Bienvenue !

« Venez et laissez votre Âme à l'entrée. »

Liens utiles

A noter...

La lisière Elfique est en place à la frontière du 27 octobre au 27 novembre . L'entrée ou la sortie du Royaume Elfique sont donc compliquées entre ces deux dates.
Nous jouons actuellement en Octobre-Novembre-Décembre de l'an 7 de l'ère d'Obsidienne (équivalent de l'an 1760 d'Argent).



 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez

Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Empty
MessageSujet: Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Icon_minitimeDim 21 Nov 2010 - 22:43

Cela faisait déjà plusieurs jours que Ryukah marchait sur les sentiers de l'Empire sans but vraiment précis car il était loin de sa Isa et le petit dragon qui passait son temps a dormir au chaux de sa capuche ne lui servait pas encore a grand chose. Il déambulait donc sur la route, a la chaleur du soleil, bénissant le fait de ne pas être un vampire et donc de pouvoir se déplacer de jour sans finir en petit tas de cendre. En même temps, pour lui, la nuit était la vingt-quatre longues heures par jour du fait de sa cécité persistante. Il ne s'en plaignait pas tant que ça, car cela lui avait fait découvrir des capacité hors du commun comme pouvoir sentir la moindre odeur, la moindre onde dans l'eau ou dans l'air, découvrir la position d'un ennemie rien qu'a l'aura de malveillance qu'il laissait planer dans l'air. La possibilité aussi de pouvoir faire comprendre aux autres qu'il était dangereux, ou justement caché ce trait particulier rien qu'en l'enfouissant au plus profond de lui. Mais la les temps étaient durs, les voix l'assaillaient toujours plus. Au début il n'en entendait qu'une seule de temps en temps, mais la c'était une ribambelle incessante d'injures comme « assassin », « tueur », j'en passe et des meilleures. Il avait réussit a compter 37 voix différentes et leur avait à toute donné un nom, mais cela ne les calmaient pas. Ce devait surement être les victimes de ses massacres qui se vengeaient de la mort atroce qu'il leur avait fait subir. Mais 37 personnes... c'était encore loin du compte tout de même et ça commençait a devenir pénible. Comment tuer une voix? Il savait comment tuer n'importe quelle créature de ces terres mais des voix...

-Quelle corvée, pensa t'il en s'arrêtant dans un petit village d'humains.

Il avaient depuis longtemps rabattu sa capuche et caché sa présence. Pratiquement personne ne le remarquait, ce qui était le principe de se cacher a la vue de tous. Il était depuis peu rechercher par les gardes impériaux qui commençaient enfin à faire leur boulot. Bon, il devait se rentre au tournois que l'empereur avait annoncé il y a peu et ce n'était pas vraiment le moment de se faire attraper et envoyé dans les geôles maintenant alors qu'il était si près de pouvoir faire un massacre gratuit et sponsorisé par l'Empire avec l'aval de Maître Wintel. Découper, trancher, tuer, voilà ce qu'il aimait. Faire le postier était loin de lui plaire mais tel était le prix a payer pour posséder le pouvoir des vampires.

Il rentra dans l'auberge et commanda une chope d'hydromel et un gigot de sanglier bien cuit. C'est a ce moment la que les voix reprirent de plus belle. Mais une phrase l'interpela son attention:

-Meurtrier, tu n'est pas le seul ici, tueur, il y en a un autre comme toi.

Un autre? Il sonda la salle et remarqua une aura démoniaque dans un coin sombre. Une aura?? Deux? Comment deux auras pouvaient t'elles être si proches l'une de l'autre? Comme fusionnées. Il alla s'installer face à l'homme qui l'intriguait tant. L'homme? Non, ce n'était pas possible... ça ici? Mais que faisait-il ici? Il devait surement se tromper... Il ne s'était jamais trompé encore... Un... Vampire ici... Etait-il au service de Maître Wintel? Un espion peut-être? Ou alors un messager? Qui était-il, cette aura et ce parfum ne lui était pas étrangé, comme si il l'avait déjà sentit a un endroit marquant, mais ou?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Empty
MessageSujet: Re: Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Icon_minitimeDim 28 Nov 2010 - 16:36

Parfois le monde ne tournait vraiment pas rond, mais alors vraiment pas rond du tout, parfois il observait la folie de son monde avec amusement... après tout la folie était une question de point de vue, uniquement de point de vue, un fou ne se prétendait pas fou car il ne se voyait pas comme tel et un individu sain d'esprit pouvait très bien faire plus de folie que celui qui été pointé du doigts. La folie, elle n'était pas forcément désagréable à observer, elle n'était pas forcément visible d'ailleurs, parfois même elle apparaissait pour disparaître tout de suite après comme un mauvais rêve, insaisissable, évanescente, impalpable ou presque.. la folie frappait où et quand elle le désirait, s'amusant de faire tomber dans la démence les grands et les puissants, elle n'était rien d'autre que le fruit d'un monde corrompu après tout. Il y avait tant de façon de la définir, de la voir ou de la ressentir, de la vivre, certain ne la vivait que par le massacre et l'épanchement du sang frais dans la terre, la fureur aveugle et extatique d'un combat où plus rien ne comptait que la sensation de la chair tranchée, des muscles détruits par l'impacte d'une arme et des hurlements des blessés et les gémissements des mourants ; d'autres la vivait au travers de l'amour, de cet amour obsessionnel qui poussait à faire n'importe quoi pour l'objet de son désire que ce soit un meurtre ou une guerre, un amour rendant paranoïaque et agressif; d'autres encore ne cherchait que le pouvoir et le moyen d'en obtenir toujours davantage, tel de grandes araignées tissant leur toile et rapprochant les fils les plus juteux; il y avait ceux que possédait la folie de l'innocence, les êtres qui passaient leur vie à nier en permanence la cruelle vérité du monde, les agneaux que l'on égorgeaient sur les autels de la guerre et du sadisme... oui la folie prenait de nombreuses défroques et il pouvait se targuer de les avoir toutes vues au moins une fois dans sa longue non vie, il était lui même atteint de l'un d'entre elle et cela n'était pas à prouver, tous lui y comprit tombaient d'accord là dessus, si tout le monde pouvait être fou il était bien le seul à être la folie incarnée dans sa nature la plus profonde... sans but, sans objectif autre que de démolir en profondeur un esprit trop attractif rivalisant avec sa puissance, une folie qui côtoyait le mal le plus pur en un mariage impie de force et de délire, la force du froid silencieux et implacable, serpent sinueux, lourd et emplit d'une force destructrice et l'imagination débordante et fantasmagorique du seigneur prune, délirant dans sa magnificence saugrenu et sa royauté débile... tout à la fois souverain et moins que rien, prospère et démuni, intelligent et malade, les deux facettes de sa personnalité se fondant l'une dans l'autre comme des images de miroir brisées, les murs de sa retenu fondant comme neige au soleil alors que sa soif de vie le reprenait toujours plus violemment, il dansait en compagnie de la folie depuis bien trop longtemps pour que la sublime créature lui soit odieuse dans sa hideur séduisante. Il ne se laissait toutefois pas leurrer par les promesses délicieuses de cette maitresse impalpable, sa retenu, son conditionnement et sa discipline l'avait habitué à ne jamais s'en remettre totalement à la chose vivant en lui et si il aimait son double à la manière d'un soupirant il ne se laissait pas manipuler par ce qui se cachait derrière Einas...

Il était le maitre et son esprit était un outil, il n'y avait rien au delà de cette vérité immuable comme les pierres du temps ou du moins se plaisait il à le croire. Mais en cette journée il n'avait pas envie de rire, ni même de sourire à vrais dire, ou du moins ne voyait il pas l'utilité de se vanter des derniers évènements, le monde ne tournait pas rond c'était certain mais il avait quand même espéré mettre le temps avant la tempête à profit afin de trouver une occupation qu'il pourrait savourer sans le moindre soucis malgré les chuchotis insidieux du monstre. Il avait quitté les forces centrale de Lorenz quelques temps plus tôt sur un destrier d'emprunt et avait ordonné à ses serviteurs de se rendre à la limite du désert, ordre qui avait été accueilli d'un ensemble de murmures sceptiques et de coup d'œil curieux, quelle affaire pouvait bien amené leur seigneur et maitre vénéré à les expédier au bord de leur plus grand cauchemar, qu'est ce qui motivait qu'il se sépare ainsi d'eux, n'étaient ils pas ses gardes, ses élus, ceux qui devaient se battre pour l'avènement du futur d'Asha ? Mais aucune de ces sordides questions n'atteignit les oreilles dudit maitre qui de toutes façons ne l'eus pas permis, pas même de son bras droit qui tenta pourtant de lui faire entendre raison, ne récoltant pour fruit de son labeur qu'un long regard lourd de sens, habitué de ce genre de réponse silencieuse de la part de son père vampirique Drren s'était contenter de hausser les épaules et de pousser un soupire résigné en ordonnant la mise en marche.

Il l'aurait bien emmené avec lui évidemment mais il fallait quelqu'un de confiance pour s'assurer que ses soldats ne créer pas d'impair qui les feraient repérés par les troupes humaines, d'une part parc que cela compliquerait singulièrement les choses et d'une autre part parce que si cela tombait dans les oreilles d'une certaine lame noire humaine il serait contraint de la tuer et de gâcher des années de manipulations... Il était donc partit seul après sa rencontre avec Eliow... Eliow, cela avait été plus dur que prévu de le lier à lui, le petit moineau avait vraiment grandit depuis le temps et c'était à son honneur mais Dracos seul savait que pour l'occasion il aurait préféré que ce ne soit pas le cas, d'autant que même si il n'en avait rien dit le fait que le dragonnier le mette dans le même sac que Lorenz lui restait sur l'estomac, il était tout aussi différent de l'ancestral qu'une étoile et une comète. Quelque chose d'étrange grandissait en lui, un pressentiment qu'il n'aimait pas beaucoup et qui affectait son corps de non mort comme un humain sujet aux tourments de l'appréhension bien que chez lui cela se traduise par un état bien différent de celui d'un humain... Il avait chaud, comme si une eau bouillante montait et descendait en lui, comme si une vapeur de volcan comprimait son torse et ce qui s'y trouvait, émettant des ondes à la fois plaisantes et venimeuses qui vrillaient ses muscles et ses nerfs tel des oiseaux attaquant la carcasse d'un béhémoth mort, il sentait un tiraillement chaque fois qu'il pensait au futur, tiraillement le cinglant alors comme la lanière d'un fouet cruel et son esprit s'emplissait de brume tandis que le bout de ses longs doigts picotaient, priant de tenir une lame.

