Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeMar 28 Déc 2010 - 1:27

Fraicheur bénie... courant d'air glacé jouant sur sa peau alors qu'il se tenait sur la muraille intérieur du palais de Gloria, cheveux au vent et yeux grand ouvert pour s'emplir du paysage qui se dessinait sous lui, comme une illusion d'optique depuis les hauteurs de quelques montagnes oubliées.

La ville grouillante d'activité ressemblait à une ruche affairée, la fumée en montait par volute acre, lourde et entêtante, la rumeur des conversations comme une chansonne étrange à ses oreilles, au delà des murs la rivières, la rase campagne comme une mer verte et ondulante sous le vent où faisait sans doute bon galoper à en perdre haleine... mais ce qui distinguait vraiment cette journée et ce paysage c'était le vent, à l'habituel le vent était fait de chaleur et de douceur extrême, comme une mélasse sucrée qui vous empoissait et ne vous lâchait plus, mais pas en cette journée car le vent était à présent frais, pur et vivace comme une brise marine et qui semblait lui redonner l'énergie qu'il n'avait cesser de perdre depuis son arrivée en ces lieux si étranges.

Fenêtres grandes ouvertes pour accueillir la brise vive et vêtement si léger qu'il s'en sentait presque nu, une simple chemise de lin et un pantalon de cuir, de hautes bottes et le voilà qui grimpait jusqu'à la tour des oriflammes pour se régaler de la vue sur la campagne tout en profitant au maximum de cette brise peu commune dans un endroit pareil.

Il avait reçu plus d'une remarque de la part de ses gens, les uns lui affirmant qu'un lord ne s'habillait pas ainsi même dans l'enceinte du château, les autres l'enjoignant de prendre au moins son épée avec lui au cas ou et les derniers refusant tout net qu'il sorte, de peur qu'un des nobles de Gloria ne trouve encore matière à cracher sur le dos de sa famille.... autant dire qu'il n'avait écouté aucun d'entre eux et malgré son calme constant il avait bien eu un petit mouvement d'agacement lorsqu'ils avaient dépasser les limites du raisonnable.

Passé midi il décida qu'il en avait assez vu et repris le chemin de ses appartements pour récupéré, enfin, son épée avant de s'engouffrer par le passage qu'il avait trouvé quelque temps auparavant pour sortir de la ville, avec un peu de chance il pourrait se promener sur les berges du lac ou dans la forêt à quelques distances de la ville et y trouver le calme qu'il cherchait tant.

Certes le château était grand mais il y avait toujours quelqu'un pour lui chercher noise, quand ce n'était pas les nobles ou leurs rejetons qui venaient lui susurrer des sous entendus sur l'honneur de sa famille et sa place à Gloria c'était ses maitres d'armes qui l'enjoignait de pratiquer bien plus que de raison pour, au moins, satisfaire l'empereur et ses exigences, et quand ce n'était ni l'un ni l'autre c'était les serviteurs qui, pour une raison totalement incompréhensible, lui tournait autour comme des insectes dérangeant.

Alors qu'il ressortait de la salle d'arme il eu l'inimitable 'joie' de constater que pour la journée c'était son mestre de politique qui avait décidé de jouer les troubles fêtes... en temps normal, chez lui, il n'aurait rien dit et aurait plié l'échine devant le professeur, se mettant sans une critique à la tâche qu'on lui assignait, mais ici... ici ! Il n'avait pas envie d'être aussi docile et aussi poli, on le tenait en cage, on l'utilisait comme un outil et il le supportait difficilement, il avait beau savoir que si il devait blâmer quelqu'un c'était son père il n'arrivait pas à se fier à l'empereur et les maisons nobles de la ville lui avaient déjà assez prouvés qu'elles étaient tout sauf des amies... depuis qu'il était à Gloria le sang de loup se réveillait, là où il était silencieux et calme commençait à poindre l'impatience et la colère, si Sylf son frère avait été le sang du loup et lui l'ombre qu'on ne remarquait pas la donne avait changée, désormais il étai aussi loup, son instinct et son envie de liberté le poussait à se rebeller contre les chaines qui lui tombaient dessus par paquets.

Il était presque toujours seul et en était parfaitement heureux, seul ses serviteurs l'approchaient et lui parlaient, eux seul comprenaient se qu'il ressentait, sans être des loups ils étaient cependant des hommes du nord, leur contrée natale leur manquait et ils étaient eux même victimes de la haine des nobles... il avait finit par conclure que ceux de Glacern s'aventurant dans le sud ne revenaient jamais, certes il savait que lui même ne reverrait probablement pas la forteresse de sa naissance mais il avait espéré que ses hommes, qu'ils soient serviteurs ou soldats, auraient eu cette chance, il s'était trompé.

Ses pensées remisent en ordre il évita soigneusement le mestre et descendit par la fenêtre jusqu'à l'écurie d'où il prit le chemin de la ville... Il passa par le quartier des résidences blanches, un lieu propre et net, où ne vivait que la crème de la crème et qu'il traversa sans un regard, dans l'ombre pour éviter la plupart des regards réprobateurs qu'il savait devoir s'attirer avec un accoutrement comme le sien alors qu'ils portaient tous soies et fanfreluches, des ornements que même en temps que lord il n'aurait pas porté, lui était de fourrures, de cuir et de maille, la soie c'était l'apanage des femmes.

Il gagna enfin le quartier marchant et observa longuement les échoppes diverses comme l'aurait fait n'importe qui d'autre, acquis de quoi se restaurer et s'assit sur un pan de mur écroulé pour déguster en s'imbibant du décor. La scène était certes bruyante mais en dehors de cela il s'y plaisait bien plus qu'au palais, au moins là les êtres étaient vraiment vivant et pas engoncés derrières des carcans de politesses et de bonnes manières hypocrites au possible... Après sa petit pause il fonça vers le reste de la ville en escaladant les murailles et les toitures, certes il n'était pas particulièrement agile mais une enfance passée à grimper de pierre en pierre presque en permanence l'avait tout de même doté de solide base dont il se servait sans rechigner tant la cohue en bas était dense.

Cependant alors qu'il cherchait à descendre de son perchoir par une voie sans risque il glissa sur une planche à demi pourrie et faillit basculer dans le vide, il tenta de retrouver son équilibre en moulinant des bras mais la planche céda et pour éviter de se briser la jambe il fut contraint de sauter sans plus de cérémonie du toit... au risque de se briser tout les os du corps mais ça il n'y pensa qu'une fois le vide sous lui, un bref instant tandis qu'il fermait les yeux en s'attendant au choc, et choc il y eu mais pas celui qu'il attendait.

Au lieu de la douloureuse rencontre avec les pavés de la rue qu'il avait escompté il entra en contact avec ce qui sembla être quelqu'un et au bruit qui suivit il en fut certain, il avait bien atterrit sur quelqu'un et son estomac se contracta à l'idée d'avoir blesser l'individu e question.

Il se releva d'un bond et faillit retomber en trébuchant sur un sac, ce ne fut qu'à cet instant qu'il se rendit compte qu'il avait non seulement atterrit sur quelqu'un mais qu'en plus ils avaient tous deux étaient précipités tête la première dans de grands sac de farine dont le contenu blanchissait la ruelle, et non la rue comme il l'avait cru d'en haut, blanchissant également ses habits et ceux de l'individu sur lequel il était tombé. Il s'approcha à grand pas et s'accroupit en toussant quelque peu, jetant des coups d'œil interdit à la scène...

