Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitimeDim 30 Déc 2012 - 21:59

Des surprises, on en avait souvent. Des bonnes des mauvaises. Du moment où l'on était incapable de tout prévoir, il y avait forcément quelques surprises, mais tout de même. Là ça commençait à faire beaucoup. A peine une journée plus tôt Mélusine avait été vue dans Gloria en compagnie d'une bande de saccageurs étrangers. Et maintenant la garde était doublée dans les rues, en prévision d'une autre esclandre de ce genre. Voilà qui n'arrangeait pas du tout ses affaires. On lui avait apprit ça complètement par hasard, alors qu'elle mentionnait vouloir se rendre incognito dans la capitale pour des achats d'importances, qu'elle ne pouvait confier à personne d'autre. Et voilà qu'une de ses lames lui débitait cette histoire rocambolesque. Ah ça pour sûr, ça allait être plus difficile, de faire ses emplettes avec des gardes impériaux un peu partout ! Mais c'était aussi le frisson du risque qui faisait la beauté de ses sorties. Elle n'avait tellement pas l'habitude de ce genre de petites mondanités, c'était vrai ! Elle passait le plus clair de son temps à battre la campagne avec ses hommes, laissant l'infiltration de la coure à d'autres. Elle n'aimait pas trop Gloria en elle même, même si la foule ne la gênait absolument pas. C'était toujours l'idée de croiser des pro-trempeur et de ne pas être capable de rester dans son coin qui l’inquiétait un peu. Amélian était quelqu'un d'entier après tout, quelqu'un qui n'avait pas sa langue dans sa poche et qui s'en donnait à cœur joie quand quelque chose lui déplaisait profondément. Ce retrouver entourée de riches marchands et de bourgeois était un véritable cauchemar, une torture qu'elle espérait ne jamais avoir à subir. Dans le cas contraire elle risquait d'avoir encore plus de sang sur les mains. On n'avait pas idée d'être aussi horripilant ! Ils étaient toujours là, avec leur joues fardées, leur manières hautaines et leur humour tellement sucré qu'il en était écœurant. Entre l'odeur du miel et celui du cadavre en décomposition elle choisissait le second pour décrire ce qu'elle ressentait à leur sujet.
C'était exactement ça, une odeur douce amer, tellement sucrée qu'elle donnait des hauts le cœur, avant de devenir âcre et amère. Et qu'étaient tout ces individus si non de futurs cadavres, avec leur manière de manger trois fois trop, de ne jamais faire d'exercice et de se planter des couteaux dans le dos avec la régularité d'un coucou. Non vraiment, elle ne pourrait jamais survivre dans leur monde, et encore moins dans celui des nobles. Autant fuir à toutes jambes ce panier de crabes à cornes. De toute façon, elle n'aurait certainement jamais l'occasion d'aller à la cour et s'était parfait, d'autres s'en chargeait. Elle était une femme et un homme d'action, aux arguments proprement frappants. C'était autant sa force que sa faiblesse. En tout cas, avec ce qui était prévu dans les semaines à venir, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'un passage à Gloria était et serait nécessaire. Un peu comme les écureuils faisant leur réserve pour l'hiver, les lames rouges allaient devoir s'approvisionner avant la grande chasse qu'on ne manquerait pas de lancer contre eux, et ce malgré les combats contre les vampires qui sévissaient toujours. Quelle stupidité, poursuivre des soldats humains alors que des suceurs de sangs abominables courraient en liberté sur leurs terres. C'était bien l'esprit impérial ça tient ! N'importe quoi. Mais plus que faire des emplettes, c'était la curiosité qui motivait le maître d'arme à aller en personne à Gloria. Elle avait écoutée avec attention le récit de son espion, et elle avait retenu l'histoire du magicien humain qui s'était livré pour laisser Mélusine s'échapper.

Elle avait été surprise, d'apprendre qu'un parfait inconnu auparavant belliqueux avait aidé sa cousine sans rien attendre en retour. La générosité pouvait donc exister en ce monde ? Voilà qui semblait impossible, et pourtant. D'autant plus qu'il s'agissait là d'un mage. Elle n'aimait pas les mages. C'était plus fort qu'elle. Pour elle, la magie servait surtout à agir impunément, à se placer au dessus de la justice et des lois. Qui irait donc chatouiller un magicien puissant capable de faire tomber la foudre ou de s'évaporer ? Personne évidemment, et ils étaient libres de faire ce que bon leur plaisait. Ce n'était pas mieux que les agissements de l'empereur. Et puis, plus généralement, les mages n'avaient pas besoin d'armes, ils étaient au dessus de ça. Et ça lui faisait peur. Qu'un homme puisse la vaincre en levant simplement le petit doigt lui faisait peur. Elle ne parvenait pas à maîtriser la magie, il y avait quelque chose, un blocage en elle, et même si ses hommes s'échinaient à lui expliquer que son changement de sexe à volonté ne pouvait qu'être de la magie, ça n'y changeait rien, elle n'y arrivait pas. C'était comme tenter d'apprendre à voler, elle se disait qu'elle ne pouvait pas, tout simplement, qu'il y avait des choses que les simples mortels ne devaient pas savoir. Peu importait, que certains des siens soient de très bon mages, pour elle la véritable force venait des bras et du cœur, de la détermination et de l'entraînement aux armes. Voilà la clef. Mais bon... elle voulait bien faire une exception, et voir cet homme, si il avait vraiment quelque chose de si exceptionnel comme semblait l'indiquer son soldat. Si cet homme avait aidé sa cousine, elle devait le remercier, et le faire sortir de prison, elle lui devait bien ça après tout non ? Elle doutait que Mélusine elle-même l'ai remercié correctement.

Aussi les choses furent décidées avec rapidité. Ils allaient entrer dans Gloria incognito, faire leurs courses, puis à la nuit tombée, ils s'occuperaient de la prison. Et ce fut exactement ce qu'ils firent, sous couvert, déguisés en paysans, en marchands ou en mercenaires, ils entrèrent par très petits groupe dans la citée, achetèrent ce qu'ils devaient acheter, puis se rendirent dans des tavernes en attendant le coucher du soleil, où les rondes de nuit n'étaient pas encore en place mais où la garde de jour se retirait. Une heure très tranquille, où ils s'introduisirent dans la prison impériale, usant des dons du totem papillon d'un des leur et de leur habitude de la clandestinité pour se faufiler là où personne ne les attendait. Et puis qui sait ? Ils pourraient peut-être libérer d'autres prisonniers, leurs camarades lames rouges, ou des voleurs de la horde. La nuit était noire, les geôles silencieuses et humides, au loin, les rondes des soldats se poursuivaient. Amelian et trois de ses hommes se glissèrent jusqu'à la cage d'un homme encapuchonné. La lame rouge qui avait observé le tumulte du jour précédent souffla

« C'est lui Madame, le mage dont je vous ai parlé » Lentement, avec précaution, le maître d'arme s'approcha de la cage relativement spacieuse et confortable, pour une cage, jeta un coup d'oeil au loin pour voir où les gardes se situaient, puis, n'ayant rien de suspect dans le champ de vision, revint vers l'homme, son capuchon rabattu sur son visage au cas où ils seraient surpris

«  Je suis venue pour vous faire sortir d'ici. Je suppose que vous ne tenez pas à rester dans cet endroit insalubre plus longtemps ? » Sans attendre, et sachant que les grilles de la prison étaient magiques, elle sortit de quoi forcer la serrure avec un peu d'aide de sa lance afin de réduire la résistance magique de la bête. Après une dizaine de minute, la serrure céda et la porte s'ouvrit avec un léger grincement métallique. Ses hommes se hâtaient pour tenter de voir qui logeait dans les autres cellules, s'employant à ouvrir celles contenant des membres des lames rouges, ou ceux qui souhaitaient les rejoindre. Amelian sourit de sous sa capuche «  Nous n'en aurons pas pour longtemps. Ensuite nous partirons d'ici. On nous attends à la sortie de la ville, pour nous faire sortir discrètement... Vous avez un nom ? » .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Re: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitimeLun 31 Déc 2012 - 16:34

Contrairement à ce que Klaus pensait, l'arrestation dont il avait été victime suite au grabuge causé dans l'enceinte de la ville s'était plus ou moins bien déroulé si bien entendu on arrive à faire abstraction des quelques coups qu'il a reçu sur le trajet. Apparemment, les gardes étaient un peu haineux d'avoir dû courir après un homme dont l'âge était avancé pour un humain, d'autant plus qu'il a participé à la fuite de Mélusine en éloignant la garde du mieux qu'il pouvait. Ça ils le savaient tous, mais ils n'avaient aucun moyen de le prouver et heureusement. C'était un bon point pour lui, sa peine pourrait être réduite étant donné les circonstances du moins c'est ce qu'il espérait, après tout il n'avait pas agit en mal, enfin pour faire le mal il cherchait là un moyen comme un autre de se défendre dans un milieu dont il ne connaît pas grand-chose et qu'il n'affectionne pas particulièrement. Ah les humains... sa propre race, mais n'ayant pas grandi avec eux il n'arrive pas à supporter leur manière que le Chasseur juge comme désagréable pour la plupart et quant à se penchant pour l'alcool qui semble les transporter jusqu'à les mettre dans un état capable de leur faire oublier qu'ils sont pourtant, de simples mortels, Il s'agit pour de quelque chose de tout simplement pitoyable dans ce bas monde. Finalement, pour en revenir à sa situation actuelle, lorsqu'il fut enfermé dans sa cellule l'un des très aimables et charmants gardes lui envoya ce qui apparaissait comme son repas en lui criant qu'il serait jugé pour ses actes le moment venu, autrement dit, Klaus allait passer un sacré moment ici en attendant que quelqu'un daigne s'occuper de sa petite personne.

Enfin, il alla s'allonger sur le marbre faisant office de lit en jetant un rapide coup d'oeil à la gamelle sur le sol, elle n'était pas très appétissante puis de toute façon comme il ne pouvait pas s'assurer que ce n'était pas un piège pour se débarrasser de lui il n'y toucherait pas. Son attention se porta alors sur les barreaux de la prison qui le retenait, à l'intérieur on pouvait ressentir le flux magie circuler, tout était prévu pour accueillir les magiciens récalcitrants, mais encore fallait-il que la prison soit adaptée au niveau magique du prisonnier. Il apparaissait tout de même intriguer par ces cellules auxquelles il n'avait encore jamais été confronté, alors, il se releva lentement déposant une main sur son dos avant de grimacer et se mettre debout. Klaus s'étira lentement en grognant progressant lentement dans la cage pour approcher les barreaux une main tendue vers l'avant pour attraper l'un d'eux avec ses doigts. Quand le contact avec le fer fut établi, le Maître Magicien ferma les yeux et ressentit peu à peu sa magie intérieure comme aspirée. Voilà un remarquable travail que de créer des cages empêchant toute utilisation de la magie, il y avait à ce moment une question qui trottait dans la petite tête de l'homme, était-elle vraiment à toute épreuve ? Ou du moins, adaptés à tous les niveaux magiques ? C'était une bonne question, après tout il aimait brider son pouvoir, alors avaient-ils vraiment bien évaluer sa puissance magique ? Il n'essayerait pas, bien que l'envie se faisait un peu plus grande à chaque seconde, Klaus ne voulait pas aggraver sa situation qui était déjà légèrement complexe. Une nuit longue et bruyante s'annonçait, il n'y avait aucune lumière, impossible de savoir l'heure qu'il était. Au vue de la relève qui se mettait en place, la nuit venait de tomber... Très bien, il n'aurait plus qu'à dormir pour passer le temps qui s'annonçait bien plus lent qui d'habitude.