Et dans un registre moins mystérieux il devait faire face à la réaction de son corps à l'air extérieur, détruisant une apparence qu'il avait longtemps préservé avec attention mais de fait avec la guerre faisant rage et ses plans demandant son entière attention il n'avait pas eu l'occasion de prendre soin de son enveloppe corporelle, il n'avait remarqué le phénomène qu'en croisant accidentellement son reflet dans une flaque d'eau, ses yeux tombant sur les marques noir qui s'entrelaçaient sur son front et ses joues, d'abord de simples petites griffures rien de plus elles s'étaient depuis transformées en arabesques de tailles considérables, atteignant presque ses yeux à la couleur changeantes, comme si sa peau avait été tatouée, peau qui outre la flétrissure avait à présent une teinte légèrement bleu noir, la peau la plus tendre se teintant de bleu jusqu'à l'indigo du cou et le reste noir comme une fine couche de charbon, de même que ses cheveux qui avaient encore blanchit d'avantage.

Il avait vraiment l'air d'un cadavre mais étonnamment cela lui allait mieux qu'une humanité factice, il se plaisait de plus en plus à cette nouvelle apparence mais redoutait tout de même ce que cela signifiait... Et il était de moins en moins possible de se cacher des hommes avec un physique aussi voyant, il était contraint de porter un long manteau à capuche et de cacher son épée dans les amples replis afin de paraître le moins suspect possible, il se déplaçait de jour et évitait tout contact avec le monde humain lorsqu'il le pouvait même si une telle politique s'avéra particulièrement épineuse à mettre en place étant entendu qu'il traversait précisément les territoires humains. Toutefois, impossible n'étant pas Adryne, il avait finit par s'habituer à un rythme qui lui donnait autant de liberté qu'il pouvait en espéré, dialoguant le plus souvent avec Einas afin de rompre la monotonie mais également car il s'agissait d'un des buts de ce petit voyage autour des terres connues.

A dire vrais il y en avait trois, des raisons, ou du moins trois principales car il aurait put en invoquer mais rien n'était moins sûr que ce qui sortait de l'esprit du veilleur n'est ce pas ? La première raison de son voyage était donc Einas, son double, son autre, la seconde partie de lui même qu'il aimait depuis toujours... le pauvre avait été tellement secoué ces derniers temps qu'il en était venu à se retrancher en lui même et à ne plus parler, laissant les commandes à un Adryne un peu dubitatif sur la conduite à adopter dans une situation comme celle là, une situation qu'il n'avait jamais vécu jusque là, ce n'était ni un bon signe ni une bonne chose et il comptait bien découvrir ce qui lui arrivait quitte pour cela à devoir se mettre en danger de mort.

La seconde raison provenait des rumeurs qu'il avait entendu récemment, des rumeurs affirmant qu'un elfe à l'apparence singulière et portant une épée gravée de runes inconnues avait été aperçu dans l'empire humain plus d'une fois, il avait d'abord pensé à Achroma naturellement qui, bien qu'étant humain à l'origine, ressemblait tout comme lui à un elfe, mais après quelques questions et descriptions il s'était vu offrir l'image d'une lame longue à deux mains, blanche et gravée de runes couleur d'ambre étincelant et un nom c'était imposé dans son esprit comme des lettres de feu... Kriis, son rival de toujours, porteur de l'épée de la terre Mournblade, sœur jumelle de Stormbringer et qui se détestait cordialement. La dernière fois que l'animal à longue oreille avait croisé son chemin ils s'étaient battu pendant plus de quinze jours et avait provoqué des dégâts que seul un ouragan destructeur pourrait prétendre créer... ils ne pouvaient pas se voir, ne pouvait même pas prétendre supporter la vue de l'autre même en trophée de chasse, la haine viscérale qu'ils se vouaient n'avait pourtant rien à voir avec leur race, non si ils ne se supportaient pas c'était qu'ils étaient tous deux les élus de l'une des sœurs de la toile, Asha et Naya, antithèse l'une de l'autre mais toutes aussi redoutable, chacun était le champion de l'une des facettes de celle qui tenait le sablier, la vie et la mort, la terre et l'air, elfe et vampire... Tous deux portaient les épées symboles de leur charges, Kriis l'épée d'ambre et lui l'épée de saphir, des épées que l'ont appelait à juste titre les frères de l'épée noire et qui se livraient un combat sans fin depuis longtemps sous leur différentes formes. Il avait donc décidé d'aller retrouver son rival et de le réexpédié au delà des limites du monde des humains et des vampires, dans cette forêt qu'il n'aurait jamais dû quitter plus de sept cent ans plus tôt.

Et la troisième raison... et bien il ne savait vraiment pas ce qu'il devait en penser, de cette impulsion qu'il ne pouvait attribuer qu'à Asha, une impulsion lui ordonnant de se rendre sur les terres humaines, de voyager jusqu'à Gloria, tel un besoin impérieux qui l'emplissait, un ordre claquant et lourd de non sens... Gloria était une ville très peuplée, très bien protégée, pourquoi Dracos devait il s'y rendre, d'autant qu'avec le tournoi qui s'annonçait il risquait d'y avoir tant de monde que même les champs en bordure de la ville ressembleraient à une marée humaine en mouvement.

Il avait prit la route depuis plus de deux semaines, caracolant d'un pas plus que relaxé, son but n'étant pas de faire la course avec les oiseaux, lorsque son objectif l'appela plus près que prévu et cela à son grand soulagement, il bifurqua de son chemin au travers de la verte campagne pour se rendre dans un petit village aussi misérable qu'il était humble, aussi attrayant qu'il était plein de vie... il avait troqué son destrier contre un cheval de l'empire à la robe brune, un animal qui rechignait à le porter mais une irritation vitale pour passer inaperçu, les gueux n'étaient pas stupides au point de ne pas reconnaître un destrier vampirique. Il entra dans le hameau sans autre bruit que le claquement des sabots ferrés et les hennissements occasionnels du canasson et s'arrêta devant l'auberge où il confia sa monture à un jeune homme qui le regardait avec des yeux grands ouverts et vitreux de terreur, la simple aura qu'il dégageait suintant le froid et le mal comme jamais.

Une erreur, il se força à garder le contrôle de ce qui suintait de lui et poussa la porte, atterrissant dans une salle plus grande que le reste du village et bondée même à cette heure là, une odeur de chair échauffée, de viande grillée, de sueur et de sang se mêlait aux effluves d'alcool lourdes qui planaient à vous en faire tourner la tête sans même boire une seule goutte... il s'assit à une table, dans un recoin sombre et isolé du reste des fêtards, observant de dessous sa cape l'assemblée présente, ses yeux, dans la demi obscurité, se mirent à rutiler d'un feu étrange, transformant les orbes en saphir flamboyant, hypnotique pour tous ceux qui le croisait. Le nombre de résident à l'auberge avait augmenté sensiblement depuis l'annonce du tournoi et cela se ressentait, les servants étaient débordés, les filles de taverne semblaient ne plus en pouvoir et le tenancier derrière son comptoir ne cessait de plonger à la recherche de bouteilles, il y avait de nombreux chevalier humains, plus ou moins connu, plus ou moins étranger à la région mais tous à al recherche de la gloire de la victoire devant le roi, des marchants venus dans la région pour écouler leur marchandise et faire du chiffre d'affaire, les joutes étaient une aubaine pour ce genre de racaille, les payants ne travaillant pas la terre à plein temps qui voyageaient pour profiter de la distraction, espérant oublier la menacer qui pesait sur leur vie sans savoir qu'elle s'insinuait bien au delà de leur cauchemars les plus fous. Pathétique, dérisoire, tellement stupide qu'il en aurait éclater de rire, raillant les âmes encore vivante avec l'envie de hurler : mais regardez, regardez ce qui va vous tomber dessus ! Mais il restait silencieux et immobile dans son coin, à sa table, même lorsque une jeune femme un peu méfiante vint lui demander ce qu'il voulait et qu'il la renvoya d'un geste sec de la main, croisant les jambes et posant les bras sur la table en penchant la tête...

Ce fut à cet instant que la porte décida de s'ouvrir de nouveau, laissant passer ce qui ne pouvait être qu'un elfe, et un elfe rudement familier pour lui sans qu'il parvienne à identifier exactement de quoi il retournait. Il l'étudia en silence, avec la même attention que le reste de la salle et eu un rictus lorsque l'être vint se poser en face de lui, il le reconnaissait enfin... l'animal de compagnie de Lorenz, l'elfe qui avait été si doué pendant la bataille de l'Océane deux ans auparavant et qui possédait... oui c'était ça, il était le champion de feu, le possesseur de la lame runique des flammes, il l'intriguait vraiment, la lame enflammée n'était pas reparu depuis qu'il avait expédier le possesseur de son ancienne manifestation ad patres voilà bien longtemps. Il avait quoi à l'époque... quatre cent ans tout au plus ? Toujours est il que la lame n'avait pas beaucoup aider le porteur ce jour là, un simple mouvement de Stormbringer et l'autre avait rejoint les rives grises, mais de toute évidence cette fois elle n'avait plus rien d'un simple morceau de métal, peut-être que l'elfe était son possesseur désigné après tout, ce serait ironique en tout cas... et de toutes évidences le pâle sylvain avait quelques soucis de communication avec son mental, et la lame ? Peut-être bien, il y avait quelque chose de plus avec la lame, comme si en plus de ses dons naturels on y avait greffé quelque chose, comme... un enchantement ? Oui c'était cela un enchantement, comme le sien mais à la différence que celui là était offensif...