« Euh... messire ? Vous... rien de cassé ? Je suis profondément navré de... d'être... de vous être tombé dessus comme ça, ce n'était point mon intention et euh je suis contrit de vous savoir malaisé par ma faute, puis je vous aider ? »

Il regarda aux alentours, se demandant ce qu'il devait faire au sujet des sacs, après tout il s'agissait très certainement de la base de travail d'un honnête boulanger et par sa faute tout était ruiné mais il était vrais qu'il se préoccupait bien davantage de la santé de son sauveur providentiel bien qu'involontaire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeSam 1 Jan 2011 - 19:32

Gabriel réprima un grognement agacé mais laissa passer sans regret un profond soupir désabusé : il se demandait bien ce qu’avait tous en ce moment ses contractants pour l’envoyer dans cette cité affreuse, à croire qu’il fallait qu’il la nettoie complètement pour enfin avoir la paix pendant quelques siècles.

Grimaçant pour effrayer ces habitants pourceaux, il marcha d’un pas vite et fluide, pressé d’en finir pour sortir de cette cité qu’il jugeait insalubre et dégoûtante, se demandant s’il n’irait pas prendre des vacances pendant quelques temps, motivé au possible et désirant trouver un ou une compagnon parce qu’il en avait marre de la solitude et le froid de son lit, il fallait avouer que sa rencontre d’avec Yolen Khorr avait remué ses anciennes aspirations cachée.

Bref, secouant la tête pour se remettre à réfléchir posément, il montra les dents pour les adultes un peu plus courageux et stupides qui avaient succombé à son charme et espérer l’attirer dans leur lit, se remettant vivement en chemin. Il passa la journée à bosser le contrat puis tua la proie avant de lui ramener une main, comme promis, récoltant sa prime avec une reconnaissance presque trop mielleuse et partit sans se retourner, espérant rentrer au plus vite.

Quand il se retrouva dans l’ombre des ruelles, Gabriel se détendit considérablement : l’envie de torturer puis d’égorger purement et simplement ce porc obséquieux et grassement hypocrite lui avait plus d’une fois fourmiller les mains. Il s’était retenu tant bien que mal et en voyant les traces d’ongles sanguinolentes dans mes paumes de mains, il se mit à grogner, agacé avant de se remettre en route vivement.

Il pensait à la chaleur et au confort de son chez lui ou d’une auberge, imaginant le bain chaud qu’il prendrait, le repas délicieux et le lit bien moelleux avant qu’un truc lourd et énorme ne lui tombe dessus, au sens premier du terme. Il s’assomma légèrement sous le choc, regardant les petites n’étoiles danser autour de sa tête avec un sourire débile, revenant doucement dans le réel avec l’impression qu’une douzaine de dragons ivres dansaient le tango entre ses deux oreilles.

Il se releva péniblement, s’appuyant péniblement contre le mur d’une main pendant que l’autre lui massa la tête dans le vain espoir de chasser son mal de crâne, pestant contre les espèces de trucs volant et lourdauds qui n’étaient même pas capable d’assurer leurs atterrissages, qu’importe si le spécimen en question était un beau régale pour les yeux.

- Vous avez juste failli me tuer mais à part ça je vais bien, grinça Gabriel en le fusillant du regard. On peut savoir pourquoi vous ne faites pas comme les autres membres de votre race, à savoir marcher par terre, ou même ramper, au lieu de vous mettre à batifoler dans les airs au risque d’assassiner quelqu’un ? rajouta-t-il un peu sèchement, les yeux louchant légèrement parce qu’il n’était pas complètement remis.

-… Encore heureux que je n’ai rien et vous avez raison d’être navré, grommela-t-il en exécutant quelques pas vacillants pour se forcer à reprendre entièrement connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeDim 2 Jan 2011 - 18:32

Par bonheur l'homme n'était pas blessé, ou du moins ne le paraissait il pas alors qu'il se relevait péniblement avec une expression qui aurait put être comique si il n'avait pas paru en colère. Ce fut à cet instant qu'il remarqua le détail, ne sachant pas très bien comment il lui avait échappé jusque là... il ne s'agissait pas le moins du monde d'un humain mais bien d'un elfe, un elfe à Gloria ? Surprenant pour lui, il avait toujours entendu dire que le beau peuple ne quittait pas ses bois et son royaume magique, il ne s'attendait donc pas à en rencontrer un en pleine capitale humaine, dans une ruelle mal famée et surtout pas de cette manière, pour ce qui était d'un bon départ on pouvait dire que c'était raté.

Il laissa le sylvain se remettre sur pied en l'observant attentivement, naturellement curieux de voir à quoi ressemblait un membre de cette race légendaire dont il avait entendu parler par les mestres de la forteresse, il n'avait jamais vu d'elfes avant cela mais avait souvent voulu se faire sa propre idée sur les êtres quasi immortels, un avis autre que celui, tranché depuis longtemps, de son père qui les qualifiaient de dangereux... la magie permettait bien trop de chose, permettait même parfois de désobéir à la loi et à l'honneur sans que personne ne le sache et cela le sir des glaces n'appréciait pas du tout, il avait, de plus, déjà eu l'occasion de voir un elfe à l'œuvre et affirmait qu'il valait mieux ne pas avoir affaire à eux. Arren lui avait écouté sans trop donner crédit à cela et avait à présent l'occasion de savoir un peu plus ce qu'étaient les elfes... enfin une fois qu'il se serait sortit du soucis qu'il avait provoqué.

Il se mordit les,lèvres aux mots de l'autre, véritablement honteux même si il n'avait pas chercher la collision, pour quoi passait il à présent, non seulement il se promenait sans autorisation hors du château impérial mais en plus il tombait sur les gens au risque de les blesser... Mais en même temps il venait se s'excuser, recommencer n'apporterait rien de plus il le craignait et n'aimait pas faire les choses pour rien, c'était encore pire bien sûr lorsqu'il s'agissait de discourt, il laissa donc l'oreillu faire quelques pas et se redresser en chassant le malaise sans dire un mot de plus, laissant simplement son regard trainer comme à son habitude, notant tout ce qui pouvait servir, de la taille de l'arme qu'il portait à ses mouvements en passant par le ton qu'il employait. Une fois qu'il sembla aller mieux il s'avança à pas lent et s'inclina devant l'ainé avec gravité avant de se mettre à parler...

« Votre mort n'était pas du tout dans mes intentions croyez moi messire, je ne savait pas ce qu'il se trouvait en bas... je me tenais sur le toit du bâtiment et j'ai glissé. Je ne supporte pas la foule et... enfin la ville ne m'est pas familière je préférais autant ne pas croiser de problèmes en chemin... même si il semble que sur ce point j'ai faillit. A la vérité... je ne devrais pas me trouver ici, on m'a interdit de sortit du palais... »

Il ne termina pas sa phrase, se traitant mentalement d'idiot, le fait qu'il était un noble échappé d'un château où il était censé être consigné pour empêcher une trahison et pour s'entrainer n'était certainement pas des informations qu'il fallait révéler, l'elfe pouvait tout à fait décider de le renvoyer d'où il venait et demander une récompense ou alors tout simplement appeler la garde... non définitivement ce n'était pas quelque chose qu'il aurait dû dire mais là c'était un peu tard pour y penser, mieux valait de toutes façons y aller franchement, il n'était plus à une bêtise près. Il passa une main dans les cheveux, quelques peu mal à l'aise et enchaina, un peu hésitant...

