Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Passed away [PV Kiri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Passed away [PV Kiri] Empty
MessageSujet: Passed away [PV Kiri] Passed away [PV Kiri] Icon_minitimeDim 3 Avr 2011 - 14:31

    L’air ambiant avait une odeur métallique et lourde: l’odeur du sang fusionnée à celle de la mort, se mélangeant à la sueur de front des hommes guerrier peuplant encore Gloria la magnifique.... maintenant surnommée sur plusieurs lèvres désormais craintives Gloria la déchue. Le Souffle, terrible groupe formé d’humain et de créatures nocturnes, cherchait à faire tomber dans les ténèbres ce qu’il restait de la fierté humaine encore présente, debout, dans les remparts, comme une forteresse dans l’âme encore impénétrable, qu’on ne peut toujours pas dominer. Son rôle, depuis, se concrétisait rapidement. Trop rapidement, même, peut-être, pour lui. Mais il se devait de faire avec, c’était son devoir envers son peuple, après tout. Cheyraad, en tant que dragonnier, s’était vu obligé, et ce en accéléré, de se ranger nécessairement dans un camp, et il avait opté pour celui de l’empire, celui des hommes à qui il avait toujours appartenu, se faisant, ainsi, ennemi du Souffle et des vampires. C’était du moins ce qu’il se disait. Son regard c’était vaguement assombri entre temps, mais son cœur demeurait aussi jeune et courageux qu’il avait toujours été, par peur de s’oublier lui-même, de se perdre, et tels étaient encore ses meilleurs atouts face à la guerre qui se profilait partout autour d’eux. Il n’était pas encore un grand guerrier, malgré son évolution évidente dans ce domaine, il se montrait toutefois désagréablement rebelle face à la violence et s’y opposait encore vaillamment. Et Isyndar semblait appuyer pleinement les décisions du jeune garçon dans cette voie, le laissant pour ainsi dire tout sourire au visage, rassuré par elle.

    Ce matin-ci, aussi sombre fut-il que tous les autres, il s’était approché de la dragonne pour profiter un peu de sa chaleur corporelle, appuyant doucement son front contre celui écailleux de sa fidèle compagne. Il sentait la mélancolie gagner le cœur de son amie et atteindre ainsi le sien par la même occasion. Son estomac se serra momentanément, alors qu’il la contemplait de ses grand yeux gris, silencieusement, et il gratta le bout du nez de sa boule d’écailles, se remémorant cette époque passée où elle tenait encore dans le creux que formait ses bras. Elle ne tenait, à présent, même plus dans son lit, même plus à l’intérieur d’une pièce, ce qui avait eut pour effet de le perturber fortement. Ne plus pouvoir se blottir contre elle, la nuit, lorsque les étoiles recouvrait le ciel d’un drap étincelant, l’avait dérangé au point où il dû bien mettre près d’une semaine complète pour s’y adapter et retrouver un sommeil normal. Il sentait, à présent, l’horrible froideur du monde sans la rassurante présence à ses côtés, jour après jour.


    *« Je ne serai pas long. »*

    Il se recula doucement mais surement, lui souriant, posant sur elle un regard qui se voulait aussi rassurant que possible se fasse. Il ne sortait pas souvent sans elle, mais promettait d’être prudent lorsqu’il le faisait, pour se balader solitaire dans les rues et ruelles de la ville déchue. Il prit le temps de glisser son poignard à sa taille et d’ajuster sa tunique de jeune et apprenti guerrier. Si les couleurs vestimentaire qu’il portait étaient légèrement plus foncées, plus noires et grises, il n’hésitait pas à glisser une petite touche de particularité bien à lui. Il passa donc un long et épais foulard de laine rouge à son cou, marquant ainsi son goût toujours présent pour la couleur passionnelle. Il adressa tout de même une dernière pensée à sa dragonne avant de tourner les talons...

    *« Soit prudente, toi aussi. »*

    Et il s’éloigna d’un pas léger, fluide et furtif, se donnant peut-être une heure dehors, après quoi il se forcerait à rentrer auprès d’elle, trop inquiet de la laisser à distance de lui plus longtemps. Un vent relativement glacial s’engouffra dans ses vêtements un peu trop grands pour lui lorsqu’il passa la porte pour se plonger dans le silence des rues. Il croisa les bras devant lui, comme S’ils avaient été son bouclier contre la froide bourrasque qui le poussait presque contre le mur de pierre, ou pour contrer le frisson qui le traversait de part et d’autre. Il secoua un peu la tête pour se convaincre de prendre pieds et débuta sa marche dans la, selon lui, lugubre ville.

