Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Left_bar_bleue0/10L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeMar 4 Déc 2012 - 16:55

Elle était là : omniprésente et agressive, lui entaillant les tripes telle une lame chauffée à blanc. Une démangeaison des plus désagréables d’autant plus qu’elle ne trouvait pas de fin. Roëric avait bien envisagé à une ou deux reprises de s’ouvrir le ventre pour pouvoir enfin soulager cette douleur, mais à bien y réfléchir… c’était un peu extrême comme solution. Ou pas. Il ne savait plus très bien où il en était. De fait, il essayait de ne penser à rien. Juste courir, encore et toujours, afin de prendre de l’avance sur ses poursuivants.

Car les patrouilles impériales n’avaient pas lâché l’affaire. Non, monsieur. Un tel déploiement pour quelques os cassés, c’était vraiment ridicule. De ce qu’il en savait, il n’avait bouffé personne dans leur capitale adorée… Enfin il en était presque sûr. D’ailleurs ça faisait bien trop longtemps qu’il n’avait pas senti le goût du sang, la jouissance qu’il entraînait de manière presque instantanée, ce sentiment de toute-puissance, d’être au sommet de la chaîne alimentaire… Non. Il devait penser à autre chose. Ou a rien, oui c’était ça le plan, ne penser à rien.

Silhouette blanchâtre dans une nuit noire, courant comme un dératé, semblant fuir le dracos lui-même. Car ce qu’il fuyait, plus que les impériaux, c’était sa nature elle-même. Autant dire qu’il avait déjà perdu la course. Mais d’après Kylian, les intentions valaient plus que les actes… Peut-être. Son maître disait pas mal de chose et il n’en comprenait pas la moitié. Enfin pour être honnête, il ne voulait pas en comprendre la moitié.

La pluie se mit à tomber. Non. Elle tombait déjà depuis un moment. C’était le vent qui se mit à souffler ou la pluie qui devint averse… Ah ! Sa tête lui faisait atrocement mal… Bref, c’était un temps de chien. La terre devenue gadoue se changea peu à peu en texture répugnante. En temps normal il n’y aurait même pas fait attention. Mais rien ne semblait normal ces temps-ci. Il était seul au beau milieu de nulle part, affamé et sans maître…
"Attention mon vieux, ne pleurniche pas sur ton sort." Plus facile à dire qu’à faire.

Splash ! Quelqu’un lui fit un croc en jambe. Bon d’accord, il n’y avait personne. Mais Roëric est un vampire très fier, il ne peut pas tomber de lui-même la tête la première dans une flaque de boue. Pour la prospérité, nous dirons donc qu’un loup énorme et terrifiant le prit en traître.

Étendu à même le sol, il hésita un instant à rester là. Tout simplement. Non, parce que faut pas déconner non plus : devenir l’ennemi du pire psychopathe qui soit… pourquoi pas, s’acoquiner avec des humains… on fera avec, mais faire tout ça le ventre vide ? De l’esclavage ! Il se retourna pour faire face au ciel ombrageux. Il n’avait qu’a attendre. Les humains ne tarderaient pas à tomber sur lui et… il les boufferaient. Rien qu’à cette pensée, son estomac fit un bond dans sa poitrine, lui fournissant une poussée d’adrénaline.

Il se releva. Pas d’esclavage. Juste l’honneur et la fierté d’une dette gravée au fer rouge.

Le vampire se mit en route, marchant prudemment sur le sentier de terre boueux. Ses vêtements déchirés, trempés, mélange de crasse et de pluie ne le mettait guère en valeur. Mais il lui restait son allure martiale, ses cheveux de glace et ses yeux métalliques.

Un certain temps passa. Ou très peu, il n’en savait trop rien. Quoi qu’il en soit il repéra un campement. Plutôt bien caché d’ailleurs, mais la nuit était sienne et quoiqu’en petite forme, il en restait maître. IL s’apprêtait à l’esquiver, lorsqu’une brillante idée lui traversa l’esprit.
"Caché ? Probablement des criminels ! C’est bien ça ! Très bien !"Oui, les criminels il pouvait faire une exception. Les faire disparaître étant après tout d’utilité publique.

Il approcha donc d’une silhouette faisant probablement le guet. Ou ses besoins. Peu importe. La faim et la confiance que lui inspirait la nuit le faisant oublier toutes les précautions d’usage. Lorsqu’il fut certain d’avoir été remarqué, il dit de sa voix morte :


Seriez-vous, à tout hasard, des criminels ?

Une manière comme une autre d’engager la conversation.


Fiche du Personnage
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeMer 5 Déc 2012 - 17:43

"Dame Mélusine ? Réveillez vous, c'est l'heure !"

Brusquement, les paupières de la jeune femme s'ouvrirent, dévoilant des prunelles sombres et parfaitement lucides. Savoir émerger rapidement et analyser une situation potentiellement dangereuse dès le réveil faisait partie des obligations du parfait hors la loi. Mélusine le savait et excellait dans cet art.
Le jour se levait à peine et aux alentours, ses hommes se frottaient les yeux en grognant. Le changement de rythme était difficile pour les loups plus habitués à commettre leurs forfaits de nuit. Néanmoins et pour cette fois ils allaient devoir faire un effort. En effet la caravane qu'ils ciblaient voyageait de jour uniquement et il serait plus facile de la prendre d'assaut alors qu'elle serait en déplacement, formée en colonne plutôt qu'au repos dans un quelconque camp plus aisement défendable.

"Allons-y" ordonna-t-elle lorsque tous furent prêts.

L'opération fut rapide et rondement menée. La horde était bien renseingée et n'avait rien laissé au hasard. Les quelques gardes et mercenaires qui accompagnaient le convoi n'eurent d'autre choix que de se rendre devant la multitudes d'arc sortis de nuls part qui se tendit soudain devant eux. Les rares fous qui résistèrent moururent avant d'avoir pu esquisser plus d'un geste, très vite les chariots furent immobilisés complètement et les commerçants et conducteurs rassemblés, désarmés et finalement relâchés. La horde n'ayant pas pour habitude de tuer lorsqu'elle pouvait l'éviter et Gloria n'était pas très loin, une petite marche ne leur ferait pas de mal d'autant qu'ils semblaient un peu trop bien nourris

"Aucun blessé chez nous et des prises intéressantes Ma Dame" claironna un jeune homme plein d'enthousiasme. "Pouvons nous partir ?"

La louve hocha la tête, un demi sourire satisfait derrière le voile qui cachait son visage. De tels succès sans aucune victime de leur côté étaient rares et précieux surtout que cette opération était importante et prévue de longue date. Elle fit signe à quelques uns de ses voleurs qui sautèrent au bas de leur chevaux pour se précipiter vers les charrettes qu'ils devaient conduire. Il ne s'agissait pas d'être encore dans le coin lorsque la garde royale débarquerait.

C'est ainsi que le soir même, bien loin du lieu de leurs exploits les loups montèrent un camp discret suffisament éloigné de tout passage pour leur permettre de faire la fête tranquillement. Ce à quoi ils s'attelèrent avec entrain, du moins ceux qui n'étaient pas de garde. Mélusine resta à l'écart, pleine d'indulgence pour l'exubérance de ses troupes mais bien loin d'avoir l'envie et le temps de s'y mettre aussi. Qu'ils fêtent donc la victoire, ils l'avaient bien mérité et après tout c'était son rôle que de s'inquiéter du lendemain et pas le leur.

Elle se reposait au coin du feu, à demi somnolente déjà après avoir passé plusieurs heures à organiser l'écoulement de la marchandise qu'ils venaient d'acquérir lorsqu'un cri d'alarme la fit sursauter. Elle sauta sur ses pieds, notant la position de la lune du coin de l'oeil. Déjà si tard ? Plongée dans ses pensées et bercée par l'animation festive de la soirée elle n'avait pas fait attention à l'heure. Ses loups aussi s'étaient montrés négligeants apparement vu comme les gardes avaient tardé à prévenir de la présence d'un intrus. Celui-ci se trouvait déjà presque au milieu du camp !

Les hommes, ceux qui n'avaient pas abusé de la bouteille, avaient sautés sur leurs armes. Par chance la plupart n'avaient pas tellement bu, sachant à quel point elle détestait cela. Elle nota intérieurement de se souvenir du nom de ceux qui étaient en plus mauvais état avant d'oublier instantanément ses résolutions de fermeté. Par le Dracos, cet homme n'était pas normal... Se glisser comme cela au milieu d'eux en se faisant remarquer si tardivement... Cette peau pâle, ce regard fievreux, cet halo sombre... Ce n'était tout de même pas... ?

"Hé ho toi là, d'où tu sors d'abord ?" éructa Erik qui vacillait dangereusement, mollement appuyé sur sa hache de combat.