« euh... si vous acceptiez d'oublier ce que j'ai dit au sujet du palais.. enfin je vous en serait grès... et... enfin pour ce qui est de cet accident je suis vraiment contrit et je suis prêt à réparer les dégâts de la manière que vous souhaiterez. »

Contrairement à ce qu'il avait voulu il s'était de nouveau excusé mais peu s'en fallait mais il préférait encore cela que les gardes, si il fallait courber un peu l'échine il le ferait, après tout c'était sa faute et entièrement sa faute si il se retrouvait dans une situation si impossible, sa faute et celle de cette damnée envie de liberté qui le faisait faire tout et n'importe quoi. Il s'inclina de nouveau avec un 'votre serviteur' de circonstance et croisa les bras dans le dos, habitude qu'il avait quand il attendait quelque chose de particulier de même qu'il avait prit l'habitude de ne pas ciller...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeMer 5 Jan 2011 - 14:51

Gabriel se laissa observer, reprenant peu à peu pied avec plaisir, et trouva son regard fort flatteur pour lui, ses mouvements se faisant plus félins quand il se mit à lui tourner autour, le détaillant avec minutie, ses yeux de glaces le fixant intensément avant de s’arrêter dans son dos, les bras croisés sur son torse, une moue amusée au visage.

- Vos parents ne vous ont jamais appris qu’il fallait regarder où vous marchiez, enfin en l‘occurrence où vous gambadiez ? Fit-il malicieusement, son regard perçant sur l’individu bien beau à voir mais qui venait de lui tomber dessus violemment et de tout son poids, qui n’était pas petit au vu de la légère douleur lancinante dans son dos qu’il avait encore.

Ah, voilà un bel humain asocial qu’il avait devant lui. Enfin bon il le comprenait en même temps, tous ces gens immondes et suintant d’égoïsme, engoncés dans des vêtements froufrouteux et ridicules, où les couleurs ne se mariaient absolument pas, pire où il avait l’impression qu’en les regardant trop longtemps il deviendrait aveugle.

Soupirant et grognant comme ces humains totalement fous, il revint sur le direct de la situation et le jeune homme qui lui tenait présentement compagnie.

- Vous habitez Gloria mais vous ne connaissez pas la ville ? Que voilà un petit oiseau qui a prit la décision de quitter sa jolie cage dorée… Cette ville vous plaît ? Demanda-t-il, toujours aussi amusé, se collant contre son dos en lui chuchotant cela à l’oreille, adorant joué avec les gens comme lui.

Ainsi il n’avait pas le droit ? Mais voilà qui était très intéressant, et vu comment il venait de se crisper avant d’avoir pu terminer sa phrase, il devait croire qu’il allait profiter de la situation du genre de la torture ou de la rançon.

- Je ne suis pas une personne qui oublie, humain : vous avez remarqué un elfe, avez-vous déjà entendu d’un elfe qui a une mémoire d’homme ? Ne soyez pas aussi naïf et insultant voulez-vous, sourit-il, un brin sadique mais toujours aussi fortement amusé.

- Réparer les dégâts de la façon qu’il me plairait… Voyez-vous ça, et qu’avez-vous donc à me proposer ? Demanda-t-il curieux en se reculant légèrement, impatient qu’il développe sa dernière proposition.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeDim 9 Jan 2011 - 20:36

Il n'aimait pas sa façon de lui tourner autour comme un oiseau de proie, cela le mettait mal à l'aise, d'une part parce qu'il était toujours plus difficile de se défendre lorsque quelqu'un vous attaquait dans le dos et qu'étant très faible en matière de combat il n'appréciait pas se désavantage supplémentaire mais également parce que cela lui rappelait la manière dont les vautours planaient au dessus des cadavres avant de plonger pour la curée... certes l'être n'avait franchement rien d'un vautour, il était même difficile de penser que quelque chose de mauvais pouvait émaner de lui, la beauté peut-être ou alors la manière dont il évoluait autour de lui, son ton, on lui avait toujours dit que ceux qui aboyaient le plus ne mordaient pas, il avait certes eu le temps de vérifier la théorie mais il savait également que les exceptions existaient partout, il ne tenait pas à s'être fourvoyer si l'elfe était une exception à la règle.

Il ne dit rien cependant, préférant se concentrer sur la forme près de lui, tendant ses sens comme des filets pour entretenir son calme un peu mis à mal... Il avait une odeur étrange, mélange singulier de sang ancien, imprégnant les vêtements de manière infime, l'humus et la terre riche et fertile, comme un rappel, une marque ou un souvenir, plus fine qu'une senteur mais plus qu'une illusion, l'odeur du cuir usé, utilisé, l'odeur de la fumé, du vent et d'autres choses qu'il ne pouvait définir; ses pas résonnaient sur le pavé, l'un après l'autre, comme des coups léger, imperceptibles, comme une friction sur les pavés.

Ce que ses yeux ne pouvaient voir le reste de ses sens tentaient de lui apporter et il restait droit et immobile, calme alors que l'elfe s'arrêtait dans son dos en se mettait à parler d'une voix où perçait la malice mais qui n'obtint pas de réponse de sa part, il ne parlait jamais, après tout, pour ne rien dire et répondre à une question comme celle là relevait de ne rien dire, il préférait autant que l'homme poursuive. Mais il faillit bondir en le sentant se rapprocher, collé à son dos, son souffle chaud contre son oreille alors qu'il parlait encore... il se crispa et contracta tout les muscles de son corps en avançant d'un pas, un pas décidé avant de tourner pour faire face à l'elfe à qui il décerna un regard pénétrant de ses prunelles noirs comme les lacs de montagnes avec une expression incertaine, méfiante et gênée... il était fil de seigneur, personne en dehors de ses frères et sœurs n'aurait oser l'approcher d'aussi près, c'était inconvenant et hors de propos, surtout venant d'un inconnu en pleine rue ainsi... après lui être tombé dessus...

Il avait des tords certes mais il trouvait l a manière d'être de l'elfe un peu bizarre et vraiment étrangère à toutes les us qu'il connaissait, soit il n'était que lui même soit il jouait avec lui, chose qu'il n'avait pas du tout envie de croire même si elle paraissait probable. Pourquoi n'était il pas parti, pourquoi ne l'avait il pas abandonné là pendant qu'il était sonné, il se serait évité bien des problèmes, il serait très certainement déjà fondu dans la foule, invisible ou presque, un jeune homme comme un autre ou presque, mais dans une foule si dense ses habits luxueux aux tissus peu commun et sa physionomie ne serait sans doute pas le principal centre d'intérêt des gens, surtout dans un quartier marchand... mais voilà il n'avait pas bougé, à cause de ça satané bienséance, de sa honte et de Dracos seul savait quoi d'autre, rien que d'y penser il se maudissait lui même, jamais il n'aurait osé s'enfuir ainsi, ce n'était pas ainsi qu'on l'avait élevé et pourtant cela lui aurait valu deux fois moins d'ennuis il en était persuadé.

Il se sentait une furieuse envie de lui répondre qu'il n'était pas d'ici et aurait franchement être chez lui plutôt que dans une ville aussi mal faite, bruyante et sordide mais c'était la une réaction de gamin mouché et caractériel et il n'avait pas envie de paraître ainsi, certes il était jeune, que ce soit en critère humain ou elfique mais c'était justement pour cela qu'il devait se montrer calme et raisonnable, parce qu'on chercherait plus facilement ses faux pas, qu'on s'attendrait à le voir être caractériel... certes il raisonnait présentement comme si il était face à l'un des rapaces de noble, quelle plaie ceux là... ils faisaient tout pour le faire craquer et lui devait continuellement se montrer poli et courtois avec eux même si c'était d'une politesse et d'une courtoisie glacée et distante, comment alors pouvait il être blâmer de réagir ainsi avec n'importe qui, à force d'être dans le bain en permanence il commençait à trouver tout le monde étrange et malveillant.

