Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Qui sème le vent... [PV Lyroë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Qui sème le vent... [PV Lyroë] Empty
MessageSujet: Qui sème le vent... [PV Lyroë] Qui sème le vent... [PV Lyroë] Icon_minitimeDim 20 Mar 2011 - 13:01

When the war of the beasts
Brings about the world's end...

C'était ma première excursion hors du royaume vampirique depuis mon arrivée là-bas. Combien de temps s'était écoulé ? Un siècle ? Plus ? Je n'en savais rien. La vie là-bas était une perpétuelle lutte pour la survie, et bien qu'une communauté existait, il était clair qu'avoir des oreilles aussi longues que les miennes était un détail frappant parmi les vampires. Fatigué de rester cloîtré dans ces souterrains, je m'étais décidé à en sortir. Le cheminement fut laborieux, comme je m'en doutais lors de mon arrivée là-bas. Mais, finalement, je parvenais enfin à émerger ! Et l'air frais, pour la première fois... Je n'aurai jamais crus que cela pourrait me manquer, un jour. Et la Lune... Je la redécouvrais, c'était vrais. Tant d'année sous terre... Maintenant, j'avais soif d'aventures, et de découvertes. C'est dans cette optique d'idées que je me mis en tête de partir dans l'Ouest, vers le Royaume des Hommes. Peu de choses pouvaient faire flancher mon état d'esprit, à part peut être la faim, et le soleil.
Je longeais Armanda, en passant par les Wylorels. Tout d'abord, ce fut un vaste marécage qui fit office de mise en bouche. Je ne connaissais rien de l'endroit, me contentant d'avancer rapidement.

Des nuées de petits insectes volants, ainsi que des sangsues, m'encombrèrent sur le coup. Moustiques ? Sangsues ? Des suceurs de sang, eux aussi. Rien de bien préoccupant, par la suite. Le plus délicat fut mes rencontres brèves avec de longs reptiles plats, plutôt rapide dans l'eau, mais facilement contournable sur la terre ferme. Leurs nom m'échappa. Leurs mâchoires également. Fourbe, ces bestioles ! Mais ma curiosité, combinée à mes réflexes, me permit de rester en vie. Quoique plus d'une fois, ces rangées de dents faillirent m'atteindre. Ce n'est qu'après en avoir eut assez de jouer que je me décidai à poursuivre ma route; celle-ci devint de plus en plus nette, par ailleurs. La végétation se mit à devenir plus chatoyante, et la nuit venait à son terme. J'aurai perdus trop de temps avec mes amis reptiles. Me dépêchant de trouver une souche d'arbre, profitant encore de la zone marécageuse, je peinai à en trouver une adaptée, et terminai mes recherches dans une trop étroite. Mais suffisante. Je me savais capable de me déplacer en plein jour, mais je ne voulais pas faire de mauvaises rencontre, et me retrouver dans une situation dangereuse. Solaris, bien qu'indifférente à mes faiblesses, ne pourrait me garantir une victoire à chaque fois. Ne pouvant me reposer convenablement, je patientais, la mort dans l'âme, observant l'éco-système environnant. Jusqu'à ce que, finalement, la lune n'émerge. Le crépuscule fut pour moi un soulagement, et je sortis de ma cachette en trombe, décidé à ne plus perdre de temps inutilement.

Ouvrant rapidement ma sacoche, attachée à ma taille, je récupérai une fiole remplie d'un liquide rouge, et après l'avoir considéré un certain temps du regard, l'ouvrai et bus son contenus. Je soupirai longuement en la rebouchant, la quantité de sang n'étant pas là pour tarir ma soif, mais pour me redonner un peu d'énergie. Beaucoup d'énergie. Mais, ne pouvant m'en contenter d'une, j'en sortis une autre, et la terminai rapidement. Ayant conscience que je risquai de vider toute mes fioles en une nuit, ma faim devait l'emporter sur mon sens moral. Il n'en fut rien, cependant. Je savais me contrôler, étonnement. J'aimais le sang, sans l'aimer. Et je perdais du temps. Je me remis en mouvement, fluide, une ombre parmi les ombres, et progressai silencieusement et rapidement vers l'Ouest... Le décor changea radicalement, la végétation devint haute et verdoyante, éclairée par l'éclat lunaire, et mon avancée n'en fut que plus rapide encore. Dans quelques jours, je devrai trouver quelque chose d'intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Qui sème le vent... [PV Lyroë] Empty
MessageSujet: Re: Qui sème le vent... [PV Lyroë] Qui sème le vent... [PV Lyroë] Icon_minitimeSam 26 Mar 2011 - 14:01