Mélusine leva les yeux au ciel, il n'y avait qu'un seul ivrogne dans toute la horde et ce titre revenait sans contexte à Erik. Elle ne le gardait que pour sa terrible efficacité et brutale efficacité au combat ainsi que pour sa loyauté à toute épreuve. Mais dracos ce qu'il était agaçant parfois...

"Gabriel, Valentine, accompagnez Erik un peu plus loin. Il a besoin de cuver."

Sa voix résonna dans la semi pénombre, ceci fait elle pu enfin se concentrer entièrement sur le nouveau venu. Bien bâti et empreint de grace féline, l'être n'avait pas l'air particulièrement inquiet de se retrouver au beau milieu d'un groupe armé et plutôt mécontent de cette interruption. Qu'avait-il demandé ? Quelle drôle d'entrée en matière... Les yeux ronds, les loups observaient la scène sans trop savoir ce qu'ils étaient sensés faire. Ils grondèrent toutefois avec mécontentement lorsqu'elle s'avança d'un pas et l'entourèrent instinctivement d'un cercle protecteur. Ils n'aimaient pas beaucoup voir leur Dame Louve prendre des risques ainsi même si la plupart d'entre eux n'avaient sans doute pas reconnu un vampire en la personne de leur visiteur.

"Que voulez vous ? Il n'y a rien pour vous ici, vous feriez mieux de partir..."

Elle le fixa de son regard sombre, elle n'avait pas sorti d'arme mais les lames qui brillaient dans les mains de ses hommes suffisaient (du moins l'espérait-elle !) à faire comprendre à la créature qu'elle n'aurait aucun intérêt à provoquer un combat. D'un oeil attentif, la louve observa les cernes qui entouraient les yeux de son interlocuteur et nota sa posture. Elle savait reconnaitre un fugitif lorsqu'elle en voyait un, elle avait été assez souvent en fuite elle-même pour cela, il semblait affamé et épuisé. Attendez donc... Affamé avait-elle pensé ? Voilà qui était inquiétant...

"J'ignore qui vous fuyez et nous n'avons rien contre vous ni aucune créature mais nous ne pouvons rien pour vous. Reprenez votre route, nous ne vous poursuivrons pas."

Les jointures du loup juste à côté d'elle avaient blanchis, elle comprit que lui et sans doute d'autres avaient reconnu la race de l'intrus, ils se ressèrent encore contre elle, le regard mauvais. La tension monta d'un cran et elle se prépara à intervenir que ce soit pour empêcher ses hommes de le mettre en pièce ou pour le faire abattre si il lui prenait fantaisie de tenter une attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Left_bar_bleue0/10L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeMer 5 Déc 2012 - 21:51

L’odeur de l’alcool, bien que profondément désagréable lorsqu’on possédait des sens aussi développés que ceux d’un vampire, eut un effet curatif sur Roëric. Sa force lui déboucha les narines aussi sûrement que la faim les avait occultés. Bien que ce ne soit pas tout à fait exact. Disons plutôt qu’il était tellement concentré sur un besoin qu’il avait relégué au second plan tout le reste. De fait, l’odeur pestilentielle de l’humain lui avait rappelé qu’il était autre chose que cette… faim primitive et inassouvie.

Il ne répondit pas à l’être à la hache. Non pas qu’il le considérât comme indigne de lui (un certain nombre des plus grands guerrier humain n’étant rien plus, une fois l’épée retirée, que des alcooliques accrocs au plaisir monnayable… mais ça n‘amenuisait en rien leurs prouesses martiales sur le champ de bataille) cependant cette soudaine redécouverte de ses cinq sens l’accapara totalement. On parlait souvent chez les hommes du « monstre qui dort en chacun de nous ». Cette figure de style prenait un sens beaucoup plus propre pour les vampires.

Le monstre en question avait relâché un peu de son emprise. Pour l’instant.

Un relent de décomposition suivait ses traces. Il avait beau être dans un sale état, il aurait tout de même parié sa non-vie là-dessus. Cet effluve n’avait rien d’inconnu pour le vampire, quoiqu’il n’arrivât pas à mettre un visage dessus. Un ennemi mutilé sans doute, qui venait réclamer vengeance. Quand on avait deux siècles d’existence derrière soi et qu’on les avait passés à guerroyer à droite et à gauche, on ne s’inquiétait pas outre mesure de ce genre de nouvelle. Néanmoins, Roëric préférait toujours éviter les mauvaises surprises. Particulièrement celles qui pouvaient lui faire la peau.


« Ça pourrait être un des impériaux… Ils me pistent. Ce sont des ennemis : neuf fois sur dix, la réponse la plus simple est la bonne. »

Intéressante idée. Intéressants humains. Prendre le risque de traquer un vampire de nuit, simplement pour être sûr de pouvoir mettre la main dessus. Le risque était totalement inconsidéré, mais ce faisant, ils venaient de pulvériser leurs chances de le rattraper.

Attends. Attends. Attends.

Il oubliait quelque chose d’important là. Sa mémoire lui jouait encore des tours… Ah ! Oui ! Les criminels ! Qui n’y ressemblaient pas tant que ça finalement. Groupés telle une meute de loups, ils dégageaient une force certaine : mélange de peur et de détermination, d’assurance et d’incertitude. Il devinait un système hiérarchique, quoique basé sur une certaine camaraderie. L’humaine au centre du cercle décidait. Petite, le visage caché, son autorité ne faisait pourtant aucun doute.


Vous ne me poursuivrez pas ?

Il en aurait ri. S’il n’avait eu peur de perdre le contrôle.

Eh bien ! Je vous en remercie. Aimable proposition. En revanche pour repartir j’ai besoin de force et pour ce faire… je dois me nourrir.

Il leva les mains devant lui, paumes ouvertes, en signe d’apaisement. Généralement, les humains en avaient bien besoin à ce stade de la conversation.

Marchandons, voulez-vous ? Oh ! Bien sûr dans l’état où je suis vous pourriez tout simplement attaquer. Vos probabilités de victoire sont assez hautes. Toutefois, vos pertes seraient conséquentes. Alors à moins que vous vous sentiez moralement obligé de me faire le peau, quitte à y laisser la vie… discutons comme des gens raisonnables.

Le problème étant que les humains étaient tout sauf des êtres raisonnés. En temps normal, ils n’auraient même pas eu cette conversation. Mais en temps normal, il ne se serait pas fichu dans un tel pétrin. Et puis ses interlocuteurs étaient plus loups qu’humains. Roëric avait toujours apprécié les loups. De son avis, si les esprits s’étaient abstenus de faire les hommes, les elfes et les vampires ; ce serait les loups qui régneraient en maître. Et le monde ne s’en porterait que mieux.

Même Kylian n’y trouverait rien à redire. Quoiqu’il lèverait probablement les yeux au ciel…



Fiche du Personnage
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeMer 5 Déc 2012 - 23:45

L'amusement pétillait dans le regard du vampire, mêlé à une étrange retenue comme si... Comme si il avait eu peur de lâcher la bride ne serait-ce qu'un instant à ses émotions. Etrange créature, vraiment étrange... Mélusine avait haussé un sourcil devant les remerciements du vampire, non pas qu'elle soit tellement perplexe, elle connaissait suffisamment la réputation d'arrogance de ces êtres mais vraiment, il l'intriguait. L'énormité qu'il prononça ensuite n'arrangea pas les choses

"Je dois me nourrir"

Le mot était lâché et même les esprits les plus lents ne pouvaient pas ne pas avoir compris. Vampire... Ignoble vampire ! Prononçaient les yeux des humains conditionnés dès leur plus tendre enfance pour les craindres et les haïr. Mélusine aussi avait été bercée par les récits mettant en scène les héros Elfiques et Humains combattant et venant à bout des horribles vampires suceurs de sang. Pourtant... Pourtant... Elle ressentait profondément l'énergie spéciale qui ressortait de cet être traqué comme elle, recherché comme elle sauf que lui n'avait pour tort que d'être une créature de la nuit, forcée de se nourrir de sang humain pour survivre. Elle était poursuivie parce qu'elle le voulait bien, elle menait sa propre guerre contre l'empire depuis sa plus tendre enfance mais lui ? Quelle était son histoire ? Comment, par qui, pourquoi avait-il était transformé ? Quand ? Qu'avait-il perdu à ce moment là, que savait-il de son passé et le regrettait-il ? Appréciait-il son existence actuelle ? Elle ne pouvait prétendre lire dans ses pensées mais malgré l'apparence solide qu'il leur opposait et malgré l'orgueil qui semblait ressortir de chacun de ses pores elle sentait l'incertitude qui semblait être le fondement de son être. Les questions qu'il se posait sans doute comme elle se les était posées. Elle dû se reconcentrer pour entendre le reste de la phrase qui tomba dans le silence glacial:

"Marchandons, voulez-vous ? Oh ! Bien sûr dans l’état où je suis vous pourriez tout simplement attaquer. Vos probabilités de victoire sont assez hautes. Toutefois, vos pertes seraient conséquentes. Alors à moins que vous vous sentiez moralement obligé de me faire le peau, quitte à y laisser la vie… discutons comme des gens raisonnables."