Il nota que l'autre ne disait rien et son sourire s'élargit, il n'était pas aussi porté dans l'expectative comme son vis à vis du moment et attendit que les humains soient assez loin pour relâcher les mots qui lui venait dans un souffle semblable au crissement du sable sur les dunes. « Ryukah, champion des flammes et apprenti de Lorenz... cela fait un moment que nous nous somme croisés il me semble. L'Océane mais je connait ta compagne de hanche depuis plus longtemps que ça... tu va participer au tournoi des humains ? » Mais quelque chose de l'autre coté de la salle attira son attention et ses yeux étincelèrent tandis qu'il se relevait sans un son, levant une main et ferma le poing, appelant la magie des ténèbres pour faire tomber lancer un sort d'assombrissement tandis que le souffle de son arme soufflait les lumières résistant encore. Il gloussa doucement, sortit son arme avec la délicatesse d'un artiste avant de chuchoter à l'adresse de son compagnon du moment...

« M'accorderez vous cette danse jeune champion ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Empty
MessageSujet: Re: Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Icon_minitimeMar 30 Nov 2010 - 16:52

Ryukah se trouvait devant cette aura étrange à présent... enfin, ces auras étranges, ils y en avait toujours deux devant lui, deux en une. Sûrement une personne comme lui, avec deux esprits dans le même corps, même si lui en avait bien plus et dans son épée et non dans son corps. Le vampire devait être le célèbre Adryne dont Maîtresse Eileyna lui avait parler pendant leur courte rencontre au lac noir. Il avait devant lui un des plus dangereux vampires qui pouvait peuplé Armanda. Dans les souvenirs de Ryukah, ce vampire portait une épée de vent dont il s'était servit a l'Océane pour attiser les flammes de l'Elfe et les dirigés a son bon vouloir sur les adversaires. Ils avaient composés un parfait duo improvisé lors de ce combat enfantin. Les humains mourraient par dizaines sous leurs coups ou crocs. Ryukah ressentait encore les sensations d'extase qu'il avait ressentit durant l'escarmouche, ce qui avait pour effet de lui donner envie de tuer encore et encore, toujours plus. Tuer ou être tuer, voilà le proverbe. Mais pour lui c'était tuer pour tuer, pour le simple bonheur de sentir le sang couler, entendre les cris d'agonie quand il tranchait membres et chairs. La douce odeur de la mort, son odeur, l'odeur du combat, voilà ce dont était fait sa vie. Les massacres et les tueries ne finiraient jamais, quoi que les humains et les elfes puissent faire. Les temps étaient à la guerre et ce temps était le sien. Il serait rabaissé a prendre sa retraite loin d'ici le jour ou les guerres s'arrêteront et il était bien loin de la prendre. Une fois les humains et les elfes supprimés de ces contrées, il partirait loin et irait tuer sur un autre continent.

Mais la il se trouvait avec le vampire... comment s'appelait-il déjà ?... ah oui, Adryne. Il avait lancé la discutions de lui même, il avait du le reconnaître. Champion des flammes ? D’où sortait-il cela ? Bon, d'accord, Ryukah fut flatté par la remarque mais être champion signifie compétition et il ne se rappel pas avoir participer a une compétition quelconque pour ce titre que le vampire faisait sien. Puis il commença a parler de son épée, celle qui était a lui depuis des années maintenant. Du moins, depuis qu'il avait tué son propriétaire premier, dont il avait oublié le nom depuis longtemps. Il se rappel encore de se combat, son premier vrai combat. Il sortait tout juste de la forêt après son bannissement et se retrouvait seul dans les plaines d'Armanda, seul avec pour seul compagnie un feu de bois qu'il avait allumé avec sa magie encore faible. Et cet horrible personne était venue l'éteindre pour le tuer lui et ses rêves. Puis le trou noir, plus rien. Quand il s'était réveillé, le chasseur de prime était mort, coupé en plusieurs morceaux sanguinolent. Il se revit avec l'épée aussi grande que lui en mains, et l'herbe verte teintée de rouge. D'ailleurs ce corps lui avait permit de survivre a la faim et la soif pendant les jours qui suivirent avant qu'il ne se dirige vers le ville de Gloria, décider a utilisé cette merveilleuse épée comme le faisait son ancien propriétaire.

Finalement, le vampire lui demanda si il participerait au tournois de Gloria. Au moment ou il ouvrit la bouche pour répondre, il cessa de bouger, sentant une puissance magique dans la salle. Adryne c'était levé de sa place et avait lancé un sort. Si il ressentait bien les aura des humains présents, en sentant leur panique monté, il comprit aisément que le vampire avait lancé un sort d'obscurcissement et donc que les non initiés ce trouvaient a présent dans le noir complet.

-M'accorderez vous cette danse jeune champion ?

Ryukah sourit largement a l'invitation du vampire et se leva a son tour, engloutissant sa chope d'hydromel d'un trait avant d'attraper le premier crâne qui, malheureusement pour l'humain, lui tomba sous la mains et le frappa sur le dossier de la chaise ou il était assis quelques secondes plus tôt. La boite craniène de l'homme émit un bruit sourd de craquement, surement assourdit par le liquide et la cervelle qui sortait en même temps, comme un œuf hors de sa coquille. Il savait que les flammes de son épée pouvaient dissiper les ténèbres, donc il jaugea correctement la puissance de ses coups et le temps que la lame passait hors du fourreaux. Chaque corps qui tombait a terre était précédé d'un flash lumineux dans le noir. Un homme donnait des coups de chaise dans le vide, comme pour chasser un animal sauvage. Ryukah avait vu cela il y avait longtemps dans un spectacle itinérant ou un homme se targuait de pouvoir maintenir sous son contrôle des fauves rien qu'avec son fouet et sa chaise. Après son passage, le dompteur n'avait plus rien a dompté et n'en avait plus que cure, sachant que sa vie avait suivit le chemin de celles de ses bêtes. Ryukah attrapa la chaise des mains de l'homme et réussit a bloqué le bras dans l'espace entre le dossier et l'assise et sauta derrière sa proie, et 'un coup sec, arracha le bras qui se brisa net avant de se décrocher du corps qui n'était plus qu'une masse de souffrance. L'Elfe prit son temps avec lui, en faisant la même manipulation avec chaque membres restant avant de finir par la tête qu'il utilisa pour faire tomber une femme qui avait presque trouver la porte de sortie. Après l'avoir embrocher de part en part, lui enfonçant sa lame dans la bouche, il se retrouva a coté du vampire et put enfin lui adresser la parole

-J'accepte avec plaisir cette petite danse. Mais pourquoi m'appelez vous « Champion des flammes » ?

Il donna un grand coup horizontal au dessus de la tête du vampire pour éliminer un homme qui avait du l'entendre parler. Cela lui donna une idée. Il attrapa une mains au sol et en coupa chaque phalange et les lança bruyamment sur les murs de la salles. Il sentit les auras agressives se diriger instantanément vers le bruit alors que les âmes apeurées ne bougeaient pas, espérant ne pas être vue. Il en profita pour se rapprocher du comptoir :

-Patron, une hydromel pour mon camarade et moi je vous pris.

L'homme tenta de s'enfuir mais ne vit pas venir le coup de tabouret qui vient dans son dos et lui brisa net la colonne vertébrale. Les sens de l'Elfe avaient tellement bien évolué qu'il entendit le bruit de chaque fissure dans le squelette de l'homme quand le tabouret entra en contact avec son futur cadavre. Il passa derrière l'établie et marcha sur le corps du patron qui gémissait encore. Ryukah servit deux grandes chopes d'hydromel et se baissa sur l'homme qui souffrait sous ses pieds.

-Excusez moi, je vous emprunte ça.

Il arracha les yeux de l'homme qui hurla de tout son être avant que Ryukah lui mette un coup de talon dans la nuque pour le faire taire. Il mit un oeil par verre et en lança un vers son compagnon du jour.

-C'est ma tournée.

Un bouteille vola près de son oreille et éclata sur le mur derrière lui. Il remarque l'aura qui lui avait lancé ce dangereux projectile et malheureusement pour lui ne lui en avait envoyé qu'un seul. L'Elfe attrapa cinq bouteilles et s'approcha furtivement de l'homme. Il lui éclata les bouteilles une par une sur le crâne en les comptant a chaque fois, histoire de voir si un autre arriverait a le retrouver, ce qui lui éviterait de se déplacer pour trouver sa prochaine victime. Personne ? Soit. Il trouva le chemin des escalier pour descendre a la cave de la taverne et y trouva une reverse de foin et d'huile a lampe. Un coup sec et le tout s'embrasa doucement, émettant une entêtante fumée qui leur servirait de limite avant de sortir de l'établissement. Les flammes montaient en même temps que la fumée mais il ferma la porte derrière lui pour éviter la lumière qui pouvait gâcher la surprise. Il monta ensuite a l'étage pour éliminer les personnes qui dormaient profondément, pensant que les bruits n'étaient que le désagrément d'une énième bagarre en bas. Cette fois ci, ce n'était pas le cas, mais ils s'en rendirent compte trop tard. L'esprit de la mort planait déjà sur eux avant qu'ils ne se couchent et il fondait sur eux comme un oiseau de proie sur son repas. La première personne qu'il tua était un homme. Il l'étouffa proprement et en silence pour ne pas réveiller la femme a ses cotés. Une fois fait, il tira le corps hors du lit et s'allongea a sa place avant de tapoter l'épaule de la femme

-Qu'est ce qui a mon chéri ? Le bruit t'empêche de dormir ?