Que les choses avaient changé depuis que la dragonnière avait quitté l'espace d'un temps sa foret protectrice. Hors de ses murs végétales et magiques grondaient un monde sombre, qui s'étendait pire que la peste et ces autres maladies qui décimaient autrefois les humains. Non, maintenant, c'était bien pire. Ces sang froids, ces créatures de la mort pestiféraient entre tout les coins d'Armanda pour assouvir un désir de vengeance, une envie de montrer leur existence, leur vie, alors qu'ils sont morts. Rien de plus déplorables. Pour les hommes, mais surtout pour les elfes, qui voyaient leur magie diminué et les leur se faire tuer pour une lutte qui n'est plus la leur. Ou justement, une guerre où les elfes ne pouvaient plus rester insensibles et en dehors.

Lyroë avait dû faire des choix, parfois rude, parfois insouciant. Mais malgré ça, une seule envie dominait. Celle de retrouver la paix auprès des siens, et ne plus entendre l'appel sourd de la foret à l'agonie. Elle avait un temps voulu fuir cette réalité, avant d'en être rattrapé. Les siens tombant comme des pommes de pins un soir de tempête. Des amis, des elfes, des frères luttant jusqu'à leur dernier souffle pour défendre la vie et la paix des autres, des hommes.
Avant Lyroë n'y voyait que futilité, perte de temps et surtout asservissement auprès d'une autre espèce. Maintenant, grondait en elle une rage sourde, une envie de lutter contre ce fléau afin de pouvoir insulter et pester en paix contre les humains comme bon lui semble. Que se passait-il donc dans l'esprit du Dracos pour les mener à ça. Les dragons, le poumons de la vie sur Armanda en serait aussi la fin.

L'archère devait un temps quitter le creux de la foret qu'elle défendait corps et âme, pansant des blessures invisibles et palpables que par les êtres sylvains. Les sages, le conseils, les maitres guérisseurs et magiciens en était la base. Elle les protégeait, tandis que d'autres partaient dans le monde consolider un édifice qui sombrait. Maintenant, elle voulait être un de ces maçons. Bientôt. Elle le sentait, elle le savait. Pour le moment, elle était encore sur les chemins à servir de guide, de messager afin de rendre possible la guérison de sa mère patrie.

Cymbor non loin de ses pensées, la jeune femme arpentait avec son destrier terrestre les chemins maintenant déserts à la recherche de son met précieux. Deux jours, de marche, de cheval. Des nuits de courts sommeil. Mais sa volonté restait intacte.

Au petit soir du troisième jour, l'elfe choisit de monter un camp de fortune avant de repartir quelques heures plus tard. son destrier et elle-même avaient besoin d'un peu de repos et de nourriture. Elle se restaura un instant, envoyant à son lié ce qu'elle voyait et des ondes de fatigue. Il était sa seule compagnie, avec son fidèle Manwë et la lune. Les humains ne se déplaçaient plus autant.qu'avant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Qui sème le vent... [PV Lyroë] Empty
MessageSujet: Re: Qui sème le vent... [PV Lyroë] Qui sème le vent... [PV Lyroë] Icon_minitimeSam 9 Avr 2011 - 11:03



Le vent sur mon visage, à cette vitesse, était délectable. La fraicheur de la nuit était inqualifiable, par ailleurs. Plus je passais du temps à l'extérieur, plus je m'y sentais comme un poisson dans l'eau. Ou un poison dans un corps, aussi. Aussi, je décidai de tester sans cesse mes limites, durant l'aube. Bien que le soleil ne soit pas l'accueil le plus appréciable qu'il m'ait était donné de rencontrer de bon matin, je poussai à chaque fois un peu plus sur mon temps passé avec cet astre au-dessus de ma tête. Plutôt pénible, indéniable. Rageant, souvent. Comme luter contre un ennemi invisible, qui nous opresse et tente de nous applatir férocement, sans la moindre pitié. Et moi, avançant fièrement la tête haute, au début totalement craintif face à cette poigne affreuse, puis, me jouant progressivement d'elle. Quoique, je gardai mes limites pour autant. A combien pouvais-je estimer mon temps et ma distance, chaque fois aléatoire, en plein jour ? Si seulement j'avais un repère...
Pourquoi ce désir d'avancer, malgré l'aube et le crépuscule ? Simple question de temps, évidemment ! Un défi personnel, couplé à l'envie de progresser rapidement sur des terres de plus en plus familières, et vivantes. Une nuit, deux nuits... J'allais de plus en plus vite.