Elle leva la main, à temps. Les yeux pleins de colère quatre loups avaient bandés leurs arcs. Ils suspendirent leur geste, agacé mais disciplinés néanmoins. L'un deux protesta tout de même :

"Ma Dame ! Cette discution est grotesque, nous n'allons pas nous laisser dévorer vivants par ce monstre..."

Il s'adressa au vampire, la voix aussi pleine de peur que de courage :

"Vous pouvez menacer autant que vous le souhaitez, chaque homme ici est prêt à mourir pour la horde et pour la Louve que nous servons. Si dix d'entre nous doivent mourir pour vous abattre et vous empêcher de commettre vos atrocités sur les notres alors nous payerons le prix avec joie."

Il leva le menton, dévoilant sa gorge en un geste de défi méprisant sous le murmure approbateur des autres. Mélusine ne le laissa néanmoins pas continuer :

"Suffit."

Ses prunelles sombres sondèrent l'inconnu, soupesant ce qu'elle pensait avoir déjà perçé de lui et ce qui lui restait à apprendre.

"Je vous écoutes marcheur de l'ombre. Que proposez vous ? Sachant que les membres de ma horde ici présent sont tous intouchables et que ce n'est pas négociable."

La meute gronda, mécontente. Quoi donc, elle acceptait donc de négocier avec ce buveur de sang ? Elle le traitait comme un égal ? Voilà qui était fort déplaisant !
Sans faire attention à eux, elle poursuivi de sa voix posée, son esprit totem et son caractère la poussait à tenter d'en savoir plus, à tenter de trouver le compromis qui les sauverait tous :

"Que faites vous si loin de vos territoire de l'est ? Vous êtes poursuivi n'est-ce pas ? Un fugitif sait en reconnaitre un autre... Nous ne sommes peut-être pas si différents..."

Elle avait murmuré les derniers mots, pensive comme souvent et semblant perdue dans un rêve inaccessible à eux tous. Elle se reconcentra tout de même, curieuse d'entendre sa réponse et de savoir si vraiment il allait se montrer aussi borné et imperméable à la discussion que ses frères de race.
Revenir en haut Aller en bas
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Left_bar_bleue0/10L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeJeu 6 Déc 2012 - 20:33

Du sang. Il aurait reconnu cette odeur entre mille, d’autant plus dans l’état actuel de manque où il se trouvait. Son esprit faisait des cabrioles dans tous les sens… mais ne l’avait pas encore déserté. Son imagination en revanche, passait en revue toutes les manières possibles et inimaginables d’arracher la gorge d’un être humain. Non. Pas arracher. Le mot était trop tentant… Et il y avait déjà bien trop de tentation à portée de mains… de crocs aurait-il dû dire.

L’un de ses poursuivants s’était blessé. Démontrant ainsi de façon criante leur total amateurisme en matière de chasse au vampire. Ne jamais attaquer de nuit, toujours venir sous le vent, faire le moins de bruit possible. À vrai dire il valait mieux ne pas en faire du tout… et d’être accompagné d’un bon magicien. Ils avaient réussi l’exploit de le prévenir deux fois de suite. Si les elfes ne s’en mêlaient pas rapidement, cette guerre allait s’achever bien plus vite que prévu.

Roëric reporta son attention sur les arcs bandés. Les gestes étaient sûrs, dénués de tremblements. Une bonne chose, car on ne pouvait raisonner avec des créatures trop apeurées. La peur était une arme puissante, dont il fallait user avec précaution. Trop ou trop peu, et on ne tardait pas à en perdre la tête. Littéralement.

Évidemment, la petite silhouette les domina. Le vampire avait parié dessus. Maintenant, il avait quelques chances de s’en sortir, le tout était d’espérer que l’autorité de la louve soit totale. La loyauté pouvait prendre des formes aussi diverses que variées, et si l’un de ces louveteaux décidait que dans l’intérêt de la meute ou de la chef de meute il devait désobéir… Eh bien, cette nuit finirait très mal pour tout le monde.


J’en suis certain.

Et il était sincère. Cependant, et c’était bien là le problème de toute famille, les parents ne voulaient jamais la même chose que leurs enfants. Ces gaillards n’hésiteront pas à se sacrifier, mais elle refusera de les envoyer à la mort tant qu’elle pensera avoir le moyen de faire autrement. Enfin ce n’était là que supposition et devinette et il pouvait aussi bien être totalement à côté de la plaque.

Il écouta avec attention cette voix à la fois rêveuse et déterminée, ailleurs et pourtant bien présente. Un ravissement pour les oreilles. Il décida donc que cette humaine lui plaisait bien. Ce qui ne l’empêcherait pas de mettre son plan à exécution. Enfin son plan… Disons qu’en son état ça y ressemblait suffisamment pour qu’il s’en persuade lui-même.


Je suis poursuivi, en effet. Deux patrouilles impériales. Je crois que j’en ai semé une.

Ou pas. Pour ce qu’il en savait. Il s’interrompit un bref instant, fasciné par le bruit de tous ces cœurs battant en rythme. Puis il reprit, ses yeux voilés redevant plus vif, plus vivant.

L’autre sera là sous peu.

Son plan originel avait été de saigner les bandits à blanc, puis de mettre les voiles avec toutes ses capacités physiques retrouvées. Kylian lui en aurait sûrement voulu s’il avait étripé les fidèles partisans de sa chère et tendre. En revanche, personne ne s’intéressait aux criminels, encore moins lorsqu’ils étaient morts. Seulement voilà, les bandits en question lui apparaissaient autrement plus sympathiques que des soldats butés, sans aucun sens de l’humour, et qui le traquaient depuis maintenant plusieurs nuits.

Je peux nous en débarrasser. Sans aucune perte pour personne.

Malgré cette harassante migraine qui lui tambourinait l’esprit, il était encore capable de mettre au point une embuscade. Merci bien. Et son interlocutrice ne devait pas être une novice en la matière non plus.

Mais j’ai besoin de sang pour retrouver des forces.

Elle refuserait qu’il se nourrisse d’eux. Ils refuseraient qu’il se nourrisse d’elle. Seulement, au final, c’était elle qui décidait. Le choix (si tant est qu’on puisse appeler ça un choix) était donc fait. Il posa son regard métallique sur la femme.

Du vôtre.


Fiche du Personnage
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeVen 7 Déc 2012 - 18:48

Des patrouilles impériales... A ces mots, le regard de la louve se fit plus dur, plus sauvage. Aucun loup ne portait l'empire dans son coeur et aussi étonnant que cela paraisse Mélusine ressentit le lien furtif qui s'établit entre eux et la créature, avoir un ennemi commun pouvait faire des miracles. La colère couvant dans les yeux de ses hommes ne se dirigeait plus vers lui mais plutôt vers l'obscurité tranquille, les gardes pensaient-ils pouvoir l'utiliser pour se cacher à leurs yeux ?

Croisant le regard interrogateur de quelques loups, Mélusine hocha la tête sans un mot. Ils comprirent aussitôt et s'évanouirent dans la nuit afin de mieux rechercher et localiser la menace. Après tout ce gars là était un suceur de sang, peut-être mentait-il ? Mélusine n'y croyait pas une seule seconde mais se renseigner était important, vital même. Combien serait-il ? Quel serait leur armement ? Leur niveau magique ? Leurs intentions ? Cette dernière question était toute bête mais il fallait dire qu'en règle général les patrouilles avaient plus envie de la capturer vivante elle et ses plus proches lieutenants que de tous les abattres, sans doute les chefs de la gardes rêvaient-ils tous de se pavaner devant leurs supérieurs pour avoir attrapé l'énigmatique et insaisissable louve. Ils pouvaient toujours rêver par ailleurs, elle mourrait plutôt que de tomber entre leurs mains. Toutefois et ce coup-ci la donne risquait d'être différente, attrapée en présence d'un vampire la bande de voleurs risquait l'élimination pure et simple. Le roi ne plaisantait pas à ce sujet...

Je peux nous en débarrasser. Sans aucune perte pour personne.

