Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Le père et l'amant(PV Achroma )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le père et l'amant(PV Achroma ) Empty
MessageSujet: Le père et l'amant(PV Achroma ) Le père et l'amant(PV Achroma ) Icon_minitimeMer 30 Mar 2011 - 0:06

Le palais blanc, qui devrait être rebaptisé le palais noir, vu tout le sang sécher qui tapissait à présent ses murs. Depuis l'avènement du nouvel Empire Vampirique, ce qui était autrefois le siège du pouvoir des mages humains était devenue celui d'un autre pouvoir, bien plus sombre et terrifiant. C'était dans ces murs que c'était retirer le premier Empereur des vampires, Lorenz 1er, afin de travailler sur un mystérieux projet qui était connu de lui seul. C'était ici aussi que le Triumvirat régnait en maitre absolu sur toutes les terres impériales, se partageant les pouvoirs selon trois catégories, afin d'assurer la prospérité de la nouvelle nation en l'absence de son chef suprême.

Elrorad se rendait vers ce lieu des plus sinistre en traversant la cité plongé dans la nuit éternel, grâce a un champ de force magique créer par les mages des ténèbres, qui était autrefois appelé la superbe. L'argenté admira le spectacle qu'offrait Aldaria aujourd'hui : une obscurité qui n'avais rien à envier au monde souterrain, des murs couvert de sang et les humains enfin remis a leur place en tant qu'esclaves des vampires, tout cela collait a la vision qu'il avais partager avec Lorenz Wintel et cela aurais du faire naitre chez lui une satisfaction profonde, mais il avait tant sacrifié pour l'accomplissement de ce rêve et en avais été si peu récompensé, que cette victoire laissait chez lui un goût des plus amères. L'ex-dragonnier avait été jusqu'a sacrifié Newiel, sa dragonne bien aimé, pour s'emparer de la guilde du Souffle, comme lui avait ordonné son Dieu vivant. Pour toute récompense, le nouvel Hadès fut tenus à l'écart de la bataille d'Aldaria, afin de créer une diversion et de semer le chaos dans la capital humaine. Mais le pire de tout, c'était quant il avait appris que son maître avait tué Adryne Taranisaii, le seul homme qu'il n’avait jamais aimé et qu'il ne l’avait même pas nommé membre de son Triumvirat avant de se retirer, alors qu'il était censé être son bras droit de l'ancestral et qu'il c'était toujours occupé des sales depuis plus d'un siècle, cela avait été la goutte d'eau qui avais fais déborder le vase. L'ancien serviteur fidèle et dévoué se remplis d'une haine sans commune mesure envers celui qui était autrefois tout pour lui, il jura de venger ses morts et de renverser celui qui l'avait trahis, afin de devenir le nouvel Empereur Vampirique et d'honorer ainsi le sacrifice de ses êtres chers en faisant en sorte qu'ils ne soient pas morts en vain.

Elrorad pénétra donc solennellement dans le palais impérial, afin de faire son habituel rapport du front à celui qui était en charge de la direction des armées, Roërick Alokor. Pourquoi l'Empereur avait nommé l'ancien garde du corps de Kylian le traitre dans son Triumvirat, cela restait un mystère pour tous, cela aurais du être lui qui aurais du occuper ce poste privilégié ! Lui le bras droit et le chef de troupes expérimenté, pourquoi son maître l'avais t'il donc trahit pour lui préférer ce vieil ennemis, il se le demandait toujours. Non que l'argenté ne jouisse d'aucune influence politique, après tout il était a la tète de l'armée qui assiégeait Gloria et il était le chef de la première et unique guilde à s'être rattaché à l'Empire Vampirique, il appartenait donc à la catégorie des vampires importait et était un membre a part entière de la cour impériale. De ce fait, l'ex-dragonnier était crains et respecté par la plupart de ses congénère, même s'il semblait qu'il n’avait plus les faveurs de l'Empereur pour le moment.