Elle dit ces paroles d'une vois somnolente avant de l'embrasser et d'ouvrir les yeux. Bien sur la suite est logique, elle se réveilla en sursaut et hurla a pleins poumons avant de ne plus pouvoir s'en servir car la lampe a huile de chevet fini plantée dans la poitrine de la femme qui s'écroula aussi sec. Les voisins tapèrent au mur pour intimer le silence sans chercher a comprendre ce qui se passait derrière la cloison. Ryukah s'approcha de la séparation entre les chambres et d'un coup de poing magistral, traversa la fine couche de chaume et attrapa le crane de la personne avant de l'écraser d'une poigne puissante. Le crâne humain lui faisait de plus en plus penser à un œuf. Il continua son avancé a travers les murs, tantôt en écrasant, tantôt en frappant les crânes contre le mur ou les piliers des lits comme une tête que l'on plante au bout d'une lance pour prouver a victoire. Une seule fois il utilisa son épée pour couper le mur, pour la dernière chambre, mais il n'aurait pas retenté l'expérience, les occupants de la chambre furent découpés en même temps que le mur et les cadavres furent écrasés, il n'y avait aucun amusement la dedans. La fumée commençait a atteindre l'étage, il était le temps d'aller voir l'avancement du vampire.

-Tueur, meurtrier, tu ne peux plus t'arrêter a présent. Mais sache que tous ceux que tu tuent reviendront et se vengeront de toi. Ils détruiront ton esprit malade de l'intérieur et te tueront. Mais il est trop tard a présent pour s'inquiéter de cela, tu est déjà condamné.

Il était déjà en bas quand les voix se turent.

-Alors si je suis déjà condamné a la mort mentale, autant que je profite de mon esprit ici et maintenant. * il tourna son visage vers le vampire * Ne vous inquiétez pas cher ami, de petites voix viennent me taquiner. Je ne pense pas me tromper en disant que vous me comprenez fort bien.

Il écouta la réponse du vampire avant de voir les premières flammes montrer le bout de leur nez par la porte de la cave. Les ténèbres se dispersèrent lentement, donc plus besoin de ranger sa lame a chaque fois. Il la sortit tel une torche et les flammes qui en émanèrent atteignirent le plafond de la salle qui s'embrasa comme du charbon de bois.

-On devrait peut-être commencer à penser a sortir, non ?


Il se dirigea vers la porte, marchant sur les corps quand un homme imposant se posta devant lui. Étrangement, il n'avait pas encore succombé aux coups du vampire malgré son gabarie. Il l'empêcha de passer, tentant de l'atteindre avec une hache immense. Il se retourna a nouveau vers le vampire :

-Quelle délicate intention que de m'avoir laisser un si gros jouet. Monsieur est préteur a ce que je vois.

Il esquiva successivement plusieurs coups de hache avant de tout simplement couper le manche et un bras de l'homme au passage. La hache tomba sur le pied de la proie de l'Elfe qui retint un cris de douleur. Il ramassa son arme de l'autre mains et retenta de frapper avec une force moindre. Bien sur, son bras y passa comme l'autre. Mais l'homme était toujours debout. C'était presque dommage de le tuer, il pouvait être utile. L'homme lui fonça dessus, tentant de l'entrainer dans sa chute. Ryukah sauta au dessus de lui comme il l'avait déjà fait avec un taureau quelques années avant et hurla :

-Je vous le rend, vos crocs devraient aimer sa chair tendre et Maitre Wintel aimerait surement avoir des hommes de cette puissance dans ses rangs. Pouvez vous lui faire ce cadeau de ma part ?

Il retomba en souplesse sur une chaise et s'assit quelques instant, un semblant de pause, sachant qu'ils ne s'arrêteraient surement pas la. Il s'enfila une bouteille de pinot et récupéra une assiette qui restait sur la table. Apparemment c'était une sorte de ragout indéfinissable mélangé avec un peu de sang. Il le mangea calmement, tuant et découpant ce qui approchait. Des hommes étaient entrés dans la salle, curieux de se mélanger a l'anarchie qui régnait déjà ici. Pourquoi venaient-ils ? Ils attendraient un peu dehors encore et ils auraient le droit a leur part. Ryukah donna un puissant coup de pied dans une autre table qui alla se caler sur la porte pour la fermer, écrasant un badaud au passage. On pouvait pas le laisser manger tranquillement non ? Il attrapa une nouvelle bouteille d'alcool et souffla sur sa lame tout autour de lui pour faire un mur de feu et qu'on le laisse tranquille, comme un rideau de club riche de Gloria. Il put enfin finir son repas en paix, avec le fond sonore de combat qui était fortement appréciable. Il se jura de refaire cela une prochaine fois. Mais a cet instant il était la et il profitait du spectacle que lui offrait le vampire, applaudissant a chaque mort. Il serait peut-être temps de sortir maintenant, les proie commençaient cruellement a manquer ici. Il découpa la table qui bloquait la porte et sortit. L'air était frais après la douce chaleur du feu de joie a l'intérieur de la taverne. L'adrénaline dans ses veines maintenait son corps a une chaleur appréciable et la lune éclairait son visage de sa douce lumière. L'instant était poétique et agréable. Il voyait des images de sa Isa qui lui manquait, même si il savait qu'il ne devrait jamais lui montrer un tel spectacle. Il vérifia aussi si son Atalos était toujours en train de dormir, comme a son habitude. Il était la, dans sa capuche, ronflant légèrement quand il y avait trop de mouvement. Ryukah lui promit doucement de ne plus faire trop de cabrioles pour qu'il puisse dormir en paix, bien au chaud. Il retourna dans la taverne et ramassa une des phalange qu'il avait coupé et la posa dans sa capuche avec un bout de tissus qu'il arracha sur un corps pour garder le dragonnet au chaud et avec un peu a manger.

-Maître Vampire, je vous attend à l'extérieur, je ne vais quand même pas commencer sans vous la seconde partie de la fête.

Il se posa a coté de la porte, a l'extérieur, assis par terre, appuyer contre un mur, attendant qu'Adryne fasse son apparition dans l'embrasure de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Empty
MessageSujet: Re: Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Icon_minitimeMer 8 Déc 2010 - 23:27

Il la sentait distinctement, planant tout autour de lui en une nappe si compact qu'il aurait presque put la toucher du doigts, sa fragrance délicate et indéfinissable lui titillant les sens et éveillant son envie de carnage, ce sombre serpent en lui qui lui ordonnait de tuer toujours plus, il la sentait qui l'appelait comme une amante et sur sa peau glacée couru un frisson de pur plaisir... la peur, l'odeur distinct, aigre et froide, de la terreur la plus profonde, elle émanait des humains comme l'eau d'une fontaine, comme le sang d'une plaie ouverte. Il entrouvrit les lèvres en exhalant un soupire sifflant, dardant sa langue comme un reptile pour gouter la substance, savourant comme il l'aurait fait avec le liquide vital, ses crocs luisant légèrement lorsque son visage se fendit d'un sourire de loup affamé.

Il s'était toujours délecté des émotions humains, elles le fascinait et l'attirait sans cesse malgré le mépris certain qu'il éprouvait pour les humains... elles étaient aussi précieuses et aussi gouteuse qu'un vin du meilleur cru, et si diverse ! Il n'y avait pas grand chose qui entravait les émotions, elles prenaient la forme qu'elles souhaitaient, elle étaient changeantes et colorées comme des oiseaux exotiques. La joie chaude, le calme léger et aérien, l'amour ardent qui faisait battre les cœurs mais également la mélancolie insidieuse qui vous envahissait comme un brouillard, la colère vive et violente, la douleur qui détruisait l'esprit, la rancœur douce amère qui faisait office de marigot jusqu'à ce qu'on en cri grâce et qu'on le vide au plus grand malheur de tous et la peur.. la peur glacée qui vous envahissait si facilement, tel une ombre malsaine qui imbibait le corps et l'esprit, immobilisant, faisant perdre pied jusqu'à ne plus être qu'un animal dépourvu d'intelligence, oui la peur était la plus terrible des sensations car elle pouvait faire du plus noble des hommes une bête sans moralité mais après tout qui était il pour parler de moralité, il n'en avait aucune et ne comptait pas en faire l'acquisition avant très longtemps, peut-être même jamais, ça n'était pas indispensable à ses plans, en faite ce serait même improductif que d'agir ainsi ce qui ne l'empêchait pas d'admirer les choses lorsqu'il avait le plaisir d'en être témoin.

Et en cet instant il savait qu'aucun des humains présents ne serait un danger, ils n'étaient pas de la bonne trempe, pas de dignes moutons et sûrement pas dignes de ses crocs, tous cela n'étaient que des blés à faucher, de simples fétu de paille dans le torrent du mal, il savait qu'ils ne feraient pas un bon combat, tout juste de quoi étancher sa soif de sang pour quelques temps. Les cœurs battaient rapidement, de plus en plus rapidement, toujours plus rapidement, petits tambours au bruit entêtant, palpitant dans ses oreilles comme une musique lancinante et précipitée réveillant de sourdes angoisses venues du fin fond du passé commun d'une race qui n'était que nourriture ou gibier de jeu pour le reste du monde... il sentait la chaleur des corps, sentait le sang dans leurs veines, le lent bouillonnement, le voyage sans fin du fluide carmin, si il avait fermé les yeux il aurait presque put se laisser guider par le flot savoureux près de lui, monstre aveugle à toutes autres choses que le besoin de se rassasier. Il sentit près de lui l'elfe se lever mais ne quitta pas la salle des yeux, ses orbes saphirs crevant les ténèbres magiques comme si de rien n'était, observant le remue ménage qui débutait avec le bruit, les humains tentant de déterminer ce qui venait de se passer, d'autre cherchant des armes, d'autres encore tâtonnant vers la sortie mais aucun conscient qu'ils étaient sur le point de perdre la vie de la pire manière imaginable...