Elle l'observa, méfiante. Une offre bien généreuse, trop généreuse pour être honnête devait-elle dire. Et puis quoi, pensait-il vraiment qu'elle n'était pas capable de défendre son groupe sans aide ? Ils avaient survécu bien assez longtemps sans lui merci bien ! Bien sur il y avait toujours des risques dans un combat, et elle détestait faire prendre des risques à ses hommes, oh et bien entendu elle avait plus l'habitude de préparer des embuscades que de défendre un camp mais elle n'était tout de même pas totalement inexpérimentée sur ce sujet ! Et puis elle était sure et certaine que son offre ne serait pas gratuite... Le cri de rage qui s'échappa de toutes les poitrines des voleurs ne l'étonna donc pas. Pour le coup il avait réussi à réattirer l'attention de tous, oubliant les patrouilles le groupe menaçait à nouveau le vampire et elle pouvait presque entendre le gémissement des arcs malmenés par la poigne impatiente de ses camarades les plus proches. Un mot, un geste de plus et elle aurait une pelote d'épingles en guide d'interlocuteur. Ainsi certainement que quelques paire de bras en moins dans son camp... Sa voix mélodieuse fit baisser un peu la tension :

"Vous ne manquez pas de culot..."

Incisif, son regard soutint l'éclat métallique de l'autre. Dans d'autres circonstances, avant de devenir ce qu'elle était aujourd'hui elle se serait suremement évanouie de terreur, ou tout au moins elle aurait frissonné. Là, elle ne ressentait qu'un amusement détaché face à cette situation, son sang, rien que cela...

"Et qu'est-ce que vous permet de prétendre que vous êtes digne de tremper vos lèvres dans mon sang ? Le faire couler certes, l'adversaire qui aura un jour ma peau pourra s'en prétendre capable, mais le boire... Il me semble que ce serait un service bien sacré que je vous rendrai là... Voulez vous vraiment m'être redevable à ce point ?"

Elle ne lâchait pas son regard, provocante dans son interrogation étrange. Elle avait retourné la situation d'une bien drôle de façon, prenant l'avantage sans effort et amenant un éclat aussi stupéfait que curieux dans les yeux de ses hommes. Elle ferma les siens un instant, se concentrant sur son esprit totem pour contacter l'un des éclaireurs qu'elle avait envoyés et qui était lui aussi lié au Faucon ;

"Alors Paskal ? A-t-il dit vrai ?"

"Oui Ma Dame, une patrouille traine dans le coin. Elle a repéré des traces et risque de vous tomber dessus dans peu de temps..."

"Combien ?"

"Nombreux... Et bien armés. Le combat risque d'être difficile."

L'échange n'avait duré que quelques secondes et pouvait presque passer inaperçu pour qui ignorait son pouvoir. Ses yeux avaient repris leur éclat pensif lorsqu'elle les posa à nouveau sur le vampire.

"Très bien, si c'est ce que tu souhaites alors il en sera ainsi mais je n'oublierai pas désormais que nous sommes liés par le sang. Pour nous les Hommes, ce genre d'échange lorsqu'il est consenti n'est pas anodin, et j'oublie rarement ceux qui me doivent quelque chose."

Elle parlait avec un aplomb terrible, ne s'arrêtant pas pour savoir si le vampire avait la même conception des choses qu'elle. Bien sur elle n'aurait aucun moyen de le forcer à reconnaitre ce lien et cette dette qu'elle estimait lui faire contracter, néanmoins cette dette serait là, qu'il le veuille ou non et qu'il l'honore ou pas. Les dents serrés, ses hommes n'intervinrent pas lorsqu'elle tira la dague noire de son fourreau. Elle eut un demi sourire furtif :

"Je n'ai rien contre ta race, mais je ne suis pas prête à devenir l'une d'entre vous. Je te prierai donc de garder tes canines loin de ma peau..."

La lame entailla la chair hâlée de son bras gauche, coupant profondément et lui tirant un grimace furtive derrière le voile rouge qui masquait son visage. Elle s'avança sous le regard mécontent du groupe et plongea à nouveau son regard dans celui de l'être de la nuit. Sa respiration s'était accélérée et son coeur battait à grand coup dans sa poitrine, elle était courageuse mais elle devait bien avouer que ce qu'elle faisait là était la chose la plus terrifiante qu'il ne lui soit jamais arrivé de faire. Elle se contrôla assez toutefois pour ordonner sans que sa voix ne tremble trop :

"Gabriel ? Tu prends le commandement le temps que je puisse me remettre. Le chargement que nous avons ici est précieux, il faudra donc rester et combattre. Ne fuyez que si les choses tournent trop mal."

Le jeune homme hocha la tête, blême devant la scène mais plein de bonne volonté. Il lança aussitôt ses ordres, organisant le groupe pour une défense efficace. Ne restèrent que deux hommes sur place qui, les bras croisés, observèrent leur chef et surtout le vampire d'un oeil noir. Au moindre problème, ils étaient prêts à intervenir. Mélusine eut un sourire sans joie à cette vue, voilà qui lui faisait une belle jambe...
Revenir en haut Aller en bas
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Left_bar_bleue0/10L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeVen 7 Déc 2012 - 23:25

Si les impériaux furent une agréable diversion, même les monstres n’appréciaient pas particulièrement d’être traités comme tel, l’agressivité de la meute revint bien vite vers lui. Comme il se devait. Après tout, il était le prédateur et eux, les proies. Quoi que l’on pouvait en douter : lui très calme, désarmé et eux beaucoup plus nombreux et pointant leurs arcs bandés. Étrangement, l’idée de finir sa non-vie à l’état de porc-épic sanguinolent ne le perturbait pas plus que cela. Une preuve supplémentaire -si besoin était- qu’il était complètement à côté de la plaque.

Sa fierté et son sens de l’honneur l’avaient toujours caractérisé, plutôt ironique pour un vampire. Certes. Mais il s’y était attaché et il y tenait. Car c’était là la preuve la plus éclatante qu’il était toujours lui-même : Roëric Alokor. Et non pas l’un de ses innombrables monstres sans visage qui satisfaisait ses pulsions les plus primaires comme l’on cueille des fleurs. Ces nourrissons stupides, sans aucune idée de leur propre identité, obéissant aveuglément au premier venu qui leur fichait un peu la trouille.

Pathétique.

Évidemment, la louve reprit la contrôle de la situation. Il n’en attendait pas moins d’elle ; après tout, elle avait sa vie entre ses mains. Elle l’observait, le fixant du regard. Il joua le jeu, car il n’avait plus grand-chose à perdre. D’un marron très sombre, presque noir, ils auraient été d’une banalité affligeante si ce n’était cette profondeur, cet éclat qu’on ne retrouvait que chez quelques rares humains. C’était ceux qui valaient plus qu’on ne le croyait au premier abord, et que généralement, on regrettait d’avoir égorgés. Créature très solitaire, le vampire avait souvent autant besoin d’une conversation intéressante que d’une gorgée de sang frais…

Enfin, de son avis, mais on le considérait comme un original.

Ses yeux gris s’animèrent et s’amusèrent de la diatribe. Qu’est-ce qu’il venait de dire ? Humain intéressant, moment intéressant, tout valant mieux que l’ennui… et la faim. Impressionnante, elle lui avait presque fait oublier cette faim. Mais comme toujours, et en maîtresse toujours plus exigeante, elle se rappelait à lui, aussi tenace et collante qu’une aldarianéene. Cette remarque ne visant évidemment pas Aladaria la Superbe et ses charmantes citoyennes. D’ailleurs à ce sujet… Mais on s’en moque. Ah migraine, migraine…

Il grimaça devant la question. Plus du tout amusé à présent.
Comment a-t-elle fichtrement deviné que c’était mon genre ? Et voilà… je n’ai même pas payé ma dette envers Kylian que je me retrouve endetté ailleurs… Pas plus mal qu’on m’ait refilé l’éternité finalement, au rythme où ça va, j’en aurai bien besoin. Il avait la curieuse impression de s’être fait piéger, tout en sachant pertinemment qu’on en serait venu là tôt ou tard. Tout à son faux dilemme, il ne remarqua pas du tout la très légère « absence » de son interlocutrice.

Voilà qu’elle prenait le dessus à présent. Et il ne pouvait rien dire bien sûr, c’était son idée. Avait-on déjà vu un idiot pareil ?

Une question qui resta sans réponse (peut-être valait-il mieux d’ailleurs). Car tout s’effaça. Le raisonnement, l’imaginaire, les pensées… Rien ne subsista, excepté cet appel qui se faisait de plus en plus insistant, vif, omniprésent. Ses yeux étaient désormais fixés sur le liquide vermeil qui s’écoulait paresseusement. Ses oreilles avaient comme étouffé tous les autres sons, pour se concentrer exclusivement sur l’écoulement de la précieuse denrée. Son odorat semblait déjà connaître l’effluve par cœur, ce qui ne l’empêchait pas de recommencer encore et encore.

Le monde s’était rétréci. Existaient seulement son besoin et la frêle créature qui lui faisait face.

Une main froide s’empara de la paume, l’autre saisit le bras un peu en dessous du coude. Il resta ainsi pendant quelques secondes, hésitant. Quelque chose le perturbait… Puis il comprit : il n’était pas prédateur. Il sentait évidement la peur de la femme, mais celle-ci ne le combattit pas, pas plus qu’elle ne prit la fuite.