A son réveil, il ne savait pas combien de temps il avait dormi, une chose est sûre, la nuit avait été compliquée entre les cris des autres prisonniers et les gardes qui haussaient la voix pour crier plus fort qu'eux entre deux coups de lames sur les barreaux pour tenter vainement de calmer le tout. Et cela sans parler de ce lit dur comme du béton qui lui avait fait souffrir le dos tout le long, lui qui avait prévu de passer un bref moment à Gloria, se rendre à la Bibliothèque Royale à la recherche du chant disparu et ensuite s'éclipser au plus vite c'était légèrement compromis soit ! Il ferait avec ! Une journée encore plus longue que celle passée avant s'annonçait et quoi de mieux pour s'occuper que de faire les cent pas... Klaus ne pouvait pas faire autre chose à vrai dire et les gamelles encore présentes dans sa cellule ne lui disait toujours rien, elles avaient plus l'aspect d'un repas déjà ingurgité qu'on avait recraché par la suite, absolument pas appétissantes donc. Après probablement plusieurs heures et lassé de cette situation lorsque le garde vint lui amener le nouveau plat, le Chasseur donna un grand coup de pied dans les précédentes assiettes pour lui renvoyer en pleine tête à travers les barreaux et l'éclabousser de cette odeur infecte que la nourriture dégageait.


« Enfoiré ! Tu as de la chance d'être à l'intérieur toi, sinon c'est avec plaisir que je te donnerais une bonne correction. Vieil homme ton heure viendra bien assez tôt, ne t'en fait pas. » S'écria le garde en époussetant sa tenue du mieux qu'il peut avant de ricaner et se retirer dans l'ombre du couloir.

En guise de réponse, l'humain soupira et tourna les talons. Ces menaces il n'en avait rien à faire, à vrai dire il aurait apprécié que le soldat pénètre dans la cage pour pouvoir se dégourdir un peu les membres. Malheureusement, l'homme n'était pas assez fou pour ça, dommage. Soupirant légèrement il regagna sa position favorite, allongée sur le marbre fermant les yeux espérant que le temps s'accélère subitement... Pendant un instant il s'assoupit, en rouvrant les yeux il pensait avoir dormi quelques minutes tout au plus, loin de se douter que les heures avaient défilé sans attendre. Klaus vint alors se poser sur le lit assis en observant au loin les barreaux, un calme étrange presque troublant avait pris place dans la Prison de Gloria, étonnant en sachant que la veille les cris berçaient les quelques courageux qui espéraient avoir un peu de repos. Baissant légèrement la tête pour observer le sol infecte de cette cage pourtant assez spacieuse son attention fut attiré par les paroles d'un inconnu, en relevant la tête il aperçut trois hommes dissimulés sous des capuches tout près de sa cage que lui voulait-il ? Et pourquoi l'homme désignait le Magicien ? A vrai dire la réponse fut plus que surprenante quand une personne approcha de la cellule pour venir lui dire qu'ils était là pour le faire sortir, étrange... Il ne connaissait personne ici à Gloria... Cette voix était féminine, se pouvait-il qu'il s'agisse de Mélusine ? Allons elle ne serait pas aussi folle que ça, à moins d'avoir eu le coup de foudre pour Klaus lors de leur rencontre ce qui semblait très peu probable, il n'y aurait aucun risque qu'il s'agisse d'elle. Tout de même méfiant, le Magicien ne répondit pas préférant observer la demoiselle s'atteler à le faire sortir de là. Il lui fallut environ une dizaine de minutes pour réussir à forcer la serrure et ouvrir la cage, sous sa capuche l'inconnue esquissa un petit sourire avant de reprendre la parole.


« Mmmh et pourquoi est-ce que je vous suivrais ? » Dit-il en s'étirant légèrement en sentant le flux magique le parcourir de nouveau librement sans contrainte, c'était un véritable plaisir pour lui de pouvoir enfin laisser exploser son aura comme bon lui semble et après tout le moment était le bon vue que la situation semblait de nouveau prendre une tournure assez inattendue. « Si j'ai un nom ? Depuis quand libérez-vous une personne dont vous ne connaissez rien ? Qui vous dit et qui me dit que tout cela n'est pas une simple mise en scène pour m'évincer de mon but ? » Klaus se voulait méfiant, après tout, la dernière fois qu'il avait accepté « l'aide » d'une inconnue il s'est retrouvé le nez cassé, brûlé et pour finir en prison... Cette fois-ci il ne se ferait pas avoir aussi facilement.

Observant de la tête aux pieds l'inconnue, il cligna des yeux pour exécuter un bond et se retrouver derrière elle, plus précisément dos à elle les bras le long du corps ne montrant aucun signe d'animosité envers son interlocutrice. Il jeta un rapide coup d'oeil aux alentours observant le reste des hommes présents libérer quelques prisonniers, étrange. Mais peu importe cela ne le regardait pas il avait un autre soucis désormais alors que de l'autre côté la garde n'allait pas tarder. Probablement un peu agacé par sa dernière rencontre et la situation dans laquelle il se trouvait, Klaus envoya un coup de dos sur la demoiselle encapuchonnée pour la coller contre les barreaux et se jeter contre elle plaquant l'une de ses mains contre les barreaux, laissant son visage à quelques centimètres du sien sans même se soucier de la lame qu'elle avait autour de la taille.


« Et si je décide de ne pas vous suivre qu'est-ce que je risque ? Je me suis déjà entêté à suivre une personne dont je ne connais rien, il s'en est fallu de peu pour que je brûle vif et pour couronner le tout je me suis retrouver ici pour couvrir une inconsciente quelque peu hystérique. J'ai d'autre plan en tête que celui de quitter la ville. » Sa patience légendaire fut exceptionnellement mise à rude épreuve pour le coup, la fatigue et le manque de nourriture bien trop présente depuis quelques jours jouaient beaucoup sur ses nerfs d'autant plus qu'il n'appréciait pas Gloria alors rester ici le rendait presque anxieux. Avant de se décoller de la demoiselle, il vint remettre sa capuche sur sa tête ne la quittant pas de ses yeux sombres sans même prendre la peine de la remercie de l'avoir libéré, après tout il s'en serait bien passé étant donné que maintenant il serait recherché pour s'être évadé...

« Passez votre chemin... Il me reste un travail à effectuer et je ne tiens pas à renoncer. » s'exclama le Magicien plus déterminé que jamais, ne prenant pas la peine de se soucier de la ronde des gardes qui approchaient les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Re: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitimeMer 2 Jan 2013 - 14:22

Pourquoi est-ce qu'il la suivrait ? À tout hasard parce que les Kohan n'appréciaient pas qu'on vandalise leur belle cité et qu'on attaque leurs gardes, qu'on aide la chef de la Horde et qu'on piétine le gagne pain des honnêtes gens sans une bonne raison, encore davantage lorsqu'on était étranger à la cité. Parce qu'il risquait de passer un moment en prison et d'être interdit de séjour ? Quelle idée, de faire la fine bouche dans un moment pareil ! « Vous avez l'air d'un sacré paranoïaque vous » Elle croisa les bras

«  Je connais rien de votre but, en revanche je sais que vous avez aidé la chef de la horde à s'échapper hier et qu'un de mes hommes vous a vu faire. Alors ce que je sais, outre le fait que vous aimez vandaliser des auberges pour le plaisir, c'est que vous avez un bon fond et que vous ne méritez absolument pas de rester croupir dans un donjon pendant on ne sait combien de temps. Ça serait dommage de passer le reste de votre vie ici non ? Je ne sais pas si vous êtes au courant mais ces temps ci la justice est plutôt lente, vous risquez d'attendre un bon moment avant qu'on se souvienne de vous »

Il marqua une pause et s'apprêtait à entrer carrément dans la cellule pour l'en sortir, même si elle devait le porter comme un sac à patate, lorsqu'il disparu de son champ de vision. Que ?! Bondissant légèrement, ayant l'instinct immédiat de pourfendre le mage pour être certain qu'il n'userait pas de son art sur elle, elle lui jeta un regard surpris. Définitivement, elle détestait les mages. Être capable de disparaître et de réapparaître dans le dos des gens n'avait rien de naturel. Elle en viendrait presque à comprendre les gardiens de la prison lorsqu'ils faisaient étalage de leurs cages spéciales magiciens. De toutes façons elle n'avait pas le temps de réagir davantage qu'elle se retrouvait collée contre les barreaux de la cage. Crispée, elle s'empêcha de le faire valser plus loin. Ça ne servirait à rien, et de toute façon avec sa magie il serait forcément plus fort qu'elle. Grinçant des dents, elle attendit qu'il la relâche en espérant que ses hommes n'allaient pas revenir tout de suite pour voir la scène, elle n'avait franchement pas envie de les récupérer en petits morceaux parce que ces inconscients auraient sautés sur le mage. Elle s'éloigna de lui d'un pas, remit en place sa capuche qui était un peu tombée, révélant les mèches vertes de ses cheveux

«  Quand à ce que vous risquez.... pas grand chose. Je pourrais bien vous assommer et vous faire sortir de force mais ce n'est pas mon genre. J'essaye simplement de vous tirez d'affaire parce que vous avez aidé une amie. Pour l'instant, que vous ayez quelque chose à faire ou pas, quitter la ville reste le meilleur choix. Si votre course est dans les quartiers classiques vous n'aurez qu'à vous fondre dans la foule, si c'est dans les quartiers nobles ou au palais je vous ferez remarquer que vous en êtes proscrit depuis votre entrée en prison. Alors vous évader n'y changera rien, si ce n'est que vous serez libre et que vous pourrez imaginer une solution pour faire ce que vous désirez faire » Elle soupira « Et en plus vous ne connaissez pas la prison, alors à moins de faire un trou dans un mur, ce qui alerterait tout le monde, il vous faudra bien un guide pour vous tirez de là »

Pour tout dire, on ne lui avait jamais fait un coup pareil. Qu'un prisonnier soit surpris ou même paniqué, ça elle comprenait, après tout ce n'était pas forcément tout les jours qu'on vous délivrait, encore moins que vos sauveurs étaient eux même des hors la lois recherchés. Les braves gens ou même les bandits qu'elle libérait avaient souvent tendance à craindre la réaction des autorités à leur fuite, et bien quoi ? Évidement qu'ils n'allaient pas être content de voir des prisonniers s'enfuirent, mais ça n'était pas une raison pour croupir le reste de sa vie dans une cage si ? Elle même préférerait mourir que se retrouver dans une cellule, et de toute façon, elle risquerait plus l'exécution en bonne et dû forme que l’emprisonnement à vie. Ça réglait la question par le fond. Elle ne savait pas du tout ce que recherchait cet homme, mais pour être aussi têtu il fallait quand même que ça soit sacrément important...