Il y eu un frôlement et il eu l'occasion d'admirer la première mort de la journée alors que l'elfe réduisait un crâne en bouillie, il haussa un sourcil devant le geste, ses yeux englobant la scène avec une froideur et un détachement tel qu'on aurait put penser qu'il observait le jeu d'enfant de bon matin et pas un carnage des plus sanglants. Tout alla très vite, les premières tentatives de résistances se montèrent contre celui qui apparaissait le plus dangereux de leur duo, le manieur de feu et il préféra laisser la scène pour se délecter du spectacle que ne manquerait pas de lui offrir le sylvain... il s'installa confortablement contre le mur et suivit d'un regard attentif la démonstration de ce qu'on appelait communément barbarisme et que lui qualifiait d'art contemporain, tout dépendait du point de vue d'après lui, il était certes borné mais pas au point de sérieusement croire que le sujet de l'œuvre présente appréciait l'honneur qui lui était fait. Ils étaient nombreux dans l'auberge, assez nombreux pour qu'une bonne dizaine de minutes ne suffisent pas à les voir tous passer la chope à gauche à défaut d'arme digne de ce nom et même si un réceptacle à bière pouvait être plus meurtrier qu'une épée quand on l'utilisait correctement. Les éclaires rougeoyant dans la nuit factice, trainée carmine et or de l'épée de feu, dénotaient sur le fond d'encre tel des serpents flamboyants fait d'énergie solaire, sifflant légèrement lorsque la chair entrait en contact avec les flammes en dégageant une alléchante odeur de chair grillée.

Plus loin un imbécile donnait des coups de chaise aveugle, il s'écarta lorsque le montreur de fauve improvisé se rapprocha... avant que son regard ne tombe sur un coin plus tranquille et surtout plus proche de la sortie où il pourrait cueillir les fuyards potentiels, il s'y allongea avec nonchalance, le menton sur la main et repris l'observation de la salle en se faisant de petits commentaires façon tournoi de chevalerie. Une tête roula jusqu'au pied de la table et il la récupéra pour y poser les coudes en s'asseyant en papillon, quelques secondes plus tard l'oreillu le rejoignait et sa voix parvint au sang froid comme au travers d'un rideau de pluie et il releva légèrement les sourcils lorsque la question atteint enfin la partie éveillée de son cerveau mais n'y répondit pas, en faite il ne se sentait pas en demeure de donner la réponse maintenant, après tout il s'agissait de secrets bien gardés depuis des décades sans fin et il n'était pas certain que l'elfe sache même quoi faire des révélations... Non il avait décidé de voir de quoi était capable leur nouveau prodige avant de faire quoi que ce soit, il voulait voir à quel point il avait pénétré cette singulière harmonie qu'était une épée élémentaire et son porteur et si il se montrait à la hauteur de ses attentes alors il lui montrerait mais jusque là rien de rien et de toutes façons qu'aurait il voulu savoir ?

Savoir n'était qu'une partie du problème, savoir n'était pas suffisant, de nombreux êtres savaient des choses et ne s'en portaient pas mieux, pire parfois, beaucoup se targuaient de savoir, d'être instruit mais au final n'était ce pas eux qui étaient les plus vils et les plus noirs quand sonnait l'heure ? Savoir n'était qu'un infime problème, une simple béquille au ressentit de la puissance brute, de cette force sauvage frappant le corps comme un foudre et pénétrant chaque nerf, chaque centimètre de muscles, de peau, de tendons et d'os, ravageant et reconstruisant tel un feu purificateur, la puissance entrant en eux lorsqu'ils saisissaient leurs arme, soudant leurs esprits au métal aussi solidement que des encoches de mithril, les enivrants mieux qu'aucun alcool et leurs faisant tourner la tête, aiguisant les sens et l'esprit, détachant de la chair basse et vile pour atteindre le stade d'éveil intérieur.

Oui savoir que cela existait et le ressentir était bien différent, seul l'expérience pouvait apporter la véritable force, la véritable guérison... Il darda de ses yeux ignés sur la forme en mouvement et sourit en le voyant s'approcher du bar. Pendant qu'il s'occupait du tavernier un bruit sourd dans son propre dos attira son attention et d'un coup net de Stormbringer il décapita un franc-coureur en loque dont la pique s'était un peu trop approchée, un coup sans vraiment y prêter gare, un mouvement fluide du bras comme un geste de danseur, gracieux et alerte, l'humain n'eus même pas le temps d'emmetre un son qu'il étai déjà mort... il eut un sourire suffisant qui eut l'air d'un rictus de mécontentement sur son visage d'ossement, ces misérables n'étaient pas de taille à lutter contre le coureur du vent, ses réflexes étaient à des années des leurs, sa faible force vampirique aurait facilement put détruire leurs squelette et si il n'était guère agile il pouvait tout de même bondir sur ses ennemis avec une précisions à faire frémir.

Mais au moment où il allait enfin se lancer dans sa part d'ignominie il sentit un frémissement mécontent le long de la lame aux reflets bleus chatoyants et il serra les dents, de toutes évidences elle ne voulait pas se salir d'un sang si médiocre et il savait avoir mieux à faire que de lancer un débat sur le sujet en plein milieu d'une bataille... avec regret il rangea l'arme das son confortable fourreau noir et entreprit de décrocher son autre arme, arme qu'il ne maniait que depuis une date récente et avec laquelle il était moins à l'aise mais dont la puissance ne l'avait encore jamais faillit... Le gardien de la mer de sang, la faux à la forme déchiquetée qu'il avait déniché au fin fond d'une armurerie vampirique en cherchant une armure, elle lui avait tapée dans l'œil c'était certain mais il ne l'avait pas encore utilisé en dehors de ses entrainements, ce serait son baptême du feu.

Il la fit tournoyer d'une main et faucha deux lourds paysans qui brandissaient des pieds de chaises, les coupants en deux tandis que l'air se transformait en un mélange compact qui collait aux membres des humains, le sinistre bourdonnement de son arme mettant fin aux tentatives de deux mages de campagnes de lancer un sort de lumière, il bondit et écrasa le premier sous lui avec un craquement sec, comme du bois mort se rompant, le second n'eut pas plus de chance alors que la gueule affamée de la faux lui creusait le flanc et emportait tout un pan de corps, exposant les boyaux visqueux et la chair perlant de sang. Il se tourna vivement pour attrapé la chope que l'elfe lui destinait mais contempla le liquide avec dégout, comment ces porcs d'humains pouvaient ils se remplir avec ça ? Bon d'accord des porcs ça mangeaient n'importe quoi y comprit des excréments mais enfin ce n'était pas une raison ! Il goba l'œil en suçotant légèrement avant de le faire éclater sur ses crocs, réduisant le filme de la cornée en lambeau... le goût était sucré et acidulé, il avait dû se rincer l'œil très souvent...

Sur ce petit commentaire il effectua un pas de coté tandis qu'un homme de la taille d'un bœuf lui fonçait dessus en hurlant, comment avait il vu ou entendu où il se tenait ne lui était d'aucune importance, il le laissa s'écraser contre le mur en sauta lestement sur son dos pour découper la chair le long de son dos jusqu'à mettre à nue la colonne vertébrale et plongea les mains dans la masse sanglante pour arracher l'amas osseux et le brandir dans son autre main comme un fouet dont il cingla une pauvre femme qui tentait de se cacher. Une fois la pauvre âme réduite à une masse palpitante de viande à vif il tourna son attention vers un jeune gamin de quinze ou seize ans qui tremblait en se pelotonnant sous une table... il s'approcha sans un bruit, comme le prédateur qu'il était et posa délicatement ses lèvres sur le coup du gamin en y enfonçant ses crocs avec lenteur, plaquant le corps contre lui tandis qu'il tressautait et se débattait pour échapper à son emprise de fer, peine perdu, en quelques lampées il eu vite vidé le contenu du corps du garçon mais n'étant pas avare il l'avait remplacé par bien autre chose.

Laissant là son futur petit jouet il franchit en quelques enjambées la salle en moulinant de ci de là, un sourire de crocodile s'étalant sur ses traits, lui donnant l'air d'un véritable cauchemar... La colonne vertébrale dans sa main gauche faucha une petite fille qui appelait sa maman, la faisant voler contre le mur avec un bruit sourd, elle était, chose surprenante, encore en vie, il s'agenouilla à ses cotés et pencha la tête, une idée germant dans son esprit tordu... il attrapa la fille et lui fit glisser la colonne dans la gorge, forçant le chemin jusqu'à ce qu'elle ressorte de l'autre coté du dos puis il entreprit de récupéré les yeux des combattants déjà morts pour les glisser délicatement sur la pointe des os encore à l'air libre, terminant ainsi la brochette mortuaire. Dans son dos un mouvements l'alarma, il bondit de coté quand une hache passant en sifflant près de son oreille et il frappa du plat de la faux sur la tête pour l'assommer, se promettant de lui infliger les pires tourments une fois au calme. A l'étage les cris et les bruits indiquaient que l'elfe faisait toujours bien son travail et y allait avec tout son cœur ce qui lui donna d'autant plus d'enthousiasme à la tâche, il s'amusait plutôt bien finalement.