Peu importait après tout, il avait faim et c’était l’heure du petit-déjeuner.

Sa langue fit le chemin tracé par le précieux liquide en sens averse, ne laissant rien derrière elle. Ses lèvres se posèrent sur la blessure et il se nourrit. Chaque gorgée le revigorant comme seul le sang savait le faire. Il n’y avait aucune brutalité dans ses gestes, parce qu’il n’en avait pas besoin. De même qu’il aurait bien aimé dire que s’il ne sortait pas ses crocs, c’était par respect pour la louve… mais il l’avait complètement oublié. Il n’en avait pas besoin, alors il ne s’en servait pas.

Un temps passa. Éternel et instantané.

Il se retira, avec regret, mais sachant -ses esprits retrouvés- que s’il affaiblissait trop la chef de meute, les autres l’en tiendraient pour personnellement responsable. Ce qui serait d’ailleurs le cas. Bref, il cherchait toujours à éviter le conflit.
Étant beaucoup plus près d’elle que précédemment, il profita de s‘être redressé pour détailler le visage de sa… de sa quoi d’ailleurs ? Proie ne convenant pas vraiment, de toute sa vie - et il avait vécu suffisamment longtemps- il n’avait jamais entendu parler d’une proie consentante.


Vous devriez vous nourrir vous aussi. Ça vous redonnera des forces. Évidemment je suis à vos ordres à présent.

Puis il attendit, pensif. Ne remarquant pas qu’il tenait toujours le bras de la femme ni même que ses lèvres vermeilles laissaient échapper deux petites traînées de sang. « Son » sang au demeurant.

Étrange situation.


Fiche du Personnage
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeSam 8 Déc 2012 - 18:20

Glacée.. Sa main était glacée... Elle réprima un hoquet de surprise avant de se fustiger intérieurement, évidemment qu'il avait la peau froide, c'était un vampire sacrebleu ! Mais elle devait bien avouer qu'il était bien plus impressionnant de vérifier par soi même ce genre d'information ! Une peau froide donc, et dure. Ainsi qu'une poigne d'acier qui l'arrangeait bien car sans elle nul doute qu'elle aurait instinctivement fait un pas en arrière. L'être déjà fort étrange avait d'un seul coup perdu la fine façade qui pouvait à la limite le faire passer pour un humain, de ténébreux il était devenu sauvage. Animal presque, dangereux surtout... Elle avait vu la lueur dans son regard fixé sur son entaille, il s'était figé une seconde ou deux, semblant inspirer profondément et... Humer ? Cette découverte l'avait laissée perplexe, son sang avait-il une odeur ? Elle-même avec son nez d'humaine ne sentait absolument rien mais lui par contre semblait capable de la tracer sur des kilomètres rien que grace à sa blessure. Que disait-on des vampires déjà ? Qu'ils étaient les prédateurs des humains ? Elle comprenait mieux cette affirmation à présent qu'elle était là, le bras en sang enserré dans une poigne dont elle savait qu'elle ne pourrait se défaire même si elle décidait soudain de changer d'avis. Dracos... Il pouvait la tuer maintenant en une seule seconde...

*Zut, les autres vont m'en vouloir à mort...*

Remarque idiote, çà lui ferait une belle jambe puisqu'elle serait morte justement ! Tous les gens sur le point de mourir avaient-ils de si étranges pensées ? Non c'était sans doute juste elle, d'autant plus qu'il n'y avait qu'elle pour se mettre dans des situations pareilles de son plein gré ! Le taux d'adrénaline que charriait son sang devait exploser tous les records, quand à sa tension artérielles et à son rythme cardiaque elle préférait ne pas y penser. D'ailleurs ce n'était plus trop le moment, les lèvres du vampire étaient toutes proches de sa peau, elle se tendit inconsciemment, redoutant la douleur, allait-il tenir sa parole ? Etrangement elle avait confiance, elle ne pensait pas qu'il la mordrait volontairement... Volontairement non, mais bon il était tout de même sacrément assoiffé non ? Et si il perdait le contrôle ? Par tous les Esprits il allait falloir qu'elle arrête de gamberger comme cela sinon elle allait tourner de l'oeil et ça ferait très mauvais genre ! Cédant à un instant de panique, elle ferma brièvement les paupières...

Pour les rouvrir aussitôt et découvrir que le vampire avait nettoyé tout le sang qui s'était écoulé et était en train d'aspirer le reste. Quelle drôle de sensation ! Terrifiante à la fois parce qu'elle ignorait encore si il saurait ou voudrait s'arrêter mais aussi parce que bizarrement elle ne trouvait pas cela si désagréable. Il ne faisait preuve d'aucune brutalité, dans le silence religieux qui les environnait elle en oubliait jusqu'à la présence des autres loups aux alentours. Le temps semblait ne plus s'écouler qu'au rythme lent du sang qu'on lui prélevait, elle et lui étaient seuls. Absolument et totalement seuls, liés par une chose qu'elle ne saurait décrire, un sentiment de bien-être partagé à la fois par le vampire qui pouvait enfin se nourrir mais aussi par l'humaine qui... Et bien qui ne comprenait pas très bien pourquoi elle se sentait si bien justement !

"Ooooh !"

Sa voix était étrange, un peu ailleurs. Elle se sentait grisée, très légèrement, juste assez pour se sentir bien comme lorsqu'on sait avoir un peu abusé d'un bon vin sans pour autant s'être laissé aller jusqu'à en être ivre. Elle ne l'avait pas remarqué de suite mais l'autre l'avait relâchée et la fixait à présent, le regard pensif. Il lui fallu quelques interminables secondes pour percuter et faire un pas en arrière, il n'avait tout de même pas l'intention de tenter de percer le mystère de son voile ? Elle allait lui lâcher un de ces regards furibonds dont elle avait le secret en échange de son impertinence mais son corps en décida autrement et elle tituba brusquement. Zut, voilà qu'elle frôlait l'anémie maintenant...

"Vous devriez vous nourrir vous aussi. Ça vous redonnera des forces.

Se nourrir ? Stupidement elle fixa un instant la traînée de sang au coin des lèvres du vampire avant de se souvenir que son corps à elle se contenterait tout à fait d'un bon steack saignant plutôt que de ce genre de liquide. D'ailleurs c'était le sien, de sang, qui ornait à présent le visage de l'être de la nuit et lui servait d'énergie... Cette pensée la fascina un instant, pourquoi diable ses pensées ne cessaient-elles pas de partir comme cela dans tous le sens ? Elle fronça les sourcils, décidée à retrouver pour de bon ses esprits et s'éclaircit la gorge pour répondre d'une voix qu'elle voulait aussi ferme que possible :

"Vous avez sans doute raison, mais nous n'avons pas le temps."

Comme pour ponctuer ses paroles, un hurlement déchira la nuit. Le cri d'un loup... C'était un signal d'alerte donné par l'un de ses hommes.

"Ils arrivent... " murmura-t-elle

Qu'avait-il dit d'autre ? Qu'il était à ses ordres ? Elle sourit derrière son capuchon

"Je n'ai jamais pris la liberté de personne, je ne vais pas commencer maintenant. Tenez simplement parole, je ne veux pas que les miens soient blessés, ou pire..."

Elle terminait à peine sa phrase qu'une flèche vint se planter à leurs pieds. Ses deux gardes s'interposèrent aussitôt entre elle et le feu du combat, elle n'était pas une combattante même si elle se défendait assez bien dans l'art du combat et puis de toutes façons dans les circonstances présentes elle serait certainement bien incapable de faire de mal à la moindre mouche...

En une parfaite coordination démontrant leur longue expérience les loups manoeuvrèrent pour accueillir férocement les arrivants. Ils avaient l'habitude de combattre côte à côté mais ils étaient plus habitués à éviter le combat et à lancer des attaques éclairs qu'à soutenir une charge comme celle qu'il leur arrivait dessus. Le coeur de Mélusine s'emballa à nouveau, elle en trépignait presque de devoir rester en arrière ! Les ennemis étaient nombreux et bien armés, comment pouvait-elle espérer que tout ses hommes s'en sortent indemnes ? Elle serra les poings, folle d'inquiétude et mourrant d'envie de s'en mêler. Elle ne savait pas très bien combien de temps elle tiendrait ainsi à rester en arrière, nul doute que si cela tournait mal elle entrerait aussitôt dans la bagarre et tant pis si elle ne tenait pas sur ses pieds ! Son regard s'était encore assombrit et brillait à présent d'un éclat aussi dur et pur que le diamant, tous les loups détestaient l'empire mais dans ses yeux à elle on lisait une véritable haine...

"Protégez-les, leur sang est aussi précieux à mes yeux que l'a été le mien aux vôtres !"