«  De toute façon, maintenant que la serrure de votre cage est forcée ils s'en rendrons compte. Si vous voulez vraiment continuer votre quête je ne vais pas vous en empêcher, mais ce n'est pas en restant ici que.... »

Elle n'alla pas plus loin, au bout du couloir le garde était enfin parvenu jusqu'à eux et tournait les talons pour lancer l'alerte. Damnation... voilà exactement ce qu'elle avait voulut éviter. Attrapant son arc avec rapidité elle banda et tira une flèche sur le soldat, l'atteignant en plein dos. Avec la tension de l'arme et le poids de la flèche, l'homme était très certainement mort sur le coup. Tant pis pour lui, peu importait qu'il ai une vie et une famille et qu'il soit innocent ou non, il était impérial et il menaçait les siens. Un dommage collatérale de plus. Mais au moins l'alerte n'avait pas été donnée... c'était déjà ça de prit. Les autres lames rouges revenaient avec les prisonniers qui la regardait, elle et le mage, avec de grands yeux

«  Ne vous inquiétez pas, nous allons y aller » Elle reporta son regard sur l'humain « Mon nom est Amelian Findorel, maître d'arme des lames rouges » Elle indiqua la sortie « Maintenant que vous êtes certain que je ne suis pas là pour vous détournez de votre but, consentez vous à nous suivre ? »

Rester là ne servirait plus à grand chose. D'ici une bonne vingtaine de minutes la seconde ronde de nuit découvrirait le cadavre et les cages ouvertes, et ils devraient être loin ou ils risquaient de finir tous enfermés. Elle le laissa là, prenant la tête du groupe, arc en main. Il était assez grand pour les suivre si il le désirait, et si il ne voulait pas sa cage était encore grande ouverte. Dépassant le cadavre elle prit à gauche à l'embranchement, cherchant la trappe qui menait au tunnel emprunté plus tôt, dissimulé dans un morceau de plafond amovible utilisé par le souffle pour ses missions discrètes au cœur des hauts quartiers. Elle laissa les autres monter en premier, observant les environs avec méfiance....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Re: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitimeMer 2 Jan 2013 - 17:12

Cette situation ne lui plaisait absolument pas, il n'avait rien demandé à personne et était plus ou moins prêt à assumer ses responsabilités et il se retrouvait confronté à une mystérieuse inconnue qui venait pour le libérer, certes le geste était louable, mais sans grand intérêt pour Klaus qui désormais se retrouvait dans une situation plutôt délicate, tôt ou tard, Merithyn serait sûrement venu à sa rencontre ou encore que le Baptistrel Humain résidant à Gloria aurait peut-être réussit à le faire sortir de là en allégeant sa peine tant bien que mal. Pourtant, alors qu'il aurait pu apprécier le geste de cette femme, ces paroles prononcées eurent un effet plus qu'indésirable pour l'homme alors qualifié de « paranoïaque » aimant vandaliser des auberges pour son petit plaisir. A ce moment, s'il avait pu lui envoyer une boule d'énergie en pleine tête, il l'aurait fait volontiers rien que pour le plaisir de voir sa tête se décoller de son corps. Mais ce n'était pas du tout dans son caractère, bien que ce sentiment de colère était tout à fait normal encore fallait-il réussir à le maîtriser. Heureusement pour lui et pour elle d'ailleurs qu'il savait se contenir suffisamment et dissimuler ses émotions, enfin... en partie. Donc d'après ce qu'elle venait de lui annoncer, Klaus était venu en aide à Mélusine qui n'était autre que la Chef de la Horde une Guilde qui n'a rien de légal au sein de l'empire d'où ses méthodes un peu douteuse et sa peur frénétique de se retrouver cloîtrer entre quatre murs, tout devenait limpide maintenant. Dans la précipitation, il n'avait pas eu la veille la réponse à toutes ses questions et sa nature curieuse ne le supportait pas le moins du monde.

Quand il utilisa sa magie pour approcher d'un peu plus près cette femme, la situation fut tout autre, on pouvait ressentir un changement d'ambiance radicale, l'inconnue se crispa en voyant qu'elle n'eut pas d'autre choix de se retrouver coller aux barreaux de la cellule, mais n'étant pas dans les habitudes du Chasseur de violenter le sexe opposé, il s'éloigna rapidement l'observant tout de même d'un oeil méfiant en cas de représailles lui laissant le temps de remettre sa capuche qui était tombée un peu plus tôt, cette jeune femme avait d'étranges mèches vertes il n'en avait encore jamais vue de pareille, mais peu importe ce n'était pas le plus important pour le moment. Etait-elle vraiment sérieuse ? Assommer Klaus ? A ce demander si elle n'avait pas un lien de parenté avec cette Mélusine et son caractère de cochon à vouloir toujours frapper pour se faire plus ou moins entendre. A croire qu'une carrure de frêle femme suffit à justifier un tel comportement. Soit ! Il était vrai que d'un certain point de vue, elle venait le tirer d'affaire, le temps était plutôt long ici alors qu'il n'y avait passé qu'une seule nuit, cependant, quitter la ville n'était pas la meilleure idée qu'elle pouvait avoir, ses « courses » comme elle le disait se trouvait malheureusement dans l'endroit le mieux garder de la ville et potentiellement le plus dangereux pour un évader de prison. Elle marqua un point en soulignant le fait qu'il ne connaissait pas la prison, l'idée d'après était tout de même recevable lui qui avait fait un trou dans une auberge pouvait bien finir par en faire un dans les murs de la prison de Gloria quitte à être recherché autant que ça soit pour une bonne raison non.


« Il va sans dire que madame à un sens de la perspicacité sur-développé... » Quand il s'apprêtait enfin à poursuivre en coupant la parole à Amelian, cette dernière n'eut pas non plus le temps de finir ses quelques mots qu'au bout du couloir un garde était arrivé et rapidement en se rendant compte qu'il ne faisait pas le poids ce dernier tourna les talons aussitôt dans le but de sonner l'alerte. Bien, il n'était plus à ça près et leva la main pour s'apprêter à envoyer une onde de choc dans tout le couloir et secouer tout ce beau monde d'une manière suffisamment efficace pour qu'ils sortent tous de là entier, mais il n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit qu'elle tendit la corde de son arc et décocha une flèche qui fila à toute vitesse pour se planter dans le dos de l'un des gardes, dans un léger grognement Klaus laissa retomber lentement sa main jetant un regard tout ce qu'il y a de plus sombre avant que les autres compagnons de la jeune femme débarquent avec des prisonniers qu'ils avaient libéré durant le court échange entre les deux protagonistes. Enfin, elle se présenta à Klaus, elle s'appelait Amelian Maître d'arme des Lames rouges... Encore une nouvelle guilde sûrement, mais il ne la connaissait pas encore que les lames noires il en avait entendu vaguement parlé et puis il en avait fait la connaissance au cours de sa fuite...

« Je vais vous suivre, non pas par plaisir, mais simplement parce qu'effectivement je ne connais pas les lieux, mais ne comptez pas sur moi pour quitter la ville, j'ai un but et il n'est pas dans mes habitudes d'abandonner pour un simple contre-temps. Allons y. » Sans ajouter un mot, il l'observa prendre la tête du groupe d'hommes, ne pouvant pas s'empêcher de regarder derrière lui observant la porte de sa cellule qui avait été forcer en secouant la tête l'air un peu dépité. En progressant lentement derrière le groupe d'hommes, il marqua une pause sur le corps du garde au sol et tira d'un coup sec sur la flèche pour la retirer, il était mort, mais après tout limiter les chances d'être suivit ou même suspecté était la bienvenue.

« Mmmh... » Avant de reprendre la route, il plaça la main sur son coeur toussant légèrement. Quelque chose n'allait pas, mais il n'était pas sûr de lui, ses jambes et le reste de son corps semblaient se faire de plus en plus lourd, peut-être le manque de nourriture de ces derniers jours ? Quoi qu'il en soit, il fallait continuer au mieux et ne pas se montrer faible envers cette Amelian qui pourrait probablement profiter de l'occasion pour s'en débarrasser au détour d'une ruelle... Se redressant lentement il tituba brièvement avant de suivre les hommes qui avaient tourné à gauche au premier embranchement pour parvenir jusqu'à une trappe qui menait à un tunnel parfaitement dissimulé dans le plafond. Il était toujours impressionnant de voir comment les hommes étaient prévoyant et construisaient un tas de passage secret pour se tirer des situations délicates, un trou dans le mur serait tout aussi efficace bien que beaucoup moins discret.

« Passez devant... Je vais couvrir vos arrières le temps que tout le monde soit sorti de là. » Il fit demi-tour en observant les couloirs de la prison d'où provenait plusieurs bruits de pas, la garde avait été beaucoup plus rapide que prévus... Décidément la chance légendaire de Klaus semblait l'abandonner un peu plus chaque jour. Rapidement, il posa les mains sur le sol pour faire pousser un immense mur de pierre afin de ralentir les soldats, mais visiblement ils avaient été plus prévoyant que lors de leur premier rencontre, sur ce même mur de pierre résonnait des impacts probablement émis par des sorts dans le but de le briser au plus vite et mettre un terme à cette tentative d'évasion. Tournant légèrement la tête vers la femme il haussa le ton : « Dépêche toi avant que je ne change d'avis et que je te laisse sur place. » Une fois qu'il fut assuré qu'elle ait eu le temps de monter et de refermer la trappe il laissa le mur se briser lentement sous les attaques peut évoluer de ses opposants. Quand le mur implosa il se mit de nouveau à tousser, non pas à cause de la poussière, mais un autre mal bien plus gênant qui le gagnait petit à petit... l'aurait-on empoisonné durant son sommeil ? Personne n'aurait osé tout de même. Difficile à deviner et ce n'était pas le moment de jeter un sort de soin, il y avait bien plus grave en face de lui.

« Il est là ! En voilà un ! Celui-là on se le fait à l'ancienne les gars, je double la solde à celui qui parviendra à le stopper, ne vous en faites pas... Si par malheur il était gravement blessé, je ne vous en tiendrais pas rigueur... » S'écria le plus courageux des gardes, c'est-à-dire le plus en retrait de la bande, prêt à prendre la fuite au cas ou les choses tourneraient mal...

« Quel dommage... Venir s'aventurer sur un tel terrain, les murs ne sont pas un peu trop étroit pour vous... » Il remit sa capuche convenablement sur sa tête, bien que ces imbéciles devaient déjà connaître son visage il ne fallait pas en rajouter, toussant de nouveau il sentit ses jambes se mettre à trembler lentement s'obligeant à frapper un grand coup sur le sol pour éviter de s'engourdir, observant avec curiosité l'un des gardes tousser à son tour... Drôle de coïncidence quoi qu'il en soit, il fallait faire vite : « Allons, allons Messieurs, ne vous étouffez pas... Un peu coup de main peut-être ? »

Une flèche vint alors frôler sa capuche à une vitesse fulgurante et se fut l'élément déclencheur de ce qui suivit... Klaus releva ses deux mains vers l'avant en direction des gardes les observant approcher en courant hurlant à toute vitesse pour tenter de lui asséner un coup qui pourrait lui être fatale, mais c'était sans compter sur le Maître Magicien qu'était Klaus, il envoya une onde de choc des deux mains d'une intensité redoutable, profitant du petit espace du couloir dans lequel il se trouvait pour emporter tout sans exception sur son passage faisant par la même occasion voler tous les gardes contre le mur le plus proche, tous ? Non, en fait l'un d'eux avait eu la chance de frapper le Chasseur au niveau de l'épaule droite avec son épée... le coup était d'une telle violence que l'armature de métal se fissura lentement avant que la lame n'atteigne sa chaire laissant après l'action retentir un cri de rage impressionnant.

« Crétin ! Tu n'aurais pas pu faire comme tout le monde ? » S'exclama Klaus en se tenant l'épaule de la main gauche levant le droit devant le visage du garde encore sous le choc d'avoir réussi à atteindre sa cible, malheureusement, se fut la dernière chose qu'il put apercevoir... Une lueur apparut sur la paume de la main du Magicien avant qu'une boule d'énergie aille se loger directement dans la tête du soldat avant d'éclater, éclaboussant le vieil homme de sang et d'un bout de cervelle qui passait par là. Titubant sous l'onde de la boule d'énergie il vint se cogner le dos contre le mur, apparaissant plus fébrile que d'habitude et pour couronner le tout, son épaule était en sang, la blessure peu profonde grâce à l'intervention des armatures.

