauvais regards des autres elfes qui n'apprécieraient pas ce mariage. C'était officiel, Gregorist était purement et simplement tombé sur la tête. Il ne voyait que cela de plausible, son cousin n'avait jamais été sans coeur à ce point, si ?

Il semblerait que si vu le regard noir qu'il lui avait jeté avant que l'elfe ne prenne la parole... Le message avait été limpide, le seigneur duc n'avait pas voix au chapitre en ce qui concernait cette affaire là. Pourquoi donc venir la conclure sous son nez et au beau milieu de son fief dans ce cas ? Bon... D'accord.. L'empereur était chez lui à peu près partout et en premier lieu dans le duché qu'il pouvait reprendre à tout moment à son cousin, mais tout de même ! Une sourde rage, annonciatrice de crise de colère cataclysmique couvait en Korentin qui sentait le sang battre à ses oreilles et qui en était presque arrivé à grincer des dents tout en foudroyant Gregorist du regard. Bon, là il y avait danger. Il devait se contrôler si il ne voulait pas en arriver à des extrémités regrettables et c'est donc d'une voix presque calme bien qu'insupportablement glaciale qu'il s'adressa à l'objet de sa colère :

"Puisque tout a été si bien réglé, puis-je oser demander à sa Majesté Impériale l'autorisation de prendre congé ?"

Ce formalisme guindé n'avait plus rien à voir avec le respect aussi profond que taquin qu'il témoignait en règle général à son cousin. C'était tout ce qu'il pouvait lui offrir néanmoins, et ça valait sans doute mieux que ce qu'il bouillait d'envie de lui hurler. Et c'était aussi bien plus prudent que ce qu'il avait envie de lui faire ! Ah... Ce temps béni où Korentin pouvait encore oser le saisir par un pan de sa tunique pour le secouer comme un prunier... Il n'aurait rien aimé plus que de lui remettre les idées en place de cette façon en ce jour, c'était sans nul doute ce dont le roi avait besoin ! Au lieu de cela il s'inclina profondément lorsqu'on lui donna l'autorisation de se retirer. Courtois malgré sa fureur, il inclina la tête devant la reine Elfique

"Au plaisir de vous revoir, Ma Dame."

Un simple signe de tête sec pour l'autre cousin, et il quittait la pièce non sans un dernier regard appuyé vers Gregorist. Tout ceci ne se terminerait pas comme cela, c'était une chose certaine.. Roi ou pas, il subirait les foudres qu'entraînaient ses actes et tant pis si cela se retournait contre le pauvre duc qu'il était. C'était d'Esmelda qu'on parlait sacrebleu, d'Esmelda et pas de n'importe quel bétail que l'on pouvait vendre et racheter à sa fantaisie ! Ah ça... Il ferait peut-être s'écrouler les murs du palais sous le souffle de sa colère mais une chose était certaine, Gregorist ne s'en sortirait pas comme cela !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeMer 8 Mai 2013 - 18:49

Le poids que sa décision pouvait avoir sur ce problème assez majeur était conséquent, Galadrielle en avait fortement conscience. Cependant, malgré toute l'horreur et la négativé que cela pouvait inspirer, le fait d'avoir finalement donné son accord à cette union inter-espèce servirait ses desseins et elle devait voir avec la princesse Esmelda pour voir ce que cela donnerait au final. Pauvre enfant... Devoir subir les caprices d'un roi si jeune et immature... L'impératrice allait changeait cela au plus vite avant qu'en plus de détruire le destin de cette petite humaine, ce fou conduise tout son royaume à sa perte. Hochant la tête en les fixant d'un air imperturbable, la rancoeur et la peine que ressentait l'entourage du roi dû à sa prise de position coula sur elle sans l'atteindre, imperméable même si consciente qu'ils étaient blessés. Elle-même ne savait pas ce qu'il avait bien pu se passer dans l'esprit de ce jeune roi pour qu'il réussisse à pondre une proposition si rocambolesque avec un naturel flagrant, comme si cela allait de soi de proposer un tel mariage entre deux races. Ne savait-il pas que cela était contre-nature ? Ne savait-il pas à quel point ce qui pouvait en découler ne serait que souffrance et colère ? Avait-il oublié à ce point les récits du passé ? Si jeune mais déjà atteint de perte de mémoire, ne prenait-il pas au sérieux les mises en gardes nées face aux erreurs du passé ? Tch enfant stupide...

- Très bien, puisque le point le plus important vient d'être réglé messieurs, je vais me retirer avec mes enfants, fit-elle en se levant gracieusement, croisant les mains en les regardant. Si cela ne dérange pas le maître de ce domaine, nous passerons la nuit en ces lieux avant de faire route jusqu'à Gloria : je dois m'entretenir avec la princesse pour la tenir informée des usages de la cour elfique et nous nous arrangerons entre femmes pour l'organisation de ce mariage afin qu'il reste tout de même le plus beau jour de sa vie et non plus un quelconque accord politique entre deux puissantes nations, rajouta-t-elle l'air de rien en regardant le roi Grégorist. A présent, si ces messieurs le veulent bien, je vais prendre congé de votre présence... Sourit-elle en s'inclinant gracieusement avant de se diriger vers la porte.

Voir le duc Korentin partir à sa suite et même la dépasser en marchant d'un pas déterminé mais suivit par les effluves de la colère et de l'humiliation, lui fit doucement secouer la tête. Elle comprenait parfaitement son point de vue mais elle ne pouvait pas risquer de dévoiler tout son plan à l'entourage Kohan du roi Grégorist sous peine de tout voir détruit et il était hors de question que quiconque gâche ses efforts de protéger cette jeune race qui avait encore un grand avenir à construire.

