Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS Empty
MessageSujet: Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS Icon_minitimeSam 26 Mar 2011 - 0:01

Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS Fiche111



  • Prénom : Silarae

  • Surnom : L'étoile filante

  • Date de naissance : 1750 de l'âge d'argent.

  • Age :

  • Race : dragonne

  • Caste : dragonne

  • Métier : /

  • Lieu de résidence : Dans sa coquille actuellement, mais sous peu elle sera l'ombre, les ailes et la compagne dévouée de son dragonnier.

  • Arme principale : Sa ruse, ses griffes, ses crocs, sa magie et son souffle ardent.

  • Style de magie préféré : ancestrale

  • Alignement :Stricte neutre/ Neutre maléfique comme son dragonnier.


Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS Fiche210

[list][*]Physique :

L'œuf
En un mot, l’œuf de Silarae est semblable à une perle ovale qu'une huître gigantesque aurait patiemment façonné durant de longues années. Ni plume, ni roche, l'œuf est de masse moyenne et sa coquille douce et lisse au touché est d'une teinte pâle, demi-cadence entre le gris et le blanc.

L'étoile filante
Il était une fois, un palais, un grand édifice de marbre et d'argent qui pointait vers le ciel ses hautes tours scintillantes. Son entrée principale, proportionnelle à sa grandeur et sa splendeur, était gardée par une grande statue imposante par sa grandeur représentant fidèlement un dragon couleur de brume que l'on s'attendrait à voir bouger tant chaque détail de ses écailles étaient soigneusement sculpté, comme si l'artiste avait pensé pendant une folle seconde que sa création prendrait vie pour peu que son talent l'engendre avec amour et précision. Les pattes robustes de la créature fantastique soutenait sa silhouette svelte et bien dessinée, dont les écailles d'un gris nacré étincelaient tels des millions de petits éclats d'étoiles que le créateur aurait ramassé avec patience à travers Armanda pour les polir puis les assembler sur sa création. Une créature céleste, lumineuse comme un rayon de soleil et apaisante à sa simple vue comme une vague sur l'océan. Le dragon était d'une beauté à couper le souffle, l'image même de la sagesse et de la sérénité revêtue de son scintillant manteau de perles. Les écailles de lune qui le composent captent la lumière vive pour renvoyer un éclat nacré, les rendant aussi douces au touché qu'à la vue, le regard glissant dessus sans jamais s'y accrocher mais seulement s'y perdre comme plume sur une rivière d'argent.
Le Soleil déclinant dans la voûte céleste acheva sa course à l'horizon, disparaissant dans un halo rougeâtre qui se reflétait sur la silhouette immobile de la créature majestueuse une dernière fois avant de s'éteindre peu à peu. C'est au creux de ces quelques secondes irréelles où le temps semble en suspension et que les éléments s'interrogent, que le jour laisse place à la nuit et que le loup et le chien se confondent que la magie opère. Un miracle, une étincelle, un mouvement furtif, un souffle de vie... La statue cligna paresseusement des paupières, débarrassant ses yeux brillants du voile songeur qui les avait protégé toute la journée durant. Les pupilles noires profondes se nichaient au creux de deux rubis fascinant dont les teintes s'éclaircissaient au fur et à mesure