Il fut bientôt rejoint par l'elfe et il tourna son regard vers lui tout en perçant délicatement le crane d'un bouvier en tournant lentement la pointe de sa faux sur l'arrière de l'os jusqu'à ce que le jus se mette à gicler tel une petite fontaine, il attrapa le col du mort et releva la carcasse jusqu'à lui avant de coller ses lèvres sur le trou et de laisser le fluide lui tapisser la gorge avec un sourire. Mais son regard perçant s'enfonçait en l'elfe comme une lance, il n'aimait pas ce qu'il sentait, ces voix quoi qu'elles soient n'étaient pas bonnes, elles n'étaient rien d'autres que des parasites tout juste bon à être détruit et éradiqués, que la tête du mangeur de salade en soit remplie ne l'alarmait pas tant que le fait qu'elles semblaient se multiplier... il devrait l'en débarrasser quand ils en auraient finit avec le village. L'autre avait dû sentir son regard puisqu'il se tourna vers lui en cherchant à se justifier.. il décolla ses lèvres de leur sinistre ouvrage pour répondre d'une voix si claire et limpide qu'elle paraissait appartenir à un autre...

« Einas n'est pas une voix, c'est un être à part entière elfe, rien à voir avec les parasites qui t'agressent et qui au demeurant peuvent être éliminés, tu ne devrait pas les écoutaient elles ne disent que des mensonges et jalouses les êtres physiques » Mais l'autre détourna son regard et il comprit bien vite la raison, l'auberge flambait, le feu de l'épée avait provoqué un début d'incendie qu'ils ne pouvaient ni l'un ni l'autre contrôler et n'en avait pas non plus l'envie.

La chaleur ne le dérangeait pas mais être bruler vif était hors de question, il acquiesça vers son compagnon sans faire de commentaire, que pouvait il dire de toutes façons, dans l'état dans lequel ils étaient ? Cependant arrivés près de la porte il dû attendre l'elfe pendant son petit jeu, l'homme qu'il avait assommé un peu plus tôt était de nouveau debout malgré le coup qu'il avait reçu... Il ne fit pas le moindre signe de dénégation ou d'agrément aux paroles de l'autre, c'eut été une perte de temps que d'essayer de le gagner à sa cause dans un moment pareil mais il était vrais que la mention de 'Maitre Wintel' lui tira un grincement intérieur, il devait bien admettre que voir même un elfe appelait l'ancestral maitre lui répugnait véritablement. Il ne fit pas non plus mention du fait qu'il serait le père vampirique de l'homme une fois transformait et que l'être lui obéirait à lui non à Lorenz, l'elfe n'avait pas à le savoir... Il donna un coup dans les jambes de l'homme qui tomba et en deux mouvements ses longs crocs d'ivoire avaient plongés dans la chair et en extrayaient le jus comme d'un fruit trop mur, il but longuement et jusqu'à la dernière goutte avant de laisser l'homme dans un coin.

Il avait une soudaine sensation de lourdeur, deux humains pleins c'était trop pour son estomac habitué au jeun pendant des semaines, il ne pourrait plus rien avaler pendant deux bons moins après ça, son visage avait même retrouvé quelques couleur tant il était remplit et repus... Un coup sourd sur la porte la fit s'ouvrir à la volée et il roula des yeux, ses imbéciles heureux n'avaient pas la moindre idée de ce qu'ils faisaient c'était évident mais enfin il n'allait pas se plaindre, d'autant que le sang qu'il avait but renforçait son endurance moindre et il repartit à l'assaut de bon cœur pendant que l'elfe mangeait. Le premier qui fut sur lui ne comprit jamais ce qui lui arriva, le sang froid bondit sous lui et le coupa proprement en deux avant de renverser une moitié sur le coté et de l'utiliser comme plateforme pour glisser sur le sol trempé de sang jusqu'à l'humain suivait qui perdit sa virilité avant de trépasser d'un coup en travers de la gorge tandis que le vampire rattrapait l'organe tranché et le fourrait dans la gorge de son adversaire suivant avec un sourire sympathique.

Le carnage tourna court, il y avait moins de proie qu'il n'avait estimé et la seule solution était à présent de sortir comme le suggérait l'elfe... Il attrapa les deux futurs vampires, les jetant sur ses épaules comme des sacs de pommes de terres et rangea son arme pour sortir l'épée dont il se servit pour transformer le brasier naissant en tornade enflammée qu'il lança à l'assaut du reste de la ville tout en sortant au grand air. Il lança un coup d'œil appréciateur sur son compagnon, laissa tomber ses fardeaux puis reprit la parole...

« Et bien et bien... le festin n'est pas finit pourquoi te repose tu ? Allons trouver d'autres partenaires de danse! Et quand tout sera finit j'aurais quelques petites choses à te dire sur tes voix et ton épée... je suis certain que ça t'intéressera au plus haut point... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Empty
MessageSujet: Re: Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Icon_minitimeMer 22 Déc 2010 - 15:08

Ryukah commençait tout juste a ce chauffer quand le vampire sortit de l'auberge en feu. Il n'eut même pas le temps de se plaindre de la lenteur de son compagnon de jeu que ce dernier l'apostropha sur la pause qu'il était en train de s'offrir. Ils étaient comme deux bambins, deux enfants aillant trouvés une fourmilière. La seule différence avec la situation présente était la taille des fourmis. Le vampire s'élança en avant et l'Elfe devait le suivre pour lui demander ce qu'il avait à lui dire. Mais il regarda le ciel et resta sur place encore un peu de temps. La nuit était belle, les étoiles dansaient avec les flammes et les nuages de l'incendie virevoltaient au gré du vent. Ce moment était presque poétique, mais il manquait quelque chose... ah oui, c'était cela, la vue, il ne pouvait voir ce spectacle, seulement le ressentir. Mais ce n'était pas plus mal car il sentit rapidement la fluctuation de l'air a coté de lui quand on tenta de le faire s'éloigner des flammes, comme si il n'était qu'un simple rescapé. Il ne sentait déjà plus l'aura du vampire mais comme il l'avait dit lui même, le festin n'était pas finit, loin de là.

Il leva la tête vers l'homme qui voulait le secourir et attrapa sa mains a pleine poigne. Il lui tordit en une inhumaine clé de bras qui l'obligea a s'allonger sur le ventre. Ryukah continua de tordre le bras de l'homme jusqu'à laisser échapper un craquement sonore. La scène se fit aux yeux de tous et plusieurs personnes s'enfuirent, tentant d'échapper à leur mort assurée. Un homme s'approcha de lui, tirant une épée de son fourreau, surement un garde de la ville. D'un geste vif, l'Elfe lui trancha le membre tenant l'épée et le ramassa. L'homme hurla a gorge déployée, jusqu'à ce que Ryukah, exacerbé par le bruit lui enfonce sa mains tranchée dans la bouche. Sa victime s'étouffa et moururent sur place, laissant s'échapper les restes de son repas de sa gorge. Un autre homme armée fonça droit sur lui et se prit une giclée d'aliments non digères propulsée par la pointe de l'épée de Ryukah dans le visage, ce qui l'aveugla instantanément. Le liquide, chauffer par les flammes de la lame arriva bouillant sur l'homme qui vit, si l'on pouvait dire ça comme ça, ses yeux fondre sous l'effet de la chaleur suprême. Lui aussi se mit a hurler comme une jeune fille avant que, faute de bras coupé, Ryukah lui enfonce sa lame, transperçant sa gorge par la même occasion. Quand il récupéra sa lame, il arracha involontairement la mâchoire de sa victime et eu une idée. Il arracha une dent, une canine, bien pointue et la plaça sur son pousse. Il la propulsa sur une femme qui fuyait qui s'écrasa au sol, un trou dans le crane. Il trouva le principe amusant et trancha la chair du cadavre pour voir ce qu'il pourrait utiliser. Des os, pleins d'os. Il attrapa la colonne vertébrale et l'arracha violemment. Tout vint avec, la tête et les côtes. Il récupéra les intestins et les accrocha à la colonne pour se faire un arc et ainsi utiliser les côtes comme flèches. Il toucha trois personnes avant que son arme improvisée ne casse.

-Tant pis, se dit-il

Il pouvait a nouveau sentir le trouble provoqué par le vampire et partit dans cette direction. Le chemin lui fut rapidement bloquer par un homme énorme, un peu comme celui qu'il avait fait transformé par Adryne dans la taverne. Celui ci eu moins de chance car il fut sélectionné pour une petite expérience que Ryukah nomma « Combien de temps peux vivre un humain le ventre ouvert ». Il tira son épée et trancha la chair de l'homme, d'où s'échappa se boyaux sanguinolents. Il les attrapa, sauta par dessus sa cible et se mit à l'étrangler avec les intestins. Bon, ça faussait son expérience mais ce n'était pas si grave. L'homme sombra et mourut en silence contrairement aux autres. Il sortit le cœur encore battant de la poitrine du mort et le lança comme une balle dans la tête d'un fuyard. Il arracha également les yeux qu'il noua ensembles par les nerfs optiques et lança le tout sur une femme qui courrait. Le montage s'enroula autour de ses jambe et elle chuta, tapant son crâne contre une pierre, ce qui le fit éclater. L'Elfe sortit son épée en sentant la charge d'une dizaine de villageois hardis d'en découdre pour protéger leur honneur. Quelle honte ce devait être que de se voir tenir tête par deux personnes alors qu'ils étaient à plus de cent contre un. Mais avant de protéger leur honneurs ils feraient bien de penser a protéger leurs vies. Bon, ils n'étaient pas non plus tombés sur les plus faibles mais ces misérables créatures ne pourraient rien contre les deux compagnons du jour. D'un puissant coup de pied, Ryukah lança le corps sans vie sur le groupe qui approchait et dont deux prétendus défenseurs s'écroulèrent sous la masse. L'Elfe en avait profité pour se cacher dans l'ombre du cadavre en a majestueux bon en avant qui l'amena au dessus des seux pauvres bougres bloqués sous le poids. D'un coup calculé et précis il les décapitas proprement. Les autres regardèrent, incrédules, les têtes rouler au loin avant de se reprendre et de s'attaquer au renégat. Ils étaient munis de lances ou de faux qu'ils braquèrent sur lui pour l'assaut. L'Elfe eu juste besoin de se laisser tomber en arrière, attrapant le cadavre par la même occasion et s'en servit comme un bouclier pour récolter les lances au passage. Ils prirent tous courageusement la fuite dans une retraite stratégique futile et vaine. Ryukah reposa son bouclier improvisé au sol et en enleva les lances une a une, les lançant tel un athlète dans le dos des fuyards. Ils s'écroulèrent les uns après les autres sous la précision du tir.