Il resta donc tout aussi silencieux, cherchant à éviter au maximum que l'on puisse interpréter ses paroles comme il ne l'entendait pas, ou par peur de laisser échapper plus que de raison sur son compte, par peur peut-être qu'on lui reproche quelque chose ? Il ne savait rien des elfes, ne savait rien de l'histoire de sa famille qui se rapportait à eux et la seule personne qui aurait put le lui dire et qui ne se trouvait pas à Glacern n'y consentirait sûrement jamais... alors quoi ? Simplement faire comme si de rien n'était ou pire se mettre à dos l'être ? Hors de question... La dernière question le désarçonna quelque peu, qu'avait il a proposer, à bien réfléchir il pensait évidemment à de l'argent mais l'elfe ne devait en avoir cure de toutes façons, alors quoi ? Un service, une invitation au palais peut-être ? Qu'est ce qui pouvait le tenter... il n'avait cependant pas envie de mettre les deux pieds dans un bourbier, hors il sentait que quelque chose n'allait pas avec la question de l'autre... et puis par le Dracos, il avait ce qu'il voulait, c'était à lui de choisir ! Il en rougissait même... et diantre que cela se voyait sur son visage si pâle que même le soleil du sud de parvenait pas à griller...

« Euh et bien comme je vous l'ai dit... n'importe quoi que vous désiriez en compensation, dans la limite euh du... enfin du pensable... je suis prêt à vous le donner. Comprenez, je n'avais jamais vu un elfe auparavant, je ne sais pas de quelle manière je peux vous... me faire pardonner, dans un cas comme celui là ne vaux il pas mieux laisser le choix à celui qui le sais ? Il me serait réellement désagréable de garder une dette envers vous ou de vous savoir en colère messire... »

Il se tut subitement, il avait largement dépassé son quota de discussion pour les trois prochaines semaines et pourtant il avait l'impression que c'était loin d'être terminé, il commençait même à se demander si il n'aurait pas dû rester au château, dans ses appartements, paisiblement et sans chercher les ennuis. Oui vraiment il commençait à préféré être en haut... mais alors il n'aurait pas rencontrer un des êtres de légende n'est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeLun 10 Jan 2011 - 1:59

Gabriel trouvait cela hautement amusant : l’humain ne semblait pas à l’aise du tout, le plus drôle fut quand il bondit pour s’éloigner et lui faire face quand il s’était collé à son dos en murmurant dans le creux de son oreille. Décidément, cet homme n’était peut-être pas si mal tombé que ça, même s’il aurait aimé qu’il tombe autre part que sur lui, comme sur les sacs de farine par exemple : cette discussion promettait des trésors de drôleries.

Recommençant à lui tourner autour, imitant le charognard par excellence, il le regarda penser, enfin essayer serait le mot juste puisqu’il semblait bien perturber par sa présence et ça Gabriel adorait, cela l’amusait énormément. Il joua avec lui : se rapprochant et s’éloignant, arborant un masque d’innocence, soufflant dans son cou pour le perturber davantage ; il s’amusait énormément.

Le moment où l’homme se mit à rougir fut l’apothéose selon l’elfe, ce fripon de coup de sang sur la délicate porcelaine de ses joues le fit rire d’une voix claire et chantante.

- Vous ne connaissez pas les elfes ? Pourtant cette cité est mitoyenne du royaume elfique et elle doit regorger de célèbre bibliothèque, dit-il avec surprise et curiosité.

- Dans la limite du pensable… Fit-il en faisant mine de réfléchir, le déshabillant intégralement du regard histoire de le faire angoisser un peu plus. J’ai bien une idée en tête… ajouta-t-il d’une voix basse et velouté en le regardant intensément, s’asseyant sur un sac de farine par percer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeSam 15 Jan 2011 - 22:54

Il semblait se délecter de son trouble comme d'un vin fruité, chose qu'il n'aimait pas du tout, il avait l'impression d'être un spectacle pour cet être là, un spectacle avec lequel il passait le temps hors si la fierté n'était pas l'un de ses points sensibles il n'en était pas moins foncièrement digne et foncièrement sérieux... et se voir rire au nez ainsi avait tout de l'insulte, surtout sachant pourquoi l'autre riait, il n'était pas stupide, il n'y avait pas trente chose pour lesquels il pouvait rire. Et à le voir agir c'était évident que le mettre mal à l'aise l'amusait grandement, il tournait, avançait, reculait... et le loup en lui grondait subitement, c'était lui le prédateur et il avait bien envie de le rappeler à cet elfe, rien que l'idée de lui plonger les crocs dans la gorge était intéressant n'eut été bien entendu sa raison, il n'était pas assez fort et de toute façon n'allait pas attaquer quelqu'un sous un tel prétexte. Il serra simplement un poing, pour chasser l'agacement, il 'était le second, le gris raisonnable, l'ombre de la portée, il n'était pas son frère ainé à grogner contre le monde sans peur et sans y regarder à deux fois et après tout qu'est ce que cela pouvait vraiment lui faire, quand il y pensait... que l'autre rit autant qu'il désir, il n'allait pas en faire une maladie.

Il se cuirassa contre son malaise, se fit autant de glace qu'il le pouvait, se contentant de fixer de ses prunelles noires l'elfe qui avait repris soudainement la parole et dont la curiosité perçait dans sa voix mais ne répondit pas, il n'avait pas envie de lui dire d'où il venait et n'en voyait de toutes façons pas l'utilité, qu'il pense donc qu'il n'avait jamais fréquenté la moindre bibliothèque cela lui allait très bien et puis qui disait qu'il croirait son histoire hein, il pouvait très bien penser qu'il mentait.

En revanche il trouva le coup d'œil suivant franchement désagréable, quelque soit ce qu'il pensait il était certain de ne pas apprécier du tout, il n'aimait pas la manière dont l'autre jouait, factice de gestuelle, il le trouvait de plus en plus semblable aux nobles de Gloria, avec leur manie de singer et leur théâtralité... et plus il le comparait à ceux là et plus il se disait qu'il avait tout simplement envie de mettre la politesse à la trappe et de tourner les talons là desuite pour le planter sur place et tant pis si il se mettait en colère.

Il croisa finalement les bras alors qu'il poursuivait d'une voix caressante qui le fit se hérisser encore davantage... il ne savait franchement pas pourquoi mais cet être, quoi qu'il ai en tête, avait réussit là où tous les autres avaient échoués et avec brio... il était en colère, franchement en colère, on avait pas idée d'être aussi imbuvable, qu'est ce qu'il croyait exactement, qu'il était sur un scène en train de jouer un rôle ou devant une coure de ces dames avec mille dindes prêtes à glousser à ses bottes ? Il en montrerait bien les dents pour le coup mais décida plutôt pour autre chose et s'avança, atteignant le sac en trois enjambées, se plantant face à l'elfe et se penchant pour vriller ses yeux des siens, le visage à seulement dix centimètres du sien, bras toujours croiser et roidit de colère...