Elle passait du vouvoiement au tutoiement et du tutoiement au vouvoiement, ne sachant trop comment s'adresser à cet être qu'elle sentait à présent confusément lié à elle...
Revenir en haut Aller en bas
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Left_bar_bleue0/10L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeSam 8 Déc 2012 - 21:32

Pas le temps ? Peut-être bien. Maintenant que ses sens s’étaient comme réveillés d’une douloureuse torpeur, il percevait enfin la totalité de son environnement. Une quarantaine de cœurs battaient dans le campement. Et j’avais l’intention de m’en nourrir ? Affligeant comme la faim nuit sur nos capacités mentales. Mais ce n’était pas le plus grave, loin de là. Une centaine d’autres battements attiraient son attention. Ils se déplaçaient vite. Trop vite pour des hommes. Et la moitié de ces sons différaient que trop du cœur humain. Trop rapide, trop puissant.

Leurs montures.

Évidemment, des cavaliers pour rattraper un vampire, c’était bien le minimum. Il nota dans un coin de son esprit le cri d’un homme. Ses « compagnons » d’armes les avaient eux aussi repérés. Il reporta son attention sur la femme, notant son sourire. Liberté ? Elle ne lui avait rien pris qu’il n’ait librement offert. La liberté c’était le choix. Et il avait choisi. Les loups plutôt que les impériaux. C’était aussi bien comme ça, un vampire du côté des Kohan... Ça faisait quand même désordre, quoiqu’en pense Kylian.

La bonne nouvelle c’était que leurs ennemis n’étaient plus que cinquante. Les mauvaises (oui, au pluriel) c’était qu’ils étaient mieux équipés, mieux formés au combat en rangée et surtout qu’ils montaient ces fichus chevaux. Les éliminer c’était la partie facile. Il faisait nuit après tout. Mais il devait garder les louveteaux en vie. Une tâche autrement plus ardue. Alors que son esprit de stratège analysait toutes les possibilités offertes, il prit une décision.

Face à eux, un bloc d’acier et de mort chargeait en faisant trembler le sol. C’étaient des destriers faits pour la guerre, conditionnés pour le combat. Rien ne les ferait reculer. Quant aux soldats, Roëric nota leur équipement négligé et leur fatigue. De toute évidence, ils avaient beaucoup trop forcé sur la corde, d’ailleurs la bave aux lèvres des étalons prouvait qu’ils n’étaient pas les seuls. Après des nuits et des jours en selle, ils n’étaient plus vraiment aptes au combat.


Ils ont rattrapé un vampire en fuite, c’est vrai. Et c’est un exploit. Mais ils en paient le prix. Cette opération était une folie.

Deux choses : stopper la charge, neutraliser le commandant. Il adressa un sourire se voulant rassurant à la louve, mais à l’aube d’une bataille, il ressemblait plutôt à un rictus. Son faciès exprimant joie et cruauté, envie et mort. Ce serait bientôt l’heure de danser avec les vivants et il n’aurait raté ça pour rien au monde. Il répondit néanmoins, froid comme la brise :

Évidemment.

Impressionnante cette louve quand même. Malgré l’immense haine qu’elle vouait aux impériaux, une haine qui se lisait sans mal y compris avec un visage partiellement caché, elle faisait tout de même passer en priorité la sécurité des siens. Pas étonnant qu’elle soit chef de meute. Ni d’ailleurs qu’il se soit lié à elle.

Mais passons. Il joignit deux doigts devant lui, désignant le premier rang des cavaliers, pensant très fort à l’effet voulu. Le résultat fut spectaculaire. Non pas parce que le sort l’était, Roëric se considérant au mieux comme un magicien passable, mais parce que combiné à la vitesse des montures, il fit des ravages. En effet, le sort d’Aranea faisait apparaître des toiles d’araignées dans un rayon de quatre mètres autour du point fixé. Ces toiles étant bien sûr composée de fils beaucoup plus épais et résistants qui n’eurent de par leur texture collante, aucun mal à engluer les montures... qui pourtant continuèrent leur course… Jusqu’à que les toiles les catapultent en arrière.

Littéralement.

Les chevaux se prirent donc les uns dans les autres, l’effet de domino aidant, la majeure partie tombèrent au sol, seuls les cavaliers se tenant sur les côtés continuèrent leur course : entre quinze et vingt, qu’une quarantaine de loups -expérimentés au tir à l’arc, Roëric l‘avait appris bien malgré lui- n’allaient pas tarder à clouer sur place.

Le danger d’une charge de cavalerie (qui aurait été absolument meurtrière) était donc passé. Mais demeurait le problème principal. Le commandant. Le mutilé. Celui qu’il avait à ce point offensé (sans le faire exprès d’ailleurs) qu’il le traquait de nuit, ce que n’importe quel humain un tant soit peu censé aurait considéré comme de la folie pure et simple.


Il n’y a pire ennemi que celui qu’on mutile, sans pour autant lui ôter la vie.

En un sens, il comprenait, il acceptait. Lui-même aurait sûrement cherché la vengeance, quoique de manière plus froide, plus calculatrice… La colère c’était très bien lorsqu’on la contrôlait, mais terrible lorsqu’elle nous contrôlait.

Debout rats des champs ! Bande de puceaux attardés ! Et plus vite que ça !

La cible s’était d’elle-même trahie, ç’aurait été adorable si ce n’était pas aussi ennuyeux. Ce type est un champion pour gâcher la nuit des autres. Tant pis pour la chasse. Il l’observa attentivement. Il portait une armure épaisse, tout en plates, tenant une hache à deux mains. Son casque avait volé lors de la chute et c’était probablement un miracle qu’il ait pu se relever en étant aussi lourd, ce qui n’était pas le cas de beaucoup d’autres.

Enfin, il vit ce qu’il cherchait : son nez avait été réduit à l’état de purée sanguinolente. Ce qui était non seulement répugnant, mais aussi très amusant. Cependant on lui avait toujours dit qu’il avait un drôle de sens de l’humour. Quoi qu’il en soit, le commandant en question l’avait remarqué et se dirigeait à présent vers lui, apparemment décidé à lui faire la peau.

Bien sûr, il était accompagné de quelques copains. Le sens de l’honneur c’était très bien, très gentil et absolument indispensable lorsqu’on racontait ses exploits en taverne, mais dans la réalité attaquer un vampire seul, de nuit : ça s’appelait un suicide.


Amène-toi chien ! Enflure de vampire ! Regarde ce que tu m’as fait ! Regarde ! Je vais t’étriper !

Il continua ainsi, enchaînant joyeuseté sur joyeuseté, mais Roëric ne l’écoutait déjà plus. Il s’éloigna d’un pas ou deux de la louve et de ses deux gardes, puis dégaina Sophia, l’épée noire, dans un chuintement mortel. Pour lui-même il chantonnait, à l'image d'un enfant devant son cadeau d'anniversaire :

Dansons, dansons, dansons…


Fiche du Personnage
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeDim 9 Déc 2012 - 14:04

Des cavaliers... Une immense rangée de cavaliers qui fonçait droit sur la horde !

"Non, non, non, NON !"

Ses oreilles tintaient désagréablement et la symphonie discordante de "non" qui dansait dans son esprit ne l'aidait pas à réfléchir. Elle voyait déjà d'ici ce qui allait se passer, la charge allait faire exploser d'un seul coup la phalange ordonnée mais bien maigre des loups puis elle ferait demi tour en un synchronisme parfait et reviendrait achever le travail. Bien sur si ils avaient eu des lances... Mais leurs arcs et leurs épées ne pourraient pas arrêter une telle charge, la magie l'aurait pu bien sur mais elle ne possédait pas de si puissants magiciens dans ses rangs, elle même d'avait qu'un niveau moyen et absolument pas la force de s'opposer à une telle attaque, que faire, que faire ? Il était trop tard ! Mais c'était sans compter sur le vampire.

S'en suivit une scène indescriptible, les yeux ronds Mélusine observa les cavaliers qui repartaient en sens inverse comme des boulets de canon, renversant les autres rangs. Les hurlements des hommes qui se faisaient piétiner étaient terribles, elle en aurait presque eu pitié si il ne s'agissait pas d'êtres venus ici exprès pour les tuer tous, et de soldat Empiriens en plus. Qu'ils meurent tous, ils ne méritaient pas mieux !

Debout rats des champs ! Bande de puceaux attardés ! Et plus vite que ça !

Si elle n'avait pas été aussi pétrifiée de terreur elle aurait sans doute secoué la tête devant une telle idiotie. Cet homme croyait-il vraiment obtenir la loyauté de sa patrouille de cette façon ? Ne comprenait-il pas qu'un soldat combattant par amour pour son chef était bien plus efficace qu'un soldat combattant par devoir ? Il était peut-être soldat de métier mais ce qui était sur c'est qu'elle avait pas mal de choses à lui apprendre sur la meilleure façon de se faire respecter et obéir ! Du regard elle parcouru le champ de bataille, ses hommes se défendaient bien, combattant en duo comme elle le leur avait apprit et veillant les uns sur les autres comme des loups veilleraient sur leurs frères. Un immense sentiment de fierté gonfla son coeur, ils avaient toutes leurs chances après tout...