La première lune du mois. Enfn, si je n'avais pas perdu la notion du temps. Des chaumières se mirent à apparaître, telles des champignons sous une souche d'arbre humide. Disséminées ici et là, à plusieurs lieux de distance entre elles parfois, elles faisaient tâche dans la nature. Ces bâtisses de pierres froides, de bois et de pailles, que c'était laid. Les nuits étaient douces, pourquoi dormir là-dedans ? Plusieurs réponses me vinrent en tête, l'une d'elle paraissant être l'évidence même : on est pas tous au sommet de la chaine alimentaire, hein... On a pas tous une épée comme Solaris, et un niveau supérieur à celui de plusieurs guerriers mortels... Souriant pour moi même, j'enviais ces créatures. Hommes, femmes, enfants... Si fragiles, si... Ephémères... Ayant su pallier rapidement à leurs faiblesses en s'unissant. D'ailleurs, je pensais à autre chose... Plutôt que de faire des raids sur les villages, de piller et emener les humains pour nourir les Vampires du royaume, pourquoi ne faisions pas comme eux ? En capturer, les nourir, les laisser se reproduire, et les saigner sans les tuer... Idée à conserver. Bien que tout les vampires ne soient pas aussi compréhensif que moi, bien qu'ils soient intelligents.

Et qui dit humain, dit malgré tout, nourriture. M'empressant de boire mes dernières fioles, histoire d'en avoir déjà assez dans le ventre, j'attendis un long moment en observant les va-et-viens des habitants d'une d'entre elle. Un couple, et trois enfants. Je ne les tuerai pas, ne les vampiserai pas non plus. J'attendis donc, au bout d'une attente qui me parut interminable, que l'un des mômes s'éloigne un peu plus des autres... Encore un peu plus... Nan, retournes y pas ! Voilà, viens... Parfait. Je fus derrière lui en un rien de temps, et il me fit un regard des plus charmant en me voyant. Forcément, quand on ressemble à un elfe... Mais je plaquai ma mai sur son épaule, remontai jusqu'à son coup, et effectuai une faible pression dessus. L'enfant s'évanouit aussitôt. Il se réveillera bientôt. Enfin, je crois. Je fis une légère entaille avec mes doigts sur sa peau fragile, laissant perler le liquide qui me permettra de subsister un très long moment encore. Mais j'avais beaucoup de fioles, et je risquais de le tuer si je devais toutes les remplirent avec un seul gamin.

Tch, au diable les bonnes manières.

Je m'éclipsai, le tiers de mes réserves de remplies, et attendit d'être sous le voile complet de la nuit pour agir. L'enfant allez bien, tout compte fait. Non Etherion, te prends pas d'affection pour ces bestioles... Où étaient les parents ? La chaumière était faîte sur un seul étage, quoique je pouvais presque dire que s'était en deux, au vus des quelques marches permettant une légère ascencion vers d'autres pièces. Et la chambre des parents en faisait partie. Cela ne dura pas longtemps, une fois encore. Un corps adulte renfermant davantage de ressources, les deux étaient largement suffisant. La femme gémit lorsque je l'entaillai, l'homme grogna. Mais aucun des deux ne se réveilla. Je sortis rapidement de leurs logis, fier de ne pas avoir porté atteinte injustement à leurs vie, et finis par poursuivre ma route, en pleine forme, et avec de quoi me permettre un retour sans soucis.

C'est cette même nuit que je fis ma première rencontre extravagante. En pleine forme, ma vitesse atteignait des proportions incroyables. Le vent qui, il y a peu, ne faisait que me murmurer à l'oreille, me soufflait maintenant une sérénade incroyable, alors que je le fendai gaiement. Puis, mes narines m'avertirent. Un feu de camp était installé près d'ici. Quelqu'un ne viuvant pas dans des chaumières ? Vagabonds ? Ou autres ? Une odeur que je connaissais, sans connaître. La mienne, avec quelque chose de plus... Vivant. Non, ne me demandez pas si les odeurs peuvent être vivante, car c'est une chose que je ne pourrai expliquer avec des mots. Mes oreilles se dressèrent, mon corps fut pris d'un léger tressaillement. Ce qui était là-bas, possédait également des oreilles semblables aux miennes. Elfe. Très loin de chez lui. De chez elle, plutôt. Seule, une monture. Ami ou ennemi ? La nuit ne finirait pas avant quelques bonnes heures, c'est avec assurance que j'avançai vers elle, sans vouloir faire preuve de la moindre hostilité. Ce que je sais des elfes ? Ils tuent les vampires. Ce que je sais de nous ? Nous tuons les elfes. Eux nous tuent pour nos meurtres, nous tnous tuons pour nous nourir. Bah... Au pire, si l'Elfe voulait s'en prendre à moi, Solaris mettra un terme à son calvaire.