« Et bien dans ce cas fait m'en part ou coupez court à cette conversation, j'ai horreur de parler pour ne rien dire ou d'entendre de même, comme vous l'avez comprit je ne devrais pas être ici ce qui veux dire que si un garde passe par là je n'aurait pas d'autre solution que de le suivre et cela c'est hors de question. »

Il s'éloigna légèrement et regarda la trouée vers l'avenue principale, prenant la direction avant de se tourner de nouveau en haussant les sourcils... Agir comme un gamin ? Très bien il en prenait la honte, il n'avait pas envie, alors qu'il avait enfin réussit à s'extraire du château la journée, de se faire planter là par un elfe qui ne semblait le considérer que comme un amusement quelconque, des elfes il en verraient bien un jour et il avait d'autre sujet d'étude d'être si cela lui plaisait alors oui si il fallait se montrer désagréable pour faire bouger la situation il le ferait et puis l'elfe n'avait rien de cassé, il n'allait pas faire un fromage d'une demi chèvre, qu'il l'énonce son idée de payement et puis voilà, on allait pas y passer la journée. Inhabituel chez Arren ? Pas vraiment, il avait énormément de patience, vivre à l'ombre d'un monde de gel en donnait dès le plus jeune âge, en revanche il n'aimait pas les faux semblant ou l'amusement gratuit, il n'aimait pas qu'on se moque de lui et surtout il n'aimait pas les ronds de jambes de quelque sort que ce soit et là précisément avec tout cela combiné il n'avait pas envie de rester là...

Il tourna de nouveau les talons et faillit partir mais impossible, la colère n'était vraiment pas son fort, il la sentit tombée en lui, s'évanouir, il était soudain très las, bien trop las pour une journée telle que celle ci... Il se tourna et revint vers l'elfe, le poids de son regard ayant soudainement gagner dix bonnes années et une gravité qu'il n'avait pas en temps normal, froid, distant, poli oui tout cela il l'avait souvent mais cette lourdeur là jamais auparavant...

« Ne jouez pas avec moi, elfe... je ne suis pas un de vos feus follets du sud, je n'ai rien de semblable avec ceux d'ici, ni humour ni manière de penser,dite ce que vous avez en tête, clairement et sans ambages et qu'on en finisse... je suis fatigué de tout cela... »

Fatigué il l'était très certainement mais pas forcément à cause de l'elfe, c'était simplement un trop plein, l'accumulation de trop de chose et en cet instant il en gagnait le contre coup, le prix de son habitude de garder en lui toutes choses, peut-être devrait il penser à s'ouvrir un peu, ne serait ce que pour son propre bien, histoire de ne pas craquer pour un rien. Il avait envie de se poser dans un lieu calme, à l'abri des regards et du bruit, dormir peut-être simplement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeJeu 20 Jan 2011 - 2:07

Gabriel se contenta de l’écouter en lui souriant, adoucissant sa présence : l’humain était en colère, tout son être dégageait des ondes bouillonnantes à son encontre, sa voix était remplie de venin pour lui. Oui, cet homme ne l’aimait pas et semblait exaspéré par sa présence trop rôdeuse et joueuse avec lui, et ça, ça plaisait à l’elfe.

Quand le tombeur eut fini de parler, le chasseur garda le silence et caressa doucement la joue blanche et douce de l’individu avant de s’écarter de lui pour garder une distance respectueuse entre eux deux, se faisant plus polie.

- Vous êtes une personne qui a du mordant, pas une de ses lavettes sans cervelle, engrossé par l’hypocrisie et l’égoïsme, se préoccupant plus de la mode et des apparences que des besoins du peuple et des gens méritants, déclara-t-il doucement en le regardant avec attention, « mode prédateur off ».

- Mais le fait que vous soyez une personne qui avez du caractère ne fait pas de vous un être honnête et avec des valeurs. En avez-vous seulement, vous qui reconnaissez être un petit oiseau et vivre dans une cage dorée depuis toujours, qui ne connaît rien du dehors, demanda-t-il en faisant un grand geste des bras pour englober la ville.

Gabriel le regarda aller et venir avec curiosité, constatant sans outre mesure que la colère partit peu à peu pour céder la place à de la tristesse qui submergea le beau regard de l’humain, le faisant paraître bien plus âgé qu’il ne l’était en réalité.

- Vous ressemblez déjà à un grand-père alors que vous venez tout juste de croquer la vie à pleine dent, pourquoi tant de mélancolie et de renoncement dans une aussi jeune pousse que vous ? Questionna-t-il d’une voix douce en posant une main sur l’épaule de l’homme.

- Jouer avec vous, vous testez, etc.… Cela est pareil pour moi : à première vue vous sembliez être un humain des plus sympathique, seulement cette cité est pourrie et vous m’étiez tombé dessus plutôt violemment, d’où mon manège précédent, mais je maintiens que vous êtes un bel homme, lui sourit-il gentiment en lui tendant une outre d’eau, mais de l’eau qui venait des fleuves qui traversaient le royaume elfique, une eau plus bénéfique et énergisante, plus fraîche et douce, que n’importe quelle eau qui traversait le royaume humain ou elfique.

-… Je me nomme Gabriel, finit-il par se présenter après un léger silence, mais ne dévoilant pas son nom de famille : après tout, il est un chasseur de prime recherché, sans compter qu’on se trouvait un peu beaucoup à Gloria, l’endroit où siégeait l’armée, l’endroit où il était le plus en danger : ses contrats devaient désirer sa perte pour l’envoyer ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeDim 23 Jan 2011 - 22:05

Il s'était radoucit, comme si son coup de colère avait eu un effet calmant sur son attitude malicieuse, était ce un piège pour se rire de nouveau de lui ou était ce sincère ? Il aurait voulu que ça le soit mais comment savoir avec exactitude, tant de personnes étaient capables de manipuler leur émotion et leur manières d'être pour servir leur intérêt qu'il ne savait plus trop quoi en penser ou en dire, il ne savait pas très bien comment réagir avec les individus d'ici... son attitude général était souvent qualifiée de froide, distante ou de franchement méprisante alors qu'il se contentait de suivre sa manière habituelle d'agir, n'accordant vraiment son attention que pour ce qui l'intéressait ou pour lequel il était contraint d'être présent, le reste passait à la trappe, pas qu'il méprise ou quoi que ce soit mais il ne pensait pas, du moment qu'il n'était pas intéressé, qu'il devait donner un avis ou faire acte de présence. Pour cela comme pour le reste on le disait mauvais et on le montrait du doigt... Il ne faisait pourtant que vivre sa vie, pourquoi venait on lui cracher dessus quand il ne faisait strictement que vivre... mais ce n'était pas le moment d'y repenser, il fallait qu'il se concentre sur le moment présent et sur l'individu en face de lui. Le geste qu'il eu ensuite le laissa perplexe, c'était doux... le contacte était doux, chaud, incongru, il n'aimait pas la chaleur, il avait une sainte horreur des endroits trop chaud et pourtant ce geste, qui plus est allié à l'intimité qu'il contenait, le laissait légèrement apaisé... oh pas de beaucoup mais c'était tellement inattendu qu'il ne pouvait s'empêcher de vriller l'elfe de ses yeux noirs.

Il lui fut grès de s'être écarté, même si ses velléités colériques s'étaient évanouie il n'en demeurait pas moins quelqu'un qui n'appréciait pas le contact physique outrancier, que celui là ne le gène pas outre mesure n'y changeait rien ou presque, il fit donc un petit pas en arrière pour marquer la séparation en écoutant ce qu'il avait à dire... Avoir du mordant, oui il ne pensait pas que ce soit vraiment son cas, l'elfe avait tout simplement mis un orteil sur la ligne sensible et Dracos seul savait qu'il y avait peu de chose qui en possédait une avec lui, manque de chance peut-être, en tout cas la vision qu'il avait des nobles aurait bien put le faire sourire si il n'avait été aussi occupé avec tout le reste, dommage d'un certain point de vue mais honnêtement une fois passer la première encontre avec leur mode de vie il s'en détachait complètement, certes ils lui damnait le pion mais en dehors de ça c'était comme une fougère sur le coin d'une fenêtre, grand bien leur fasse de leur orgueil et de leur froufrou, lors d'une attaque ils seraient complètement sans défense, de pauvres agneaux de sacrifice, tant pis pour eux.