Elrorad arriva enfin au bureau de Roërick, mais les gardes lui apprirent que lui et le Capitaine Reynar avaient quitté la capitale pour une durée indéterminée, afin de repousser une invasion d'ennemis qui avaient osé pénétrer le territoire impérial. L'argenté se mis à réfléchir, en l'absence du Chargé de Direction des Armées et de son bras droit il devait remettre son rapport a un autre membre du Triumvirat et celui devrait le transmettre au retour du concerné, c'était ce que voulait la procédure. L'Hades tourna donc les tallons et ne pus retenir un sourire machiavélique face à cette chance inespéré : cela faisait des mois qu'il cherchait a entrer en contact avec Achroma Seithvelj, qui était le père spirituel de son amant, afin de mettre au point ensemble un plan pour renverser Lorenz et écarter les autres membres du trio de dirigeant. Le vieux prince vampirique n'était en effet pas connu pour être un fervent partisan de l'Empereur et la perte d'Adryne devait l'affecter autant que lui, mais comme celui-ci était le Chargé de la Gestion et de la Protection de la Cité, le guerrier assassin n'avait jamais trouvé le moyen de l'aborder discrètement sans attirer les soupçons, jusqu'a aujourd'hui ! L'ex-dragonnier se présenta donc devant le bureau de celui qu'on considérait aujourd'hui comme le juge suprême de l'Empire et s'annonçant fièrement aux gardes.


-Je suis Elrorad Rebryn, Général de l'armée de Gloria et Hadès du Souffle, je demande un entretien privé avec le Seigneur Seithvelj. Je dois remettre un rapport urgentissime et ultraconfidentiel du front, mais le Seigneur Alokor et le Capitaine Reynar étant tous les deux absents, la procédure stipule qu'un autre membre du Triumvirat dois recevoir le dis rapport et le transmettre lui-même au Chargé de la Direction des Armées en personne. Voila pourquoi j'exige que le Chargé de la Gestion et de la Protection de la Cité me reçoive en tête-à-tête immédiatement !

Les deux gardes obtempérèrent de ce pas, l'un d'eux pénétra le bureau pour transmettre sa demande, tandis qu'Elrorad réfléchissait déjà à ce qu'il allait dire pour convaincre Achroma de se joindre à sa causse...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le père et l'amant(PV Achroma ) Empty
MessageSujet: Re: Le père et l'amant(PV Achroma ) Le père et l'amant(PV Achroma ) Icon_minitimeSam 9 Avr 2011 - 15:38

Le monde avait bien changé, bien trop changé depuis la dernière fois qu'il l'avait véritablement vu, vu d'en haut... les terres d'Armanda semblaient tout à la fois superbes et terriblement ravagées, comme si l'ombre noire qui la recouvrait de plus en plus était tirée de quelque fosse de goudron des noires profondeurs. Lui qui les avaient quitté lorsqu'elles étaient encore de verts pâturages, des champs de blés semblable à de l'or et de profondes forêts, des cours d'eau vif et frais où se plonger... un œuvre d'art tellement superbe qu'elle empoignait même les coeurs des morts et semblait les faire battre de nouveau. Pourtant il en avait vu des dizaines, de superbes paysages, tous plus merveilleux les uns que les autres... miroir d'une imagination plus grande que n'importe quel être de ce bas monde, vaste tableau qui ne cessait d'évoluer au grès des changements de la terre, emplissant les yeux comme un monde à part entière, chaque paysage prenant presque vie sous les yeux de celui qui savait vraiment observer. Des lieux tels que les Armandéens n'en verraient peut-être jamais lui avaient été ouverts, coffres à trésors qu'il avait exploré avec révérence et parcimonie, se réjouissant de la moindre bribe dont il pouvait bénéficier, se gorgeant de ce qui se dégageait des lieux comme une gemme de lumière solaire, jusqu'à briller de mille feu, jusqu'à étinceler d'imagination, d'inspiration, d'une vie autrement plus précieuse que celle d'un corps... A chaque nouveau lieu il se sentait comme un nouveau né, à chaque nouveau lieu il retrouvait un regain d'enfance, d'enthousiasme et d'énergie, une renaissance qui le propulsait à travers des siècles chargés d'histoires et d'échos qu'il ne comprenait pas toujours mais qui lui donnaient envi de les écouter à tout jamais, allongé sur le sable d'une plage de sable gris et doux, au grains brillants comme des perles d'ombres, assis sous un arbre à l'âge encore plus étendu que le sien, grondant faiblement son chant millénaire, la mousse adoucissant le contact, la terre sous lui, riche et meuble, l'humidité dans l'air teintant sa peau d'une pellicule de fraicheur naturelle qui lui contait le voyage de son eau...