    Mais où donc étaient passés les éclats de rires cristallins des enfants jouant dans les rues du quartier moyen, l’odeur agréable et parfumée des fleurs dans les étalages des marchands, le goût sucré des fruits, le tintement métallique en provenance des forges, le hennissement des chevaux dans les écuries, le bruit agaçant du claquement de leurs sabots sur les dalles des ruelles ? Il remarquait le silence, l’absence complète de bruit et de mouvement. L’absence de présence humaine et chaleureusement, comme un manque dans son âme. Il pouvait ressentir une lourdeur évidente dans l’ambiance qui pèse autour de lui en cet instant.

    Un chien, sorti de nulle part, passa au pas de course devant lui, le surprenant, le faisant ainsi sursauter, le battement de son cœur s’accélérant brutalement. L’animal ne tourna pas même la tête dans sa direction, l’ignorant littéralement, pour continuer sa course folle, comme s’il n’avait jamais existé, et disparaitre au détour d’une rue. Le garçon s’était arrête dans sa tranquille progression, reprenant un rythme régulier, observant autour de lui comme s’il s’attendait à voir apparaître un adversaire quelconque qu’il se promettait de fuir à l’instant. Quelques mois plus tôt, il n’était pas aussi nerveux qu’il ne l’était à présent. Lui qui avait toujours été d’une innocence presque inégalée chez les jeunes adultes, presque adultes, même, de son âge. Mais, par son rôle, par son devoir, il se devait de perdre cette même innocence d’enfant pour se montrer plus méfiant, plus prudent, et surtout plus... adulte, justement. Il avait fini par se convaincre qu’il se devait de rester debout, en tant que combattant du peuple humain, en tant que fragile espoir d’un retour à la douceur, à la tranquillité, et peut-être même une espérance de paix, pourquoi pas ? Cette seule pensée d’espoir le faisait sourire un peu bêtement, comme avant, lui offrant une paire d’aile de légèreté dans ses mouvement, comme s’il avait eut envie de gambader soudainement.

    Il s’arrêta de nouveau, au détour d’une ruelle. Quelques éclats de voix le surprirent et il tendit l’oreille, se rassurant finalement lorsqu’il comprit qu’il ne s’agissait que de civils ordinaires se préparant à partir, à quitter la ville, ou bien à se cacher, il ne savait pas trop avec exactitude. Le jeune dragonnier, toutefois, n’avait pas remarqué la présence d’une tierce personne, en dehors de lui-même, dans les environs. Il fallait dire qu’il avait encore beaucoup à apprendre sur la prudence...

    Oui, beaucoup...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Passed away [PV Kiri] Empty
MessageSujet: Re: Passed away [PV Kiri] Passed away [PV Kiri] Icon_minitimeLun 4 Avr 2011 - 17:43

    Les rues étaient désertes en ce jour de deuil, en effet les habitants avaient tous perdu un être cher dans la guerre. Un ami, un époux, un enfant. Pour sa part la voleuse n'avait rien perdu, juste des contacts. Les membres de la Horde vivant reclus dans les royaumes de l'Est, les pertes avaient été minimes. Elle se surprit à apprécier le calme qui régnait dans les rues, seul le claquement des sabots de son cheval venait perturber la quiétude des lieux. La capitale semblait bien dérisoire maintenant que l'espoir s'était envolé en même temps que le contrôle d'Aldaria. Kirialys se fichait pas mal de la politique et de la guerre, seul importait son clan et sa petite soeur qui avait disparu depuis quelques mois. Elle s'était enfuie du campement à cause d'une décision idiote de leur père. En effet, celui ci avait voulu marier sa plus jeune fille sans lui demander son avis. Résultat, une disparition inquiétante, d'autant plus qu'elle n'était pas passer par Gloria. La voleuse ne pouvait arrêter de s'en faire pour sa cadette mais pour le moment, elle n'avait aucune piste et devait continuer de voler pour vivre. Après une heure passée à déambuler dans les rues de la ville, elle s'arrêta à l'écurie, elle y laissa son cheval, ainsi que quelques pièces pour qu'il soit bien traité. Elle n'avait jamais été proche de ses sous mais là, il était urgent de dépouiller quelqu'un pour refaire des réserves.

