Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partagez

Quand le chat n'est pas là, les souries dansent [Monologue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Quand le chat n'est pas là, les souries dansent [Monologue] Empty
MessageSujet: Quand le chat n'est pas là, les souries dansent [Monologue] Quand le chat n'est pas là, les souries dansent [Monologue] Icon_minitimeMer 29 Déc 2010 - 17:25

    « J’imaginerai la nuit où tous les chats seront partis et où nous, souries, pourront danser dans les rues sans crainte. »

    Un murmure du bout des lèvres lorsqu’il s’oblige à s’éloigner de la jeune fille avec ce petit sourire nostalgique, légèrement mélancolique à l’idée de la quitter, une fois de plus. Toujours. Parce qu’on ne leur permettait pas, à eux deux, de vivre comme bon leur semblait. Lui parce qu’il était traitre parmi les siens. Elle, parce qu’elle aimait la pire chose qu’il aurait fallu aimer : un vampire. Il n’avait toutefois jamais songé à lui dire qu’elle serait peut-être mieux entre d’autres bras que les siens absents. Orgueil ? Désir de possession ? Jalousie, peut-être, même ? Il ne savait pas, mais n’aurait pour rien au monde espérer voir son bonheur ailleurs. Il avait seulement peur de sa souffrance à cause de lui. Il lui avait confié, durant cette visite dans la grande ville de Gloria, le danger qu’il représente à présent pour elle. Comme sa tête était mise à prix, il était plus risqué pour la jeune princesse de le côtoyer, même si dans l’ombre de la lune, à l’écart des regards ou de la lueur des étoiles.

    Et il s’était enfuis dans l’obscurité lourde et opaque comme un voleur, un simple regard brillant qu’il dardait encore et éternellement sur elle avait de disparaitre complètement dans les ténèbres, lui faisant dos, pour ne pas se retrouver, selon quoi il n’aurait su s’en aller et en serait probablement revenu sur ses pas automatiquement, sans même réussir à y résister. Juste pour son visage, juste pour pouvoir prendre ses mains brulantes entre ses doigts de glace. Il regrettait presque, dans ces moment, d’être ce qu’il était. Mais s’il n’était pas vampire, il ne l’aurait tout simplement jamais connu, il n’en serait tout simplement là, et le règne de Lorenz serait encore plus puissant, sans doute, puisqu’il n’aurait juste pas été là pour lui mettre des bâtons dans les roues.

    Il laissait la nuit s’écouler, observant l’obscurité s’éclaircir autour de lui, comme si, plus humain que vampire, il appréciait grandement la vue de la dorure du soleil, alors qu’il ne se lassait pas regarder ce joyeux indomptable de la nature, qui faisait que toute vie pouvait être, en souvenir d’un passé déjà loin, d’une mémoire défaillante de ce qui avait été avant, avant elle, avant Lorenz, avant Cir. Avant tout. À cette époque de la petite esclave dont il avait oublié le visage. À l’poque de sa mère. Mais peut-être que le vieux vampire le surveillait déjà et que c’était pour ça qu’il était tombé sur lui, justement. Il ne savait pas. Cir avait toujours été imprévisible. Il n’avait jamais su dire à quoi il pensait vraiment.

    Lorsque le jour vint peindre les environs de ses couleurs chaud, réchauffant l’atmosphère, tirant des bras de Morphée ces esprits encore assommés par la torpeur de la nuit. Il dû s’obliger à se dissimuler de la lumière, son regard brisé par cette dernière, alors que son teint maladif reprenait le dessus. Il décrocha tout de même un sourire fragile, un peu rêveur. S’il pouvait vivre comme ça, au quotidien, tous les jours, à regarder le jour se lever aux côtés de sa belle endormie… Il ne demandait pourtant pas grand-chose pour elle, si ce n’était le bonheur de la retrouver au petit matin.

    La ville s’anima, les fenêtres s’ouvrirent, les enfants sortaient, les voix commençaient à s’élever des rues fumantes des odeurs de ragouts qui attirait les plus affamés, l’odeur agréable du pain dans les fourneaux, les marchands ouvraient leurs étalages, déposaient aux regards les plus curieux leur articles en vente, et les voleurs pouvaient s’en sentir ravis de découvrir les joyaux qui les faisaient vivre dans ces ruelles froides de jour comme de nuit ou leur yeux parcourait sans scrupule la poche des gens bons et respectables.

    Un homme avec sa cloche teintante qu’il avait perçu un peu plus tôt le héla alors qu’il se tournait vivement vers lui, comme tout homme parmi les hommes auraient réagit. Kylian s’était bien habitué à eux et avait réappris à se déplacer comme eux, à agir comme eux pour paraitre le plus naturel possible à travers cette foule au sang chaud. Le vampire pacifiste avait réussi l’exploit d’aucun autre vampire jusqu’à présent : être des jours, des heures, des années parmi se peuple sans même se faire repérer ? Est-ce qu’un seul avait seulement tenté le coup ? Bien sûr que non. Ils étaient trop affamés de ce sang qui dansait sous son nez. L’homme fut ravi, ce qui était suffisant pour le vampire qui souriait agréablement. Il lui parla des soldes, il lui parla de tout. Et Kylian avait tout de même fini par céder à la requête d’achat et avait laissé tomber ses pièces d’or teintantes, entre les mains de l’homme avant de s’en aller, sans demander son reste.

Revenir en haut Aller en bas

Quand le chat n'est pas là, les souries dansent [Monologue]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Quand le chat n'est pas là, les souris dansent | Milenna
» Quand le chat n'est pas là... [PV Antony Watson]
» [Moment fort 17] : Quand le chat dors les souris dansent
» "Parce qu'un chat quand il est cat, retombe sur ses pattes" - Shin
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-