Il aimait la nature, il l'aimait dans toute sa splendeur, dans toute sa simplicité, dans cet entrelacs complexe de douceur et de sauvagerie qui incarnait le tout infini de la mère terre. Il avait toujours aimé la nature, du temps de son humanité comme de sa non-vie il n'avait cesser de chercher le contact avec cette entité supérieur en laquelle reposait ses espoirs et ses peurs, son âme, mélange d'ombres et de lumières soupirait chaque instant durant à retourner au giron de celle qui lui avait donné le jour et celui qui répondait désormais au nom d'Achroma ressentait alors avec une conscience terrible le poids qui pesait sur lui. Oui, il aurait aimé ne faire plus qu'un avec la nature mais se savait aussi peu apte à réussir qu'un dragon à cracher de la glace, que sa Silarae à être autre chose que la reine qu'elle était... Il ne pouvait que profiter de ce qu'on lui offrait, s'en montrer digne et rechercher la paix et la véritable sagesse avec la constance des roches, du sol et des airs en rêvant qu'un jour il parvienne à percer le grand mystère du monde. Car la nature, il en était convaincu, avait bien davantage à leur apprendre que toute forme de magie, puisqu'elle était magie elle même, source de magie, créatrice de magie et bien d'autres choses encore, bien plus que quiconque pourrait en rêver...
La réponse au dilemme de son peuple, ce peuple de créatures d'ombres sanglantes et de vie sans fin, ce peuple à la puissance destructrice si grande qu'elle égalerait celle des dragons dans un avenir lointain, ce peuple... exilé loin du reste des individus dotés de pensées, rejetés par eux, abandonnés à leur sort tels des enfants non désirés ou des chiots malvenus... ce peuple que tous abhorrait, craignait au nom de principes dépourvus du moindre sens, la tristesse qu'il ressentait pour eux n'avait aucun mot pour la décrire, c'était une abime noire et terne où son affection s'engouffrait pour ne plus ressortir. Les vampires n'étaient pas des créatures faciles, ils avaient leur façons de vivres, leur obligations, des obligations qui ne différaient en rien de celles des humains et des elfes mais qui, de part leur natures sanglantes, n'étaient pas acceptées... ils avaient un passé aussi noir que la nuit qu'ils chérissaient, une réputation qu'ils n'usurpaient en rien et un esprit de force et de conquête, de vengeance égale à nulle autre en ce monde. Mais pouvait on attendre autre chose d'une race aux origines aussi troubles, tristes et tragiques, de cette malédiction venue du fond des âges ? Pouvait on attendre d'un peuple rejeté et humilié tel des bêtes sauvages qu'ils agissent posément et pacifiquement ? Oui... oh oui ils avaient des tords, nombreux, trop peut-être mais les elfes, les hommes n'en étaient pas dénués eux même, ils étaient coupables, aussi coupables que les vampires dans ce qui était peut-être la plus grande mésentente et la plus grande discrimination jamais acceptée. Il ne condamnait en rien les races, aucune d'entre elles, il n'était pas un juge ni un bourreau et ne s'instituerait pas ainsi, peut importe les décisions de Lorenz...

Son esprit ne servait pas à cela, ni aujourd'hui ni jamais. Non il n'était dévoué qu'à deux choses, son deuil et son but. Le deuil de ceux qui étaient partis vers les cités de poussières bien avant son retour, de ces êtres aimés qu'il ne reverrait jamais malgré toute l'affection qu'il avait pour eux, leur nom résonnant en lui, parmi ses songes et ses souvenirs, faisant lentement la paix avec sa perte... Adryne, son presque fils, ce vampire plein de promesse mais si ambivalent qu'il avait trouvé sur les terres des humains tant d'années auparavant que cela lui semblait daté d'une autre vie.