qu'elles s'éloignaient du centre, offrant un regard qui semblait être en permanence consumé par les flammes d'un brasier intérieur. Ce fut avec des mouvements lents et mesurés que la dragonne se redressa sur ses quatre pattes et s'étira souplement, faisant rouler sa musculature fine sous sa pâle cuirasse d'écailles. Chaque geste était empli d'une sorte de douceur et de calme qui rendait l'image non pas d'une créature presque invincible et terriblement dangereuse en combat, crachant le feu et maitrisant une magie redoutable et ancestrale, mais plutôt de sagesse infinie et de réflexion qui inspirait néanmoins tout autant de respect.
Le regard hypnotisé par le ciel étoilé, Silarae se ramassa sur elle-même et déploya lentement ses grandes ailes puissantes qui frissonnèrent au contact du vent après être restées trop longtemps immobiles. Les flancs de la créature se soulevèrent tandis qu'elle prenait une longue inspiration avant de détendre ses membres pour s'élever souplement dans les airs, savourant la fraicheur de la nuit contre ses écailles ainsi que la brise qui se prenait dans ses ailes pour lui faire prendre de l'altitude. Sa silhouette fine et élancée, taillée pour le vol et la vitesse, se fondit dans les rares courants d'air tiède qu'elle réussit à trouver, parvenant ainsi à prendre beaucoup de hauteur rapidement sans trop user de ses muscles. En tête à tête avec la Lune, la dragonne étendit alors ses ailes en grand pour planer en larges cercles au-dessus de la cité autrefois humaine, savourant le paysage qui s'étendait sous ses yeux émerveillés. Prise d'une soudaine envie de vitesse, Silarae plongea la tête la première vers la terre en repliant ses ailes contre son corps écailleux, étoile filante traversant le firmament que la lune enveloppait d'une étincelante flamme blanche.
La comète vivante poursuivie ainsi sa course, s'éloignant de plus en plus de la cité, se retrouvant loin, très loin au cœur d'un paysage qui semblait vide de toute vie. Elle était seule, seule avec ses sœurs les étoiles et sa mère la Lune qui ne la quittait pas du regard. Alors qu'elle arrivait à une dizaine de mètres du sol à peine, la dragonne écarta ses ailes avec lenteur et maîtrise pour éviter que le vent ne la ramène vers le haut comme s'il était la main de la nuit ou qu'elle perde le contrôle de son vol. Elle était et resterait seule maîtresse du ciel, et désormais même le vent devait se plier à sa volonté et jamais sa stature taillée pour le monde aérien ne la trahirait.
Survolant un lac qui miroitait sous la pâleur de la lune, Silarae poussa un grognement de satisfaction et frôla la surface à toute vitesse en provoquant de petites gerbes d'éclaboussures cristallines avant de s'enfoncer dans l'eau glacée qui l'étreignit avec vigueur, lui coupant le souffle pour le coup. Après avoir joué plusieurs minutes avec les flots, la grande dragonne rejoint la berge où elle se lova avant de bâiller à s'en décrocher la mâchoire, faisant frémir un loup qui passait à tout hasard entre les arbres à la vue des crocs longs comme des poignards, durs et tranchants comme du diamant et blanc comme la Lune qui frissonne en voyant son propre éclat aussi fidèlement reflété. Silarae a beau être calme et réfléchi, elle n'en reste pas moins le prédateur le plus redoutable d'Armanda...