    Aussi discrète qu'un renard, elle grimpa en haut d'une petite maison, à la recherche d'une proie facile. La première règle à la chasse était d'observer, de repérer les plus faibles et ensuite d'attendre le moment propice. Elle resta en hauteur durant quelques heures avant de trouver une proie qui lui semblait convenable. Un jeune homme à la chevelure noire comme le jais avec un air de pré adolescent. Ce qui attira le regard de la voleuse était sa tenue vestimentaire, ressemblant à celle des bourgeois et pas n'importe lesquelles ceux qui accompagnaient la famille royale. Comment un petit aussi chétif pouvait faire partit du cercle très privé de la cour? Qu'importe, il devait être aisé. Une raison de plus de la dépouillé sans ménagement.
    Elle suivit tout ces déplacements en prenant garde de ne pas attiré l'attention sur elle, après tout les garde posté sur les murailles pouvaient sans aucun problème la repérer, mais ils étaient trop absorber par la contemplation de l'horizon pour voir la jeune femme se mouvant avec grâce sur les toits du quartier marchand. Elle épiait sa proie, tel un félin, la traquant sans que la pauvre bête ne puisse sans rendre compte. Plus elle détaillait le bourgeois et plus elle se disait qu'il n'avait rien pour lui. En effet il ne semblait pas être rompu à l'art du combat, ni même à une quelconque forme de magie. Bien que sur ce dernier point elle préféra émettre une réserve. L'habit ne fait pas le dragonnier, ainsi elle l'attaquerais comme si il était susceptible de lui nuire.

    Lorsqu'il fut seul dans une ruelle, la jeune femme descendit de son perchoir, lentement avec la dextérité du singe elle descendait les étages pour enfin se retrouver derrière lui, elle dégaina son arme favorite: une dague à la pointe recourbée, une arme créée pour éventrer mais aussi bien utile pour forcer les serrures. En un éclair, elle attrapa la chevelure du jeune homme et la tira vers l'arrière puis plaça la lame sous la gorge de l'infortuné. Sans plus attendre elle le traina dans une rue sombre propice aux rapines, bien obligé de la suivre, le jeune homme s'entailla la gorge avec l'arme. Mais Kirialys n'en avait cure, elle avait appris depuis longtemps que les sentiments n'avaient aucune place dans son travail. Il en ressortirait indemne même s'il serait quelque peu perturbé durant les quelques jours qui suivrait le vol. Elle plaça sa bouche à la hauteur de l'oreille de sa proie et lui susurra sur un ton charmeur:


    « Tu n'as rien à craindre de moi, je ne te veux aucun mal, mais ici bas, tout se paye. Je te relâcherai , seulement en contrepartie il faudra payer. Pas grand chose, juste de quoi payer à moi et à mes compagnons de quoi nous nourrir et nous loger. »

    Bien entendu, elle bluffait, elle était bien seule dans cette ruelle avec le captif. Mais le fait d'être numériquement supérieur donnait une raison de plus à la victime d'obtempérer.
    Un vol facile, sans bavure s'était tout ce qu'elle demandait....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Passed away [PV Kiri] Empty
MessageSujet: Re: Passed away [PV Kiri] Passed away [PV Kiri] Icon_minitimeMar 5 Avr 2011 - 18:23