Il l'avait élevé, éduqué, lui avait montré tout ce qu'il devait connaître, tout ce qu'il devait voir en tant que vampire, en tant qu'enfant de leur race, il lui avait donné des réponses là où il ne pouvait les trouver seul, l'avait guider patiemment et avec sérieux quand il devait réfléchir seul, il l'avait entrainé pour être un guerrier redoutable et un penseur efficace... il lui avait empli la tête de rêve et avait planté les graines de ce qui devait être un espoir pour le futur. Un espoir qui avait été détruit par Lorenz, à la pointe de ces dagues qu'il exécrait, car oui, il exécrait leur existence autant qu'il était affligé de l'attitude de son ancien rival... il admirait et respectait Lorenz mais ne lui pardonnerait jamais d'avoir mis fin aux jours de son presque fils, son fils avec qui il avait partagé tant de choses, tant et tant qu'il n'aurait put en faire de liste précise sans perdre le fil et après tout point n'était besoin, tout se résumait en une seule phrase, presque un seul mot... Adryne... Depuis son retour il n'avait cessé de penser à lui, à son départ des centaines d'années auparavant, laissant une simple note de papier jauni mais qui contenait l'étincelle d'un hypothétique futur, un véritable futur pour eux tous... Il pensait à cette masse qui était tombée sur ses épaules, ce jour là, au delà des limites connue, un champ de fleur aux couleurs lumineuses au bord d'une abysse sans fond ourlée de roches scintillantes et coulées comme des larmes, l'air chaud empli de lucioles aux couleurs changeantes, un chant étrange, plein de soupires, emplissant l'air et le soleil, noir ourlé d'un anneau flamboyant d'or semblant consumé le ciel au loin... il s'était laissé tombé, glissant au sol sans un bruit, sans une complainte, son visage caressé par les fleurs sous le vent. Il avait pleuré longtemps, le sang formant de longues trainées sur son visage, tels des griffures d'animaux, coulant goutte après goutte vers le sol tandis que son esprit se perdait dans les méandres d'une douleur bien plus terrible que celle du corps. Il se souvenait aussi de son retour, triomphale auraient dit certains, mélancolique d'après lui, à Aldaria, parmi les siens, Reynar s'avançant vers lui à pas lent, son visage pâle un masque de gravité qui ne trahissait rien d'autre qu'une profonde révérence, l'expression de bien des vampires en sa compagnie, lui annonçant d'une voix égale la nouvelle qu'il avait ressentit sans parvenir à la croire...

Il n'avait pas cillé, pas réagit, simplement demandé d'une voix paisible ce qui était advenu et s'entendant conter les choses avec simplicité et sans fioriture. Il en avait été reconnaissant, le poids du deuil était déjà suffisant... Et c'était pourquoi il était seul en cette heure, pourquoi il n'avait pas accompagné ses collègues hors de la ville, pourquoi il maintenait une certaine distance avec le reste de la cité, parce que les réminiscences ne se contrôlaient nullement et qu'en cette heure elles étaient bien trop douloureuses pour lui permettre de sortir.

Debout devant la baie vitrée il observait le lointain, le paysage de crépuscule et de ténèbres de l'ancienne ville blanche qui ressemblait au héraut d'un nouvel âge... il ressemblait à un autre paysage, au delà de la grande plaine mais il ne s'en dégageait pas la même atmosphère ni le même esprit et celui ci ne lui plaisait pas, véritablement pas. Bien mal en peine le premier à dire cela à voix haute, pourtant il ne se gênait pas, comme il ne se gênait jamais pour dire le fond de sa pensée. Pourquoi le ferait il après tout, il était lui, l'altesse, l'intouchable et persuadé que la pure vérité était bien plus utile qu'un joli mensonge... Mieux valait ne pas trop y penser, mieux valait oublier pour le moment, l'atmosphère était assez mélancolique ainsi et même si cela ne le dérangeait absolument pas il risquait de recevoir des demandes de verdicts d'une minute à l'autre, après tout... il était le haut juge de Lorenz. Et tout en patientant il échangeait des images avec Silarae, sa dragonne qui parcourait les cieux à la recherche de la liberté pendant que lui même laissait son esprit parcourir les lieux enchanteurs qu'il avait déjà visité par le passé, aspirant plus que tout à repartir à l'aventure mais conscient de la gravité de sa charge. La raison pour laquelle il aimait la nature était si simple... il n'y avait aucune discrimination et aucun mal en elle, rien que la plus pure des raisons et le plus complet des amours, tant dans la vie que dans la mort, car si la vie était offerte par l'esprit mère elle pouvait être reprise, voir transformée comme dans le cas des vampires. La nature ne rejetait nullement, elle...