Bonsoir à vous !

Pourquoi être discret ? J'entrai dans le halo de lumière et de chaleur que dégageai le feu, un sourire simple au visage. Elle. Fille. Mignonne. Nourriture. C'est fou tout ce qui peut troter dans ma tête parfois... Mais j'avençai, les mains le long du corps, et fièrement, comme lorsque j'étais sous le soleil. Rien en moi ne pouvait laisser supposer quelle genre d'abomination j'étais, sauf si elle avait un excellent odorat. Pis bon, au pire... Solaris.
Et, libre à elle d'interpréter ma venue comme elle le souhaitait. Voyons voir si les elfes sont aussi respectueux et sages que laissaient supposer les bruits qui court... Et étais-je comme elle avant, surtout ?


Dernière édition par Etherion Blaze le Sam 16 Avr 2011 - 17:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Qui sème le vent... [PV Lyroë] Empty
MessageSujet: Re: Qui sème le vent... [PV Lyroë] Qui sème le vent... [PV Lyroë] Icon_minitimeSam 16 Avr 2011 - 17:22



Au coin du feu, Manwe son destrier, broutait non loin de là. Il profitait de ce cour repos. Demain, ils auraient un long chemin pour s’en retourner auprès des leurs. Son Maitre d’armes se trouvait encore dans son village de prédilection. L’elfe commençait à se poser des questions et à se demander pourquoi. Aimer ainsi les humains devait cacher un autre sombre secret. Mais la pudeur interne de la jeune fille ne lui permettrait jamais d’oser lui demander. Trop pudique et surtout trop respectueuse envers un ancien et quel ancien, celui qui la guidait sur les chemins tumultueux de la vie.
Mais avant de pouvoir respirer un instant la paix auprès de la grande foret, Lyroë devait encore jouer les instructeurs auprès d’un autre village qui se trouvait sur son chemin. La barbe! Par ses oreilles, Lyroë ferait tout pour couper les dents à ces buveurs de sangs pour qu’ils la laissent tranquille. Voilà tout son malheur, un groupe de dentus trop zélés et pas capables de comprendre que leur simple présence sur le sol n’est qu’une abomination de la sainte Terre d’Armanda et de ses esprits.

L’esprit préoccupé par un tas de considérations centrés sur un même thème, Lyroë n’entendit qu’au dernier moment le bruit de pas venant vers elle. Heureusement, que l’atout des oreilles d’elfe ne sert pas qu’à connaitre le sens du vent, comme le penser certains. Mais de gagner de précieuses secondes, instants courts, mais utiles quand un ennemi vient à vous. Car ces pas de loups, cet odeur qui se faisait connaitre ne pouvait émaner que d’un ennemi. Et pas n’importe lequel, celui dont Lyroë arborait la présence. Rien qu’à cette idée, la jeune femme laissa un frison coulé le long de son dos. Sa main se resserrant sur son fidèle arc, elle mit un temps à répondre à sa formule de politesse jugée inutile. L’elfe le darda d’un regard noir, qui indiquait que sa présence n’était pas vraiment la bienvenue. La meilleure défense n’était-elle pas l’attaque?

Elle souffla du nez, un air désinvolte sur le visage.

"- Je crois que le bon n'est plus de mise maintenant."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Qui sème le vent... [PV Lyroë] Empty
MessageSujet: Re: Qui sème le vent... [PV Lyroë] Qui sème le vent... [PV Lyroë] Icon_minitimeSam 16 Avr 2011 - 19:55



Je crois que le bon n'est plus de mise maintenant.