[*]Caractère :
La source laisse s'échapper le ruisseau qui devient rivière, puis la rivière devient fleuve et le fleuve se jette dans l'océan. Cette simple phrase pourrait décrire à elle seule l'esprit de Silarae. Sa personnalité est d'une fluidité telle que l'harmonie semble irradier littéralement autour d'elle. D'un calme olympien en présence d'autres que son dragonnier, elle ne se laisse que rarement déstabilisée, s'accordant le temps de la réflexion avant d'agir, ne répondant jamais à la provocation qui a le don de la fatiguer prodigieusement. C'est d'Achroma qu'elle tient ce trait de caractère, le voir souvent dériver dans ses pensées, se poser quelque part et réfléchir, lui a permis d'acquérir une sorte de sérénité qui ne la quitte presque jamais. Néanmoins ne vous y trompez pas, "calme" ne veut ni dire "mélancolie" ni même "manque de réaction", la dragonne est loin d'être une vieille tortue mollassonne qui regarde la vie de ses yeux mornes en ne lui trouvant d'attrait que dans une feuille de salade.  Silarae est d'un tempérament joyeux, elle aime la liberté et ne se prive pas pour le montrer, passant de longues heures à danser avec le vent et à savourer la fraicheur de la nuit au cœur du royaume aérien qu'elle a fait sien. Telle la rivière ricochant sur les rives et caressant les rochers, la dragonne aime a sentir l'adrénaline l'envahir ainsi que la vitesse pour laquelle elle est taillée. C'est ainsi que selon son humeur, elle peut tout aussi bien partager la plénitude de son dragonnier que lui faire vivre de grands moments d'émotions en l'entrainant sur son dos à la conquête de la voute céleste, à grands renforts de vrilles et de cabrioles.
Mais si le vol lui apparaît comme étant la plus belle chose au monde, ce n'est pas le cas du combat. Sa musculature fine ne s'y prêtant guère et sa répugnance du corps à corps n'aidant pas, Silarae préfère éviter les conflits dans la mesure du possible. Néanmoins si l'affrontement est inévitable, que personne ne s'y méprenne: la dragonne ne se défilera pas car, opter pour la lâcheté c'est abandonner sa fierté et Silarae n'en est pas dénuée. Mais nuançons ces propos, la créature ailée n'étant pas un tank doté d'une force brute et préférant se servi de sa tête plutôt que de ses griffes, elle ne foncera jamais dans le tas, tuant tout sur son passage pour ressortir de la mêlée couverte de son sang comme celui de ses ennemis. Non, elle préfère autant que possible limiter les blessures et perte d'énergie inutile, tuant proprement et simplement sans chercher à en faire trop, conservant toujours dans un coin de son esprit la pensée qu'après le combat elle pourra voler avec son dragonnier pour le simple plaisir de partager un moment de complicité, seuls tous les deux.
Pour parvenir à être efficace et précise, Silarae a souvent recours à la ruse, se servant de son esprit lucide qui fonctionne alors à plein régime pour vaincre l'adversaire en se servant de ses faiblesses à son avantage ou en feignant d'être plus faible et plus lente qu'elle ne l'ait réellement. Le sentiment de victoire de son adversaire signe l'arrêt de mort de ce dernier car il abandonne alors toute vigilance et la dragonne vive comme un feu follet peut alors parvenir à ses fins d'un simple claquement de mâchoire ou jet de flammes. La victoire ne lui apporte aucune joie et jamais elle n'a vécu la défaite qu'elle espère d'ailleurs ne jamais vivre, car la seule vraie défaite à ses yeux serait qu'Achroma soit blessé, voire pire, tué... ce qui au final entrainerait sa propre mort.
Toute dévouée à son dragonnier, qu'elle idolâtre littéralement, elle obéit au moindre de ses ordres sans la moindre protestation du moment que ses décisions sont justifiées. Il est son maître. Elle lui pose d'ailleurs beaucoup de question, s'intéressant à tout et considérant la curiosité comme une qualité plutôt qu'un défaut. Il est son guide. Très protectrice à son égard, elle le protègerait au péril de sa vie s'il le fallait, ce qui accentue d'autant plus sa désapprobation des combats dans lesquelles elle craint toujours de le voir blessé. Il est du même sang que le sien. Enfin, elle éprouve une affection sans borne à son égard, lui envoyant parfois des vagues de joie sans raison, tout simplement désireuse de lui montrer que quoi qu'il fasse, elle sera toujours là pour lui. Il est son lié.