Puisqu'elle suivait le commandant ennemi du regard elle d'eut aucun mal à retrouver le vampire, en effet il se dirigeait droit dessus d'un air colérique. Ces deux là avaient apparemment des comptes à régler ! Dracos, quelle efficacité ! Fascinée elle observa la danse macable de l'être de la nuit qui éliminait un à un chaque humain se trouvant entre lui et sa cible, il semblait danser au dessus du champ de bataille. Ses mouvements étaient flous car trop rapide pour l'oeil humain mais de ce qu'elle pouvait en voir ils étaient tous empreint d'une grâce étonnante, qui avait dit que les vampires étaient des créatures répugnantes ? Ainsi concentré en pleine action, elle le trouvait presque beau. Effrayant certes, mais magnifique de fureur guerrière et de ce qui ressemblait bien à une étrange joie, chantait-il ? Elle en avait presque l'impression. Par les Esprits, il y prenait plaisir en plus !

"Ma Dame, attention !"

Trop occupée à observer la source de sa curiosité, la louve en avait presque oublié où elle se trouvait. Un humain plus malin que les autres avait passé la garde vigilante de ses loups qui étaient tous en plein combat, et la dévorait à présent d'un regard cupide, stupide aussi... M'enfin... Elle leva les yeux vers lui, soudain sur ses gardes

"Alors te voilà Lorey, la louve comme on dit... Tu sais à combien s'élève le prix pour ta capture ?"

Pour tout dire elle n'en avait aucune idée, ayant perdu le compte depuis bien longtemps. Elle se contenta de l'observer, attentive au moindre mouvement. Croyait-il qu'elle allait se laisser capturer si facilement ?
L'attaque fut foudroyante mais elle l'attendait de pied ferme, elle recula encore et encore, sa dague noire à la main. Elle n'avait pas prévu de se battre aujourd'hui, elle n'en avait d'ailleurs pas la force mais par chance cet homme là recherchait apparemment l'argent et pour cela il devait la prendre vivante. Il retenait ses coups, hésitant par moment, sachant qu'il ne gagnerait pas grand chose à la tuer. Elle évita un coup du plat de l'épée qui l'aurait certainement laissée assommée et recula encore. Dracos, elle n'allait pas pouvoir faire ça éternellement ! Ses forces d'affaiblissait rapidement, elle hésita à utiliser la magie. Aurait-elle assez d'énergie pour cela ? Rien n'était moins sur mais après tout ce n'était pas comme si elle devait avoir le choix... Elle en était à sélectionner soigneusement son sort lorsqu'un combattant inattendu vint se mêler à leur pugilat :

"NAL ! NON !"

Un ouragan de plume s'était abattu sur le soldat, armé de serres et d'un bec acéré. Nal était un faucon qu'elle avait recueilli et élevé dès la sortie de l'oeuf, il était en chasse depuis plusieurs jours et semblait avoir choisi le pire moment pour revenir. Horrifiée la louve ne pu qu'assister à l'attaque foudroyante de l'oiseau de proie qui tomba du ciel directement sur la tête de son adversaire, cela ne dura que quelques secondes et par chance il reprit aussitôt son envol, apparemment indemne. Au sol l'homme hurlait, les yeux crevé et le visage en lambeau. En voilà un qui ne lui poserait plus de problème...

Elle se réintéressa au combat, cela se terminait. Vaincue la patrouille reculait en désordre, l'ennemi était décimé... Les deux gardes qui avaient eu la charge de veiller sur elle achevaient leurs adversaires, haletants mais pas blessés. L'un d'eux revint à ses côtés et posa sa lame sur le cou de l'aveugle. Elle secoua la tête et il suspendit son geste, celui là ne pouvait plus faire de mal...

"Laissez les partir, pas de poursuite !" ordonna-t-elle.

Il y avait eu bien assez de morts pour aujourd'hui et le temps qu'ils rentrent raconter leurs aventures à Gloria elle et ses hommes seraient déjà très loin. Encore une fois la horde ne tuait pas sans raison, tant pis si cela devait déplaire au vampire qui aurait sans doute du mal à comprendre leur réaction.

"Et celui là Ma Dame ? Qu'en faisons nous ? Il ne pourra pas rentrer seul..."

"Gardons le pour le moment, nous le relâcherons lorsque nous croiserons un convoi ou des paysans."

Elle se tourna vers le vampire qui en finissait de ses derniers adversaires. Elle ne savait toujours pas ce qu'il faisait si loin de ses terres mais elle avait prit une décision. D'un seul geste, elle repoussa son voile en arrière, dévoilant son visage.

"Merci d'avoir tenu parole.. Je ne connais toujours pas votre nom, j'ignore où vous conduises vos pas mais les notres doivent nous éloigner d'ici très vite. Ferez vous un bout de route à nos côtés ?"

Le faucon poussa un cri strident au dessus de sa tête, elle leva le bras pour l'accueillir et il vint docilement se poser sur son bras. Elle eut un sourire, heureuse de le retrouver enfin

"Je crois que Nal aimerait se présenter à vous... Il n'aime pas beaucoup se sentir à l'écart"
Revenir en haut Aller en bas
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Left_bar_bleue0/10L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeDim 9 Déc 2012 - 23:14

La lame s’abattit : plongeant sur la nuque découverte du commandant ennemi, tel un rapace sur sa proie. Il n’y eut aucune hésitation, aucun remords, car au combat il ne devait jamais y en avoir, sauf si l’on voulait perdre la vie. Peu importait qu’il fût à genoux, vaincu par un adversaire beaucoup trop fort pour lui. Il l’avait épargné une fois et les conséquences auraient pu être désastreuses. Pas seulement pour lui d’ailleurs. Cette fois, il n’y aurait aucune erreur.

Sophia trancha la chair et l’os, son enchantement de Solidité lui permettant de couper proprement et avec une efficacité mortelle le cou du mutilé. La tête tomba à même le sol, dans la boue et l’herbe mouillée. Le sang gicla, tel un torrent rougeâtre aussi furieux qu’éphémère, mais sans effet sur le mental du vampire. Il s’était d’ors et déjà nourrit. Le contrôle aussi bien sur lui-même que sur son environnement était absolu. Lorsqu’il dansait avec l’épée noire, chaque geste avait une raison, chaque mouvement un but.

Il se redressa, observant d’un œil stratège le résultat du combat. Analysant, calculant sans s’émouvoir du spectacle contemplé. Hommes et chevaux agonisaient, deux fois perdus au terme de leur agonie : abandonnés au milieu de nulle part par un homme que la folie vengeresse avait détruit. Corps et âme. Avec cette souplesse et cette grâce si coutumière des véritables guerriers, il tua les derniers les soldats. Les autres prirent la fuite.

Et ne furent pas poursuivi.

Une erreur stratégique grossière. Car il y avait une autre patrouille dans les environs, sans compter le fait qu’une fois leur rapport rendu, la prime sur la tête de toutes les personnes ici présentes allait singulièrement gonfler. Sauf pour lui. Des vampires anonymes tuants de l’impérial ce n’était pas vraiment ce qui manquait ces temps-ci. Il doutait vraiment que des soldats terrifiés (sans compter la mauvaise vue nocturne des humains) pussent établir un portrait fidèle de lui.

De fait, il n’insista pas. C’était elle qui dirigeait ce groupe, et si la louve voulait mettre les siens plus en danger encore pour sauver la vie de quelques déchets… ce n’était pas son problème.

Il porta son regard de métal sur elle, agacé. Non pas par cette histoire, qu’il avait déjà oubliée, mais parce qu’en la voyant, il se rendait compte qu’il était sincèrement soulagé de la voir en vie.
Quelle sorte de lien ai-je créé ? Dans quoi me suis-je encore fourré ? Oh, Dracos ! Enfin, il était inutile de s’appesantir là-dessus, ce qui était fait… était fait. Et puis c’était peut-être tout à fait naturel, il s’était bien attaché à quelques humains au cours de sa longue existence.

Bref, il examina son visage avec attention, comme pour en graver chaque détail dans sa mémoire. Il était bien conscient de l’honneur qu’il lui était fait, car si elle cachait son visage c’était probablement pour une excellente raison. Cependant, il n’avait lui-même rien de plus à lui montrer. Il essuya donc sa lame puis la rengaina, avant de répondre.


Ma foi, pourquoi pas ? Une direction en vaut bien autre.