« Mmmh... Et voilà » *Bruit de toux* « Moi qui ne voulais tuer que ces suceurs de sang, je me retrouve couvert de sang d'un innocent... » *Quinte de toux* « Après tout je n'avais pas le choix... » Klaus essayait de s'en convaincre bien qu'au fond de lui, cette sensation qui lui était encore inconnue semblait l'atteindre d'une façon inattendu et cette toux soudaine qui l'énervait un peu plus à chaque fois, tout était fait pour l'énerver en cette période sombre. Mais rapidement il n'eut pas d'autre choix que de tenter de se redresser avec du mal pour ouvrir la trappe et tenter de regagner les groupes d'hommes qui avaient pris la fuite par ce passage. Il eut du mal à grimper, la douleur était bien trop présente et le groupe semblait avoir bien poursuivis sa route, il ne les apercevait pas, bien que le bruit de leur pas était encore perceptible. Klaus pouvait bien faire une pause et il devait s'occuper de sa plaie qui continuait à saigner recouvrant son tissu sombre d'un rouge vif qui aurait appâté plus d'un vampire. Ses connaissances de la magie Elfique étaient suffisantes pour savoir utiliser quelques sorts utilisant les chants elfiques et notamment celui du soin pour refermer sa plaie et éviter de perdre trop de sang.

« Bien... Je vais pouvoir reprendre mon chemin, mais je ne connaissais déjà pas la prison... Alors, ce passage risque d'être bien plus compliqué qu'il n'y paraît. » le Chasseur reprit la route doucement, observant au loin les tunnels et usant de ses capacités de chasseur pour pister le groupe d'humain. Au loin, il aperçut Amelian en retrait, certainement avait-elle dû l'attendre... En arrivant en sa hauteur il apparaissait faible probablement épuisé par ses sorts et ces symptômes soudains...

« Je t'ai déjà dit que je ne voulais pas te suivre... Mais je ne peux plus me permettre d'avancer seul... J'ai besoin d'accéder à la Bibliothèque Royale au plus vite et avant que le jour se lève si possible, je pense que mon espérance de vie va être réduite de moitié si je ne bouge pas au plus vite. » Il s'agrippa alors à son épaule un peu fébrile et n'étant plus vraiment apte à utiliser des sorts pour tenter de se guérir il était trop faible pour ça, le manque de nourriture commençait à jouer son rôle. « S'il te plait... » Puis l'homme d'une nature pourtant très résistante s'écroula sur le sol lourdement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Re: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitimeJeu 3 Jan 2013 - 15:49

Arg mais qu'est ce que c'était que ce vieil ours ronchon dont elle avait hérité ?! Comment pouvait il être aussi acariâtre et plein de mauvaise volonté ! Plus têtu et borné que ça, il fallait vraiment chercher ! Elle essayait simplement de lui montrer qu'il valait mieux s'en aller gentiment d'ici avant que ça ne commence à chauffer sérieusement pour eux tous. Magicien ou pas, contre toute la garde de la prison, il n'allait pas tenir, et elle non plus. Encore moins certainement, malgré sa férocité. Non, elle n'était pas suicidaire, mais Dracos qu'il pouvait être horripilant... Alors qu'elle le voyait les rejoindre en déclarant les suivre elle se prit à hausser mentalement les épaules. Bon, il suivait, et elle le faisait sortir d'ici, et si il voulait courir tout de suite chercher elle ne savait quoi et bien il le ferait, au moins elle aurait payer sa dette. Elle n'aimait simplement pas laisser courir quelqu'un à la mort ou à l'enfermement sans une bonne raison, mais ne pouvait pas non plus l'obliger à rester avec eux. Mieux valait se dire que le plus important était fait, ou allait être fait très bientôt.

Les tunnels n'étaient pas loin, c'était un avantage. Il y en avait des dizaines, truffant les recoins sombres de Gloria, des tunnels construits pendant, mais également après l'édification de la ville, comme les trous d'un fromage. A défaut que ces trous là servaient à la survie de tout un monde parallèle à celui des honnêtes citoyens. Le souffle, la guilde des assassins porteurs de mort, dont l'Hadès semblait la mort incarnée tant elle était douée dans son rôle de tueuse au sang froid. La Horde aussi, il lui semblait, bien qu'elle ne soit pas certaine que Mélusine connaisse l'ampleur des installations. Quoi que c'était sans doute à vérifier, elle n'avait pas discuté dernièrement avec sa cousine, et ne pouvait donc être certaine de ce qu'elle savait du réseau de tunnel. Et même si elle la voyait, ça serait sans doute pour parler de bien d'autres choses que de tunnels. Mélusine était... distante, depuis la disparition de ses enfants. Ce qui se comprenait. Mais ça faisait toujours mal, de la voir ainsi, même entourée de ses loups, il y avait quelque chose au fond d'elle qui n'allait vraiment pas. Et elle, peu délicate, n'arrivait vraiment pas à trouver un moyen simple et courtois de lui en parler, ou même de la rassurer. C'était dommage, qu'elle se soit isolée, dommage que toutes deux n'ai pas eut l'occasion de conserver le lien fort qu'elles avaient autrefois, mais elle n'y pouvait rien en cette période de troubles. Si elles survivaient toutes deux, alors sans doute lui parlerait elle de tout son cœur, si non elle n'aurait pas l'occasion de s'en éploré. Mais en attendant, elle avait des batailles à mener sur deux fronts et pas le temps de penser à elle-même.

Il y avait les tunnels. Des boyaux sombres, creusés dans la roche des fortifications, légèrement frais et humides, surtout en cette saison de pluie. Ils s'enfonçaient un peu partout, jusqu'à ressortir dans les quartiers pauvres de la ville de Gloria, dans des maisons presque impossible d'accès si on ne connaissait pas le chemin exacte et qu'on était un peu empâté. Mais Amelian ne comptait pas descendre jusque là. Elle comptait emprunter une des portes de la noblesse pour s'échapper hors de la ville, puisque personne ne les attendait à un endroit pareil. Ils auraient ensuite le loisir de s'égailler dans la nature, et le mage de revenir par les portes des paysans ou des marchands, en se fondant dans la foule et sans attirer l'attention. Elle serait alors loin, et c'était tant mieux, Gloria ne la mettait mal à l'aise par sa taille ou l'importance de sa population mais pas la somme de gardes qui risquaient de l'attraper, et qui risquaient, dans le futur de vouloir carrément la tuer à vue, avec ce qu'elle prévoyait de faire. Mais ils n'en étaient pas encore là.

Pour l'instant l'homme ronchon lui offrait de couvrir ses arrières pour qu'elle puisse conduire le groupe dans les tunnels. D'instinct, la répond était un non totale et souverain, sans aucune animosité à son égard. Elle ne répondrait pas non parce qu'elle doutait de lui, vu ses pouvoirs de mages il n'y avait pas à s'inquiéter de sa capacité à assurer ses arrières, elle répondrait non car elle n'acceptait pas de mettre qui que ce soit en danger à cause de ses actions et décision. Si quelqu'un devait rester en arrière, c'était elle, point. Le problème encore une fois, c'est qu'il pouvait bien l'obliger à monter, après tout, un petit sort et c'était réglé. Et puis puisqu'il décidait d'y mettre du sien pour que les choses aillent plus vite, elle n'allait pas le forcer à retomber dans sa mauvaise volonté à sortir de la prison.

Mais déjà, les gardes arrivaient, et lui décidait d'avoir encore recourt à la magie. Encore de la magie ! Mais qu'est ce que ce monde avait avec la magie ! On pouvait très bien s'en passer !... quoi que là elle voulait bien admettre que le pauvre vieux allait avoir du mal à arrêter la garde tout seul. Elle monta donc, sautant lestement et s'accrochant à l'ouverture en se balançant pour se donner de l'impulsion. Une fois dans le tunnel elle observa un instant Klaus en entendant les bruits sourds qui émanaient de derrière le mur de pierre. Elle referma la trappe et détala pour s'assurer que le reste du groupe avait avancé dans la bonne direction. Conduit par l'un de ses hommes, ils progressaient avec lenteur mais sûreté, en faisant attention aux pièges potentiels et aux faux tournant qui risquaient de les perdre définitivement dans cet amas labyrinthique. Trop occupée à donner des indications aux autres et surtout trop loin pour entendre le bruit du combat qui se déroulait du coté du magicien et des gardes. Arrivé à une nouvelle intersection elle décida de faire légèrement demi tour afin de le retrouver et de lui prêter main forte au besoin.

Puis, soudain, il apparu au détour d'un couloir de roche, faible et couvert de sang. Un brin inquiète, elle fronça les sourcils et s'approcha de lui, ses yeux le scannant à la recherche de blessures probables. Voyant l'ouverte à l'épaule elle grimaça franchement et couvrit finalement la distance qui le séparait d'elle. Même si il était grognon et rébarbatif ce n'était pas une raison pour lui souhaiter des blessures, et encore moins alors qu'il semblait avoir subitement vieillit de dix ans. Stupidement, elle le reconnaissait, elle fut un instant prise de panique à l'idée de le voir se transformer en poussière comme dans ces contes de bonnes femmes sur les mages arrivant aux bouts de leur forces. Mais c'était, réellement, une réaction disproportionnée et enfantine. Même la magie ne faisait pas ce genre de chose. Il avait pourtant l'air d'aller très mal, pas seulement à cause de la blessure, il semblait... malade. Ça n'allait pas du tout. Certes elle ne pouvait lui refuser son aide, encore moins alors qu'il avait l'air si piteux et mal en point et qu'il lui demandait avec autant de courtoisie, mais pourquoi avait-il tellement besoin d'aller dans la bibliothèque royal ? Que pouvait-il y avoir de si important pour qu'il y pense même sur son lit de mort ? Et surtout... et surtout qu'était elle sensé chercher ? Il venait proprement de tomber par terre. De tomber dans les pommes peut-être même. Ça serait bien sa veine ça. De toutes façon, curiosité ou pas, important ou pas, il allait bien devoir se remettre un peu d'aplomb pour au moins lui dire exactement ce qu'il fallait chercher, à défaut de le chercher lui même. Elle inspira profondément

« Comme si j'allais refuser sa requête à un blessé... » Et, bénissant pour le coup son totem pour la force qu'il lui conférait, elle hissa le mage dont elle ne connaissait pas le nom sur ses épaules comme un jambon imposant, en faisant toutefois attention de ne pas le briser en deux et de ne pas appuyer sur sa blessure.

Courbée en deux malgré tout, elle serrant les dents en pestant intérieurement contre l'attirail de l'homme et vacilla dans le couloir jusqu'à tomber sur son groupe, qui avait finalement attendu son retour. Bougres d'andouilles. Et puis planter la tente et faire du thé aussi ? Ils étaient sensés sortir au plus vite, déjà qu'elle devait porter quelqu'un, si en plus ils n'y mettaient pas non plus du leur ils y seraient encore dans trois ans ! Grognant après eux, et de fort mauvaise humeur pour le coup, l’inquiétude pour son chargement venant s'ajouter à un soudaine fatigue et à l'angoisse de la mission, elle les poussa en avant en leur promettant des supplices plus horribles les uns que les autres. Il fallait bouger, maintenant ! Arrivé à l'intersection leur permettant de repartir vers la sortie de la ville elle les dirigea à la place vers celle d'une planque de la ville, ne donnant aucune explication précise sur ce choix et commandant simplement à l'un des siens de trouver et de lui ramener son bras droit et un guérisseur à peu près compétent pour essayer de remettre en ordre le pauvre vieux dont elle continuait de piétiner la dignité en ne le traitant pas avec plus d'égard qu'un simple sanglier qu'elle aurait chassé. Reprenant la route, elle peina encore pendant une bonne demi heure avant de déboucher dans la cave d'une maison appartenant à leur partisans, lesquels se hâtèrent de descendre les voir et les aider, emportant notamment Klaus pour le déposer sur un lit, ce qui serait sans aucun doute plus agréable que d'être trimbalé sur les épaules du maître d'arme, aussi douce puisse elle être quand elle y mettait du sien. Se redressant et posant les deux mains sur le bas de son dos avec un soupire de soulagement elle entreprit de retirer les oripeaux qu'elle portait depuis plusieurs jours et passa sa tenue de cuir classique qui lui seyait bien davantage, autant en terme de souplesse que de dignité.