Je regretterai presque ma gentillesse excessive à l'égard d'autrui. Trop bon trop con, comme on pourrait dire. Pourquoi... Pourquoi les Elfes pensent-ils forcément à tuer, lorsqu'ils voient un vampire approcher, sans armes apparentes, alors que celui-ci ne recherche pas forcément le conflit ? Un bon vampire est un vampire mort ?! Tant de haine... Et la façon dont elle me toisait ne me plaisait réellement pas. Ce même regard haineux et hautain, chargé de mépris et d'insolence... Mon regard fixa ardemment cette créature, ainsi que son arme. Longue portée.. Était-ce obligé de commencer ainsi, et de terminer ainsi ? Bon sang... Mon poing se crispa, et j'avançai vers elle, malgré sa mise en garde, m'arrêtant néanmoins à une distance respectable, la considérant longuement.

Toi et moi savons que, à cette distance, ta tête roulera au sol avant la mienne. Je ne suis pas là pour me battre. J'espère au moins que tu peux comprendre ça.

Sceptique. Elle devait me haïr juste pour ça. Peut être l'arc n'était-il pas sa seule arme, mais c'est sur elle qu'elle se rabattit en priorité. Et elle devina également la véracité de mes propos. Pas besoin d'être un grand stratège pour deviner cela, les arcs sont fait pour le combats à distances, non pour une cible à à peine quatre mètres. Et si elle venait à décocher malgré tout... Il me faudra agir naturellement. Mais nous n'en sommes pas encore à là, reprenons-nous. Par ailleurs, j'étais pratiquement certain que cette elfe ne savait rien du conflit qui opposait les vampires à sa race. Pas plus que moi. Après, histoire personnelle, vengeance ou autre... Je n'en ai guère à m'en préoccuper. Je m'avançai, toujours sur une démarche presque insultante. Mon épée, ou du moins son fourreau, fut désormais grandement visible, et le pommeau étincelant ainsi que la poignée attirèrent rapidement son attention dessus. Amusant, elle avait détourné son attention de moi...

Je n'ai... Pas réellement de motif valable pour me trouver en ce lieu. Je ne fais qu'explorer. Et, à en juger l'expression sur ton visage, je peux deviner que tu ne portes pas les vampires à coeur. Je ne te demanderai pas de m'apprécier, seulement une place au coin du feu pour souffler.

Je portai ma main au dos, empoignant mon fourreaux. Elle, braqua son arc très vivement sur moi. La main sur la garde, de mon côté; tout pouvait allait très vite. Et, elle avait eu le temps d'y ajouter une flèche... Rapide, je devais l'admettre. Mais je l'ignorai,, retirant les lanières servant d'attaches, et jetant le fourreaux à terre, sortant ma lame au préalable, que j'enfonçai prestement dans le sol. La terre autour brilla un instant, puis fut comme... Aspirée par Solaris. Dévoreuse de vie, dévoreuse de magie... Mais, maintenant, je n'avais plus d'arme. Pari risqué. Je vins m’asseoir face à elle, sans prêter garde à ce qu'elle pouvait faire. Ou ce qu'elle voulait faire.

Les Vampires ont un sens de l'honneur, tu sais. J'ai déposé mes armes face à toi, et je peux te promettre de ne chercher de toi qu'un minimum de compagnie, avant de repartir vers l'Ouest. Après, si tu tiens tant que ça à me tuer...

Je rigolai silencieusement, offrant un regard à la fois meurtrier et amusé à l'elfe. Je n'avais pas peur d'elle, mais sentais un puissant mélange de colère et de crainte de son côté. Tire petite elfe, mais ta flèche ne m'atteindra pas, pas plus que ton regard, qui est peut être plus perçant que la pointe même de tes projectiles. Tire, et c'est là le dernier geste que tu feras. Tire, et tout ce qui concerne ton existence entière disparaîtra, cette nuit. Allons Etherion, ne pense pas à cela... Tout va très bien se passer ! Même si elle ne me fera jamais confiance. Solaris était peut être un peu loin, finalement. Soyons vigilent...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Qui sème le vent... [PV Lyroë] Empty
MessageSujet: Re: Qui sème le vent... [PV Lyroë] Qui sème le vent... [PV Lyroë] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Qui sème le vent... [PV Lyroë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Qui sème le vent récolte la tempête.[Terminé]
» [Évent été 2016] Qui sème le vent récolte la tempête | Tonnerre
» [Évent été 2016] Qui sème le vent récolte la tempête | Ombre
» Qui sème le vent récolte la tempête. [PV Nuage de Gravier.]
» Hymne du Corbeau• Celui qui sème le vent , récolte la tempête

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-