Il risquait de s’attirer quelques jaloux parmi tous les loups qui l’avaient plus tôt braqué de leurs flèches. Mais il en doutait un peu, d’abord parce que la discipline était exemplaire : peu d’hommes auraient épargné ses ennemis en étant encore animé de la rage du combat, de plus on considérait souvent que le combat liait les hommes entre eux. Sauf qu’il n’en était pas un.

Tant pis comme dirait l’autre.

Il observa le faucon, en voilà un qui lui plaisait. Comme tous les chasseurs. Impitoyable, comme on pouvait le constater en regardant le prisonnier… aveugle. Il n’y avait rien de pire que la mutilation pour un guerrier, et la pitié eut voulu qu’on mette fin à ses jours. Que trouverait-il en rentrant ? Une famille qu’il ne pourrait plus nourrir, des frères d’armes le regardant avec pitié si ce n’est condescendance, sans travail, il allait probablement finir mendiant dans le quartier pauvre. Avec un écriteau indiquant qu’il était un ancien soldat.

Triste avenir. Mais tout ça ne le concernait guère.


Enchanté Nal, je suis Roëric Alokor. Et vous ma dame ?

Ben oui, avec tout ça, lui non plus ne connaissait toujours pas son nom. Et si cette politesse paraissait bien étrange après ce qu'ils avaient vécu, les bonnes manières c'était les bonnes manières.


Fiche du Personnage
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeLun 10 Déc 2012 - 12:22

Il était agacé... Elle le ressentait sans effort, étrange tout de même ce lien qu'ils avaient créé... Comment se faisait-il qu'elle parvenait à le comprendre si facilement alors qu'il n'était même pas humain ? C'était une question qu'elle préférait ne pas se poser.
Sans doute n'appréciait-il pas de voir l'ennemi lui échapper, les vampires ne devaient pas avoir pour habitude de se montrer magnanime et il était vrai que cela mettait la horde en danger et l'obligeait à lever le camp en urgence. Malgré tout Mélusine ne regrettait pas sa décision, elle était certes une voleuse, elle avait bien sur déjà tué mais pour autant elle ne voulait pas qu'on puisse désigner son groupe comme un clan d'assassins. Ils étaient bien au dessus de cela.
C'est donc d'un regard limpide qu'elle observa l'être de la nuit, lui-même la dévisageait sans complexe, savait-il seulement qui elle était ? Connaissait-il le prix qu'on avait mit sur sa tête ? Sans doute pas, il ne devait pas avoir pour habitude de se promener dans les villes humaines, c'était en effet une activité assez déconseillée aux vampires.

Elle se sentait bêtement tendue alors qu'il essuyait et rangeait sa lame. Allait-il accepter sa proposition ? Sans doute pas, qu'est-ce qu'un vampire pouvait bien avoir à faire avec des humains ? Il s'était nourrit, il avait rempli le marché et maintenant il allait partir tout simplement, c'était dans la logique des choses qu'il reprenne sa route seul comme le faisait la plupart des êtres de la nuit. Il n'avait rien à voir avec eux, sans doute les aurait-il déjà oublié dès le lendemain... Pourquoi donc cette pensée l'attristait-elle à ce point ? Dracos elle perdait la tête décidément ! Il valait mieux qu'il parte, qu'ils se séparent dès maintenant et qu'on ne parle plus.

Ma foi, pourquoi pas ? Une direction en vaut bien autre.

Sa dernière résolution ne l'empêcha pas de fondre de joie à cette réponse inattendu, c'était bien vrai, il restait ! Elle n'eut pas le temps de réprimer le sourire réjoui que lui inspira la nouvelle, il allait sans doute la prendre pour une folle furieuse, tant pis ! Même le soupir perceptible de certains de ses loups ne doucha pas son bonheur, d'accord c'était complétement idiot mais les faits était là, elle s'était déjà attachée à ce personnage étrange et elle voulait prendre le temps de le connaitre un peu plus. Le risque qu'elle courait au passage de terminer sans une goutte de sang dans ses veines ne l'effleura même pas, au diable la prudence !

Nal poussa un cri strident lorsque le vampire lui parla, se réjouissait-il lui aussi ? Mélusine aurait été bien incapable de le dire, elle s'en fichait pour le moment. Elle était occupée à graver le nom de son interlocuteur dans sa mémoire. Roëric Alokor... Un nom harmonieux, il lui plaisait.

"Je suis Mélusine, Mélusine Lorey. L'empire m'a donné le surnom de louve, depuis je m'efforce d'être digne de l'image que ce cher Empereur Kohan semble se faire de moi..."

Un éclat moqueur brillait dans ses yeux, masquant un peu l'amertume qu'elle ressentait en prononçant ces paroles. C'était bel et bien l'empire qui avait fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui, et tant pis pour lui si à présent il s'en mordait les doigts...

"Nous ne pouvons pas rester ici, je n'aime pas tuer mais je n'ai pas non plus l'intention de laisser nos amis nous retomber dessus avec des renforts. Marchez à mes côtés voulez-vous Roëric ? Vous êtes responsable de mon état de faiblesse après tout, prenez vos responsabilités donc..."

D'un geste ferme elle incita Nal à s'envoler, le dirigeant droit vers le bras du vampire où il daigna se poser. Après tout il était lourd, et un vampire se fatiguait moins qu'un humain non ? Un sourire taquin sur les lèvres, elle se détourna suivie par ses hommes. La horde reprenait sa route...


********

HJ ; ouala, en ce qui me concerne j'ai terminé ce rp, veux-tu faire une petite conclusion ? C'est comme tu veux, je te mp lorsque Fey aura lancé l'éclosion d'Isyndar Razz merci pour le rp !


Revenir en haut Aller en bas
Roëric Alokor
Roëric Alokor
Mon identité
Mes compétences
Compétences
Magie: Mage correct
Expérience:
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Left_bar_bleue0/10L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty_bar_bleue  (0/10)
Xp disponibles: 1


L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitimeLun 10 Déc 2012 - 19:49

S’il fut troublé par le sourire de la louve, il se garda bien de le montrer. Trop fier pour admettre qu’il s’était attaché à quelqu’un aussi facilement et aussi rapidement. Pour un mort-vivant ayant vécu aussi longtemps que lui, c’en était presque risible. Mais pas moins véridique. Il devait tirer toute cette histoire au clair, et c’était bien là la principale raison le poussant à suivre la meute. Pas du tout parce que ça lui faisait plaisir. Non, non, non. C’était un redoutable guerrier vampire qui avait traversé les deux derniers siècles l’épée à la main. Impossible qu’il se comporte comme le premier idiot venu…

Et qui essayes-tu de convaincre ?

Bon. Passons. Il avait eu une information à Gloria sur l’éventuel lieu ou se trouverait Kylian, cependant celle-ci n’était pas confirmée. Il ne s’agissait que d’une rumeur, et il ne pouvait pas perdre son temps avec tous les racontars de taverne. Roëric et sa mémoire sélective oubliant sciemment que c’était sa précipitation à rejoindre son ami qui lui avait collé les deux patrouilles aux fesses. Que voulez-vous, lorsqu’on vivait longtemps, il fallait bien faire le tri.

Mélusine Lorey. Jamais entendu parler. Évidemment il n’en dit rien, s’il devait faire un bout de chemin avec les loups, ne pas vexer la chef de meute semblait être la bonne attitude à avoir. Sans compter que ça ne voulait strictement rien dire. Il ne s’intéressait guère aux affaires humaines, et même si tel avait été le cas, c’était toujours difficile pour un vampire d’aller s’informer en ville. Ressembler à un elfe sans en avoir les oreilles n'avait rien de pratique, sans oublier tous ces cœurs qui battaient..

Il eut un mince sourire ironique, en réponse aux yeux moqueurs de l’humaine. C’était bien ça qui était ridicule avec les puissants. Craignant qu’un jour quelqu’un se dresse contre leur pouvoir, ils étaient fermes, parfois cruels dans son maniement. Et c’était cette même fermeté, cette même cruauté qui créait de toutes pièces les ennemis de demain. Un vrai cercle vicieux.

Il laissa Nal se poser sur son bras, son visage devenant réellement amusé par la situation. Il ne put cependant s’empêcher de répondre par une petite pique.


Vos désirs sont des ordres, comme toujours.

Prenant place aux cotés de la louve, il suivit la horde, se demandant bien si la suite des évènements serait tout aussi… intéressante.


*********

HJ : petite conclusion ^^ j'attends ton mp =)


Fiche du Personnage
L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Signro10
« Exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini. »
Schopenhauer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Empty
MessageSujet: Re: L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE] L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas)  [TERMINE] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

L'art de jouer avec la nourriture. (ou pas) [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ca t'amuse de jouer avec ma vie ? {PV Eros}
» Distributeur de sourires – ft. Emrys
» Classement Toulouse L5R 2008/2009
» Rosie veut jouer avec quelqu'un
» C'est ce qui s'appelle jouer avec le feu...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Rps terminés-