Cependant le froid persistait, même dans la maison dont le feu de cheminé chauffait les pièces. Elle avait affreusement froid, comme si elle venait de sortir d'un lac glacé, et elle frissonna sans contrôle, se frottant les bras pour essayer de s'apporter un peu de chaleur. Le pire, c'était que personne d'autre ne semblait ressentir cette froideur ! Si en plus elle avait des hallucinations... ou alors elle était malade. Ce qui pouvait se confirmer par la toux sèche qui se déclenchait alors qu'elle remontait pour aller voir comment se portait le mage. Une main gantée devant la bouche pour ne pas contaminer le reste de l'assemblée elle se posa près du lit et attendit de voir arriver Mira et le soit disant guérisseur qu'elle foudroya sur place lorsqu'il se mit à lui parler de magie. Maudite, elle était vraiment maudite... quelle idée de vivre dans un monde de mage quand on était allergique à la magie. Contrainte, elle s'éloigna pour regarder faire de loin en compagnie de son bras droit à qui elle expliquait le problème posé par l'homme allongé sur la couche. Incapable de donner une explication claire sur le pourquoi du comment il voulait aller dans la bibliothèque, elle obtint tout de même de la lame rouge qu'il aille repérer les environs et lui ramène des hommes encore frais pour accompagner le mage. Malheureusement, le mage soigneur ne semblait pas capable de venir à bout de la maladie qui semblait ronger l'homme. Il put s'occuper de la blessure et lui redonner des forces, mais rien à faire contre cette saleté... Lorsque l'encapuchonné, qui ne l'était plus d'ailleurs, ouvrit un œil plus clair elle s'approcha de nouveau, se penchant au dessus de lui sans faire cas du fait qu'elle présentait son visage sans se cacher

« On a soigné le reste de votre blessure et on a fait ce qu'on a put. Comment vous sentez vous ? Mes hommes sont en train de vérifier la garde de la bibliothèque et de nous trouver un chemin rapide pour y accéder, et comme promis, je ne vous ai pas fait sortir de la ville... quoi que dans votre état c'était sans doute le plus sage. Vous m'avez fait peur, j'ai cru que vous alliez passé de vie à trépas » elle s'assit près de lui « Allez y doucement quand même hein. Vous avez attrapé une sacrée saleté et... » Elle s'arrêta, le temps de tousser dans son poing « Ce serait dommage de vous étaler de nouveau par terre. Je doute que le voyage ai été confortable. Prenez le temps de boire quelque chose et de grignoter, et nous pourrons repartir trouver ce qu'il vous faut dans cette satanée bibliothèque... d'ailleurs qu'est ce que c'est ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Re: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitimeJeu 3 Jan 2013 - 21:10

Soudain, le noir complet... Klaus sentit ses forces l'abandonner lentement jusqu'à atteindre l'épuisement total, durant les quelques minutes de lutte contre ses Soldats voulant s'approprier l'un de ses membres pour mettre un terme à cette tentative de fuite, il avait rapidement pris conscience que s'il ne s'en tirait pas au plus vite il se retrouverait seul et sans défense en plein milieu de la prison se vidant de son sang et laissant ses forces lui échapper d'autant plus qu'il était fort probable que personne ne tente de le soigner, après tout pourquoi s'encombrer d'un malade alors qu'il est possible de le laisser mourir et faire passer ça pour un accident ? C'est probablement ce qui avait poussé le Chasseur à lutter comme un acharner pour se débarrasser de ses assaillants et rejoindre cette Amelian qui était venue à sa rescousse en le libérant de sa cellule. D'ailleurs, peut-être avait-il été un peu dur avec elle, mais après tout Klaus n'était pas un tendre et il ne prendrait pas le risque de se dévoiler pour un simple acte de bravoure visant à régler en quelque sorte la dette d'une amie. Être gentil et reconnaissant était étrangement signe de faiblesse pour lui, bien qu'en dehors de ses missions loin du Royaume Elfique, il apparaissait comme un homme ouvert et accueillant, probablement que le fait d'être en présence d'humain qu'il connaît si peu arrive à influencer son jugement envers sa propre race. Quoi qu'il en soit, sans trop savoir comment et en puisant probablement dans ces dernières ressources il parvint à atteindre le petit groupe qui avait ralentis sans raison particulière ou du moins évidentes aux yeux de l'homme qui eut tout juste le temps de bafouiller quelques mots sans même savoir s'ils avaient du sens et si la femme les avait compris avant de s'écrouler sur le sol lourdement. Ensuite, le flou totale, il était devenu un véritable poids mort fiévreux, toussant inconsciemment en conséquence de ce mal qui l'avait envahi sans crier garde, ouvrant fébrilement les yeux de temps en temps, réalisant tout juste qu'il était porté tel un vulgaire morceau de viande par le Maître d'Arme en personne qui faisait preuve d'une force déconcertante, mais tout cela, il n'en avait pas vraiment conscience, ses quelques moments de présences le faisait tout simplement halluciner, se remémorant par la même occasion des images diverses de son passé mouvementé de Chasseur de Vampire aux côtés de Solas, son père adoptif. Heureusement pour lui, la Dirigeante des lames rouges avait été clémente et acceptée de lui prêter main forte, d'ailleurs sortit de son imaginaire ou bien réel, il se souvenait d'avoir perçu quelques mots de sa part appuyant le fait qu'elle ne le laisserait pas ici dans cet état...

Quelque temps après, il se réveilla lentement en reprenant plus ou moins conscience, complètement désorienté, d'un endroit insalubre dont il ne connaissait rien, il se retrouvait confortablement installé dans un lit, cependant, Klaus restait toujours aussi courbaturé bien qu'en meilleur état qu'un peu plus tôt il n'allait tout de même pas se plaindre, la maladie dont il était victime était quant à elle toujours présente à son plus grand désespoir. Autour de lui, tout était encore un peu flou sûrement dû à la fatigue intense dont il a été victime un peu plus tôt cherchant une quelconque présence autour de lui il fut rapidement surpris de voir apparaître une personne vêtue d'une tenue cuir assez classique, mais qui allait parfaitement à cette personne. Ses yeux cherchaient à dévisager cette personne qu'il ne voyait pas nettement, il réussit à reconnaître ses mèches vertes qu'il avait vu un peu plus tôt... Amelian, bien c'était déjà une bonne chose, il n'avait pas été récupéré par la garde. Puis sa voix vint de nouveau le soulager récupérant la vue lentement, il esquissa un petit sourire en écoutant ses paroles et en guise de première réponse encore un peu secoué par les évènements. Elle avait envoyé ses hommes effectuer une reconnaissance de la Bibliothèque Royal ? Finalement, elle n'était peut-être pas si semblable à Mélusine au point même qu'elle semblait s'être inquiété de son sort l'espace d'un instant, amusant et réconfortant par la même occasion, bien qu'il n'aimait pas s'attirer la pitié des autres, nier le fait qu'un peu d'importance ne fait pas de mal serait de la stupidité. D'un oeil furtif, il l'observa s'asseoir à ses côtés avant de reprendre, buvant tout d'abords paisiblement ses paroles il fut surpris de la voir tousser à son tour aussi subitement et pour couronner le tout, elle semblait avoir froid ? Se pourrait-il que le mal qui a contaminé Klaus ait été transmis à Amelian, si tel est le cas, il s'agirait rapidement d'une épidémie encore faut-il que le Magicien soit la cause de ce mal inconnu ce qui apparaissait tout de même fort improbable. Après quoi, il se releva lentement pour ne pas paraître trop méfiant et contourna la femme déposant brièvement sa main sur son épaule avant d'approcher d'une table au loin pour se ravitailler légèrement se sentant tout de même fébrile, il ne lui restait plus qu'à espérer qu'après avoir mangé un peu, ses forces lui reviennent suffisamment pour jeter un nouveau sort.


« Je vous remercie... Vous et les vôtres pour l'aide que vous m'avez apporté bien que je ne sois pas sûr de le mériter vraiment étant donné le comportement exécrable que j'ai pu avoir lors de notre rencontre. Je vais un peu mieux, du moins je suppose que ça ira encore mieux après avoir mangé un morceau, mais merci de vous en soucier. » Marquant une courte pause, il attrape ce qui ressemblait à un morceau de pain plus ou moins mangeable, mais étant donné les circonstances, il ne ferait pas la fine bouche et croqua à pleine dent finissant par une petite grimace en avalant le bout qu'il venait de croquer. Klaus s'assura d'avoir la bouche vide pour reprendre : « Vraisemblablement je ne suis pas le seul à avoir attrapé cette... Saleté. Vous m'avez l'air un peu réticente face à la magie si je ne me trompe pas, mais j'ai bien peur que ce mal n'ait rien de naturel... Il est rare que je sois touché par la moindre maladie, une des joies de l'usage des sorts Elfiques que j'ai appris à maîtriser en partie. » Reprenant une bouchée de ce délicieux pain, il attrapa un récipient qui contenait probablement de l'eau, mais n'étant pas sûr de lui, il vint tenter de humer le contenu, son nez douloureux suite à un malencontreux coup de coude rendait les choses un peu douloureuses, il n'y avait aucune magie capable de faire respirer comme il faut. « Encore quelques morceaux et je devrais être suffisamment rassasié... Nous ? Je ne vous oblige pas à me suivre, je ne voudrais pas vous rendre les choses plus compliquées qu'elles ne le sont déjà par ma faute. En ce qui concerne l'objet de ma convoitise, il s'agit simplement d'un parchemin Elfique, un chant plus précisément, je n'ai rien d'un musicien comme vous avez dû vous en rendre compte. Mais je rends service à un... Ami. »

Finissant de manger ce qu'il avait trouvé un peu à la va vite, son estomac enfin soulagé de ce manque cruel d'apports nutritifs semblait rassasié. Il n'y avait plus qu'un léger détail à régler avant de prendre la direction de la Bibliothèque, cette maladie, il devrait bien être capable de s'en débarrasser complètement en usant de la bonne méthode, jetant un dernier coup d'oeil méfiant à Amelian il espérait que sa réaction ne soit pas trop violente. Et pour son plus grand plaisir, il entama lentement un Chant Elfique en essayant de se remémorer les conseils prodigués par Merithyn... Cependant, son niveau de Maître Magicien Avancé ne semblait pas suffisant pour user du Sort Annulation qui apaisait simplement ses courbatures et la fièvre dont il était encore victime pour le moment, en même temps il lui était difficile de maîtriser un sort de niveau supérieur avec son niveau actuel, mais par principe et avec sa légendaire persévérance il essayait constamment, voilà l'un des seuls moyens de progresser comme il faut. Après plusieurs minutes, en voyant que les effets s'atténuaient plus ou moins, Klaus afficha une mine soulagée bien qu'un peu contrariée de ne pas pouvoir en faire plus et se guérir totalement... Ce sort était épuisant, heureusement qu'il avait encore de quoi grignoter par-ci par là sinon la suite des évènements pourrait être plus dur que prévus.