[*]Aime/déteste : Silarae aime son dragonnier avant tout, elle souhaite tout partager avec lui, aussi leur lien mental est très puissant car très souvent utilisé pour qu'elle lui transmette images, sentiments et pensées. La deuxième chose qui à le plus de valeur à ses yeux est bien le ciel qu'elle considère comme son domaine, son sanctuaire paisible ou elle partage de grand moment de complicité avec le vent qu'elle est parvenue à dompter et Achroma niché sur son dos. Et pour finir, la dragonne grise aime les belles choses, quelles qu'elles soient: des paysages sauvages au souffle du vent en passant par la musique et les sculptures, tout attise sa curiosité et son émerveillement.

[*]Particularité : Ses écailles miroitantes et son regard enflammé? Sinon rien...

[*]Histoire :
Petit-Monde

Très tôt après sa venue au monde, dès l'éveil de sa conscience et de son esprit, Silarae fit la connaissance de madame Patience. Tout d'abord peu attirée par son calme et son sérieux alors qu'elle bouillait littéralement d'énergie et de curiosité, la petite dragonne commença par lui tourner le dos, préférant chercher un moyen de s'échapper de sa prison sombre qui lui faisait mal quand elle essayait de la casser. Elle soufflait bruyamment, fronçait ses petits yeux clos qui ne connaissait rien du jour et tentait désespérément de se mettre en mouvement pour trouver une issue. Mais elle était fatiguée, si fatiguée... Elle finit par s'endormir, épuisée d'avoir lutté aussi longtemps contre force plus puissante qu'elle. A son réveil, madame Patience était toujours là, lui offrant un sourire doux et amical en lui caressant les écailles. Cette fois-ci Silarae n'eut pas le cœur à l'ignorer une nouvelle fois, elle l'écouta, se laissa bercé, puis lui permit d'entrer en elle. Elle apprit alors deux choses, deux petites informations qui étaient tapi au fond de son esprit et qui s'imposèrent à elle dès qu'elle fut capable de raisonner calmement. Premièrement, elle n'était pas seule, et deuxièmement, son heure n'était pas encore venue. C'est ainsi que son apprentissage de la vie continua, après s'être découverte, le nourrisson pouvait découvrir le monde avec les moyens qu'il avait à sa disposition. L'ouïe était la plus simple à utiliser, il lui suffisait de tendre l'oreille pour écouter ce qui se passait autour d'elle. C'est ainsi qu'elle découvrit que sa coquille était un Petit-Monde dans un Monde-Plus-Grand. Et que dans le grand monde, il y avait d'autres Petits-Mondes et d'autres Comme-Elle. Émerveillée par ses découvertes, Silarae développa instinctivement un sixième sens: la Perception par l'esprit. Grâce à ce sens, elle parvenait à se "projeter" dans ce qu'il y avait dehors, pouvant ainsi détecter les présences autour d'elle dont deux en particulier qui rayonnaient comme des Soleils-Non-Noir dans son esprit. Elle sentait son cœur battre plus fort en les percevant, comme si tout son être était attiré par eux et leur aura bienveillante et chaleureuse. Silarae décida qu'elle les aimait. Ils étaient son Papa et sa Maman. Et avec eux, elle se sentait en sécurité.

Un voyage en amoureux ? Et moi alors ?

Papa et Maman étaient partis. Seule dans Petit-Monde, mais surtout seule dans Monde-Plus-Grand, une petite vie n'avait plus le cœur à se languir de sortir. Papa et Maman étaient partis. La solitude aussi glaçante que le froid alentour enveloppait la Pas-Encore-Née, la plongeant dans une sorte de torpeur désagréable. Elle n'avait plus envie de sortir. Monde-Plus-Grand semblait vraiment beaucoup trop grand pour qu'on puisse y perdre son Papa et sa Maman en même temps. La petite inconsolable s'endormit à nouveau.