-Bon, il n'y a plus grand monde ici, à la zone suivante.

Il partit à un pas tranquille pour retrouver le vampire qui ne devait pas être loin. Effectivement, l'aura meurtrière était facile à retrouver. Elle était sombre et épaisse contrairement à celles des humains du villages. D'ailleurs c'était aussi la seule qui ne vacillait ni ne disparaissait au milieu de ce champs de bataille. Il arriva devant un petit bâtiment de pierre d'où émanait une autre aura sombre. L'Elfe y pénétra et rien qu'avec l'odeur de fer et de poussière il savait qu'il se trouvait dans la prison du village ou deux personnes se trouvaient. D'un coup rapide, il attrapa le crane du geôlier et la pressa comme un fruit trop mûre qui éclata bien vite. Finalement ça ressemblait plus à un oeuf qu'à un fruit.

-Sortez moi de là !

La voix, menaçante, lui parvenait de derrière les barreaux de fer. Un homme, assez robuste au vue de son aura, y était retenue aux ceps.

-Et à quoi cela m'avancerais de vous libéré maintenant ? A part à me servir de jouer avant de vous tuer ?

-Je peux vous aider, j'ai des contacts, des contacts dans le Souffle. J'ai entendu le bazar que vous mettez dehors. Combien êtes-vous ? Pourquoi faites vous cela ? * silence * Ryukah ? Ryukah Tsubasahi ?

-Oui c'est bien moi et nous sommes deux. On s'amuse, c'est tout, aucun contrat, aucune récompense. Mais qui êtes vous, comme vous pouvez le voir je suis un peu limité visuellement parlant.

-Je suis Caellach, j'étais la le jour au Grey vous à engagé chez nous. D'ailleurs je ne sais pas si on vous a communiqué la nouvelle de sa mort.

-Je me souviens de vous, dit l'Elfe en tranchant les barreaux. Oui, j'ai crus l'entendre dire d'un de mes informateurs, c'est une grande perte pour nous tous. Allez, venez vous amuser avec nous, et essayé de ne pas vous faire reprendre.

Les deux membres du Souffles sortirent de la prison, toutes armes dehors. Bien sur, l'Elfe passa devant quand une nouvelle proie fit son apparition. Il enfonça son poing dans le ventre de l'homme et attrapa ce qui pouvait l'être avant de l'arracher et de laisser le tout ce déverser sur le sol. Le bâtiment juste après la prison était la forge, avec son brasier et ses outils, de l'amusement en conséquence. Un homme tenta de l'attaquer par derrière mais ce fut vain. Ryukah se baissa pour faire passer l'homme au dessus de lui et le souleva a prés de deux mètres du sol avant de lui enfoncer la tête dans le brasier encore ardent. L'homme n'eut pas le temps de hurler de douleur car sa bouche fut remplie de métal en fusion. L'Elfe n'eut même pas le temps de le sortir qu'un des camarades de sa victime approcha a grand pas, près à se battre. Ryukah s'amusa un eu avec son nouveau jouet, esquivant une a une ses attaques comme une morbide version du jeu du chat et de la souris. Mais le renégat s'ennuya très vite, tel un enfant capricieux et cassa son jouet tout neuf en lui attrapant le crane, le soulevant et le plantant sur un crochet attaché au plafond qui devait servir a suspendre les outils du forgerons. La pointe sortie entre les yeux de l'homme qui ne mourut pas immédiatement. Il tenta de se décrocher, hurlant de douleur. Ryukah attrapa un poids de masse et l'accrocha aux pieds du mort qui ne l'était pas encore qui commença a s'allonger petit à petit jusqu'à ce que la jointure entre sa tête et son corps lâche, même si le crochet avait légèrement creuser une trancher dans le crâne du pauvre homme.

Il continua de tuer, sentant toujours plus proche l'aura du vampire jusqu'à ce trouver a ses cotés. Il attrapa une nouvelle proie qu'il décapita proprement avant de tendre la tête tranché à son compagnon.

-J'ai crus comprendre que vous d'apprécié pas beaucoup l'hydromel. Peut-être cela sera t-il plus dans vos gouts.

Il n'attendit pas vraiment la réponse de l'autre car la population du village était fortement concentrée autour d'eux. Il fallait bien se défendre dans de telles conditions, même si les attaquant du moment était justement les deux compères. Ryukah avança d'un pas, ce qui eut pour effet de faire reculer le groupe d'un même pas. Exaspéré, l'Elfe signa un sort d'invocation qui fit sortir plusieurs golems de pierre du sol, derrière les humains, comme un mur infranchissable d'un colisée sauf que les lions ici étaient armés et dangereux. Une femme, intrépide, tenta de s'en prendre à lui, plus mené par l'instinct de survit que par sa propre intelligence. Il fut accueilli par une épée affutée qui la trancha membre par membre, cautérisant les plaies instantanément grâces aux flammes qu'elle dégageait. Ryukah l'ouvrit délicatement pour lui arracher les cotés une à une et il les bloqua dans les interstices entre les pierres du mur du bâtiment dans leur dos. Ensuite il arracha les canines, comme il l'avait déjà fait précédemment, pour les lancer dans les yeux de deux autres combattants qui finirent aveuglés et suspendue au cotes sur le mur, comme autant de trophées de chasse.

-Oui, va y, tue, tue encore, toujours plus, tu est fait pour ça, tu a été créée pour cela. Sert toi du pouvoir qui est en toi pour arriver à tes fins.

Une aura noire se forma autour de son épée, se mélangeant aux flammes déjà existantes. Il sentait son énergie vitale absorbé par sa lame mais il pourrait y survivre. Il s'élança contre un homme qui tentait de fuir, frappant sur un golem. D'un coup net d'épée, l'homme fut tranché en deux parties, dans le sens de la hauteur. Mais a son grand étonnement, le golem de prés de quatre mètres de haut céda également à cette attaque qui ne l'avais pas touché. C'était donc ça la puissance de cette lame ? La puissance dont parlaient les voix ? Elles n'étaient donc pas particulièrement contre lui alors, elles étaient la pour l'aider à ce battre a pleine puissance. Chacune de ses attaques devenaient dévastatrices. Mais plus il se battait, plus il sentait son énergie fuir de son corps. Il n'en n'était pas encore au point de non retour mais ils fallait qu'il arrête cela et vite, sinon il risquerait d'y passer et ce serait une honte pour lui de mourir pendant un combat si ridicule. Il se concentra sur les voix dans sa tête et leur cria un magistral « SILENCE » qui étrangement réussit à les faire taire. L'aura de mort entourant sa lame disparut, laissant plus que les flammes rougeoyantes et meurtrières. Il alla se réfugier derrière le bâtiment pour reprendre un peu ses forces avant de repartir à l'assaut. Il n'eut le droit qu'à une dizaine de minute de répit avant de se trouver nez à nez avec un homme trapu. Il devait surement s'agir du forgerons du village. Le temps d'un sourire en coin et d'un petit geste de la main, l'homme se retrouva enfermer dans une prison végétal, incapable de bouger le moindre muscle. Content de pouvoir se reposer un peu, Ryukah ramassa la masse que l'homme avait fait tombé et frappa sur les articulations des jambes de sa victime. Comme à l'horrible habitude humaine face à la douleur, ce dernier se mit à hurler. D'un coup précis de dague d'or, celle qu'il avait voler a l'elfe en même temps que l'œuf de Atalos, il lui coupa la langue, l'empêchant ainsi de rameuter le village durant leur petit jeu. Ryukah reprit la masse et frappa sur toutes les articulations du forgerons, une par une, jusqu'à ce qu'il finisse mou comme une marionnette. Mais l'homme résistait à l'appel de la mort, ce qui le rendait beaucoup plus attrayant. L'Elfe arracha les ongles de sa victimes puis ressortit sa dague et lui tailla la peau, le dépensant doucement, pour ne pas le tuer et tenter de le garder un minimum conscient. Il lui coupa également les paupières, l'obligeant ainsi à regarder sa propre mort en direct. Une fois le corps mit totalement à nue, Ryukah commença l'extraction des muscles, pour mettre à jour les os de l'homme. Il les posaient à ses pieds, offrant de la nourritures aux charognards qui viendraient plus tard faire le ménage. Mais l'homme survivait, ce qui était impressionnant pour un humain, mais trop tard pour lui car il n'était plus d'aucune utilité de le garder en vie pour le transformer. Il extrait les os un pas un, les jetant au loin. Finalement, un fois fini, Ryukah attrapa le coeur encore battant de l'homme à pleine main et l'écrasa, le faisant éclater. Content de son petit jeu, il retourna retrouver le vampire qui combattait toujours avec le même plaisir.

-Je pense que nous en avons bientôt fini ici, ils ne doivent plus êtres encore beaucoup à tenir debout dans les environs.