« Pardonnez-moi mais, si vous souhaitez vraiment me suivre il va falloir que je fasse quelque chose qui risque fort de vous déplaire... Mais je ne peux pas vous laisser dans votre état, j'arrive à vous voir trembler et ses quelques gouttes sur votre front n'annoncent rien de bon, je suppose qu'il commence à faire froid ici... Alors que pourtant, la température est idéale. » Sans même attendre son consentement il approcha d'elle et réitéra sa magie, mais cette fois sur elle... Sachant pertinemment que les conséquences pourraient être désastreuses, mais voilà le seul moyen pour lui de lui rendre la pareille. Après quoi il se recula de plusieurs pas rapidement, les effets n'étaient pas instantané et pour le coup elle pourrait très bien croire qu'il lui avait jeté un sort... Il ne restait plus à espérer que la douleur s'estompe avant qu'elle ne lui saute à la gorge.

« Bien... Si tout est bon pour vous je pense que nous allons pouvoir y aller si tel est votre souhait... Je vous laisse prendre les devants étant donné mon peu de connaissances sur les lieux, j'espère simplement que vous êtes consciente que cette histoire ne sera pas de tout repos, surtout si nos symptômes refont surface. Espérons que nous ne soyons pas les seuls à être atteint... »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Re: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitimeMer 9 Jan 2013 - 20:37

Klaus semblait encore malade, mais au moins il était vivant et éveillé. Et c'était déjà énorme. Elle attendit de le voir bouger pour juger de son état physique et sourit en sentant la main sur son épaule. Elle se tourna vers lui alors qu'il se restaurait, et se dit qu'elle devrait faire la même chose si elle voulait pouvoir finir la nuit sur ses deux pieds. Surtout si elle couvait quelque chose elle aussi. Mais le plus important, c'était lui. Elle était forte et elle pouvait résister encore, si elle en prenait la peine et qu'elle ne forçait pas sur la corde... mais lui ? Elle ne le connaissait pas assez pour faire un diagnostique, mais il lui semblait qu'en privilégiant la magie il mettait de coté les disciplines plus physique qui pourrait renforcer sa santé. Enfin bon, ce n'était pas un vieux singe qu'on apprend à faire la grimace, il savait très certainement ce qu'il faisait et ce qu'il risquait à jouer avec la magie. Et puis elle ne le connaissait pas encore assez pour commencer à se disputer avec lui sur un sujet pareil alors que le temps leur manquait et qu'ils n'étaient pas au meilleur de leurs formes. A la place, elle posa un coude sur le dossier de sa chaise et attendit, l'écoutant avec attention lorsqu'il reprit la parole. Elle en sourit, heureuse qu'il trouve bon de s'excuser même si elle ne lui aurait pas demander autant. Qu'il cesse de la considérer d'un œil méfiant été déjà énorme, ainsi peut-être s'ouvrirait-il davantage à l'aise qu'elle tentait d'apporter de ses petits moyens. Elle n'était pas son ennemi, elle essayait simplement de donner un coup de patte à quelqu'un qui, n'en déplaise à l'homme, le méritait. Ce n'était pas parce qu'il se montrait grognon qu'il ne méritait pas de sortir de cette saleté de prison. Déjà qu'il ne méritait pas vraiment d'y être allé ( et bien oui, il avait peut-être détruit une auberge mais ce n'était pas non plus un meurtre ) alors en sortir... ce n'était même pas sujet à discussion. Elle se rembrunie cependant en l'entendant reprendre sur la magie. Réticente ? Un peu ? C'était un doux euphémisme, elle ne supportait pas facilement la magie, la tolérait auprès des siens, mais c'était tout. Mais elle voulait bien croire que le mal dont ils souffraient tout deux d'un seul coup était autre chose qu'un petit rhume. Elle non plus n'était pas souvent malade, même si elle n'avait pas accès aux sorts des elfes. Elle résistait même particulièrement bien, comme l'oursonne qu'elle incarnait. Mais là ? Bah ! Elle été gelée, et elle toussait à s'en arracher la gorge, et ce à peine une dizaine de minutes après lui. Il y avait forcément anguille sous roche.

«  Oui, vous avez raison. Mais c'est étrange, personne ne nous a lancé ce genre de sort...si ? Je ne m'y connais vraiment pas, en magie, mais si cette chose qui nous affecte n'est pas d'origine naturelle alors elle a forcément une source, un lanceur. Ou bien existe il des sorts se lançant seul dans la nature ? »

Et surtout, comment cela se transmettait et se répendait, si effectivement ils étaient tout deux touchés alors d'autres le seraient peut-être aussi. Ses hommes, les gardes, la population... Elle laissa ces considérations de coté sur l'instant, pour pouvoir se redresser et vint lui chiper un morceau de pain qu'elle grignota sans faim. C'était plus pour s'occuper qu'autre chose. «  Vous ne m'obligez pas à vous suivre, je le fais de bon cœur. Je voudrais bien m'assurer que vous restez sauf jusqu'au bout, et puis...pour une fois que j'aurais l'occasion de m'introduire dans la bibliothèque j'en profiterais !  »

Elle sourit largement «  Et je crains d'être très curieuse. Votre quête me donne envie de savoir le fin mot de l'histoire, même si il s'agit de magie et d'elfes. A moins que vous insistiez pour que je vous laisse, je viendrais donc  » Et puis, encore une fois, elle connaissait certainement mieux la ville que lui. Si ils venaient à se faire repérer il faudrait fuir efficacement. Elle le laissa achever son repas en silence, grignotant elle aussi dans son coin tandis que, en bas, les allées et venues se poursuivait. En revanche, quand elle le vit entamer son chant elfique son corps tout entier se tendit comme un fouet et elle dû se faire violence pour ne pas bondir en arrière et attraper sa lance. De la magie.... Cela ne finirait donc jamais ? Qui était le cruel personne qui avait inventé la magie ?! Si elle le trouvait il risquait de passer un quart d'heure fort peu agréable. On avait pas idée de jouer avec ce genre de chose. Littéralement accroché à sa chaise, elle contint sa respiration sifflante sans la moindre quinte de toux, fixant de ses yeux brillant le magicien à l’œuvre. Si il avait été quelqu'un d'autre, sans doute l'aurait-elle assommé avant qu'il ne parvienne au bout de son œuvre. Mais ce n'était pas exactement une bonne idée de s'en prendre à lui, et puis c'était un allié....non ? Même lorsque le chant se fut achevé, elle continua de l'observer en tremblant légèrement.

Sursautant à ses mots, elle se passa une main gantée sur le front, fébrile, et dû se rendre à l'évidence, elle n'allait vraiment pas bien. Mais comment ça il devait faire quelque chose qui lui déplai....sait ? Elle n'avait pas même eut le temps de lui dire non. Il s'était remit à chanter, et cette fois, c'était elle qui y passait. La sensation la fit se crispé à se nouer les muscles autant que les nerfs, et instinctivement, son poings se leva pour aller se loger dans la tempe de l'encapuchonné. Mais elle se retint au dernier moment et tordis sa cape entre ses doigts tremblant pendant la durée du calvaire. Et quand enfin il se recula, elle expira fortement, haletante et à deux doigts de tomber dans les pommes sous l'effet conjugué de la maladie, du stress et de la peur qu'il venait de lui infliger. N'osant pas bouger de peur de finir étalée par terre, elle prit de longues minutes pour calmer sa respiration et se permettre de retrouver contenance. La sensation de malaise se dissipa peu à peu et elle fut de nouveau à peu près calme. Frissonnant, elle s'enroula dans ses bras en baissant la tête, sentant progressivement la douleur se réduire et la pièce se réchauffer. Enfin, elle releva le regard sur lui, chassant de son visage ses longues mèches en bataille «  Merci...  » elle soupira et se leva en s'empêchant de trembler davantage

«  Oui... nous pouvons y aller » Elle le conduisit en bas, où son bras droit attendait, puis les guida dans les ruelles tortueuses de la citée humaine vers les quartiers riches de la haute Gloria, là où se nichait la bibliothèque impériale. La marche ne prit pas plus de vingt minutes au travers des nombreux passages discrets qu'ils empruntaient, et pas une seule fois les gardes ne virent les ennuyer. Arriver devant l'énorme bâtiment, Amelian invita les deux hommes à se terrer derrière un réduit attenant et vide pour observer l'entrée et les fenêtres. Rien ne bougeait, les lumières étaient éteintes, les gardes ne semblaient pas être en poste. Il n'y avait rien à craindre pour le moment, c'était parfait. Au loin, un homme toussa. Le maître d'arme se releva, inspecta les environs puis se dirigea, dans l'ombre, vers une des hautes fenêtres dont elle agrippa le bord, et, se balançant lestement, sauta sur le bord. La fenêtre s'ouvrit de l'intérieur et elle fit signe aux autres d'entrer. Une fois tous à l'intérieur, elle se détendit de nouveau

«  Et bien... voilà ce que j'appelle de la débauche » L'endroit était riche, très riche, la voûte gravée en une scène de bataille épique dominait un espace rond bordé de colonnes, où les rayonnages s'entassaient. «  Rien que le bois de ces meubles pourrait nourrir une famille de paysans pendant des années » Elle secoua la tête et se tourna vers le mage pour savoir ce qu'il en pensait

«  Avez-vous une idée de ce à quoi votre chant doit ressembler ? Il y a tellement d'ouvrages ici qu'on mettra des années à trouver sans un indice... » Et ils n'avaient même pas toute la nuit, c'était presque mission impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Re: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitimeJeu 10 Jan 2013 - 15:38

Il est vrai que c'était une bonne question, est-ce que quelqu'un était capable de lancer un tel sort ? C'était une question dont la réponse restait fort improbable, jusqu'à présent personne n'est capable d'user d'une telle puissance sur l'ensemble d'une population. Et comme le soulignait Amelian, si cette maladie n'avait rien de naturelle, il y avait indéniablement une source derrière tout cela encore faut-il savoir s'il s'agit de quelque chose ou quelqu'un. Se pourrait-il que ce mal qui a envahi Gloria soit issu d'un déséquilibre de la Magie ? C'était là une bonne question qui laissa sceptique le Magicien ne trouvant aucune utilité de répondre aux paroles préférées par le Maître d'arme, car il y avait bien d'autres questions à ce sujet et d'autant plus qu'il n'avait aucune réponse, ce qui avait le don de l'énerver un tant soit peu, mais il fallait se rendre à l'évidence ce n'était qu'un humain et pas un elfe, ses connaissances n'étaient pas assez étendues et son espérance de vie bien trop limité pour en avoir acquis suffisamment. Rapidement, Klaus fut tiré de son silence lorsqu'elle évoqua la Bibliothèque et le plaisir qu'elle éprouvait à la simple idée de s'y introduire d'autant plus que sa nature curieuse était équivalente à celle du Magicien, après tout elle se montrait intéressée et il ne pouvait pas lui en vouloir et puis quitte à s'infiltrer dans un bâtiment appartenant à la famille royale autant le faire avec quelqu'un qui le désir et qui connaît sûrement bien mieux les lieux que l'homme trop habitué au Royaume Elfique. Comme il le pensait quand son sort se déclencha la réaction de la femme ne se fit pas attendre, bien qu'il ne la visait pas directement elle se crispa brusquement, sa crainte face à la magie était telle qu'elle en apparaissait presque maladif, étrange comportement pour un être ayant grandi entouré par la cette dernière, mais quoi qu'il en soit il ne lui en tiendrait pas non plus rigueur, à quoi bon il ferait avec puis finalement si elle désirait tant que ça l'accompagnée, Amelian devait être consciente qu'elle devrait faire avec les pouvoirs du Vieil homme.