Il trouvait les dire de l'elfe, outre étonnamment sec et méprisant à l'égard de la noblesse, assez représentatif de ce qu'il pensait lui même et si il n'en dit rien il le nota soigneusement, était ce la manière de penser de tout les elfes ou celui là était il une exception ? Il devrait s'en informer plus tard auprès de quelqu'un de tiers puisqu'il ne savait pas si il risquait d'insulter son vis à vis par une telle question. Le reste aurait put lui arracher un sourire si il n'avait pensé à autre chose, des valeurs il en avait ou du moins pensait en avoir quand au reste... l'elfe se trompait lourdement mais ce n'était pas sa faute, le monde avait vraiment oublié en dehors d'un seul et de son suzerain mais si les mots n'étaient pas les bons ce qu'ils contenaient n'était pas tellement en accord non plus.

Sa cage à lui était de glace de pierre là où celle des autres du sud était d'or et son monde ne se résumait pas à un blanc palais et à des jardins exotiques mais à la montagne sauvage et les lacs à demi gelé, froid comme la mort et si sombre qu'ils paraissaient d'encre... devait il le lui dire, se dévoiler, lui et ses origines, serait il mieux accueillit que par ses moutons du sud qu'étaient les nobles de Gloria ? Il avait déjà eu la preuve que les autres races l'acceptaient bien mieux que la sienne mais de là à ce qu'il s'agisse d'une vérité sans exception... il y avait un pas, un pas qu'il ne mesurait pas en totalité. Il se contenta de le regarder fixement avec au fond des yeux une légère lueur équivalent à sa réponse, celle qui aurait put avoir voix si il avait été autre chose que ce qu'il était présentement, un loup solitaire et silencieux... La main sur son épaule fit céder un mur en lui, sans savoir comment il se sentait perdre sa défense diminué, sa garde baisser peu à peu, sa lassitude prenant le dessus sur le reste comme la neige tombant doucement, flocon après flocon sur un champ calme.

Chose surprenante il sourit, au compliment qu'on lui faisait mais bien davantage au souvenir de sa chute, il prit l'outre d'eau et en but une légère gorgée pour se remettre, le remerciant d'un hochement de tête en adoucissant son regard, action hautement difficile pour lui et hors de caractère... Il enregistra le nom d'un clignement de paupière et observa le bout de la rue en réfléchissant, devait il donner le sien ? La politesse le demandait normalement mais était ce raisonnable, il ne le connaissait pas bien et il n'avait lui même pas donné de nom de famille ce qui prouvait qu'il ne lui faisait certainement pas entièrement confiance, il avait raison d'ailleurs, on ne pouvait jamais savoir il ne le blâmait pas mais cela ne lui simplifiait pas la tâche...

« Arren... »

Il avait eu du mal à faire sortir sa voix, avec le calme qui avait supplanté sa colère il avait perdu ce qui rendait aisé la parole pour lui, il redevenait peu à peu le loup silencieux. Il laissa ses yeux couler sur l'elfe en captant de nouveaux les senteurs qui l'imprégnaient, une minute, puis deux et dix passèrent, il continuait d'observer en silence avant de finalement soupirer et de percer le silence d'une voix ressemblant à un murmure...

« Vous êtes un fils de l'été... » Ce n'était pas un reproche mais une constatation, l'elfe était né avec l'été, il était chaleur même si il n'était pas dans la foret et qu'il semblait avoir déjà combattu plus que de raison, une antithèse de lui même, l'immortel été contre le mortel hiver était ce donc pour cela que les liens s'étaient rompus si longtemps auparavant ? Peut-être ou peut-être pas... Il tendit la main vers l'elfe en fermant à demi les yeux avant de s'esquiver promptement en s'adossant au mur en enroulant ses bras autour de son torse en soupirant... « Je ne me sent pas bien ici c'est tout, pardonnez mon comportement, cette ville, cet endroit n'est pas fait pour moi... Vous deviez me dire quelque chose il me semble.. »

Il releva la tête lentement pour le regarder, toujours adosser à son mur avec dans les yeux un mélange de tristesse et d'amusement, paradoxal et pourtant complètement habituel chez lui, il lui arrivait très souvent de combiner des émotions qui n'avaient à première vue rien à voir l'une avec l'autre, oh il n'était pas le seul mais dans un monde où tous pensait qu'une ligne droite était la bonne solution il passait souvent pour un peu bizarre. Pas autant que les seigneurs des marais mais bon, du moins à ce qu'il avait entendu de son grand père et des chroniques de sa famille, il ne les avaient jamais vu de ses propres yeux mais, lords combattants, ils avaient accompagnés sa famille lors des guerres anciennes avant la longue veille, il avait eu l'idée d'aller les voir voilà quelques jours et cela lui revenait à présent... l'elfe avait il beaucoup voyagé ? Avait il vu les paluds ? Bon il demanderait probablement une autre fois, pour l'instant il avait simplement envie de l'entendre parler et de le regarder, il se sentait plus à l'aise maintenant, pas bien, ni mal, il ne se sentait que rarement bien ou mal, vraiment bien ou vraiment mal mais du moins appréciait il quelque peu la compagnie de cet être là. Il n'aimait pas la compagnie en général, il sentait souvent que son vis à vis attendait de lui qu'il parle et s'épanche, moins chez lui que dans cet endroit remplit de langues bien pendues, il aimait le calme, il aimait l'observation contemplative même si il lui arrivait d'avoir besoin d'exercice, de bouger et de dépenser l'énergie qu'il emmagasinait par trop... Mais ce n'était rien de tout cela pour le moment, l'elfe était simplement là, il allait avec le reste et de même il était lui même à l'aise grâce à cela même si ça ne voulait pas dire qu'il était en repos.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeSam 29 Jan 2011 - 15:56

Il était bien triste de voir qu’un être aussi jeune soit déjà si sérieux et triste : elfe ou humain, à cet âge-là on rêvait encore, on n’était que sourire et malice. Gabriel était peiné de le voir aussi méfiant, même s’il comprenait cette attitude, il ne pensait pas qu’un enfant si jeune réagisse ainsi : on était naïf et inconscient à son âge même s’il était un bien bel homme déjà. Souriant, il leva ses mains pour lui montrer qu’il ne lui fera plus de mal avant d’hocher la tête de satisfaction quand il le vit boire l’eau elfique, comme ça il se détendra un peu. Oui, Gabriel trouvait cela bien triste comme vie et il était heureux de ne pas avoir vécu dans une cage dorée lui, préférant sans conteste sa cage de verdure, ses arbres et ses prairies, le chant du vent dans les feuilles, les couleurs émeraudes, ambre ou rubis de la verdure suivant les saisons.

Secouant la tête pour se réveiller, l’elfe prêta à nouveau attention à l’humain qui le regardait avec des yeux profonds et intenses : son geste avait du le perturber quelque peu mais sans le gêner pour autant puisqu’il ne fit rien pour l’esquiver. Il ne devait pas recevoir beaucoup d’attention de ce genre et sincère dans son existence, en même temps il comprenait parfaitement pourquoi : qui pourrait être vrai dans une ville où on prônait les faux semblants, l’hypocrisie et le miel cachant le poignard qui n’aspirait qu’à prendre place en vous pour vous tuer ? Personne ne ferait preuve d’acte sincère, tout n’était qu’illusion dans cette cité et dans toutes les autres : les vrais humains se trouvaient dans la campagne environnante, des les petits villages tranquilles, là où ne vivait pas l’homme.