Il dégaina son épée pour s'occuper de ce qu'il restait car l'aube se profilait à l'horizon et que cela risquait d'être compliquer pour la continuation du vampire dans leur petit jeu. Surtout qu'il avait crut voir un cavalier s'enfuir quand ils étaient sortaient de la taverne et le risque de l'arrivé imminente d'une troupe armée et entrainée après cette nuit pleine d'amusement sain serait dangereux pour eux, car la fatigue commençait à le toucher depuis qu'il avait fait trop appel aux pouvoirs de sa lame.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Anonymous
Mon identité
Mes compétences

Invité

Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Empty
MessageSujet: Re: Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Icon_minitimeDim 2 Jan 2011 - 1:12

Combat... un événement qu'il adorait entre tous, un événement qu'il attendait, qu'il désirait... plus qu'une simple bataille, plus que la rencontre du fer contre le fer, plus encore qu'un simple océan où se perdaient les âmes et les vies, c'était une fièvre dévorante, consumant chaque parcelle de lui comme un feu de forêt jusqu'à ne laisser à nue que les charbons et la cendre encore fumante, encore brulante, les restes de ce qui était autrefois un cœur noble et altruiste. Oui le combat était l'une de ses passions, il avait beau tenter de s'élever au dessus de la masse grouillantes des monstres sans âmes, sans esprit, sans intelligence, il avait beau se battre pour trouver les lambeaux de son humanité à jamais perdue et... oui si il faisait cela c'était d'abord par dégout, il avait beau céder à ses pulsions, il avait beau se faire un masque de sa monstruosité, s'en servir comme arme parce que c'était ainsi qu'il fallait survivre, en se dotant d'atouts plus mortels que le mal sordide des vampires naissants ou de ceux qui se laissaient consumer, il n'en conservait pas moins, tout au fond de lui même, la volonté farouche de ne pas être un monstre, de prouver que par delà la mort il y avait autre chose que la simple fin sans faim et surtout il était conscient de ne pouvoir atteindre son but sans cela, son adversaire était fort, déterminé, puissant, une simple bataille, une simple haine ne serait jamais suffisante, ce qu'il lui fallait c'était l'intelligence, il avait besoin de réfléchir, il avait besoin de tactique et plus que tout il avait besoin de surprendre l'adversaire et quoi de plus surprenant que la recherche de quelque chose d'aussi improbable pour un vampire.

Il ne cherchait pas à être humain bien entendu, il ne serait jamais plus un humain mais il cherchait tout simplement une sorte de dignité, un type d'honneur et des valeurs, quelque chose qui lui offre une existence en fait et non en essence car si il avait pour but la victoire dans une guerre sept fois centenaire il s'agissait également de lui et jamais il n'aurait accepter de croupir dans un marigot en compagnie de bête stupide.

Restait que malgré tout cela le combat était un moment où il s'accordait ses vices sans rancune et sans conscience, vivant aussi il avait aimé les armes, il s'était perdu dans le combat pour oublier comme d'autres dans le vin, c'était l'un des rares instants où il s'oubliait corps et âme à l'ivresse des purs sensations et où il cessait de calculer chaque mouvement au détail près et ne s'en remettait qu'à l'instinct quitte à en être malade après coup, quitte à se dégouter des jours, des semaines, des mois durant... Mais pour l'heure rien de tout ceci ne lui traversait l'esprit, rien d'autre ne l'occupait que le sang qui s'écoulait sur le sol, que la chaleur des êtres aux alentours et les cœurs battant à tout rompre, l'odeur délicieuse de la peur humaine, de la peur qui rendait tout puissant et qui l'enivrait comme un alcool fort.

Le monde était rouge à ses yeux, rouge de mort, rouge de vie, rouge des fluides vitaux se rependant à terre et le monde était bleu, bleu du bleu de ses yeux, bleu des tonalités de bleu de ses humeurs, le bleu sombre et profond des jours où il se contentait de penser, le plus du ciel de minuit, si sombre qu'il en était presque noir et si étrange qu'on pouvait s'y noyer l'esprit, le bleu de la mélancolie, le bleu claire de glace, tirant sur le blanc ou le gris qui sortait de son ironie ou de son amusement, le bleu des lacs d'été, scintillant, lorsqu'il aimait, comme un reflet d'humanité et plus que tout le bleu igné, le bleu du saphir au milieu d'une flamme, si brillant et si luminescent qu'ils éclairaient la nuit aussi sûrement que deux étoiles... le bleu des émotions les plus fortes, haine comme désir, comme souvenirs, un bleu qui lui avait un jour valu le nom de Kirsdarkevar.

Et sous ses yeux le monde se paraît de bleu, comme une scène vu de la mer ou au travers d'un voile de gaze, ondulant, miroitant, puissamment et redoutablement vivant, la scène prenait ainsi un tout autre relief et tout son corps le ressentait, chaque mouvement avait une ampleur différente, une harmonie différente et non moins gracieuse, chaque chose était rendu avec une précision telle qu'il lui semblait avoir des loupes sur les yeux et pourtant il savait parfaitement que tout cela n'était dû qu'à l'excitation du combat, tout cela n'était qu'un effet de son esprit et non la réalité et pourtant le bien être en lui ne cessait de grandir.

Il ne voyait plus l'elfe mais sentait assez bien les choses pour savoir où le tueur se trouvait et se qu'il faisait, il en eu un sourire de loup, l'oreillu avait beau être du coté des vampires il ne pouvait empêcher son cœur de battre, une erreur et une faute grave aux yeux de certains, il se demanda distraitement combien de temps allait mettre Lorenz à le reclasser en cible à abattre, il en aurait presque ouvert les paries si il ne s'était pas agit d'un porteur d'épée élémentaire... Mais de nouveau la vague meurtrière le submergea et il entreprit consciencieusement de réduire en bouillie les humains se trouvant sur son chemin, qu'il s'agisse de femmes, d'enfants ou de vieillards peu importait, il lui fallait de la chair, du muscle sous l'épée, de quoi satisfaire le monstre en lui, le monstre grondant pour qu'il efface la souillure de l'existence de la surface d'Armanda et il était ravi de lui donner ce qu'il cherchait, ce tribut de sang qui seul l'empêchait de susurrer à l'oreille de son autre de tendres ignominies.

Et voilà que l'elfe reparaissait soudain, sans qu'il l'ai vu venir mais force était, tellement il était occupé à son carnage sans nom, il tourna son visage à la complexion de plus en plus grise vers celui, pâle du sylvain, ne montrant pas le moindre signe qu'il avait entendu la plaisanterie ni qu'il y goutait mais ne montrant pas de signes du contraire non plus et se contenta de tuer deux humains supplémentaires en observant des ses orbes saphir pour voir ce qui se passait autour de lui tout en produisant un courant convulsif qui vola l'air dans les poumons de ses cinq adversaires avec autant d'aise que de précisions.

Il ferma les yeux et se laissa bercer par les courants d'air autour de lui, les suivant de ses sens comme un oiseau l'aurait fait mais à défaut de voler il tuait très bien et lorsque l'elfe vint lui faire remarquer que leur petit jeu prenait fin il fit de nouveau onduler sa lame et de nouveau les humains, tous les survivants, moururent d'étouffement... il regarda la langue d'or à l'horizon en laissa un instant ses pensées dériver, il admira l'aube avec un calme qui ne laissait pas deviner qu'il venait de commettre un carnage et pourtant, le sang qui maculait ses habits ne trompait pas. Il analysa le terrain un instant puis se tourna vers l'elfe et lui fit un signe de tête avant de siffler sa monture et de partir en s'enfonçant dans les broussailles, loin de la route, loin des regards des hommes et loin des oreilles indiscrètes... une fois en sûreté il planta son épée dans le sol et s'assit sur une pierre en retirant son armure, vrillant ses pupilles ignées sur le sylvain à quelques mètres sans dire un mot, ce ne fut que lorsqu'il eu terminer de nettoyer l'armure et l'épée, de douloureuses minutes plus tard, qu'il perça enfin e silence d'une voix profonde et étonnamment vibrante...

« Elles te contrôlent... elles te dictent tes actes sans que tu le sache... elles pourraient te causer des douleurs terribles ou bien se glisser dans tout tes actes quitte à ce que tu les pense tien... elles ne sont rien de plus, pourtant, que l'extension d'un pouvoir, du pouvoir dans ta lame... une arme souillée... tu a dû vouloir l'améliorait mais tu n'a fait qu'éveiller autre chose et brider son pouvoir originel... une lame esprit, une lame élément ne doit être que le pur extrait de son donneur de vie et de celui qui la manie... l'épée du feu, des lames enflammées il y en a des tas mais une seule possède le véritable pouvoir du feu, son essence pure.. une seule peut parler si on sais écouter, chanter, boire, vivre... pas juste une extension du bras mais de l'esprit aussi, il faut faire un avec elle pour comprendre de quoi je parle, de quoi elle est capable... que tu soit son porte épée c'est sûr, que tu soit son maitre beaucoup moins surtout si elle a reçu une modification car alors c'est l'être que tu modifie et par là même tu te modifie aussi... c'est ça tes voix, intègre les, comprend les, fait les tiennes, ne les rejettes pas, elles sont un reflet de quelque chose en toi, quelque chose de profond sur lequel tu doit travailler... »

Il s'arrêta un instant et pointa son épée vers lui, sourcil froncés et la mania de haut vers le bas, déchargeant une bourrasque violente sur l'elfe avant de se relever et de se débarrasser du reste de ses armes et de ses pièces d'armures. Il bondit en avant et usa de nouveau de magie pour éventer l'autre...

« Tu va comprendre, champion. Après ça tu comprendra... mais tu va commencer par retiré toutes tes armes et armures, tout ce qui pourrait te gêner dans tes mouvements. Ma lame est une lame ainée, elle est le vent du monde... toi qui possède les sens aveugle, pourra tu user de ton feu, de ton vrais feu pour t'opposer à moi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mon identité
Mes compétences


Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Empty
MessageSujet: Re: Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Voix et tueuries (PV Adry) [Attentioon scènes violentes PG-14]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» hell-a : Une drôle de voix [hell-a]
» Damien vient rendre le déformateur de voix
» Les voix du seigneur sont impénétrables
» La jolie et la grosse voix
» Les voix de dieu [Ozai]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Armanda, terre des dragons :: Autre :: RPs inachevés-