En voyant que son état n'allait pas en s'améliorant, il approcha d'elle sans animosité prêt à faire usage de magie sur sa personne sans même attendre son consentement, il n'avait pas le temps d'attendre, plus les jours passaient et plus la maladie prendrait de l'ampleur et il ne pouvait pas se permettre de perdre ne serait-ce qu'une heure, cette nuit passée en prison et les quelques heures passées à fuir ont déjà été plus que contraignante. Tandis qu'il chantait pour apaiser cette dernière, une nouvelle réaction se fit sentir alors que Klaus avait les yeux fermés afin de se concentrer au mieux ne voyant pas le Maître d'Arme se crisper une nouvelle fois pour enfin serrer son poing et venir le loger en direction du visage du Magicien plus précisément au niveau de sa tempe, mais étonnamment, cette dernière s'arrêta à quelques centimètres de celle-ci laissant une bouffée d'air venir caresser son visage lui faisant par la même occasion ouvrir les yeux avant qu'il ne recule lentement la laissant reprendre son souffle, Amelian semblait tourner de l'oeil, elle n'allait tout de même pas tomber dans les pommes ? Observant avec attention, Klaus en vint à se demander s'il avait réussi à faire ce qu'il voulait, elle ne bougeait plus... Finalement, il attrapa un morceau de pain il vint l'engloutir d'un coup sans prendre la peine de le savourer pour patienter jusqu'à ce que les choses reprennent leur cours. Encore un peu fébrile, elle vint déposer ses bras autour d'elle pour très certainement tenter de se réchauffer et reprendre son calme en chassant toute cette agitation au coeur de son esprit. Après quoi, il releva lentement la tête vers l'homme encapuchonné pour le gratifier d'un petit « Merci. » Klaus ne s'attendait pas à mieux de la part d'une personne haïssant à ce point la magie, c'était déjà un grand pas pour elle d'avoir réussi à subir ce sort qui n'est naturellement pas douloureux ...


« Je vous en pris... » Répliqua l'homme en abaissant enfin sa capuche dévoilant son épaisse chevelure brune et ses yeux marron foncés qui observait de la tête aux pieds son interlocutrice qui était visiblement prête à poursuivre cette nuit qui s'annonçait assez folle. Sur une simple réponse, elle prit les devant et emmena Klaus en bas où se trouvait celui qui devait être son second ou quelqu'un de suffisamment important. Ensuite, s'en suivi un véritable parcours du combattant, les contraintes en moins tout de même étant donné les nombreux passages qu'ils avaient emprunté pour se rendre dans les beaux quartiers de la ville où se trouvait la Bibliothèque Royale, les minutes défilèrent et aucun garde ne vint perturber leur progression du moins aucun que le petit groupe arrive à apercevoir, le Magicien partiellement soulagé de sa maladie avait envoyé une ou deux fois valdinguer un soldat qui approchait dangereusement de leur position, étant en queue de peloton il était beaucoup plus facile d'agir avec discrétion ce qu'il ne manqua pas de faire pour son plus grand plaisir puis tout cela restait assez divertissant pour lui d'envoyer bouler des gardes qui l'avaient enfermés dans les superbes cellules de la ville. C'est après presque une vingtaine de minutes ou peut-être un peu plus peu importe qu'ils arrivèrent devant l'immense bâtisse qu'était la Bibliothèque. Klaus attendait patiemment le signal de la femme pour enfin s'aventurer à l'intérieur de la construction, on pouvait entendre dans les ruelles au loin les quintes de toux de certains hommes qu'il s'agisse de soldat ou de simples habitants tous semblaient atteint par le même mal, n'y avait-il donc aucun immunisé ?

Puis Amelian ouvrit une nouvelle fois la voie en escaladant avec simplicité une fenêtre qui s'ouvrit de l'intérieur pour enfin entrer et faire signe aux autres de la suivre, ce qu'ils firent tous sans hésiter. Klaus lui resta en bas un moment observant les alentours, il n'avait pas la même agilité et la même aisance que ces derniers, heureusement pour lui il y avait des sorts tout à fait utile contrairement à ce que pouvait penser la Supérieure des Lames Rouges, il releva la tête lentement en observant la fenêtre avant de cligner des yeux et se retrouver aussitôt propulser à l'intérieur en compagnie des autres qui laissèrent échapper un léger mouvement de sursaut en voyant le Magicien arriver de la sorte, et bien oui, à quoi ils s'attendaient ? Une cabriole digne d'un cascadeur ?

Et puis quoi encore, observant les alentours, les lieux étaient vraiment très vastes d'autant plus que l'endroit était tout ce qu'il y a de plus riche, la différence entre les structures des quartiers pauvres et ceux des riches étaient indéniablescomme le disait sa compagne de mésaventure, il y avait ici de simples meubles pouvant subvenir aux besoins des familles les plus pauvres pendant un bon paquet d'années. Peu importe, Klaus n'était pas venu pour ça il y avait bien plus important et surtout bien plus intéressant que de simples richesses qui pourraient charmer ce groupe d'hommes.


« Je pense qu'il serait d'usage de laisser vos hommes en retrait, non pas que je n'ai pas confiance en eux, mais nous sommes suffisamment nombreux pour que nos bruits de pas attirent l'attention plus rapidement que prévus. Je ne suis pas connu pour ma finesse lorsque la situation devient délicate, il faudrait mieux que j'effectue mes recherches dans le plus grand calme, sans vouloir vous commander bien sûr. » Finit-il en remettant sa capuche convenablement en place afin que son visage ne soit pas visible par le premier venu, déjà cette Amelian et ses hommes le connaissait c'était un danger bien plus que suffisant pour lui s'il venait à être dénoncé bien qu'il n'envisageait pas du tout la possibilité que la fuite vienne de cette Guilde. Observant les rayons remplient de livres et divers parchemins il mit un moment avant de répondre à la question dont elle lui avait fait part : « Pour le fait de savoir si j'ai une idée de ce à quoi ressemble mon chant, je vous dirais bien un simple parchemin, mais la réponse risque de vous paraître insuffisante. Je pense pouvoir faire usage de la magie pour me lancer à sa recherche j'ai déjà été confronté à l'un d'entre eux, la vibration qu'ils émettent ne devrait pas m'être inconnu. » Puis avant de s'éclipser dans la bibliothèque il reprit une dernière fois : « Oh, j'oubliais. Faite comme bon vous semble surtout, faites comme-ci je n'étais pas là. Je suppose que puisque vous êtes ici vous allez avoir de quoi faire et sûrement une bricole ou deux à embarquer. » Sur ces mots il attendit un court instant une réponse de sa part avant de tourner les talons et progresser un peu à l'aveugle parmi les étagères qui étaient nombreuses.

Ce qui restait étrange dans cette situation, c'était encore le manque de gardes en ce lieu, se pouvait-il que la maladie ait réussi à les atteindre plus que Klaus ne l'imaginait ? Si tel était le cas, il pourrait bien profiter de cette situation pour enrichir un peu sa collection de documents importants ou même de tableaux. Bon ce n'était pas un voleur, mais difficile de manquer une occasion de se faire plaisir quand celle s'offre à vous, après tout il est humain. Bon, désormais il lui fallait se rappeler comment il était tombé sur ce morceau de chant. En y repensant tout cela était un peu dû au hasard, mais désormais il savait à quoi s'en tenir et en se concentrant un minimum Klaus finirait bien par tomber sur ce qu'il cherche, mais la concentration était un peu compliqué, les quintes de toux incessantes des hommes présents et ceux à l'extérieur étaient dérangeant, d'autant plus que les symptômes du Chasseur ne tarderait pas à refaire surface, il fallait faire vite. Au centre de la pièce, il y avait une vitrine immense protégeant un drôle d'ouvrage qui attira l'attention de l'homme qui quitta sur-le-champ ses rayons de livres pour s'en approcher lentement observant avec de grands yeux l'ouvrage, il s'en fallut de peu qu'il fracasse la vitre d'un coup de poingjusqu'à ce qu'un reflet ne le détourne du livre.


« Intéressant, ces hommes sont vraiment plus étrange que je le pensais. » Près de la voûte il y avait un léger renfoncement qui n'était pas normal, un défaut dans le mur plus précisément. Toutefois, un léger soucis se présentait à lui, il pouvait atteindre le rebord de la voûte, mais ne pouvait plus bouger et passer à travers le renfoncement, il fallait faire preuve d'un peu de force physique ce qu'il n'avait pas vraiment. Pourtant, quelqu'un ici pouvait lui venir en aide, mais le bruit attirait la garde et il faudrait trouver un moyen de s'éclipser le plus discrètement possible sans faire de vagues. Au loin il croisa Amelian qui passait près de lui : « Mmmh, pardonnez-moi, mais est-ce que la charmante créature que vous êtes pourrait me venir en aide... Une nouvelle fois ? » Puis il réalisa un bond sur le rebords de la voûte tout en désignant l'endroit qu'il voulait briser, mais dos au mur il ne pouvait faire usage du suffisamment de force, alors une aide extérieure était la bienvenue, se penchant légèrement vers l'avant il tendit la main en direction de la femme pour qu'elle prenne appuis sur lui et prenne assez d'élan pour passer au travers.

« Décidément, je ne sais pas ce que j'aurais fait sans vous. » lui dit-il en regardant Amelian espérait qu'elle ne succombe pas à la tentation d'emporter avec elle ce morceau de papier qui renfermait un pouvoir plus que conséquent. Il serait dommage d'avoir à utiliser la magie ici pour récupérer ce qu'il était venu chercher. Mais rapidement, la situation allait de nouveau dégénérer. En effet les hommes de la femme semblaient s'agiter un peu en bas, la garde approchait ? Possible, avec la chance qu'ils ont réalisé une fuite par la fenêtre dévoilerait leur position, ils allaient devoir quitter les lieux par un autre moyen pour rester le plus discret possible à condition qu'aucun d'eux ne fasse de bêtises...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Re: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitimeSam 19 Jan 2013 - 23:18

Elle écouta les conseils de l'homme au capuchon et hocha la tête, n'ayant aucunes objections à faire concernant ce qu'il disait. « Non, vous avez raison je pense » Elle le laissa partir après les derniers mots. En effet, puisqu'elle était ici, elle pouvait également en profiter pour chercher quelques petites choses. Elle ordonna à ses hommes de rester à l'écart, de faire le guet, pendant qu'elle et le mage cherchaient respectivement leur bonheur dans les larges allées de cette bibliothèque de savoir ancien. Observant les reliures des ouvrages, elle chercha la section consacrée aux archives du palais, et aux décisions du conseil royal et des souverains, autant présents qu'anciens. Cette pièce était immense, véritablement gargantuesque, quand on y pensait. Elle n'avait jamais vu autant d'ouvrages dans un même lieu. D'un coté, c'était une bonne chose, de voir tout ça rassemblé, prêt à servir, mais c'était vraiment désolant de savoir que cette somme de savoir était entre les mains des Kohans et de leurs affins. C'était également dangereux. Il suffisait d'y mettre le feu et des générations de livres inestimables partiraient en poussière en un clin d’œil. Elle caressa l'idée un bref instant, puis la repoussa. Non, si elle faisait ça elle desservirait tout le monde et ne prouverait rien, ce serait un acte terroriste et rien de plus.