    Le silence qui endormait les âmes. Il ne savait dire s’il était rassurant ou pas le moindre du monde. Il n’entendait que la douce musique du vent, que le son mélodieux des souvenirs d’avant qu’il ne voulait, pour rien, oublier, peu importe les évènements du présent. Il sent le battement rythme de son cœur dans son torse, qui prouvait bien qu’il était encore vivant parmi tous ces morts des mois derniers. Il observa de son œil d’un gris orageux les passants filer rapidement, sans demander leur reste aux âmes errantes de ce monde. Son regard été resté fixé un court moment, encore après leur départ, sur l’endroit où ils s’étaient trouvés, un peu rêveur, la vision trouble, voir sans véritablement voir, finalement. Il était distrait et imprudent, ça, personne ne pourrait contredire ce fait. Mais c’était dans sa nature, après tout, non, bien malgré les évènements qui le bouleversèrent plus qu’il ne l’aurait voulu. Une jeunesse projetée à vitesse grand V dans un monde froid et sans scrupule. Avant il disait que c’était d’enfant à adulte... Maintenant il supposait que c’était d’innocence à réalité cruelle. Et ce, beaucoup trop vite. Qu’y pouvait-il ? Tout avait été chambardé depuis le kidnapping, quelques mois plus tôt. Et oui, bien sûr qu’il gardait l’impression que c’était de sa faute. Mais c’était son secret, le terrible poids qu’il portait depuis ce jour et qu’il ne partageait pas, se contentant de sourire simplement et de ne rien dire. Il n’avait servit que d’appât pour diviser les peuples et ainsi facilité l’attaque qui suivit. S’ils n’étaient pas venus le chercher, peut-être n’en seraient-ils pas là... C’était la peine qu’il partageait la nuit avec le silence des étoiles, comme gardienne de ses troubles. Il n’y avait bien que sa compagne, toutefois, pour cajoler un peu son mal et le supprimer par son unique présence. Il avait versé des larmes sur ses écailles, car à elle, il ne pouvait se cacher dans le mensonge comme il avait toujours eut tendance à le faire vis-à-vis de tous. Un petit être fort et courageux. Voilà comment il se montrait au grand jour. Mais là nuit, c’était différent.

    En raison de la perte dans ses pensées, il ne vit jamais venir le coup dans son dos et se laissa aussi facilement qu’un lapin dans un pige, surprendre, lame sous la gorge, et trainer sans ménagement, sans rouspéter le moindrement, ne sachant guère comment mieux s’y prendre, se montrant un peu maladroit face à ce genre de situation dans laquelle il avait tendance à se retrouver un peu trop souvent. Heureusement pour lui, la jeune femme ne semblait pas avoir compris qu’elle avait à faire à l’unique dragonnier présent dans la ville. De ce fait, elle ne cherchait, ainsi, qu’à voler ce qu’il n’avait pas, sans chercher automatiquement à lui faire la peau, n’est-ce pas, pour se débarrasser de la puissance de la créature Ancestrale à qui il était lié ? S’il avait voulu fuir, il aurait pu. Le poignard toujours à sa ceinture, elle n’avait pas pensé à le lui retirer, de manière à ce qu’ainsi il puisse s’en servir pour se libérer de son emprise et, du moins, lui faire face en vrai guerrier qu’il tentait d’être tant bien que mal au gré du temps. La froide lame contre sa peau le gênait, toutefois. Était-il encore entrain de mettre des êtres en danger par sa propre imprudence de jeunesse ?


    « J-Je... ne suis pas... une bonne proie. » murmura-t-il, sur le ton toujours hésitant mais un peu triste. Il avait toujours eut beaucoup de difficulté à s’exprimer verbalement, comme si sa bouche se refusait de divulguer ce que sa tête voulait dire tout haut. Mais il avait fait d’impressionnant progrès avec le temps. Il n’était plus muet comme une image et parlait davantage qu’il y a un temps. Il se montrait même beaucoup plus enclin à la discussion avec les étrangers. Mais son manque d’habitude s’en ressentait encore à travers sa voix.

    En effet, il n’était pas une bonne proie pour la voleuse. Il n’avait aucune richesse plus grande que la vie de la dragonne. Et très peu de sous pour lui-même, en vérité. L’Empereur avait, jusqu’à sa disparition, toujours payer pour lui, si on peut le dire, le gardant soigneusement sous sa protection. Et Chey’ n’avait jamais cherché à prendre plus qu’il ne le fallait. Elle avait tord de s’attaquer à lui... Avec douceur, tout son dos appuyé contre elle par peur qu’elle ne finisse par l’égorger par inadvertance, il déclara, franc, avec la pureté de l’enfance qui régnait encore un peu en lui en ces temps de guerres.