Mains Froides et Ennui

Silarae dérivait paisiblement sur les vagues de son inconscience quand soudain elle se cogna la tête contre sa coquille. Aïe! Étourdie par le réveil brutal, la petite dragonne mit un moment à comprendre ce qui l'avait ainsi tiré de sa douceur langueur. Petit-Monde était emporté loin de Monde-Plus-Grand... Ce qu'il signifiait qu'il existait un Monde-Encore-Plus-Grand! Tremblante d'excitation, Silarae projeta ses sens pour faire la connaissance de ce nouvel environnement. Elle perçut tout d'abord les pattes glacées qui portaient sa coquille et l'aura tout aussi froide que dégageait cette étrange créature qui n'était pas comme elle. Elle appela cette nouvelle espèce, un Mains-Froides. Le Mains-Froides ne la ménageait guère, ne lui épargnant aucune secousse comme s'il se déplaçait sur une dentition de Comme-Elle géant. Cette créature bien étrange focalisait toute son attention. Complètement fascinée, elle entendit des sons qui s'échappaient de la gorge de son porteur. Deux syllabes la marquèrent plus que les autres "dragon". C'était un joli mot, elle le garda dans un coin de son esprit, comme le reste d'ailleurs, pour pouvoir le déchiffrer quand elle le pourrait, car oui, Silarae était bien décidée à apprendre ce langage guttural qui modulait les sons de manière si surprenante. Mais elle était lasse soudain, les mouvements de sa coquille la bercèrent et elle sombra à nouveau dans l'inconscience.

A son réveil, la petite dragonne fut prise d'un sentiment de vulnérabilité qui ne lui plut guère. Elle se sentait... seule, tristement seule. La présence des autres Petits-Mondes autour d'elle ne parvenait pas à la débarrasser de cette désagréable sensation. Elle voulait ses parents, elle voulait retourner dans le premier Monde-Plus-Grand, elle n'était pas en sécurité ici. Mélancolique, Silarae envoya un appel silencieux et n'obtint que l'écho de son propre mutisme en retour... Seule. Alors qu'elle allait à nouveau sombrer dans les méandres du sommeil, le nourrisson sentit une chaleur nouvelle naître dans son cœur. Ses flancs se soulevèrent plus rapidement tandis qu'elle reprenait espoir. Elle avait été entendu! Une lueur s'approchait, une étoile, un ange-gardien, son sauveur venait à elle! Soudain tout parut clair et limpide dans l'esprit de la petite dragonne; elle ne serait plus seule longtemps, Celui-Qu'Elle-Attendait venait, et même si elle ne le connaissait pas encore, elle savait qu'elle l'aimait.


[*]Liens familiaux : Silarae ne connait rien de ses parents, et les retrouver ne lui apparait pas comme une priorité absolue.


[*]Autres liens : Silarae n'a pas d'autres liens que son dragonnier Achroma qu'elle aime et admire plus que tout.

[*]Code du règlement : ok

Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS Fiche311

  • Petite présentation : /

  • Nombre de connexions par semaine : Cf Felicya Nahari

  • Particularité RP : Toujours pareil, les fiches c'est pas mon truc ^^'

  • Comment avez-vous découvert le forum ? : J'y suis déjà.





  • Physique :

    • Force physique : Inférieur à la moyenne
    • Agilité : Supérieur à la moyenne
    • Réflexes : Moyen
    • Résistance : Inférieur à la moyenne
    • Endurance : Moyenne
    • Vol : Excellent

  • Mental :

    • Force mentale: Moyenne
    • Patience / Self contrôle : Supérieur à la moyenne
    • Intelligence: Supérieur à la moyenne
    • Arrogance : Catastrophique
    • Gentillesse : Moyenne
    • Prestance/Charisme : Moyenne
    • Mémoire : Supérieur à la moyenne


  • Combat :

    • Stratégie: Supérieur à la moyenne
    • Expérience: Moyenne
    • Vivacité: Excellent
    • Technique: Moyenne




Dernière édition par Silarae le Dim 2 Déc 2012 - 17:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS Empty
MessageSujet: Re: Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS Icon_minitimeDim 27 Mar 2011 - 17:23

Superbe fiche, je suis admiratif *_* Validée ^^
Revenir en haut Aller en bas

Silarae (dragonne de la 2ème génération) EN COUUUURS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La fédération Belge de la fourrure attaque GAIA en justice
» Trilatération
» [BlitzKrieg] 2ème SS Panzer Division "Das Reich"
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Opération Mongoose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: Fiches de personnages supprimés-