Retournant dans ses appartements, Galadrielle ne cessa pas un seul instant de cogiter, de tourner dans tous les sens possibles son plan afin qu'il soit le plus sans failles possibles. Il fallait que ses actes et le poids de ses paroles soient d'une minutie exemplaire afin de ne pas tout faire rater et engendrer plus de difficulté que celle déjà programmé pour simplement le poids de son accord. Que c'était compliqué de penser à tout avec davantage d'avance pour éviter les petites surprises, ou les moins petites, très désagréable... La nuit se passa tranquillement, aucun incident n'était à noter, et le convoi elfique finit par faire demi-tour, rejoignant comme dit la journée d'avant la prestigieuse cité de Gloria pour délibérer avec la jeune princesse.

Espérons que tout se passe comme prévu... Après tout, malgré les disputes, une sœur restait toujours attachée à son frère, fusse-t-il roi et elle seulement princesse...



{hrp: rp terminé pour moi aussi Smile malgré la petite taille de ma réponse ^^' }
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitimeDim 12 Mai 2013 - 19:16

De son côté, Fabius imaginait déjà les conséquences politiques inhérentes au refus cinglant qu’allait donner l’Impératrice des elfes. Car enfin, il était évident qu’elle allait dire non. Il n’était pas un expert, certes, mais de ce qu’il savait de ce peuple, il refuserait en bloc une rupture des traditions si chères à leur bon fonctionnement. Un chef se devait de tout faire pour garantir son pouvoir, Fabius ne pouvait le concevoir autrement. Les boniments du genre « j’agis pour le bien de mon peuple » et toutes ces bêtises, ce n’étaient que de la poudre aux yeux. Une manière comme une autre pour que la masse reste à sa place. Pour lui, la suite de la conversation ne faisait donc aucun doute.

D’un autre côté, il n’était absolument pas surpris que l’empereur vende ainsi son propre sang à des étrangers. Dans sa position c’était parfaitement normal. L’indignation de son cousin était franchement stupide. Un jour ou l’autre, Esmelda devrait jouer son rôle et assumer sa place dans l’échiquier de l’Empire. En contrepartie de leur vie facile, de tous leurs serviteurs et surtout de leur pouvoir, les Kohan avaient des obligations. De fait l’idée même de mariage d’amour était risible.

Il ne prit donc pas ombrage du regard venimeux de l’empereur. Il savait bien qu’il n’aurait pas dû intervenir, mais l’idée de remettre Korentin à sa place avait été trop séduisante. Il afficha donc une mine de circonstance, en l’occurrence contrite. Sagement et sans autre commentaire, il attendit le verdict.


« J'accepte d'unir la princesse Esmelda à l'un des miens, le dragonnier Elrond Amarië qui acceptera avec plaisir cet honneur... »

Pendant un moment, Fabius restât comme figé, la conclusion de ces évènements le troublaient au plus haut point. Pour la première fois de sa vie et pendant quelques secondes, il ne sut pas comment réagir. Ce qui était peut-être la meilleure attitude à adopter. En montrant clairement son opposition, Korentin se mettait bien trop à découvert. Evidemment il était inutile de demander à ce fichu imbécile de comprendre les rouages des intrigues et autres subtilités politiques.

Il attendit donc que l’Impératrice prenne le large avant de confier son point de vue à Grégorist. Normalement il l’aurait gardé pour lui, mais en l’occurrence ils étaient dans le même bateau. Son esprit tordu ne pouvait admettre qu’il avait eu tort, c’était donc que la reine des elfes devait mentir. Bref, intriguer pour s’accaparer le pouvoir chez les humains. Pour se faire, rien de plus simple. Limoger son cousin tout en se mettant dans la poche un autre Kohan. Et de toute évidence ce n’était pas lui. Ni Korentin, ce dernier étant bien trop honnête pour cela, ce qui ne restait qu’Esmelda.

Ses pires craintes semblaient se concrétiser. Il devait sauver ce qu’il pouvait encore l’être. Ses propres fesses en priorité.


Cousin.

Il insista sur ce mot tout en laissant transparaître son inquiétude. Une manière de rappeler que leurs intérêts étaient liés.

C’était une erreur, je sais que je n’aurai pas dû intervenir. Ma faiblesse c’est Korentin, ça l’a toujours été. Je te présente mes excuses.

A ce sujet, il était sincère et cela transparaissait dans son regard borgne.

Néanmoins… cette histoire m’inquiète. Les elfes sont très attachés à leurs traditions. Ce n’est pas normal qu’elle accepte aussi facilement.

Il se tut et termina avec humilité : il ne voulait surtout pas froisser l’empereur car c’était le meilleur moyen pour qu’il refuse de voir ce qui -selon Fabius- se tramait sous son nez.

Je sais que cela ne me regarde pas, mais fais attention, les elfes ont inventés les jeux de l’esprit. Et l’Impératrice y jouait bien avant notre naissance.

Là-dessus, il s’inclina profondément avant de se retirer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Empty
MessageSujet: Re: Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une réception inattendue [Pv Galadrielle, Korentin s'il le veut, etc... ]
» Jour 1: Une réception inattendue
» Galadrielle
» Retrouvaille inattendue [pv Zarathos]
» (terminé)1 nouveau message dans la boîte de réception de Robin S. Fury

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-