    « Je suis désolé... La seule chose sur moi qui puisse t’aider c’est... mon arme que tu pourrais revendre. Mon amie m’en voudra, mais... mais sers toi si tu le souhaites... »

    Si le ton était doux, il aspirait à une tristesse sans nom, comme un écho pour la peine qu’il gardait toujours pour lui, pour la culpabilité qui l’assaillait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Passed away [PV Kiri] Empty
MessageSujet: Re: Passed away [PV Kiri] Passed away [PV Kiri] Icon_minitimeSam 9 Avr 2011 - 2:36

    Une proie plus que facile, enfin! Depuis qu'Aldaria avait été perdu les proies étaient de plus en plus méfiantes. La peur au ventre, les gens se déplaçaient de moins en moins et de plus en plus rapidement. Il était loin le temps où la population flirtait dans les rues avec insouciance. Et pour une fois qu'elle trouvait quelqu'un qui n'était pas susceptible de lui nuire et qui se laissait faire, il était fauché. Kirialys soupira et relâcha sans plus attendre sa prise, avec une douceur infinie, elle rangea sa lame dans le fourreau placé dans sa botte. Elle eut envie de filer, mais ce jeune homme l'intriguait fortement, sa candeur l'attirait en quelque sorte. Il lui rappelait son enfance, douce et heureuse, où elle apprenait à chasser avec son père. La voleuse le laissa se retourner pour qu'il constate par lui même qu'elle était seule et non avec une bande. Que pouvait il bien lui faire de toute manière ? Il avait une épée certes, mais rien que le temps de la dégainer, elle lui aurait planté une dague dans le ventre.

    « Comme je te l'ai déjà dit, tu n'as rien à craindre de moi et dans ma famille, dépouiller un homme plus pauvre que nous est un grand déshonneur. Nous sommes peut être des parias mais pas des assassins. Garde ton épée, en ces temps troublés tu en aura besoin. Surtout pour un jeune homme aussi fragile que toi. »

    Elle ne savait comment il allait prendre sa remarque et elle s'en fichait royalement, elle avait sauvegardée la tradition de la Horde c'était tout ce qui lui importait. Elle déplorait que beaucoup de bandits se fassent passer pour des membres de la Horde, souillant ainsi leur réputation. Ils tuaient, pillaient sans distinction entre innocent et proie potentielle. Certes, le métier de voleur était loin d'être le plus noble au monde mais il avait le mérite de rendre service à pas mal de gens sans avoir besoin de recourir à la force brute, mais peu de gens le comprenait. Il ne voyait que le coté négatif de la chose sans comprendre que des fois un vol pouvait changer le cour d'une guerre. La Horde avait pour principe de ne pas se mêler des affaires politiques, les membres vendaient simplement leur service contre quelques pièces. Les loups travaillaient aussi bien pour les humains que pour les vampires et cela en valait de même pour les elfes. Même si ces derniers préféraient régler leurs affaires par eux même. Aussi loin qu'elle s'en souvienne, elle n'avait jamais travaillé pour l'empire elfique et cela lui convenait. Elle n'aimait pas spécialement cette race aux longues oreilles, bien que leur beauté soit irrésistible, il y avait quelque chose qui la dérangeait. Trop de noblesse, trop de fioriture, pour un peuple qui se disait proche de la nature, elle trouvait qu'ils se protégeait un peu trop de la terre. De grands édifices pour se protéger des intempéries, des vêtements futiles, élégants mais totalement en adéquation avec leur philosophie. Seuls les chasseurs trouvaient grâce à ses yeux malheureusement ils étaient de plus en plus rare préférant l 'épée à l'arc, quel gachis.
    Elle sortit de ses rêveries, cela ne servait à rien de penser au passé, il fallait aller de l'avant, même si vivre devenait de plus en plus problématique. Mais sa courtoisie revint au grand galop.


    « Je me nommes Meili, louve de la Horde, pour te servir mon jeune ami. »


    Elle ne divulguait jamais son vrai prénom à un parfait inconnu, de plus elle ne connaissait pas son métier mais à en juger par sa dégaine, il était improbable qu'il soit un garde. Elle avait appris à ne pas sous estimer les personnes minces, car elles renfermaient pour la plupart, une immense force. Mais dans le cas présent, elle ne se méfiait pas du jeune homme, il devait avoir son âge mais il ne semblait pas taillé pour le combat, il ressemblait plus à ces nobles de la cours.

    « Dit moi, si ce n'est pas trop indiscret, a quel caste appartiens tu? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Passed away [PV Kiri] Empty
MessageSujet: Re: Passed away [PV Kiri] Passed away [PV Kiri] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Passed away [PV Kiri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Piri piri piri [comme Kiri]
» Cimetière de Kiri
» Mairie de Kiri
» Kiri VS Kumo : Première Bataille
» Les 7 épées légendaires de Kiri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-