L’humain semblait si seul et las de tout ; pas une solitude saine comme celle qu’adoraient les prédateurs, mais une solitude malsaine, douloureuse, broyant les gens, les tuant à petit feu. Cependant, Gabriel eut la bonne surprise de voir que le simple fait d’avoir une main sur son épaule, un contact chaud et vrai, semblait le dérider et l’apaiser, il eut même droit à un sourire et à un adoucissement de son maintient, comme s’il avait accepté la situation et baissait quelque peu sa garde. Cela lui fit vraiment plaisir.

- Arren… Ca me fait penser à la terre, sourit-il gentiment en s’asseyant sur un tonneau, détendu et parfaitement calme. Un fils de l’été ? Comment le savez-vous ? En effet, je suis né le premier jour de l’été, le plus chaud d’ailleurs d’après mes parents, rajouta-t-il pensivement, essayant de se rappeler vainement ce que sa mère avait dit à ce sujet, avant de secouer la tête pour ne plus penser à sa famille, ses lèvres arborant une légère moue de tristesse avant de reprendre un masque avenant, chassant comme il pouvait l’éclat de douleur qui venait de se ficher en lui.

- Vous savez, je ne suis pas étonné de savoir que vous n’êtes pas à l’aise ici : vous me semblez être une personne sincère, la vérité se sentirait à sa place si elle vivait dans une cité où ne rôde que mensonge et tuerie ? Demanda-t-il avec un sourire amer et sadique, lui non plus absolument pas à l’aise ici, préférant parcourir les routes et la campagne, les villages discrets et les bois, les forêts, les plaines, c’est là qu’était sa place.

Gabriel l’observa dans sa contemplation réflexive de sa personne, penchant sa tête légèrement sur le côté avant de redresser la tête avec intérêt : il avait senti la nature pas très loin, bon elle serait sans conteste abîmé mais quoi de plus étonnant vu ce qu’il y avait autour. Amusé, il se releva et alla vers son compagnon de fortune, attrapant doucement sa main pour lui montrer qu’il ne lui voulait pas de mal, le tirant vers lui pour se faufiler dans les méandres des ruelles puantes et suintantes de choses dont il ne voulait pas connaître l’origine, finissant tant bien que mal par déboucher dans un petit jardinet, pitoyable et usé, abandonné du monde.

Grognant sous la bêtise humaine, son cœur pleurant en voyant cela, il se dirigea vers le plus grand des arbres, caressant la végétation agonisante du bout des doigts, sa main toujours tenant celle de l’autre. Quand il y arriva, il se retourna et s’assit à terre, le dos collé contre le tronc, tirant l’homme vers lui pour qu’il prenne place à ses côtés, se mettant à chanter doucement pour ressourcer un peu le jardin, lui redonnant peu à peu vie pour son plus grand plaisir. Une fois ses couleurs à peu près retrouvés, Gabriel posa la paume de sa main sur le sol et la leva sèchement vers l’unique voie d’accès du petit havre de verdure, générant ainsi une barrière de ronce pour avoir la paix et ne pas être dérangé.

- Ne prenez pas peur, je ne vous ferais pas de mal en vous enfermant avec moi : cette barrière nous préviendra des gêneurs, dit-il d’une voix douce et tranquille, un sourire avenant aux lèvres. Vous voulez savoir quoi faire pour me dédommager de la chute ? Passez l’après-midi en ma compagnie dans ce jardin, s’il vous plaît, mais si vous désirez partir il n’y a aucun souci et je relèverais la barrière, dit-il toujours aussi calme, souhaitant néanmoins qu’il accepte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeVen 4 Fév 2011 - 23:41

L'autre semblait agir avec lui comme si il était une bête farouche qui se tendait pour attaquer, il en aurait presque haussé les sourcils en le voyant mettre ses mains en évidence mais tout aussi amusant été la manière qu'il avait de se perdre dans ses pensées, à quoi pouvait il bien penser, peut-être à quelque fantastiques domaine de son peuple, loin dans les sombres bras de la forêt ancienne ou peut-être à quelques sentier dans les étendues sauvages, qui pouvait savoir après tout.

Certainement pas lui, il n'avait pas l'esprit pour comprendre ce genre de chose, trop terre à terre et trop stable sur des bases palpables pour s'aventurer dans l'univers compliqué des rêves et de l'invisible et après tout... c'était un elfe, ils n'avaient pas forcément la même conception des choses qu'un simple humain alors les rêves, il imaginait bien que cela différait aussi. De son coté il n'avait pas vraiment de rêves propres, en dehors de son envie de retourner chez lui un jour, pour le reste il se contentait de ce qu'il pouvait contrôler sans allait soupirer après trop de choses, cela n'était jamais bon, de s'enfouir dans les rêves en oubliant de vivre... A présent il se contentait de regarder son vis à vis, que pouvait il penser de lui en cet instant, de quoi avait il l'air à ses yeux, était il un simple humain comme n'importe quel autre, dans une ville étouffante et qui ne comprenait rien à l'air frais et à la beauté d'un faucon en chasse ? Ou avait il l'air de quelqu'un de singulier qui aurait atterrit là par hasard...

Pour lui même en tout cas tout était vrais et faux, ça ne suffisait pas à décrire quelqu'un, ou alors c'était fait bien pauvrement. Si il était quelque chose c'était simplement un loup solitaire au milieux d'agneaux sans aucun goût pour lui, un loup rêvant de liberté tout en entendant les paroles de la sagesse se répercuter en boucle dans son esprit, il ne devait pas fuir, il ne devait pas céder à son envie de déguerpir en laissant tout derrière lui mais par tout les esprits qu'est ce que c'était tentant, tellement tentant... comme cette sortie en ville qui tournait à l'étrange, il avait simplement voulu profiter du fait que la température n'était pas aussi aride qu'à l'habituel et se retrouvait à discuter avec un elfe dont il ne connaissait rien et qui le faisait passer tour à tour par la colère et le calme.

Les paroles étaient douces à ses oreilles mais la douceur n'avait pas toujours que du bon, parfois c'était un voile pour cacher le venin en profondeur... devait il s'y fier, ou était ce un piège pour le perdre, un tapis de velours dissimulant un caveau mais si c'était bien le cas pourquoi le ferait il, ils ne se connaissaient pas, il n'y avait en théorie aucune raison qu'il fasse une chose pareil sauf pas pur esprit malsain, il en existait bien, des individus de ce genre, il n'en avait encore jamais vu bien entendu, Glacern était une ville très étrange où il n'y avait plus eu de crime capital depuis plus de cinq siècles il doutait donc qu'aucun de ses habitant se conduise autrement qu'avec l'honneur et la dignité qui était l'apanage de la maison Stark.

Mais voilà ici il en était certains et l'elfe avait l'air de confirmer de manière implicite... les individus mal intentionnés il en poussait comme des pâquerettes mais ce n'était pas étonnant, une ville si grande, si dépourvu de racines et d'objectifs, cela ne pouvait pas être entièrement pur et de même les hommes n'étaient jamais entièrement pur, n'importe quel être peut-être mais eux plus particulièrement, du moins cela semblait...