A la place elle se dirigea vers la salle des archives, un peu à l'écart. Une pièce plus petite, fermée par une simple grille dorée. Facilement crochetée, elle bruissa discrètement sur son passage et Amelian s'introduisit là pour farfouiller dans les ouvrages de résumés, de listes et d'ordres. Elle avait apprit à lire, avec son précepteur, bien que cela fut très étrange pour un membre des basses castes. En général les paysans, les artisans et les autres reîtres ne pipaient pas un mot des livres et de l'écriture. C'était ainsi, avec l'éducation sommaire qu'ils possédaient. Mais elle avait apprit lors de ses mésaventures, et ça lui servait vraiment beaucoup, surtout dans ce genre de situation. Prenant un des ouvrages, l'un des plus récents, elle se mit à lire quelques minutes, espérant y découvrir quelques petites choses au sujet des secrets noirs du royaume. Voyant qu'elle avait pêchée le gros lot elle eut un grand sourire, enfourna l'ouvrage dans sa sacoche de ceinture et ressortit de la pièce pour faire part de la nouvelle à son bras droit. Mais sur le chemin, elle fut attrapée par Klaus, et le regarda avec curiosité. Clignant des yeux à l’appellation de charmante créature mais hocha la tête, n'ayant aucune raison de dire non. L'accompagnant, elle sursauta au bond, puis observa l'endroit qu'il voulait briser. Surmontant sa peur, elle s'avança, prit sa main, fléchissant les genoux en prenant appuis pour avoir plus d'élan. Se lançant, elle mit autant de force qu'elle put pour briser la cible. Une fois cela fait, elle regarda le parchemin avec curiosité puis sauta par terre lestement, attendant que le mage la rejoigne pour lui tendre le parchemin avec un sourire

«  C'est à vous je pense » Si c'était de la magie, elle ne voulait absolument pas y avoir affaire, et puis, c'était ce que le mage voulait. Il s'était donné beaucoup de mal pour l'obtenir, elle n'allait pas lui vole alors qu'en plus elle n'en aurait que faire. Une fois qu'il eut récupéré le parchemin, elle alla discrètement vérifier ce que faisait ses hommes, et eut la surprise de voir le groupe débouler dans la salle, tendus

« Madame, la garde approche... » Elle grimaça et se tourna vers Klaus. Zut. La garde maintenant ? Ça ne signifiait que des ennuis, et d'horribles ennuis, d'ailleurs, puisqu'une bataille à l'intérieur du bâtiment leur serait défavorable. « Il faut trouver une sortie. Il devrait y avoir un passage inutilisé depuis un moment, mais je ne sais pas exactement où.... trouvons le pendant que nous le pouvons » Elle commença à chercher, en compagnie des autres lames rouges, jugulant l’inquiétude qui montait en elle. Il fallait rapidement trouver la sortie, où ils étaient tous cuits et morts. Aussi se prit-elle à chercher avec beaucoup de ferveur, jetant tout de même des regards vers l'entrée de temps en temps. La garde arrivait, mais elle semblait si lente ! Alors qu'elle entendait des bruits de pas précipités, elle mit la main sur une pierre du mur qui s'enfonça légèrement, tandis qu'un pas entier bougeait, juste assez pour permettre le passage d'êtres humains. Ouvrant grand les yeux, elle appela les autres à la rejoindre et leur montra l'ouverture, leur enjoignant de la prendre pour fuir. Une fois que ses hommes se furent engouffrer dans le passage, elle le referma en demandant l'aide de Klaus puis avança elle même dans les tunnels noirs. Quitter la bibliothèque fut aisé après ça, les tunnels étaient plus large que les autres, mieux construits aussi, d'ailleurs. Peut-être une ancienne voie pour les rois, si la citée venait à tomber. Mais ça n'avait aucune importance. Pour le moment, le plus important était de sortir de là. La voie était aisée à suivre, et après une bonne heure, ils furent hors de danger... et hors des murs de la citée. Surtout, hors des murs. Elle ne s'y était pas attendue, mais quand ils poussèrent le mur pour sortir, elle fut forcée d'admettre qu'effectivement, ils étaient dehors. Clignant des yeux, elle avança discrètement, observa les alentours, puis soupira de soulagement.

«  Personne. Nous sommes saufs. Pour le moment je suppose. Il ne faudrait pas traîner dans les parages, l'alerte va être donnée » Elle s'assit par terre, s'adossant à un arbre. La fatigue revenait à présent.... .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Re: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitimeDim 20 Jan 2013 - 1:12

Et maintenant ? Elle avait brisé le mur avec une simplicité déconcertante tandis qu'elle redescendait avec autant de facilité qu'elle était montée jusque là. Observant le parchemin, Klaus ne la quittait pas des yeux. Difficile de dire s'il doutait d'elle ou pas, une chose est sûre, beaucoup céderait à la tentation une fois ce Chant entre les mains, même en ne sachant pas vraiment ce qu'il représente, le premier venu pourrait aisément se douter qu'il s'agit de quelque chose d'important et puissant. A ce sujet, le Magicien n'en savait trop rien, seul les paroles de Merithyn résonnaient dans sa tête et comme il avait dit qu'il ferait tout pour l'aider, il ne chercherait pas à savoir si ce chant perdu renferme véritablement un pouvoir capable de faire d'un Baptistrel un être encore plus hors du commun qu'ils peuvent déjà l'être jusqu'à présent. Quoi qu'il en soit, elle l'avait toujours entre les mains, mais heureusement son dégoût face à la magie était suffisant pour qu'elle ne s'attarde pas dessus. Klaus se laissa retomber lourdement sur le sol d'un petit saut en pliant légèrement les jambes à atterrissage pour amortir sa chute. Il se redressa lentement observant le bout de papier qu'il récupéra délicatement des mains d'Amelian d'un air assez satisfait, ce qu'il venait d'accomplir là ne semblait pas exceptionnel et pourtant avec tout ce qu'il avait vécu en peu de temps, Mélusine, la prison et maintenant un cambriolage, il pourrait après toute cette histoire se reconvertir comme bandit de grands chemins sans trop de problèmes. Il se contenta d'un petit mouvement de tête pour la remercier de son aide, après tout il n'allait pas trop en faire ce n'était pas dans ses habitudes. Et alors que la lame rouge prit les devants pour rejoindre ses hommes, ces derniers déboulèrent dans la pièce affichant une tension qui était palpable à des kilomètres à la ronde. Et les craintes du Chasseur furent confirmées quand ils annoncèrent l'arrivée de la Garde au sein de la Bibliothèque. Aucun soupire ne s'échappa de la bouche de Klaus quand elle se tourna vers lui pour lui annoncer qu'il était temps de partir, il s'y était préparé, cela aurait été vraiment trop beau que tout se déroule sans fausse note.

« Très bien, allons-y. » Dit-il en toute simplicité. Après tout, il n'avait pas trop le choix, puis passer une nouvelle nuit en prison, il s'en passerait volontiers. Aussitôt, Klaus suivi le mouvement, bien qu'il n'apparaissait pas aussi nerveux que ses camarades. Un affrontement de plus ou de moins, ça ne lui changerait rien non plus, il aurait même été d'avis à leur rentrer dedans une bonne fois pour toute histoire que l'on en parle plus et ainsi ils auraient pu fuir sans avoir à se presser. Il vint mettre les mains derrières sa tête en observant les lames rouges chercher avec hâte le passage en question qui leur permettraient d'être libre comme l'air. Observant rapidement la porte qu'Amelian semblait guetter avec attention le Magicien se permis d'utiliser un sort pour verrouiller cette dernière avec un sort qu'il affectionnait tout particulièrement et qui était d'une utilité indéniable dans ce genre de situation. Quand il se retourna pour voir ce qu'il en était il put observer cette femme aux cheveux d'un vert étrange mettre la main sur une pierre qui s'enfonça suffisamment pour montrer qu'il s'agissait de leur porte de sortie, ses hommes furent les premiers suivi de près par Klaus qui prêta main forte à Amelian pour refermer le passage, étonnant d'ailleurs qu'à elle seule elle n'ait pas eu la force de la repousser. Se pourrait-il que les effets du sort de soin utilisé s'estompe déjà ? Il fallait espérer que l'enchantement soit efficace encore quelques temps pour qu'ils puissent rejoindre l'extérieur de la ville. L'ascension dans les tunnels sombres sous la Bibliothèque fut assez rapide et sans encombre pour le plus grand étonnement du Chasseur qui les suivait de loin ne désirant pas pressé le pas en sentant la maladie le reprendre lentement, il observait l'architecture de ces derniers qui étaient vraisemblablement mieux construits que ceux qu'ils avaient emprunté par exemple pour sortir de la prison, certainement que ce passage avait un autre but dans l'ancien temps.

Il fallut une bonne heure pour que le groupe soit hors de danger, l'espace d'un instant Klaus se demanda s'ils ne s'étaient pas tout simplement perdus, mais s'était sans compter sur le sens de l'orientation infaillible des hommes d'Amelian qui arrivaient à se mouvoir sans trop de soucis. Une fois le dernier mur poussé, ils se retrouvèrent en dehors de Gloria pour le plus grand plaisir de tous qui affichèrent un soulagement visible chez la plupart, par contre, le Magicien ne savait absolument pas où il se trouvait, bien sûr non loin de là il y avait l'enceinte de la ville, mais cela ne suffisait pas pour qu'il affiche lui un air totalement détendu. Profitant de cet instant de libération, il vint glisser le parchemin à l'intérieur de sa tenue pour que personne ne tombe dessus facilement en veillant à dissimuler le flux magique infime qu'il libère. S'assurant une dernière fois que sa capuche était en place pour couvrir son visage, il laissa place à une nouvelle quinte de toux qui vint l'irriter légèrement. Finalement, ce mal était plus coriace qu'il n'y paraît et ce soin improvisé n'avait pas suffit pour le soulager complètement. Son attention se reporta alors sur la Lame rouge qui venait de s'adosser contre un arbre, la fatigue la gagnant de nouveau, cela n'annonçait rien de bon, puis ses yeux se posèrent lentement un à un sur les hommes présents qui affichaient eux aussi des signes de fébrilité.


« Nous sommes saufs en effet, cependant j'ai bien peur que nous soyons de nouveau confronté à un autre problème bien plus grave que le simple fait d'être pourchassé par la garde. Vos hommes ne semblent plus en état de poursuivre... Tout comme vous d'ailleurs... Et j'ai bien peur que... » Il mit un terme à ses paroles en voyant Amelian s'écrouler de fatigue atteinte de nouveau par la maladie tout comme ses hommes à l'exception de certains qui affichaient désormais une inquiétude apparente. Mais ce n'était pas le plus inquiétant, Klaus observait encore les alentours quand dans les bosquets un peu plus loin se dessinait plusieurs ombres qui approchaient le plus discrètement possible, le chasseur n'était pas dupe il avait senti leur odeur depuis peu, une boule de feu se forma dans sa main prêt à lancer l'assaut pour protéger ceux qui l'avaient aidé jusqu'à présent. Mais déjà sa vision se troublait de plus en plus, ne parvenant plus à distinguer les hommes qui approchaient, sa respiration était devenue très irrégulière et la boule de feu se dissipa d'elle même devant la fébrilité du Magicien qui se laissa tomber sur le sol lentement en essayant de freiner sa chute avec ses mains. « Voilà que ça recommence... »

Dans un dernier effort afin d'essayer de s'en tirer, l'homme lança un ultime sort sur lui-même afin de faire disparaître une bonne fois pour tout, ce mal dont il était victime. Mais cela était tout de même trop tard ses forces l'avaient déjà abandonné, il se retrouva allongé sur le sol face contre terre ses yeux étaient tournées vers Amelian, espérant qu'il ne lui arrive rien après tout ce qu'elle avait entrepris pour le libérer et l'aider.


[Rp Terminé, suite à venir.]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Empty
MessageSujet: Re: Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Par ici la sortie ! [PV Klaus] TERMINE
» Sortie de Nausicaä en Blu-Ray au Japon
» Sortie dans l'Enedwaith et Livre épique le mardi 2 novembre
» Sortie entre amis
» Heure de sortie de la 3.5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-