Il s'arrêta et sorti de ses pensées avec sa lenteur habituelle, paisible, observant le garde en arme qui ployait à deux genoux sur le sol devant lui, attendant l'ordre de se relever. Il avait beau savoir depuis longtemps qu'on lui témoignait une révérence quasi religieuse il n'arrivait pas à l'accepter... mais en relancer le débat en cet instant n'aurait véritablement servit à rien il le savait, celui là était un des anciens fanatiques d'Adryne, un soldat qui s'était battu pour son fils et avait été élevé avec l'image que le dompteur de vent avait de lui... eux plus que tout les autres auraient du mal à accepter l'idée de le voir comme un égal et non un supérieur à l'autorité sans faille et aux pensées inaccessibles. Sa réprobation silencieuse lui attira une bouffée de tendresse de la part de sa dragonne et un sourire tendre fleurit sur ses traits...

« Debout Thys, dit moi ce qui t'amène. »

Il le vit frémir et faillit rire, l'autre s'attendait il tellement à ce qu'il ne se souvienne pas de son nom ? Pauvre petit, encore quelque chose qu'il aurait volontiers changé dans l'éducation des jeunes vampires, Adryne n'avait jamais, au grand jamais été traité de la sorte avec lui, il était lui, un être il existait avec tout ce que cela impliquait et il était certain que son presque fils avait agit de même avec ses partisans. Cependant il était évident que l'influence de leur « royaume » était plus vive que ce que son cher enfant avait put faire et il le comprenait, Adryne vivait seul, enfermé dans les profondeurs ou dans la caverne qui lui avait servit de résidence en sa compagnie, il était partisan de la liberté de destin et n'aurait pas forcé un vampire à suivre son exemple même si il leur offrait une possibilité. Il devrait, en temps et en heure, y remédier, il n'était pas en sa conscience de laisser les choses en leur états actuels mais cela ne voulait pas non plus dire qu'il se précipiterait.... comme pour tout le reste la réponse viendrait en temps et en heure et en attendant...

« Seigneur, Rebryn exige de vous voir, il dit avoir un rapport à vous remettre »

Il haussa un sourcil, surpris... puis fit un geste d'invitation vers le soldat pour l'inviter à faire entre son visiteur inattendu. Observant celui ci avec une intensité à faire frémir un berseker. Tout d'abord sans mot dire, se contentant d'un silence plus prolixe que le plus vain des discourt, il n'aimait pas les discourt, cela ne servait à rien, cela entravait la véritable conscience et les vérités, les paroles étaient à double tranchant, trop dangereuse pour qu'un novice s'en serve, trop dangereuse pour qu'un expert en ignore la puissance... il n'avait rien à dire si ce n'était une chose...

« On exige rien de moi, enfant. Cela n'est jamais nécessaire. »




[HRP : Hum début pourri désolé, du mal à entrer dans le perso /HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Le père et l'amant(PV Achroma ) Empty
MessageSujet: Re: Le père et l'amant(PV Achroma ) Le père et l'amant(PV Achroma ) Icon_minitimeVen 15 Avr 2011 - 9:05

Rp fermé sur ma demande
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Le père et l'amant(PV Achroma ) Empty
MessageSujet: Re: Le père et l'amant(PV Achroma ) Le père et l'amant(PV Achroma ) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Le père et l'amant(PV Achroma )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» Commande Forge World du Père Noël !!!
» Ce que les enfants pensent de leur père!!!
» bravo au père miguel
» Taz joue au père Noel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-