Certains disaient que les villes exhalaient l'esprit et l'âme de ceux qui l'habitaient, ainsi peut-être était ce cela qui le confortait dans sa position même si il y avait du bon également, le tout était de savoir accepter un certain équilibre entre les deux. Il l'observa en silence alors qu'il se posait sur un tonneau... la terre, il la connaissait mieux que lui, lui avait plus l'habitude de la roche et de la neige que de la terre mais il ne dit rien, de même qu'il ne répondit pas à son sourire, il n'avait pas l'habitude de sourire et ses traits n'étaient pas fait pour ça, avec son visage grave et pâle, long, ses yeux profond et ses cheveux couleurs d'indigo passé lui tombant sur le front on ne pouvait décemment dire qu'il était fait pour rire.

Il n'avait pas compris le sens des mots prononcés même si il était étrange qu'il soit effectivement nait en été... coïncidence, tout simplement, il parlait bien entendu du fait que l'elfe était nait pendant une période bénie où la véritable peur n'existait pas et n'existerait pas, dans ce monde là les champs étaient colorés, la nature était florissante et le soleil brillait haut dans le ciel mais ce long été ne durerait pas à tout jamais. Un jour ou l'autre la nuit longue arriverait et le monde tel que l'avait connu les fils de l'été ne serait plus, finit les champs et la nature, oublié le soleil et la joie... ce serait son monde à lui, la glace, le froid, la méfiance et la peur, une nuit qui ne se terminerai jamais... c'était pour cela que sa famille veillait, pour cela qu'il ne s'était pas mêlés aux autres, c'était l'histoire qu'ils se transmettaient de générations en générations depuis le temps de la fondation de la citadelle.

Plus il écoutait ce que lui disait le Sylvain plus il se demandait comment il réagirait face à la nuit, il avait l'air à la fois fort et frêle... l'éclat furtif de son regard ne lui avait en rien échappé même si il ne fit pas de commentaire, chacun ses secrets et ses peines, il n'avait pas l'audace de les demander à un étranger, encore moins un bien plus âgé que lui, quand à son sourire amer il n'était rien de plus qu'une conséquence possible de son expérience, expérience que lui n'avait pas encore acquise, connaissait il bien la ville ? Peut-être bien, sûrement même, ce n'était tout de même pas la première fois qu'il venait ici en temps que voyageur...

Il l'observait attentivement, suivant les mouvements de balancier en se demandant ce qu'il faisait, il en haussa même un sourcil en le voyant lui prendre la main mais se laissa faire, le suivant sans mauvaise volonté, plutôt curieux de savoir où il le tirait comme cela. Ruelle après ruelle, sombre espace après sombre espace... ils arrivèrent finalement dans un petit jardin mort et morne, il regarda le petit espace sans manifester le moindre sentiment, la verdure n'était pas ce qu'il aimait le plus, il préférait amplement une roche dure et un panorama plongeant sur une vallée à l'eau noire et froide comme les doigts de la mort elle même. Il jeta un coup d'œil vers l'elfe, lui devait regretter l'état du jardin, c'était certainement pour cela qu'il était venu ici en particulier, pour le sauver, ce jardin ? Ou simplement pour s'y reposer ?

En tout cas il semblait avoir décidé de le faire renaitre... il s'installa à coté de lui, sans un mot, admirant juste les choses, la magie à l'œuvre, il n'aimait pas forcément la magie mais tout du moins respectait il cette force de la nature même si il savait ne pas être fait pour l'utiliser. Il s'agenouilla près de l'elfe en l'observant user de ses dons, contemplant simplement les choses sans mot dire car il n'y en avait, ne l'essence, pas besoin, que pouvait il dire dans un moment pareil, un moment tel qu'il ne pensait pas en vivre un... il n'avait à l'origine même pas oser penser rencontrer un elfe, alors cela...

Il regarda l'entrée disparaître derrière les ronces et finit par détacher de ses mains les gants de combats qu'il dissimulait, posant les pointes scintillantes à quelques distances de lui en tirant machinalement sur sa chemise légère, dégageant son visage des mèches qui le chatouillait au grès de la légère brise. Il le regarda pendant quelques minutes sans rien faire, pesant simplement de ses yeux sur la forme de l'elfe comme si ses paroles étaient superflues... si il s'était sentit en danger jamais il ne l'aurait suivit là en premier lieu. Il secoua négativement la tête, toujours égale à lui même et s'installa plus confortablement en observant l'elfe, qu'allait il faire à présent, attendait il quelque chose de particulier de sa part ou devait il simplement être là, qu'avait il en tête... Il n'avait pas la moindre envie d'emmettre encore le moindre son mais décida qu'il valait mieux ne pas laisser trop de blanc.

« Qu'attendez vous de moi ? » c'était une si simple question mais qui résumait bien sa pensée... que voulait il, que faisait il, qui était il, tout cela en une seule phrase bien précise, ciblée comme il en avait l'habitude, comme il savait si bien le faire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitimeDim 27 Fév 2011 - 19:53

Continuant de sourire, Gabriel apprécia réellement que Arren reste à ses côtés et posa une main sur son épaule pour le remercier, frissonnant légèrement sous le regard que l’homme fit peser sur sa silhouette pendant leur silence. « Qu’attendez-vous de moi ? » Une question si petite mais qui, pourtant, sous-entendait tellement de chose : le pourquoi de sa décision, ses origines, ses buts, son histoire, ses envies, etc.… Il ria légèrement et accentua sa prise sur l’épaule du solitaire avant de défaire son étreinte et réfléchir attentivement à la réponse qu’il devait lui offrir par politesse. Regardant son compagnon du moment comme si ça allait aider à la réflexion, Gabriel chantonna tout bas en se concentrant, pensant à tout ce qui s’était passé et se passait dans sa vie, ce qui l’avait conduit dans cette cité, ce qui l’avait conduit à être ce qu’il était, etc.… Tous ces critères qui avaient conduit au final à être là actuellement, avec cet individu désirable et mystérieux.

- Voilà une question des plus intéressantes, qu’est-ce que j’attend de vous… Murmura-t-il en souriant malicieusement avant de reprendre un air pensif et sérieux. Je ne sais pas à vrai dire, seulement de la compagnie ? Des faveurs de votre part ? Beaucoup plus qu’une simple discussion ? Je ne sais pas du tout ce que j’attend de vous Arren, conclut-il simplement en le regardant avec un sourire léger et doux. Mais vous, enfant de la terre ? Qu’attendez-vous de moi ? Que souhaitez-vous que je vous réponde en m’offrant une telle parole, une telle question ? Voulez-vous que je vous raconte mon histoire ? Voulez-vous que je vous raconte les envies qui m’inspire en vous voyant ? Voulez-vous que je fasse quelque chose dont vous désirez ? Enuméra-t-il en le regardant avec attention, toujours avec malice et douceur, un visage avenant en le dévorant inconsciemment des yeux.

Ils étaient deux en ce lieu, à ce moment. Soit, qu’il pose sa question s’il le désirait mais qu’il explique aussi à Gabriel ce qu’il attendait de cette rencontre, de cet instant. Un échange, c’était ce qu’impliquait le fait d’être à deux dans un lieu clos, même s’il existait d’autres choses à faire à deux, mais cela serait quand il aurait apprivoiser l’humain qui lui tenait compagnie à présent. Se posant avec nonchalance sur ses coudes en le regardant avec malice et curiosité, impatient de savoir ce qu’il allait bien pouvoir lui répondre, lui qui semblait aimer le silence et la solitude allait devoir ouvrir ses jolies lèvres pour satisfaire tous deux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Empty
MessageSujet: Re: Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Tomber sur un os ? [Pv Gabriel Vert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Passage au thème vert!
» Kane, Dolph Ziggler & Randy Orton VS Edge, Justin Gabriel & Chris Jericho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-